James Darlays

James Darlays
Sax compositeur Darlays James

James Darlays (né le 27 octobre à Lyon) est un saxophoniste de jazz, auteur-compositeur de chansons, ayant fait aussi divers métiers en parallèle, jeune papa et pour préparer une carrière musicale avant d'être connu des médias, finalement après 2006 venant tard au Net : puis animateur de radio, Dj , d'autre part longtemps délégué médical, agent de marque de prêt à porter féminin,... lui servant à investir en matériel de studio musical. C'est un ancien sprinter d'athlétisme, médaillé Jeunesse et Sports par Paul Messner entraîneur national.

Biographie

Né d'une mère violoniste, Louise Seguin-Gerbet (pupille de la Nation - elle a été invitée par un Président entrant à l'Elysée, dans une émission télévisuelle avec lui sur Antenne2),il est orphelin du père Jo-Octave Darlays-Gerbet,(chevalier du Mérite Social décoré par l'agence France Presse et le directeur René Fonteret) très connu et animateur de radio-Lyon et de concerts,(JO Darlays, voir le livre "JO") proche de Fernandel, Patachou, Gilbert Bécaud, Mick Micheyl, Robert Rocca, Marcel Pagnol, Guy Lux, Lucien Jeunesse etc.... Marié deux fois,à Charlotte et Claudette ensuite, James a eu trois jeunes enfants, ses amours, tous très sportifs : Thierry judoka Vice-champion de France universitaire, Nathalie super nageuse régionale, et Benjamin en équipe de France Boxes pieds-poings dès ses 18 ans pour obtenir sept titres de Champion de France Kick Taïl K-one pro et représentant la France aux Championnats du Monde, plus Vice-Champion d'Europe en 2019.

Spécialiste du jazz et de la variété sur Challenge-Fm (radio devenue Europe2, puis RTL2) dans l'émission JameSession , James Darlays d'identité complète James-Paul-Claude Gerbet-Darlays occupe successivement des postes chez Max-Factor-Hollywood avec les collaborateurs de Claudia Cardinale,(certains ensuite continueront avec Monica Bellucci pendant les tournages des films), Glaxo en secteur maternités, Roussel, Atochem, Vaskène ou Nina Ricci prêt à porter féminin(secteur ventes). Fin du 20ème siècle, il compose plus souvent et adhère aux organismes liés à la création: Adami, Sacem, Sdrm, Bibliothèque Nationale, Snep(en petit associé), Spedidam , Sgdl, Snac ou Scam, et participe à environ quatre mille concerts , certains en accompagnateur de stars de la chanson, d'autres avec des jazzmen americains connus en Europe, ou bien en petit groupe avec ses propres musiciens, tout comme en quintet avec Roger Guérin , après ses accompagnements de Zizi Jeammaire au Casino de Paris.

Les trois cent premiers concerts de James se font au Palais d'Hiver, immense salle internationale de spectacles, avant sa démolition. Il est sur le podium des premières parties de J.Brel, G.Brassens, M.Amont, H.Aufray, J.Ferrat, G.Lenorman, E.Mitchell,Cl.François, J. Halliday, Clarke-Boland big band, R.Charles ... ou accompagne certains comme Bob Asklof.

Carrière

Avec des études en Etablissement Lumière, Cazeneuve, la Martinière ou le Conservatoire des Arts et Métiers, il suit l'enseignement du Conservatoire National de Musique vers Paule Pellier et Louis Bertholon à Lyon et passe à Paris, au CNSM un des Concours-Centralisés du Ministère de la Culture dans la spécialité classique Harmonie-Fugue-Contrepoint, où les candidats sont trois jours enfermés au CNSM avec partitions, servant à devenir enseignants en Conservatoires, juste avant la création des classes de jazz actuelles.

Il va surprendre trois ans au poste de saxophoniste,le public et artistes français et américains de passage, au Palais d'Hiver de Lyon, alors le plus grand Music-Hall d'Europe, au sein du groupe de Daniel Bérrard (musicien vainqueur de la Coupe du Monde Honner). Il va y connaître les meilleurs chanteurs du moment ainsi que leurs équipes, et y effectuer leurs premières parties, avant premières des concerts à l'Olympia à Paris.

Ami du regretté Raoul Bruckert, son ainé, également saxophoniste et président du Hot Club de Lyon, il va y rencontrer de nombreux jazzmen , accompagner certains en festivals, par exemple Jimmy Gourley au Blue Note de Paris, en première partie du saxophoniste Dexter Gordon. Ce dernier le conseillera adroitement, comme envers un collégien, avant de partir en Suède et au Danemark. Il travaillera aussi avec Georges Arvanitas, Luc Plouton, Bob Revel, Manu Dibango, Johnny Griffin...

Il forme ensuite un groupe pour accompagner Manu Dibango avec des jazzmen et rockers comme Dominique Di-Piazza (Victoire de la Musique), Marcel Sabiani, Vincent Martin, ou Jimmy Castelli. Il suit les routes ensuite avec Roger Guérin en quintet bebop, un ami jazzman français au passé et talent immenses, ayant tourné dans l'orchestre de Quincy Jones, accompagné Franck Sinatra, et trompettiste (titre 'Armstrong')de Claude Nougaro. Roger Guérin signera quelques arrangements des chansons de James, parmi celles encore inédites. James arrange ses titres mais comment ne pas confier à quelques titres une touche personnelle au merveilleux trompettiste qui va s'installer dans les années 2.000 aux Saintes Maries de la Mer. Deux ou trois touches inattendues sont aussi passées par Claude Bolling par courrier ("c'est bien ton truc, et je t'ai noté une ou deux harmonies plus précises, à plus"). L'époque fin 20eme siècle est superbe pour James qui espère avec des références comme ici, décider les medias pour co-distribuer, voire décider une firme ce qui serait faire des cadeaux, mais serait bénéfique, puisque tout est déja enrégistré à ses frais. C'est même Pierre Delanoë qui lui déclare "excellent travail des textes" par une lettre inattendue au moment où celui-ci sort le disque chanté de ses propres titres.

C'est avec Roger Guérin (chevalier des Arts et Lettres), André Paquinet , Ivan Jullien, Claude Bolling, Pascal Thouvenin, Dominique Vernes, Jean-Michel Defaye (arrangeur de Léo Ferré), Jean-Michel Boris (ex Directeur de l'Olympia), entre beaucoup d'autres, que se reformera à Najac dans l'Aveyron en 2006, le fameux Big Band de l'Olympia de Paris. Dans la propriété de Jacques Gay, fils du trompettiste disparu, et petit fils du professeur de clarinette de Lyon, un festival appelé Jazzaparc sera filmé par Jacques Beynet, et les scènes ou le son seront montés par James Darlays dans un film de 1H40 réalisé tant bien que mal, du fait de la non venue des équipes de France3 pourtant attendues. Divers rushes on été recherchés entre tous. On a dit des techniciens absents de France3 qu'ils étaient perdus en campagne, sans carte routière, ou s'étant trompés de ville voire perdus en mer? Les jazzmen sont dans l'humour tous les jours...La dernière prestation publique du trompettiste Maurice André, venu en invité d'honneur, s'y déroula, accompagné dans ses titres classique par les jazzmen que ce dernier connait bien, car cotoyés en studios parisiens, ou anciens de ses élèves. C'est à Jazzaparc que commencèrent les entretiens entre artistes sur les Droits d'Auteurs pour le Web, découlants des abonnement Adsl pays par pays , et toujours en attente des années après le projet mis noir sur blanc, d'être mis en route par les pouvoirs publics.

Les chansons composées de James, et les standards repris au saxo, sont d'autre part enrégistrés et produits en petites quantités en phonogrammes sous l'appellation EMM (Editions musicales Méditerranée - label personnel) en attente d'une collaboration avec une major ou un media. Seuls quelques privilégiés et les radios ou télévisions reçoivent les produits, en attente d'un soutien de grande marque et de medias ouvrant les portes et oreilles du public plus que les passages isolés en radios, le principal étant fait : l'enrégistrement en studio ou en live de cinquante titres sur cent prévus. Les titres paroles et musiques sont des chansons dynamiques, par exemple 'Vive le Jazz', 'Comme aux Premiers temps', 'Les Chansons d'Amour', 'Les lettres Intimes', 'The Good Night', 'Par où j'commence?', et tendent vers la centaine, entourés de swing et de dizaines de standards glamours connus, parfois chantés, ou interprétés seulement au sax-tenor avec des arrangements soignés comme dans 'My way' , 'How deep is your love' ,ou 'A night in Tunisia', respectivement de Claude François, The Bee gees, et Dizzy Gillespie. Un livre est écrit en 2015, comparant les époques du showbiz entre maintenant après les années deux mille, et la camaraderie immense du temps de son père entre Marseille Lyon et Paris, livre appelé "JO" , en mémoire de JO Darlays, très connu et actif au 20ème siècle. Une multitude d'anecdotes sur ce livre décrivent les deux époques, aucun cadeau n'y est fait au milieu parisien,actuellement vivant sur lui-même et excluant le talent qui vient du jazz mondial, un second volume se doit de suivre...

En 2018, James Darlays super meneur issu des réalisations du Big Band de l'Olympia (remonté en 2006 par Roger Guérin), n'obtient pas semble t-il l'aval des quelques membres de l'AJON (Asso jazz pour Orchestre Nl)pour présenter son projet qui lui tient à coeur. Ce projet comporte la direction de l'ONJ par James Darlays pour dynamiser la médiatisation de l'Orchestre National de jazz. James s'est allié aux meilleurs, aux arrangeurs Jacques Palhies, Pascal Miconnet, Pascal Thouvenin, des talents confirmés, plus trois chanteuses, quinze jeunes (hommes et femmes) aux pupitres, et deux 'anciens' du jazz français ayant travaillé chez Quincy Jones. Le chanteur de l'ensemble étant Benjamin Legrand (fils de Michel Legrand et 'cerise sur le gâteau'), le tout prévu pour succéder, selon les règlements, en 2019 au groupe du guitariste Olivier Benoît qui officie depuis 2015. La raison pour favoriser la création dans un art complexe l'emportera t elle ? Si le free-jazz-contemporain-attitré à l 'ONJ est encore choisi et financé grace aux subventions à l'AJON et Roger Fontanel , nous penserons que rien n'est fait pour préparer les années du centenaire musical français de 1925, et qu'en France, le talent et la bonne musique a peu d'espoir de pénétrer mieux les oreilles des jeunes et de leurs familles !


Liens externes

Article publié sur Wikimonde Plus.