Jeunesse sportive de Kabylie

JS Kabylie
Logo du JS Kabylie
Généralités
Nom complet Jeunesse Sportive de Kabylie
Surnoms La JSK
Les Canaris
Les Lions du Djurdjura
La Jeunesse (Shabiba)
Noms précédents Jeunesse Sportive de Kabylie
(1946-1974)
Jamiat Sari' Kawkabi
(1974-1977)
Jeunesse Électronique de Tizi-Ouzou
(1977-1987)
Jeunesse Sportive de Tizi-Ouzou
(1987-1989)
Fondation [A 1] 
(75 ans, 1 mois et 14 jours)
Couleurs bandes verticales Jaune et vertes Jaune et vert
Stade Stade du 1er-Novembre-1954 (Tizi-Ouzou)
(21 240 places)
Siège 15000 - Tizi Ouzou
Championnat actuel Ligue 1 Algérie.png Ligue 1
Président Drapeau : Algérie Yazid Yarichène[1]
Entraîneur Drapeau : France Henri Stambouli
Joueur le plus capé Drapeau : Algérie Mouloud Iboud (470)
Meilleur buteur Drapeau : Algérie Nacer Bouiche (137)
Site web https://www.jskabylie.dz/
Palmarès principal
National[2] Championnat d'Algérie (14)
Coupe d'Algérie (5)
Coupe de la Ligue (1)
Supercoupe d'Algérie (1)
International[2] Ligue des champions (2)
Coupe des coupes (1)
Coupe de la CAF (3)
Supercoupe d'Afrique (1)

Maillots

Kit left arm jsk1920h.png
Kit body jsk20s21h.png
Kit right arm jsk1920h.png
Kit shorts jsk1920h.png
Kit socks jsk1920h.png
Domicile
Kit left arm adidastiro19g.png
Kit body adidastiro19g.png
Kit right arm adidastiro19g.png
Kit shorts haladas1819h.png
Kit socks color 3 stripes yellow.png
Extérieur

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Saison 2020-2021 de la Jeunesse sportive de Kabylie
0
Localisation du Stade du 1er-Novembre-1954 par rapport à la ville de Tizi-Ouzou.

La Jeunesse sportive de Kabylie (en kabyle : Ilemẓiyen inaddalen n leqbayel, acronyme en tifinagh : ⵉⵍⵎⵣⵢⵏ ⵉⵏⴰⴷⴰⵍⴻⵏ ⵏ ⵍⵇⵠⴰⵢⵍ), (en arabe : الشبيبة الرياضية للقبائل), couramment abrégé en JS Kabylie ou JSK, est un club algérien omnisports de football basé à Tizi Ouzou, en Kabylie, fondé officiellement le .

La JSK disputa ses premières compétitions officielles à partir de l'année de sa fondation en 1946 au sein de la Ligue d'Alger de Football Association (LAFA). Après l'indépendance de l'Algérie le club parvient à accéder dans l'élite dénommé à cette époque Nationale Une en 1969 et obtient le statut de semi-professionnel. Depuis, la JSK ne connut jamais la relégation en division inférieure et s’imposa comme le meilleur club du pays. Durant l'année 2010, le club obtient le statut de professionnel à la suite d'une réforme du championnat en vue de professionnaliser le football algérien. La JSK remporta son premier titre de Champion d'Algérie quatre ans seulement après son accession, à l'issue de la saison 1972-1973. Elle réussira la performance de conserver son bien la saison suivante.

Plusieurs titres de champion suivront (14 titres au total) faisant d'elle la plus titrée du pays, le dernier étant acquis au terme de la saison 2007-2008. Sur le plan national la JSK remporta également à cinq reprises la Coupe d'Algérie dont la dernière fut acquise à l'issue de l'édition 2010-2011, elle remporte une Coupe de la Ligue en 2021 et elle remporte une Supercoupe d'Algérie obtenu en 1992. Sa première victoire en Coupe d'Algérie remonte à l'édition 1976-1977, qui fut remportée lors d'un doublé coupe-championnat, le premier de son histoire. La deuxième victoire du club dans cette compétition qui intervint à l'issue de l'édition 1985-1986 le fut également lors d'un doublé coupe-championnat, et qui est le second de son histoire.

Sur la scène internationale, la JS Kabylie remporta deux Ligue des champions de la CAF en 1981 et 1990. Elle décroche l'édition 1995 de la Coupe d'Afrique des vainqueurs de coupe, gagna également trois Coupes de la CAF d'affilée, lors des éditions 2000, 2001, 2002 et une Supercoupe d'Afrique en 1982 à Abidjan. Sur le plan africain, la JSK est le club algérien le plus titré mais aussi celui qui a disputé le plus de rencontres et l'un des rares en Afrique à avoir remporté les trois compétitions différentes. Cette performance selon la CAF classe le club parmi les dix meilleurs clubs africains du XXe siècle[3] et l'IFFHS considère la JSK comme l'un des meilleurs clubs africains du siècle précédent, occupant la neuvième place de son classement toutes époques confondues[4],[5] et huitième meilleur club du siècle passé. La JSK est également, élue meilleur club d'Algérie du XXe siècle.

À la suite de nombreux événements qui se sont déroulés en Kabylie dans les années 1980 (Printemps berbère), et parce que le nom de ce club comporte le mot « Kabylie », celui-ci est considéré depuis lors par certains régionalistes comme étant le porte-flambeau des idées politico-culturelles de la région de la Kabylie et le symbole de son combat identitaire[6]. Enfin le club porta plusieurs noms durant son existence comme la « Jamiat Sari' Kawkabi » de 1974 à 1977 et la « Jeunesse Électronique de Tizi-Ouzou » de 1977 à 1987 et a porté aussi une courte période sur deux années civiles de 1987 à 1989 la « Jeunesse Sportive de Tizi-Ouzou » JS Tizi-Ouzou en abréviation JSTO sur une courte période de deux années civiles de 1987 à 1989.

Histoire

1929-1946 : Une naissance difficile

Dans les années 1920, les jeunes kabyles qui s'adonnaient à la pratique du football dans les rues de la ville de Tizi-Ouzou, avaient organisés un mini championnat inter quartier sous la houlette d'Ahmed Astouati[7]. Chaque quartier de la ville haute (la ville indigène, taddert ou tribu) avait son équipe ; participaient à ce tournoi, les jeunes des quartiers d'Aïn Hallouf, Tazegourt, Ihammoutène, Zellal et Tabnahlit. C'est de ces quartiers que sortira un groupe de jeunes qui aspirait à la création d'un club de football différent de l'Olympique de Tizi-Ouzou, club colon de la ville. Ces jeunes formèrent une sélection de quartier composée des frères Mesbahi Saïd et Ramdane, des frères Sebti Samir et Sofiane et frères Rafaï Mohamed et Hocine, Harchaoui Omar, Zemirli Saïd, Souibes Rabah, Loukab Mohamed, Mekacher Amar, Boussad Ouamar, Mammar Mohamed, des cousins Hammoutène Abderezak et Mohamed, Belhadj Khelifa, Chabaraka Ahmed, Assas Hocine, regroupés autour de leur doyen Chikhaoui Mohamed Seghir alors âgé de vingt ans, pour créer une société sportive afin de participer à un championnat officiel[7].

Le Rapid Club de Tizi-Ouzou (1929-1932)

Équipe du Rapid Club de Tizi-Ouzou en 1929.
De Gauche à Droite :
Debout Belhadj Kh. - Tchabaraka A. - Chikhaoui M.S. - Nouri M.S. - Zemirli S.O. - Mekacher R. - Mesbahi R. - Harchaoui O.
Assis Gacem A. - Rafaï H. - Loukab M. - Hammoutène M.

Dès le début de l'année 1929 et après moult difficultés, les jeunes kabyles qui s'étaient regroupés pour former une association sportive, parvinrent à finaliser et déposer leur statut. La société sportive dénommée Rapid Club de Tizi-Ouzou était née, le nom de l'association était emprunté au mythique club autrichien du Rapid Vienne, ainsi que ses couleurs de vert et de blanc. La déclaration de l'association apparaît également dans le JORF[8]. Pour les Frais d'engagements au championnat de la saison 1929-1930 et l'achat d'équipement, chaque sociétaire ramènena son propre équipement (souliers, bas, short). Pour ce qui est des maillots et des frais, ils furent l'objet d'une quête auprès de leurs parents, alliés et amis et chez certains notables du village. Le ballon de football fut acheté et offert gracieusement par Chikhaoui Mohamed Seghir, capitaine de l'équipe.

La première saison fut très difficile non pas du point de vue des résultats sportifs mais du point de vue financier. L'argent manquait cruellement, c'est alors que conscient qu'ils ne pouvaient pas s'en sortir seuls ; ils prirent contact avec des personnalités de la ville à même de leur apporter une aide financière et une représentativité auprès de l'administration pour avoir une éventuelle subvention et certaines facilités d'accès au stade municipal pour les entraînements. C'est ainsi qu'ils confièrent leur association à Nouri Mohamed Saïd élu président et à Derridj Idir et Kezzoul Ahmed chargés des finances et de l'administration. Les fonctions d'assesseur sont occupées par les joueurs eux-mêmes chargés notamment du matériel et de l'organisation. Belhadj Khelifa et Chikhaoui Mohamed Seghir sont chargés du volet technique (entraîneurs).

La saison 1930-1931 fut pleine de promesses, les résultats sportifs étaient encourageants ; les jeunes et l'association commençaient à faire parler d'eux dans la région. Ce début de notoriété suscita quelques interrogations chez les dirigeants de l'OTO qui ne tardèrent pas à se manifester, durant la saison 1931-1932. Ils approchèrent les dirigeants du RCTO afin de les intégrer dans les rangs de l'OTO tout en manifestant de l'intérêt pour certains joueurs. Finalement ne pouvant plus s'assumer avec leurs moyens dérisoires, les jeunes du Rapid ne purent assurer l'entame de la saison 1932-1933 et durent déclarer forfait et dissoudre leur société sportive. Devant l'insistance et les menaces des dirigeants de l'OTO et de certains élus locaux, certains joueurs rejoignirent l'OTO, d'autres la JSII, tandis que d'autres encore mirent fin à leur aventure.

La tentative de Sidi Saïd Hanafi (1942-1943)

Sidi Said Hanafi (1916-1943).

Il fallut attendre dix ans après la dissolution du Rapid Club de Tizi-Ouzou pour que l'on reparle de la création d'un club de football « indigène » dans la ville de Tizi-Ouzou, et ce, à la suite de l'installation de Sidi Saïd Hanafi, avocat d'affaires criminelles, à la rue Saint-Eustache en 1942. Sa rencontre avec quelques personnalités nationalistes qui se regroupaient chez le libraire Keddache Youcef, permit de relancer le projet de création d'une société sportive, dénommée Association sportive de Kabylie (ASK) représentant toute la région en remplacement de l'ancienne société du Rapid qui avait manqué de soutien de ses dirigeants. L'idée commença à prendre forme et Sidi Saïd Hanafi fut chargé d'entamer la procédure de création de la société sportive par la préparation des statuts et la constitution d'un dossier d'agrément. Des anciens joueurs du Rapid et de l'OTO ont été approchés pour faire partie de la nouvelle société, mais à la suite de la mort de Sidi Hanafi en , le projet s'arrêta.

Le projet fut repris par un groupe d'anciens joueurs de l'Olympique de Tizi-Ouzou, qui tentèrent d'achever les dispositions d'affiliation[A 2].

Les massacres de Sétif, Guelma et Kherrata mirent à péril ce projet : moins d'une semaine après, le , un arrêté fut promulgué dans lequel une interdiction à tout musulman de créer une association et de se réunir est imposée. En effet, des militants nationalistes de la CARNA avaient infiltré les différentes associations culturelles et sportives pour promouvoir l'idée d’indépendance, à la suite des événements survenus à Sétif. La crainte fut alors qu'il serait aussitôt assimilé à un complot visant la sûreté de l’État. Finalement, afin de calmer les esprits, le l'interdiction faite aux musulmans de créer des associations fut levée : par ce geste l'administration française tenta de ramener l'ordre et d'apaiser les tensions au sein du pays.

La création de la Jeunesse Sportive de Kabylie (1946)

Durant l'année 1946, la section syndicale de la CGT de Tizi Ouzou lance le projet de la création d'un club de football dans le cadre corporatif. Parallèlement à cette initiative, quelques jeunes « indigènes » de la même localité pratiquant ce sport et intéressés par le projet, sautent sur l'occasion afin d’accélérer le processus. Des contacts sont très vite noués et quelques réunions sont ainsi organisées au siège de la CGT, présidé par Hamouda Abbas avec le parrainage de Saadi Ouakli, ancien directeur d'école à la retraite et président des anciens combattants de l'arrondissement. Celui-ci, fort connu et respecté par les autorités coloniales, est souvent appelé pour présider des réunions de conciliations ou des réunions de la société civile de droite ou de gauche. Les autorités coloniales ne prêtèrent pas trop d'intérêts à ces regroupements à but syndical et la création d'une équipe de football dans le cadre corporatif ne risquait aucun désagrément.

À l'issue de la dernière réunion tenue au siège de la CGT ayant pour but de finaliser le projet par la préparation des statuts avec la constitution de la première assemblée général du club, une remise en cause de l'objectif de la création de la nouvelle société sportive divisa les responsables et les jeunes. En effet, ces derniers proposèrent plutôt l'affiliation de la future société à la FFFA au lieu d'en faire une équipe corporative. Cette divergence entraîna la colère d'Abbas qui menaça de se retirer et par la même de priver la domiciliation de la future association sportive ainsi que les éléments de la CGT. Néanmoins, après un ultime débat, il convia l'ensemble des acteurs présents à finaliser la préparation de constitution de la société sportive et de laisser aux membres de l'assemblée le choix de l'objectif.

Assemblée générale constitutive[9]
le à Tizi Ouzou

La séance est présidée par Abbas Hamouda, membre de la CGT.

Étaient présents :

Les membres de la CGT: Abbas Hamouda, Hamoutène Rabah, Oumerzouk Mohamed, Saadi Ouakli.

Les membres de la société civile: Mohamed Seghir dit Dris, Rezki Bournane dit Diouani, Mohamed Saïd Nouri, Khelifa Belhadj, Ali Benslama, Boualem Iratni, Ramdane Kara, Amar Berdjani, Saïd Amirouche, Saïd Zemirli, Rezki Belhocine, Saïd Tabti, Meziane Aouchiche, Saïd Cherdioui, Mohamed Hamouche, Dahmane Khelfi, Rezki Zeggaoui, Akli Mezbout, Saïd Hassoun, Mohamed Saheb, Mohamed Amirouche, Mohamed Rafaï, Hocine Rafaï, Saïd Mesbahi, Ramdane Mesbahi, Omar Harchaoui, Lounès Harchaoui, Ali Stambouli, Ali Bouzar.

À la veille du mois de ramadan de l'année 1946, c'est au café nommé « La Jeunesse Sportive » situé rue de l'ancienne poste[10] tenu par Mohamed Seghir Baïlèche dit Dris et Rezki Bournane dit Diouni, que les invitations des membres de l'assemblée générale constitutive ont été regroupées et distribuées par Saïd Amirouche, Ali Benslama, Boualem Iratni et Ali Stambouli. Le lundi coïncidant avec le début du ramadan, la majorité des personnes invitées se présentèrent au rendez-vous au siège de la CGT malgré quelques absents excusés car retenus par des obligations professionnelles ou familiales.

Après un débat, les membres présents se sont mis d'accord pour la création d'une société civile omnisports dans le cadre civil représentant la jeunesse de Kabylie. Ainsi l'association sportive porterait le nom de Jeunesse Sportive de Kabylie (JSK) après avoir rejeté ceux de « Association Sportive de Kabylie » et de « Union Sportive Musulmane de Tizi-Ouzou », et les couleurs retenues sont le vert et le rouge. L'affiliation se ferait à la FFFA dans le cadre civil et deux équipes (senior et réserve) seraient engagées en compétitions.

Parmi les membres de la CGT présents à cette réunion, Hamouda Abbas qui souhaitait faire du club une société sportive à but corporative et donc une affiliation à la FSGT, signifia son désaccord et le retrait de son institution. Ceci eut pour conséquence le refus de domiciliation de la nouvelle société sportive au siège de la CGT. Mohamed Seghir Baïleche proposa son local commercial pour abriter le siège de la nouvelle association en attendant de trouver mieux, et c'est ainsi que le « Café de la Jeunesse » servit de regroupement à la JSK. Quelques jours plus tard, le [A 3], le club est officiellement fondé en tant qu'association dont la décision est publiée dans l'édition no 196 du Journal officiel de la République française paru le à la page 7348 ; ainsi qu'à la FFFA sous le numéro 8153.

L'année 1946 vit donc les débuts du club en compétition à Tizi Ouzou au stade Arsène Weinmann, qui débuta dans un contexte particulier car il s'agissait de la première saison depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, après des années de critériums régionaux.

1er et unique but de la JS Kabylie lors du dernier match perdu 1-4 en promotion honneur face à l'OMSE
Image tirée du journal sportif disparu Champion.

1946-1955 : Les débuts en Ligue d'Alger de football

Le commencement : la JSK en troisième division (1946-1947)

La saison 1946-1947 de la Ligue d'Alger de Football Association fut une saison charnière. Celle-ci marqua la fin des critériums de guerre pour un retour à la normale ; mais aussi de l'entrée en lice de la JSK en compétition sportive. Afin de comprendre les débuts sportifs du club il est utile de rappeler un peu le contexte sportif particulier de la ligue en début de saison. En effet, le « Bureau de la Ligue » lors d'une réunion durant le mois d' et après mûre réflexion décida des dispositions suivantes pour l'organisation de la saison. Tout d'abord afin de rompre définitivement avec ces critériums de guerre, le Bureau reconsidéra la situation de tous les clubs existants avant la guerre et décida de la composition des divisions avec les nouveaux venus dont fait partie la JSK. Le Bureau de la Ligue d'Alger décida donc de la composition de chacune des divisions ; soit dix clubs en Division Honneur, dix-huit clubs en Première Division (deux groupes de neuf) ; seize clubs de Deuxième Division ; quant à la Troisième Division : tous les autres clubs.

Le club, affilié à la FFFA, fait son entrée dans l’histoire du football algérien. Comme le prévoit le règlement, la JSK est intégrée à la troisième division de la Ligue d'Alger, l'équivalent de la septième division algérienne. Lors de sa première saison d’existence, le club finit 3e de son championnat, ce qui lui permet de monter en deuxième division de la ligue d'Alger[11].

Le maintien assuré : la JSK en deuxième division (1947-1948)

Lors de la saison 1947-1948, la JSK assure son maintien[12].

L'accession manquée de peu (1948-1949)

En 1948-1949, le club parvient à gagner son groupe et se qualifie donc pour les barrages inter-groupes afin d'accéder en deuxième division. Qualifié en compagnie du Widad Adabi Boufarik, du GS Hydra et de l'OM Saint-Eugénois, la JSK doit éviter la dernière place de cette poule afin de monter en première division d'Alger. En perdant à chacun de ses trois matchs, la JSK n'accède pas à l'échelon supérieur et reste donc en seconde division d'Alger[13].

La JSK championne de deuxième division (1949-1950)

La saison suivante, le club s'adjuge encore le titre de champion de groupe qui lui permet d'arriver au même stade que la saison passée. Cette fois-ci le club finit premier de sa poule (1 victoire et 1 nul) et est sacré champion. La JSK accède donc en division une[14].

La confrontation avec l'OTO : la JSK en première division (1950-1951)

La première saison en 1re division d'Alger est conclue par une deuxième place en championnat, ce qui permet au club de disputer des barrages de montée qui sont finalement infructueux.

Le retrait de Saâdi Ouakli (1951-1952)

Une nouvelle génération de joueurs (1952-1953)

Le rendez-vous manqué avec l'élite (1953-1954)

La JSK en promotion honneur (1954-1955)

Deux saisons sans relief s'ensuivent, avant la montée en catégorie pré-honneur obtenue lors de la saison 1953-1954 grâce au titre de champion de division une[15].

1955-1962 : Retrait de la JSK de toutes compétitions sportive

La guerre d'indépendance de l'Algérie entraîne l'interruption de toutes les compétitions sportives.

Le renoncement : la dernière saison de la JSK (1955-1956)

Le , à la demande du FLN, toutes les associations algériennes cessent de participer aux compétitions officielles des 3 ligues régionales : la JSK arrête ses activités.

Durant le gel des activités sportives prôné par le FLN entre 1956 et 1962, la JSK rentre en veilleuse jusqu'à l'indépendance en 1962[16].

La JSK endeuillée : les martyrs du club (1956-1962)

Plusieurs joueurs de la JSK sont morts durant la guerre d'indépendance.

1962-1967 : Après la Guerre d'Algérie, la reprise des compétitions

La retour à la compétition (1962-1963)

Au lendemain de l'indépendance en Algérie, les associations sportives reprennent le chemin des terrains[17] où plusieurs tournois amicaux sont organisés en vue de préparer la reprise des compétitions. Le , les représentants des ligues régionales (Oran, Alger et Constantine) se réunissent au siège de la ligue d'Alger pour débattre du lancement et de l'organisation des compétitions de football à travers le territoire national, en attendant l'installation d'une fédération nationale. Ils se mettent d'accord pour lancer un premier championnat de grande envergure, où chaque ligue organise son championnat regroupant tous les clubs algériens existants. Ceux qui ont évolué durant l'époque coloniale dans les quatre premiers niveaux (Division Honneur, Promotion Honneur, 1re division et 2e division) forment le Critérium Honneur ; tous les autres ainsi que les nouveaux clubs affiliés forment le Critérium Régional, sorte de deuxième niveau, dans le but de créer une hiérarchisation du football. La JSK appartenant à la région centre, dont le football est régi par la Ligue d'Alger, dispute donc le Critérium Honneur de la région centre lors de la saison 1962-1963.

Le tirage au sort place la JSK dans le groupe I de cette région en compagnie de neuf autres clubs, où seul le premier a l'occasion de disputer le tournoi final de la région (avec les vainqueurs des autres groupes) puis éventuellement le tournoi national s'il se qualifie. La JSK termine finalement la saison à la deuxième place du groupe I, bien qu'ex æquo derrière le MC Alger à la différence de but, à la suite d'un parcours honorable dont elle fut championne d'hiver. Ce dernier dispute le tournoi régional et s'incline face à l'USM Alger. Le tournoi national final ayant lieu à Alger, le vainqueur de la région centre et son dauphin sont donc tous deux qualifiés. Finalement, on retrouve les deux représentants de la région centre en finale de la compétition et c'est une nouvelle fois l'USMA qui s'impose face au MCA, faisant d'elle le premier champion d'Algérie de football.

En coupe d'Algérie de football, dont c'est également la première édition, la victoire finale va à l'ES Sétif qui s'impose deux buts à zéro face à l'ES Mostaganem. La JSK, quant à elle, s’arrête au quatrième tour de la compétition face au Stade Guyotville, défaite par la règle du premier but inscrit, alors que la rencontre s'était achevée sur le score nul de trois buts partout.

Le rajeunissement de l'effectif (1963-1964)

Équipe de la JSK 1963-1964
Debout : M.R Belhadj - S. Koufi - A. Haouchine - S. Karamani - R. Koufi - T. Abbès - A. Tamine - S. Hassoun - C. Abbas - A. Oulbani - S. Boukhalfi - M. Hammoutène (V.P)
Accroupis : R. Djezzar - F. Merad - D. Harouni - M. Lamari - H. Baïdi - M. Rafaï - Y. Ouahabi.

Après une première saison complexe sur le plan de l'organisation, le football algérien connait un changement majeur dans l'organisation de ses compétitions pour la saison 1963-1964. Celui-ci procède à l'instauration d'une nouvelle division appelée "Division Honneur" délaissant le système complexe des critériums régionaux. Une nouvelle hiérarchisation du football algérien apparaît, qui est alors composée de cinq niveaux que sont les championnats de la Division Honneur, de la Promotion Honneur, de la 1re division, de la 2e division et de la 3e division. La détermination du groupe de la Division Honneur s'effectue en fonction des classements obtenus par les clubs dans les différents groupes lors de la phase de groupe de la saison précédente. Ainsi nous avons pour le groupe centre de la Division Honneur les premiers, deuxièmes et troisièmes de chacun des cinq groupes du Critérium Honneur de la saison passée, plus une équipe repêchée des barrages à l'issue d'un tournoi. La JSK ayant terminé deuxième de son groupe l'an passé est donc qualifiée pour disputer la compétition sous cette nouvelle formule. De plus le système du maintien et de la relégation tel qu’il avait été arrêté, va permettre pour cette deuxième saison, d’avoir un championnat en phase aller et retour constitué: d'un groupe de seize clubs pour la région centre, d'un groupe de dix-sept clubs pour la région ouest et de deux groupes de huit clubs chacun pour la région Est qui est chargé de l'organisation du tournoi final. Au terme de la compétition les vainqueurs de chacun des quatre groupes (la région Est ayant deux groupes), s'affrontent pour le titre de champion d'Algérie de football, qui a lieu à Constantine. Les dirigeants de la JSK font appel à une ancienne gloire du club, Hassoun Saïd pour succèder à Hassan Hammoutène et reprendre les rênes de l'équipe. Celui-ci prône la politique du rajeunissement de l'effectif et intègre les ex-juniors du club que sont Djaffar Harouni, Ferhat Merad, Smaïl Karamani et Aziz Tamine. D'autres joueurs venus d'ailleurs que sont: Rabah Ziane, Ramdane Djezzar et Yahia Ouahabi, complètent les arrivées dans l'effectif. Cette jeunesse inexpérimentée, démarre timidement la saison et enregistre trois nuls et une défaite pour ses quatre premiers matchs de la saison. À la fin de la phase aller, le premier bilan est mitigé puisque la JSK se retrouve à la onzième place du classement avec six nuls, cinq défaites et seulement quatre victoires. La phase retour est nettement meilleur, l'équipe joue mieux et comptabilise cette fois-ci, six victoires, cinq nuls et quatre défaites. Elle se permet même d'accrocher à son tableau de chasse une victoire de prestige face au champion d'Algérie en titre l'USMA et une autre face à un sérieux prétendant au titre le NAHD, sacré par la suite vainqueur du groupe Centre. Finalement les jeunes joueurs de la JSK parviennent à se maintenir au milieu du classement et terminent la saison à la huitième place, de quoi espérer mieux pour l'avenir. Le NA Hussein Dey premier au classement représente la région centre au tournoi national mais est vaincu en finale par l'USM Annaba sur le score d'un but à zéro, succédant ainsi à l'USM Alger. En coupe d'Algérie, l'ES Sétif récidive et conserve le trophée en s'imposant en finale face au MO Constantine sur le score de deux buts à un. Quant à la JSK, son parcours s'arrête au même stade que l'an passé, c'est-à-dire au quatrième tour de la compétition vaincue un but à zéro par l'ESM Alger.

L'apprentissage et le développement (1964-1965)

La saison 1964-1965 voit apparaître un nouveau système de compétition avec la création de la Division Nationale. Après deux premières saisons de championnats régionaux suivit d'un tournoi national final, les dirigeants du football algérien décidèrent de la création d'une élite nationale regroupant les quatre premiers au classement des groupes Centre et Ouest de la Division Honneur lors de la saison 1963-1964 et les deux premiers de chacun des deux groupes Est. À cela s'ajoute des barrages de promotion pour les équipes ayant terminé cinquième dans les groupes Centre et Ouest et troisième et quatrième dans les deux groupes Est, donnant en tout un total de seize équipes pour composer l'élite. La JSK ayant terminé la saison passée à la huitième place du classement ne peut prétendre intégrer l'élite pour cette saison. Elle reste en Division Honneur qui devient alors le deuxième niveau dans la nouvelle hiérarchisation du football algérien. L'entraîneur Hassoun Saïd ne reprend pas la direction technique du club cette saison pour reprendre sa place de dirigeant et suivre la progression de l'équipe. Celui qui prit la responsabilité de faire confiance aux jeunes du club cède sa place au nouvel entraîneur hongrois Guela Leneïr que la direction du club est allée chercher pour encadrer cette nouvelle génération. Ce dernier importe une innovation européenne dans la conception et l'organisation des entraînements. Il fit construire un mur sur lequel sont tracés des carrés pour améliorer la précision des passes et des tirs au but, et avant de démarrer les entraînements il enfonce des pieux sur la ligne de touche permettant aux joueurs de faire des slaloms avec ou sans ballons. Ces nouveaux changements ne tardent pas à montrer des résultats probants puisque les jeunes de la JSK terminent la phase aller du championnat de la Division Honneur à la première place avec dix victoires pour deux nuls et une seule défaite. Malheureusement lors de la phase retour, bien que les résultats de la JSK demeurent corrects, celle-ci dégringole à la troisième place du classement à la suite de sa défaite deux buts à zéro contre le WAB, place qu'elle ne quitta plus jusqu'à la fin de la saison. Le RCK est finalement sacré champion de la Division Honneur pour la région Centre et accède en Division Nationale; suivent au classement l'OMR deuxième du classement à un point du leader, et la JSK troisième à cinq points. En coupe d'Algérie, elle s'arrête au cinquième tour de la compétition en s'inclinant lourdement quatre buts à un face au CR Belcourt, dans une édition qui a vu le MC Saïda vainqueur du trophée en finale face à l'ES Mostaganem qui lui s'incline pour la deuxième fois à ce stade de la compétition.

La confirmation des jeunes (1965-1966)

Équipe de la JSK lors de la saison 1965-1966
De Gauche à Droite :
Debout :Djezzar - Merad - Rafaï - Haouchine - Terzi - Harouni - Lamari - Boukhalfi
Assis :Tamine - Ouahabi - Karamani - Kolli - Khalfi.

Peu avant le début de la saison 1965-1966 le technicien hongrois Leïner qui avait apporté à l'équipe rigueur et discipline l'an passé décide de ne pas renouveler son contrat. Le président du club Hassan Hamoutène qui avait officié lors de la première saison poste indépendance en tant qu’entraîneur, reprend donc du service afin d'en assurer l'intérim. Durant la période des matchs amicaux la JS Kabylie est invitée à un tournoi organisé par l'OM Ruisseau qu'elle remporte. Pour cette saison, le groupe Centre de la Division Honneur est composé de l'OMR, champion déclassé de la saison passé au profit du RCK et viennent s'ajouter deux anciennes connaissances de la JSK, à savoir le MCA et l'USMA qui rétrogradent de la Nationale. La JSK commence la saison par trois nuls et deux victoires et termine la phase aller à la quatrième place du classement derrière l'USMA, le WAB et le MCA qui trustent les trois premières places du classement. Lors de la phase retour la JSK enregistre des résultats en dents de scie et ne s'impose jamais contre les trois premiers du classement; une défaite face au WAB sur le score de trois buts à un à l'occasion de la vingt-deuxième journée du championnat et une autre face à l'USMA sur le score de quatre buts à un à l'occasion de la vingt-septième journée. Elle réussit au mieux le partage des points à domicile contre le MCA, trois buts partout alors qu'elle menait trois buts à deux à une minute du terme du match. Finalement l'équipe termine la saison à la cinquième place du classement avec la satisfaction d'avoir su se maintenir dans un groupe très relevé de la Division Honneur. Pour l'histoire l'USMA et le MCA qui finissent aux deux premières places n'accèdent pas en Division Nationale mais dans un nouvel échelon du football algérien la Nationale II. En coupe d'Algérie, le CR Belcourt remporte le trophée pour la première fois face au RC Kouba, édition qui vit la JS Kabylie s'incliner au stade des trente-deuxièmes de finale face à sa bête noire le WA Boufarik sur le score de deux buts à zéro.

Abderrahmane Defnoun à la tête de l'équipe (1966-1967)

En 1966, le football algérien fait sa mue et connait une nouvelle hiérarchisation de son élite avec la création d'un palier inférieur à la Division Nationale, appelée Nationale II. Celle-ci est composée des deux premiers de chacun des groupes de la Division Honneur plus les quatre équipes reléguées de la Division Nationale l'an passé. La JSK ayant terminé l'exercice précédent à la cinquième place du classement ne peut prétendre en faire partie et reste une nouvelle fois dans le groupe Centre de la Division Honneur qui devient alors le troisième niveau dans la nouvelle hiérarchisation du football algérien. De nouveaux dirigeants intègrent le comité directeur de la JSK qui comptent alors cinq sections sportives (Athlétisme, Basketball, Boxe, Football et maintenant Volley-ball). Omar Bouzar ancien joueur de l'Olympique de Tizi-Ouzou devient dirigeant de la section football de la JSK. Il va convaincre Abderrahmane Defnoun, l'ancien défenseur du SCO Angers et de l'Équipe du FLN de football, de quitter l'équipe du NAHD dont il était l'entraîneur, afin de prendre en charge celle de la JSK. Pour son premier match de la saison, le JSK se déplace sur le terrain du Hydra AC qui la défait sur le score de trois buts à zéro. Néanmoins des réserves sont déposées par le secrétaire de la JSK sur l'identité, la participation et la qualification des joueurs du HAC, réserves qui furent appuyées par des justifications et qui donnèrent le gain du match sur tapis vert par pénalité (trois buts à zéro) au profit de la JSK. La défaite sur le terrain ne va pas influer sur le moral des joueurs de la JSK qui vont enchaîner quatre victoires et trois nuls, les propulsant en tête du championnat suivit de près par le WAB et l'OMR. Lors de la sixième journée, la JSK reçoit le WAB, l'un de ses concurrents direct pour le titre mais la partie se solde sur le score nul de zéro partout. Il fallut attendre la neuvième journée de championnat pour voir la JSK perdre son premier match de la saison et en même temps son fauteuil de leader; se fut face à l'OMR sur le score de deux buts à un permettant au WAB de prendre les commandes du championnat. Au soir de la onzième journée et ce malgré une victoire d'un but à zéro chez le voisin de Bordj Menaïel, la JSBM, la JSK termine l'aller à la deuxième place derrière le WAB mais devant l'OMR. La douzième journée de championnat qui est le premier de la phase retour, la JSK perd contre toute attente sur son terrain face AU HAC qui prend sa revanche sur le score d'un but à zéro. Il en sera de même lors de la journée suivante avec l'USMMC au Stade Lavigerie. La JSK est en crise et l'entraîneur est mis à l'index non pas à cause de ses choix mais parcequ'il se trouve loin de son groupe. En effet Defnoun habite Alger et fait le va-et-vient entre Alger et Tizi-Ouzou et cet éloignement n'est pas fait pour souder et suivre son groupe de joueurs. L'effectif finit par se reprendre et le club enchaîne par la suite deux victoires et un nul, avant de se déplacer sur le terrain de sa bête noire, le WAB. La partie débute sur un rythme engagé et soutenu, les premiers à se signaler sont les Kabyles qui grâce à un magnifique tir du pied gauche de Karamani permet à son club de mener au score à la douzième minute. Les boufarikois nivelle ensuite la marque, un dès leur bien qu'en position de hors-jeu égalise donc car le but fut accordé par Aouissi, l'arbitre de la rencontre. Néanmoins juste avant la mi-temps les kabyles réagissent de nouveau, une frappe de Ouahabi accompagné par Kolli permet à la JSK de mener deux buts à un. Mais la rencontre fut longue, beaucoup trop longue, car l'arbitre de celle-ci fit jouer les deux équipes durant cent cinq minutes[18], ce qui est inhabituel pour un match de football dénué de prolongation. Le coup de sifflet final retentit soixante minutes plus tard alors que le ballon venait de rentrer dans les filets de la JSK, score final deux buts partout. À Boufarik c'est la folie, ce résultat permet au WA Boufarik revenir à hauteur des Kabyles et de croire encore au titre. À la suite de cette rencontre rocambolesque qui s'est soldée par un nul, suivront deux victoires sur le même score d'un but à zéro, dont le buteur n'est autre que Karamani qui marque respectivement face à l'AS Orléansville puis le WO Rouïba. Aux deux victoires succèdent deux défaites, l'une sur le même score d'un but à zéro face à l'OM Ruisseau soit sa deuxième défaite de la saison face au même club, puis une plus importante de trois buts à un face au MS Cherchell qui lui aura pris cinq points cette saison. La JSK terminera finalement la saison par une victoire face à la JS Bordj Menaiel, sur le score de trois buts à un, condamné depuis longtemps à la relégation. Cette dernière victoire sera insuffisante, l'OM Ruisseau termine Champion du Groupe centre de la Division Honneur avec quatre points d'avance et accède seul en National II. Sa seule satisfaction fut de devancer au classement sa bête noire d'un point et ce malgré le résultat et le déroulement du match ayant compté pour la dix-septième journée de championnat. En coupe d'Algérie, la JSK sera battut au stade des trente-deuxièmes de finale, par l'AS Orléansville à Mouzaia, dans une édition marquée par la victoire finale de l'ES Sétif, dont c'est le troisième titre.

1967-1977 : À la conquête des premiers titres

La JSK championne de Division Honneur (1967-1968)

Équipe de la JSK qui accéda en National II, la photo fut prise le , lors du dernier match de championnat de la Division Honneur Centre contre le Hydra AC gagné 4-0

La JSK championne de Nationale II (1968-1969)

La JSK dispute donc le Nationale II en 1968-1969. Dès sa première saison, le club couronné du titre de champion accède à la première division du championnat d'Algérie durant la saison 1969-1970[19], pour ensuite ne plus la quitter jusqu'à aujourd'hui[20].

À la découverte de l'élite (1969-1970)

Pour sa première apparition en première division, la JSK réalise un parcours honorable en terminant à la sixième place.

Le passage éphémère de Abdelaziz Bentifour (1970-1971)

La JSK réalise une saison difficile en terminant à la septième place, marquée notamment par la mort de son entraîneur Abdelaziz Ben Tifour mais aussi du président de la Fédération algérienne de football, le docteur Mohand Amokrane Maouche.

La JSK devient la "Jamiat Sari Kawkabi" (1971-1972)

La JSK championne de Nationale I (1972-1973)

Lors de la saison 1972-1973, pour sa 4e saison dans l'élite[21], la JSK gagne son premier titre de champion d'Algérie. Le club est ensuite renommé Jamiat Sari' Kawkabi par le président de l'époque, Houari Boumédiène.

La JSK double championne de Nationale I (1973-1974)

La saison suivante, la JSK est sacrée championne d'Algérie pour la deuxième fois consécutive. Les deux saisons suivantes sont mitigées, avec une septième place en 1974-1975 et une troisième place en 1975-1976.

Instabilité du staff technique et transition (1974-1975)

La JSK de retour sur le podium (1975-1976)

Le premier doublé coupe-championnat (1976-1977)

La saison 1976-1977 voit le club reprendre le titre de champion d'Algérie. L'attaquant Mokrane Baïleche termine meilleur buteur de la compétition avec 20 buts. Le club réalise par la même occasion son premier doublé coupe-championnat.

1977-1990 : Le "JUMBO JET", l'ère de Benkaci, Khalef et Zywotko

Mouloud Iboud recevant le trophée de la Coupe d'Afrique des clubs champions 1981 remporté par la JSK.

La JSK devient la "Jeunesse Electronique Tizi-Ouzou" (1977-1978)

Pendant la saison 1977-1978[22], l'équipe change une nouvelle fois de nom, pour être nommée cette fois ci Jeunesse Électronique de Tizi-Ouzou. Cette saison se termine à la 2e place du championnat et marque les débuts du tandem Mahieddine Khalef - Stefan Zywotko. À la suite de son titre de champion lors de la saison 1976-1977, la JSK dispute pour la première fois une coupe internationale de clubs. Elle s'inclinera en quart de finale de la Coupe d'Afrique des clubs champions face au club congolais de l'AS Vita Club. La saison 1978-1979 se termine sur une double déception, puisque la JSK finit 2e du championnat et finaliste de la coupe d'Algérie. Lors de la saison 1979-1980[23], la JE Tizi Ouzou (JSK) termine à la première place du championnat, devenant champion d'Algérie pour la quatrième fois de son histoire.

La JET rate de peu le doublée "coupe-championnat" (1978-1979)

En 1980, le club se déplace du stade Oukil Ramdane vers le stade du 1er novembre 1954. La première saison dans ce nouveau stade se termine par une seconde place.

La JET championne pour la quatrième fois (1979-1980)

Pendant la saison 1981-1982[24] la JSK (qui se nomme toujours à cette époque JE Tizi-Ouzou), termine la saison à la première place du classement.

La JET championne d'Afrique des clubs (1980-1981)

L'équipe de la Jeunesse Électronique de Tizi-Ouzou en 1986.

Ce titre de champion s'accompagne de la Coupe d'Afrique des clubs champions gagnée sans perdre un match[25] en battant en finale les Congolais de l'AS Vita Club 5-0 sur les deux matchs (4-0 à l'aller puis 1-0 au retour). Le club rejoint donc son rival du MC Alger, seul autre club algérien vainqueur de cette compétition africaine en 1976 (l'ES Sétif la gagnera en 1988), et réalise le doublé Coupe d'Afrique des clubs champions-Championnat.

La JET championne pour la cinquième fois (1981-1982)

En 1982, de par son statut de champion d'Afrique en 1981, le club reçoit une invitation à participer au Tournoi de la Fraternité en Côte d'Ivoire. La JSK gagne ce trophée face à l'Union Douala, club camerounais vainqueur de la Coupe d'Afrique des vainqueurs de coupe sur le score de 1-1 après prolongations, 4 tirs au but à 3. Ce trophée est considéré comme la première Supercoupe d'Afrique par la presse de l’époque, France-Football écrit ainsi « Une nouvelle Supercoupe d’Afrique est née ». Mais cette dernière n'a été créée officiellement qu'en 1993, organisée par la CAF.

La JET championne pour la sixième fois (1982-1983)

La défense de son titre de champion d'Afrique sera infructueuse car la JSK s'inclinera dès son entrée en lice face au club soudanais d'Al Hilal Omdurman. Au niveau national, l'année suivante[27], le club réussit pour la 2e fois de l'histoire à conserver son titre de champion d'Algérie. C'est le sixième titre du club.

La JET dépassée par "l'OUEST" (1983-1984)

La JET finit à la 3e place en 1984, à 2 points du champion le GCR Mascara et est défaite en demi-finale de la coupe d'Algérie en demi-finale par le MC Oran, vainqueur de l'épreuve.

La JET championne pour la septième fois (1984-1985)

la JSK redevient championne pour la septième fois de son histoire[28] en 1985.

La JET réalise son deuxième doublé "coupe-championnat" (1985-1986)

L'année 1986[29] se termine par un nouveau titre avec 98 points au compteur (record pour un championnat à 20 clubs). Le club remporte aussi la Coupe d'Algérie, et Naçer Bouiche finit meilleur buteur du championnat pour la deuxième fois de sa carrière avec 36 buts, record inégalé à ce jour.

La JET Hors du podium, une première en dix ans (1986-1987)

Suivent deux saisons sans titres, achevées aux 6e

La JSK devient la "Jeunesse sportive Tizi-Ouzou" (1987-1988)

et 2e places.

La JST championne pour la neuvième fois (1988-1989)

Pour leur dernière année ensemble, les deux techniciens gagnent un nouveau titre de champion[30] en 1989.

Décuple championne d'Algérie et double championne d'Afrique (1989-1990)

Onze initial en finale retour de la Coupe d'Afrique des clubs champions 1990[31].

Le club conserve son titre lors de la saison 1989-1990[32], et devient double champion d'Algérie de football pour la quatrième fois de son histoire. C'est son dixième titre de champion. À noter également que, lors de cette saison, la Coupe d'Algérie n'est pas organisée. La saison 1990-1991[33] s'achève par une quatrième place du championnat et par une finale de coupe perdue face à l'USM Bel-Abbès. La JSK réalise parallèlement une belle compétition africaine en gagnant pour la deuxième fois de son histoire la Coupe d'Afrique des clubs champions aux tirs au but face au club zambien des Nkana Red Devils[34] (1-1 sur les deux matchs puis 5-3 aux tirs au but). C'est le premier club algérien à avoir remporté deux fois la prestigieuse Coupe d'Afrique des clubs champions (l'ES Sétif la gagnera en 1988 et 2014).

Remise du trophée à Abdelhamid Sadmi capitaine de la JSK. La photo fut prise le à l'issue du match retour de la finale de la Coupe des clubs champions africains.

1990-1992 : Une période de transition

Après une longue cohabitation de douze ans, le duo d'entraîneurs Mahieddine Khalef et Stefan Zywotko se retirent mais restent au club en tant que conseillers. Durant leur passage commun à la tête de la JSK, le club a gagné six championnats, une coupe nationale, une Coupe d'Afrique des clubs champions et une Supercoupe d'Afrique. En championnat, la JSK n'a fini qu'une seule fois hors du podium durant ces 12 saisons.


Le championnat 1991-1992[35] est catastrophique pour la JSK qui finit 13e et premier non relégable. Le club remporte tout de même durant cette saison-là sa troisième Coupe d'Algérie. Durant la saison 1992-1993[36], la JSK s'adjuge un nouveau trophée national dans son palmarès, à savoir sa première et seule à ce jour Supercoupe d'Algérie face au MC Oran (2-2 puis 6-5 aux tirs au but).

1993-2017 : L'ère Hannachi

1993-1996 : Participations aux compétitions africaines

Onze initial en finale retour de la Coupe d'Afrique des vainqueurs de coupe 1995[37].

Côté africain, elle participe pour la toute première fois à la Coupe d'Afrique des vainqueurs de coupe. Le club réalise un parcours honorable dans cette compétition en échouant en quart de finale. La saison 1993-1994[38] est conclue à la troisième place du classement. Le club conserve la Coupe d'Algérie (il n'y avait pas eu de coupe la saison précédente). L'année 1994-1995[39] voit l'arrivée d'un nouveau président à la JSK, Mohand Chérif Hannachi, qui fait confiance au duo Djaâfar Harouni-Djamel Menad.

1995 : Victoire en Coupe d'Afrique des vainqueurs de coupe

La JSK remporte cette saison-là pour la première et dernière fois de son histoire (étant donné que cette compétition n'existe plus), la Coupe d'Afrique des vainqueurs de coupe (C2) face aux nigérians Julius Berger (3-2 sur les deux matchs). Il s'agit du premier et seul club algérien à remporter ce trophée africain. Elle dispute également pour la première fois de son histoire, la Supercoupe de la CAF, (match opposant à l'époque le vainqueur de la Coupe des clubs champions au vainqueur de la Coupe des vainqueurs de coupe). Elle dispute cette compétition face au club sud-africain de l'Orlando Pirates, vainqueur de la Coupe d'Afrique des clubs champions 1995. Malheureusement elle s'inclinera à l'extérieur sur le score d'un but à zéro. Son titre de champion, l'autorise à jouer la Coupe d'Afrique des clubs champions, où l'équipe parvient en demi-finale, mais échoue face à l'équipe nigériane du Shooting Stars FC.

1996-2000 : Quelques difficultés

Kamel Mouassa est nommé entraîneur au départ de la saison 1996-1997[40]. Le club finit 8e. La saison suivante, le championnat de football algérien se déroule sous forme de poule. En finissant 2e de la sienne, la JSK ne dispute pas la finale du championnat[41]. L'année suivante 1998-1999[42], le club finit à la deuxième place. Seule consolation, le joueur Farid Ghazi termine meilleur buteur du championnat avec un total de 19 buts. Le club échoue aussi lors de la finale de la Coupe d'Algérie face à l'USM Alger. En 1999-2000[43], l'entraîneur de la JSK, Kamel Mouassa, est remplacé par le Bulgare Janko Guelov. Celui-ci emmène la JSK à une décevante sixième place. En Coupe d'Algérie, malgré un bon parcours, le club s'arrête en demi-finale.

2000-2003 : Les trois Coupes de la CAF consécutives

Remise du trophée de la Coupe de la CAF 2001, à la JSK.
L'équipe de la finale retour de la Coupe de la CAF 2002[44].

L'entraîneur bulgare est remercié avant le début de la saison 2000-2001[45] et Nedjmeddine Belayachi le remplace alors que la JSK est en quart de finale de la Coupe de la CAF. La JSK dispose à ce stade de la compétition du club tunisien de l'Étoile sportive du Sahel (victoire 4-1 aux tirs au but en Tunisie, chacun ayant gagné 1-0 à domicile) et élimine en demi-finale le club nigérian du Heratland. Après une lourde défaite contre l'Entente sportive sétifienne en championnat, Belayachi est évincé à quelques jours de la finale aller de la coupe de la coupe de la CAF, il est remplacé par le duo Mahieddine Khalef et Nacer Sandjak[46]. La finale oppose donc la JSK au club égyptien de l'Ismaily SC. Le , la JSK remporte la première Coupe de la CAF de son histoire grâce à la règle des buts inscrits à l'extérieur (1-1 puis 0-0). Il s'agit de la première C3 remportée par un club algérien. La saison suivante, 2001-2002[47], marque un nouveau changement à la barre technique avec le retour de Kamel Mouassa qui réussit avec l'équipe l'exploit de conserver son titre africain de Coupe de la CAF face aux tunisiens de l'Étoile sportive du Sahel grâce à la règles des buts à l'extérieur (2-1 puis 1-0). En 2002-2003[48], le technicien français Jean-Yves Chay est choisi pour diriger l'équipe cette saison. Le club remporte durant cette saison pour la troisième fois consécutivement la C3 (premier club au monde à gagner la C3 continentale trois fois de suite), cette fois-ci face aux camerounais du Tonnerre Yaoundé (4-1 sur les deux matchs). Durant, cette période le Championnat d'Algérie est un peu délaissé car la JSK ne le gagne pas en finissant respectivement 3e en 2001, 2e en 2002 et 4e en 2003.

2004-2011 : Le renouveau national

Forte de son titre de vainqueur de la Coupe de la CAF, la JSK participe à l'édition de 2003, mais s'incline cette fois-ci dès les quarts-de-finale face au Cotonsport Garoua, cependant, après neuf ans d'attente, la JSK reconquiert le Championnat d'Algérie[49]. La JSK rate le doublé en échouant face à l'USM Alger en finale de la Coupe d'Algérie cinq tirs au but à quatre (0-0 dans le temps réglementaire). La saison 2004-2005[50] voit deux duos d'entraîneurs se succéder à la tête du club (Kamel Mouassa et Moussa Saïb puis Christian Coste et Kamel Aouis), et l'équipe termine dauphine de l'USM Alger en championnat. Lors de la saison 2005-2006[51], le club se hisse en phase des poules de la Ligue des champions de la CAF[52], pour la première fois dans le système Ligue des champions, mais ne parvient pas à accéder aux demi-finales. Cette saison connait aussi un nouveau titre de champion d'Algérie pour la JSK, son 13e titre. Hamid Berguiga est pour la seconde fois d'affilée meilleur buteur du championnat avec 18 buts à son compteur. La saison suivante, le club termine à la deuxième place du podium, et est éliminé en demi-finale de la Coupe d'Algérie par l'USM Alger.

La saison 2007-2008[53] est une bonne saison pour la JSK, puisque la seule équipe capable de lui tenir la dragée haute en championnat sera le champion sortant du dernier exercice, l'ES Sétif. Le suspense du championnat reste entier, tant ces deux équipes sont proches l'une de l'autre tout au long de la saison. Finalement, un match perdu sur tapis vert par l'ES Sétif, pour avoir refusé de jouer un match contre la JSK, marque un tournant décisif dans la saison[54]. Cela permet à la JSK de décrocher son 14e titre de champion d'Algérie[55]. Une nouvelle fois, un joueur du club termine meilleur buteur de la saison. Il s'agit de Nabil Hemani avec un total personnel de 16 buts. Autre fait marquant de cette saison, la Kabylie est au sommet du football algérien avec une victoire en Coupe d'Algérie de l'autre club kabyle la JSMB. Cela augure une Supercoupe d'Algérie entre ces deux formations, pour un derby kabyle inédit à ce niveau national, qui n'est finalement pas disputé à cause des travaux sur le terrain du stade du 5 juillet 1962, mais aussi car la JSK joue la Ligue des champions de la CAF avec un calendrier particulièrement chargé et refuse donc de participer à cette compétition. Les deux formations font donc l'impasse sur ce trophée d'un commun accord.

« Bravo pour votre réussite et tout ce que vous faites autour de vous, en dehors du terrain également »

Sepp Blatter, président de la FIFA, aux joueurs de la JS Kabylie (2008)[56]

Battu en 8e de finale de la Ligue des champions de la CAF, la JSK est reversée en Coupe de la confédération, passe un tour, mais échoue à se qualifier en finale lors du tour de poules. Durant la saison 2008-2009[57], la JSK obtient la troisième place de la Coupe nord-africaine des clubs champions 2008 en réalisant un match nul face au club libyen Al Ittihad Tripoli. Cependant, et malgré un début de saison catastrophique, la JSK termine la saison 2008-2009 à la deuxième place du championnat pour la dixième fois de son histoire. Cette remontée n'est possible qu'au terme d'une série de onze matchs consécutifs sans défaite.

La JSK, durant la saison 2009-2010[58], obtient des places d'honneur mais ne gagne aucun trophée (3e en championnat, demi-finaliste de la Coupe d'Algérie et demi-finaliste de la Ligue des champions de la CAF).

En 2011, la JSK remporte sa cinquième Coupe d'Algérie, après 17 ans, face à l'USM El Harrach (1-0).

2011-2018 : Un club en grande difficulté

Lors de la saison 2010-2011, la JSK termine à la 11e place seulement 1 point devant le premier relégable (l'USM Annaba). En Coupe de la confédération, le club parvient à la phase de poule mais elle y perd ses six matchs. La saison est sauvée grâce au gain de la Coupe d'Algérie aux dépens de l'USM El Harrach[59] (1-0). Cette victoire en coupe qualifie les canaris pour la Coupe de la confédération 2012, mais le président du club Mohand Chérif Hannachi décide de ne pas inscrire le club pour se concentrer sur le championnat[60].

La saison 2011-2012 n'est pas meilleure puisqu'elle s'achève à la neuvième place[61] et par une élimination en huitième de finale de la Coupe d'Algérie.

En , l’entraîneur italien Enrico Fabbro est recruté, mais il est licencié dès novembre (à cause d'un début de saison catastrophique comprenant sept défaites en dix matchs). Nacer Sandjak le remplace et le club termine le championnat à la septième place[62]. De plus, l'équipe est éliminée dès les huitièmes de finale de la coupe d'Algérie.

Photo d'équipe de la JS Kabylie en 2014.

Après trois saisons difficiles, la JSK entame la saison 2013-2014 avec le retour de Azzedine Aït Djoudi au poste d'entraîneur. Il a pour objectif de conquérir une place africaine pour la saison suivante. Le club termine à la deuxième place au classement final, à quatorze points de son rival l'USM Alger, et se qualifie ainsi pour la Ligue des champions de la CAF 2015. Lors de la Coupe d'Algérie 2014, la JSK s'incline en finale face au MC Alger aux tirs au but.

2014 : La mort tragique d'Albert Ebossé Bodjongo

La saison 2014-2015 débute très mal pour ce club : le lors de la rencontre opposant la JSK à l'USM Alger pour le compte de la deuxième journée du championnat (défaite 1-2), l'attaquant camerounais du club Kabyle, Albert Ebossé, qui est par ailleurs le seul buteur de son équipe pendant le match, est atteint après le coup de sifflet final par des jets de projectiles provenant des tribunes des supporters de son propre club et décède à son arrivée à l'hôpital de Tizi Ouzou. Ce drame endeuille tout le sport algérien et provoque une vague d'indignations dans tout le pays. La CAF et la FAF décident de sanctionner le club à cause de l'affaire Albert Ebossé Bodjongo : suspension de la participation a la Ligue des champions de la CAF 2015 et les matchs de championnat à huis clos et à l'extérieur de Tizi Ouzou durant la phase aller. Quelques semaines plus tard, l'entraîneur belge Hugo Broos, en fonction depuis , décide de démissionner après des propos verbaux reçu par le président du club[63]. Au terme du championnat, la JSK termine en douzième position à seulement un point du premier relégable ASO Chlef. Des milliers de supporters sont mécontents des résultats et des marches importantes ont lieu dans les rues de Tizi Ouzou pour réclamer le départ du président Mohand Cherif Hannachi.

Lors de la saison 2015-2016, l'équipe termine à la 3e place permettant ainsi de se qualifier pour la Coupe de la confédération 2017.

Lors de la saison 2016-2017, l'équipe termine à la 12e place à deux points du premier relégable le club de Relizane et le club a été éliminé par le TP Mazembe lors du troisième tour de la Coupe de la confédération 2017.

En , le conseil d'administration décide de limoger à l'amiable le président Mohand Cherif Hannachi à la tête du club et il est remplacé par Abdelhamid Sadmi, un ancien joueur emblématique du club mais il démissionne de son poste en . Noureddine Saâdi, arrivé dans les bagages du nouveau président Mellal en janvier dernier, n’a pas réussi à s’imposer à la tête de la barre technique des canaris, ses résultats furent très maigres, est limogé à l'amiable.

Président indéboulonnable depuis 24 ans, avec succès pendant la première moitié de son règne, il a depuis énormément déçu les supporters de la JSK, qui a fini par perdre de son lustre d'antan à cause d'une gestion chaotique. Depuis 2010, aucun investisseur n'a pu acquérir d'actions de la JSK, il a créé une société sportive par actions (SSPA) "fantoche" à sa main, avec un club sportif amateur (CSA) détenant la majorité et composé d'affidés. Il a eu pris part d'une quarantaine d’entraîneurs différents (ce qui représente un record mondial). Cependant, il a remporté dix trophées (4 titres africains et 6 titres en Algérie).

2018 - : L'ère Mellal

Le , le conseil d'administration décide de nommer un homme d'affaires, Cherif Mellal, comme président du club. Le nouveau président décide de nommer Youcef Bouzidi comme nouvel entraîneur. Dans cette saison, avec une équipe plutôt bien remaniée en fin de championnat, le club n'est pas parvenu à remporter la Coupe d'Algérie, battu en finale par l'USM Bel-Abbes 2-1.

Pour la saison 2018-2019, le président Mellal nomme Franck Dumas comme nouvel entraîneur du club. Le club finit la saison à la deuxième place et se qualifie pour la Ligue des champions de la CAF 2019. Le club fête donc son retour en Ligue des Champions après neuf années d'absence. Sous l'ère Mellal, le club est restructuré: plus d'importance donnée aux catégories jeunes qui finissent toutes 4es au classement ou plus haut encore. Les travaux d'un centre de formation sont lancés grâce à l'aide de Issad Rebrab, industriel kabyle et l'homme d'affaires le plus riche d'Algérie. La communication est aussi améliorée par la création de comptes officiels sur Facebook, Twitter et Instagram qui couvrent toute l'actualité du club.

Neuf ans après sa dernière participation à la phase de poules de la Ligue des Champions, la JSK s'est qualifiée en éliminant les Guinéens du Horoya AC aux tirs au but 5-3, après un score de 2-2 sur les deux matchs[64]. Cependant, le club finit 3e lors des phases de poule et ne parvient pas à se qualifier pour les quarts de finale.

En raison de la pandémie de Covid-19, la saison 2019-2020 est figée à la 22e journée (quatrième au classement) et l'annulation de la Coupe d'Algérie permet à la JSK de disputer la Coupe de la confédération 2021.

La JSK se qualifie en phase de poule de la Coupe de la confédération 2021 après avoir passé les deux tours de qualification face aux Nigériens de l'USGN et face au Stade malien. Le club se qualifie pour les quarts de finale après avoir fini 1er du groupe où il rencontrera les Tunisiens du CS Sfaxien.

En raison de l'impossibilité des clubs amateurs de jouer la Coupe d'Algérie pour cause de pandémie de COVID-19, la FAF décidat de la remplacer par la Coupe de la Ligue qui concerne les 20 clubs de Ligue 1. Le club est exempter du tour préliminaire car il joue la Coupe de la confédération et donc débute la compétition en huitième de finale où il bat le NAHD 2-0.

Le club se dote d'un site internet officiel le (en hommage du printemps berbère).

Le club se qualifie pour les demi-finales de la Coupe de la confédération après avoir battu les Yunisiens sur le score de 2-1 aux cumulés (1-0 à l'extérieur et 1-1 à domicile) ; ils retrouveront les Camerounais du Coton Sport qu'ils avaient battus deux fois en phase de groupe.

Le club se qualifie en demi-finale de la Coupe de la Ligue après avoir battu en déplacement l'US Biskra 2-0.

Le club se qualifie en finale de la Coupe de la Ligue après avoir battu a domicile Tlemcen 1-0, il seront confrontés au NC Magra.

La JSK se qualifie pour la finale de la Coupe de la confédération (19 ans après sa dernière finale africaine) après avoir battu Coton Sport sur le score de 5-1 aux cumulés (victoire 2-1 à l'extérieur et victoire 3-0 à domicile) ; ils seront confrontés en finale aux Marocains du Raja Casablanca.

Le club perd la finale de Coupe de la confédération face au Raja Casablanca 2-1 dans une finale unique au Bénin à Cotonou.

Le club rajoute une nouvelle ligne à son palmarès en gagnant la Coupe de la Ligue face au NC Magra aux tirs au buts 4-1 après un score de 2-2 et met fin à dix ans de disette. Avec cette victoire, le club se qualifie pour la Coupe de la confédération 2021-2022

Résultats sportifs

Palmarès

La JSK est le club le plus titré en Algérie avec 28 titres officiels :

National Régional International

Compétitions maghrébines

Compétitions arabes

Compétitions actuelles

Anciennes compétitions

Autres compétitions

Autres compétitions - Trophées et tournois amicaux
  • Trophée du Fair-play de la saison[65] :
  • Tournoi du SCU El Biar (Alger) [66]
  • Tournoi de la Municipalité -Tizi-Ouzou (Kabylie) [67] :
  • Tournoi de l'Indépendance -Tizi-Ouzou (Kabylie) [68] :
  • Tournoi du Croissant rouge algérien (Alger) [70] :
  • Coupe de la Révolution Agraire (Alger) [71] :
  • Match des Champions [72] :
  • Tournoi Triangulaire de Dakar (Sénégal) [73] :
  • Tournoi de la Fraternité-Trophée de la Paix (Côte d'Ivoire) :
  • Tournoi de Bercy (France) :

Bilan sportif

Bilan de la JS Kabylie en compétitions de l'époque coloniale du au [A 4] (Résultats mis à jour en fonction des dernières recherches effectuées sur l'époque coloniale).

Championnat Saisons Titres J G N P Bp Bc Diff
Division Honneur[A 5] 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Division Promotion Honneur[A 6] 2 0 39 12 10 17 68 72 -4
Première Division[A 7] 4 0 80 38 22 20 153 93 +60
Deuxième Division[A 8] 3 1 47 28 11 8 127 57 +70
Troisième Division[A 9] 1 0 23 17 4 2 76 21 +55
Total 10 1 189 195 47 47 424 243 +181
Coupes nationales Saisons Titres J G N P Bp Bc Diff
Coupe Edmond Forconi[A 10] 8 0 27 17 2 8 75 52 +23
Coupe de France[A 11] 2 0 2 0 0 2 2 4 -2
Coupe d'Algérie[A 12] 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Total 10 0 29 17 2 10 77 56 +21
Compétitions nord-africaines Saisons Titres J G N P Bp Bc Diff
Championnat d'Afrique du Nord[A 13] 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Coupe d'Afrique du Nord[A 14] 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Total 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Total Général 20 1 218 112 49 57 501 299 +202

La JSK créée officiellement en 1946, fait son entrée dans la compétition en Septième Division et disputa son premier match officiel le . Affiliée à la fois à la Fédération Française de Football Association et la Ligue d'Alger de Football Association, elle participa à toutes les compétitions possibles en Algérie régies par ces deux organismes. La JSK n'a gagné qu'un seul titre durant cette période, il s'agit d'un titre de champion de Deuxième Division acquis à l'issue de la saison 1949-1950. Figure aussi dans son palmarès un titre non officiel de champion de Première Division lorsque l'équipe accéda en Division Promotion Honneur. Enfin la JSK disputera son dernier match le et cessera toutes ses activités à la suite de l'appel du FLN.

Bilan de la JS Kabylie en championnat et coupes à partir de 1962[A 15] (Résultats mis à jour pour la saison 2020-2021).
Championnat Saisons Titres J G N P Bp Bc Diff
National I / Division 1 / Ligue 1 52 14 1585 725 452 408 2087 1386 +701
National II / Division 2 / Ligue 2 1 1 22 12 7 3 39 13 +26
Division 3 5 1 130 65 39 26 212 131 +81
Division 4 1 1 18 13 3 2 50 15 +35
Total 59 17 1707 792 486 429 2289 1480 +843
Coupes nationales Saisons Titres J G N P Bp Bc Diff
Coupe d'Algérie 56 5 198 130 31 37 372 160 +212
Coupe de la Ligue 4 1 21 7 7 7 26 22 +4
Supercoupe d'Algérie 4 1 4 0 1 3 3 6 -3
Total 64 7 223 137 39 47 401 188 +213
Compétitions africaines Saisons Titres J G N P Bp Bc Diff
Ligue des champions de la CAF 16 2 110 57 17 36 141 93 +48
Coupe d'Afrique des vainqueurs de coupe 2 1 14 8 1 5 27 17 +10
Coupe de la CAF 4 3 30 14 8 8 34 19 +15
Coupe de la confédération 4 0 41 19 8 14 46 40 6
Supercoupe de la CAF 2 1 2 0 1 1 1 2 -1
Total 28 7 197 98 36 63 249 171 +78
Compétitions maghrébines Saisons Titres J G N P Bp Bc Diff
Coupe nord-africaine des clubs champions 1 0 3 0 2 1 2 3 -1
Coupe du Maghreb des clubs champions 2 0 4 0 2 2 1 5 -4
Total 3 0 7 0 4 3 3 8 -5
Compétitions arabes Saisons Titres J G N P Bp Bc Diff
Ligue des champions arabes 3 0 22 10 8 4 28 24 +4
Total 3 0 22 10 8 4 28 24 +4
Total Général 157 31 2156 1037 573 546 2970 1871 +1133
Légende : J = joués, G = gagnés, N = nuls, P = perdus, Bp = buts pour, Bc = buts contre, Diff = différence de buts.

La JS Kabylie fait son entrée dans le Championnat d'Algérie en première division lors de la saison 1969-1970, et y est restée jusqu'à ce jour. Elle a disputé la totalité des saisons en première division depuis son entrée en 1969, soit 52 saisons, ce qui fait d'elle le club le plus capé dans cette compétition. Le club du Djurdjura est le plus titré d'Algérie avec quatorze victoires en championnat.

C'est le seul club algérien qui n'a pas connut la relégation depuis sont accession dans l'élite.

La JSK remporte cinq fois la Coupe d'Algérie en (1977, 1986, 1992, 1994 et 2011) en 56 éditions, dont deux fois lors d'un doublé Coupe-Championnat en 1977 et 1986. Elle s'incline également à six reprises en finale.

Pour la Coupe de la Ligue la JSK participe à quatre éditions et en remporte une seule en 2021.

Pour la Supercoupe d'Algérie la JSK participe à quatre finales sur cinq possibles et n'en remporte qu'une seule en 1992. C'est la seule édition où elle participe en tant que vainqueur de la Coupe d'Algérie. Paradoxalement, toutes les défaites en Supercoupe d'Algérie l'ont été en tant que champion d'Algérie.

À noter, une double participation C1-C3 durant l'année 2008.

Records

La Jeunesse sportive de Kabylie accumule plusieurs records en Algérie, en Afrique et dans le Monde depuis sa création.

  • La JSK est élue meilleur club d'Algérie du XXe siècle.
  • La JSK est classée, par la CAF, parmi les dix meilleurs clubs d'Afrique du XXe siècle.
  • La JSK est classée 7e meilleur club d'Afrique durant la décennie (2001-2011) par l'IFFHS. Et également, parmi les dix meilleurs de tous les temps.
  • La JSK est le seul club algérien qui n'a jamais été relégué en deuxième division. Il comptabilise 53 années d'affilée en Ligue 1.
  • En Algérie, la JSK est le club le plus titré en coupe d'Afrique avec 7 titres africain en 9 finales jouées.
  • En Afrique, la JSK est le 7e club le plus titré.
  • La JSK est le deuxième club algérien à avoir gagné la Ligue des champions de la CAF.
  • La JSK est le premier club algérien à avoir gagné deux fois la Ligue des champions de la CAF.
  • La JSK ne s'est jamais incliné en finale de la Ligue des champions de la CAF.
  • La JSK est le premier club algérien à réaliser deux fois le doublé Ligue des champions de la CAF-Championnat, en 1981 et 1990.
  • La JSK réalise deux fois le doublé Coupe-Championnat en 1977 et 1986.
  • La JSK gagne deux fois de suite la Coupe d'Algérie en 1992 et 1994 (l'édition 1993 n'a pas été disputé).
  • La JSK détient le record de Coupe de la Ligue avec un titre à égalité avec le MC Oran, le MC Alger et le CR Belouizdad.
  • La JSK est le seul club algérien à avoir gagné la Coupe d'Afrique des vainqueurs de coupe.
  • La JSK est le seul club algérien vainqueur de la Coupe de la CAF/Coupe de la confédération.
  • La JSK détient deux autres records africains : elle remporte la Coupe de la CAF à trois reprises et consécutivement en 2000, 2001 et 2002.
  • La JSK est le premier club au monde à gagner la C3 continentale trois fois de suite.
  • La JSK fait partie du cercle très fermé des clubs ayant gagnés les trois compétitions africaines que sont : la Ligue des champions de la CAF, la Coupe d'Afrique des vainqueurs de coupe et la Coupe de la CAF/Coupe de la confédération, record partagé avec l’Espérance de Tunis, l'Étoile Sportive du Sahel, Al Ahly, Zamalek et le TP Mazembe.
  • La JSK est le club algérien qui a disputé le plus de rencontres africaines (197 matchs dont 110 matchs en Ligue des champions de la CAF) ainsi que le club ayant le plus grand nombre de participation en coupes d'Afrique (29 éditions).
  • La JSK est le club algérien qui a disputé le plus de finale nationale et continentale toutes compétitions confondues : 9 finales africaines, une finale maghrébine, onze finale en Coupe d'Algérie, quatre finale en Supercoupe d'Algérie, une finale en championnat d'Algérie et une finale en Coupe de la Ligue (27 au totale).
  • La JSK est le premier club africain à avoir gagné la Supercoupe de la CAF lors d'un tournoi à Abidjan en 1982.
  • La JSK est le club le plus titré en championnat d'Algérie (14 titres).
  • La JSK détient le record du plus grand nombre de points du championnat d'Algérie avec 98 points au compteur réalisés lors de la saison 1985-1986, dans un championnat à 20 clubs (soit 38 journées).
  • La JSK est le second club algérien qui a disputé le plus de finale en coupe d'Algérie (11 finales).
  • À la fin de la saison 2020-2021, la JSK est le club ayant remporté le plus de victoires en championnat (725 victoires en 52 saisons), ayant inscrit le plus grand nombre de buts (2 087 buts) et le 3e club ayant joué le plus grand nombre de matchs dans l'élite (1 585 matchs).
  • La JSK détient le record de la plus grande différence de buts sur une saison avec 89 buts marqués pour 22 buts encaissés (+67) lors de la saison 1985-1986 (38 journées).
  • La JSK réalise la meilleure défense de son histoire durant la saison 1997-1998 avec seulement 11 buts encaissés dans un championnat à 14 journées.
  • La JSK détient également le record du plus grand nombre de victoires en championnat soit : 27 victoires en 38 matchs lors de la saison 1985-1986.
  • La JSK codétient le record de la plus large victoire en championnat avec un score de 11-0, face au JHD Alger, réalisé durant la saison 1985-1986.
  • La JSK détient aussi le record du plus grand nombre de doublés en championnat d'Algérie avec quatre doublés.
  • La JSK détient le record du plus grand nombre de podiums avec 31 podiums.
  • Naçer Bouiche est le soulier d'or algérien, le plus prolifique de l'histoire du championnat, avec un record de 36 buts marqués durant la saison 1985-1986 (38 journées) avec la JSK.
  • La JSK possède aussi le record du plus grand nombre de souliers d'or algérien : soit 12 au total.
  • La JSK fait partie du cercle très fermé des clubs qui n'ont jamais connus la relégation en deuxième division au monde depuis son accession à la première division.

Trophées individuels

Meilleurs joueurs Meilleurs buteurs Meilleurs gardiens de but

Ballon d'or africain[A 16]
3e au classement (2) :

Ballon d'or (Algérie)[A 17] (1) :

DZFoot d'or[A 18] (2) :

Les oscars de Maracana (3) :

Soulier d'or algérien (12) :

Gant d'or (Algérie)[A 19] (3) :

Personnalités du club

Joueurs emblématiques

Certains joueurs ont contribué aux grands succès de cette équipe, et quelques-uns sont devenus des légendes pour les inconditionnels des canaris. Voici quelques grands noms de joueurs de football qui ont porté les couleurs de la JSK.

Mouloud Iboud, avec 470 matchs disputés, est le joueur qui a porté le plus grand nombre de fois le maillot de la JSK[A 20].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Capitaines de la JS Kabylie

Il y a eu à ce jour 33 capitaines qui se sont succèdé à la tête du club.

Pas d'activité entre 1956 et 1962 pour cause de Guerre d'Algérie.

Nom Période
Drapeau : Algérie Bouzar Boussad 1946-1956
Drapeau : Algérie Hassan Hammoutène 1962-1963
Drapeau : Algérie Saïd Hassoun 1963-1964
Drapeau : Algérie Amar Haouchine 1964-1967
Drapeau : Algérie Mustafa Rafaï 1967-1968
Drapeau : Algérie Driss Kolli 1968-1969
Drapeau : Algérie Hocine Amrous 1969-1970
Drapeau : Algérie Driss Kolli 1970-1971
Drapeau : Algérie Mustafa Rafaï 1971-1972
Drapeau : Algérie Mehdi Cerbah 1972-1974
Drapeau : Algérie Kamel Tahir 1974-1975
Drapeau : Algérie Mohand Chérif Hannachi 1975-1976
Drapeau : Algérie Mouloud Iboud 1976-1984
Drapeau : Algérie Rachid Baris 1984-1985
Drapeau : Algérie Ali Fergani 1985-1987
Drapeau : Algérie Abdelhamid Sadmi 1987-1990
Nom Période
Drapeau : Algérie Mourad Amara 1990-1992
Drapeau : Algérie Rachid Adane 1992-1994
Drapeau : Algérie Djamel Menad 1994-1996
Drapeau : Algérie Hakim Medane 1996-2000
Drapeau : Algérie Abdelazziz Benhamlat 2000-2003
Drapeau : Algérie Moussa Saïb 2003-2004
Drapeau : Algérie Farouk Belkaïd 2004-2005
Drapeau : Algérie Brahim Zafour 2005-2008
Drapeau : Algérie Lounès Gaouaoui 2008
Drapeau : Algérie Chérif Abdeslam 2008-2009
Drapeau : Algérie Mohamed Meftah 2009-2010
Drapeau : Algérie Lamara Douicher 2010-2011
Drapeau : Algérie Ali Rial 2011-2017
Drapeau : Algérie Essaïd Belkalem 2017-2018
Drapeau : Algérie Nabil Saâdou 2018-2019
Drapeau : Algérie Mohamed Walid Bencherifa 2019-2020
Nom Période
Drapeau : Algérie Rezki Hamroune 2020-2021

Joueurs les plus capés de la JS Kabylie en compétitions officielles

Mouloud Iboud, le joueur le plus capés de la JSK
Top 10 des joueurs les plus capés de la JS Kabylie en compétitions officielles
Rang Joueurs[A 21] Période Ligue 1 Coupe d'Algérie Afrique[A 22] Autres[A 23] Total
1er Drapeau : Algérie Mouloud Iboud 1970-1984 424 20 22 4 470
2e Drapeau : Algérie Salah Larbès 1971-1987 +400 32 4 +400
3e Drapeau : Algérie Mohand Chérif Hannachi 1969-1983 +300 4 4 +300
4e Drapeau : Algérie Rabah Menguelti 1970-1985 +300 26 4 +300
5e Drapeau : Algérie Rachid Baris 1972-1985 +300 26 4 +300
6e Drapeau : Algérie Dahmane Haffaf 1977-1993 +300 50 13 +300
7e Drapeau : Algérie Mourad Amara 1977-1992 +300 46 12 +300
8e Drapeau : Algérie Abdelhamid Sadmi 1978-1994 +300 44 17 +300
9e Drapeau : Algérie Kamel Abdesselam 1978-1991 +300 34 12 +300
10e Drapeau : Algérie Rachid Adghigh 1980-1992 +300 40 12 +300

Meilleurs buteurs de la JS Kabylie en compétitions officielles

Top 10 des meilleurs buteurs de la JS Kabylie en compétitions officielles
Rang Joueurs[A 21] Période Ligue 1 Coupe d'Algérie Afrique[A 24] Autres[A 25] Total
1er Drapeau : Algérie Nacer Bouiche 1983-1990 113 13 11 137
2e Drapeau : Algérie Tarek Hadj Adlane 1991-1996 70 10 9 5 94
3e Drapeau : Algérie Arezki Kouffi 1965-1975 +78 +78
4e Drapeau : Algérie Mourad Derridj 1967-1976 +70 +70
5e Drapeau : Algérie Djamel Menad 1981-1987 1994-1996 +39 +13 8 1 +70
6e Drapeau : Algérie Hamid Berguiga 2001-2006 51 6 8 65
7e Drapeau : Algérie Mokrane Baïleche 1974-1981 +30 +6 1 +50
8e Drapeau : Algérie Mourad Aït Tahar 1987-1994 1997-1999 35 8 4 47
9e Drapeau : Algérie Fawzi Moussouni 1994-2001 33 2 5 2 42
10e Drapeau : Algérie Nabil Hemani 2005-2008 2011-2012 29 6 4 39

Joueurs les plus titrés de la JS Kabylie en compétions officielles

Top 10 des joueurs les plus titrés de la JS Kabylie en compétitions officielles
Rang Joueurs[A 21] Période Ligue 1 Coupe d'Algérie Afrique[A 26] Autres[A 27] Total
1er Drapeau : Algérie Dahmane Haffaf 1977-1993 7 2 3 1 13
Drapeau : Algérie Abdelhamid Sadmi 1978-1994 7 3 3 13
2e Drapeau : Algérie Salah Larbès 1971-1987 8 2 2 12
Drapeau : Algérie Rachid Adghigh 1980-1992 6 2 3 1 12
3e Drapeau : Algérie Mourad Amara 1977-1992 6 2 3 11
Drapeau : Algérie Kamel Abdesselam 1978-1991 7 1 3 11
Drapeau : Algérie Rachid Adane 1983-1997 5 3 2 1 11
4e Drapeau : Algérie Rabah Menguelti 1970-1985 7 1 2 10
Drapeau : Algérie Kamel Aouis 1972-1985 7 1 2 10
Drapeau : Algérie Rachid Baris 1972-1985 7 1 2 10

Présidents

La JSK est le club le plus stable en Algérie. Elle n'a connu que 18 présidents depuis sa création en 1946. Le président qui est resté le moins longtemps à la présidence du club est Mouloud Iboud pour une durée de trois mois. La présidence la plus longue de la JSK est celle de Mohand Chérif Hannachi qui fut en fonction pendant 24 ans. Il se voit retirer la confiance des actionnaires lors du conseil du . Malik Azlef est chargé d'assurer la transition en attendant l'élection d'un nouveau président. Le , le conseil d'administration décide de nommer un homme d'affaires, Cherif Mellal, comme président du club.

Le président le plus titré est Boussad Benkaci avec 14 titres en 15 ans.

Pas d'activité entre 1956 et 1962 pour cause de Guerre d'Algérie.

Les présidents qui se sont succédé à sa tête sont :

Présidents Périodes
Drapeau : Algérie Saadi Ouakli De 1946 à 1950
Drapeau : Algérie Rabah Mohammedi De 1950 à 1951
Drapeau : Algérie Ahmed Ouakli De 1951 à 1952
Drapeau : Algérie Mohamed Ounoughène De 1952 à 1953
Drapeau : Algérie Rabah Mohammedi De 1953 à 1956
Drapeau : Algérie Mohamed Lounès Madiou De 1962 à 1963
Drapeau : Algérie Mansour Abtouche De 1963 à 1971
Drapeau : Algérie Oumnia Hadj Arezki De 1971 à 1972
Drapeau : Algérie Omar Belhocine De 1972 à 1973
Drapeau : Algérie Abdelkader Khalef De 1974 à 1976
Drapeau : Algérie Boussad Benkaci De 1977 à 1992
Drapeau : Algérie Rachid Baris De 1992 à 1993
Drapeau : Algérie Mourad Yousfi Année 1993
Drapeau : Algérie Mouloud Iboud Année 1993
Drapeau : Algérie Mohand Chérif Hannachi De 1993 à 2017
Drapeau : Algérie Abdelhamid Sadmi Année 2017
Drapeau : Algérie Lakhdar Madjene De 2017 à 2018
Drapeau : Algérie Cherif Mellal de 2018 au 15 septembre 2021[1]
Drapeau : Algérie Yazid Yarichène Depuis le 15 septembre 2021[1]

Entraîneurs

De Ali Benslama en 1946 à Henri Stambouli, 76 changements d'entraîneurs ont eu lieu. Ils ont concerné 67 personnes différentes et le club a connu pas moins de 18 duos d'entraîneurs durant son histoire. Certains entraîneurs ont officié plusieurs fois à la tête de la JS Kabylie, à l’instar de Abderrahmane Boubekeur et Mahieddine Khalef[79]. Durant cette période, un entraîneur reste en place en moyenne pendant un an et quatre mois, soit à peine plus d'une saison de championnat. L'instabilité à ce poste est particulièrement forte durant la période 1965-1977 puisque le club connait 15 changements d'entraîneurs durant cette période, ce qui équivaut à un entraîneur différent tous les sept mois et demi environ. L'arrivée du duo Mahieddine Khalef et Stefan Zywotko à la barre technique de la JSK pendant 13 saisons (de 1977 à 1990) stoppe cette instabilité. Cependant, après le départ de ce duo, la JSK connaît de nouveau une nouvelle valse des entraîneurs, qui dure jusqu'à nos jours, à l'image des 29 entraîneurs ou duo d'entraîneurs que le club a eu entre 1989 et 2011, soit un entraîneur tous les neuf mois environ.

Mahieddine Khalef est le plus titré des entraîneurs algériens et de la JSK (13 titres), avec huit titres de champions d'Algérie (1977, 1980, 1982, 1983, 1985, 1986, 1989 et 1990), deux Coupe d'Algérie (1977 et 1986), une Coupe d'Afrique des clubs champions en 1981 ainsi qu'une Supercoupe de la CAF en 1982. Il a également remporté la Coupe de la CAF en 2001 avec Nasser Sendjak.

Le duo Khalef - Zywotko est le staff technique le plus titré (9 titres) avec la JSK puisqu'il remporte les championnats d'Algérie 1980, 1982, 1983, 1985, 1986, 1989 ainsi que la Coupe d'Algérie en 1986, la Coupe d'Afrique des clubs champions en 1981 et la Supercoupe de la CAF en 1982. Ce duo est considéré comme « mythique » dans les rangs des supporters de la JSK[80]. D'autres entraîneurs apportent des titres au club : la JSK remporte ainsi la Coupe de la CAF sous les ordres du duo Sendjak-Khalef (qui ont remplacé juste avant la finale de 2000 Nadjmeddine Belayachi), Kamel Mouassa, et Jean-Yves Chay en 2000, 2001 et 2002 respectivement. Djamel Menad, en étant en même temps entraîneur-adjoint de Djaâfar Harouni et joueur, permet au club de gagner la Coupe d'Afrique des vainqueurs de coupe en 1995 et le championnat. Après neuf ans sans titre de champion (plus longue période de disette dans l'histoire du club), la JSK remporte le titre de champion d'Algérie sous la houlette de Azzedine Aït Djoudi en 2004.

Après dix ans sans titre, la JSK remporte la Coupe de la Ligue en 2021 sous la direction de Denis Lavagne et rajoute une nouvelle ligne à son palmarès.

Parmi les entraîneurs de la JSK, on compte 28 techniciens étrangers qui sont douze Français, quatre Roumains, deux Tunisiens, deux Hongrois, deux Belges, un Polonais, un Yougoslave, un Suisse, un Brésilien, un Bulgare et un Italien.

Le record de longévité est attribué à Stefan Zywotko (1977- , 14 ans et 6 mois).

Effectif professionnel actuel

Le tableau suivant liste l'effectif professionnel de la JSK pour la saison 2020-2021.

Effectif de la JS Kabylie de la saison 2020-2021[81].
Joueurs Encadrement technique
No  P. Nat.[82] Nom Date de naissance Sélection[83] Club précédent
1 G Drapeau de l'Algérie Becheker, MastenMasten Becheker 20/08/1994 (27 ans) Formé au club
25 G Drapeau de l'Algérie Benbout, OussamaOussama Benbout 11/10/1994 (26 ans) AS Aïn M'lila
2 D Drapeau de l'Algérie Ait Abdesslem, AhmedAhmed Ait Abdesslem 30/08/1997 (24 ans) Formé au club
3 D Drapeau de l'Algérie Chikhi, AbdelmoumenAbdelmoumen Chikhi 29/02/1996 (25 ans) NC Magra
4 D Drapeau de l'Algérie Tizi Bouali, BilalBilal Tizi Bouali 14/12/1997 (23 ans) Algérie espoirs Formé au club
5 D Drapeau de l'Algérie Souyad, BadreddineBadreddine Souyad 03/05/1995 (26 ans) RC Arbaa
22 D Drapeau de l'Algérie Bencherifa, WalidWalid Bencherifa 06/11/1988 (32 ans) Algérie A' CS Constantine
23 D Drapeau de l'Algérie Mebarki, RacimRacim Mebarki 10/04/1998 (23 ans) Formé au club
26 D Drapeau de l'Algérie Haddouche, Ilyes FaiçalIlyes Faiçal Haddouche 01/07/1998 (23 ans) CRB Dar El Beïda
6 M Drapeau de l'Algérie El Orfi, AmmarAmmar El Orfi 03/11/1998 (22 ans) USM Alger
7 M Drapeau de l'Algérie Benchaira, MohamedMohamed Benchaira 10/01/1992 (29 ans) AS Aïn M'lila
8 M Drapeau de l'Algérie Oukaci, JubaJuba Oukaci 08/07/1996 (25 ans) Formé au club
10 M Drapeau de l'Algérie Medane, YacineYacine Medane 28/02/1993 (28 ans) - Olympique de Médéa
13 M Drapeau de l'Algérie Benabdi, AzizAziz Benabdi 09/08/1993 (28 ans) MO Béjaïa
16 M Drapeau de l'Algérie Daibeche, OussamaOussama Daibeche 28/01/1999 (22 ans) Formé au club
20 M Drapeau de l'Algérie Ghanem, FouadFouad Ghanem 16/11/1993 (27 ans) CR Belouizdad
21 M Drapeau de l'Algérie Raiah, MalikMalik Raiah 20/09/1992 (28 ans) NAHD
9 A Drapeau de l'Algérie Boulahia, Mohammed ZakariaMohammed Zakaria Boulahia 01/06/1997 (24 ans) Albacete Balompié
11 A Drapeau de l'Algérie Hamroune, RezkiRezki Hamroune Capitaine 10/03/1996 (25 ans) ES Wasquehal
12 A Drapeau de l'Algérie Haroune, AliAli Haroune 01/02/1997 (24 ans) NC Magra
14 A Drapeau de la Libye Tubal, AbdussalamAbdussalam Tubal 23/06/1999 (22 ans) Al-Ittihad Tripoli
15 A Drapeau de l'Algérie Nezla, MassinissaMassinissa Nezla 12/09/1998 (23 ans) Formé au club
17 A Drapeau de l'Algérie Bensayah, RédhaRédha Bensayah 22/08/1994 (27 ans) JSM Béjaïa
18 A Drapeau de l'Algérie Fellahi, Hadj Habib SaïdHadj Habib Saïd Fellahi 20/08/1997 (24 ans) ASO Chlef
19 A Drapeau de la république démocratique du Congo Kilangalanga, GlodyGlody Kilangalanga 08/08/1999 (22 ans) CS Chebba
24 A Drapeau de l'Algérie Kaddour Chérif, ChakerChaker Kaddour Chérif 08/02/1997 (24 ans) ASO Chlef
27 A Drapeau de l'Algérie Loucif, MerouaneMerouane Loucif 16/09/1996 (25 ans) WA Boufarik
Entraîneur(s)
Entraîneur(s) adjoint(s)
  • Drapeau : Algérie Abdelouahab Tizarouine
Préparateur(s) physique(s)
  • Drapeau : France Rodolphe Duvernet
Entraîneur(s) des gardiens

Légende

Identité du club

Les différents noms du club

Lorsque le club naquit officiellement lors de l'année 1946, il adopta le nom de Jeunesse sportive de Kabylie et porta les couleurs rouge et vert. Les fondateurs choisirent ce nom et refusèrent ceux d'Union Sportive Musulmane de Kabylie et d'Association Sportive de Kabylie. C'est donc avec ce nom et ces couleurs que l'équipe évolua durant l'époque coloniale pendant près de dix ans entre les années 1946 et 1956. À l'indépendance du pays, le club garda le même nom et les couleurs jusqu'en 1974, année qui la verra réaliser son deuxième titre consécutif en Championnat.

Vers la fin de l'année 1974, une réforme sportive eut lieu car voulue par le ministère de la jeunesse et des sports, afin de donner aux clubs de l'élite une bonne assise financière leur permettant de se structurer de manière professionnelle (en ASP qui signifie Association sportive de performances). Le but était donc qu'ils aient une autonomie totale de gestion avec la création de leur propre centre de formation. Pour cela, beaucoup de clubs durent sacrifier leurs noms et les renommer suivant le principal sponsor. On a ainsi pu voir apparaître dans certaines noms de clubs la lettre P des pétroliers de la Sonatrach sponsoriser le MC Alger, le MC Oran et l'ES Sétif, renommés MP Alger, MP Oran et EP Sétif. De même, la Sonelgaz, avec le K de Kahraba (gaz), sponsorisa la JS Kabylie, qui abandonna son nom de Jeunesse sportive de Kabylie en Jamiat Sari' Kawkabi, ou l'USM Alger, renommée USK Alger. Mais aussi la CNAN (Compagnie Nationale Algérienne de Navigation) avec le M de Milaha (signifiant navigateur) qui sponsorisa le Nasr Athlétique Hussein Dey devenu Milaha Athlétique de Hussein Dey, et bien d'autres encore.

Jeunesse Sportive de Kabylie
1946–1974
U+21E9.gif
Jamiat Sari' Kawkabi
1974–1977
U+21E9.gif
Jeunesse Electronique de Tizi-Ouzou
1977-1987
U+21E9.gif
Jeunesse Sportive de Tizi-Ouzou
1987-1989
U+21E9.gif
Jeunesse Sportive de Kabylie
Depuis 1989

Même si pendant un certain temps cela aura permis à ces clubs de se constituer en véritables clubs omnisports indépendants avec l'exemple du mouloudia d'Alger, qui survola et continue de dominer les compétitions sportives dans les autres disciplines que le football, ce sera un échec car les clubs reprendront progressivement au cours des années suivantes leurs noms d'origine et démarcheront eux-mêmes plusieurs sponsors à la fois. Sera le cas du club mais au lieu de reprendre son ancien nom optera pour celui de Jeunesse Électronique de Tizi-Ouzou (couramment abrégé en JE Tizi-Ouzou ou JET) en 1977, année qui la verra réaliser son premier doublé Coupe - Championnat. Ce nom lui portera chance puisque quatre ans plus tard le club se distingua dans la plus prestigieuse des compétitions africaines de clubs en remportant son premier titre africain. Elle réalisa cette performance en s'imposant en finale de la Coupe d'Afrique des clubs champions lors de l'édition 1981 avec ses nouvelles couleurs que sont le jaune et le vert, et qu'elle porte jusqu'à présent. À cette époque, l'équipe survolait toutes les compétitions, elle était quasi imbattable, ses nombreux succès lui valurent de nombreux surnoms tels que le rouleau compresseur ou bien le Djumbo JET caractérisant la grandeur de celle-ci et les deux années civiles qui arrive la JSK se nommé aussi la JSTO la Jeunesse Sportive de Tizi-Ouzou la JS Tizi-Ouzou juste pour deux années civiles.

Finalement en 1989 juste avant le début de saison, soit quinze ans après avoir abandonné son premier nom, les dirigeants du club le lui redonnèrent. Depuis cette saison qui la verra réaliser son premier doublé Coupe d'Afrique des clubs champions - Championnat, le club garde le nom de Jeunesse Sportive de Kabylie et qui fut sa première appellation lors de sa création en 1946 et que l'on abrège couramment en JS Kabylie ou JSK.

Logo et couleurs

Les couleurs de la JSK actuellement sont le jaune et le vert[84]. Ces couleurs ont donné deux surnoms au club : les canaris et les jaunes et verts[85]. Pourtant cela n'a pas toujours été le cas. En effet, les premières couleurs de la JSK sont le rouge et le vert[86]. Dans les premières années de la JSK, l'équipe a en effet été aidée par Mansour Abtouche, le gardien de but du MCA, qui est d'origine kabyle, qui a aidé la JSK pour leur monter où s'acheter des maillots et shorts en fournissant les tenues et les chaussures en vert et rouge. Ces couleurs sont restées les couleurs de la JSK jusqu'aux années 1980[87]. Le MCA à grandement aidé les canaris alors que le gouvernement colonial de l'époque n'a pas voté de subventions pour aider cette jeune association sportive musulmane qu'est la JSK, préférant privilégier plutôt le club colonial de l'Olympique de Tizi-Ouzou (OTO)[88]. Afin de garder le souvenir des débuts du club, la JSK porte lors de certaines saisons des jeux de maillots à ces couleurs originelles comme maillot extérieur[89].

La JSK arbore pour la première fois les couleurs jaune et vert lors de la finale de la Coupe d'Afrique des clubs champions 1981, qu'elle gagne face à l'AS Vita Club[90]. Depuis cette victoire, le club adopte définitivement ces couleurs. L'explication du choix de ces couleurs est d'ordre étymologique. En effet, la JSK est un club de la ville de Tizi-Ouzou qui signifie en berbère « col des genêts ». Les canaris ont donc adopté ces deux couleurs en référence à la fleur de genêt de couleur jaune et à tige verte[91].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Lettres en tifinagh

Une des particularités de la JSK est l'affirmation de son attachement à ses racines berbères. Sur le blason du club, on voit des glyphes verts dans un rectangle vert, au milieu de bandes de couleurs jaunes et vertes. Il s'agit de lettres en caractères tifinagh, issues de l'alphabet berbère. La première lettre en tifinagh : est équivalente à la lettre J en caractère latin, le en tifinagh : en tifinagh est équivalente à la lettre S et la lettre en tifinagh : est équivalente à la lettre K en alphabet latin.

En combinant ces trois lettres, on peut donc lire : en tifinagh : ⵊⵙⴽ, l'équivalent de JSK en latin.

En Tamazight Mouloud Mammeri a fait une traduction de Jeunesse Sportive de Kabylie en Timeḍrit Tanaddalt n Leqbayel[92].

  • Timeḍrit est un mot Touareg qui veut dire jeunesse où on trouve le fameux proverbe Touareg qui est traduit dans plusieurs langues : almud daɣ tmeḍrit tessalit daf ull asali, almud daɣ tmeɣri tessalit daf ull adehhi qui veut dire l'apprentissage en jeunesse est comme la transcription sur un cœur de roche et l'apprentissage en vieillesse est comme la transcription sur un cœur en sable, contrairement au mot Ilmeẓyen qui veut dire jeunes en kabyle.
  • Tanaddalt est le féminin du mot anaddal qui dérive du mot addal qui est aussi un mot Touareg qui veut dire dans un sens local le jeu. Mouloud Mammeri a choisi le mot addal pour Sport et il a gardé le mot urar pour le mot jeu (urar= jeu en kabyle). Aujourd'hui en Berbère on dit anaddal pour sportif et amarir pour joueur.
  • Leqbayel veut dire kabyles en français. Pour désigner la Kabylie en Kabyle on utilise Tamurt n Leqbayel qui veut dire le pays des Kabyles en français.

Symbole amazigh

En plus de la date de fondation et de l'inscription JSK en tifinagh, l'écusson comporte le symbole amazigh en tifinagh : . En réalité, c'est la lettre « Yaz », de l'alphabet berbère en caractère tifinagh, qui est l'équivalent de la lettre Z, dans l'alphabet latin.Cette lettre à une grande signification pour les berbères : elle représente un homme libre « Amazigh », car les berbères se nomment eux-mêmes Imazighen, les « hommes libres »[93]. En affichant publiquement ce symbole sur son écusson, la JS Kabylie montre clairement son appartenance à Ce peuple, car la ville du club Tizi Ouzou, fait partie de la Kabylie, et les kabyles sont des Berbères.

Étoiles

De nombreux clubs de football dans le monde arborent des étoiles sur leur maillot, et la JSK ne fait pas exception à la règle. Les maillots de la JSK comportent six étoiles. Chacune de ses étoiles représente une de ses victoires en compétition africaine[94]. Les deux premières symbolisent ses deux victoires en Ligue des champions de la CAF (C1), en 1981 et 1990 ; la troisième quant à elle représente sa victoire en Coupe d'Afrique des vainqueurs de coupe (C2) 1995 ; et enfin les quatrième, cinquième et sixième ont pour signification ses trois victoires consécutives en Coupe de la CAF (C3), en 2000, 2001 et 2002[94].

Différents maillots portés

Principaux maillots utilisés à domicile par la Jeunesse Sportive de Kabylie
Kit left arm green hoops.png
Kit body greenhoops.png
Kit right arm green hoops.png
Kit shorts.png
Kit socks green hoops color.png
RCTO 1929-32
Kit left arm whiteborder.png
Kit body collarwhite.png
Kit right arm whiteborder.png
Kit shorts.png
Kit socks.png
1946-1948
Kit left arm red hoops.png
Kit body redhoops.png
Kit right arm red hoops.png
Kit shorts.png
Kit socks.png
1948-1953
Kit left arm redborder.png
Kit body redrightsash.png
Kit right arm redborder.png
Kit shorts.png
Kit socks.png
1953-1955
Kit left arm redborder.png
Kit body collarred.png
Kit right arm redborder.png
Kit shorts.png
Kit socks.png
1955-1956
Kit left arm redborder.png
Kit body redleftsash.png
Kit right arm redborder.png
Kit shorts.png
Kit socks.png
1962-1963
Kit left arm redborder.png
Kit body collarred.png
Kit right arm redborder.png
Kit shorts.png
Kit socks.png
1963-1964
Kit left arm whiteborder.png
Kit body collarwhite.png
Kit right arm whiteborder.png
Kit shorts.png
Kit socks black hoops color.png
1964-1966
Kit left arm redborder.png
Kit body collar vert.png
Kit right arm redborder.png
Kit shorts.png
Kit socks.png
1966-1968
Kit left arm green stripes.png
Kit body greenstripes.png
Kit right arm green stripes.png
Kit shorts.png
Kit socks.png
1968-1972
Kit left arm redborder.png
Kit body redhorizontal.png
Kit right arm redborder.png
Kit shorts.png
Kit socks.png
1972-1974
Kit left arm redborder.png
Kit body green & redhorizontal.png
Kit right arm redborder.png
Kit shorts.png
Kit socks band red.png
1974-1975
Kit left arm redborder.png
Kit body redvertical.png
Kit right arm redborder.png
Kit shorts.png
Kit socks.png
1975-1977
Kit left arm whiteborder.png
Kit body collarwhite.png
Kit right arm whiteborder.png
Kit shorts.png
Kit socks.png
1977-1978
Kit left arm whiteborder.png
Kit body collarwhite.png
Kit right arm whiteborder.png
Kit shorts.png
Kit socks.png
1978-1979
Kit left arm greenborder.png
Kit body collar vert.png
Kit right arm greenborder.png
Kit shorts.png
Kit socks.png
1979-1982
Kit left arm greenborder.png
Kit body JSK home 83.png
Kit right arm greenborder.png
Kit shorts.png
Kit socks.png
1982-1984
Kit left arm.png
Kit body greensides.png
Kit right arm.png
Kit shorts.png
Kit socks.png
1984-1986
Kit left arm.png
Kit body shoulder stripes black stripes collar.png
Kit right arm.png
Kit shorts.png
Kit socks.png
1986-1988
Kit left arm.png
Kit body collar vert.png
Kit right arm.png
Kit shorts greensides.png
Kit socks.png
1988-1992
Kit left arm green hoops.png
Kit body collargreen.png
Kit right arm green hoops.png
Kit shorts greensides.png
Kit socks.png
1992-1994
Kit left arm green stripes.png
Kit body greenstripes.png
Kit right arm green stripes.png
Kit shorts greensides.png
Kit socks.png
1994-2000
Kit left arm darkgreensquares.png
Kit body greensquares.png
Kit right arm greensquares.png
Kit shorts greensides.png
Kit socks.png
2000-2004
Kit left arm green stripes.png
Kit body greenstripes.png
Kit right arm green stripes.png
Kit shorts greensides.png
Kit socks.png
2004-2009
Kit left arm green hoops.png
Kit body greenhoops.png
Kit right arm green hoops.png
Kit shorts greensides.png
Kit socks.png
2009-2010
Kit left arm jskabylie.png
Kit body jskabylie1011h.png
Kit right arm jskabylie.png
Kit shorts jskabylie.png
Kit socks jskabylie.png
2010-2014
Kit left arm greenborder.png
Kit body JSK home 2017.png
Kit right arm greenborder.png
Kit shorts.png
Kit socks.png
2014-2019
Kit left arm jsk1920h.png
Kit body jsk1920h.png
Kit right arm jsk1920h.png
Kit shorts jsk1920h.png
Kit socks jsk1920h.png
2019-2020
Kit left arm jsk1920h.png
Kit body jsk20s21h.png
Kit right arm jsk1920h.png
Kit shorts jsk1920h.png
Kit socks jsk1920h.png
2020-2021


Structures du club

Infrastructures

Stades

Les Canaris ont connu plusieurs stades dans leur histoire.

Stade Oukil Ramdane

Le stade Oukil Ramdane est le plus vieux stade de la ville de Tizi Ouzou. Datant de l'époque coloniale, il portait alors le non de stade Arsène Weinman du nom d'un ancien avocat installé dans l'ancienne rue Saint Eustache de la ville de Tizi-Ouzou dans les années 1920. Cet homme œuvra beaucoup en son temps pour la promotion du sport dans la ville, il avait énormément contribué à l'essor du football dans la ville et fut à l'origine de la réalisation de ce Stade municipal de Tizi-Ouzou. À sa mort, on rebaptisa ce stade en son nom. Ce stade avait pour locataire à cette époque le club colon appelé l'Olympique de Tizi-Ouzou, qui comptait dans ses rangs les futurs fondateurs de la JSK. Dans les années 1940, lorsque JSK fit son apparition, elle l'utilisa également, il s'agit du premier stade où elle évolua, soit de 1946 (depuis l'époque coloniale donc) jusqu'en 1978 (date d'ouverture du Stade du 1er novembre 1954). Ce stade a vu les premiers sacres nationaux de la JSK, et son ascension depuis l'équivalent de la septième division de l'époque coloniale à la nationale une de l'actuel championnat d'Algérie de football. Il porte actuellement le nom d'un ancien joueur du club, Oukil Ramdane, qui évolua en équipe junior et réserve à l'époque coloniale. Cet honneur lui a été fait, parce qu'il mourut durant la Guerre d'Algérie. Il est considéré à la fois comme un martyr du club mais aussi et surtout comme un héros de la révolution algérienne.

Pendant la Guerre d'Algérie, il servait de camp de regroupement[95], ce qui l'a mis dans un très mauvais état[95] au sortir de la guerre. Le premier président de la JSK, Abtouche Mansour mettra tout en œuvre pour le rendre praticable en vue du premier championnat d'Algérie, le fameux « critérium »[95]. De nos jours, ce stade domicilie le club de l'AS Tizi-Ouzou, ainsi que l'Union sportive de Kabylie, des clubs de divisions inférieures. Parfois, les catégories de jeunes de la JSK y évoluent également[96].

Le stade n'est pas seulement réservé au football. Comme il est de coutume en Algérie, il sert également à des représentations musicales en plein air de chanteurs célèbres ; ainsi plusieurs grands chanteurs de musique traditionnelle kabyle ont organisé des concerts en ce lieu. Actuellement doté d'une capacité de 5 000 places, le stade Oukil Ramdane a récemment bénéficié d'un revêtement en tartan en 2009 et continue d'exister malgré ses 101 ans d'existence[97].

Stade du 1er novembre 1954

Le stade du 1er novembre 1954 (Tizi-Ouzou) est le stade où évolue la JSK depuis le [98] et est la propriété de la municipalité de la ville de Tizi Ouzou.

Ce stade connaît plusieurs liftings, comme à l'occasion de la saison 2007-2008, avec la mise en place d'une nouvelle pelouse synthétique de cinquième génération et l'ajout de nouvelles places[99],[100]. Le stade devient ainsi le deuxième plus grand stade de Kabylie avec une capacité de 18 000 places, précédé par le Stade de l'Unité Maghrébine à Béjaïa, à la capacité de 30 000 places, ce qui lui a permis de réaliser plus de 8 millions de dinars algériens de recettes en 2009[101].

Très critiqué et peu aimé par les Kabyles notamment pour son architecture (une seule tribune couverte, grillage empêchant de voir le match) et l'insécurité qui y règne[102], le Stade du 1er novembre 1954 (Tizi-Ouzou) est constamment l'objet de plusieurs projets visant à l'améliorer[100].

Évoluent dans ce stade également les sections handball, basketball et athlétisme de la JSK.

Stade du 5 juillet 1962

La JS Kabylie a joué de nombreuses fois dans ce stade, même s'il n'a jamais été son stade officiel. Il a accueilli les rencontres de championnat face au MC Alger[103] ou les finales de Coupe d'Algérie[104] et de Supercoupe d'Algérie, ainsi que les Coupes d'Afrique des clubs[105],[106], vu que le stade n'était pas adapté aux compétitions africaines. En effet, les finales de la Coupe de la CAF remportées par la Jsk l'ont toutes été au Stade du 5 juillet 1962 d'Alger[105],[106], ainsi que la Coupe d'Afrique des vainqueurs de coupe. Si le record d'affluence au stade a pu être atteint, pour une rencontre de coupe d'Afrique des canaris de plus de 100 000 spectateurs face à une équipe tunisienne, c'est en partie grâce à la capacité de ce stade[105].

Futur stade

Le nouveau stade sera le troisième stade de football après le stade Oukil Ramdane (1946-1978) et le stade du de Tizi-Ouzou (depuis 1978).

Ce stade pourra accueillir jusqu'à 50 000 spectateurs. Il pourrait ainsi être nommé en hommage à Abdelkader Khalef, une figure symbolique du club, qui fut président du club entre les années 1974 et 1976 et œuvra toute sa vie pour la JS Kabylie ou un certain Matoub Lounes, une icone emblématique de la Kabylie. Il sera construit par un groupement d'entreprises composées du groupe espagnol Fomento de Construcciones y Contratas et du groupe algérien ETRHB Haddad avec une valeur estimée à 930 millions de dinars algériens (sois l'équivalent de 9 400 000 )[107] avec une durée des travaux échelonnée sur quatre ans. La JSK avait réussi à obtenir la promesse de la construction de ce nouveau stade de la part de l'ancien président de la république Abdelaziz Bouteflika, juste après le troisième sacre consécutif du club en Coupe de la CAF[108]. Son inauguration est prévue pour 2022, le stade pourrait accueillir des matchs de l'équipe d'Algérie.

Aspects juridiques et économiques

Aspects juridiques

La JS Kabylie est un club affilié à la FAF. Le club est composé d'une association (CSA) et d'une société (SSPA). Le CSA gère la section amateur.

La société JS Kabylie possède le statut de Société sportive par actions (SSPA) depuis 2010. Cette SSPA comporte une direction et un conseil d'administration servant d'instrument de contrôle de la gestion du club. Elle a vocation à gérer à la fois la section professionnelle de la JSK mais aussi les équipes de jeunes (des moins de douze ans jusqu'à l'équipe réserve). Par ailleurs, la société possède une filiale, l'équipementier sportif Uzzoo[109].

L'actionnaire majoritaire du club depuis , est le Club sportif amateur (CSA)[110].

Organigramme

Organigramme de la JS Kabylie
Noms Fonctions
Yazid Yarichène[1] Président
Mouloud Iboud Porte-parole du club
Kamel Abdesselam Directeur sportif
Nassim Benabderehmanne Secrétaire général
Salem Klari Chargé de communication
Issad Rebrab Président d'honneur
Djaafar Ait Mouloud Président du CSA
Actionnaires
CSA JSK représenté par son président (Djaffar Ait Mouloud)
Cherif Mellal
Yazid Iarichen
Nassim Benabderehmanne
Malik Azelaf
Famille Hanachi
Famille Mellal
Rachid Kana
Ali Daoudah
Khelifa Chioukh
Rachid Ali Azouaou
Ahmed Zemirli
Karim Hadj Larbi
Abdallah Bouzit
Karim Kerdach
Mourad Ziad
Henri Stambouli Entraîneur
Abdelouahab Tizarouine Entraîneur adjoint
Rudolphe Duvernet Préparateur physique
Omar Hamenad Entraîneur des gardiens
Rabah Bensafi Entraîneur U21
Lyes Lamini président du comité des supporters
Nourdine Termoul président de l'association amicale Internationale des supporters de la JSK

Le , l'Assemblée générale des actionnaires de la SSPA de la JSK désigne Yazid Yarichène comme président du Conseil d'administration en remplacement de Cherif Mellal. Cette décision est fortement contestée par Cherif Mellal qui déclare qu'il s'agit d'une « manoeuvre commanditée pour déstabiliser le club et sa bonne dynamique »[111],[112]. Le 15 septembre 2021, le tribunal reconnait à Yazid Yarichène la qualité de président légitime du club[1].

Aspects économiques

Sponsors et équipementiers

Si le budget de la JS Kabylie est conséquent et parmi les plus élevés d'Algérie et d'Afrique[113], c'est en partie grâce aux sponsors. La JSK dispose de plusieurs sponsors sur son maillot.

Le sponsor principal depuis 1993, le constructeur automobile français Peugeot, est rejoint depuis le début de la 2010-2011 par l'opérateur de téléphonie mobile algérien Nedjma, qui est également le partenaire de 5 autres clubs algériens[114] et qui donne son nom au championnat d'Algérie. Les autres sponsors sont l'entreprise publique algérienne pétrolière Sonatrach, sponsor maillot depuis 1997, situé en haut à droite du maillot au-dessus du logo de l'équipementier Erreà. Le logo de Nedjma présent depuis janvier 2010 est situé sur le maillot et sur le short[115]. Il y a aussi l'entreprise agroalimentaire Cevital, sur l'épaule gauche depuis 2008 et celui de l'ENAP sur l'épaule droite. Le logo d'Echourouk, un journal algérien, est situé à l'arrière du maillot en dessous du groupe numéro et nom du joueur depuis 2009. Enfin, au-dessus des numéros des joueurs, la laiterie Hodna Lait est présente[116].

Parmi les anciens sponsors, on trouve le groupe Tahkout Mahieddine Transport entre 2007 et 2010, le groupe Orascom Telecom Algérie avec sa filiale Djezzy de 2005 à 2009, ainsi que la Laiterie Soummam avant 2010.

En ce qui concerne les équipementiers, Lotto (2006-2009), Erreà (2009-2011), puis Altea (2011-2012) se succèdent à confectionner les maillots du club kabyle. Adidas prend la relève fin 2012 pour trois saisons[117]. En novembre 2015, la JSK signe un contrat de cinq ans avec l'équipementier espagnol Luanvi[118].

En 2020, le club crée sa propre marque Uzzoo pour son équipementier. La dénomination Uzzoo fait référence à une plante très répandue en Kabylie qui est de couleur jaune et vert. Le logo est un canari qui est aussi l'un des symboles du club. Le projet Uzzoo projetterait de se développer avec l'ambition d'équiper dans un futur proche d'autres clubs de la région de la Kabylie et au niveau national[119].

Les sponsors actuels sont :

Culture populaire

Localisation

L'implantation régionale de la JS Kabylie est complexe, à l'origine c'est le club de la ville de Tizi Ouzou. Au fur et à mesure de son ascension, le club devient populaire dans l'ensemble de la Kabylie ainsi que chez les kabyles d'Alger. Afin de distinguer la JSK de l'autre club kabyle de l'élite, la JSM Bejaïa, on qualifie communément la JS Kabylie de club phare de la Djurdjura, et on dit que c'est le club de la Soummam en référence à la Vallée de la Soummam.

La JSK fait partie de l'Afrique du Nord géographiquement, et fait partie de la sous-confédération africaine de football, l'UNAF. Selon la FIFA, la JSK est un club très important en Afrique, d'une part parce qu'il représente le gros des victoires africaines du football algérien, mais aussi parce qu'il représente le football du peuple berbère[120]. Bien qu'il représente une place forte du football algérien et maghrébin, il n'en demeure pas moins le seul club berbère à ce niveau en Afrique.

Voir l’image vierge
Localisation de la ville de Tizi Ouzou

La localisation du club s'insère dans un contexte historique très complexe à définir. Son siège se situe à Tizi Ouzou, une ville dans le Nord de l’Algérie qui se trouve dans la région de la Kabylie. À sa création en 1946, les dirigeants optèrent pour la dénomination "Jeunesse Sportive de Kabylie". Ceux-ci avaient pour but de donner à leur association sportive une portée et une dimension beaucoup plus large que le simple cadre de la ville de Tizi-Ouzou; que l'on peut voir comme une invitation lancée à la jeunesse kabyle pour la pratique du sport. Le terme « Kabylie » dérive de « Kabyle », que l'étymologie la plus couramment admise fait dériver de l'arabe qabā'il[121], pluriel de qabila, « tribu ». Dans l'histoire précoloniale de l'Afrique du Nord, la tribu est la forme d'organisation sociale qui s'est maintenue contre ou malgré toutes les tentatives de soumission des États (makhzen) émergents[A 28]. Les berbérophones de la région la nomment en kabyle « Tamurt n Leqbayel » (en tifinagh : ⵜⴰⵎⵓⵔⵜ ⵏ ⵍⴻⴽⴱⴰⵢⴻⵍ), « le pays des Kabyles »[122], ou plus simplement « Tamurt », qui signifie « la terre natale », « la patrie ». Les arabophones l'appellent « بَلَد القبائل » (prononcé [blæd ləqbæyəl] en arabe algérien), littéralement « pays des tribus ».

Au milieu du XIXe siècle on considérait la Kabylie comme l'ensemble géographique formé des montagnes de l'Atlas tellien entre Alger et Constantine, autour des massifs du Djurdjura et des Babors; et kabyle toute personne berbérophone habitant dans cet espace. Le , l'administration coloniale décide de départementaliser l'Algérie et publie un arrêté[123] qui fixe les limites départementales du pays. La façade maritime est alors subdivisée en trois grands départements que sont les départements d'Oran, de Constantine et d'Alger. Ce dernier comprend à sa création cinq arrondissements que sont les villes d'Alger, Aumale, Blida, Médéa, Miliana et Orléanville. Un décret du stipule la création d'un sixième arrondissement en intégrant la ville de Tizi-Ouzou. Deux autres arrondissements sont créés lors d'un décret du en intégrant les villes de Bouira et Fort-National[124]. La région de la Kabylie se trouve alors morcelée en deux entités, la Grande Kabylie dont le territoire se trouve sous l'autorité du département d'Alger et la Petite Kabylie sous l'autorité du département de Constantine.

C'est pour cela qu'au début de son existence, la Jeunesse Sportive de Kabylie, dont le siège se trouve à Tizi-Ouzou est considérée comme une équipe algéroise car affiliée à la Ligue d'Alger de Football Association, organisme gérant les compétitions de football de tout le département d'Alger. Le , une réforme administrative visant à tenir compte de la forte croissance démographique qu'avait connu le pays, amputa le département d'Alger de son arrière-pays et créant ainsi le , trois départements supplémentaires : le département de Médéa, le département d'Orléansville et le département de Tizi-Ouzou. Ce dernier, à l'indépendance du pays, est maintenu dans son cadre géographique et ses fonctions administratives pour devenir la Wilaya de Tizi Ouzou. Lorsque le club change de nom en 1977 dans le cadre d'une réforme sportive visant les clubs de football à devenir professionnels (Associations Sportives de Performances ou ASP) au travers d'un sponsor national, celui-ci prit le nom de « Jeunesse Électronique de Tizi-Ouzou » car soutenu financièrement par la compagnie nationale d'électricité, la Soneclec ; il est alors identifié comme étant le club de la ville de Tizi-Ouzou. Toutefois quand le club reprend son nom d'origine en 1989, il redevient le club adopté par toute la Kabylie. C'est donc à travers ce contexte géographique et historique très complexe que se situe le positionnement de la JSK dans le paysage algérien.

Groupe de supporteurs

Supporters de la JS Kabylie au stade du 1er-Novembre-1954

Dans le pays et à travers le monde

La JSK a su conquérir de nombreux titres tant nationaux qu'internationaux, mais aussi le cœur de nombreux algériens et berbères à travers le monde. Le « club phare de la Kabylie »[125] comme il est surnommé, possède de nombreux supporters et fans en Algérie mais aussi à l'étranger. Ils sont nombreux en Kabylie, de Bouira et Tizi Ouzou à Béjaïa en passant par les grandes villes comme Alger, Oran ou encore Bordj Bou Arreridj.

À l'étranger, les amoureux de la JSK se trouvent dans deux courants principaux[126]. Il y a tout d'abord les grandes villes occidentales où les immigrés algériens d'origine kabyles sont présents. Les plus nombreux sont en France comme à Paris, Marseille et Lyon. Il y en a également au Canada à Montréal et en Angleterre à Londres. Ensuite, la réputation du club d'origine berbère se fait connaître au-delà des frontières nationales et intéresse les peuples berbères dans d'autres pays. Ceux-ci la soutienne par fierté ethnique, comme au Maroc par exemple dont la population est à 80 % de berbère, alors que ce pays a toujours entretenu des relations diplomatiques difficiles avec l'Algérie. Ces peuples s'y intéressent donc par solidarité mais aussi par fierté et respect des supporters algériens de la JSK qui scandent et louent des slogans pour le peuple berbère ou Amazigh tout entier tel que : « Anwa wigui ? Imazighen ! » (Qui sommes nous ? Des « Imazighen » !), « Imazighen » pluriel de Amazigh en kabyle signifiant « homme libre »[127].

Parmi les nombreuses villes et villages d'Algérie connus pour leur fidélité aux Canaris, les supporters du club sont notamment présents en Kabylie à Azazga, Béjaïa (Tichy, Akbou, Leflaye, Sidi-Aïch, Amizour, Takrietz et Chemini), Bouïra et Tizi Ouzou (dans la nouvelle ville, la Haute ville, et les quartiers des eucalyptus et des Genêts). Ils sont nombreux aussi à Ain-Oussera dans le département de Djelfa. Ils sont aussi présents à Alger (Ain Benian, El Mouradia, Birkhadem et Baba Hassen), puis à Oran et Bordj-Bou-Arreridj[128].

Ces derniers ont prouvé plusieurs fois leur fidélité à la JSK en élevant des banderoles qu'ils accrochent dans les tribunes du Stade du 1er novembre 1954, à chaque fois que l'équipe joue, que ce soit à Tizi Ouzou, Alger ou dans les autres villes algériennes. Malgré la présence ces derniers temps de l'autre club de Kabylie, la JSM Béjaïa, dans l'élite, la JSK continue de représenter la majorité de la population kabyle, fière de son histoire et de ses victoires historiques en compétitions[129].

Les Ultras de la JSK

L'Ultras Kabylie Boys fut créée en 2009, c'est la première organisation ultras de la JSK. Elle est connue pour sa fidélité, elle a toujours été présente avec le club soit en Algérie ou à l'étranger (l'ultras était présente en au Maroc lors du match d'ouverture du Grand stade d'Agadir). Ils occupent le virage du stade appelé " Zona Amazigh " Cette organisation ultras est aussi connue pour le chauvinisme de ses membres, ils ont un grand amour pour leur club. En 2011, une autre organisation ultras est créée : " Samba Boys 11 ", elle travaille deux ans pour la JSK avant la création de deux autres Ultras : « Amazigh Crowd 13 » et « The Leader ». En 2015, une nouvelle organisation ultras a été créée sous le nom de ultras "Iflissen Umellil".

Tifo en ZONA AMAZIGH (pour les 70 ans du club) contre le MC Alger
Tifo de Virage Zona Amazigh 2014

Il y a cinq groupes de supporters :

Nom Abréviation Date de création Emplacement du stade
Ultras Kabylie Boys UKB 2009 Zona Amazigh
Ultras Samba Boys 11 USB 11 2011 Zona Amazigh
Ultras Amazigh Crowd 13 UAC 13 2013 Zona Amazigh
Ultras The Leader UTL 2013 Zona Amazigh
Ultras Iflissen Umellil UIU 2015 flambeau

Comité de supporteurs

Depuis l'arrivée de Chérif Mellal à la tête de la direction, il y a un projet en cours de créer des comités de supporteurs pour chaque daïra des communes de Kabylie (Tizi-Ouzou, Bouira, Béjaïa, etc.)

Rivalités

Rivalités au niveau régional

La JSK est un club situé dans la région de la Grande Kabylie. Il existe dans cette région plusieurs clubs de football dans les divisions inférieures du Championnat d'Algérie de football. La JSM Bejaïa (Jeunesse Sportive Madinet Bejaïa) est l'autre grand club de la Kabylie. Il existe depuis plus longtemps que celui de la JSK et sa fondation remonte à 1936. Il est implanté en petite Kabylie dans la ville de Béjaïa[130].

Il existe aussi une rivalité entre l'USM Alger et la JSK dû au fait que la ville d'Alger comprenne une forte communauté kabyle qui est partagée entre deux générations. Les plus anciens installés à Alger, supportent en grande partie la JSK tandis que la jeune génération voue un culte particulier à l'USMA.

Rivalités nationales

Le deuxième club le plus titré derrière la JSK est un autre club algérois, le MC Alger. Ce sont les frères-ennemis du championnat[131], et les supporters des deux clubs refusent de voir leurs équipes perdre face à l'adversaire. Cette rivalité historique est renforcée également par l'histoire commune des deux clubs à l'époque coloniale[132]. Le MCA et l'USMA ont grandement aidé la JSK à se structurer durant la période coloniale, en leur fournissant du matériel sportif, parce que l'administration française refusait de voter des subventions financières pour ce club musulman, préférant aider plutôt le club colonial de l'Olympique Tizi-Ouzou[133]. Mais la montée en puissance fulgurante de la JSK a contrarié les plans du MCA qui était, en première division, le club le plus titré et le plus populaire d'Algérie. Le MCA n'a rien perdu de sa popularité, car il détient le grand nombre de supporters à travers tout le pays. Ce prestige vient sans doute du fait que le MCA avait activement participé à la contestation coloniale, d'une part en gagnant des titres à l'époque coloniale face à des clubs de football colons (deux Ligues d'Alger et deux Coupes Forconi) et d'autre part pour avoir fourni de nombreux joueurs qui intégrèrent l'équipe de football du FLN. Le MCA est également adulé par avoir été le premier club algérien vainqueur en Coupe d'Afrique des clubs champions. Ce match est considéré comme le « classico » (classique) du football algérien. C'est le match entre les deux clubs les plus titrés d'Algérie[134].

Un match contre MC Oran, autre grand club historique connu pour ses victoires en compétitions maghrébines et arabes, constitue une rencontre particulière dans la saison. Il s'agit du club doyen dans le sens où celui-ci a disputé depuis les débuts du championnat quarante cinq saisons en première division. La région d'Oran est également connue pour avoir créé le CAL Oran (Club Association Liberté Oran), le plus ancien club de football dans le monde arabe même s'il était colonial. Sa fondation remonte à 1897. Il est basé dans le quartier de Darb El Houd à Oran et a pour stade le Calo. On parle souvent d'Alger en termes de puissance footballistique avec pas moins de six clubs dans l'élite, mais le berceau du football algérien se situe à Oran[135]. Le MC Oran est tout de même complexé vis-à-vis de la JSK, du MCA ou de l'ESS, car elle fut finaliste malheureuse de la Coupe d'Afrique des clubs champions en 1989 face au Raja de Casablanca, alors que ses rivaux ont remporté ce trophée. De plus, de nombreux oranais ont été conquis par le prestige de la JSK. La ville d'Oran renferme en son sein de nombreux fans de celle-ci, malgré tout cela reste une saine rivalité entre deux clubs légendaires qui se respectent mutuellement.

L'ES Sétif est un autre club particulier. Il s'agit du premier vainqueur de la Coupe d'Algérie de football et du troisième club algérien vainqueur d'une Ligue des champions d'Afrique après le MCA et la JSK, mais le seul ayant remporté une coupe intercontinentale, la Coupe afro-asiatique de football. Ce trophée manque au palmarès de la JSK et du MCA car soit la compétition n'existait pas encore, soit il n'y eut pas d'éditions lors de leurs victoires[136]. Ce club a connu un net recul durant plusieurs années mais s'est maintenu dans l'élite. Les dirigeants ont réussi ces dernières années à remodeler une équipe intéressante, ce qui s'est traduit par le gain de sept titres : deux titres de Champion d'Algérie, deux Ligues des Champions Arabes, une Coupe Nord-Africaine des Clubs Champions, une Coupe d'Algérie et une supercoupe de l'UNAF. Ils manquent de peu une coupe de la CAF, perdant en finale aux tirs au but face au Stade malien et s'incline également en supercoupe d'Algérie face au MCA. Depuis ces cinq dernières années, la JSK et l'ESS se partagent les titres en championnat, engendrant ainsi une nouvelle rivalité entre ces deux équipes[137].

Autres équipes

Sections jeunes

Palmarès des équipes de jeunes du JSK

Équipe Junior

Équipe Cadette

Équipe Minime[139]

La JS Kabylie comprend nombre de formations de jeunes, de l'école de football aux juniors. Ils ont remporté le Coupe d'Algérie Junior.

Les cadets du club ont remporté le titre de Championnat d'Algérie U18 en 2011, Championnat d'Algérie U17 en 2011 et la Coupe d'Algérie Cadette 1996, 2000 et 2001. Cette compétition de jeunes au niveau national qui existe depuis l'année 1968.

Les Minime du club ont remporté la Coupe d'Algérie Minime en 2005 et le JSK atteint la finale de la coupe en 2006.

Section féminine

Palmarès de l'équipe féminine du JSK[140]

De sa création lors de la saison 1994-1995 jusqu'à la saison 2009-2010, la JSK a eu une équipe féminine sous son giron. Elle s'appelait l'APDSF Tizi-Ouzou (Association pour le développement du sport féminin Tizi-Ouzou). Elle existe toujours sous ce même nom mais n'est plus affiliée à la JSK à la suite d'une décision du président de la JSK Mohand Chérif Hannachi[141]. L'équipe a été sacrée championne d'Algérie en 1999 et 2002. C'est la seule équipe à avoir été championne d'Algérie hormis l'ASE Alger Centre qui a remporté les 10 autres titres féminins mis en jeu depuis 1998.

Notes et références

Notes

  1. Il s'agit de la date d'inscription de la "Jeunesse Sportive de Kabylie" paru dans Journal officiel de la République française, dans la section Déclaration d'Associations, 78e année, no 196, daté du jeudi , page 7348: Déclaration de l'association Jeunesse Sportive de Kabylie. Son numéro d'affiliation à la Fédération française de Football Association était le no 8153. D'autre part, il faut savoir qu'une réunion d'assemblée générale constitutive du club s'est tenue bien avant, soit le , au moment de sa création. Les supporteurs du club préfèrent privilégier cette date plutôt que celle de l'affiliation à la FFFA.
  2. Les joueurs étaient : Arezki Belhocine, Khodja Benyoucef, Amar Mekacher, Salem Moh Ouali, Saadi Ouakli, Khelifa Belhadj, Akli Mezbout ainsi que d'autres anciens joueurs de l'Olympique de Tizi-Ouzou
  3. Il s'agit de la date parue dans le bulletin de la Fédération Française de Football Association, à la rubrique Mouvements des Sociétés.
  4. Pour les matchs de coupe quand ils sont à rejouer en raison d'un match nul, le premier match est donc marqué comme match nul. Un match gagné ou perdu par forfait est comptabilisé avec le score (3-0). Un match gagné ou perdu par pénalité est comptabilisé avec le score (3-1). Sont aussi inscrits les compétitions que la JSK n'a pas pu jouer pour diverses raisons (non qualifiée ou n'ayant pas encore eu le niveau nécessaire). D'autre part, pour les résultats dans les différents championnats de la Ligue d'Alger, lorsqu'il y a participation aux tournois des barrages, les résultats ne sont pas dissociés des divisions où la JSK était présente. Ainsi le résultat de deux barrages pour l'accession en Première Division sont inscrits comme rencontres de Deuxième Division, de même que celui des trois barrages pour l'accession en Division Honneur et Promotion Honneur sont inscrits comme rencontres de Première Division. Petite remarque sur les divisions Promotion Honneur et Honneur, il n'y a pas de tournois de barrages entre eux, les trois derniers sont automatiquement relégués et les trois premiers accèdent en division supérieur ou sont sur le podium.
  5. La JSK n'a jamais pu atteindre cette division, donc aucun match n'a été joué.
  6. La JSK n'a joué que deux saisons dans cette division, la deuxième n'est pas complète car elle déclara forfait générale le , à la suite de l'appel du FLN à tous les clubs musulmans de boycotter les compétitions.
  7. La JSK a joué quatre saisons dans cette division et connu trois tournois de barrages pour accéder en division supérieure, dont deux pour la Division Honneur et une concernant la Promotion Honneur. Lorsque l'on décida pour la saison 1953-1954 de la création d'une Division Promotion Honneur pour la Ligue d'Alger, les trois premiers des barrages de la Première Division à la fin de la saison se sont vu accéder directement en Division Honneur. Les autres, les vaincus (dont fit partie la JSK) en plus des relégués de la Division Honneur formèrent la Division Promotion Honneur. Le premier de ce barrage fut sacré officiellement champion de la Première Division, toutefois les autres équipes comme elle qui ne font plus partie de cette division ont obtenu ce titre mais de manière honorifique. À noter également qu'il manque le résultat de deux matchs lors de la saison 1952-1953 de la JSK.
  8. La JSK n'est resté que trois saisons dans cette division et remporta son premier et seul titre officiel à l'époque coloniale. Sont inclus également dans le calcul, les résultats des matchs des barrages pour l'accession.
  9. La JSK n'est resté qu'une saison dans cette division dont c'est la première compétition officielle. Elle disputa vingt trois matchs dont un de classement pour la 3e place.
  10. La JSK jouait régulièrement cette compétition. Quand il y a un match à rejouer pour cause de match nul, le premier est considéré comme résultat nul. Si le match est gagné ou perdu par forfait, c'est avec le score (3-0), si par pénalité c'est avec le score (3-1). Nous n'avons pas trouvé trace de sa participation en 1946 et 1948, il manque peut-être deux éditions. Sa meilleure performance est le 7e tour qu'elle aurait pu jouer lors de l'édition 1954-1955, si elle n'avait pas déclaré forfait.
  11. La JSK n'a joué que deux matchs tous deux au premier tour régional lors des éditions 1954-1955 et 1955-1956. Elle n'a jamais réussi à accéder au tour suivant.
  12. La JSK n'a jamais joué cette compétition car postérieure au retrait de tous les clubs musulmans.
  13. La JSK ne s'est jamais qualifiée pour cette compétition. Pour la Ligue d'Alger, il fallait remporter au préalable le championnat de Division Honneur, une division qu'elle n'a jamais réussi à atteindre.
  14. La JSK ne s'est jamais qualifiée pour cette compétition. Pour la Ligue d'Alger, il fallait remporter au préalable la Coupe Forconi, dont son meilleur résultat était le 7e tour.
  15. Pour les matchs de coupe d'Algérie et de coupe de la ligue, les matchs finissant aux tirs au but sont comptés en fonction du résultat final. Pour les matchs de coupes internationales, ils sont comptés avant le résultat d'éventuels tirs au but (à l'instar de la FIFA)
  16. Le Ballon d'Or africain est une récompense décernée annuellement à partir de 1970 et jusqu'en 1994 par le magazine France Football au meilleur footballeur africain.
  17. Le Ballon d'Or algérien est une récompense créée en 2001 par les journaux El Heddaf-Le Buteur afin de récompenser le meilleur joueur algérien de l'année.
  18. Le DZFoot d'Or est une récompense créée en 2000 par le site web DZFoot.com afin de récompenser le meilleur joueur algérien de l'année.
  19. Le Gant d'Or algérien est une récompense créée en 2001 par les journaux El Heddaf-Le Buteur afin de récompenser le meilleur gardien algérien de l'année.
  20. Le calcul prend en compte les matchs joués par Mouloud Iboud depuis le début de la saison 1970-1971 jusqu'à la fin de la saison 1983-1984. Il s'agit de rencontres officielles qui ont eu lieu soit dans le cadre du Championnat, soit dans celui de la Coupe d'Algérie, soit dans celui de la Coupe du Maghreb ou bien celui de la Coupe d'Afrique. Ne sont pas prises en compte les rencontres gagnés par forfait c'est-à-dire quand l'équipe adverse ne s'est pas présentée, les rencontres des tournois amicaux ainsi que celles de la catégorie junior.
  21. a b et c Les noms qui apparaissent en gras indiquent les joueurs qui évoluent actuellement en équipe première.
  22. Dans la colonne « Afrique » sont inclus tous les matchs joués en compétitions CAF.
  23. Dans la colonne « Autres » sont inclus tous les matchs jouées en Coupe maghrébine, Coupe du monde des clubs FIFA, Coupe arabe, Coupe de la Ligue et Supercoupe d'Algérie.
  24. Dans la colonne « Afrique » sont inclus tous les buts marqués en compétitions CAF.
  25. Dans la colonne « Autres » sont inclus tous les buts marqués en Coupe maghrébine, Coupe du monde des clubs FIFA, Coupe arabe, Coupe de la Ligue et Supercoupe d'Algérie.
  26. Dans la colonne « Afrique » sont inclus tous les titres gagnés en compétitions CAF.
  27. Dans la colonne « Autres » sont inclus tous les titres gagnés en Coupe maghrébine, Coupe du monde des clubs FIFA, Coupe arabe, Coupe de la Ligue et Supercoupe d'Algérie.
  28. Mohamed Salahdine, Maroc : Tribus, makhzen et colons, Paris, L'Harmattan, coll. « Bibliothèque du développement », , 337 p. (ISBN 9782858025251), p. 125, propose une théorisation de cette dualité comme « articulation de deux modes de production », makhzen et qbila, le premier visant à se subordonner le second.
  29. La Coupe d'Algérie Junior de football est une compétition de jeunes au niveau national qui existe depuis l'année 1966
  30. La Coupe d'Algérie Cadette de football est une compétition de jeunes au niveau national qui existe depuis l'année 1968
  31. La Coupe d'Algérie Minime de football est une compétition de jeunes au niveau national mais qui n'existe que depuis l'année 2001

Références

  1. a b c d et e Bras de fer Mellal-Yarichane : fin du suspense à la JSK, site tsa-algerie.com, 15 septembre 2021.
  2. a et b Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  3. « CAF Ranking of African Clubs », sur www.rsssf.com (consulté le )
  4. IFFHS, « Le club du siècle en Afrique », sur http://www.iffhs.de/, IFFHS, (consulté le )
  5. (de) Omar Gisler, Das große Buch der Fußball-Rekorde: Superlative, Kuriositäten, Sensationen, Stiebner Verlag GmbH, (ISBN 978-3-7679-1085-0, lire en ligne)
  6. Mohamed Haouchine, « La JSK, porte-flambeau du combat identitaire », sur js-kabylie.fr, Liberté, (consulté le )
  7. a et b Mustapha Rafaï, « La Jeunesse sportive de Kabylie: Itinéraire, de la création à la réforme sportive », page 21
  8. Journal officiel de la République française, section Déclaration d'Associations, 61e année, no 135, daté des lundi et mardi , page 6431: Déclaration de l'association Rapid Club de Tizi-Ouzou.
  9. Première assemblée de la JSK retranscrite par Mustapha Rafaï dans "Jeunesse sportive de Kabylie", Itinéraire, de la création à la réforme sportive, page 28
  10. La rue de l'ancienne poste se nomme actuellement rue Acherfouche
  11. Naïm Adnane, « 40 ans de Football », pages de 20 à 22
  12. Naïm Adnane, « 40 ans de Football », pages de 22 à 24
  13. Naïm Adnane, « 40 ans de Football », pages de 25 à 29
  14. Naïm Adnane, « 40 ans de Football », pages 29-31
  15. Naïm Adnane, « 40 ans de Football », pages de 30-31 et 47
  16. « Le football en Guerre d’Algérie », sur Cairn.Info
  17. Youssef Fates : Sport et politique en Algérie, page 77
  18. Naïm Adnan, 40 ans de football, page 92.
  19. Naïm Adnane, « 40 ans de Football », page 51
  20. Naïm Adnane, « 40 ans de Football », page 59
  21. Djamil Merad, « Championnat d'Algérie 1972-1973 », rsssf.com, (consulté le )
  22. Hervé Dekeyne, Barry Baker et Djamil Merad, « Championnat d'Algérie 1977-1978 », rsssf.com, (consulté le )
  23. Barry Baker, « Championnat d'Algérie 1979-1980 », rsssf.com, (consulté le )
  24. Djamil Merad et Barry Baker, « Championnat d'Algérie 1981-1982 », rsssf.com, (consulté le )
  25. Eric Boesenberg, « Coupe africaine des clubs champions 1981 », rsssf.com, (consulté le )
  26. Djamil Merad, Ian King et Mikael Jönsson, « Championnat d'Algérie 1982-1983 », rsssf.com, (consulté le )
  27. Dinant Abbink et Djamil Merad, « Championnat d'Algérie 1984-1985 », rsssf.com, (consulté le )
  28. Dinant Abbink et Djamil Merad, « Championnat d'Algérie 1985-1986 », rsssf.com, (consulté le )
  29. Ian King et Djamil Merad, « Championnat d'Algérie 1988-1989 », rsssf.com, (consulté le )
  30. « Ligue des champions d'Afrique 1990 finale retour », sur dzfoot.com
  31. Djamil Merad, « Championnat d'Algérie 1989-1990 », rsssf.com, (consulté le )
  32. Djamil Merad, « Championnat d'Algérie 1990-1991 », rsssf.com, (consulté le )
  33. Eric Boesenberg, « Coupe africaine des clubs champions 1990 », rsssf.com, (consulté le )
  34. Djamil Merad, « Algeria 1991/92 », rsssf.com, (consulté le )
  35. Djamil Merad, « Algeria 1992/93 », rsssf.com, (consulté le )
  36. « Coupe des Vainqueurs de Coupe d'Afrique », sur www.dzfoot.com/
  37. Djamil Merad, Ian King et Hans van Haren, « Algeria 1993/94 », rsssf.com, (consulté le )
  38. Djamil Merad, José Batalha, Kent Hedlundh et Ian King, « Algeria 1994/95 », rsssf.com, (consulté le )
  39. Djamil Merad, Lars Aarhus, Hakim Bederr, Ian King, Mohamed Lokbani, Sofiane Benazzouz et Miguel Alvim Gonzalez, « Algeria 1996/97 », rsssf.com, (consulté le ).
  40. Djamil Merad, Eric Boesenberg, Hamid Brioua, Mikael Jönsson et Ian King, « Algeria 1997/98 », rsssf.com, (consulté le ).
  41. Hamid Brioua, « Algeria 1998/99 », rsssf.com, (consulté le ).
  42. Hamid Brioua, « Algeria 1999/2000 », rsssf.com, (consulté le ).
  43. « Finale retour de la Coupe de la CAF 2002 », sur dzfoot.com
  44. Ian King et José Batalha, « Algeria 2000/01 », rsssf.com, (consulté le )
  45. « Nasser Sandjak : « Je pars le coeur gros » », leparisien.fr,‎ 2000-11-13cet00:00:00+01:00 (lire en ligne, consulté le )
  46. Alan Morley et José Batalha, « Algeria 2001/02 », rsssf.com, (consulté le )
  47. Hans Schöggl et José Batalha, « Algeria 2002/03 », rsssf.com, (consulté le )
  48. Hans Schöggl et José Batalha, « Algeria 2003/04 », rsssf.com, (consulté le )
  49. Anthony Zea, Mehdi Dahak et José Batalha, « Algeria 2004/05 », rsssf.com, (consulté le )
  50. Mohamed Sahi et José Batalha, « Algeria 2005/06 », rsssf.com, (consulté le )
  51. José Batalha, Dirk Karsdorp, Antonio Zea et Karel Stokkermans, « African Club Competitions 2006 », rsssf.com, (consulté le )
  52. José Batalha, « Algeria 2007/08 », rsssf.com, (consulté le )
  53. « La JSK fête déjà son 14e titre de champion », sur Tifilkout.com
  54. Mohamed Rachid, « Un record difficile à égaler », sur elwatan.com, (consulté le )
  55. « Joseph Blatter félicite la JSK », sur www.soummam.org
  56. José Batalha, « Algeria 2008/09 », rsssf.com, (consulté le )
  57. José Batalha, « Algeria 2009/10 », rsssf.com, (consulté le )
  58. « Coupe d'Algérie : La JS Kabylie décroche son 5e trophée », sur dzfoot.com,
  59. Lyès Aouiche, « JSK : La JSK ne participera pas à la Coupe de la CAF 2012 », sur lebuteur.com,
  60. « Ligue 1 2011-2012 », sur dzfoot.com
  61. « Ligue 1 2012-2013 », sur dzfoot.com
  62. « Bross démissionne : "Je refuse que Hannachi m'impose son onze" »
  63. « CAF CL : La JSK qualifiée en phase de poules », sur Observ'Algérie, (consulté le )
  64. Naïm Adnane, « 40 ans de football », page 75, « La saison débute le 15 septembre 1963. Pour la JSK qui n'aura que l'honorable trophée du fair-play, c'est la saison où s'affirment certains nouveaux et où apparaît le célèbre tandem « Kolli-Wahabi »... »
  65. La Kabylie française, « organe de défense des intérêts économiques de la Kabylie et des Issers », 63e année, no 1273 daté du samedi . « À la fin de la saison 1947-1948, la JSK est invitée par le SCUEB a participé à un tournoi amical dont le trophée est offert par le quotidien L'Écho d'Alger. La JSK l'emporte en finale face à son hôte sur la règle du plus grand nombre de corners obtenus (cinq à trois) après un score de parité de deux buts partout. »
  66. Mustapha Rafaï, « La Jeunesse sportive de Kabylie: Itinéraire de la création à la réforme sportive », page 81, « La JSK reçoit une invitation de la municipalité de la ville de Tizi-Ouzou à un tournoi à la suite d'une tournée de l'équipe de football du 27e bataillon de chasseur alpin [...] Le maire de la ville met à cette occasion une coupe pour récompenser le vainqueur [...] À l'issue de cette rencontre la JSK contre toute attente, sortira vainqueur de cette confrontation 3 buts à 1. »
  67. Naïm Adnane, « 40 ans de Football », page 66, « La JS Kabylie organise un tournoi amical de football le 15 septembre 1962 dans le but de fêter l'indépendance du pays acquise le 5 juillet 1962, comme d'autres tournois ailleurs dans le pays. Elle invite le MC Alger et la JS El-Biar dans un tournoi triangulaire et s'impose face à ces deux équipes, remportant ainsi le trophée du tournoi »
  68. Naïm Adnane, « 40 ans de football », page 89, « La saison débute par le « tournoi de l'O.M.R » que remporte la JS Kabylie en battant l'organisateur, un but à zéro, but marqué par Beddour »
  69. Mustafa Rafaï, « La Jeunesse sportive de Kabylie: Itinéraire de la création à la réforme sportive », page 141, « À l'occasion de la fête du Mouloud Ennabawi, le Croissant Rouge algérien a mis sur pied un tournoi au Stade Omar-Hamadi à laquelle participent le MC Alger, le RC Kouba, la JS Djidjel et la JS Kabylie [...] La JSK s'adjuge le trophée en finale face à la JSD aux tirs au but. »
  70. Mustafa Rafaï, « La Jeunesse sportive de Kabylie: Itinéraire de la création à la réforme sportive », page 183, « Un tournoi est organisé au profit du Fonds de Solidarité de la Révolution Agraire (FSRA) à laquelle participent le CR Belouizdad, la JS Kabylie, le MC Alger et l'équipe de la Gendarmerie Nationale [...] La JSK s'adjuge le trophée en finale face au crb aux tirs au but. »
  71. "El Moudjahid", 9e année, no 2552, page 1. « Une semaine avant le début du championnat, une rencontre est organisée entre la JS Kabylie champion d'Algérie en titre et le MC Alger vainqueur de la coupe d'Algérie au Stade du 5-Juillet-1962. La JSK remporte ce match de gala par 3 buts à 2 »
  72. Neil Morrison, « Tripartite Tournament 1985 (Dakar) », www.rsssf.com, (consulté le )
  73. Classement du Ballon d'Or africain 1981
  74. Classement du Ballon d'Or africain 1985
  75. « Consécration de Moussa Saïb », sur http://www.djazairess.com/fr
  76. « DZ Foot d'or 2002 », sur http://www.dzfoot.com
  77. « DZ Foot d'or 2003 », sur http://www.dzfoot.com
  78. Cyrus, Mimou, « Zoom sur le championnat d'Algérie à partir de 1963... », sur dzfoot.com, (consulté le )
  79. « Stefan Zywotko, Une légende polonaise a la JSK », sur jskabylie.org, le 12 août 2007 à 10:41
  80. « FICHE DU CLUB: JS KABYLIE »
  81. Seule la nationalité sportive est indiquée. Un joueur peut avoir plusieurs nationalités mais n'a le droit de jouer que pour une seule sélection nationale.
  82. Seule la sélection la plus importante est indiquée.
  83. Marcana Foot, « JSK | Marcana », sur www.maracanafoot.com (consulté le ) : « Couleurs : Jaune et vert »
  84. L'Expression, « Les Canaris sortent le grand jeu », sur www.city-dz.com (consulté le )
  85. « Histoire du Club », sur JSK Mon Amour, (consulté le ) : « Pour les couleurs, au début, on a mentionné... vert et rouge. »
  86. « Histoire du Club », sur JSK Mon Amour, (consulté le ) : « L'aide moral et matérielle vient... et les chaussures. »
  87. Rédaction JSKabylie.Org, « de 1928 à 1946 », sur www.jskabylie.org, (consulté le )
  88. « JSK - CSS », sur www.cssfaxien.com, (consulté le ) : « ... endosser le maillot... en Vert et Rouge. »
  89. Ehud, « Le plus beau match de La JSK », sur www.jskabylie.org, (consulté le )
  90. « Fleur du Genêt », sur www.jardinier-amateur.fr (consulté le )
  91. Mohand Akli Haddadou, Le guide de la culture berbère, Paris-Méditerranée, (présentation en ligne)
  92. Voir signification sur le Wiktionnaire
  93. a et b Redaction JSKonline.com, « Palmarès de la JSK », sur www.jskonline.com (consulté le )
  94. a b et c « Abtouche Mansour nous quitte », sur www.sebbar.kazeo.com, (consulté le )
  95. « Le stade Oukil Ramdane rouvrira ses portes avant le 1er avril », (consulté le )
  96. Tizi-Ouzou, le blog, , Over Blog, (consulté le )
  97. jskabylie.org, « Stade du 1er Novembre 1954 » (consulté le )
  98. Nassima V., « Vue sur le stade de Tizi-Ouzou », sur www.vitaminedz.com, (consulté le )
  99. a et b Z.Z. Boss, « Vue sur le stade de Tizi-Ouzou », sur www.jskabylie.org, (consulté le )
  100. Tazmalt, « Stade du 1er novembre de Tizi Ouzou : Plus de 8 millions de DA de recettes en 2009 », sur www.jskabylie.org, (consulté le )
  101. Said Bissou, « Les tribunes du stade », sur www.jsknews.net, 25 décembre 2007 à 13:04 (consulté le )
  102. Voir l'article Classico algérien
  103. Voir l'article Jeunesse sportive de Kabylie en coupe d'Algérie de football.
  104. a b et c DZFoot, « Match JSK-ESS », sur dzfoot.com, (consulté le )
  105. a et b DZFoot, « Match JSK-Tonnerre Yaoundé », sur dzfoot.com, (consulté le )
  106. Espoir, « Le nouveau stade de la JSK », sur jskabylie.superforum.fr, (consulté le )
  107. S.L., « Le nouveau stade de Tizi chimère ou réalité ? », sur www.jskabylie.org, (consulté le )
  108. https://www.elwatan.com/edition/sports/la-jsk-aura-une-participation-officielle-a-une-coupe-africaine-30-08-2020
  109. https://www.competition.dz/actualites/89-ligue-1/68321-jsk-le-csa-tres-mal-place-pour-demander-des-comptes-a-mellal.html
  110. JSK: Cherif Mellal se dit toujours président du club, site interlignes.com, 22 mars 2021
  111. JS Kabylie: désignation de Yarichène comme nouveau président du Conseil d'administration, site aps.dz, 21 mars 2021.
  112. Ahmed Achour, « Hannachi : La JSK va se battre pour défendre sa place », sur www.lexpressiondz.com, (consulté le )
  113. « Nedjma sponsorise six clubs du Championnat de Football professionnel de ligue 1-le 22 septembre 2010. », sur www.nedjma.dz
  114. Ouali, « Nedjma nouveau sponsor de la JSK », jsknews.net, (consulté le )
  115. Photo de ASK-JSK sur jsknews.net
  116. JSK : City Sport, nouveau partenaire de la JSK pour trois saisons sur Le Buteur
  117. A.H., « JSK : Signature du contrat avec Luanvi », sur competition.dz, (consulté le )
  118. Idir Tirourda, « Tizi Ouzou : la JSK lance la marque UZZOO | TAMURT », sur tamurt.info (consulté le )
  119. FIFA, « Page de la JS Kabyle », fr.fifa.com (consulté le )
  120. Morizot 2001, p. 19.
  121. Plantade 2007, p. 87.
  122. Arrêté du portant organisation de l'administration générale en Algérie, dans Jean-Baptiste Duvergier, Collection complète des lois, décrets, ordonnances et avis du Conseil d'État, t. 48 : année 1848, Paris, , 802 p. (ISSN 1762-4096, notice BnF no FRBNF37578059, lire en ligne), p. 683-685 [fac-similé (page consultée le 28 septembre 2016)]
    L'arrêté crée le département d'Alger.
  123. Décret no 55-1148 du portant création de neuf arrondissements nouveaux dans les départements d'Alger, d'Oran et de Constantine, dans Journal officiel de la République française. Lois et décrets, vol. 87e année, no 205, , p. 8640-8641 [fac-similé (page consultée le 28 septembre 2016)]
    Le décret crée deux arrondissements : l'arrondissement de Bouira — comprenant les communes de plein exercice de Palestro, Aïn-Bessem et Bouira ainsi qui les communes mixtes de Palestro, Aïn-Bessem et Maillot — et celui de Fort-National — comprenant les communes de plein exercice de Fort-National et Mekla ainsi que les communes mixtes de Fort-National, Djurdjura, Haut-Sebaou et Azeffoun.
  124. S. T., « Concernant, déplacement, Gambie, La billetterie est réglée », sur www.algerie360.com, (consulté le )
  125. « Les amis de la JSK : une première en France et en Europe », Kabyle.com, (consulté le )
  126. Voir la définition sur le Wiktionnaire
  127. (ar) Kabyle, « Les dossiers de la JSK », sur www.foot4foot.com, (consulté le )
  128. La dépêche de Kabylie, « Comité de supporters de la JSK », sur www.la-kabylie.com, (consulté le )
  129. Mohamed Rachid, « JS Kabylie : Cap sur le derby kabyle », sur www.elwatan.com, (consulté le )
  130. Naïm Adnane : « 40 ans de football », page 67
  131. Naïm Adnane : « 40 ans de football », page 69
  132. Naïm Adnane : « 40 ans de football », page 11
  133. Naïm Adnane : « 40 ans de football », page 74
  134. Naïm Adnane : « 40 ans de football », page 120
  135. Naïm Adnane : « 40 ans de football », page 87
  136. Naïm Adnane : « 40 ans de football », page 90
  137. http://www.dzfoot.com/news-9395/jeunes-la-js-kabylie-remporte-le-championnat-u18/
  138. Lahcène Belahoucine, « La Saga du football algérien », page 270,
  139. Lahcène Belahoucine, « La Saga du football algérien », page 274, « Le premier champion d'Algérie a été la JSK en devançant de peu l'ASE en 98/99.....Pour les dix autres éditions de cette compétition......domination des algéroises de l'ASE qui remportent presque tous les trophées ne laissant que quelques miettes à la JSK en 1999 et 2002. »
  140. « Dans les coulisses de l'APDSF (ex JSK) », sur http://www.jskweb.org/

Annexes

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Jeunesse sportive de Kabylie.

Bibliographie

Document utilisé pour la rédaction de l’article : source utilisée pour la rédaction de l’article

  • Naïm Adnane, 40 ans de football L'histoire exemplaire d'un club algérien, Alger,
  • Lahcène Belahoucine, La Saga du football algérien, Alger, Hibr, 2010.
  • Mustapha Rafaï, La Jeunesse sportive de Kabylie - JSK : Itinéraire, de la création à la réforme sportive, Alger, Zyriab, , 978-9961-715-78-9 éd., 273 p.