La Clef de Saint-Pierre

La Clef de Saint-Pierre - Pissaloup
Un bus de la ligne 418 du réseau Sqybus à La Clef de Saint Pierre.
Un bus de la ligne 418 du réseau Sqybus à La Clef de Saint Pierre.
Nom original Quartier de La Clef de Saint-Pierre
Lieu Saint-Quentin-en-Yvelines, Élancourt, Trappes (Île-de-France)
Pays Drapeau de la France France
Superficie 1,6 km2[1]
Construction 1990
Établissements principaux Airbus, Thales, Institut International de l'Image et du Son de Paris, Kawazaki
Métro (RER)(C)

TransilienLigne N du TransilienLigne U du Transilien

Coordonnées 48° 47′ 41″ nord, 1° 58′ 27″ est
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
La Clef de Saint-Pierre
Géolocalisation sur la carte : Paris et la petite couronne
(Voir situation sur carte : Paris et la petite couronne)
La Clef de Saint-Pierre
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
(Voir situation sur carte : Île-de-France)
La Clef de Saint-Pierre

La Clef de Saint-Pierre - Pissaloup est un parc industriel et un quartier résidentiel situé sur les communes d'Élancourt et de Trappes, à Saint-Quentin-en-Yvelines, dans le département français des Yvelines. Il est intégré depuis 2005 au pôle scientifique et technologique Paris-Saclay à travers l'opération d'intérêt national Paris-Saclay.

Créé en 1990, le quartier accueille une centaine d'entreprises sur 160 hectares et plus de 8 400 salariés y travaillent[2]. Les bureaux d'Airbus Defense and Space et de Thales Land and Air Systems y sont également implantés. Le parc est situé dans la partie nord-ouest du pôle de Paris-Saclay.

Géographie

Le parc est implanté au sud du département français des Yvelines, dans la région Île-de-France, à vingt-cinq kilomètres au sud-ouest de Paris-Notre-Dame. Situé sur à proximité de la colline d'Élancourt, anciennement colline de la Revanche, il occupe cent soixante hectares répartis au nord des communes d'Élancourt et de Trappes-en-Yvelines.

Le quartier est limitrophe des communes de Plaisir au nord et de Montigny-le-Bretonneux à l'est. zone d'activités en bordure de la route nationale 12. La zone d'emploi est bordée au nord par la route nationale 12 qui mène à Versailles et la Porte de Saint-Cloud vers l'est, ainsi qu'à Brest vers l'ouest.

À proximité du parc d'activités se trouve la ligne C du RER d'Île-de-France ainsi que lignes N et U du Transilien, au niveau de la gare de Saint-Quentin-en-Yvelines à l'est ainsi que la ligne N du Transilien aux gares de Plaisir - Grignon et de Villepreux - Les-Clayes au nord. Le réseau de bus Sqybus dessert le parc d'activités et le quartier résidentiel ainsi que la ligne 475 du réseau de bus Express d'Île-de-France, reliant le quartier à la Porte d'Orléans.

Histoire

Vue de la Clef de Saint Pierre et de la colline de la Revanche à Élancourt depuis la route nationale 12.

Ancien territoire de la commune de Plaisir, le quartier de la Clef de Saint-Pierre a été rattaché à Élancourt en 1983, lorsque Plaisir a choisi de sortir de la ville nouvelle de Saint-Quentin-en-Yvelines[3].

Tout d'abord uniquement zone d'activités en bordure de la route nationale 12 et contiguë à la zone d'activités de Pissaloup partagée avec Trappes-en-Yvelines, ce lieu-dit s'est rapidement métamorphosé dans les années 1990 en quartier pour accueillir de nombreux résidents et leur offrir de nombreux services de proximité, malgré une importante diminution de l'emploi sur ce quartier.

En 1988, des diplômés de l’IDHEC, actuellement La Fémis, de l’ENS Louis Lumière ainsi que des professionnels du cinéma y créent un établissement d’enseignement supérieur technique privé, l’Institut International de l’Image et du Son de Paris. Durant une vingtaine d’années, l’école développe son campus étudiant 14 000 m2 au sein du quartier de la Clef de Saint-Pierre[4].

Le quartier commence à s'urbaniser à partir de 1990, avec la réalisation du siège de Thomson-CSF, devenu Thales, à proximité de la route nationale 12. Cet immeuble de bureau de 80 000 m2, est depuis 2006 occupé par EADS Defense and Security devenu Airbus Defense and Space.

Cet immeuble de bureau lance alors la vocation économique du nord du quartier. De nombreuses grandes entreprises s'y implantent (CRMA Aero Repair, Fenwick, Bayer, Matra, Kawasaki, etc.).

À partir de 1992, les premiers logements sont réalisés. Ils sont situés au sud du quartier, à proximité de la RD 912. Le plan d'aménagement, réalisé par l'EPASQY prévoit plus de 2 000 logements, un collège, un stade (le complexe sportif Europe), deux écoles primaires, une mairie annexe d'Élancourt, une annexe du commissariat de police municipale ainsi que de nombreux commerces sur la Place de Paris[3].

En 2005, le parc fut intégré à l'opération d'intérêt national Massy-Palaiseau-Saclay-Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines[5], devenue en 2010 Paris-Saclay.

Économie

La gestion du parc et du quartier est assurée par la communauté d'agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines et les communes d'Élancourt et de Trappes.

En juin 2015, le quartier de La Clef de Saint Pierre - Pissaloup rassemble 166 entreprises et établissements et plus de 8400 emplois selon la communauté d'agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines[2].

Le parc est aussi intégré depuis 2005 à l'Opération d'Intérêt National Massy - Palaiseau - Saclay - Versailles - Saint-Quentin-en-Yvelines et au projet d'aménagement Paris-Saclay pour l'aménagement concerté et durable du territoire.

Le quartier fait partie de la communauté d'agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines, un pôle économique d'importance du département. Par sa situation géographique, le parc est aussi intégré à l'extrême nord-ouest du pôle Paris-Saclay, avec les implantations de l'Université de Versailles - Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ), membre-associée de l'Université Paris-Saclay.

Équipements et aménagement

Le quartier propose une architecture assez caractéristique des années 1990 : toits terrasses, immeubles-villas, maisons de ville et lotissements pavillonnaires.

Le Beffroi, qui comporte des logements étudiants à destination de l'Institut International de l'Image et du Son de Paris, constitue l'immeuble le plus haut du quartier (15 étages). À l'origine, cet immeuble devait représenter le principal « repère » de la Clef de Saint-Pierre.

C'est à proximité que se trouve la colline artificielle d'Élancourt, anciennement colline de la Revanche, point culminant de l'Île-de-France (231 m), insérée entre la zone d'activités des Bruyères à Trappes et la route départementale 912.

Enseignement

Plusieurs établissements d'enseignement secondaire et supérieur s'y trouvent :

Quelques entreprises implantées

Parmi les grands noms installés dans le quartier, on trouve :

Courses et sports

C'est à proximité que se trouve la colline d'Élancourt, anciennement colline de la Revanche, point culminant de l'Île-de-France (231 m), insérée entre la zone d'activités des Bruyères à Trappes et la route départementale 912.

Elle est aujourd'hui fréquentée par des aficionados de parapente, de planeur radiocommandé (principalement du vol de pente), de cerf-volant et de VTT. Tous les ans, s'y déroule une épreuve du Challenge athlétique des Yvelines, la course de colline d'Élancourt dite la Revanche, longue de 10 km (environ 350 participants, 10e édition en 2006). Chaque année également, a lieu une épreuve du Challenge de VTT des Yvelines, la Revancharde, qui réunit plus de 200 participants (7e édition en 2005). L'endroit avait été retenu comme site olympique pour accueillir les épreuves de VTT des Jeux olympiques d'été de Paris 2012.

Pour approfondir

Articles connexes

Notes et références

  1. « Plans de Déplacements Inter-Entreprises (PDIE) » (consulté le 17 avril 2020)
  2. a et b « Plans de Déplacements Inter-Entreprises (PDIE) à Saint-Quentin-en-Yvelines », sur saint-quentin-en-yvelines.fr, Saint-Quentin-en-Yvelines, (consulté en avril 2020)
  3. a et b « Histoire et patrimoine | Elancourt », sur elancourt.fr (consulté le 17 avril 2020)
  4. La Rédaction, « Publi-reportage - L’enseignement supérieur de demain est à Saint-Quentin-en-Yvelines », sur La Gazette de la Défense, (consulté le 17 avril 2020)
  5. Numéro 4 du journal en ligne « Demain Courtabœuf ». Consulté le 15/06/2008.
  6. (en) « Airbus in France », sur Airbus (consulté le 25 avril 2020)