Joaquim Nadal

Joaquim Nadal
Illustration.
Joaquim Nadal, en 2011.
Fonctions
Chef de l'opposition en Catalogne

1 an, 8 mois et 11 jours
Président Artur Mas
Législature IXe
Groupe politique Socialiste
Prédécesseur Artur Mas
Successeur Xavier Sabaté
Conseiller à la Présidence de Catalogne

6 mois et 15 jours
Président Pasqual Maragall
Gouvernement Maragall
Prédécesseur Josep Bargalló
Successeur Joan Saura
Conseiller à la Politique territoriale et aux Travaux publics

7 ans et 9 jours
Président Pasqual Maragall
José Montilla
Gouvernement Maragall
Montilla
Prédécesseur Felip Puig
Successeur Lluís Recoder
Porte-parole du groupe socialiste
au Parlement de Catalogne

4 ans et 1 mois
Législature VIe
Groupe politique Socialiste-CpC
Prédécesseur Higini Clotas
Successeur Miquel Iceta
Député au Parlement de Catalogne

28 ans et 7 mois
Élection
Réélection





Législature IIe, IIIe, IVe, Ve,
VIe, VIIe, VIIIe, IXe
Groupe politique Socialiste
Maire de Gérone

22 ans, 8 mois et 14 jours
Coalition PSC
Prédécesseur Ignasi de Ribot
Successeur Anna Pagans
Biographie
Nom de naissance Joaquim Nadal i Farreras
Date de naissance (73 ans)
Lieu de naissance Gérone (Espagne)
Nationalité espagnole
Parti politique PSC (1978-2015)

Joaquim Nadal i Farreras, né le à Gérone, est un homme politique espagnol.

Biographie

Débuts

Membre du Parti des socialistes de Catalogne (PSC) entre et , il devient maire de Gérone en . Il conquiert la majorité absolue au conseil municipal en et se fait élire l'année suivante député au Parlement de Catalogne.

Ascension

Il est chef de file du PSC aux élections autonomiques anticipées du [1], réalisant à l'époque le plus mauvais résultat socialiste depuis . Après le scrutin de , il est désigné porte-parole du groupe parlementaire[2]. Il renonce en à diriger Gérone après presque 23 ans au pouvoir, qu'il cède à sa première adjointe Anna Pagans[3].

Conseiller de la Généralité

Il est nommé en conseiller à la Politique territoriale et aux Travaux publics de la Généralité de Catalogne, exerçant jusqu'en sous les présidences de Pasqual Maragall puis José Montilla. Il est brièvement conseiller à la Présidence de à .

Figure de l'opposition

Le PSC retourne dans l'opposition après les élections autonomiques de . En sa qualité de président du groupe parlementaire socialiste, il prend les fonctions de chef de l'opposition. Remplacé en par Xavier Sabaté, il renonce à postuler pour un neuvième mandat parlementaire lors des élections autonomiques anticipées de suivant[4].

Abandon du PSC

Il démissionne en de son poste honorifique de président du PSC dans la province de Gérone, afin d'exprimer son désaccord avec le refus du Parti des socialistes de soutenir la tenue d'une consultation populaire sur l'indépendance de la Catalogne[5]. Par un courrier en date du , il indique au premier secrétaire du PSC Miquel Iceta qu'il renonce à sa condition de militant[6].

Collection universitaire

Nadal a fait don à l'université de Gérone de sa bibliothèque personnelle, auparavant hébergée par les archives municipales de Gérone. Elle comprend au total 1 600 volumes et été présentée au public le . Ce don s'ajoute à ceux de Jaume Vicens Vives, Pierre Vilar, Joan Reglà, Jordi Nadal, Ramon Garrabou ou encore Lluís Maria de Puig, ce qui confère à l'université une grande importance comme centre de recherche historique et historiographique en Catalogne[réf. nécessaire].

Distinctions

Notes et références

  1. (es) Luis Mauri, « El PSC designa al alcalde de Girona candidato a la Generalitat », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 20 août 2017).
  2. (es) Enric Company, « Los socialistas creen incompatible que Nadal sea alcalde y portavoz », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 20 août 2017).
  3. (es) Gerard Bague, « Nadal afirma que su renuncia a la alcaldía es buena para Girona, para el PSC y para él », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 20 août 2017).
  4. (es) Pere Ríos, « Cinco exconsejeros del PSC no repetirán en las listas de las autonómicas », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 20 août 2017).
  5. (es) Pere Ríos, « Diez nuevas dimisiones descabezan la ejecutiva del PSC de Girona », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 20 août 2017).
  6. (es) « Joaquim Nadal abandona el PSC », El País,‎ (lire en ligne, consulté le 20 août 2017).
  7. https://www.univ-perp.fr/fr/menu/recherche/rayonnement-scientifique/docteurs-honoris-causa-upvd-96700.kjsp

Voir aussi

Sources

Articles connexes

Liens externes