Institut de formation politique

Institut de formation politique
Logo de l'Institut de Formation Politique.png
Histoire
Fondation
Cadre
Domaine d'activité
Généraliste
Siège social
Pays
Organisation
Membres
1200 revendiqués en 2017
Fondateur
Alexandre Pesey ()
Direction
Alexandre Pesey ()
Personnes clés
Alexandre Pesey, cofondateur, directeur, directeur de la publication
Jean Martinez, cofondateur
Thomas Millon, cofondateur
Idéologie
Publication
Les Notes de l'IFP
Site web
www.ifpfrance.org

L'Institut de formation politique (IFP) est un organisme de formation libéral-conservateur créé en 2004 par Alexandre Pesey (directeur), Jean Martinez et Thomas Millon. Il dispense des formations dans tous les domaines de la vie politique et revendique en 2017 avoir formé 1200 auditeurs lors de ses séminaires[4].

Histoire

L'IFP est né en février 2004[1] de la rencontre de trois étudiants : Alexandre Pesey, qui dirige l'institut depuis sa fondation en 2004 ; Jean Martinez, avocat et Thomas Millon, chef d'entreprise. Tous les trois partagent alors le constat que les jeunes opposés à la doxa dominante ne disposent d'aucun organisme de formation ni d'aucun réseau d'organisation. D’où l'idée de créer une structure qui « offre aux jeunes des différentes sensibilités de la droite française un approfondissement des fondements intellectuels de leur famille de pensée et qui leur apprend à mieux les promouvoir »[5]. Bernard Zimmern, cofondateur de Contribuables associés, aide les trois jeunes hommes à monter leur projet, sous forme d'une association, en leur ouvrant ses réseaux[3].

L'IFP est indépendant[5] de tout parti politique.

En 2011, l'IFP crée le prix « Razel de la Toile », destiné à récompenser les étudiants qui agissent au moyen d'Internet. Le prix est attribué la première année au site Contrepoints[6]. En 2013 c'est le portail libéral-conservateur Nouvelles de France qui l'a emporté[3].

En décembre 2012, l'IFP lance le « Cercle droit et politique ». Une vingtaine de juristes « attachés aux principes de liberté et de responsabilité et à leur héritage culturel » viennent animer un premier séminaire, où l'IFP souhaite que se rencontrent ses membres travaillant « dans le droit ou dans des institutions comme l’Assemblée nationale »[7].

Et en 2018, l'IFP lance « l'institut libre de journalisme[8]».

L'IFP revendiquait 400 participants à ses séminaires depuis sa création en 2011[1], 600 en 2013[3], 725 en 2014[9], 850 en 2015[4] et 1200 en 2017.

Fondateurs

Alexandre Pesey est diplômé en droit, science politique (Université Paris II-Assas) et gestion (EM Lyon)[10]. Il a été élu dans les différents conseils de l’Université Paris II (CA, CEVU, École doctorale). En 2000, il a passé un an aux États-Unis : journaliste à CNN, il étudie de près le fonctionnement des groupes de pression conservateurs dont il s'inspirera pour fonder la Bourse Tocqueville en 2003. À son retour, il a travaillé comme journaliste à BFM TV et France 3. Pendant quatre années, il a enseigné le droit et la science politique à l'Université Panthéon-Assas avant de fonder l'IFP en 2004[11].

Jean Martinez est avocat. Il est diplômé de la Faculté de Droit d’Aix-en-Provence, de la Sorbonne et de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris. Il a été élu étudiant et responsable d'associations. Jean Martinez est l'un des organisateurs de la manifestation qui a rassemblé 87 000 personnes à Paris, le 15 juin 2003, contre le blocage dans les transports publics et pour les réformes[12]. Jean Martinez est vice-président de l’IFP depuis la fondation de l’Institut. Il a également co-fondé le Cercle Droit et Liberté[13].

Après avoir accompli des études de droit et un Master à l'ESSEC, Thomas Millon fut engagé à Lyon III dans la vie associative étudiante. En 2002, il crée une association portant essentiellement sur la formation et l’action militante, du nom de DUEL[10]. Il est le fils de Charles Millon et Chantal Delsol[14].

Formations dispensées

L'IFP dispense des formations dans tous les domaines de la vie politique, avec une attention particulière portée aux domaines économique et sociétal[3].

Les séminaires

Le week-end, l'IFP propose des séminaires à des jeunes de 16 à 30 ans, sélectionnés en fonction de leurs engagements et leurs motivations : niveau 1 (initiation)[3], niveau 2 (approfondissement) et niveau 3 (perfectionnement). Chaque séminaire est organisé autour d'un enseignement théorique, d'exercices pratiques et de modules d'action[15]. Chaque participant à un séminaire de l'IFP devient un « auditeur » et a la possibilité de participer aux événements organisés par l'IFP.

La formation fondamentale

Une offre de formation à distance est également offerte :

  1. Formation en « anthropologie politique », animée par le philosophe Thibaud Collin[16],[17],
  2. Formation sur l'histoire de France, enseignée par Philippe Conrad historien et rédacteur en Chef de La Nouvelle Revue d'histoire[18].
  3. Formation en économie dispensée par Guillaume Vuillemey, maître de conférences à Sciences Po.
  4. Formation sur la Révolution française proposée par Philippe Pichot-Bravard, docteur en droit.

Les Lundis de l'IFP

Une fois par mois, les jeunes formés à l’IFP se réunissent pour une soirée de travail autour d’une personnalité publique[3].

La soirée Grands Témoins

La pertinence de cette section est remise en cause. Considérez son contenu avec précaution. ou discutez-en. (octobre 2017)

Les soirées « Grands Témoins » réunissent les auditeurs de l’IFP autour d’une personnalité de renom pour un moment d’échanges privilégiés.

  1. Éric Zemmour [19]
  2. Philippe de Villiers
  3. Patrick Buisson

Orientation politique

L'IFP est décrit comme libéral-conservateur par le journal Le Monde[3] et l'hebdomadaire La Vie[20]. Le directeur de l'institut, Alexandre Pesey, affirme que « la tendance est libérale et conservatrice, mais tous les courants de la droite sont les bienvenus »[15]. Selon L'Express, « les membres de l'IFP s'éparpillent d'eux-mêmes dans le monde politique et la société civile »[21]. Selon Valeurs actuelles, l'IFP « prépare la relève à droite »[22] et d'après La Vie, il est « une pépinière pour libéraux conservateurs et catholiques identitaires » qui « accueille toutes les chapelles de droite »[20].

L'IFP a vu ses effectifs augmenter fortement lors de la mobilisation contre le mariage homosexuel en France, et il compte notamment parmi ses intervenants Béatrice Bourges, Ludovine de La Rochère et Jean-Marie Le Méné[23]. Chez ses auditeurs, on retrouve également certains cadres de La Manif pour tous ou du Printemps français, eux-mêmes parfois liés au syndicat étudiant l'Union nationale inter-universitaire (UNI)[3],[15].

Le journal Le Monde[3] relève la présence de certains intervenants comme Maxime Tandonnet, proche de Patrick Buisson et ancien conseiller immigration à l'Élysée, Jean-Yves Le Gallou et Yvan Blot, cofondateurs du Club de l'horloge et anciens députés européens du FN. Certains intervenants de l'IFP proviennent également des milieux catholiques traditionalistes, et notamment d'ICHTUS[3]. Des intervenants viennent aussi des courants libéraux comme Charles Gave, économiste et président du think-tank Institut des Libertés, ou Gaspard Koenig, vice-président du Parti Libéral Démocrate[4].

Prix Razel de la Toile

En 2010, Claude Razel, ancien dirigeant du groupe industriel Razel-Bec et donateur de l'Institut, a proposé la création d’un Prix annuel de 1 000  pour récompenser l’auditeur de l’IFP ayant réalisé « la meilleure campagne (...) pour diffuser très largement ses convictions »[6]. Le prix Razel de la Toile[3] souligne une contribution exceptionnelle à la structuration et au développement du mouvement conservateur français en matière de communication politique et de communication numérique. Le "pure player" libéral Contrepoints a été récompensé de ce prix en 2011, ainsi que le portail conservateur Nouvelles de France en 2012[3].

Notes et références

  1. a b et c Fabrice Madouas, « Politique : ils préparent la relève à droite », sur Valeurs actuelles.com, (consulté le 20 mars 2014).
  2. « Mentions légales », sur IFP France.org (consulté le 20 mars 2014).
  3. a b c d e f g h i j k l et m Samuel Laurent, « A l'école française des "libéraux-conservateurs" », sur Le Monde.fr, (consulté le 20 mars 2014).
  4. a b et c « alexandre-pesey-il-faut-liberer-lesprit-dinitiative-de-la-nouvelle-generation »
  5. a et b Jean Baptiste d'Albaret, « À droite, la relève est en marche », Politique Magazine, no 104,‎ , p. 18
  6. a et b http://www.contrepoints.org/2011/06/20/31063-contrepoints-gagnant-du-prix-claude-razel
  7. Éric Martin, « Quand les juristes s’organisent pour mieux agir en politique », sur Nouvelles de France, (consulté le 20 mars 2014).
  8. « Institut Libre de Journalisme », sur Institut de Formation Politique (consulté le 9 avril 2019)
  9. Eric Martin, « L'Institut de Formation Politique fête son dixième anniversaire », Nouvelles de France,‎ (lire en ligne)
  10. a et b « Les fondateurs de l'IFP »
  11. « Charles-Henri d'Andigné, « Combattant culturel », Famille chrétienne »
  12. « Manifestation du 15 juin 2003 »
  13. « Fondateurs de Cercle Droit et Liberté »
  14. « https://www.lexpress.fr/actualite/politique/lr/cette-avant-garde-des-republicains-qui-n-exclut-pas-l-alliance-avec-le-fn_1732210.html »
  15. a b et c Charles des Portes, « L'école des fans… de l'UMP ? », sur Marianne.net, (consulté le 20 mars 2014).
  16. Éric Martin, « L’IFP lance une « formation fondamentale » à l’anthropologie politique avec Thibaud Collin », sur Nouvelles de France, (consulté le 20 mars 2014).
  17. https://www.lexpress.fr/actualite/politique/fn/l-ifp-l-ecole-modele-de-marion-marechal-le-pen_1998181.html.
  18. Eric Martin, « "L’IFP va lancer une nouvelle formation à destination de ceux qui veulent se présenter dans leur commune en 2014" », Nouvelles de France,‎ (lire en ligne)
  19. Éric Martin, « Eric Zemmour ovationné par les jeunes de l’IFP », sur Nouvelles de France, .
  20. a et b « L'IFP, pépinière pour libéraux-conservateurs et cathos identitaires - Politique - La Vie », sur www.lavie.fr (consulté le 4 janvier 2017)
  21. Tugdual Denis, « Le plan secret de l'ultra-droite », L'Express,‎ (lire en ligne)
  22. Fabrice Madouas, « Politique : ils préparent la relève à droite », Valeurs Actuelles,‎
  23. Tugdual Denis, Claire Chartier, Manon Gauthier-Faure, Agnès Laurent, « Le plan secret de l'ultra-droite », sur L'Express.fr, (consulté le 20 mars 2014).

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Site officiel