Laëtitia ou la Fin des hommes

Laëtitia ou la Fin des hommes
Auteur Ivan Jablonka
Pays France
Genre Biographie/Enquête littéraire
Éditeur Seuil
Date de parution
Nombre de pages 400
ISBN 9782021291209

Laëtitia ou la Fin des hommes est une biographie sous forme d'enquête ou « roman vrai », écrite par l'historien et écrivain Ivan Jablonka et parue en 2016 aux éditions du Seuil. Le livre a reçu le prix Médicis et le prix littéraire du Monde en 2016.

Partant d'un fait divers – l'assassinat de Laëtitia Perrais (1992-2011) –, le livre brosse le portrait de la société française, en évoquant les médias, la justice, le gouvernement ou les zones périurbaines. Au-delà de la vie et de la mort de la femme, il s'agit d'une réflexion sur les violences faites aux femmes et les féminicides, ainsi qu'une « radiographie sans complaisance de la France »[1] au début du XXIe siècle.

Adapté à la télévision en 2020 par le réalisateur Jean-Xavier de Lestrade, le livre ainsi que la mini-série peuvent être rattachés au mouvement MeToo et Balance ton porc.

Résumé

L'histoire d'une femme, Laëtitia Perrais, enlevée, poignardée, étranglée et démembrée par son séducteur agresseur Tony Meilhon, et de sa sœur Jessica Perrais : le livre retrace la vie de la femme, son placement en famille d'accueil et le crime qui s'est déroulé près de Pornic en 2011, tout en allant plus loin qu'une simple analyse de ce fait divers[2]. L'auteur analyse notamment le rôle des medias, de la justice, de l'exécutif, du président de la République Nicolas Sarkozy, des jeunes dans notre société et des violences faites aux femmes[3].

Dans le chapitre 50, intitulé « Féminicide », l'auteur analyse le modus operandi du meurtre de Perrais, alléguant qu'il s'agit d'un « crime misogyne », la femme ayant été « mise à mort en tant que femme » (p. 370).

Analyse

Le récit alterne entre la vie de Laëtitia Perrais (1992-2011) et l’enquête criminelle depuis sa disparition jusqu’au procès de Tony Meilhon (2011-2015), l’accent étant mis sur « la vie et non (sur) la mort »[4]. Le livre fait donc le « portrait d’une victime » anonyme[5], à laquelle il rend hommage. C’était déjà le projet de l’auteur dans Histoire des grands-parents que je n'ai pas eus à propos de ses grands-parents assassinés pendant la Seconde Guerre mondiale, comme il le précise au début du livre dans sa lettre à l’avocate Cécile de Oliveira :

« C’est une recherche historique, ainsi qu’une stèle à la mémoire de deux jeunes gens assassinés à la fleur de l’âge. Le même sentiment me pousse à écrire sur Laëtitia. Je voudrais retracer sa vie : son parcours, les épreuves qu’elle a subies, l’avenir qu’elle se préparait, l’injustice et l’horreur d’une vie détruite. »

— Jablonka, Laëtitia , p. 11.

Bien que récompensé dans la catégorie « romans » du prix Médicis, le livre peut être défini selon d'autres critères, comme un livre d'histoire ou de sociologie, un essai, une biographie (de Laëtitia Perrais), une enquête, un brûlot féministe, un roman vrai ou encore une oraison funèbre[6].

L’enquête est fondée sur les témoignages des proches de Perrais (parents, oncles…) et des « parties civiles, témoins, enquêteurs, magistrats, personnels socio-éducatifs, enseignants ou amis de Laëtitia »[7], les dossiers des jumelles à l’Aide sociale à l’enfance et les débats aux différents procès. Jablonka fait aussi usage d’« archives numériques »[8] comme les SMS de Perrais, ses posts Facebook et ses « likes » sur des groupes Facebook, en s’intéressant aux formes d’écriture qu’elles suscitent, puisque quand elle était « en ligne, Laëtitia écrivait “mwa” au lieu de “moi” » [9]

Réception critique

Le récit a été salué par la critique, et a remporté le prix littéraire du Monde et le prix Transfuge du meilleur essai, avant de recevoir le prix Médicis en 2016[10]. L'ouvrage a été sélectionné pour le Goncourt et le Renaudot[11].

Dans Le Nouvel Observateur, Jérôme Garcin écrit que « l'incroyable puissance de ce livre tient à sa forme hybride (...) et à l'engagement total, aussi intellectuel qu'affectif, de son auteur »[12]. La revue Diacritik estime que l'« on n’écrira plus le fait divers comme avant »[13]. Dans Esprit, Emmanuel Laurentin écrit que, grâce aux "sciences humaines brillamment mobilisées par l'auteur-historien", ce livre "continue de nous préoccuper bien après la dernière page achevée"[14].

Enfin, toujours en 2016, le livre reçoit le prix des prix littéraires[15], dont le lauréat est choisi parmi les grands prix littéraires décernés à l'automne.

Adaptation

Le livre a été adapté en mini-série par le réalisateur Jean-Xavier de Lestrade, avec notamment les comédiens Yannick Choirat, Marie Colomb, Alix Poisson et Noam Morgensztern,[17]. Elle a été sélectionnée au festival de Sundance, une première pour une série française[18].

La mini-série est constituée de 6 épisodes de 55 minutes. Ils sont diffusés sur France2 le lundi pour les 3 premiers et le lundi pour les 3 derniers.

Notes et références

  1. Florence PITARD, Ouest France, 02/11/2016, https://www.ouest-france.fr/culture/livres/le-prix-medicis-ivan-jablonka-pour-laetitia-ou-la-fin-des-hommes-4588045
  2. Fabienne Pascaud, « Laëtitia ou la fin des hommes », Télérama,‎ (lire en ligne).
  3. Christophe Turgis, « "Laetitia ou la fin des hommes", prix Médicis 2016 », sur France3,
  4. afp, le 14/09/2019, https://www.la-croix.com/Culture/serie-Laetitia-parle-vie-pas-cadavre-I-Jablonka-J-X-Lestrade-2019-09-14-1301047578
  5. Nicolas Carreau sur Europe 1, 09h17, le 05 septembre 2016, « Laëtitia d’Ivan Jablonka : le portrait d'une victime », https://www.europe1.fr/emissions/Le-coup-de-coeur-du-jour/laetitia-divan-jablonka-le-portrait-dune-victime-2837815
  6. Laurence Houot, Le prix Medicis à "Laëtitia ou la fin des hommes" d'Ivan Jablonka, France TV Info, 2 novembre 2016
  7. AFP, le 07/09/2016, https://www.lepoint.fr/culture/a-travers-laetitia-ou-la-fin-des-hommes-ivan-jablonka-ausculte-la-societe-francaise-07-09-2016-2066595_3.php
  8. « Archivage numérique », sur FranceArchives (consulté le 9 juin 2020).
  9. Claire Richard, sur Rue89, https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-le-grand-entretien/20160904.RUE3742/ivan-jablonka-en-ligne-laetitia-ecrivait-mwa-au-lieu-de-moi.html
  10. Rédaction, « Le prix Medicis attribué à Ivan Jablonka pour "Laëtitia ou la fin des hommes" », sur Europe 1,
  11. AFP, « A travers "Laëtitia ou la fin des hommes", Ivan Jablonka ausculte la société française », sur Le Point,
  12. « Laëtitia, 1992-2011 : la justice selon Jablonka, prix Médicis 2016 », sur Nouvelobs.com, L'Obs, (consulté le 9 juin 2020).
  13. « Les politiques de l’enquête selon Ivan Jablonka : Laëtitia ou la fin des hommes », sur DIACRITIK, (consulté le 9 juin 2020).
  14. Emmanuel Laurentin, "L'historien et la jeune fille. Ivan Jablonka, Laëtitia ou la fin des hommes", revue Esprit, octobre 2016, https://esprit.presse.fr/article/emmanuel-laurentin/ivan-jablonka-laetitia-ou-la-fin-des-hommes-38992
  15. Marine Durand, « Le Prix des Prix 2016 revient à Ivan Jablonka », sur Livres Hebdo, (consulté le 20 novembre 2019)
  16. Voir https://www.rtbf.be/tv/article/detail_laetitia-la-serie-qui-s-inspire-de-faits-reels-tragiques?id=10409805
  17. Voir https://lemag.tvfrance-intl.com/2020/01/21/laetitia-premiere-serie-francaise-au-sundance-entretien/

Liens externes