Jean-Noël Robert

Jean-Noël Alexandre Robert, né le à Paris, est un orientaliste français, spécialiste de l’histoire du bouddhisme au Japon et de ses antécédents chinois. Ses travaux concernent en particulier le bouddhisme Tendai et la philologie des textes bouddhiques sino-japonais. Il est l’auteur de la traduction française du Sūtra du Lotus, texte fondateur du bouddhisme mahāyāna 大乘 (grand véhicule), à partir du texte chinois ancien[1].

En 2011, il est nommé professeur au Collège de France pour y devenir titulaire de la chaire Philologie de la civilisation japonaise[2].

Biographie

Diplômé de japonais de l’Institut national des langues et civilisations orientales en 1970, Jean-Noël Robert fut, de 1974 à 1975, pensionnaire à la Maison franco-japonaise de Tōkyō. De 1975 à 1990, il fut chargé de recherche au CNRS et, depuis 1979, chargé de conférences, puis directeur d’étude à la cinquième section de l’École pratique des hautes études (EPHE). Docteur ès lettres et sciences humaines (1987), il est, depuis 2010, directeur de l’Institut des hautes études japonaises des Instituts d’Asie du Collège de France. Le , il est nommé professeur au Collège de France et où il devient titulaire de la chaire de Philologie de la civilisation japonaise[3].

Jean-Noël Robert est membre de nombreuses sociétés savantes et commissions spécialisées : Société française des études japonaises de Paris, commissions des spécialistes de l'Institut national des langues et civilisations orientales (université Paris VII), commission scientifique de l'École pratique des hautes études (Ve section), conseil de la Société asiatique, conseil d’administration de l’École française d'Extrême-Orient.

Il est en outre rédacteur en chef du Hôbôgirin, dictionnaire encyclopédique du bouddhisme d’après les sources chinoises et japonaises, et membre des comités éditoriaux et scientifiques de la Japan Review, du Journal asiatique et du magazine Religions & Histoire. Il a été élu, le 17 mars 2006, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, au fauteuil d’André Caquot[4]. Il a présidé cette Académie pour l'année 2019. Il pratique également l’écriture en latin sous le pseudonyme Alexander Ricius[5].

Décorations

Publications

  • Lectures élémentaires en style sino-japonais (kanbun), Paris, Université Paris 7, 1986
  • Doctrines de l’école japonaise Tendai au début du IXe siècle : Gishin et le Hokke-shû gi shû (thèse de doctorat), Paris, Maisonneuve et Larose, 1990
  • Contempler le sanctuaire du cœur : le bouddhisme vu par un bouddhologue français, Paris, L'Obs, 1995 (publié en japonais en 1997)
  • Kanbun for the XXIst Century : The Future of Dead Languages, Tokyo, Noël International Research Center for Japanese Studies, 2001 (en japonais)
  • Sûtra du Lotus, suivi du Livre des sens innombrables et du Livre de la contemplation de Sage-Universel, Paris, Fayard, 2003 (traduction)
  • Quatre courts traités sur la Terrasse Céleste, Paris, Fayard, coll. « Trésors du bouddhisme », 2007 (ISBN 9782213634227)
  • Petite histoire du bouddhisme, Paris, Librio Document, 2008 (ISBN 9782290002254)
  • La Centurie du Lotus : poèmes de Jien (1155-1225) sur le Sûtra du Lotus, Paris, Collège de France, 2008[6]
  • La hiéroglossie japonaise, Paris, Collège de France, 2012[7]

Notes et références

  1. Jean-Noël Robert, « Bouddhisme japonais », Annuaires de l'École pratique des hautes études, vol. 114,‎ , p. 97-107 (lire en ligne)
  2. « Jean-Noël Robert », sur college-de-france.fr
  3. Décret de nomination du 11 avril 2011, sur le site Légifrance.
  4. « Jean-Noël Robert », sur aibl.fr
  5. « J.-N. Robert : Pourquoi écrire en latin au XXIe siècle ? », sur sites.google.com
  6. Michel Vieillard-Baron, « Jean-Noël Robert (trad. et commentaires), La Centurie du Lotus, Poèmes de Jien (1155-1225) sur le Sūtra du Lotus », Cipango, vol. 17,‎ , p. 273-277 (lire en ligne)
  7. « La hiéroglossie japonaise : Leçon inaugurale prononcée le jeudi 2 février 2012 », sur books.openedition.org

Liens externes