Ivo Mbah

Ivo Mbah
Décès
Teke, Kumba (Cameroun)
Mort au combat
Origine Camerounais
Allégeance Flag of the Federal Republic of Southern Cameroons.svg Ambazonie
Grade Général
Années de service 2017 – 2018
Conflits Crise anglophone au Cameroun

Ivo Mbah (mort le ) est un séparatiste ambazonien qui a combattu lors de la crise anglophone au Cameroun. Signalé comme l'un des premiers séparatistes à partir en guerre contre les autorités camerounaises, il a lutté pendant plus d'un an avant d'être tué au combat avec les forces armées camerounaises[1].

Biographie

Ivo Mbah est originaire de la région du Nord-Ouest du Cameroun et a d'abord était un chauffeur de moto-taxi[2].

Recruté par un homme dont le nom de guerre était « Général Divine »[3], Ivo Mbah a été l'un des premiers membres des Ambazonia Defence Forces (ADF)[4] et était populaire parmi ses confrères séparatistes[5]. Ses partisans auraient cru qu'il possédait des « pouvoirs mystiques », et Mbah a operé avec ces croyances, déclarant dans des vidéos de propagande qu'« aucun homme né d'une femme ne pouvait le tuer. » Selon l'armée camerounaise, il commandait plus de 30 camps des ADF dans toutes les régions anglophones du Cameroun en 2018[4].

Mort

Dans la matinée du , Ivo s'est rendu à Teke, une localité de Kumba, pour être présent lors du mariage de son chauffeur. Selon l'armée camerounaise, sa présence a été divulguée à l'armée camerounaise, et les forces spéciales du Bataillon d'intervention rapide (BIR) se sont déplacées pour l'assassiner. Habillés en civil, les soldats sont entrés dans l'intention de le capturer vivant, mais une fusillade a éclatée lorsque des séparatistes ont reconnu les soldats. Ivo s'est réfugié dans un bâtiment, où les soldats l'ont poursuivi. Après un combat intense qui a impliqué un combat rapproché, le général a été tué. Quelques minutes après sa mort, des photos et des vidéos de son cadavre ont été publiées sur les réseaux sociaux. D'autres sources ont déclaré que Mbah avait été tué par un groupe de vigiles locaux anti-séparatiste[4] ou par un groupe séparatiste rivale.

Conséquence et héritage

L'assassinat d'Ivo a été un succès important pour l'armée camerounaise, et un coup au moral des séparatistes. Cependant, l'assassinat n'a pas été un succès complet pour le gouvernement camerounais ; le plan était de capturer Ivo vivant et de l'utiliser pour la collecte de renseignements. Au lieu de cela, il est mort sans donner la moindre information. L'assassinat a également eu un effet néfaste sur le plan du programme de désarmement et de réinsertion récemment mis en place.

Plusieurs leaders séparatistes ont écrit des hommages à Ivo Mbah. Lucas Ayaba Cho l'a décrit comme « le meilleur et le plus courageux que l'Ambazonie pouvait espérer. » Samuel Ikome Sako, président par intérim du gouvernement intérimaire de l'Ambazonie, a écrit qu'il admirait personnellement Ivo pour sa bravoure, et que sa mort était une grande perte pour la « nation »[5],[6].

En mai 2022, les ADF ont enlevé la sénatrice Elizabeth Regina Mundi du RDPC. Les ADF ont proposé de l'échanger contre 75 prisonniers politiques et ont menacé de l'exécuter si l'État camerounais ne se conformait pas à cette proposition. Les ADF ont également déclaré qu'ils pourraient échanger son cadavre contre celui d'Ivo Mbah[7].

Notes et références

  1. « Cameroon: 'Ambazonia General' killed in Kumba », sur Journal du Cameroun, (consulté le )
  2. « Crise anglophone au Cameroun : le jour où le bruit et la fureur se sont abattus sur Kumba – Jeune Afrique », sur JeuneAfrique.com (consulté le )
  3. « Cameroon:'Ambazonia General' killed by peers in SW Region », sur Journal du Cameroun, (consulté le )
  4. a b et c « Cameroon says armed separatist commander among 4 killed in troubled Anglophone zone - Xinhua | English.news.cn », sur www.xinhuanet.com (consulté le )
  5. a et b (en-US) « Armed Struggle In NW, SW: ADF’s General Ivo Murdered, In-house Fighting Intensifies », sur Cameroon News Agency (consulté le )
  6. (en-US) « Opinion: Ambazonia ‘Acting President’ Says General Ivo Died A Hero », sur Cameroon News Agency (consulté le )
  7. (en-US) « Until our comrades are released, Regina Mundi will never be free and even her dead body will be traded for that of Gen. Mbah Ivo- Ayaba Cho Lucas », sur Cameroon News Agency (consulté le )