Les Trois Chevaux

Les Trois Chevaux
Zhao Mengfu - The Three Horse - 1954.40.2 - Yale University Art Gallery.jpg
Détail du rouleau
Type
Encre et couleurs sur papier
Localisation

Les Trois Chevaux est une série de peintures représentant des chevaux, réalisée à l'encre sur rouleau de papier, vraisemblablement par trois générations de la famille Zhao : Zhao Mengfu, son fils Zhao Yong, puis Zhao Lin. Après avoir été vendue aux États-Unis par le marchand d'art chinois Jingxian, cette série est désormais conservée à la Yale University Art Gallery.

Contexte

La peinture a été réalisée sous la dynastie Yuan. Les Trois Chevaux (d'après le nom de référence attribué par la Yale University Art Gallery et par Mu Yiqin, du musée du Palais, en 1980[1]) a été travaillé par plusieurs artistes, en premier lieu par Zhao Mengfu (1254–1322), puis par son fils Zhao Yong, enfin par Zhao Lin[2]. C'est pourquoi ce rouleau est référencé sous le nom de Trois chevaux par trois générations de la famille Zhao dans le livre de référence de Xu Bangda, en 1981[1].

Description

La peinture est réalisée à l'encre de Chine, avec des touches de couleur sur papier[2]. Zhao Mengfu est réputé pour s'être approprié les techniques de maîtres de la peinture chinoise, et avoir réalisé de nombreuses copies intégrant une synthèse des techniques qu'il avait assimilées[3].

Analyse

Cette peinture est longtemps restée méconnue. Bien que nombreuses, les réalisations de Zhao Mengfu ont fait l'objet de publications seulement à partir des années 1960[4]. D'après la classification de Liu Longteng, cette peinture appartient à la catégorie des « personnages et chevaux », et Cheval et Palefrenier en est une partie[1].

Parcours de la peinture

Cette peinture a fait partie des possessions du marchand d'art Jingxian (1875-1928), qui commerçait régulièrement avec des amateurs d'Art chinois résidant aux États-Unis[5]. Le , lorsque John Calvin Ferguson  visite le domicile de Jingxian à Huangmi Hutong, il note que Jingxian possède Les Trois Chevaux[5]. La peinture entre dans la collection privée de Hobart et Edward Small Moore (Memorial Collection). Elle est offerte par Mrs. William H. Moore au Yale University Art Gallery[6], qui la détient à ce jour[2].

Références

  1. a b et c Li 1993, p. 198.
  2. a b et c Yale University Art Gallery.
  3. Li 1993, p. 202.
  4. Li 1993, p. 195.
  5. a et b (en) Lara Jaishree Netting, A perpetual fire : John C. Ferguson and his quest for Chinese art and culture, Hong Kong, Hong Kong University Press, , 304 p. (ISBN 978-988-8139-18-7 et 988-8139-18-5, lire en ligne), p. 56-57.
  6. Sickman 1962, p. 103.

Annexes

Bibliographie

  • [Lee 1970] (en) George J. Lee, Selected Far Eastern Art in the Yale University Art Gallery, New Haven, Conn., Yale University Press, , « 418, 429 », p. 211, 221
  • [Li 1993] Chu-Tsing Li, « Recent Studies on Zhao Mengfu's Painting in China », Artibus Asiae, vol. 53, nos 1/2,‎ , p. 195–210 (DOI 10.2307/3250514, lire en ligne, consulté le 24 novembre 2018)
  • [McCausland 2011] (en) Shane McCausland (ill. Zhao Mengfu), Zhao Mengfu : calligraphy and painting for Khubilai's China, Hong Kong, Hong Kong University Press, , 431 p. (ISBN 978-988-8028-57-3 et 988-8028-57-X, lire en ligne)
  • [Sickman 1962] (en) Laurence Sickman, Chinese Calligraphy and Painting in the Collection of John M. Crawford, Jr., exh. cat., New York, Pierpont Morgan Library, , p. 103