Johann Hari

Johann Hari
Description de l'image Johannhari.jpg.
Naissance
Glasgow, Écosse
Profession

Johann Hari (né le ) est un journaliste et un écrivain britannique.

Biographie

Johann Hari a écrit pour un certain nombre de publications dont The Independent (Londres) et The Huffington Post et a écrit des livres sur le thème de la guerre contre la drogue, la monarchie et la dépression.

Johann Hari est ouvertement homosexuel[1].

Publications

  • God Save the Queen? Icon Books (2002)
  • Chasing the Scream: The First and Last Days of the War on Drugs. Bloomsbury (2015)
  • Lost Connections: Uncovering the Real Causes of Depression – and the Unexpected Solutions. Bloomsbury (2018)

Publications en français

  • La Brimade des stups. Slatkine & Cie (2016) (traduction de Chasing the Scream)

Récompenses

  • Jeune journaliste de l'année aux British Press Awards en 2003.
  • Journaliste de presse de l'année 2007 pour Amnesty International.
  • Prix Orwell du journalisme politique en 2008 (révoqué en 2011)[2].
  • Journaliste de l'année aux Stonewall Awards en 2009.

Controverses

Johann Hari a été accusé de plagiat en 2011, pour avoir présenté des informations issues de sources écrites comme si elles lui avaient été rapportées directement[3]. Hari a admis les faits[4].

Hari a, à la même époque, été identifié comme l'auteur de modifications malveillantes, sous pseudonyme anonyme, des pages Wikipédia de certains journalistes ayant critiqué son travail[3],[5],[6].

Cinéma

Son livre Chasing the Scream: The First and Last Days of the War on Drugs sert de base au film Billie Holiday, une affaire d'État (2021) sur Billie Holiday.

Liens externes

Références

  1. Hari, Johann (21 October 2008). "The Strange, Strange Story of the Gay Fascists". The Huffington Post. "The IoS Pink List 2010". The Independent on Sunday (London). 1 August 2010.
  2. « The Orwell Prize and Johann Hari », sur theorwellprize.co.uk (consulté le 29 septembre 2011)
  3. a et b Deans, Jason et Kiss, Jemima, « Johann Hari suspended from the Independent following plagiarism row », The Guardian, London,‎ (lire en ligne, consulté le 31 juillet 2013)
  4. https://www.theguardian.com/media/2018/jan/07/johann-hari-depression-brain-lost-connections-book-interview
  5. Hari, Johann, « Johann Hari: A personal apology », The Independent, London,‎ (lire en ligne, consulté le 31 juillet 2013)
  6. https://www.theguardian.com/media/2015/jan/02/johann-hari-interview-drugs-book-independent