Les Amoureux (film, 1964)

Les Amoureux
Älskande par
Réalisation Mai Zetterling
Scénario Mai Zetterling
David Hughes
A. von Krusenstjerna (roman)
Acteurs principaux
Sociétés de production Sandrews
Pays d’origine Drapeau de la Suède Suède
Genre Drame, romance
Durée 118 minutes
Sortie 1964


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Amoureux (titre original : Älskande par) est un film suédois réalisé par Mai Zetterling et sorti en 1964.

Synopsis

Stockholm, 1915 : la Guerre vient d'éclater. Dans une clinique, trois femmes se retrouvent ensemble au moment d'accoucher. Elles se remémorent les instants marquants de leurs existences. La réalisatrice dresse aussi, de manière opportune, un état des lieux de la condition féminine en Suède depuis le début du siècle.

Fiche technique

  • Titre du film : Les Amoureux
  • Titre original : Älskande par
  • Réalisation : Mai Zetterling
  • Scénario : Mai Zetterling et David Hughes, d'après l'œuvre d'Agnes von Krusenstjerna
  • Photographie : Sven Nykvist - Noir et blanc
  • Musique : Roger Wallis
  • Montage : Paul Davies
  • Décors : Jan Boleslaw
  • Format : 1,66 : 1
  • Production : Göran Lindgren et Rune Waldekranz pour Sandrews
  • Durée : 118 minutes (h 58)
  • Pays d'origine : Drapeau de la Suède Suède
  • Sortie : en Suède / en France

Distribution

Commentaire

  • Selon Peter Cowie, Mai Zetterling aura eu une carrière de réalisatrice beaucoup plus intéressante que celle, souvent médiocre, d'actrice de cinéma. Ses films ont, pour la plupart, comme élément déterminant la frustration. « Les personnages de Zetterling ne souffrent pas uniquement de leur frustration sociale mais aussi de leur frustration sexuelle. [...] Les femmes sont unies par un identique mépris et un dégoût tout aussi communément partagé pour les hommes de leur entourage. Dans Les Amoureux, toutefois, le rythme visuel et la qualité des interprétations transmet cette répugnance [...] en termes agréables et incisifs. »[1]
  • Dans cette adaptation très personnelle des romans d'Agnes von Krusenstjerna, « on dénote un ton corrosif, des dialogues acides et un point de vue polémique et sincèrement féministe dont la réalisatrice ne se départira désormais plus. »[2]

Notes et références

  1. P. Cowie : Le Cinéma des pays nordiques, Éditions du Centre Georges-Pompidou, Paris, 1990.
  2. in : Dictionnaire mondial du cinéma, Éditions Larousse, 1986 première édition.

Liens externes