Lactalis

Groupe Lactalis
logo de Lactalis

Création
Dates clés 1933 : création de la Société Laitière de Laval ;
1999 : création du Groupe Lactalis ;
2011 : rachat de Parmalat
Fondateurs André Besnier
Forme juridique SA à directoire
Slogan Ouvrir le monde au meilleur du lait
Siège social Laval (Mayenne)
Drapeau de France France
Direction Emmanuel Besnier (Président)
Philippe Palazzi (PDG)
Directeurs Emmanuel Besnier
Actionnaires Emmanuel Besnier, Marie Besnier Beauvalot, Jean-Michel Besnier
Activité Industrie agroalimentaire
Produits Produits laitiers, Fromages
Filiales Président, Galbani, Lactel, Bridel, Société, Le Roitelet, Lepetit, Salakis, Graindorge…[1]
Effectif 85 000 salariés
SIREN 331142554
Site web www.lactalis-international.com

Capitalisation non cotée
Chiffre d'affaires 18,5 milliards d'euros en 2018
+ 0,5%
Résultat net 387 millions d'euros en 2017

Lactalis est une multinationale française de l'industrie agroalimentaire, présente principalement dans le secteur des produits laitiers. Le groupe est le 1ᵉʳ acteur mondial des produits laitiers[2], le 3ᵉ acteur mondial des produits laitiers bios[3], ainsi que le 18ᵉ groupe agroalimentaire mondial[4] et le 1ᵉʳ en France[5]. Il est également le 1ᵉʳ groupe sur le marché des fromages dans le monde[6],[7].

En 2020, Lactalis emploie environ 85 000 salariés[8], dans 51 pays[9], répartis dans 266 sites industriels à travers le monde, et atteint un chiffre d'affaires de 20 milliards d'euros en 2019[10].

L'entreprise est condamnée par la justice à diverses reprises, notamment pour pollution des milieux aquatiques et fraude sur le lait, et fait l'objet de critiques récurrentes quant à divers aspects (optimisation fiscale, manque de transparence, montant de la rémunération des producteurs, etc.).

Histoire

Débuts

Le [11], André Besnier, un ancien tonnelier, se lance dans la collecte de lait auprès de fermiers réticents car « ils fabriquaient eux-mêmes leur beurre »[12],[13]. Il commence la fabrication de ses premiers fromages, au 52 de la rue d'Avesnières, à Laval avec un salarié[11],[14]. La première marque de l'entreprise, Le Petit Lavallois, est née. À partir des années 1940 la croissance de l’entreprise et le nombre toujours plus important d’agriculteurs collectés permet à la laiterie Besnier de franchir la barre des 10 000 litres de lait collectés et transformés par 25 salariés en 1948.

L'entreprise se diversifie pour la première fois dans les années 1950, André Besnier se lançant dans la commercialisation de beurre, de crème et de lait de consommation.

Michel Besnier reprend la direction de l'entreprise au décès de son père André en 1955 et rachète « les parts de ses cohéritiers »[15]. Toutefois, « en 1956, Besnier n'est encore qu'un nain entouré de géants » (notamment Bridel et de grandes coopératives)[12].

Les années 1960 sont marquées par une crise de surproduction de lait en France. Afin de pouvoir valoriser ses excédents de lait, Besnier crée en 1967 sa première usine de poudre de lait à Mayenne[16],[17]et « une usine de lait de consommation à Vitré »[17],[18].

La marque Président est lancée en 1968, d'abord exploitée pour un camembert industriel[19] dont le lait est pasteurisé[20]. Ce qui permet d'avoir un produit « plus régulier en termes de goût » et « moins périssable »[17]. Ses produits ne sont donc plus vendus uniquement en région, mais également dans toute la France à travers la grande distribution qui est elle-même en plein essor[17],[20]. Par la suite, Besnier commercialise le premier lait conditionné dans des briques Tetra Brik[17] de l'entreprise Tetra Pak[21] en France[22]. Il s'agit d'un lait UHT vendu sous le nom commercial de « lait 2000 »[20]. Afin d'aider à rentabiliser son outil industriel, Michel Besnier est « l'un des premiers dans l'agroalimentaire » à vendre une partie de sa production sous Marques de distributeurs (MDD)[23].

Dès lors, la société éponyme Besnier S.A. « change de dimension »[24] en multipliant les acquisitions d'entreprises. Celles-ci sont possibles grâce : au « succès » du camembert Président[24] ; à une gestion « dure »[12](opposition aux syndicats[20],[25],[26]) et économe[12]. Ne versant pas de dividendes, l'entreprise réinvestit tous ses bénéfices[12] dans son processus commercial (publicité) et industriel[27]. Les usines du groupe sont donc en avance technologiquement : elles produisent de grands volumes et ont de faibles coûts de production[27]. Besnier rémunère légèrement mieux ses producteurs de lait et « étouffe » ses rivaux[27]. Ainsi, dans les années 1970, Besnier rachète un à un ses concurrents locaux (Préval, etc.)[28],[24],[29].

Puis entre 1984 et 1988, Besnier acquiert progressivement Lactel[20],[30]. En 1985, Besnier rachète Claudel-Roustand, filiale de Nestlé[31]. En échange Nestlé détient 20 % du capital de Besnier S.A[32], qui les lui revendra deux ans plus tard[33].

En 1990, alors que le lait était vendu uniquement en brique dans la grande distribution[23], Lactel innove en commercialisant la bouteille de lait en plastique[23],,[18].

La même année, Besnier acquiert le groupe Bridel ce qui lui permet de doubler de taille en devenant « numéro un du lait en France »[24],[12],[35]. À l'époque le groupe Bridel compte 2 300 salariés, 10 usines, est le 4e groupe transformateur laitier français, présent dans 60 pays, et générant 5,5 milliards de francs de chiffre d'affaires (environ 850 millions d'euros).

Entre 1992 et 1993, Besnier acquiert la majorité de Société (producteur d'un fromage roquefort) aux côtés du Crédit Agricole qui en détenait déjà une partie[31],[36],[37],[38],[39]. Endettée et payant les caves de Roquefort à Nestlé « au prix fort », Besnier ouvre le capital de sa filiale Sofil à trois banques[40],[41].

Son concurrent, Fromagerie BEL ainsi que sa société mère Unibel, étant cotés en bourse, Besnier achète, surtout entre 1992 et 1994, puis au fil de l'eau jusqu'à l'an 2000, au total 27 % du capital et des droits de vote d'Unibel et 22 % du capital de Fromageries Bel[42],[43],[44],[45].

La participation dans Unibel sera revendue à la famille fondatrice cinq ans plus tard, mais pas celle dans Fromageries Bel[46].

En 1997, le chiffre d'affaires du groupe a été multiplié par dix sur les 20 dernières années et les deux plus grandes acquisitions du groupe réalisées à crédit (Bridel et Roquefort Société) ont été « digérées », l'endettement du groupe étant revenu à 50 % des fonds propres[27].

Internationalisation

Besnier se développe à l'international dès 1981 (USA puis Espagne)[47]. En 1987, le groupe pèse « 35 % de la production laitière française » et est devenu « le premier exportateur français de produits laitiers »[48].

Toutefois, en 1998, 30% de son chiffre d'affaires est réalisé à l'export et seulement 12 de ses 87 usines sont localisées hors de France[49].

En 1999, la société Besnier est rebaptisée Lactalis, un nom plus facilement prononçable à l'international[50]. En 2000, Emmanuel Besnier prend la direction de l'entreprise, à la suite de son père, Michel[51]. En 2002, Lactalis reprend, auprès de la Société anonyme des fermiers réunis (des Fromageries Bel), un ensemble de marques de fromage à pâte molle[52].

En 2006, Lactalis rachète le groupe italien Galbani pour 2 milliards d'euros à BC Partners[53] et renforce son expansion en Italie, notamment suite aux rachats des fromages Invernizzi en 2004 et avant cela de Locatelli[54],[55]. La même année, une coentreprise, Lactalis Nestlé Produits Frais, est créée avec le groupe Nestlé qui en détient 40% du capital[56],[57]. Elle fabrique les yaourts et desserts laitiers frais des deux groupes dans 9 pays européens (marques La Laitière, Sveltesse, Flanby…). Le groupe devient « le numéro deux mondial des produits laitiers, dérrière Nestlé »[23].

Le groupe Lactalis rachète cette même année la laiterie Célia de Craon, fabricant de la marque Chaussée aux Moines en fromage, Marin en beurre et Picot en lait infantile[58].

En 2007, la Coopérative Isigny-Sainte-Mère et Lactalis font pression auprès des producteurs-transformateurs fermiers et des transformateurs industriels pour faire supprimer du cahier des charges attachée à la protection de l'appellation d'origine « camembert de Normandie » l'obligation de n'employer que du lait cru pour ce fromage emblématique de la France[59].

En 2008, le groupe Lactalis rachète le transformateur fromager suisse Baer, basé à Küssnacht (SZ)[60]. Baer emploie 150 personnes et a réalisé en 2007 un chiffre d'affaires de 40,8 millions de francs suisses (24,84 millions d'euros à l'époque) et dégagé un bénéfice net de 300 000 francs suisses (185 600 euros)[60]. En 2010, le groupe rachète en Espagne Forlasa, Sanutri, ainsi que l'entreprise centenaire Puleva, qui permet à Lactalis de devenir numéro un en valeur sur le marché laitier espagnol[61].

En 2011, le groupe annonce qu'il devient le premier actionnaire du groupe laitier italien Parmalat avec 29 % du capital. Le , Lactalis annonce le lancement d'une OPA sur l'entreprise italienne[62] et le , Lactalis annonce qu'il contrôle 83,3 % des actions de Parmalat SpA[63]. En , la filiale italienne du groupe acquiert les activités de Lactalis American Group (Lag)[64].

En 2012, le groupe acquiert la coopérative laitière Skånemejerier[65], 2ème plus grand groupe laitier en Suède avec 300 fermes laitières[66].

Lactalis s'implante au Brésil en 2013 avec le rachat du fromager Balkis[67], puis d'autres sociétés des groupes brésiliens LBR et BRF en 2014[68].

En , Lactalis acquiert Tirumala Milk Products, une entreprise de produits laitiers indienne, pour un montant estimé entre 250 et 300 millions de dollars[69].

En , Lactalis acquiert pour 800 millions de dollars 80 % d’AK Gida, la filiale laitière de Yildiz Holding[70].

En , Lactalis annonce l'acquisition de Graindorge, fromagerie spécialisée dans la transformation de laits en camembert de Normandie à appellation protégée, de pont-l'évêque et de livarot[71]. Lactalis produit ainsi « 95 % des camemberts AOP fabriqués en France »[72].

En , Lactalis annonce l'acquisition des participations minoritaires dans Parmalat et souhaite enlever cette dernière de la cote de la bourse[73]. Toutefois, cette acquisition est suspendue pour son « opacité » en [74].

En , Danone vend Stonyfield à Lactalis, pour 875 millions de dollars (soit 768 millions d'euros à cette époque), pour se conformer aux demandes des autorités de la concurrence américaines[75],[76]. En , Lactalis annonce l'acquisition de Siggi’s, une entreprise américaine spécialisée dans les yaourts de style islandais, pour un montant non dévoilé[77].

En , Lactalis acquiert les activités de nutrition infantile d'Aspen Pharmacare pour 864 millions de dollars[78]. En , Lactalis annonce l'acquisition des activités malaisiennes de Nestlé pour 40 millions de dollars[79].

En , Lactalis annonce l'acquisition de Nuova Castelli, une entreprise italienne de 1 000 salariées spécialisée dans les fromages AOP notamment du parmesan[80].

Début , Lactalis acquiert la filiale américaine du producteur allemand Ehrmann AG ainsi que ses deux usines de fabrication situées aux Etats-Unis[81],[82]. Grâce à toutes les acquisitions successives, le groupe prévoit un chiffre d'affaires de 20 milliards d'euros pour 2020[83]. En , Lactalis annonce l'acquisition de Itambé, une entreprise brésilienne, lui permettant d'être la principale entreprise laitière du pays[84].

En juin 2020, Lactalis annonce « une baisse du prix moyen versé aux producteurs pour le reste de l’année » en raison des conséquences économiques de la pandémie de Covid-19[85].

En septembre de la même année, l'entreprise acquiert les activités fromagères de Kraft Heinz (sauf la marque Philadelphia), présentes sur trois sites industriels et représentant 750 salariés, pour 2,7 milliards d'euros[86].

En mars 2021, Bel annonce un accord avec Lactalis, lui vendant la marque Leerdammer, mais aussi ses filiales allemandes, italiennes et ukrainienne contre la participation de 23,16% que détient Lactalis dans Bel[87].

Activité

Le siège du groupe est basé à Laval en Mayenne. Lactalis produit dans 51 pays et distribue ses produits dans plus de 160 pays[88],[89],[1]. En 2019, son chiffre d'affaires est de 20 milliards d'euros[90] (soit une augmentation de 11,4 milliards sur les 10 dernières années[88]) dont 56 % en Europe[91]. Lactalis possède 266 sites de production laitière dans le monde[92], dont 70 sites en France[93], et emploie 85 000 salariés[8], dont 15 000 en France en 2020[94]. Lactalis occupe la 1re place des produits laitiers bios en France et le 3e rang dans le monde en 2019[3].

Transformation

Le groupe Lactalis est le 1er acteur mondial des produits laitiers en 2020[2], et le 1er fromager mondial. C'est aussi le 1er groupe agroalimentaire français en 2019[5], et le 16e groupe agro-alimentaire mondial[95][source insuffisante].

Lactalis a collecté 20 milliards de litres de lait en 2020[96] sur ses 266 sites de production laitière[8], dont 5,6 milliards de litres en France[10],[94] dans ses 70 sites[93].

Structuration et marques

Petite filiale de transformation laitière de Lactalis en Grande-Bretagne.

Présent dans de nombreux pays, Lactalis a développé ses marques globales sur tous les marchés ; en 2019 trois de ses marques dépassent le milliard d'euros de chiffre d'affaires : Président (2,6 Mrd d'euros), Galbani (1,5 Mrd d'euros) et Parmalat (1 Mrd d'euros)[19].

En 2018, Président est la troisième marque alimentaire préférée des Français, et celle ayant le taux de pénétration le plus grand (on la retrouve dans près de 9 foyers sur 10)[97]. De la même manière, La Laitière, marque de Lactalis Nestlé, est la marque préférée du rayon frais[98].

  • Lactalis Fromages produit un grand nombre de fromages, AOP ou non, et des marques nationales et internationales telles que Graindorge, Bridélight, Galbani, Rondelé, Chaussée aux moines, Istara, Salakis, le Roquefort Société, Boule d'Or, Lou Pérac, Le Roitelet, etc. ;
  • Lactalis Beurre & Crèmes avec par exemple les marques Président, Bridélice ou encore Primevère ;
  • Le lait de consommation avec Lactel ;
  • Lactalis Consommation Hors Foyer, avec Président Professionnel, Galbani Professionale, Lactel Professionnel ;
  • Lactalis International chargé des marchés grand export ;
  • Lactalis Nestlé Ultra Frais (LNUF) avec un portefeuille de marques Lactalis et Nestlé : La Laitière, Yoco, Flanby, Sveltesse, Viennois, Lion, Kit Kat, Smarties, etc. ;
  • Lactalis Ingredients qui fournit des ingrédients laitiers aux industriels : protéines, minéraux, matières grasses, poudres de lait et de lactosérum ;
  • Lactalis Nutrition-Santé, nutrition infantile, clinique et sportive.

Direction de l'entreprise

La totalité du capital est détenue par la famille Besnier[99].

L'entreprise créée par André Besnier, est dirigée de 1956 à 2000 par son fils Michel (1928-2000)[15]. Depuis l'an 2000[100] elle est dirigée par Emmanuel Besnier (né en 1970), fils cadet de Michel. Le frère aîné du président, Jean-Michel Besnier, exploitant forestier[101],[102], et sa sœur benjamine Marie Besnier Beauvalot, présidente du conseil d'administration[103], sont tous deux actionnaires. Et bien que sans responsabilité opérationnelle dans le groupe, ils sont consultés sur la stratégie de l'entreprise[11].

Contrairement aux marques de Lactalis (comme Lactel, Président ou Galbani) qui sont connues du grand public, l'entreprise est reconnue dans la presse pour son manque de transparence sur ses affaires[101],[102],[104],[105],[27]. La discrétion est également de mise pour les membres de la famille dirigeante, qui évitent les médias et les mondanités[105],[106],[101],[107].

La fortune professionnelle de la famille Besnier, essentiellement constituée de l'entreprise familiale, est estimée à 12 milliards d'euros en 2018[108].

Informations financières

Organisation capitalistique du groupe Lactalis en octobre 2020[109].

Données comptables

Chiffres clefs (milliard €)
Années 1987 ... 1993 ... 1998 ... 2005 ... 2009 2010 ... 2014 2015 2016 2017 2018 2019
Chiffre d'affaires 1,3[48] 3,5[43] 4,6[49] 5,6[110],[104] 9,4[110],[104] 10,4[110] 16,7[111],[112] 16,8[111],[113] 17,3[114] 18,4[115] 18,5[113] 20[116]
Résultat net 0,03[30] 0,07[43] 0,301[110] 0,327[110] 0,383[111] 0,432[111],[113] 0,406[114] 0,387[115] 0,425[116] 0,318[116]
Endettement net 2,1[110] 2,2[110] 2,8[111] 3,8[111] 5,8[116]
Cash flow d'exploitation 0,7[110] 1,1[110] 1,1[111] 1,2[111]

Les résultats financiers n'étaient pas publiés depuis 1993[27] par le Groupe[105](sauf lors de l'OPA sur Parmalat en 2011[110]et 2017[111],[117]). Toutefois, en 2019, Lactalis publie ses comptes et déclare fixer un objectif à 20 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2020[118].

Refus de publication des comptes annuels

Arguant qu'un manque de confidentialité pourrait nuire à son activité (auprès de ses fournisseurs et ses clients[27]) ainsi qu'à son indépendance[119] dans un contexte concurrentiel, Lactalis refuse de déposer ses comptes annuels au greffe du tribunal de commerce, préférant payer une amende de 1 500 . Elle ne publie toujours pas ses comptes malgré la loi relative à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique de qui prévoit une pénalité qui peut s'élever jusqu'à 2 % du chiffre d'affaires par jour de retard de publication[120].

L'émission Cash Investigation révèle que le président de l'Observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires a demandé en 2017 au tribunal de commerce de Laval de réclamer ses comptes à l'entreprise[121] ; le tribunal se dessaisit du dossier en raison d'un conflit d'intérêts (son vice-président Michel Peslier est également cadre dirigeant chez Lactalis) et le confie au tribunal de commerce de Rennes. Or celui-ci se déclare non compétent, et aucune amende n'est infligée à Lactalis[122].

En février 2018, sous pression entre autres du « scandale de contamination de lait infantile par des salmonelles », le groupe publie les comptes sociaux de certaines de ses entités de 2014 à 2016[119]. Un an plus tard, le groupe dévoile ses résultats consolidés[123],[124].

Optimisation fiscale

En , le journal en ligne Les Jours révèle que Lactalis, à l'aide d'une filiale au Luxembourg, réduit son taux d'imposition. Ainsi, Ekabe International, société « boîte aux lettres » — c'est-à-dire sans activité réelle — est utilisée comme intermédiaire entre les filiales de Lactalis et des centrales d'achat d'espaces publicitaires, puis détient les marques déposées des produits Lactalis et se fait verser, à ce titre, une redevance par les filiales de Lactalis ; ces deux mécanismes permettent au groupe de transférer plusieurs dizaines de millions d'euros de ses filiales européennes vers le Luxembourg, conduisant Ekabe International à faire des bénéfices qui ne sont imposés qu'à hauteur de 16,5 % (2004-2012) puis 2,8 % (2012-2015), soit moins que dans les pays européens où Lactalis est actif[125],[117],[126]. Lactalis dispose d'une holding en Belgique, Besnier SA (BSA) International, qui détient des participations dans une soixantaine de filiales du groupe ; selon Les Jours, le régime belge des intérêts notionnels — qui autorise une entreprise de réduire sa base imposable en proportion de ses fonds propres — a ainsi permis à BSA de ne payer que 10 millions d'euros d'impôt sur les sociétés sur 405 millions d’euros de bénéfices cumulés entre 2007 et 2016, soit un taux d'imposition moyen de 2,5 %[125],[127]. D'après le journal en ligne Mediacités, BSA a ainsi pu économiser 6,5 millions d’euros en 2016[128].

En , la Confédération paysanne se base sur les travaux de Maxime Renahy[129],[130],[131] pour accuser Lactalis d'évasion fiscale, d'avoir mis en place un système de refacturation complexe à l'intérieur de l'entreprise et d'avoir pratiqué des achats fictifs d'action. Elle saisit le Parquet national financier[132],[133],[134].

En , le média d'investigation Disclose affirme à son tour que Lactalis recourt à l'évasion fiscale à l'aide de plusieurs mécanismes (transfert de dettes et créances vers la Belgique et emprunts des filiales auprès d'une société écran luxembourgeoise (Nethuns), détenue par la famille Besnier). Les auteurs estiment que ce mécanisme aurait permis d'économiser 220 millions en impôts au groupe Lactalis[135].

Procès et condamnations judiciaires

Fraude sur le lait (1969, 1993-1998, 2012, 2018)

En 1972, le PDG de la société Besnier est condamné par la cour d'appel de Rennes à « trois mois d'emprisonnement avec sursis et 15 000 francs d'amende » pour « falsification de lait »[136].

Le groupe Lactalis est condamné en 1999 par la Cour de cassation « pour ses pratiques d'affinage de l'emmenthal sous film plastique et l'utilisation de lait non conforme dans la fabrication de comté AOC »[137],[138].

L'entreprise est peu après poursuivie pour « falsification et publicité mensongère » et son directeur général, Marcel Urion, mis en examen. Est mis en cause le recours au « mouillage » systématique[13] du lait de consommation, c'est-à-dire l'adjonction d'eau (ou perméat) au lait, qui permet d'abaisser les coûts de production[138]. Marcel Urion est condamné en 2006 à six mois de prison avec sursis et 37 500 euros d'amende pour la pratique du mouillage de 1993 à 1998 et pour avoir « tout fait pour dissimuler ces pratiques aux yeux de la Direction générale de la répression des fraudes »[139],[140].

En , Le Canard enchaîné dénonce les pratiques du groupe, l'accusant de vendre du lait stérilisé UHT pour du lait frais pasteurisé, au prix bien plus élevé. Cette fraude est découverte en 2010 lors d'un contrôle d'une laiterie en Ille-et-Vilaine par la répression des fraudes. Le parquet de Rennes n'a cependant pas donné suite à leur rapport en raison d'un vide réglementaire[141],[142].

En 2018, Lactalis est visée par une plainte de l'entreprise Serval pour « escroquerie, falsification de denrées alimentaires et tromperie sur la nature, l’espèce, l’origine, les qualités substantielles, la composition ou la teneur en principes utiles de toutes marchandises ». D'après le parquet : « aux dires de Serval, la marchandise qui lui est livrée depuis plusieurs années est un lactosérum de mélange et non de vache. En outre, ce produit serait “composé de lactosérum et de perméat, sous-produit laitier d’un taux de protéine nul et contenant une faible proportion de matière azotée non protéique, la principale étant l’urée” »[143].

Arrêt forcé d'un mouvement de grève (1982)

Le 17 février 1982, Le Canard enchaîné révèle qu'un dirigeant de la société Besnier a envoyé dans la nuit du 7 février 1982, un « commando » de 37 anciens parachutistes armés, reprendre possession par la force à des grévistes d'un stock de 750 000 camemberts représentant 3 millions de Francs (soit environ 1 million d'euros de 2019[144]) dans l'usine Claudel-Roustang d'Isigny-sur-Mer[145],[146],[20]. 85 salariés venus d'une autre usine procèderont au transfert. Sur un total d'environ 150 salariés, cette usine était occupée depuis le 2 février par une trentaine de grévistes qui réclamaient le passage aux 39 heures[145],[146]. Le secrétaire général de Besnier SA et le chef des exécutants sont condamnés, trois ans plus tard en appel, à trois mois de prison avec sursis pour « séquestration de moins de 24 heures »[12],[20],[147].

Abus de position dominante sur le Roquefort (2004)

En 2004, Roquefort Société est condamnée à cinq millions d'euros d'amende pour abus de position dominante, le groupe ayant conclu, entre 1995 et 1998, des accords commerciaux avec plusieurs enseignes conduisant à un approvisionnement exclusif ou quasi-exclusif[148].

Entente sur les prix (2015, 2019)

En février 2015, l’autorité de la concurrence espagnole inflige à Lactalis une amende de 11,6 millions d’euros[102],[149].

En , sa coentreprise avec Nestlé, Lactalis Nestlé Ultra Frais, est condamnée dans l'affaire dite du « cartel du yaourt », pour entente illicite sur les prix et les appels d'offres pour produits laitiers frais vendus sous marque de distributeur à une amende de 56,1 millions d'euros, par l'autorité française de la concurrence[150],[151],[152],[153].

En 2019, sa filiale Delis est soupçonnée d'avoir constitué un cartel avec d'autres acteurs du marché de la compote, notamment afin de coordonner des hausses de prix[154].

Interdiction éphémère de rediffusion d'une émission Envoyé spécial (2016-2017)

Le , le groupe Lactalis obtient du tribunal de grande instance de Laval l'interdiction de rediffusion du reportage d'Envoyé spécial intitulé « Lactalis : le beurre et l’argent du beurre ? » au motif que celui-ci contient des images du domicile d'Emmanuel Besnier, situé au château du Vallon à Entrammes[155],[156],[157],[158]. France Télévisions fait appel de cette décision[157]. Par un arrêt du , en référé, la cour d'appel d'Angers infirme partiellement ce jugement : celle-ci autorise France Télévisions à rediffuser ce programme, mais la condamnation à verser 5 000 euros à Emmanuel Besnier est maintenue[159].

Le , le groupe décide de ne plus acheter le lait des agriculteurs ayant témoigné contre l'entreprise dans ce reportage, indiquant au terme d'un courrier qui leur est adressé : « S'il vous appartient d'être en désaccord avec notre politique d'approvisionnement lait, celle-ci reste cependant de notre ressort et ne peut en toute hypothèse faire l'objet d'un tel dénigrement »[160]. Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll condamne alors « fermement cette décision du groupe Lactalis »[161], et le syndicat agricole Coordination rurale exprime son soutien aux éleveurs[162].

Par jugement du , le tribunal de grande instance de Laval déboute sur le fond Emmanuel Besnier de sa demande de dommages-intérêts, le juge estimant que « le nom et la localisation » de la propriété du chef d'entreprise étaient déjà connus du public et que « France Télévisions n'a fait que reprendre ce qui est de notoriété publique et mettre des images sur des éléments connus du patrimoine de M. Besnier [...] et que chacun peut visionner sur Google Maps »[163].

Pollution de cours d'eau

Multiples violations du code de l'environnement et pollutions

Une enquête du journal d'investigation Disclose, publiée en octobre 2020, met en lumière les « rejets toxiques dans les cours d’eau français » des usines Lactalis ainsi que la violation du code de l'environnement par 38 des sites industriels du groupe, tous des installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE)[164],[165].

Cela représente entre 2010 et octobre 2020 « (...) plus de la moitié des 60 établissements recensés et analysés dans le cadre de cette enquête »[166]. Les violations consistent notamment en des dépassements de volumes de rejets autorisés et en la pollution de cours d'eau (aboutissant dans sept cas à une mortalité de la faune aquatique). De multiples défaillances dans l'autosurveillance sont également relevées par les services de l'État : Lactalis doit en effet contrôler la qualité des effluents rejetés par ses usines ICPE et transmettre les données aux autorités, mais ces autosurveillances sont parfois mal réalisées (la présence de certaines substances toxiques n'est tout simplement pas testée) et les données transmises ne sont « pas fiables » voire « largement minorées » (selon un rapport de l'Office français de la biodiversité concernant les rejets dans la rivière Isère)[164],[167].

Pollution de l'Isère (depuis 2000)

Depuis 2000, l'usine Lactalis de Saint-Just-de-Claix rejette ses effluents dans la rivière Isère. Cette pollution serait en cours de résolution[168]. Le , le tribunal correctionnel de Grenoble rend son jugement et condamne Lactalis à une amende de 100 000 euros dont 50 000 euros avec sursis[169]. La filiale de Lactalis L’Étoile du Vercors est condamnée en pour avoir rejeté ses déchets dans l’Isère pendant des dizaines d'années[170].

Pollution de l'Oudon (2012)

En , l'usine de Craon (CELIA[171], groupe Lactalis) provoque une importante pollution de la rivière Oudon. La société est condamnée par le tribunal correctionnel de Laval, confirmé par la Cour d'Appel d'Angers en mars 2015 à 30 000 euros d'amende. Elle est aussi condamnée à indemniser plusieurs parties civiles[172],[173]. Une amende de 3 000 euros lui est enfin infligée pour avoir mis plus de 24 heures à prévenir les autorités de la pollution[128].

Pollution de la Seiche (2017)

En , l'usine de Retiers a déversé pendant dix jours d'importantes quantités de lactose brut dans la rivière Seiche, en Ille-et-Vilaine, provoquant la mort de nombreux poissons et de l'écosystème[174] ; Lactalis ne déclare aux autorités la pollution que quatre jours après qu'elle a commencé[175],[164]. Le , le tribunal correctionnel de Rennes condamne la Société laitière de Retiers, filiale de Lactalis, à 250 000 euros d'amende et à 70 000 euros d'indemnités aux associations pour sa responsabilité dans la pollution de la Seiche[176].

Lait infantile contaminé aux salmonelles (2017)

Les autorités sanitaires annoncent le avoir fait procéder au retrait et au rappel de lots de laits infantiles commercialisés après avoir été informées de la « contamination par des salmonelles de 20 jeunes enfants âgés de moins de 6 mois dans 8 régions différentes » par ces lots fabriqués dans l'usine Lactalis à Craon[177].

Le ministère de l'Économie et des Finances étend le les mesures de rappel et retrait, estimant que les mesures sanitaires envisagées par Lactalis ne sont « pas de nature à maîtriser le risque de contamination »[178].

Quentin Guillemain, père d'une petite fille de 3 mois, est le premier à déposer plainte le pour mise en danger de la vie d'autrui contre Lactalis et sa pharmacie[179],[180]. L'UFC-Que Choisir, association de défense des consommateurs, est saisie par de nombreuses familles et dépose plainte également le [181] pour tromperie auprès du procureur de la République de Paris[182]. L'association des familles victimes du lait contaminé aux salmonelles, présidée par Quentin Guillemain, qui regroupe plus de 700 parents[183], estime que 200 nourrissons ont été contaminés par le lait mis en cause[184]. Une enquête préliminaire est ouverte par le parquet de Paris le pour « blessures involontaires », « mise en danger de la vie d'autrui » et « tromperie aggravée par le danger pour la santé humaine »[185].

Intermarché a cessé la distribution des produits de la marque, à la suite de l'affaire du lait contaminé[186]. Leclerc, Auchan, Système U, Carrefour et Casino ont par contre continué à vendre les produits concernés par le rappel[187]. Le 2018, un article du Canard enchaîné révèle que la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations n’a rien vu lors d’une visite effectuée en septembre dans l’usine de Craon alors que la bactérie avait déjà été repérée lors de contrôles internes par le groupe[188],[189]. Le 11 , le ministre de l'Économie Bruno Le Maire convoque les acteurs de la grande distribution et la direction de Lactalis, accusant cette dernière d'avoir été « défaillante » dans la gestion du dossier du lait contaminé[190],[191].

Le 12 janvier 2018, le sénat décide de procéder à des auditions sur l'affaire Lactalis destinées à « mieux comprendre la nature et l’étendue de ces dysfonctionnements pour déterminer les actions à entreprendre pour qu’ils ne se reproduisent plus »[192],[193].

Lactalis, via son PDG Emmanuel Besnier, annonce, le que 83 pays sont concernés par le rappel des produits[194],[195].

Le 23 janvier 2018, le Conseil national de l'alimentation est saisi par plusieurs ministres pour tirer les leçons des crises alimentaires dont celle affectant Lactalis[196]. Le 26 janvier 2018, une commission d'enquête parlementaire est créée à l'Assemblée nationale chargée de tirer les enseignements de cette affaire[197],[198].

Dans une lettre ouverte, le PDG de Lactalis, Emmanuel Besnier, présente, le 2 février 2018, ses excuses aux familles des victimes du lait infantile contaminé[199],[200],[201],[202]. Le même jour, les autorités constatent que l'épidémie de 2017 a affecté 37 nourrissons en France, un autre en Espagne et un autre probable en Grèce[203]. La contamination par la même souche de salmonelles a touché 146 nourrissons lors de l'épidémie de 2005. La bactérie présente dans l'usine de Craon est également à l'origine de 25 cas sporadiques entre 2006 et 2016[204],[205]. Auditionné au Sénat le mardi , Patrick Dehaumont, directeur général de l'Alimentation, administration rattachée au ministère de l’agriculture, a affirmé que Lactalis n'avait pas transmis les résultats d'autocontrôles positifs à la salmonelle de son usine de Craon, lors des inspections menées ces dernières années par les services sanitaires[206]. Or, en cas d'autocontroles positifs, le groupe Lactalis, comme tous les industriels, n'était pas obligé de prévenir les pouvoirs publics[205]. Cette règle change suites aux conclusions de l'enquête parlementaire du 18 juillet 2018[207]. Les députés ajoutent dans la loi Alimentation « l’obligation de transmettre aux pouvoirs publics tout résultat d’analyse positif, quel qu’il soit »[208],[205].

Le , Le Canard enchaîné révèle que trois ordinateurs et une tablette contenant des informations dont certaines « sensibles » relatives à l'affaire Lactalis ont été dérobés parmi le « labyrinthe des 280 bureaux » de la Direction générale des fraudes (DGCCRF) le [209]. Les familles des victimes décident de porter plainte pour dissimulation de preuves[210],[203].

En septembre de la même année, après un investissement de 12 millions d'euros, l'usine de Craon redémarre[203]. Lactalis ne travaille plus avec le « précédent laboratoire, mais avec trois (un privé et deux publics) »[211]. La marque « Milumel » en France est renommée « Celia »[211].

Le 2018, Le Canard enchaîné affirme que Lactalis a continué à vendre 8 000 tonnes de lait en poudre pour adultes « potentiellement contaminés » sortant de l'usine en cause. Lactalis confirme la vente, mais indique que ces produits n'étaient pas concernés par le retrait/rappel[212],[213],[214]. La semaine suivante l'hebdomadaire publie un extrait du rapport de la mission d'information du Sénat sur Lactalis du 5 avril 2018. Il montre que la bactérie (salmonelles) a été détectée le 21 décembre 2017 « dans l'environnement » de la tour de séchage n°2 en question[215],[216].

Le 9 et le 23 janvier 2019, Le Canard enchaîné diffuse des extraits du rapport d'enquête de la répression des fraudes (DGCCRF) qui indique que Lactalis a négligé des alertes de parents en avril 2017 et à quatre reprises entre juillet et septembre 2017[217],[218],[219]. Lactalis évoque « des informations erronées et des propos calomnieux »[217] et porte plainte pour atteinte au principe de la présomption d’innocence[220]. Le 28 octobre 2020, le groupe Lactalis est débouté[220].

En décembre 2019, d'après « Le Parisien », le PDG de Lactalis a été placé en garde à vue dans le cadre de cette affaire « par les enquêteurs de l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique (Oclaesp) » sans être mis en examen[221].

Critiques

Accusation de tromperie des consommateurs

En 2019, Lactalis lance un nouveau fromage, appelé Bleu de brebis, qui ne relève pas de l'AOP Roquefort, mais dont le logo de la marque Société et le conditionnement sont estimés de nature à tromper les consommateurs à ce sujet[222]. Devant la polémique qui se crée alors[223], le groupe justifie sa démarche par « la création de nouveaux relais de croissance »[224].

Recyclage de fromages périmés

En 2008, Galbani (appartenant à Lactalis depuis 2006) a été accusé, ainsi que d'autres entreprises, de recycler des fromages périmés et de les avoir mis en vente[225]. Cette manœuvre aurait permis aux entreprises impliquées de générer 10 millions d'euros de chiffre d'affaires. Lactalis reconnaît « avoir vendu, pendant un an après le rachat de Galbani, des fromages périmés à Tradel » (entreprise qui recycle les fromages périmés). Lactalis nie par contre avoir racheté le fromage à Tradel pour le vendre[226].

Critiques vis-à-vis de la rémunération des éleveurs

Depuis le début des années 2010, le groupe est régulièrement la cible des critiques des agriculteurs de la filière laitière qui lui reprochent d'acheter le lait à un prix trop bas. De son côté, Lactalis pointe du doigt la « crise de surproduction laitière »[227],[107].

Nicolas Dupont-Aignan appelle en au boycott des produits du groupe Lactalis à travers l'association i-boycott.org : « J'appelle les Français à boycotter ces produits car ce géant ne publie pas ses comptes, fait des bénéfices extravagants et, pendant ce temps-là, nos agriculteurs sont en train de mourir »[228]. Cette campagne de boycott s'inscrit dans le contexte de négociations difficiles[229] sur le prix du lait entre le géant laitier et les agriculteurs producteurs[230]. L'éditorialiste Périco Légasse estime alors que « Lactalis paye le litre de lait 25 centimes d’euro aux éleveurs, soit 14 centimes au-dessous de son prix de revient. Les paysans produisent à perte, en crèvent par milliers, parfois se suicident de désespoir, mais Lactalis reste intraitable », et dénonce un système dans lequel les transformateurs comme Lactalis répercutent la pression à la baisse des prix auprès des agriculteurs, afin de garantir leur marge financière[231].

En janvier 2020, Lactalis est citée dans le cadre du Prix Pinocchio organisé par l'ONG Les Amis de la Terre, qui dénonce les discours écologiques de façades de certaines entreprises et multinationales. L'ONG épingle notamment Lactalis pour le « fossé entre son discours mettant en valeur le terroir et le travail des éleveurs et la réalité d’un secteur où les agriculteurs travaillent bien souvent à perte »[232].

Lobbying

Auprès des institutions de l'Union européenne

Lactalis est inscrit depuis 2014 au registre de transparence des représentants d'intérêts auprès de la Commission européenne. Le groupe déclare en 2018 pour cette activité un collaborateur à temps plein et des dépenses d'un montant compris entre 25 000 et 50 000 euros[233].

En France

Lactalis déclare à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique exercer des activités de lobbying en France pour un montant qui n'excède pas 50 000 euros sur le second semestre 2017[234].

Notes et références

  1. a et b Voir site officiel.
  2. a et b « Le géant du lait Lactalis touche la barre des 20 milliards d'euros », sur Les Echos, (consulté le 12 février 2021)
  3. a et b « Bio : le géant du lait Lactalis vise le premier rang mondial », sur Les Echos, (consulté le 17 février 2021)
  4. « 2020 Top 100 Food & Beverage Companies | Food Engineering », sur www.foodengineeringmag.com (consulté le 20 février 2021)
  5. a et b « Le Palmarès 2019 des entreprises agroalimentaires françaises », sur RIA (consulté le 6 janvier 2021)
  6. Kira Mitrofanoff, « Comment Lactalis s'impose comme le n°1 mondial des produits laitiers devant Nestlé et Danone », Challenges.fr,‎ (lire en ligne).
  7. Mathieu Paris, « En pleine crise de l'élevage, les grandes familles du lait plus prospères que jamais », sur Observatoire des multinationales (consulté le 6 janvier 2021)
  8. a b et c « Le géant laitier Lactalis double de taille aux États-Unis », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 6 janvier 2021)
  9. « Lactalis rachète les fromages de Kraft Heinz », sur La Presse, (consulté le 6 janvier 2021)
  10. a et b « Lactalis franchit le cap des 20 milliards d’euros », sur La France Agricole (consulté le 6 janvier 2021)
  11. a b et c « Besnier l'autarcique » de Thiébault Dromard, Challenges, no 264, juillet-août 2011, p. 76.
  12. a b c d e f et g Philippe Boulet-Gercour, « Michel Besnier, empereur du lait », Nouvel Obs,‎ (lire en ligne [PDF]) :

    « (...) Le nouvel ensemble contrôle désormais 16 % de la collecte laitière française, 16 % des fromages, 24 % du beurre, 24 % du lait de consommation.(...) Le secret de Besnier ? Cet homme que « L’Expansion », en 1985, fait figurer parmi « les dix patrons les plus durs » de France, serre les coûts comme personne. Chaque centime est compté. (...) Besnier contrôle à 100 % son capital, fait rarissime pour une société de cette taille. Et depuis trente ans, il y réinvestit tous ses bénéfices. (...) »

  13. a et b « Dans le secret des laiteries », sur disclose.ngo, (consulté le 8 novembre 2020) : « (...) « 684 millions de litres de lait [ont] été trafiqués courant 1997, soulignait un rapport de gendarmerie rédigé deux ans plus tard. Soit une fraude portant sur 70 % de la production du groupe. » (...) »
  14. (fr) « La sage du Groupe Lactalis »[source insuffisante], sur le site officiel de Lactalis.
  15. a et b « Le groupe Lactalis perd son président et propriétaire, Michel Besnier », sur Les Echos, (consulté le 25 octobre 2020)
  16. « Lactalis, l'impitoyable empire du lait », sur L'Obs (consulté le 27 octobre 2020)
  17. a b c d et e Elsa Casalegno et Karl Laske, Les Cartels du lait. Comment ils remodèlent l'agriculture et précipitent la crise.: Comment ils remodèlent l’agriculture et précipitent la crise., Éditions Don Quichotte, (ISBN 978-2-35949-456-3, lire en ligne)
  18. a et b « Entreprise : chez Lactalis, le lait vitréen fête ses 50 ans », sur actu.fr (consulté le 30 octobre 2020)
  19. a et b « Président, la saga d'une marque milliardaire qui fête ses 50 ans », sur lsa-conso.fr.
  20. a b c d e f et g Alain Chatriot, « Lactalis, la construction d’un géant du lait », Histoire & Sociétés Rurales, vol. 53, no 1,‎ , p. 93 (ISSN 1254-728X et 1950-666X, DOI 10.3917/hsr.053.0093, lire en ligne, consulté le 26 octobre 2020)
  21. « Qui est Lactalis, le géant du lait au coeur du bras de fer avec les éleveurs », sur Europe 1.
  22. (en) Phillips, David, « From Western France to the World », Dairy Foods,‎
  23. a b c et d Ivan Letessier, « Lactalis : Le Gargantua du fromage », Capital N°182,‎ , p. 38-42
  24. a b c et d « Un groupe très discret », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 25 octobre 2020)
  25. « Le directeur des fromageries Besnier : nous avons parfaitement respecté le code du travail », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 26 octobre 2020)
  26. « La société Besnier et le droit syndical », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 26 octobre 2020)
  27. a b c d e f et g Philippe Genet, « Besnier, l'ogre aux 200 fromages », Capital N°78,‎ , p. 44-50 :

    « (...)Grâce à son avance technique qui lui a permis d'obtenir des coûts de production imbattables il a pu le [le lait] payer aux producteurs un poil de plus que ses concurrents. « Tout en réussissant à sortir des fromages moins chers que les leurs » explique Philippe Cartieaux de la Fédération nationale des producteurs de lait. « Sa méthode a été partout la même: casser les prix pour étouffer les rivaux et les racheter ensuite ! » (...) En vingt ans, son chiffre d'affaires s’est propulsé de 2,8 milliards à 28 milliards de francs. Mais les bénéfices, estimés aux alentours de 500 millions, sont tenus secrets depuis 1993: « Cette discrétion nous permet de négocier plus facilement les prix avec les producteurs de lait et la grande distribution », confie Marcel Urion. le numéro 2 du groupe. (...) »

  28. « Lactalis : un acteur méconnu » dans Atlas du management sur entrepreneur.lesechos.fr, 31 mai 2011.
  29. Jean-Baptiste Henry, A propos de l'affaire Préval : quelques réflexions sur les mutations de l'Ouest laitier, (lire en ligne [PDF])
  30. a et b « AFFAIRES En achetant Valmont à Perrier Besnier relance la marque Lactel », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 31 octobre 2020)
  31. a et b « Journal de Genève (AFP) », sur www.letempsarchives.ch, (consulté le 25 octobre 2020)
  32. « Gazette de Lausanne (RTS) », sur www.letempsarchives.ch, (consulté le 25 octobre 2020)
  33. « Gazette de Lausanne - 30.09.1987 - Pages 6/7 », sur www.letempsarchives.ch (consulté le 25 octobre 2020)
  34. « Besnier/Bridel : une alliance pour quoi faire ? », Entreprendre, no 45,‎ , p. 50-51 (lire en ligne)
  35. Julien Frayssignes, « L'ancrage territorial d'une filière fromagère d'AOC. L'exemple du système Roquefort », Économie rurale, vol. 264, no 1,‎ , p. 89–103 (DOI 10.3406/ecoru.2001.5259, lire en ligne, consulté le 26 octobre 2020)
  36. « Roquefort: la justice saisie par des minoritaires », sur Les Echos, (consulté le 28 octobre 2020)
  37. Cour de Cassation, Chambre commerciale, du 6 mai 1996, 94-13.708, Publié au bulletin
  38. Offre Publique De Retrait N°198C1152-3612-OP109-RO40 du 10 décembre 1998 (Pdf)
  39. « Michel Besnier cède à trois banques près de 40 % de sa filiale SOFIL », sur Les Echos, (consulté le 25 octobre 2020)
  40. « VIE DES ENTREPRISES Endetté par le rachat des Caves de Roquefort Besnier ouvre aux banques le capital de la SOFIL », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 25 octobre 2020)
  41. « Anticipant les difficultés de succession de son concurrent Besnier prend 8,1 % des Fromageries Bel », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 30 octobre 2020)
  42. a b et c « Le groupe Besnier monte en puissance dans le capital de Bel », sur Les Echos, (consulté le 30 octobre 2020)
  43. « Bel prend très au sérieux la montée de Besnier dans son capital », sur Les Echos, (consulté le 30 octobre 2020)
  44. « En Bourse, Fromageries Bel perd son aspect spéculatif », sur Les Echos, (consulté le 30 octobre 2020)
  45. « Fromageries Bel défend bec et ongles son indépendance », sur Les Echos, (consulté le 30 octobre 2020)
  46. Elsa Casalegno et Karl Laske, Les Cartels du lait. Comment ils remodèlent l'agriculture et précipitent la crise.: Comment ils remodèlent l’agriculture et précipitent la crise., Éditions Don Quichotte, (ISBN 978-2-35949-456-3, lire en ligne)
  47. a et b « Les nouveaux capitalistes », Nouvel Obs,‎ , p. 39 (lire en ligne [PDF])
  48. a et b (en) Sarah McRitchie, « Very private, increasingly global », Dairy Foods,‎ , p. 77
  49. « Lactalis, une PME familiale devenue géant mondial, en toute discrétion », sur Les Echos, (consulté le 25 octobre 2020)
  50. « Le groupe Lactalis perd son président et propriétaire, Michel Besnier », Les Échos.fr,‎ (lire en ligne).
  51. Lactalis acquiert Rouy et Saint-Morgon auprès des Fromageries Bel, Les Echos, 26 février 2002
  52. « Lactalis adds Galbani to list of acquisitions », Martin Arnold et Adrian Michaels, The Financial Times, 9 janvier 2016.
  53. « Le très discret groupe familial Lactalis s'offre Galbani, le leader italien du fromage », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 4 juin 2021)
  54. « Lactalis poursuit sa course aux acquistions », sur lsa-conso.fr (consulté le 4 juin 2021)
  55. Virginie Guérin, « Bruxelles donne son feu vert à Lactalis et Nestlé - L'Usine Agro », L'Usine Nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le 4 novembre 2020)
  56. « Naissance d'un nouveau géant des produits laitiers frais, LNPF », sur lsa-conso.fr (consulté le 4 novembre 2020)
  57. « Fromage : Lactalis avale le fabricant de Chaussée aux Moines », sur Les Echos, (consulté le 8 juin 2021)
  58. François LEMARCHAND, « Du lait cru dans le camembert au lait cru ! », Ouest-France,‎  :

    « (...) En mars 2007, le groupe lavallois Lactalis avait mené le combat, avec la coopérative Isigny-Sainte-Mère (Calvados), pour l'abandon du lait cru, arguant de raisons sanitaires. (...) »

  59. a et b « Les fromages Baer passent en mains françaises », sur 20 minutes (ATS), (consulté le 25 octobre 2020)
  60. « Avec Puleva, Lactalis a doublé de taille en Espagne », sur Les Echos, (consulté le 9 juin 2021)
  61. « Le français Lactalis lance une OPA sur l'Italien Parmalat pour devenir le numéro un mondial du lait », Boursorama, 26 avril 2011.
  62. « Lactalis prend la contrôle de Parmalat avec 83,3 % du capital », sur www.lsa-conso.fr (consulté le 13 juillet 2011).
  63. « Parmalat, fatturato in crescita nei primi 9 mesi. Tatò: "Acquisizioni, se avremo opportunità" », Gazzetta di Parma (consulté le 10 novembre 2012).
  64. « Le géant laitier Lactalis prend pied sur le marché indien », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 10 juin 2021)
  65. « Suède - Nouveau directeur général pour Skånemejerier », sur www.businessfrance.fr (consulté le 10 juin 2021)
  66. « Lactalis va racheter l'industriel brésilien Itambé », Ouest France,‎
  67. « Lactalis signe une acquisition stratégique au Brésil », sur Les Echos, (consulté le 11 juin 2021)
  68. (en) « France's Lactalis says agrees to buy India's Tirumala », Reuters.com,‎ (lire en ligne).
  69. Laurence Girard, « Lactalis s’installe en Turquie », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne).
  70. « Lactalis rachète Graindorge », Le Figaro.fr,‎ (lire en ligne).
  71. « Ferme ton camembert ! », Le Canard enchaîné,‎
  72. Agnieszka Flak, « Lactalis launches buyout bid to delist Parmalat », Reuters,‎ (lire en ligne).
  73. Olivier Tosseri, « L’OPA de Lactalis sur Parmalat suspendue pour son opacité », Les Échos.fr,‎ (lire en ligne).
  74. Dominique Vidalon, « France's Danone to sell Stonyfield to Lactalis for $875 million », Reuters,‎ (lire en ligne).
  75. Laurence Girard, « Danone cède ses yaourts bio Stonyfield à Lactalis », Le Monde Economie,‎ (lire en ligne).
  76. « Lactalis expands in low sugar yogurt with siggi's deal », sur Reuters, .
  77. « Lactalis says Aspen deal to boost overseas business », sur Reuters, .
  78. « Lactalis buys Nestle Malaysia's chilled dairy business in $40 million deal », sur Reuters, .
  79. Simon Chodorge, « Lactalis renforce sa présence en Italie avec le rachat controversé de Nuova Castelli », sur Usine Nouvelle, .
  80. « Lactalis rachète deux usines de yaourts aux États-Unis - L'Usine Agro », sur L'Usine Nouvelle, (consulté le 9 juillet 2019).
  81. « Lactalis se renforce dans le yaourt aux Etats-Unis », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 9 juillet 2019).
  82. « Lactalis se renforce sur le marché du yaourt avec deux nouvelles usines aux Etats-Unis », FIGARO,‎ (lire en ligne, consulté le 9 juillet 2019).
  83. Marie-Josée Cougard, « Produits laitiers : Lactalis devient numéro un au Brésil », sur Les Echos, .
  84. Laurence Girard, « Lactalis va baisser le prix du lait payé aux éleveurs », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  85. Marie-Josée Cougard, « Lactalis mise presque 3 milliards sur le fromage américain », sur Les Echos,
  86. Marie-Josée Cougard, « Bel veut prendre un nouveau départ cédant les fromages Leerdammer à Lactalis », sur Les Echos,
  87. a et b « Le leader mondial du lait, Lactalis, atteint les 20 milliards d'euros de chiffre d'affaires », sur France Bleu, (consulté le 25 octobre 2020)
  88. « Milumel, Lactel, Président, Bridel... de quoi est constitué l’empire laitier de Lactalis ? », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 25 octobre 2020)
  89. « Lactalis atteint les 20 milliards de chiffre d’affaires mais 2020 s’annonce difficile », sur Capital.fr, (consulté le 25 octobre 2020)
  90. Rédaction Entreprendre, « Lactalis : un géant en danger ? », sur Entreprendre.fr, (consulté le 25 octobre 2020)
  91. « Le géant du lait Lactalis touche la barre des 20 milliards d'euros », sur Les Echos, (consulté le 25 octobre 2020)
  92. a et b « Lactalis atteint les 20 milliards de chiffre d’affaires mais 2020 s’annonce difficile », sur Capital.fr, (consulté le 12 février 2021)
  93. a et b Patrice MOYON, « Agroalimentaire. Lactalis cultive son ancrage français. », sur https://www.ouest-france.fr,
  94. [1]
  95. Patrice MOYON, « Agroalimentaire. Lactalis conforte sa place de numéro un mondial », sur https://www.ouest-france.fr,
  96. « [Le chiffre du jour] Top 20 des marques alimentaires les plus achetées en France », sur lsa-conso.fr (consulté le 26 août 2019).
  97. « Quelles sont les marques préférées des français? », sur lsa-conso.fr (consulté le 26 août 2019).
  98. « Emmanuel Besnier et sa famille », sur www.challenges.fr (consulté le 31 août 2016).
  99. « Emmanuel Besnier, le PDG invisible de Lactalis aux méthodes musclées », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 25 octobre 2020)
  100. a b et c « Les petits secrets d'Emmanuel Besnier, patron de Président, Bridel, Lactel… », sur Capital.fr, (consulté le 31 octobre 2020)
  101. a b et c Karl Laske, « Lactalis: les secrets financiers de l'empire du lait », sur Mediapart (consulté le 31 octobre 2020)
  102. Manuel Alaver, « Marie Besnier, l’héritière de Lactalis, échappe à un coûteux redressement fiscal », sur Capital.fr, (consulté le 25 octobre 2020)
  103. a b et c « Le très secret Lactalis dévoile ses chiffres », sur Challenges (consulté le 26 octobre 2020)
  104. a b et c Aussi secret que son PDG, ce groupe familial ne publie jamais ses bénéfices : « Malgré sa notoriété commerciale, Lactalis, toujours propriété de la famille Besnier, reste un groupe extrêmement discret qui ne publie pas le montant de ses bénéfices et dont les dirigeants fuient les médias. » Voir sur lalibre.be.
  105. « La soif des investisseurs chinois pour le lait Made in France », sur LExpansion.com (via AFP), (consulté le 31 octobre 2020)
  106. a et b Nicolas Barriquand, « Lactalis, l'empire du secret », L'Expansion, no 804,‎ , p. 46-51 :

    « (...)C'est une constante: les éleveurs dénoncent les tarifs pratiqués par le laitier et ce dernier renvoie la faute sur les distributeurs. Ou bien affirme si conformer au marché. « Mais ce sont les entreprises majoritaires donc en particulier Lactalis, qui font les prix » proteste Philippe Jehan, président de la FDSEA Mayenne.! (...) »

  107. Eric Tréguier, « les 500 fortunes », CHALLENGES,‎ , p. 103.
  108. Manuel Alaver, « Marie Besnier, l’héritière de Lactalis, échappe à un coûteux redressement fiscal », Capital,‎ (lire en ligne).
  109. a b c d e f g h i et j (it) Projet d'OPA sur Parmalat - Consob - 23 mai 2011 (Pdf) cf. p37 + p48-49 +p60
  110. a b c d e f g h et i Offre Publique de retrait sur Parmalat (Pdf) de 2017 cf. p72,73 et p84
  111. « Comment Lactalis s'impose comme le n°1 mondial des produits laitiers devant Nestlé et Danone », sur Challenges (consulté le 2 novembre 2020)
  112. a b et c « Lactalis dévoile ses résultats, une première », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  113. a et b https://www.lesechos.fr/industrie-services/conso-distribution/-962460
  114. a et b https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/le-groupe-mayennais-lactalis-a-realise-un-benefice-de-387-millions-d-euros-en-2017-1549471486
  115. a b c et d Patrice MOYON, « Agroalimentaire. Lactalis conforte sa place de numéro un mondial », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  116. a et b « Les derniers secrets de Lactalis », sur Les Jours, (consulté le 2 novembre 2020)
  117. [2]
  118. a et b « Lactalis publie ses comptes financiers », L'Usine Nouvelle (Reuters),‎ (lire en ligne, consulté le 26 octobre 2020)
  119. Bastien Bonnefous et Cédric Pietralunga, « L’opacité de Lactalis et de sa direction crée des tensions avec les responsables politiques », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  120. Jean-Baptiste Renaud, Cash Investigation : Produits laitiers : où va l’argent du beurre ?, Premières Lignes Télévision
  121. Charlotte Coutard, « Comptes de Lactalis : le président du tribunal de commerce de Laval Serge Faguier répond à Cash Investigation », France Bleu Mayenne, .
  122. « Lactalis dévoile ses résultats, une première », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 26 octobre 2020)
  123. « Lactalis vise 20 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2020 », sur Les Echos, (consulté le 26 octobre 2020)
  124. a et b Nicolas Cori, « Lactalis fait son beurre au Luxembourg », Les Jours, .
  125. Karl Laske, Antton Rouget et Yann Philippin, « Au Luxembourg, Lactalis fait tourner l’argent du lait », Mediapart,‎ (lire en ligne).
  126. Nicolas Barriquand, « Lactalis: un discret magot placé en Belgique », L'Express,‎ (lire en ligne).
  127. a et b Nicolas Barriquand et Benjamin Peyrel, « Lactalis, roi de la dissimulation », Mediacités,‎ (lire en ligne).
  128. « Lactalis accusé par la Confédération paysanne d'avoir soustrait 2 milliards au fisc », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 12 septembre 2019).
  129. Christophe Violette, « INFO OUEST-FRANCE. La très complexe tuyauterie financière de Lactalis », Ouest-France, (consulté le 12 septembre 2019).
  130. Laurent Valdiguié, « Lactalis, la grande évasion fiscale », sur www.marianne.net, 2018-11-08utc16:30:00+0000 (consulté le 16 novembre 2020)
  131. « La Confédération Paysanne accuse Lactalis d'évasion fiscale et saisit le Parquet national financier », sur France Bleu, (consulté le 14 janvier 2019).
  132. Dossier de presse de la Confédération Paysanne : « Les prédateurs de la valeur » du 9 janvier 2019 (Pdf)
  133. « Perquisition fiscale chez Lactalis », sur LExpansion.com, (consulté le 5 novembre 2020)
  134. Mathias Destal, Marianne Kerfriden, Inès Léraud et Geoffrey Livolsi, « Les milliards cachés de Lactalis », Disclose,‎ (lire en ligne)
  135. « Le directeur de la société Besnier est condamné à trois mois de prison avec sursis pour falsification de lait », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 26 octobre 2020)
  136. Michel De Grandi, « Entremont a gagné la bataille de l'emmental contre le groupe Lactalis », Les Échos,‎ (lire en ligne).
  137. a et b Laurent Flallo, « "Mouillage" du lait : le patron de Lactalis mis en examen », Les Échos,‎ (lire en ligne).
  138. « Lait mouillé : l'ex-patron de Besnier condamné », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  139. « Vous trouvez ça normal ? », L'Usine nouvelle, no 3115,‎ (lire en ligne).
  140. « Lactalis a-t-il vendu du lait stérilisé pour du lait pasteurisé ? », Midi Libre,‎ (lire en ligne).
  141. « Lactalis aurait vendu du faux lait frais pendant des années », l'Expansion par l'Express,‎ (lire en ligne).
  142. Le Monde avec AFP, « Le groupe Lactalis visé par une information judiciaire pour falsification de denrées alimentaires », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  143. « Convertisseur franc-euro | Insee », sur www.insee.fr (consulté le 16 novembre 2020)
  144. a et b « Les sapeurs Camember et le Kolwezi du Calvados », Le Canard enchaîné,‎
  145. a et b François Krug, « En 1982, le groupe Besnier lançait l’« opération camembert » », M le magazine du Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 16 novembre 2020)
  146. « Réduction en appel des condamnations », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 16 novembre 2020)
  147. « Cinq millions d'euros d'amende pour Roquefort Société », sur lsa-conso.fr (consulté le 25 août 2020).
  148. Par Vanessa Jimenez Serrania, « L’AUTORITE DE LA CONCURRENCE ESPAGNOLE A SANCTIONNE A HAUTEUR DE 88,2 MILLIONS D’EUROS PLUSIEURS OPERATEURS DU MARCHE DE LA FOURNITURE DU LAIT CRU DE VACHE », sur Osservatorio Permanente Applicazione delle Regole di Concorrenza (consulté le 31 octobre 2020)
  149. Voir sur france3-regions.francetvinfo.fr.
  150. Laurence Girard, « Lourde amende pour le « cartel des yaourts » », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  151. « "Cartel du yaourt" : 11 fabricants condamnés à une amende de 192,7 millions d'euros », RTL.fr,‎ (lire en ligne).
  152. « L’Autorité de la concurrence sanctionne à hauteur de 192,7 millions d’euros une entente sur les produits laitiers vendus sous marques de distributeurs », sur Autorité de la concurrence, (consulté le 31 octobre 2020)
  153. « Concurrence: soupçons de cartel dans la compote », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  154. Lactalis s’en prend à un reportage d’Envoyé spécial sur ouest-france.fr.
  155. « Lactalis remporte une (petite) victoire judiciaire contre envoyé spécial », sur Arrêts sur images, (consulté le 15 décembre 2016).
  156. a et b « France 2 conteste sa condamnation », La France agricole,‎ (lire en ligne).
  157. Lactalis remporte une (petite) victoire judiciaire contre Envoyé Spécial sur Arrêt sur images, le 28 octobre 2016
  158. Jérémie Maire, « Petite victoire de France 2 face à Lactalis : la chaîne pourra rediffuser “Envoyé spécial” », Télérama,‎ (lire en ligne).
  159. Mathilde Golla, « Lactalis se sépare d'agriculteurs car ils ont témoigné sur France 2 », Le Figaro.fr,‎ (lire en ligne).
  160. Jérémie Lamothe, « Lactalis met fin aux contrats de producteurs de lait ayant témoigné sur France 2 contre le groupe », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 29 janvier 2017).
  161. La Croix (avec AFP), « Lactalis sanctionne des producteurs de lait critiques », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 29 janvier 2017).
  162. « La justice déboute le PDG de Lactalis de sa plainte contre France Télévisions pour atteinte à la vie privée », Challenges.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 26 septembre 2017).
  163. a b et c Mathias Destal, Marianne Kerfriden, Inès Léraud et Geoffrey Livolsi, « Pollution en bande organisée », Disclose,‎ (lire en ligne).
  164. (en) Caroline Harrap, « French dairy giant accused of polluting country's famous rivers for years », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  165. « Lactalis: une association de victimes demande une enquête judiciaire », sur LExpress.fr, (consulté le 8 novembre 2020)
  166. Xavier BONNARDEL, « Une enquête pointe la pollution des rivières de Lactalis », ouestfrance,‎ (lire en ligne)
  167. « Lactalis va installer une station d'épuration à Saint-Just-de-Claix en Isère », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le 16 janvier 2018).
  168. « Pour avoir pollué l'Isère, Lactalis condamné à une amende dérisoire », sur Reporterre (consulté le 8 mai 2019).
  169. « A Grenoble, une filiale de Lactalis condamnée pour avoir rejeté ses déchets dans l’Isère », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 9 avril 2019).
  170. Propriété de la Coopérative d'élevage interrégional allaitant (CELIA), l'usine est rachetée en 2006 par Lactalis.
  171. « Le procès de la pollution de l'Oudon en appel à Angers », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 29 août 2017).
  172. « Pollution de l'Oudon : la condamnation exemplaire de Lactalis - France Nature Environnement Pays de la Loire », France Nature Environnement Pays de la Loire,‎ (lire en ligne, consulté le 29 août 2017).
  173. « Pollution de la Seiche en Ille-et-Vilaine : risques de sanction contre Lactalis », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 29 août 2017).
  174. Inès Léraud, « La pollution de la rivière de la Seiche - Ép. 1/3 - L'ogre du lait », France Culture, (consulté le 20 octobre 2020).
  175. Manuel Pavard, « Ille-et-Vilaine: Lactalis condamné à une amende de 250.000 euros pour la pollution de la Seiche », 20 minutes,‎ (lire en ligne).
  176. « Lait infantile Au moins 20 bébés contaminés par des salmonelles », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 4 décembre 2017).
  177. Avec AFP, « Lait infantile contaminé : Bercy ordonne un rappel très large de produits Lactalis », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 10 décembre 2017).
  178. « Salmonelles dans du lait infantile : "On empoisonne nos enfants" », sur www.europe1.fr (consulté le 26 mars 2018).
  179. « Laits infantiles contaminés: Pourquoi le problème n’a-t-il pas été détecté à temps? », sur www.20minutes.fr (consulté le 26 mars 2018).
  180. Lait contaminé : l’UFC-Que choisir porte plainte contre Lactalis Info Ouest-France Publié le 03/01/2018 à 13:57
  181. « Lactalis rappelle tous les laits pour bébé de son usine de Craon », Les Échos.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 21 décembre 2017).
  182. « ENTRETIEN. Lactalis : ce que les familles victimes attendent de la justice », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 26 mars 2018).
  183. « Lait contaminé: les familles se regroupent pour porter plainte », lesechos.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 5 janvier 2018).
  184. Soren Seelow, « Laits infantiles Lactalis : enquête préliminaire ouverte après la découverte de salmonelle », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 27 décembre 2017).
  185. « Lait contaminé: les distributeurs accusent Lactalis, les consommateurs ciblent l'État », FIGARO,‎ (lire en ligne, consulté le 11 janvier 2018).
  186. « Lactalis : Le Maire convoque les distributeurs et la direction "défaillante" », sur www.europe1.fr (consulté le 11 janvier 2018).
  187. « Salmonelle chez Lactalis. Ces contrôles en Mayenne qui sèment le trouble », sur Ouest-France, (consulté le 13 janvier 2018).
  188. Christophe Labbé, « Lait infantile : les contrôleurs étaient aveugles », Le Canard enchaîné,‎
  189. « Lait infantile contaminé : Le Maire accuse Lactalis d'être "une entreprise défaillante" », sur francetvinfo.fr, .
  190. « De Lactalis aux distributeurs, une gestion défaillante sur toute la chaîne », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 15 novembre 2020)
  191. « Affaire Lactalis : les commissions des affaires économiques et des affaires sociales vont entendre les acteurs - Sénat », sur www.senat.fr (consulté le 15 novembre 2020)
  192. « Lactalis - Sénat », sur www.senat.fr (consulté le 15 novembre 2020)
  193. « Laits pour bébés contaminés: 83 pays concernés par un vaste rappel », Le Point (AFP), (consulté le 10 mai 2019).
  194. Le JDD, « EXCLUSIF. Le patron de Lactalis sort du silence : "Il y a peut-être eu des erreurs humaines" », sur lejdd.fr (consulté le 3 novembre 2020)
  195. « Affaire Lactalis. Le Conseil national de l’alimentation saisi par le ministre », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 26 mars 2018).
  196. Assemblée Nationale, « Commission d'enquête chargée de tirer les enseignements de l’affaire Lactalis et d’étudier à cet effet les dysfonctionnements des systèmes de contrôle et d’information, de la production à la distribution, et l’effectivité des décisions publiques - Assemblée nationale », sur www2.assemblee-nationale.fr (consulté le 26 mars 2018).
  197. Assemblée Nationale, « Enseignements à tirer de l’affaire Lactalis », sur Assemblée nationale (consulté le 15 novembre 2020)
  198. Par J. Cl Le 2 février 2018 à 11h55, « Lactalis : dans une lettre ouverte, le PDG Emmanuel Besnier présente ses excuses », sur leparisien.fr, (consulté le 15 novembre 2020)
  199. Agence Reuters, « Le PDG de Lactalis présente ses excuses », sur Mediapart (consulté le 15 novembre 2020)
  200. « Lactalis : le PDG Emmanuel Besnier présente ses excuses aux victimes », sur France 24 (AFP), (consulté le 15 novembre 2020)
  201. Cf. audition d'Emmanuel Besnier à l'Assemblée nationale du 7 juin 2018 - p.317-339 (pdf)
  202. a b et c Laurent Valdiguié, « Lactalis, un scandale français », Marianne,‎ (lire en ligne)
  203. « La salmonelle chez Lactalis a contaminé plus de bébés qu'on ne le pensait », .
  204. a b et c « Affaire Lactalis – Des salmonelles passées sous silence », sur www.quechoisir.org (consulté le 16 novembre 2020)
  205. « Révélations au Sénat : Lactalis n’a pas transmis ses contrôles », Public Senat,‎ (lire en ligne, consulté le 14 février 2018).
  206. Assemblée Nationale, « Commission d'enquête chargée de tirer les enseignements de l’affaire Lactalis et d’étudier à cet effet les dysfonctionnements des systèmes de contrôle et d’information, de la production à la distribution, et l’effectivité des décisions publiques », sur Assemblée nationale (consulté le 16 novembre 2020)
  207. « Affaire Lactalis – L’Assemblée nationale rend ses conclusions », sur www.quechoisir.org (consulté le 16 novembre 2020)
  208. C.L., « Lactalis: drôle de fric-frac au bureau des fraudes », Le Canard enchaîné,‎
  209. L'Usine Nouvelle, « [Affaire Lactalis] Les victimes portent plainte pour "dissimulation de preuve" - L'Usine Agro », usinenouvelle.com/,‎ (lire en ligne, consulté le 30 août 2018).
  210. a et b « Le grand retour de Lactalis sur la nutrition infantile », sur lsa-conso.fr (consulté le 4 novembre 2020)
  211. « Lactalis aurait écoulé 8.000 tonnes de poudre potentiellement contaminées », sur Franceinfo, (consulté le 22 août 2019).
  212. C.L., « Lactalis ou l'art de l'empoudrage », Le Canard enchaîné,‎
  213. « Le Groupe Lactalis "dément et condamne fermement les accusations sans fondement du Canard Enchaîné" », sur France Bleu, (consulté le 15 novembre 2020)
  214. « La Une du 31 octobre 2018 – Le Canard enchaîné » (consulté le 25 octobre 2020)
  215. Christophe Labbé, « La défense de Lactalis, c'est du flan ! », Le Canard enchaîné,‎  :

    « (...) « Le 21 décembre 2017, suite à la détection de la bactérie dans l'environnement de la tour n°2, le groupe Lactalis annonce généraliser le retrait-rappel à l'ensemble des produits fabriqués ou conditionnés sur la partie du site Lactalis Nutrition Santé depuis le 15 février 2017 ». Il s'agit de laits et céréales infantiles, ainsi que de produits de nutrition spécialisés. (...) »

  216. a et b « Lait contaminé. Le « Canard enchaîné » affirme que Lactalis a négligé des alertes de parents », Ouest-france,‎ (lire en ligne)
  217. C.L., « Les tromperies à répétition de Lactalis font bouillir les juges », Le Canard enchaîné,‎
  218. « Une défense de Lactalis noyée dans le yaourt », Le Canard enchaîné,‎
  219. a et b C.L., « Lactalis : « Le Canard » boit du petit lait », Le Canard enchaîné,‎
  220. Par Elsa Mari et Vincent GautronneauLe 6 mars 2020 à 16h18 et Modifié Le 6 Mars 2020 À 16h41, « Lait infantile contaminé : le patron de Lactalis placé en garde à vue fin décembre », sur leparisien.fr, (consulté le 5 novembre 2020)
  221. « Bleu de brebis de Lactalis – Un ersatz de roquefort qui passe mal », sur www.quechoisir.org (consulté le 25 août 2020).
  222. « Polémique sur le nouveau « Bleu de Brebis » de Roquefort Société », sur Les Echos, (consulté le 25 août 2020).
  223. « Lactalis sauve son Bleu de brebis face à José Bové », sur RIA (consulté le 25 août 2020).
  224. « Des fromages avariés réutilisés dans des produits vendus dans toute l'Europe », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne).
  225. Marie-Josée Cougard, « Lactalis craint le choc en retour du scandale de la mozzarella », Les Échos.fr,‎ (lire en ligne).
  226. Avec AFP, AP et Reuters, « Le torchon brûle entre les agriculteurs et Lactalis », Le Figaro.fr,‎ (lire en ligne).
  227. Jean-Michel Gradt, « Crise du lait : Dupont-Aignan appelle à boycotter Lactalis, une initiative rare », Les Échos,‎ (lire en ligne).
  228. « Rémunération des éleveurs : Lactalis toujours vache », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le 31 janvier 2017).
  229. Isabelle de Foucaud, « Les consommateurs appelés à soutenir les producteurs de lait contre Lactalis », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne, consulté le 29 janvier 2017).
  230. Périco Légasse, « Camembert Président, lait Bridel, roquefort Société... appel au boycott contre les marques Lactalis », Marianne,‎ (lire en ligne, consulté le 29 janvier 2017).
  231. « Écologie : une association épingle Lactalis », .
  232. « Registre des représentants d'intérêts - Rechercher dans le registre », sur ec.europa.eu (consulté le 7 mai 2019).
  233. « Fiche Organisation « Haute Autorité pour la transparence de la vie publique », sur www.hatvp.fr (consulté le 30 août 2018).

Annexes

Bibliographie

  • D. Autissier, F. Bensebaa et F. Boudier, « Lactalis, un acteur méconnu », dans L'Atlas du management : l'encyclopédie du management en 100 dossier-clés, Eyrolles (lire en ligne), p. 195-201

Documentaire

  • Marianne Kerfriden, Inès Leraud, Geoffrey Livolsi et Mathias Destal, « L’ogre du lait - enquête sur la firme Lactalis » (ou « Lactalis au-dessus des lois ? »), Disclose pour Envoyé spécial, France 2, [voir en ligne]

Articles connexes

Liens externes