Jacques Neveu

Jacques Neveu
Description de cette image, également commentée ci-après
Jacques Neveu en 1970.
Naissance
Décès (à 83 ans)
Nationalité Drapeau : Belgique Belge
Domaines Mathématicien
Institutions École polytechnique
Directeur de thèse Robert Fortet
Étudiants en thèse Jean-Michel Bismut
Jean Jacod
Ivar Ekeland
Nicole El Karoui
Pierre Priouret
Daniel Revuz

Jacques Neveu est un probabiliste belge, né le et mort le . Il est un des pères fondateurs de l'école française de probabilités et statistique[1].

Carrière

Historique

Jacques Neveu effectue sa thèse de doctorat sous la direction de Robert Fortet en 1955. Elle s'intitule : Étude des semi-groupes de Markoff[2].

En 1960, Jacques Neveu est, avec Robert Fortet, l'un des deux premiers membres du LPMA. Il en prend la direction en 1980[3] jusqu'en 1989 où Jean Jacod prend le relais.

En 1962, il est chargé de cours au Collège de France. En 1967 il est lauréat du prix Francœur.

Dans les années 1970, il est professeur à l'École polytechnique[4].

En 1976, il donne un cours à l'école d'été de Saint-Flour.

De 1969 à 1987, Jacques Neveu encadre 19 étudiants en thèse dont Nicole El Karoui ou Pierre Priouret par exemple[2].

En 1991, il fonde le groupe MAS de la SMAI[1] qui lui consacre une journée de commémoration en 2010.

Recherche

Jacques Neveu est un des pères fondateurs de la théorie moderne des probabilités.

Ses travaux sur les processus de Galton-Watson et les arbres de Galton-Watson sont souvent cités par les auteurs du domaine. Son formalisme des arbres est notamment repris à son nom : la notation de Neveu.

Jacques Neveu a également été un fin pédagogue.

Commémoration

Plusieurs mathématiciens ont rendu hommage à Jacques Neveu pour son influence sur la théorie moderne des probabilités[5].

En l'honneur de Jacques Neveu, un prix est décerné par le groupe MAS de la SMAI à de nouveaux docteurs français en probabilité ou statistique[6].

Prix Jacques Neveu

Les lauréats sont[6] :

  • 2008 : Pierre Nolin ;
  • 2009 : Amandine Véber ;
  • 2010 : Sébastien Bubeck et Kilian Raschel ;
  • 2011 : Nicolas Curien ;
  • 2012 : Pierre Jacob et Quentin Berger ;
  • 2013 : Adrien Kassel ;
  • 2014 : Emilie Kaufmann et Julien Reygner ;
  • 2015 : Erwan Scornet;
  • 2016 : Anna Ben-Hamou;
  • 2017 : Aran Raoufi;
  • 2018 : Elsa Cazelles.

Bibliographie

  • Bases mathématiques du calcul des probabilités, Masson, 1964.
  • Martingales à temps discret, Masson, 1972
  • Théorie de la mesure et intégration, cours de l'École polytechnique, 1983
  • « Arbres et processus de Galton-Watson », Annales de l'IHP, 1986

Références

  1. a et b « Prix de thèse Jacques Neveu du groupe thématique SMAI-MAS », sur smai.emath.fr, (consulté en date de dernière consultation à indiquer après contrôle).
  2. a et b (en) « Jacques Neveu », sur le site du Mathematics Genealogy Project.
  3. « Le LPMA fête ses 50 ans », sur sciencesmaths-paris.fr, Fondation sciences mathématiques de Paris, (consulté en date de dernière consultation à indiquer après contrôle).
  4. Jacques Neveu, Paul-André Meyer, Laurent Schwartz, Daniel Dugué, Benoît Mandelbrot, Jean Ullmo et Robert Dautray, « Témoignages sur Paul Lévy », sur annales.org des, Annales des Mines (consulté le 7 novembre 2018).
  5. « Hommage à P.A. Meyer et J. Neveu », sur smf4.emath.fr, Société de mathématique de France, (consulté en date de dernière consultation à indiquer après contrôle).
  6. a et b « Prix de thèse Jacques Neveu », sur smai.emath.fr (consulté en date de dernière consultation à indiquer après contrôle).

Liens externes