Kananga

Kananga
Kananga
Crédit image :
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Administration
Pays Drapeau de la république démocratique du Congo République démocratique du Congo
Communes Kananga, Katoka, Lukonga, Ndesha, Nganza
Province Kasaï-Central
Députés
nationaux
4 (2019)
Maire Mme. Mamie Kakubi Tshikele
Démographie
Population 1 961 181 hab. (2015)
Densité 2 315 hab./km2
Géographie
Coordonnées 5° 53′ 32″ sud, 22° 24′ 10″ est
Altitude 634 m
Superficie 84 700 ha = 847 km2
Divers
Langue nationale tshiluba
Langue officielle français
Localisation
Géolocalisation sur la carte : République démocratique du Congo
Voir sur la carte topographique de République démocratique du Congo
Crédit image :
licence CC BY-SA 3.0 🛈
City locator 12.svg
Kananga
Géolocalisation sur la carte : République démocratique du Congo
City locator 12.svg
Kananga
Kananga Monde arabe.jpg
Crédit image :
licence CC BY-SA 4.0 🛈

Kananga, anciennement Luluabourg, est une ville comptant plus de 2 000 000 d'habitants, située au centre de la République démocratique du Congo. Elle est la capitale de la province du Kasaï-Central et le siège de l'archidiocèse de Kananga.

Géographie

La localité est située à proximité de la rivière Lulua sur la route nationale 1 à 1093 km à l'est de la capitale Kinshasa.

Histoire

La fondation de Kananga (Luluabourg) occupe une place importante dans l'histoire de la République démocratique du Congo pour plusieurs raisons. C'est à Luluabourg qu'éclata la Révolte des Batetela de Luluabourg en 1895 et c'est de là également que s'organisa l'expédition de l'Allemand Wissmann pour explorer le fleuve Kasaï et pour occuper la région du Kasaï et du Sankuru. Cette fondation est rapportée par un missionnaire scheutiste A. Van Zanducke dans un texte qui a paru d'abord dans une revue Zaïre en mars 1952 sous le titre Notes historiques sur les origines de Luluabourg, avant son édition dans la Collection Lavigerie à Namur en 1953[1].

Pogge-Station

Les premiers européens signalés qui arrivent en 1881 dans la région où aura lieu la fondation de la ville de Kananga sont deux Allemands : Paul Pogge et un jeune lieutenant âgé de 27 ans Hermann von Wissmann. Ce dernier appelle les habitants qui occupaient la région Bashilange. La Deutsche Afrikanische Gesellschaft von Berlin a confié aux deux hommes la mission de traverser l'Afrique en partant de l'Angola pour atteindre la côte orientale et explorer la partie méridionale du fleuve Congo. Ils partent de Malange en Angola et se dirigent vers le nord jusqu'à Mikalayi à 30km au sud de l'emplacement actuel de Kananga, où ils arrivent en octobre 1881. Ils poursuivent ensuite en direction de Nyangwe où les deux Allemands se séparent. Hermann von Wissmann poursuit sa route vers l'est, jusqu'à l'océan puis retourne en Allemagne par bateau. Pogge, par contre, revient dans la région de Kananga au village de Kalamba [2] où il s'installe pour de longs mois (de juillet 1182 à novembre 1883). Il s'y fait construire une maison en pisé qui prend le nom officiel de Pogge-Station.

Luluabourg-Malandi

Hermann von Wissmann, retourné en Allemagne se voit propose par Léopold II de mener une expédition pour explorer le cours de la rivière Kasaï. Il est autorisé à joindre Pogge à son entreprise. Wissmann accepte la mission pour une durée de trois ans. Il s'embarque à Hambourg le en direction de l'Angola et de la ville de Malange. Une caravane de 500 hommes y est rassemblée qui se met en route vers le nord le et arrive à Pogge-Station au village de Kalamba, le . Wisseman n'y reste que deux jours. Puis il déplace la Pogge-Station sur la rive gauche de la Lulua et rebaptise ce poste Luluabourg. Les membres angolais de l'expédition lui adjoignent le nom de Malange, prononcé Malandi par les Congolais [3]. Puis ce premier poste est déplacé de la rive gauche à la rive droite de la Lulua en un endroit plus avantageux à son expansion.

À partir de février 1926, Luluabourg est accessible par les airs. Le 30 novembre 1927, le train arrive à Luluabourg. Le Chemin de fer du Bas-Congo au Katanga (BCK) a construit une station au kilomètre 701, à 600 mètres d'altitude[4].

Malandji-Makulu

Après l'extension de Luluabourg de l'autre côté de la rive, l'ancien emplacement continua à s'appeler Malandji-Makulu (=ancienne Malandji), nom conservé jusqu'à nos jours. Toutefois le nom de Malandji-Makulu souligne que la nouvelle extension de Luluabourg est Malandji-Mapya-mapya (Nouvel Malandji), appelé aussi Malandji-a-Nshinga (Malandji de lignes de communication).

Déplacement de la capitale

Lors de la Table Ronde de Bruxelles où fut négociée l’indépendance du Congo, les différents représentants congolais s’étaient mis d’accord pour déplacer la capitale de Léopoldville à Luluabourg à cause de la position centrale de cette dernière. Sous la conduite du sécessionniste Albert Kalonji, la province du Sud-Kasai déclara son indépendance en 1960. La capitale en était Bakwanga (aujourd'hui Mbuji-Mayi). 1962 vit le retour de la province sous le contrôle du gouvernement de Kinshasa. Luluabourg demeurera toujours la capitale du Kasaï-Occidental.

Kananga

Mobutu Sese Seko rebaptisa la ville Kananga, appellation d'origine et ignorée par le pouvoir colonial. Et même, quand le capitaine Adolphe de Macar fit déplacer Malandji, la population, elle, appelait la ville Kananga-Malandji (wa Nshinga = des câbles électriques). Le successeur de Macar fut le capitaine Léon Braconnier qui fit prospérer grandement la région en intensifiant les cultures de riz, de maïs, de sorgho et en favorisant l'accroissement du gros et du petit bétail, faisant de cette ville le centre de distribution de toute la région voisine. Il œuvra à l'amélioration des conditions de vie des Blancs et des Noirs, notamment par la construction d'habitations en briques. Ce fut également lui qui eut l'idée d'établir les premiers impôts en nature.

Administration

Crédit image :
Oasisk
licence CC BY 2.5 🛈
Une rue à Kananga en 2006

Chef-lieu provincial de 319 684 électeurs recensés en 2018, elle a le statut de ville divisée en cinq communes urbaines dont 4 de moins de 80 000 électeurs[5] :

  • Kananga, (9 conseillers municipaux)
  • Katoka, (7 conseillers municipaux)
  • Lukonga, (7 conseillers municipaux)
  • Ndesha, (7 conseillers municipaux)
  • Nganza, (7 conseillers municipaux)

Démographie

En 1951, la population de Kananga s'élevait à 15 513 habitants, dont 14 568 habitants Congolais et 945 habitants d'origine européenne[6].

Au premier janvier 1957, la population de la ville s'élevait à 60 758 habitants dont 57 566 Congolais et 3 202 habitants d'origine européenne[7].

En plus d´un fort accroissement naturel de 3,3 % par an, la population a considérablement dépassé, depuis 1993 jusqu'à nos jours, toutes les projections en raison des déplacés du Katanga (1992-1994) et des réfugiés de guerre venus de l’est du Congo (depuis 1997). Les données de 1970 et de 1984 se fondent cependant sur les recensements de la population[8].

Évolution démographique
1951 1958 1970 1985 1990 2000 2010 2021
15 513[9].116 940428 960938 0001 092 7701 453 3841 933 0002 300 000

Climat

Diagramme climatique des températures moyennes et des précipitations moyennes à Kananga (année 2006) :

Diagramme climatique des températures moyennes et des précipitations moyennes à Kananga
Crédit image :
licence CC BY 2.5 🛈

Politique

Kananga Vue aérienne.jpg
Crédit image :
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Crédit image :
MONUSCO/Myriam Asmani
licence CC BY-SA 2.0 🛈
Photo aérienne de Kananga (2012)

Dès la prise de la ville de Kananga par les Forces de l'AFDL dirigées par le président Laurent Désiré Kabila, les élections à main levée furent organisées au stage des jeunes. À l'issue de ces élections, furent élus premiers maires : Jean-Marcel, Ndumbi-Tshingombe, secondé de Mulenga-Bin-Mulenga. Après plusieurs gueguerres entre l'autorité provinciale, Jean-Marcel, Ndumbi-Tshingombe fut écarté de force par le gouverneur Lubaya. C'est ainsi que les différentes nominations eurent lieu, notamment avec Pierre Mfuamba Mazarin.

Simon Pierre Tshibuyi Kayembe (Mosengo), l'homme qui a reçu l'AFDl à Kananga lors de la fuite de l'ancien gouverneur en poste à l'époque
Liste des maires de Kananga
Période Identité Étiquette Qualité
  février 2007 Mazarin Pierre Mfuamba Katende   maire[10]
septembre 2008 2017 Antoinette Kapinga Tshibuyi PPRD maire[11],[12]
2019 Jean Muamba Kantu Kanjila   maire[13]
  Mamie Kakubi Tshikele   maire[14]

Éducation

Depuis l´indépendance 5 universités ont été créées en partie grâce à l´aide internationale.

  • Université de Kananga (UNIKAN)
  • Université de Notre-Dame du Kasai (Kananga) (UKA)
  • Université Luluabourg de Kananga (ULB/KGA)
  • Université de l'Ouest-Congo/Kananga (UOC)
  • Université Francophone Internationale/Kananga (UFI)
  • Université Communautaire de Kananga (UCKAN)
  • Université du CEPROMAD/Extension de Kananga
  • Université Pédagogique de Kananga (UPKAN) ex Institut Pédagogique de Kananga (ISP)
  • Institut superieur de commerce (I.S.C) ...
  • Université Presbytérienne du Congo (UPRECO)
  • Institut Supérieur des Techniques de Kananga (ISTM/KGA)

Économie

Atelier de réparation de la société nationale des chemins de fer du Zaire (SNCZ, aujourd'hui SNCC) à Kamina vers 1983.

La région est connue pour ses gisements de diamant et son agriculture céréalière, essentiellement de blé mais il y a aussi des plantations de coton et de café. Son sous-sol est également pourvu de diverses richesses minières.

La ville possède un aéroport desservi par des vols intérieurs.

Sports

Quelques-uns de ses clubs (US Tshinkunku, AS Saint Luc...) ont eu à représenter le pays dans des compétitions africaines de football tandis que quelques-uns de ses ressortissants ont inscrit leurs noms (Ndaye Mulamba, Kidiaba Muteba e.a.), dans les annales du football du pays. Le football est le sport le plus populaire dans la ville, dont les principaux clubs sont:

  • US Tshinkunku (Nsanga Bilembi)
  • As Saint Luc
  • TV Tshipepele
  • Interforce de Luluabourg
  • Jeunesse Sportive de Kananga (JSK)
  • AS kamayi
  • AS almak

Références

  1. A. Van Zanducke, Pages d'histoire du Kasaï, Namur, Collection Lavigerie,
  2. Guide du voyageur au Congo Belge et au Ruanda-Urundi, Édité par l'Office du tourisme, Bruxelles, 1951, p. 369
  3. A. Van Zanducke, Pages d'histoire du Kasaï, Namur, Collection Lavigerie, , p. 28
  4. « Luluabourg » (sur l'Internet Archive) (4. Octobre 2010).
  5. CENI, Répartition des sièges pour les élections, 2018
  6. Collectif office du tourisme du Congo belge, Guide du voyageur au Congo belge, Bruxelles, Office du tourisme du Congo belge, , 830 p., p. 340
  7. Jean-Louis Gillot, La Vie des Belges au Congo, Bruxelles, Daniel Van Eeckhoudt, , 230 p., p. 198
  8. Le chiffre de la population de la ville renseigné en 1951 est de 15 513 habitants dans le "Guide du voyageur au Congo belge et au Ruanda Urundi", édité par l'Office du tourisme , Bruxelles, p. 340
  9. Collectif office du tourisme du Congo belge, Guide du voyageur au Congo belge, Bruxelles, Office du tourisme du Congo belge, , 830 p., p. 340
  10. Kasaï Occidental : le maire de Kananga suspendu préventivement de ses fonctions, Le Potentiel, 3 février 2007.
  11. Ordonnance n°08/055 du 24 septembre 2008 portant nomination des maires et maires adjoints des villes. ]
  12. Dr Antoinette Kapinga mobilise les forces vives pour la reconstruction de la ville de Kananga, La Prospérité, 31 juillet 2009.
  13. ACP Congo, Muamba Kantu Kanjila installe sa résidence, 5 mai 2017
  14. ACP Congo, [1],5 septembre 2019

Voir aussi

Liens externes