Institut d'études politiques de Strasbourg

Institut d'études politiques de Strasbourg
Sciences Po Strasbourg
Logo Sciences-Po-Strasbourg.png
Bandeau batiment.jpg
Le Cardo, bâtiment de Sciences Po Strasbourg
Histoire
Fondation
Statut
Type
Forme juridique
Nom officiel
Institut d'Etudes Politiques de Strasbourg
Régime linguistique
Fondateur
Président
Directeur
Jean-Philippe Heurtin
Devise
Excellence et démocratisation
Membre de
Site web
Chiffres-clés
Étudiants
1500 (dont 300 étudiants internationaux)
Enseignants
320
Enseignants-chercheurs
60
Localisation
Pays
Campus
Ville
Localisation sur la carte de Strasbourg
voir sur la carte de Strasbourg
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

L'Institut d’études politiques de Strasbourg, également dénommé Sciences Po Strasbourg , est une grande école publique membre du Réseau Sciences Po. Créé par l'ordonnance no 45-2283[1] du 9 octobre 1945, dans la foulée de l’École nationale d'administration (France), Sciences Po Strasbourg est le plus ancien institut d’études politiques de région.

D'abord institut interne de l'Université Robert Schumann (Strasbourg III), puis de l'Université de Strasbourg, ou Unistra (depuis 2009), c’est l’un des dix Instituts d’études politiques de France. Sciences Po Strasbourg est une filière d’excellence à vocation européenne et internationale, qui sélectionne des bacheliers et des étudiants pour les mener vers des carrières de hauts fonctionnaires ou de cadres supérieurs dans les secteurs privé et public.

Depuis le , Jean-Philippe Heurtin est le directeur de Sciences Po Strasbourg[2]. Le président de son conseil d'administration est Dominique Bur depuis le [3].

Histoire et renommée

L’IEP a été créé par décret[4] le (en même temps que l'IEP de Paris) sous le nom d’Institut d’études politiques de l’Université de Strasbourg. Il prend son nom actuel en application du décret du [5], et est ainsi le plus ancien IEP de région[6].

En 2009, Sciences Po Strasbourg est classé 2e IEP derrière celui de Paris dans le classement SMBG des Meilleures Formations Post-Bac et Post-Prépa[7]. Dans la catégorie « grandes écoles de commerce », il est classé 13e de France pour le choix des DRH selon le classement 2009 du magazine Le Nouvel Économiste[8].

En , l'Institut d'études politiques fusionne avec l'Institut des hautes études européennes (IHEE), dont la vocation était de faire de l'Europe un sujet de recherche. Désormais hébergé par l'IEP, l'IHEE est devenu le Centre des Hautes Études Européennes[9].

Le , Sciences Po Strasbourg et l'École nationale d'administration ont signé un partenariat privilégié sur la préparation des candidats aux concours d’entrée à l’ÉNA. Les préparationnaires du concours externe d’entrée à l’ENA profitent ainsi de la richesse du centre de documentation de l’École pour préparer au mieux le concours et peuvent assister aux événements organisés au sein de l’École. De leur côté, les élèves de l’ENA en cours de scolarité participent en tant que membres de jurys fictifs à la préparation des candidats de l’IEP[10].

En février 2021, Sciences Po Strasbourg est classé 2e IEP derrière celui de Paris dans le classement des meilleures formations préparant à la haute fonction publique européenne. L'École se positionne à la 3e place au niveau national (après l'Institut d'études politiques de Paris et l'École nationale d'administration (ÉNA)) et à la 20e place au niveau européen[11].

Locaux

D'abord hébergé dans le palais universitaire de Strasbourg, l'IEP de Strasbourg s'installe en 1988 au 47 avenue de la Forêt-Noire, au sein de l'Ensemble Saint-Georges (accueillant également l'IPAG de Strasbourg), dans les locaux de l'ancienne faculté de pharmacie (déplacée sur le Campus d'Illkirch).

En 2010, la construction de nouveaux locaux est envisagée, car le bâtiment, initialement prévu pour 800 étudiants, est trop exigu pour contenir les effectifs actuels[12]. La construction d'un nouveau bâtiment commence alors sur le site de l'Hôpital civil, en . En , le chantier est arrêté en raison de fissures apparentes sur certains murs[13]: La livraison du nouveau bâtiment, prévue initialement pour , est repoussée à mars 2020. Le nouveau bâtiment, accueillant l'Institut de préparation à l'administration générale[14] (IPAG Strasbourg) le Pôle d'administration publique de Strasbourg (PAPS) et le Pôle de compétence en propriété intellectuelle (PCPI) reçoit la dénomination de Cardo[15].

Admission

Depuis 2008, les six Instituts d'études politiques d'Aix-en-Provence, Lyon, Lille, Rennes, Strasbourg et Toulouse organisent un concours d'entrée commun d'accès en première année ouvert aux terminales et aux bacheliers de l'année précédente[16]. L'IEP de Saint-Germain-en-Laye a rejoint dès son ouverture en 2014 le réseau du concours commun, lequel se compose de trois épreuves : une dissertation portant sur une question contemporaine, une dissertation d'Histoire, et une épreuve écrite de langue vivante. En 2008 et les années suivantes, environ 1 100 places, réparties entre les six IEP, dont environ 150 pour l'IEP de Strasbourg, étaient proposées aux 9 000 candidats[17], les lauréats étant ventilés en fonction de leurs choix préférentiels et de leur rang de classement.

Les lycéens ayant échoué au concours d'entrée du fait de leurs résultats insuffisants aux épreuves mais ayant obtenu une note supérieure à 17/20 au Bac peuvent présenter leur dossier à Strasbourg dans les jours qui suivent la publication des résultats, et, en cas de validation, être admis en première année du cursus du Diplôme de l'IEP [1].

Il existe également depuis 2014 un concours commun d'entrée en 2e année, comprenant lui aussi trois épreuves écrites : une première dissertation de « question contemporaine », une seconde dans une discipline laissée au choix du candidat (Histoire, Économie, Science politique, Droit constitutionnel), et une épreuve de langue vivante. Il est accessible à toute personne en cours de validation d'une première année d'études supérieures, ou l'ayant déjà validée. Le 7e IEP du réseau, Sciences Po Saint-Germain-en-Laye, n'intégrera le concours commun 2e année qu'en 2017.

À partir de 2020, l'admission aux Instituts d'Études Politiques de province se réalise via la procédure Parcoursup dont les résultats sont conditionnés à la réussite du concours commun. En 2020, en raison de la pandémie de Covid-19 et compte tenu des mesures de confinement prises par le gouvernement, le concours commun des IEP est remplacé par une sélection sur dossier des candidats.

Cursus

Depuis la réforme « LMD », il offre en cinq ans une formation pluridisciplinaire et prépare aux concours administratifs (dont celui de l'ÉNA et de l'INET), au travail dans des organisations internationales ou aux carrières dans l’entreprise. Une année d'études à l’étranger s'inscrit obligatoirement dans le cursus lors de la troisième année.

Premier cycle

En première et deuxième années les étudiants suivent des cours dans les domaines de l'Histoire, du Droit, des sciences économiques, des sciences politiques et des langues.

Les deux semestres de la troisième année sont consacrés à un séjour à l'étranger:

Deuxième cycle (Master)

En quatrième année, les étudiants entrent dans l’une des cinq filières[18] :

  • droit et administration publique ;
  • économie et finance ;
  • étude des relations internationales et du global ;
  • études européennes ;
  • politiques et sociétés.

À l’issue de leur cinquième année, les étudiants obtiennent deux diplômes : d'une part le Diplôme de l'IEP, et d'autre part l'un des diplômes national de Master proposés par l'Institut, au sein duquel ils suivent leur cinquième année. L'ensemble des diplômes de Master proposés par Sciences Po Strasbourg sont également accessibles à des étudiants n'ayant pas suivi le cursus de cinq ans du Diplôme de l'IEP. Ces derniers peuvent également suivre le Master Sciences Politiques et Sociales (SPS).

Filière Droit et administration publique[19]

  • Administration locale et régionale en Europe (ALORE)
  • Carrières et actions publiques (CAP)
  • Management et gestion publics (MGP)
  • Droit de l'économie et de la régulation en Europe (DERE)

Filière Études européennes[19]

  • Politiques européennes et affaires publiques (PEAP)
  • Politiques européennes et franco-germaniques (GER)
  • Sécurité extérieure et sécurité intérieure de l'Union européenne (SESI)

Filière Économie et finance[19]

  • Finance d'entreprise et pratique des marchés financiers (FEPMF)
  • Corporate Strategy and Finance in Europe (CFSE)

Filière Politiques et société[19]

  • Politique et gestion de la culture (PGC)
  • Communication publique et institutionnelle (CPI)
  • Santé, politique, environnement (SEP)
  • Sciences sociales du politique (SSP)

Filière Étude des relations internationales et du global[19]

  • Les frontières : coopérations et conflits (FRONT)
  • Mondialisation et enjeux transnationaux (MOND)
  • Négociations et expertises internationales (NEI)

Doubles diplômes

Des doubles diplômes sont par ailleurs proposés avec le Glendon College (Université York à Toronto au Canada), l'Université libre de Berlin (Allemagne), l'Université européenne ViadrinaFrancfort-sur-l'Oder en Allemagne) et l'Université Jagellonne de Cracovie (Pologne), l'Université libre de Bruxelles (Belgique) et l'Université CharlesPrague en République tchèque).

Laboratoires et groupes de recherche

L’Unité mixte de recherche (UMR) « Dynamiques européennes » est née en d’un rapprochement entre le laboratoire « Cultures et Sociétés en Europe » et le FARE (« Frontières, Acteurs et Représentations de l’Europe »). Il s’agit d’une équipe labellisée par le CNRS et l’Université de Strasbourg qui a une dimension interdisciplinaire marquée, portée conjointement par des sociologues, des historiens, des ethnologues, des politistes et des géographes.

L'UMR « Société, Acteurs, Gouvernement en Europe » (SAGE) est issu d'une fusion, au , entre le Groupe de Sociologie Politique Européenne et trois autres équipes de recherche de l’Université de Strasbourg.

Le Laboratoire de Recherche en Gestion et Économie (LaRGE) est créé en 1997 par le rapprochement de deux laboratoires créés en 1990, respectivement au sein de l'université Strasbourg I et de l'université Strasbourg III[20]. Il est le laboratoire d’accueil de l’ensemble des Masters de finance de l’Université de Strasbourg.

L'IEP de Strasbourg est également partie prenante dans la fédération de recherche « L’Europe en mutation », issu du souhait partagé par huit unités de recherche, lors de la création de l’université de Strasbourg en 2009 et avec le soutien du CNRS, de porter vers l’excellence les recherches relevant de la thématique de l’Europe dans son évolution : Union européenne, Conseil de l’Europe ou États qui composent ces ensembles régionaux.

Vie étudiante et associative

L'IEP de Strasbourg cultive l'engagement des étudiants au sein des nombreuses associations étudiantes (26 associations en plus du Bureau Inter-Associatif en 2018-2019), qui rythment la vie de l'institut par l'organisation de nombreux événements : l’intégration des nouveaux étudiants à la rentrée, un gala en décembre, une comédie musicale en avril, la Semaine des arts en avril, le Critérium inter-IEP en mars, et la Désinté après les examens fin mai[21].

Directeurs

Enseignants

Anciens élèves

Écrivains et scénaristes

Haut-fonctionnaires

Hommes et femmes d'affaires

Sportifs de haut niveau

Journalistes

Personnalités politiques

Politologues

Universitaires

Noms de promotion

Chaque promotion choisit son nom par vote. Jusqu'en 2014, le nom de la promotion était décidé avant la remise des diplômes de 5e année. Depuis 2015, le nom de promotion est décidé au cours de la 2e année. La proposition des noms est libre pour les étudiants et étudiantes aux conditions suivantes : le nom proposé doit avoir un caractère sérieux, ne pas être clivant, et être celui d'une personnalité décédée[28]. Le scrutin à un tour est organisé par le Bureau des Élèves et remporté par la proposition la plus populaire.

Identité visuelle

Notes et références

  1. Ordonnance no 45-2283 du 9 octobre 1945 relative à la formation, au recrutement et au statut de certaines catégories de fonctionnaires et instituant une direction de la fonction publique et un conseil permanent de l'administration civile. - Article 1 (lire en ligne)
  2. « Actualité - Sciences Po Strasbourg - Institut d'études politiques - Université de Strasbourg », sur www.sciencespo-strasbourg.fr (consulté le )
  3. Un nouveau président pour Sciences Po Strasbourg - Journal des Grandes Écoles - 22 mai 2014
  4. Décret no 45–2287 du 9 octobre 1945 portant création de l’institut d'études politiques de l’université de Strasbourg, publié au Journal officiel de la République française du 10 octobre 1945, p. 6383
  5. Décret no 69-56 du 18 janvier 1969 relatif aux instituts d’études politiques d’Aix, de Bordeaux, de Grenoble, de Lyon, de Strasbourg et de Toulouse (abrogé)
  6. (fr) « Histoire de l'IEP Strasbourg » sur le site officiel de l'Institut d’études politiques de Strasbourg, consulté le 7 avril 2009
  7. « Classement des Meilleurs IEP », sur meilleures-grandes-ecoles.com (consulté le )
  8. « Classement 2009 des ESC - Choix des DRH - Nouvel Economiste » (consulté le )
  9. http://ihee.unistra.fr/fileadmin/upload/DUN/IHEE/Fichiers/Rapprochement_IEP/Rapprochement_IEP.pdf
  10. Actimage, « Signature d’une convention-cadre entre l’ENA, l’Université de Strasbourg et Sciences Po Strasbourg », sur ENA (consulté le )
  11. (en-US) « How to join the EU bubble — Brussels careers by the numbers », sur POLITICO, (consulté le )
  12. Camille Stromboni, « Sciences po Strasbourg selon son directeur, Sylvain Schirmann », sur letudiant.fr,
  13. « Présentation du nouveau bâtiment de l'IEP de Strasbourg », sur Site internet de l'IEP de Strasbourg (consulté le )
  14. « VIDEO. Strasbourg: Le nouveau Sciences po sur le site de l'Hôpital civil se dévoile » (consulté le )
  15. « Rentrée 2019, un nouveau bâtiment pour Sciences Po Strasbourg ! - Sciences Po Strasbourg - Institut d'études politiques - Université de Strasbourg », sur www.iep-strasbourg.fr (consulté le )
  16. (fr) [PDF] « Communiqué de presse : un seul concours pour six instituts »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?) sur le site internet de l'Institut d'études politiques de Toulouse,
  17. (fr) « Hexa succès... » (mot du Directeur) sur le site officiel de l'Institut d'études politiques de Rennes,
  18. « 4e année - Sciences Po Strasbourg », sur Site de l'Institut d'Études Politiques de Strasbourg (consulté le )
  19. a b c d et e Sciences Po Strasbourg, « Guide des études de second cycle », sur sciencespo-strasbourg.fr (consulté le )
  20. (fr) « Présentation » sur le site officiel du Laboratoire de recherche en gestion & économie, consulté le 5 août 2009
  21. (fr) « Passation de pouvoir au BDE de l'IEP » sur le site officiel de l'Association fédérative générale des étudiants de Strasbourg,
  22. « Gilbert Knaub », sur hceres.fr (consulté le )
  23. a et b « 1980-2000 », sur Sciences Po Strasbourg (consulté le )
  24. « 2000-2015 », sur Sciences Po Strasbourg (consulté le )
  25. « Le directeur de Sciences Po Strasbourg démissionne », sur Rue89 Strasbourg (consulté le )
  26. « Un nouveau directeur pour Sciences Po Strasbourg », sur Sciences Po Strasbourg (consulté le )
  27. « Monsieur Jean-Philippe Heurtin, élu Directeur de Sciences Po Strasbourg », sur Sciences Po Strasbourg (consulté le )
  28. Stéphanie Robert, « Actualités - Simone Veil, un choix de nom démocratique », sur unistra.fr, (consulté le )
  29. Hadrien Mathoux, « Le nom de Samuel Paty écarté pour baptiser une promo de Sciences Po Strasbourg », sur www.marianne.net, 2021-03-21utc08:00:00+0000 (consulté le )

Annexes

Articles connexes

Liens externes