Indrois

l'Indrois
Illustration
L'Indrois à Villeloin-Coulangé, en 2010.
Caractéristiques
Longueur 60,75 km [1]
Bassin 480 km2
Bassin collecteur Bassin de la Loire
Débit moyen 2,29 m3/s (Genillé)
Régime Pluvial
Cours
Source source
· Localisation Villegouin
· Altitude 185 m
· Coordonnées 46° 59′ 55″ N, 1° 21′ 10″ E
Confluence Indre
· Localisation Azay-sur-Indre
· Altitude 61 m
· Coordonnées 47° 12′ 37″ N, 0° 56′ 47″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Frillère et Aubigny
· Rive droite Tourmente et Olivet
Pays traversés Drapeau de la France France
Départements Indre, Indre-et-Loire
Arrondissements Châteauroux, Loches
Cantons Écueillé, Montrésor, Loches
Régions traversées Centre
Principales localités Loché-sur-Indrois, Villeloin-Coulangé, Genillé et Chédigny

Sources : SANDRE:« K74-0300 », Géoportail, Banque Hydro

L'Indrois est un cours d'eau français, qui coule dans les départements de l'Indre et d'Indre-et-Loire, en région Centre-Val de Loire.

C'est un affluent de l'Indre, donc un sous-affluent de la Loire.

Géographie

Cours

Le cours d'eau à une longueur de 60,75 km[1].

Il prend sa source dans le département de l'Indre, à 185 m d'altitude, sur le territoire de la commune de Villegouin[2], puis s'écoule vers le nord-ouest[1].

Son confluent avec l'Indre, se situe dans le département d'Indre-et-Loire, à 61 m d'altitude, sur le territoire de la commune d'Azay-sur-Indre[3],[1].

Départements et communes traversés

La rivière traverse douze communes situés dans les départements d'Indre-et-Loire et de l'Indre[1],[Note 1].

Indre (36)

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Indre-et-Loire (37)

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Hydrographie

Les bassins hydrographiques sont découpés dans le référentiel national BD Carthage en éléments de plus en plus fins, emboîtés selon quatre niveaux : régions hydrographiques, secteurs, sous-secteurs et zones hydrographiques[4].

L'Indrois traverse les six[1] zones hydrographiques suivantes :

  • l'Indrois du rau d'Olivet à l'Indre ;
  • l'Indrois de la Tourmente au rau d'Olivet ;
  • l'Indrois de sa source à la Tourmente ;
  • l'Indre de l'Indrois à l'Echandon ;
  • rau d'Olivet & ses affluents ;
  • l'Indre du rau de Boutineau à l'Indrois.

Le bassin versant de l'Indrois s'insère dans les zones hydrographiques « L'Indrois du rau d'Olivet à l'Indre, L'Indrois de la Tourmente au rau d'Olivet et L'Indrois de sa source à la Tourmente », au sein du bassin DCE plus large « La Loire, les cours d'eau côtiers vendéens et bretons »[1].

Échelle du bassin

En France, la gestion de l’eau, soumise à une législation nationale et à des directives européennes, se décline par bassin hydrographique, au nombre de sept en France métropolitaine, échelle cohérente écologiquement et adaptée à une gestion des ressources en eau. L'Indrois est sur le territoire du bassin Loire-Bretagne et l'organisme de gestion à l'échelle du bassin est l'agence de l'eau Loire-Bretagne[5].

Affluents

L'Indrois possède trente six[1] affluents.

Les affluents de l'Indrois
Noms km Noms km Noms km
La Tourmente 20 La Frillière 4 K7404200
L'Olivet 15 K7404600 3 Rouère Hyglas 2
Le Calais 10 K7405650 3 K7419000 2
Le Roche 7 Ruisseau de Marolles 3 K7405700 2
Ruisseau d'Orfeuil 6 K7404300 3 K7407100 2
Ravin de la Planche Singé 6 K7435400 2 K7405580 1
Ruisseau de la Rochette 6 Ruisseau des Chênes 2 K7436400 1
Ruisseau d'Hys 6 La Juberdière 2 K7418100 1
Ruisseau de la Pinottière 5 K7434100 2 K7405560 1
K7436900 4 K7436950 2 K7405600 1
K7436860 4 K7404100 2 K7436300 1
K7439200 4 Ruisseau des Chenais 2 Ruisseau de Pérouzin 1

Rang de Strahler

Son rang de Strahler est de cinq.

Hydrologie

Stations de mesures

Montrésor

Établie à 89 m d'altitude, la station de mesure est située dans la commune de Montrésor (Indre-et-Loire). Elle fut mis en service le à 12h00. C'est une station de type « station à une échelle » et son statut est « station sans signification hydrologique ». Son bassin-versant topographique représente 246 km2. Cette station mesure les hauteurs du cours d'eau uniquement[6].

Genillé

Établie à 76 m d'altitude, la station[Note 2] de mesure est située dans la commune de Genillé (Indre-et-Loire). Elle fut mis en service le à 18h50. C'est une station de type « station à une échelle » et son statut est « station avec signification hydrologique ». Son bassin-versant topographique représente 396 km2. Cette station mesure les hauteurs et les débit du cours d'eau[7].

Le module de la rivière y est de 2,22 m3/s, calculé sur 38 ans, mais les fluctuations saisonnières de débit sont très marquées. Les hautes eaux se déroulent en hiver avec un débit mensuel moyen situé entre 3,44 et 4,65 m3/s, de janvier à mars inclus, avec un maximum en janvier. Dès fin mars, le débit chute progressivement jusqu'aux basses eaux d'été, de juin à octobre ; le débit moyen mensuel peut alors descendre jusqu'à 0,56 m3/s au mois d'août.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : K7433030 - L'Indrois à Genillé - pour un bassin versant de 396 km2
(1977-2015 - données calculées sur 39 ans)
Source : Banque Hydro - MEDDE

Étiage ou basses eaux

Le VCN3 peut chuter jusque 0,18 m3, en cas de période quinquennale sèche, soit 180 litres par seconde, ce qui ne peut être considéré comme sévère, surtout pour un petit cours d'eau.

Crues

Les crues peuvent être fort importantes compte tenu de la taille assez réduite du bassin. Les QIX 2 et QIX 5 valent en effet respectivement 53 et 85 m3. Le QIX 10 est de 110 m3/s, le QIX 20 de 130 m3. Quant au QIX 50, il se monte à 150 m3/s.

Le débit instantané maximal enregistré à Genillé a été de 127 m3/s, le , tandis que la valeur journalière maximale était de 82,1 m3/s le même jour. Si l'on compare la première de ces valeurs à l'échelle des QIX exposée plus haut, on constate que cette crue était à peine d'ordre vicennal, et donc nullement exceptionnelle.

Lame d'eau et débit spécifique

Au total, l'Indrois est une rivière irrégulière et moyennement abondante dans le contexte des rivières de plaine du bassin de la Loire. La lame d'eau écoulée dans son bassin est de 180 millimètres annuellement, ce qui est inférieur à la moyenne d'ensemble de la France tous bassins confondus, mais aussi à la moyenne du bassin de la Loire (plus ou moins 244 millimètres). Le débit spécifique de la rivière (ou Qsp) atteint 5,7 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

État des masses d'eau et objectifs

Pour les cours d’eau, la délimitation des masses d’eau est basée principalement sur la taille du cours d’eau et la notion d’hydro-écorégion. Ces masses d’eau servent ainsi d’unité d’évaluation de l’état des eaux dans le cadre de la directive européenne[8].

L'Indrois fait partie des masses d'eaux codifiée FRGR0354 et FRGR1549 et dénommée « L'Indrois et ses affluents depuis Villeloin-Coulangé jusqu'à la confluence avec l'Indre et L'Indrois et ses affluents depuis la source jusqu'à Villeloin-Coulangé »[Note 3].

Le schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux (Sdage) Loire-Bretagne est un document de planification dans le domaine de l’eau. Il définit, pour une période de six ans les grandes orientations pour une gestion équilibrée de la ressource en eau ainsi que les objectifs de qualité et de quantité des eaux à atteindre dans le bassin Loire-Bretagne. L'état des lieux 2013 défini dans la SDAGE 2016 – 2021 et les objectifs à atteindre pour cette masse d'eau sont les suivants[9],[10],[11] :

Code et libélé
Code masse d'eau Libellé masse d'eau
FRGR0354 L'Indrois et ses affluents depuis Villeloin-Coulangé jusqu'à la confluence avec l'Indre
FRGR1549 L'Indrois et ses affluents depuis la source jusqu'à Villeloin-Coulangé


État écologique 2013 des cours d'eau
Écologique Biologique Physico-chimie générale Polluants spécifiques
FRGR0354 Moyen Moyen Bon état Bon état
FRGR1549 Moyen Moyen Bon état X
Objectifs 2021
Écologique Chimique Global
FRGR0354 Bon état Bon état Bon état
FRGR1549 Bon état Bon état Bon état

Histoire

Le nom de l'Indrois est un dérivé en -iscus (suffixe diminutif) du nom de l'Indre ; il apparaît dans un cartulaire de l'abbaye de Cormery en 850 (Andriscus)[12]. C'est Grégoire de Tours qui, le premier, cite l'Indre au VIe siècle sous le nom de fluvium Angerem dans La Vie des Pères (chap. XVIII)[13]. Ce nom est souvent attribué à une évolution du francique anger (prairie herbeuse) d'après la racine ang- ou angr-[14].

La rivière a donné son hydronyme aux trois communes de Chemillé-sur-Indrois, Loché-sur-Indrois et Saint-Quentin-sur-Indrois.

Aménagements

L'Indrois de la confluence avec la Tourmente jusqu'à la confluence avec l'Indre est classé dans la liste 1[Note 4] au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement sur le Bassin Loire-Bretagne. Du fait de ce classement, aucune autorisation ou concession ne peut être accordée pour la construction de nouveaux ouvrages s'ils constituent un obstacle à la continuité écologique et le renouvellement de la concession ou de l'autorisation des ouvrages existants est subordonné à des prescriptions permettant de maintenir le très bon état écologique des eaux[15].

Activités économiques

Milieu naturel

Le cours d'eau est de deuxième catégorie[16].

Notes et références

Notes

  1. Les départements sont classés par ordre de la source du cours d'eau au confluent, les communes quant à elles sont classées par ordre alphabétique.
  2. Station « Vigicrues » - Territoire Loire-Cher-Indre.
  3. Issu de la Directive cadre européenne sur l’eau (DCE) du , le découpage en masses d’eau permet d'utiliser un référentiel élémentaire unique employé par tous les pays membres de l'Union européenne. Une masse d'eau de surface est une partie distincte et significative des eaux de surface, telles qu'un lac, un réservoir, une rivière, un fleuve ou un canal, une partie de rivière, de fleuve ou de canal, une eau de transition ou une portion d’eaux côtières.
  4. Le classement en liste 1 au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement est réservé aux cours d'eau qui sont en très bon état écologique, ou identifiés par les SDAGE des eaux comme jouant le rôle de réservoir biologique nécessaire au maintien ou à l'atteinte du bon état écologique des cours d'eau d'un bassin versant, ou dans lesquels une protection complète des poissons migrateurs est nécessaire.

Références

  1. a b c d e f g et h Sandre, « Fiche cours d'eau - L'Indrois (K74-0300) » (consulté le 8 mai 2020).
  2. « L'Indrois à Villegouin » sur Géoportail (consulté le 8 mai 2020).
  3. « L'Indrois à Azay-sur-Indre » sur Géoportail (consulté le 8 mai 2020).
  4. « Référentiel Sandre - définition zone hydrographique », sur le site du Sandre (consulté le 11 mai 2020).
  5. « Agence de l'eau Loire-Bretagne », sur le site de l'Agence de l'eau Loire-Bretagne (consulté le 11 mai 2020).
  6. Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - L'Indrois à Montrésor (K7413010) » (consulté le 13 janvier 2020).
  7. Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - L'Indrois à Genillé (K7433030) » (consulté le 13 janvier 2020).
  8. « La Directive-cadre européenne sur l'eau » [PDF], sur le site de la Commission européenne (consulté le 11 mai 2020).
  9. « État 2013 publié en 2015 des masses d’eau du bassin Loire-Bretagne établi en application de la Directive Cadre sur l’Eau : Synthèse » [PDF], sur le site de l'Agence de l'eau Loire-Bretagne (consulté le 11 mai 2020).
  10. « État 2013 publié en 2015 des masses d’eau du bassin Loire-Bretagne établi en application de la Directive Cadre sur l’Eau : Rapport complet » [PDF], sur le site de l'Agence de l'eau Loire-Bretagne (consulté le 11 mai 2020).
  11. « Etat 2013 des cours d'eau : Tableaux », sur le site de l'Agence de l'eau Loire-Bretagne (consulté le 11 mai 2020).
  12. Stéphane Gendron, L'origine des noms de lieux d'Indre-et-Loire : Communes et anciennes paroisses, Chemillé-sur-Indrois, Hugues de Chivré, , 301 p. (ISBN 978-2-916043-45-6), p. 89-90.
  13. (la) Georgius Florentius Gregorius, Ex vitis patrum (lire en ligne), p. 328.
  14. Stéphane Gendron, Les noms de lieux du Centre, Paris, éditions Bonneton, , 232 p. (ISBN 978-2-86253-226-4), p. 37.
  15. Arrêté du 10 juillet 2012, portant sur la liste 1 des cours d'eau, tronçons de cours d'eau ou canaux classés au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement du bassin Loire-Bretagne.
  16. Décret n°58-873 du 16 septembre 1958, déterminant le classement des cours d'eau en deux catégories.

Voir aussi

Articles connexes

Circle-icons-globe.svg

Les coordonnées de cet article :

Ressource relative à la géographie :

Liens externes