Éditions L'Harmattan

(Redirigé depuis L'Harmattan)

Logo de la maison d'édition
Repères historiques
Création
Fondée par Robert Ageneau et Denis Pryen
Fiche d’identité
Forme juridique Société par actions simplifiée
SIREN 311 023 121
Siège social 5-7, rue de l'École-Polytechnique, Paris (France)
Dirigée par H.D.P. Xavier Pryen
Spécialités sciences humaines
Société mère H.D.P.
Effectif 47 en 2017/2018
Site web www.harmattan.fr
Données financières
Chiffre d'affaires 7 638 700  au
Résultat net 0615 800  au [1]

Librairie Éditions L'Harmattan est un groupe éditorial bâti autour de la maison d'édition française L'Harmattan, créée par Denis Pryen et Robert Ageneau en . Il tire son nom du vent de l'Afrique de l'Ouest, l'harmattan.

Les Éditions L’Harmattan, initialement spécialisées dans l'édition de sciences humaines francophones, sont maintenant ouvertes à des domaines livresques plus divers, mais également à la production et diffusion numériques multisupports.

Elle compte trois structures éditoriales en Europe, cinq librairies à Paris et onze antennes en Afrique, ainsi qu'un entrepôt à Condé-sur-Noireau. Elle est également aujourd'hui le distributeur de près de trente maisons d'édition. Elle détient et anime enfin le Théâtre du Lucernaire, dans le 6e arrondissement de Paris.

Histoire

Le siège des éditions, rue de l'École-Polytechnique, à Paris.

L'Harmattan est créé en 1975 par Robert Ageneau et Denis Pryen, deux éditeurs issus de la gauche catholique et de l'engagement tiers-mondiste. Leur objectif est alors de publier des ouvrages traitant des relations géopolitiques entre le Tiers-Monde, les pays développés et l’Afrique[2].

Denis Pryen est né en 1939 dans le Nord[3]. Robert Ageneau, né en 1938 en Vendée, a été rédacteur en chef de Spiritus, une revue de missionnaires[4]. Le premier est considéré comme l'homme d'affaires derrière le projet, tandis que le deuxième est l'intellectuel. Ils installent leur librairie à Paris, dans le quartier de Saint Germain des Prés.

L'Harmattan se fonde sur les expériences de deux maisons d'édition alors en déclin, François Maspero et Présence africaine. La maison d'édition nouvellement créée développe de nouvelles thématiques autour de l'évolution des États africains, l'immigration, et le rôle du christianisme dans les questions de développement[5]. L'Harmattan constitue un réseau de relations avec les mouvements nationalistes notamment du Salvador, du Timor, des Antilles et du Sahara occidental. Les premières publications comptent des livres sur les DOM TOM, le coup d'État de Pinochet, en 1973, la révolution malgache, la famine au Sahel et la littérature en langue africaine.

Si le modèle est au départ celui d'un réseau bénévole constitué de responsables de collections universitaires, la maison se professionnalise au fur des années. La promotion n'est, au début, réalisée que grâce à des présentations durant la fête de l'Humanité. Afin de limiter les coûts, la maison impose une méthode dite de « prêt à clicher » dès les années 1980[2], obligeant les auteurs de se soumettre aux formats exigés par la maison d'édition[5]. L'Harmattan recrute des salariés, et initie un contrat à compte d’éditeur à 0 % de droits d’auteur sur les 500 premiers exemplaires. En 1984, L'Harmattan emploie 19 personnes[6].

La stratégie de Pryen, qui consiste à réduire les frais de fabrication au maximum et à jouer sur un effet volume, permet à l'Harmattan de se développer rapidement et avec succès. Cette stratégie est toutefois désapprouvée par Ageneau, qui considère que cela se fait au détriment d'une approche qualitative et restrictive[4],[7]. À la suite d'une décision de justice de 1980 qui lui permet de ne pas avoir de clause de non concurrence, Robert Ageneau quitte la société en 1980 pour fonder sa propre maison d’édition[8], les Éditions Karthala[9].

En 2010, Denis Pryen prend sa retraite et nomme son neveu, Xavier Pryen, à la tête de la gestion opérationnelle du groupe. Denis Pryen devient toutefois président du conseil de surveillance. Les éditions continuent à croître, et la croissance est facilitée par la numérisation des métiers d'éditeur et d'imprimeur. L'Harmattan a pu réduire considérablement ses tirages initiaux en pratiquant l'impression à la demande. La maison peut ainsi s'engager à maintenir les ouvrages toujours disponibles.

Activité éditoriale

Éditeur de livres

Le cœur de métier de L'Harmattan est la publication d'ouvrages. En 1980, L’Harmattan publiait 40 titres, pour passer à 100 en 1984[6], 800 en 1997[2], et environ 2 500 en 2018. Les principales thématiques abordées sont les sciences humaines et sociales, l'économie et la poésie. Si toutes les zones géographiques sont abordées, la maison d'édition veille à un équilibre entre les publications liées aux pays en développement, et les publications sur les pays développés[10]. Elle publie aujourd'hui également des bandes dessinées, des livres pour la jeunesse, des livres audio et des collections littéraires (romans, poésie, théâtre, critique littéraire…).

Le fonds éditorial comprend 40 000 titres au catalogue, 24 000 auteurs, 400 collections et 150 revues. Ce fonds est augmenté, en 2009, par le rachat du fonds de la librairie espagnole, de plus de 45 000 titres hispaniques[réf. nécessaire]. En tout, en plus des vidéos et des revues, un million de livres d’occasion sont stockés dans les entrepôts de Condé-sur-Noireau, dans le Calvados, et mis sur le marché via la Très Grande Librairie (TGL)[11].

Éditeur numérique multisupports

À son métier d'origine de publication de livres, L'Harmattan associe aujourd'hui un métier d'éditeur numérique multisupports. Les auteurs peuvent ainsi publier des ouvrages en version e-book (généralement au format EPUB). L'adoption rapide du numérique comme méthode d'édition a fait de L'Harmattan le deuxième éditeur numérique de France en 2010, derrière la Fnac, et devant Numilog[12].

L'Harmattan a en outre ouvert un site dédié aux produits numériques, L'Harmathèque, où plus de 27 000 titres numérisés sont disponibles, qu'il s'agisse d'e-books, de films, d'articles ou d'audios.

L'Harmattan TV diffuse par ailleurs quelque 400 films, produisant et diffusant tous les ans une centaine de films (documentaires, fictions, « captations théâtrales »[13].

Organisation

L'Harmattan compte, en 2010, une centaine de collaborateurs, ainsi que 400 directeurs de collection. Elle figure à la 54e place du classement des maisons d’édition françaises en fonction du chiffre d’affaires.

La maison d’édition possède aussi ses propres librairies (Librairie Internationale, Espace Harmattan, Librairie Méditerranée Moyen-Orient, Librairie Sciences Humaines) ainsi que la librairie du théâtre du Lucernaire, dans le 6e arrondissement de Paris.

Outre la France, L’Harmattan compte en 2020 deux structures en Europe (L’Harmattan Italie et L’Harmattan Hongrie) et onze structures en Afrique (en Algérie, Burkina Faso, Cameroun, Congo, République démocratique du Congo, Côte d'Ivoire, Guinée, Mali, Maroc, Sénégal et au Togo).

Controverses

L'Harmattan a fait l'objet de plusieurs critiques et controverses. Elles sont liées aux contrats que l'éditeur fait signer aux auteurs, qui implique, premièrement, un cofinancement de la publication par l'achat des premiers ouvrages imprimés, et, deuxièmement, l'abandon de droits d'auteur à titre onéreux sur les 500 premiers exemplaires.

Sélection et cofinancement

Le modèle économique de l’Harmattan repose sur la publication d’un grand nombre de textes, sur lequel elle n’opère que peu voire pas de sélection[réf. nécessaire]. L’Harmattan demande aux auteurs de fournir un prêt-à-clicher au format de l’édition ; il ne procède pas non plus à la correction des textes, se contentant de demander aux auteurs de l’assurer après survol du manuscrit reçu[réf. nécessaire]. La rentabilisation de base d’un ouvrage passe depuis les années 2000 par l’obligation faite à chaque auteur de préacheter un certain nombre de ses ouvrages (le contrat standard prévoit 30 ouvrages à -30 % — les [nombreux] auteurs maison se voient également offrir une remise de 30 % sur tout le catalogue). En 1984, ce cofinancement était déjà pratiqué pour les ouvrages longs[6]. Il est aujourd’hui généralisé.

Pour les éditeurs traditionnels, la première mission d’un éditeur est la sélection des textes, pour lesquels il accompagne ensuite les auteurs dans la finalisation du manuscrit, et dont il prend la responsabilité d’assumer le risque de la publication. Selon eux, L’Harmattan, en se dérobant à ces missions, ne peut être considéré comme un éditeur, mais propose une publication à compte d'auteur. Denis puis Xavier Pryen ont constamment défendu leur propre vision du métier d’éditeur, affirmant que le premier droit d’un auteur est d’être publié et que le cofinancement qu’ils pratiquent ne peut en aucun cas être assimilé à la publication à compte d’auteur. De fait, un grand nombre de livres (notamment africains) ne pourraient pas exister dans le modèle de l’édition traditionnelle. De plus, le modèle économique qu’ils préconisent est solide, L’Harmattan étant constamment bénéficiaire, au contraire de nombre d’éditeurs dont beaucoup doivent mettre la clef sous la porte en abandonnant leurs auteurs[10].

Droits d'auteur et rémunération

L'Harmattan a initié les contrats à compte d’éditeur, imposant 0 % de droits d’auteur sur les 1 000 premiers exemplaires[10]. Malgré des assignations en justice par la Société des gens de lettres (SGDL) et le Syndicat national des auteurs et des compositeurs (SNAC)[10], l'éditeur a conservé sa politique. Aujourd'hui, les droits d'auteurs prévus pour les ventes papier sont de 0 % pour les 500 premiers exemplaires, de 4 % de 501 à 1 000 exemplaires vendus et de 6 % au-delà. Pour les ventes d'ouvrages numériques, ils sont de 10 % quel que soit le nombre d'exemplaires vendus[14].

L'Harmattan est condamné en 1999 (TGI de Paris, )[15], et perd en appel en 2005 : l'éditeur est condamné à verser 7 000 euros aux plaignants[16], pour une question de quantités d’impression indiquée sur un autre chapitre. Le tribunal autorise finalement ce contrat.

La controverse reprend toutefois en 2015 quand un article du journal Le Monde remet sur la place publique la question de l'abandon des droits d'auteur à titre onéreux jusqu'au 500e exemplaire vendu, considérant la pratique comme peu respectueuse des auteurs. Le journal souligne que la maison d'édition exige des auteurs un travail important de pré-édition, et relaie les critiques d'auteurs africains, qui considèrent avoir été trompés par la maison. Ils critiquent notamment la facturation par l'éditeur du travail de relecture et de mise en page, ainsi que la rareté des cas où des droits d'auteur sont versés aux auteurs africains[17].

Charles Gueboguo, qui a publié des ouvrages sur la pandémie du SIDA en Afrique dans les années 2000, a ainsi critiqué : « Je n’avais aucune connaissance technique en la matière. À l’époque, j’étais doctorant et je vivais au Cameroun. Pour mon premier ouvrage, j’ai dépensé 800 euros, entre 2004 et 2006, afin de leur envoyer le manuscrit tel qu’ils le demandaient, sans compter l’achat de 50 exemplaires de mon propre livre qui coûtait alors 17 euros. Au final, cela m’a coûté autour de 1 700 euros ». Or, du fait des faibles ventes de son ouvrage, les droits d'auteur ne lui ont jamais été versés : « Depuis cette date, je n’ai jamais perçu le moindre droit d’auteur ». Sa publication chez L'Harmattan aurait ainsi été un boulet important pour lui[10].

Dans un droit de réponse au Monde, les éditions l’Harmattan se défendent en indiquant que « un arrêt de la Cour d’Appel de Paris du , a reconnu la légalité de [leur] contrat avec droits à partir du 501e exemplaire vendu et que cette décision juridique n’est plus contestée »[10].

Notes et références

  1. https://www.societe.com/societe/librairie-editions-l-harmattan-311023121.html
  2. a b et c Antoine de Gaudemar, Autant en rapporte L'Harmattan, Libération, .
  3. « Denis PRYEN - Dirigeant de la société H d p - BFMBusiness.com », sur dirigeants.bfmtv.com (consulté le )
  4. a et b « Karthala, le « volcan » du boulevard Arago », RFI, (consulté le ).
  5. a et b « Le mystère L’Harmattan – JeuneAfrique.com », JeuneAfrique.com,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. a b et c Denis Pryen et Suzanne Lallemand, « L'Harmattan », Journal des anthropologues, vol. 18, no 1,‎ , p. 50–53 (DOI 10.3406/jda.1984.1220, lire en ligne, consulté le )
  7. « L’Harmattan Guinée paie-t-elle ses auteurs ? Livre et lecture en Guinée, Problématique de la politique nationale du livre (notre dossier) », sur guinee7.com (consulté le ).
  8. Chanda Tirthankar, Karthala, le « volcan » du boulevard Arago, RFI, .
  9. « Afrique/France : [Episode 6] L'Harmattan / Karthala, les faux frères ennemis de l'édition de l'Afrique à Paris », La Lettre du Continent,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  10. a b c d e et f « L’Harmattan, la maison d’édition qui ne paie pas ses auteurs », sur Le Monde.fr (consulté le ).
  11. À propos de Tgl Harmattan - AbeBooks.fr.
  12. L’offre de livres numériques en France - Mathias Daval et Rémi Douine, Le MOTif, juillet 2010, p. 19 [PDF].
  13. C'est-à-dire des pièces de théâtre enregistrées.
  14. Contrat d'édition type 2020 de L'Harmattan et avenant numérique.
  15. L'historique du SNAC et quelques références d'actions - Syndicat national des auteurs et des compositeurs.
  16. Les méthodes de l’Harmattan condamnées - Blog de Pierre Assouline, Le Monde, 17 mai 2006.
  17. Raoul Mbog, « L’Harmattan, la maison d’édition qui ne paie pas ses auteurs », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )

Annexes

Bibliographie

  • Vincent Chabault, Librairies en ligne : sociologie d'une consommation culturelle, Paris, Presses de Sciences Po, 2013 (ISBN 978-2-7246-1340-7), pp. 121-122.

Article connexe

Liens externes