Jeunes écologistes

Les Jeunes Écologistes
Image illustrative de l’article Jeunes écologistes
Logotype officiel.
Présentation
Secrétaires Fédéraux Claire Lejeune
Maxime Carpentier
Fondation 2001 : Les Jeunes Verts
2011 : Les Jeunes Écologistes
Siège 3 rue de Vincennes
93100 Montreuil
Positionnement Gauche
Idéologie Écologie politique, Altermondialisme, Écologisme, Fédéralisme européen
Affiliation européenne Fédération des jeunes verts européens
Affiliation internationale Jeunes verts mondiaux
Couleurs Vert
Site web https://jeunes-ecologistes.org/

L'association des Jeunes Écologistes est une association regroupant des jeunes écologistes en France et se réclamant de l'écologie politique. Créée le à Paris, elle prend la suite des Jeunes Verts.

Les Jeunes Écologistes sont l'unique membre français de la Fédération des jeunes verts européens et des Jeunes verts mondiaux[1].

Présentation

manif grenoble
Manifestation parodique des Jeunes Écologistes à Grenoble en novembre 2014

Les Jeunes Écologistes sont le mouvement de jeunesse de l'écologie politique[interprétation personnelle]. Les Jeunes Écologistes affirment leur attachement aux concepts d'écologie politique, d'équité sociale, de féminisme, de solidarité et de démocratie, et leur opposition au productivisme et au nucléaire civil et militaire.

Le mouvement est organisé en une fédération de groupes locaux autonomes[réf. à confirmer][2] implantés sur tout le territoire français[Où ?].

Histoire

La pertinence de cette section est remise en cause. Considérez son contenu avec précaution. ou discutez-en. (février 2019)
Motif avancé : cette section souffre de WP:Proportion et d'un manque de sources secondaires indépendantes.

1988 : Fédération des jeunes écologistes européens

C'est sous l'impulsion des Verts français et notamment de Gérard Onesta que va naître l'idée de créer un mouvement de jeunesse écologiste, mais l'idée peine à avancer, faute de moyens financiers. Au printemps 1988, des jeunes verts (français, belges, luxembourgeois et allemands) se réunissent à Strasbourg et créent la « Fédération des jeunes écologistes européens », avec l'idée de donner un porte-voix à la jeunesse. La dimension européenne de l'organisation leur permit notamment de bénéficier de soutiens du Conseil de l'Europe et d'organiser régulièrement des ateliers estivaux[réf. à confirmer][3].

1989-1996 : Ecolo-J

Dans la foulée de la Fédération des jeunes écologistes européens, un mouvement de jeunesse des Verts français, Ecolo-J, est fondé en 1989. Il comptait une vingtaine de groupes locaux dont les plus importants se situaient à Béziers, Mallemort (13), Salon-de-Provence, La Ciotat, Paris et Caen. Yann Wehrling, secrétaire national, puis Stéphane Lavignotte, joueront un rôle déterminant dans l'animation de la structure.

D'abord fidèles relais du courant d'Antoine Waechter (« ni droite, ni gauche »), les militants d'Ecolo-J se montrent, à partir de 1993, favorables à l'union avec les forces de gauche. Ils rejoignaient en cela la position défendue par la tendance « les Verts au pluriel » (Dominique Voynet et Yves Cochet). Comme chez les Verts, les années 1993-1994 vont se caractériser chez Ecolo-J par le départ de nombreux adhérents, notamment membres des courants « ni droite, ni gauche » qui avaient été mis en minorité[réf. à confirmer][3].

1996-2001 : Chiche !

En mai 1996, Ecolo-J fusionne avec les jeunes de Convergences écologie solidarité (CES) (formation de Noël Mamère à l’époque), de la Convention pour une alternative progressiste (CAP) et de l’Alternative rouge et verte (AREV) afin de former Chiche !. Cette fusion des mouvements de la jeunesse écologiste française préfigure celle qui aura lieu deux ans plus tard, en 1998, entre les partis politiques (les Verts se sont, en effet, associés à Convergences écologie solidarité et à une partie des militants de la Convention pour une alternative progressiste (CAP)). En 2001, le mouvement se scinde en deux, Le Forum des Jeunes Verts d'un côté et Chiche ! de l'autre, ce qui marque l'échec de Chiche ! en tant que mouvement fédérateur des jeunes écologistes. Coupé de tous financement, Chiche perd de nombreux adhérents en quelques années et ne se réclame depuis d'aucun parti politique[réf. à confirmer][3].

2001-2011 : Les Jeunes Verts

Logo des Jeunes Verts
Logo des Jeunes Verts

Le « Forum des Jeunes Verts » est fondé en 2001. Son assemblée générale fondatrice s’est tenue à Strasbourg en juillet 2001, réunissant des jeunes de toute la France dont notamment ceux des groupes locaux constitués de Paris, Strasbourg et Besançon. Ceux-ci seront alors représentés au sein du tout premier exécutif par respectivement Aurélie Bleton (Coordinatrice), Alexandre Noiriel (Trésorier) et Olivier Sandt (Secrétaire). La Souris Verte – Le forum des Jeunes Verts devient l’organe de jeunesse politique des Verts. En 2003, une partie des adhérents quitte l’association pour fonder Fac verte. Peu de temps après, un conflit naît au sein de l’association entre les « associatifs » et les « politiques ». En 2004, ils adoptent le nom de « Jeunes Verts – la Souris Verte. ». Alors que le mouvement avait eu l’ambition de regrouper par le passé les jeunes écologistes venant de l’AREV, des Alternatifs, de RPS et des Verts, la nouvelle direction en 2005, fait le constat que le mouvement n’a plus que le soutien des Verts. Aussi, un changement s’opère en s’affirmant clairement mouvement de jeunesse des Verts. Tel est le sens du discours fait par Dominique Trichet-Allaire devant le CNIR des Verts en 2005. Le courant le plus radical, critiquant la politique des Verts, quittent le mouvement. À Coutances, la direction est réélue avec pour la première fois, une direction paritaire (Dominique Trichet-Allaire et Michel Mosser) soutenue par 80 % du mouvement et permet un certain apaisement. L’année 2006-2007 a ainsi jeté les bases d’une rénovation des Jeunes Verts : changement du logo, de la communication visuelle et des statuts, multiplication des partenariats avec d’autres organisations de jeunes, et grande implication dans la campagne de Dominique Voynet lors de l'élection présidentielle de 2007. L’assemblée générale de Toulouse (août 2008), désigna comme secrétaires fédéraux Rémi Guerber et Cyrielle Châtelain, dans le but de poursuivre cette évolution. Leur mandat fut renouvelé pour l’année +2009-2010. Depuis 2010, les Jeunes Verts ont entamé une période de réflexion sur leur avenir, pour s’inscrire dans la dynamique d’Europe Écologie[réf. à confirmer][3].

Depuis 2011 : Les Jeunes Écologistes

logoje
Logo des Jeunes Écologistes depuis 2011

C’est sous le mandat de Marie Toussaint et Noé Pflieger, que les Jeunes Verts sont devenus Les Jeunes Écologistes le . C’est lors d’une l’assemblée générale extraordinaire à Paris à laquelle ont participé tant les adhérents que celles et ceux qui souhaitaient les rejoindre dans ce nouveau mouvement qu’ils ont changé de nom, de statuts et de logo.

Deux ans après cette transformation, un premier bilan montre que le nombre d'adhérents, comme celui de groupes locaux (33 au ), a plus que doublé[réf. à confirmer][3].

Fonctionnement

Plusieurs fois par an, les membres des bureaux des groupes locaux se réunissent en coordination fédérale et adoptent les positionnements politiques de la fédération[4].

Responsables nationaux

Les Jeunes Verts (2001-2011)[3]

  • 2001-2003 : Aurélie Bleton, coordinatrice fédérale
  • 2003-2004 : Antoine Villard, coordinateur fédéral
  • 2004-2005 : Alban Cormerais, coordinateur fédéral
  • 2005-2006 : Dominique Trichet-Allaire, coordinatrice fédérale
  • 2006-2007 : Dominique Trichet-Allaire et Michel Mosser, secrétaires fédéraux
  • 2007-2008 : Karima Delli et Alexis Prokopiev, secrétaires fédéraux
  • 2008-2009 : Cyrielle Châtelain et Rémi Guerber, secrétaires fédéraux
  • 2009-2010 : Cyrielle Châtelain et Rémi Guerber, secrétaires fédéraux
  • 2010-2011 : Marie Toussaint et Noé Pflieger, secrétaires fédéraux

Les Jeunes Écologistes (2011-aujourd'hui)[3]

  • 2011 : Marie Toussaint et Noé Pflieger, secrétaires fédéraux
  • 2011-2012 : Fanny Dubot et Wandrille Jumeaux, secrétaires fédéraux
  • 2012-2013 : Lucile Koch-Schlund et Wandrille Jumeaux, secrétaires fédéraux
  • 2013-2014 : Laura Chatel et Lucas Nédélec, secrétaires fédéraux
  • 2014-2015 : Laura Chatel et Lucas Nédélec, secrétaires fédéraux ; Rosalie Salaün, porte-parole
  • 2015-2016 : Cécile Germain et Victor Vauquois, secrétaires fédéraux, Michaël Jeanjean, porte-parole
  • 2016-2017 : Oriane Pigache-Le Bec et Benjamin Kaufmann, secrétaires fédéraux.
  • 2017-2018 : Célia Da Costa Cruz et Hugo Cordier, secrétaires fédéraux[5]
  • 2018-2019 : Nina Cormier et Théo Garcia-Badin, secrétaires fédéraux[6]
  • 2019-2020 : Claire Lejeune et Maxime Carpentier, secrétaires fédéraux[7]

Liens avec Europe Écologie Les Verts

Les Jeunes Écologistes entretiennent une relation d'« autonomie solidaire[évasif] »[8] avec le parti politique Europe Écologie Les Verts. Une charte signée par les deux organisations permet de garantir l'autonomie politique des Jeunes Écologistes, tant au niveau local qu'au niveau national.

Siège

Notes et références

  1. « A l’international - Les Jeunes Écologistes », sur jeunes-ecologistes.org (consulté le 27 octobre 2017)
  2. « Présentation - Les Jeunes Écologistes », sur jeunes-ecologistes.org (consulté le 27 octobre 2017).
  3. a b c d e f et g « Histoire du mouvement - Les Jeunes Écologistes » (consulté le 11 février 2019).
  4. « Statuts | Les Jeunes Ecologistes », sur www.jeunes-ecologistes.org (consulté le 27 octobre 2017)
  5. « Le bureau exécutif fédéral - Les Jeunes Écologistes », sur jeunes-ecologistes.org (consulté le 27 octobre 2017)
  6. « Le bureau exécutif fédéral - Les Jeunes Écologistes » (consulté le 11 février 2019)
  7. « Un nouveau bureau et un nouveau cap pour les Jeunes Écologistes - Les Jeunes Écologistes » (consulté le 4 septembre 2019)
  8. « Charte entre le mouvement des Jeunes Écologistes et Europe Écologie – Les Verts - Les Jeunes Écologistes » (consulté le 10 octobre 2019)
  9. Rosalie Lucas, « EELV : les écologistes font leurs cartons et quittent leur siège », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  10. « Mentions légales - Les Jeunes Écologistes » (consulté le 11 février 2019)

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes