Jeanine Delpech

(Redirigé depuis Jean de Lutry)
Jeanine Delpech
Nom de naissance Jeanine Louise Nelly Delpech
Alias
Robert Beauchamp, Jean de Lutry
Naissance
Évecquemont
Décès (à 86 ans)
7e arrondissement de Paris
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Jeanine Delpech, née Jeanine Louise Nelly Delpech le à Évecquemont et morte le à Paris 7e, est une journaliste, traductrice française, auteur de romans d'amour et de plusieurs romans et ouvrages historiques. Elle a également publié sous le pseudonyme de Jean de Lutry[1] des récits sentimentaux et sous celui de Robert Beauchamp[2] plusieurs romans policiers.

Biographie

Famille

Jeanine Louise Nelly Delpech naît en 1905 au château du Prieuré à Évecquemont, d'Edmond Jean Frédéric Marie Delpech, avocat, et Françoise Marie Reine Suzanne Estier, son épouse[3]. En 1925, elle se fiance avec Antoine Goldet, alors élève à l'École normale supérieure[4]. Leur fille Nicole naît l’année suivante[5] et leur fils François en 1929[6]. Après leur divorce, Jeanine se remarie en 1937 avec Robert Tessier[7].

Carrière

Licenciée ès lettres de la Faculté de Paris[8], elle collabore pendant de nombreuses années au journal littéraire et artistique Les Nouvelles littéraires, ainsi qu’à d’autres publications culturelles.

Elle amorce sa carrière littéraire en publiant de nombreux ouvrages historiques, dont plusieurs sur des affaires criminelles ou des escrocs célèbres. Elle donne également quelques romans d’amour pour divers éditeurs, dont Flammarion, parfois signés du pseudonyme Jean de Lutry.

Comme traductrice, elle est notamment l’auteur des textes français du roman Eh bien, ma jolie de James Hadley Chase, de Les Lévriers du sérail de Mary Stewart et du récit biographique d’Ernest Hemingway intitulé Les Vertes Collines d'Afrique. Après son mariage avec Antoine Goldet, elle signe certains de ses textes Jeanine Goldet[9] ou Jeanine Antoine-Goldet[10]. Devenue l'épouse de Robert Tessier[11], elle signe Louise Nelly Delpech-Teissier.

Sous le pseudonyme de Robert Beauchamp, elle publie une demi-douzaine de romans policiers parus dans les années 1960 aux Presses de la Cité et, dans les années 1970, au sein de la collection Le Masque.

Elle meurt en 1992 à Paris[12].

Œuvre

Romans

Romans d'amour

  • Les Noces de minuit, Paris, Flammarion, coll. Cœurs, no 18, 1955 ; réédition, Paris, Tallandier, coll. Quatre Couleurs, 1977 ; réédition, Paris, Tallandier, coll. Blason no 15, 1981 ; réédition, Paris, Tallandier, coll. L’arc-en-ciel, 1982
  • Le Serpent d’émeraude, Paris, Del Duca, coll. Amour et Aventures, 1957

Autres romans d'amour signés Jean de Lutry

  • Cendrillon à Hollywood, Paris, Presses de la Cité, coll. Cristal no 5, 1951
  • Les Fiancés de Venise, Paris, Presses de la Cité, coll. Romans no 25, 1957
  • La Violette et l’Orchidée, Paris, Tallandier, coll. Bibliothèque pervenche no 184, 1958

Romans policiers signés Robert Beauchamp

  • Flagrant Délire, Paris, Presses de la Cité, Un mystère no 583, 1961
  • Les Nymphes d’Auteuil, Paris, Presses de la Cité, Un mystère no 618, 1962
  • Six x = zéro, Paris, Librairie des Champs-Élysées, Le Masque no 1169, 1971
  • L’Héritière malgré elle, Paris, Librairie des Champs-Élysées, Le Masque no 1195, 1971
  • Des nuits trop blanches, Paris, Librairie des Champs-Élysées, Le Masque no 1262, 1973

Autres romans

  • Les Liens de fumée, Paris, Presses de la Cité, 1947
  • Une nuit pour le diable, Paris, Le Livre contemporain, 1960
  • Isaline, Paris, Presses de la Cité, 1971 (roman historique)

Ouvrages historiques

  • La Double Mary, reine des voleurs au temps de Shakespeare, Paris, éditions Balzac, 1943
  • Louise de Kéroualle, Paris, Flammarion, coll. Visages de l’Histoire, 1949
  • L’Âme de la Fronde : Madame de Longueville, Paris, Fayard, coll. Le Temps et les Destins, 1957
Prix Alice-Louis-Barthou 1958 de l’Académie Française[13]
  • L’Amour le plus tendre : Le Chevalier de Boufflers et Mme de Sabran, Paris, Perrin, coll. Présence de l’Histoire, 1964
  • La Passion de la Marquise de Sade, Paris, Éditions Planète, 1970
  • Gentleman jusqu’au crime, Paris, Presses de la Cité, coll. N’avouez jamais, 1972
  • La Demoiselle à l’arsenic, Paris, Presses de la Cité, coll. N’avouez jamais, 1973

Notes et références

  1. « BnF Catalogue général », sur bnf.fr (consulté le 17 septembre 2020).
  2. Jacques Baudou et Jean-Jacques Schleret, Le Vrai Visage du Masque, volume 1, Paris, Futuropolis, 1984, p. 53.
  3. Acte de naissance no 10 du , Évecquemont, Archives des Yvelines [1]
  4. « Fiançailles », sur Gallica, Journal des débats politiques et littéraires, (consulté le 20 mars 2021), p. 6
  5. « Mondanités », sur Gallica, Comœdia, (consulté le 20 mars 2021), p. 2
  6. « Naissances », sur Gallica, Le Matin, (consulté le 20 mars 2021), p. 2
  7. « Mariages », sur RetroNews - Le site de presse de la BnF, Le Temps, (consulté le 20 mars 2021), p. 4
  8. « Demande d'adhésion de Jeanine Delpech en qualité d'autrice cinéaste - Musée SACEM », sur musee.sacem.fr (consulté le 20 mars 2021)
  9. William B. Seabrook (trad. Jeanine Goldet), « La Sorcière », sur Gallica, Gringoire, (consulté le 20 mars 2021), p. 6
  10. « Antoine-Goldet, Jeanine », sur Gallica, Bibliographie de la France. Livres : notices établies par la Bibliothèque nationale, (consulté le 20 mars 2021), p. 3
  11. « Jeanine Delpech - Auteur - Ressources de la Bibliothèque nationale de France », sur data.bnf.fr (consulté le 17 septembre 2020).
  12. Fichier des décès INSEE [2]
  13. http://www.academie-francaise.fr/prix-alice-louis-barthou

Sources

Liens externes

  • Dossier de Jeanine Delpech (avec une photographie) dans les archives du musée Sacem [3]