Institut universitaire de technologie Clermont-Auvergne

(Redirigé depuis Institut universitaire de technologie Clermont Auvergne)
Institut universitaire de technologie Clermont-Auvergne
IUT Clermont Auvergne
Description de l'image Logo IUT Clermont Auvergne.png.

Histoire et statut
Fondation
Type Institut universitaire de technologie
Administration
Académie Clermont-Ferrand
Université Université Clermont Auvergne
Directeur Éric Agbessi
Études
Population scolaire 4 000 (2020)
Localisation
Pays Drapeau de la France France

L'institut universitaire de technologie Clermont Auvergne est un IUT interne à l'Université Clermont Auvergne.

Historique

À l'origine, deux IUT voient le jour, l'Institut universitaire de Clermont-Ferrand, créé en 1967[1] et l'Institut universitaire de technologie de Montluçon créé en 1968 (qui deviendra l'IUT d'Allier)[2].

Le , l'IUT de Clermont-Ferrand et l'IUT d'Allier fusionnent pour donner naissance Ă  l'IUT Clermont-Auvergne.

Antennes

L'IUT Clermont Auvergne est réparti sur six sites, implantés dans les quatre départements de l'Auvergne. Le principal site de l'IUT est implanté sur le campus des Cézeaux à Aubière, siège de la direction de l’institut universitaire. Le site d'Aurillac se situe sur les hauteurs de la ville, à l'entrée de la route des Crêtes, non loin du château Saint-Étienne qui abrite le Muséum des Volcans. On y retrouve notamment les départements de génie biologique, et Gestion des entreprises et des administrations (GEA). Le site du Puy-en-Velay, située proche du musée Crozatier, dispose d'un département de chimie et de quelques formations dans le domaine du numérique. Le site de Vichy se situe proche du pavillon de la source des Célestins, possède une formation en journalisme et d'une formation liée aux métiers du multimédia. Si les campus de Moulins et de Montluçon disposent d'une formation en technico-commerciale, le site de Montluçon possède quant à lui des formations plus industrielles.

Formations proposées

L'IUT Clermont Auvergne propose 20 bachelors universitaires de technologie et 21 licences professionnelles.

Secteur tertiaire

Licences professionnelles :

  • Clermont-Ferrand
    • MĂ©tiers de la gestion et de la comptabilité : comptabilitĂ© et paie
  • Aurillac
    • MĂ©tiers de la gestion et de la comptabilité : rĂ©vision comptable
    • MĂ©tiers de la GRH : formation, compĂ©tences et emploi

Secteur Scientifique

Le département Biologie propose les BUT suivants :

Le département Biologie propose en outre les licences professionnelles suivantes :

  • site de Clermont-Ferrand
    • Bio-industries et biotechnologies
    • Biologie analytique et expĂ©rimentale
  • le site d'Aurillac
    • Agronomie
    • Industries agroalimentaires : gestion, production et valorisation

Informatique, Réseaux & Multimédia

BUT proposés :

Licences professionnelles :

  • Clermont-Ferrand
    • Administration et sĂ©curitĂ© des rĂ©seaux
    • DĂ©veloppement d'applications Intranet/Internet
    • GĂ©nie logiciel, dĂ©veloppement d'applications pour plateformes mobiles
  • Le Puy-en-Velay
    • Image et son
    • MultimĂ©dia

IUT Réseaux et Télécommunications

La formation en Réseaux et Télécommunications est dispensée depuis 1996 à l'IUT de Clermont-Ferrand. Dès sa création, de nombreux étudiants furent intéressés, pour compter finalement 150 élèves toutes promotions confondues pendant l'année 2008-2009.

Bâtiment R&T/Info IUT Aubière
Bâtiment R&T/Info IUT Aubière

Souvent comparée au DUT Informatique, la formation qu'offre le DUT Réseaux et Télécommunications est plus diverse et intègre un panel plus large de matières : l'architecture des réseaux d'entreprise, l'électronique mais aussi les transmissions sont dispensées. L'étudiant en Réseaux et Télécommunications à l'IUT de Clermont-Ferrand est amené à manipuler du matériel de marques qu'il rencontrera dans sa vie professionnelle (telles que Cisco ou Alcatel), à travailler en équipe et développer son autonomie. En somme, la formation suivie permet à l'étudiant d'acquérir des réflexes qui lui seront utiles tout au long de sa carrière future. Mais le DUT Réseaux et Télécommunications, ce n’est pas uniquement des matières spécialisées. Les étudiants ont aussi des matières générales, comme les mathématiques, l’anglais ou bien la communication. Ces matières tiennent une part non négligeable de l’enseignement, et sont un plus pour l’insertion professionnelle. En effet, dans ce domaine professionnel, le vocabulaire anglais est souvent prédominant, et il n’est pas rare de devoir diriger ou surveiller une équipe. L’autonomie et le travail de groupe enseignés aux élèves durant la formation (notamment par des présentations orales et de nombreux travaux pratiques) se retrouvent dès lors mis en pratique.

Le caractère professionnalisant du DUT Réseaux et Télécommunications est en outre apporté par le biais d'un stage de 12 semaines durant la seconde année. De nombreux étudiants clermontois ont d'ailleurs l'occasion de l'effectuer à Aberdeen, en Écosse, ville jumelée avec Clermont-Ferrand.

Après seulement deux années d’étude, le diplôme est décerné à une quarantaine d’élèves, dont la plupart poursuivront vers une licence (professionnelle ou non) ou intégreront une école d’ingénieurs pour poursuivre leur cursus jusqu’à Bac +5. Il est d’ailleurs bon de noter que l’école Polytech est située à quelques mètres en face des bâtiments de l’IUT. Cependant, les étudiants souhaitant intégrer directement la vie professionnelle ne sont pas en reste, le département affichant de très bons chiffres quant à celle-ci.

Tous les ans, l'IUT organise une journée portes ouvertes; c'est une bonne occasion de visiter les locaux, voir le matériel disponible et surtout avoir un aperçu de l'ambiance générale ainsi que du contenu des cours.

Sciences de l'ingénieur

BUT proposés :

Licences professionnelles :

  • Clermont-Ferrand
    • Sciences de la mesure et du contrĂ´le (SiMCo)
    • Systèmes industriels automatisĂ©s et maintenance

Notes et références

  1. ↑ « Enseignement supérieur. L'IUT Clermont a cinquante ans », sur La Montagne, publié le 20/11/2017 (consulté le )
  2. ↑ Michel Mercier, Montluçon, ville universitaire (1968-1998), Montluçon, Bulletin des Amis de Montluçon, n°50,