Jacques Roubaud

Jacques Roubaud
Jacques Roubaud-Salon du Livre 2010 (1).jpg
Crédit image :
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Jacques Roubaud en 2008.
Fonction
Président
Centre international de poésie Marseille
-
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Père
Lucien Roubaud ()
Mère
Conjoints
Sylvia Roubaud ()
Alix Cléo Roubaud
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinctions

Jacques Roubaud, né le à Caluire-et-Cuire (Rhône), est un poète, écrivain et mathématicien français.

Membre de l'Oulipo[1], il a développé une œuvre abondante, qui comprend des ouvrages de prose, de poésie, des écrits autobiographiques et des essais. Il s'est également intéressé à l'utilisation des mathématiques et de l'informatique pour l'écriture à contraintes oulipienne.

Jacques Roubaud a reçu plusieurs prix littéraires couronnant l'ensemble de son œuvre, notamment le grand prix national de la poésie (1990) et le grand prix de littérature Paul-Morand de l'Académie française (2008)[2].

Biographie

Fils de Lucien et Suzanne Roubaud, Jacques Roubaud a une sœur et deux frères, dont Jean-René, qui s'est suicidé en 1961, à 22 ans. Il passe son enfance à Carcassonne puis à Paris après la Seconde Guerre mondiale ; il se dit un élève moyen[3]. Reconnu très tôt par Louis Aragon, il publie un premier recueil de poésies en 1944 sous le titre Poésies juvéniles, puis un second en 1952, intitulé Voyage du soir.

Véritablement fasciné par les formes fixes des poèmes comme le sonnet (il dit en avoir lu plus de cent cinquante mille), le renga et la sextine (L'Oulipo qualifie de « n-ine » ou encore « quenine » les généralisations de la sextine à des nombres autres que 6[4]), il apprend depuis tout jeune des milliers de vers et des centaines de poèmes par cœur[5]. En 1961, il se consacre exclusivement à la composition de sonnets, entamant dès lors une démarche expérimentale dans la plupart de ses travaux littéraires. La série des « pseudo-romans » autour du personnage de « la Belle Hortense », de même que ses nombreux livres de poèmes pour enfants, ou la majeure partie de ses contes, pour enfants ou adultes, ne relèvent cependant pas à proprement parler, ou seulement à la marge, de cette démarche.

Étudiant en hypokhâgne, l'expérience ne lui plaît pas. Il y met fin à la suite d'un commentaire d'un poème des Chimères de Gérard de Nerval. Il dit détester les concours et les examens. Vouant une grande admiration à l'œuvre du groupe Bourbaki, aux études de lettres il préfère les mathématiques, qu'il enseigne à partir de 1958, « pour des raisons utilitaires[6] », comme assistant délégué puis maître assistant à l'université de Rennes.

À Rennes, il rencontre le mathématicien Jean Bénabou (cousin de l'oulipien Marcel Bénabou), avec qui il se lie d'amitié et qui apparaît dans plusieurs de ses textes poétiques[7]. Ensemble, ils démontrent un théorème important de théorie des catégories, qui porte leur nom[8],[9]. Il est professeur de mathématiques à l'université Paris-Nanterre[10] de 1970 à 1991[11],[12]. En 1990, il publie ses travaux destinés initialement à une thèse non soutenue[13] : « La forme du sonnet français de Marot à Malherbe. Recherche de seconde rhétorique »[14],[15].

Les mathématiques ont une grande influence sur son activité littéraire, poétique (comme dans ) ou de fiction (voir la série des Hortense[16] basée sur la sextine - 6 volumes prévus dont 3 publiés). Il serait l'auteur d'un passage d'inspiration mathématique de La Disparition, de Georges Perec, qui cite notamment Jean Bénabou sous les traits du « cousin d'Ibn Abbou »[17].

En décembre 1965, il fait partie des six poètes pour lesquels Louis Aragon organise une soirée baptisée « Six poètes et une musique de maintenant » au théâtre Récamier, à Paris[18].

En 1966, Jacques Roubaud devient membre de l'Ouvroir de littérature potentielle (Oulipo), pour lequel il est coopté par Raymond Queneau. Il devient l'inventeur de nombreuses contraintes telles que le « baobab » et le « haïku oulipien généralisé ». Il est le cofondateur, avec Paul Braffort, de l'Atelier de littérature assistée par les mathématiques et les ordinateurs (Alamo) en 1981[19].

En 1968, il est, avec Jean-Pierre Faye et Maurice Roche, le co-fondateur de la revue Change, qui accueillera des textes d'oulipiens. Auparavant, il avait fourni de nombreuses contributions à la revue Action poétique. En 1969, il est à l'origine de la création du Cercle Polivanov, qui publiera les Cahiers de poétique comparée[20].

Jacques Roubaud obtient le prix France Culture en 1986. En 1989, il publie Le Grand Incendie de Londres, début d'un cycle en prose qu'il appelle son « projet ».

Jacques Roubaud a été directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) jusqu'en 2001. Il a travaillé en collaboration avec de nombreux artistes, notamment Micaëla Henich, Christian Boltanski et le compositeur français François Sarhan, pour lequel il écrit la Grande Kyrielle du sentiment des choses en 2002.

Il a présidé le Centre international de poésie Marseille de 1992 à 1997.

En mai 2021, il reçoit le prix Goncourt de la poésie pour l'ensemble de son œuvre[21].

Analyse de l'œuvre

Jacques Roubaud revendique plusieurs influences à travers ses nombreux et divers centres d'intérêt : littérature médiévale, en particulier l'énorme corpus de la matière de Bretagne, en français et en anglais[22] ; poésie des troubadours, dont il est sans doute un des plus grands connaisseurs en France (reprise par exemple de la forme extrêmement complexe de la sextine dans Quelque chose noir) ; poésie japonaise ancienne ; prose japonaise ancienne (le Genji Monogatari) ; jeu de go (il a publié un traité sur ce sujet en collaboration avec Pierre Lusson et Georges Perec) ; ou encore littérature de langue anglaise : écrivains britanniques, notamment Lewis Carroll et Trollope, poètes britanniques jusqu'à la fin du XIXe siècle, parmi lesquels Gerard Manley Hopkins ; poètes américains du XXe siècle.

Il est ainsi réputé pour ses nombreuses traductions, dont il a rassemblé une partie dans un volume intitulé Traduire, journal, où ne figure aucun des poèmes en version originale : il estime que le poème cible est une œuvre à part entière, distincte du poème-source et autonome. Pourtant, son anthologie de la poésie des troubadours parue chez Seghers comporte les œuvres originales en langue d'oc.

Il a déclaré :

« Un poème est un objet artistique de langue à quatre dimensions : pour la page (c’est-à-dire pour l’œil), pour l’oreille (ce que nous entendons), pour la voix (ce que nous prononçons) et pour une vision intérieure[23],[24]. »

Les Principes de Roubaud

Il est l'auteur de deux principes oulipiens qui portent maintenant son nom :

  • « Un texte écrit suivant une contrainte parle de cette contrainte. »
  • « Un texte écrit suivant une contrainte mathématisable contient les conséquences de la contrainte mathématique qu'elle illustre[25]. »

Bibliographie sélective

Poésie

  • ∈ poèmes, Gallimard, Paris, 1967
  • La forme d'une ville change plus vite, hélas, que le cœur des humains. Cent cinquante poèmes (1991-1998), Gallimard, Paris, 1999
  • Churchill 40 et autres sonnets de voyage, Gallimard, Paris, 2004
  • Quelque chose noir, recueil de poèmes, Gallimard, Paris, 1986 Ce recueil a été inscrit au programme d'admission de l'École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud[26] en 2007-2008.
  • Poésie, etcetera, ménage, Stock, Paris, 1995
  • La Fenêtre veuve. Prose orale, Théâtre Typographique[27], Courbevoie, 1996Ode à la ligne 29 des autobus parisiens, Attila, 2012 (ISBN 978-2-917084-58-8)[28]
  • Je suis un crabe ponctuel. Anthologie personnelle (1967-2014), Gallimard, Paris, 2016 (ISBN 978-2-910227-95-1).

Prose

  • Trilogie d'Hortense[29] (3 volumes publiés sur 6 prévus)
    • La Belle Hortense, Ramsay, Paris, 1985 (rééd. Seuil, coll. « Points »)
    • L'Enlèvement d'Hortense, Ramsay, Paris, 1987 (rééd. Seuil, coll. « Points »)
    • L'Exil d'Hortense, Seghers (coll. « Mots »), Paris, 1990 (rééd. Seuil, coll. « Points »)
  • Le Grand incendie de Londres[30]
    • Le Grand Incendie de Londres. Récit avec incises et bifurcations, Seuil, Paris, 1989
    • La Boucle, Seuil, Paris, 1993
    • Mathématique :, Seuil, Paris, 1997
    • La Bibliothèque de Warburg. Version mixte, Seuil (coll. « Fiction & Cie »), Paris, 2002 (branche 5 du Projet)
    • Impératif catégorique[31]. Récit, Seuil (coll. « Fiction & Cie »), Paris, 2008
    • La Dissolution. Récit, Nous, Paris, 2008
      Le Grand Incendie de Londres, réédition des 5 premières branches du Projet en un seul volume, Seuil (coll. « Fiction & Cie »), Paris, 2009.
  • L'Abominable Tisonnier de John McTaggart Ellis McTaggart, et autres vies plus ou moins brèves, Seuil, Paris, 1997
  • Ma Vie avec le docteur Lacan, L'Attente, 2004

Essais

  • La Fleur inverse. Essai sur l'art formel des troubadours, Ramsay, Paris, 1986
  • Quel avenir pour la mémoire ?, avec Maurice Bernard, Gallimard, coll. « Découvertes Gallimard / Littératures » (no 349), Paris, 1998
  • La Vieillesse d'Alexandre. Essai sur quelques états récents du vers français, F. Maspero, Paris, 1978 (rééd. éditions Ivrea, 2000)
  • Lire, écrire ou comment je suis devenu collectionneur de bibliothèques, Presses de l'Enssib, 2012 (ISBN 978-2-910227-95-1) ; également disponible en ligne
  • Poétique. Remarques. Poésie, mémoire, nombre, temps, rythme, contrainte, forme, etc., Seuil, coll. « La Librairie du XXIe siècle », Paris, 2016 (ISBN 978-2-02-129549-8)[32]

Conte

  • La Princesse Hoppy ou le Conte du Labrador, Hatier (coll. « Fées et gestes »), Paris, 1990 (rééd. Absalon, Nancy, 2008)

Écrits autobiographiques

  • Autobiographie, chapitre dix. Poèmes avec des moments de repos en prose, Gallimard, Paris, 1977
  • Peut-être ou la Nuit de dimanche (Brouillon de prose), Seuil, coll. « La Librairie du XXIe siècle », Paris, 2018 (ISBN 978-2-02-138823-7)[33],[34]

Bibliothèque oulipienne

Préfaces

Traductions

  • Lewis Carroll, La Chasse au Snark
  • Charles Reznikoff, Testimony
  • « Yhwh convoque » et « Dans le désert » (avec Marie Borel et Jean l'Hour), « Livre de Joël » (avec Jean l'Hour), « Paroles de Qohélet » et « Esther (grec) » (avec Marie Borel et Jean l'Hour), dans La Bible, Paris, Barard, 2001
  • Traduire, journal, éditions NOUS, Paris, 2000 (ISBN 2-913549-03-9)

En collaboration

Thèses

  • « Morphismes rationnels et algébriques dans les types d'A-algèbres discrètes à une dimension », thèse de doctorat, université de Rennes, 1967, Publications de l'Institut de statistique de l'université de Paris, vol. XVII, no 4, 1968, p. 1-77
  • « La Forme du sonnet français de Marot à Malherbe. Recherche de seconde rhétorique », thèse de doctorat d'État, université de Paris IV-Sorbonne, 1990

Bibliographie critique

Prix et distinctions

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

  1. Jacques Roubaud sur oulipo.net.
  2. Grand prix de littérature Paul-Morand, Académie française, consulté le 26 décembre 2019.
  3. Autobiographie chapitre X, p. ?
  4. Voir l'article sur les sextines.
  5. Le Grand Incendie de Londres, p. ?
  6. Nicolas Bergeron, « Quelques vies plus ou moins brèves de Jacques Roubaud », sur Images des mathématiques, .
  7. Jacques Roubaud, « Esquisse d’un portrait de Jean Bénabou, catégoricien », sur Images des mathématiques, CNRS, (consulté le ).
  8. Jean Bénabou et Jacques Roubaud, « Monades et descente », Comptes-rendus de l'Académie des sciences, vol. 270,‎ , p. 96-98 (lire en ligne Accès libre).
  9. (en) « Bénabou-Roubaud theorem », sur nLab (consulté le ).
  10. Notice d’autorité de la Bibliothèque nationale de France.
  11. Jacques Roubaud, Mathématique :, Seuil, 1997 (aperçu sur Google Livres).
  12. Jacques Roubaud, « Les phrases ne sont pas des vers », sur Libération, .
  13. Jean-Charles Monferran, « Le sonnet français, "machine à penser" ou "poème stationnaire" ? Étude de l'agencement rimique du sizain autour de 1550 », L'information grammaticale, vol. 75, no 1,‎ , p. 29–32 (DOI 10.3406/igram.1997.2900, lire en ligne, consulté le ).
  14. « La forme du sonnet français de Marot à Malherbe : recherche de seconde rhétorique / Jacques Roubaud », sur sudoc.fr (consulté le ).
  15. Une Anthologie en sera également publiée la même année chez P.O.L sous le titre Soleil du soleil : Le sonnet français de Marot à Malherbe (ISBN 2-86744-175-7).
  16. Alain Schaffner, « Le romanesque dans la trilogie d’Hortense de Jacques Roubaud », revue temps zéro, no 8.
  17. Marc Parayre, « Traces directes ou indirectes de Jacques Roubaud dans La Disparition de Georges Perec », sur Les Cahiers Jacques Roubaud, (consulté le ).
  18. Carré d'Art, Jean-Pierre Thiollet, Anagramme éditions, 2008, p. 77.
  19. Les premières réalisations de l'ALAMO sont présentés dans la revue Action poétique, no 95.
  20. Camille Bloomfield, Raconter l'Oulipo, Honoré Champion, (ISBN 978-2-7453-3598-2), p. 299-318
  21. a et b Valérie Oddos, « Emilienne Malfatto prix Goncourt du premier roman pour Que sur toi se lamente le Tigre », AFP-France TV Info, 4 mai 2021.
  22. Baptiste Franceschini, L'oulipien translateur : la bibliothèque médiévale de Jacques Roubaud (thèse de doctorat en Littérature française, francophone et comparée - Université Bordeaux 3 et Université de Montréal), (lire en ligne Accès libre).
  23. Françoise SIRI, « Je suis un crabe ponctuel », La Croix,‎ (lire en ligne).
  24. Nathalie Crom, « Jacques Roubaud : “Je construis des livres qui ont une organisation interne réfléchie” », sur telerama.fr, (consulté le ).
  25. Oulipo, Atlas de littérature potentielle, Idées/Gallimard, 1981, p. 90.
  26. Programme du concours 2008 sur le site de l'ENS-LSH..
  27. Voir sur thty.fr.
  28. Thierry Clermont, « Ôde à la ligne 29 des autobus parisiens, la magie de Paris », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  29. « Le romanesque dans la trilogie d?Hortense de Jacques Roubaud - temps z?ro », sur tempszero.contemporain.info (consulté le )
  30. Jean-Baptiste HARANG, « Maître Roubaud », sur Libération (consulté le )
  31. (fr) Présentation d'Impératif catégorique sur le site de la revue Culture a confine.
  32. « Jacques Roubaud : « La poésie dit ce qu’elle dit en le disant » », sur humanite.fr, (consulté le ).
  33. Eric Loret, « Jacques Roubaud, autobiografiction », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  34. Christine Marcandier, « Jacques Roubaud : « Qu’est-ce que cela peut être, une autobiographie ? » (Le grand entretien) », sur https://diacritik.com, (consulté le ).
  35. Voir sur editionsducanoe.fr.
  36. Arrêté du 9 juillet 2014 portant nomination et promotion dans l'ordre des Arts et des Lettres