Crise de la mer Rouge

(Redirigé depuis Implication des Houthis durant la guerre Israël-Hamas de 2023-2024)
Crise de la mer Rouge
Carte de l’activité des Houthis en Arabie du Sud pendant la crise de la mer Rouge :
  • Territoire yéménite contrôlé par les Houthis (SPC)
  • Territoire yéménite contrôlé par le gouvernement du Yémen (PLC)
  • Attaques des Houthis (en rouge) et détournements de navires (en bleu)
Informations générales
Date Depuis le 19 octobre 2023
(6 mois et 18 jours)
Lieu Israël, mer Rouge, espace aérien de l'Arabie saoudite, de la Jordanie et de l'Égypte
Casus belli Guerre Israël-Hamas
Issue Opération Prosperity Guardian, Opération Poseidon Archer, Opération Aspide
Belligérants
Mouvement Houthi
Drapeau de l'Iran Iran
Drapeau d’Israël Israël

Drapeau de l'Arabie saoudite Arabie saoudite


Opération Prosperity Guardian :
Drapeau des États-Unis États-Unis
Bahreïn
Drapeau du Canada Canada
Drapeau du Danemark Danemark
Drapeau de la Grèce Grèce
Drapeau de la Norvège Norvège
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Royaume-Uni
Seychelles


Drapeau de l’Union européenneOpération Aspides :
Drapeau de la France France
Drapeau de l'Italie Italie
Drapeau de la Grèce Grèce
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau de la Belgique Belgique


Inde

Drapeau du Pakistan Pakistan
Commandants
Abdul-Malik al-Houthi Drapeau d’Israël Benjamin Netanyahou
Drapeau de la Grèce Vasileios Gryparis
Forces en présence
Drapeau des États-Unis

Drapeau du Danemark

  • HDMS Iver Huitfeld

Drapeau des Pays-Bas


Drapeau de la France

Drapeau de l'Italie

Drapeau de la Grèce

Drapeau de l'Allemagne

Drapeau de la Belgique


  • INS Kochi
  • INS Kolkata
  • INS Chennai
  • INS Mormugao
  • INS Visakhapatnam
  • INS Talwar
  • INS Tarkash

Drapeau du Pakistan

  • PNS Shamsheer
  • PNS Aslat
Pertes
3 vedettes rapides, au moins 72 morts Drapeau des États-Unis 3 drones MQ-9 Reaper abattu. 2 Navy Seals disparus, présumés morts

1 navire marchand coulé
Plusieurs navires marchands endommagés
1 navire marchand capturé
3 morts et 6 blessés
6 civils blessés

Guerre Israël-Hamas de 2023

Batailles

La crise de la mer Rouge ou l'implication des Houthis durant la guerre Israël-Hamas depuis 2023 démarre quelques jours après le début du conflit de 2023 entre Israël et le Hamas, quand le mouvement Houthi au Yémen, allié au Hamas, lance des attaques visant Israël. Ils utilisent des missiles et des drones, dont certains sont interceptés par les Forces de défense israéliennes (FDI) au-dessus de la mer Rouge grâce au système de défense antimissile Arrow. D'autres n'atteignent pas leur cible ou sont interceptés par la marine de guerre américaine et l'armée de l'air israélienne.

Les Houthis ciblent en mer Rouge les navires appartenant à des compagnies israéliennes ou commerçant avec ce pays. À la mi-janvier 2024, la crise a entraîné des coûts estimés à 3 milliards de dollars pour l’économie israélienne[1]. Plusieurs navires sont endommagés par des tirs ou capturés (notamment le Galaxy Leader), ce qui conduit certaines compagnies à suspendre leurs voyages via le détroit de Bab-el-Mandeb. Les États-Unis montent une coalition de dix pays contre les attaques des Houthis, tandis que l'Union Européenne lance son opération Aspide. Ces derniers affirment que les attaques se poursuivront jusqu'à ce que Gaza reçoive la nourriture et les médicaments dont elle a besoin[2].

Le 21 mars, l’International bargaining forum classe la mer Rouge et le golfe d’Aden en « zone de guerre »[3].

Parallèlement, et profitant des troubles causés par les Houthis, une résurgence de la piraterie est constatée dans le golfe d'Aden, provenant de Somalie. La première attaque de pirates somaliens depuis 2017, a lieu en décembre 2023, et des attaques et arraisonnages sont régulièrement déjoués, notamment par la marine indienne et la marine des Seychelles[4]. La mission européenne Atalante déplore entre novembre 2023 et février 2024 vingt incidents de piraterie au large de la Somalie[5].

Contexte

Le mouvement Houthi est une organisation militante chiite fondé en 1994 qui, a l'issu de la Guerre civile yéménite, contrôle le nord du Yémen. Elle est soutenue et financée par l'Iran[6], dont elle serait le mandataire dans les guerres régionales[7]. En août 2018, un document de l’ONU révélait que la Corée du Nord a proposé aux Houthis de leur vendre des équipements militaires[8]. Le slogan du mouvement est « Dieu est le plus grand, Mort à l'Amérique, Mort à Israël, Malédiction sur les Juifs, Victoire de l'Islam »[9].

Après le déclenchement de la guerre entre Israël et le Hamas en 2023, des groupes militants du Moyen-Orient, dont les Houthis, expriment leur soutien aux Palestiniens et menacent d'attaquer Israël. Le chef des Houthis, Abdul-Malik al-Houthi, met en garde les États-Unis contre toute intervention, menaçant de riposter avec des drones et des missiles[10].

Déroulement

Première phase : Tirs en direction du sud d'Israël par les Houthis

Du au , les Houthis mènent six attaques en direction d'Israël.

Le , le destroyer de classe Arleigh Burke de la marine américaine, l'USS Carney, abat trois missiles de croisière d'attaque terrestre et plusieurs drones lancés par les Houthis au Yémen en direction d'Israël[10]. Les interceptions ont lieu à l'aide de missiles surface-air RIM-66M[11]. Il s'agit de la première action de l'armée américaine pour défendre Israël depuis le début de la guerre. Il est ensuite rapporté que le navire avait abattu quatre missiles de croisière et quinze drones[12]. Un autre missile aurait été intercepté par l'Arabie saoudite[13].

Le , deux drones sont tirés en direction du nord depuis le sud de la mer Rouge. Selon les responsables de Tsahal, leur cible était Israël, mais ils ne franchissent pas la frontière égyptienne. L'un des deux drones n'a pas atteint son but et a touché un bâtiment adjacent à un hôpital à Taba, en Égypte, blessant six personnes ; l'autre est abattu près d'une centrale électrique à proximité de la ville de Nuweiba, en Égypte[14],[15]. Un responsable houthi publie ensuite un message d'un mot sur Twitter après l'écrasement du drone à Taba, mentionnant la ville israélienne voisine d'Eilat[16].

Le , une alerte est déclenchée à Eilat, Eilot et dans la zone du parc industriel de Shahorit concernant la détection d'un avion hostile en provenance de la mer Rouge. L'avion est intercepté avec succès au-dessus de la mer Rouge. Le système Arrow intercepte un missile balistique et l'armée de l'air intercepte plusieurs missiles de croisière tirés depuis la mer Rouge en direction d'Eilat. Les Houthis assument la responsabilité des tirs[17]. Un missile de croisière est abattu par un avion F-35i Adir[18]. L'abattage du missile par le système Arrow marque la première utilisation de ce système dans la guerre entre Israël et le Hamas[19].

Depuis la fin octobre, l'USS Bataan, un porte aéronef de classe Wasp de l'US Navy est déployé sur zone. La BBC révèle le 12 février 2024 qu'un pilote de Harrier II, de l'escadron VMA-231 des marines, embarqué sur l'USS Bataan a abattu au moins 7 drones Houthis[20].

Le , les FDI interceptent une menace aérienne tirée depuis le Yémen et identifiée au sud d'Eilat[21].

Un drone américain MQ-9 Reaper est abattu au large des côtes du Yémen par les défenses aériennes houthies le  ; le Pentagone avait précédemment affirmé que des drones MQ-9 survolaient Gaza pour collecter des renseignements afin de contribuer aux efforts de récupération des otages[22].

Le , les Houthis tirent de nombreux missiles, dont un en direction de la ville d'Eilat. Ce dernier est intercepté par un missile Arrow[21]. Le lendemain, l'USS Thomas Hudner abat un drone qui se dirigeait vers lui[23].

Deuxième phase : Stratégie de perturbation du commerce maritime en Mer Rouge par les Houthis

Le Galaxy Leader (2006).

Le , le navire allemand Galaxy Leader est détourné[24],[25] par la milice houthie en mer Rouge, avec 25 personnes à bord. Le navire a été abordé à l'aide d'un hélicoptère. L'incident fait suite à une déclaration du porte-parole des Houthis, Yahya Sarea, sur la chaîne Telegram du groupe, déclarant leur intention de prendre pour cible les navires appartenant à des sociétés israéliennes, exploités par celles-ci ou battant pavillon israélien[26]. Selon le propriétaire du navire, celui-ci a ensuite été dirigé vers le port yéménite d'Al-Hodeïda[27].

Yahya Sarea exhorte également les pays à retirer leurs ressortissants des équipages de ces navires. Auparavant, le chef des Houthis, Abdulmalik al-Houthi, avait menacé de nouvelles attaques contre les intérêts israéliens, notamment contre des cibles potentielles en mer Rouge et dans le détroit de Bab al-Mandeb. Son discours met l'accent sur la capacité de ses troupes à surveiller et à cibler les navires israéliens dans ces régions[26].

Le 10 décembre, deux drones provenant de zones du Yémen contrôlées par les Houthis visent la frégate française Languedoc. Celle-ci abat les deux aéronefs avec ses systèmes de missiles antiaériens[28].

Le 12 décembre, le Languedoc abat un autre drone houthi visant le pétrolier norvégien Strinda. Le navire marchand a également été endommagé par un missile antinavire Houthis lors de l'attaque. Il a été ensuite escorté par un navire de guerre américain, l'USS Mason[29].

Le 16 décembre, c'est le destroyer britannique HMS Diamond qui abat un drone houthi visant la marine marchande en mer rouge[30]. L'USS Carney abat également 14 drones lancés depuis des zones du Yémen contrôlées par les Houthis[31].

Le 18 décembre, les navires de commerces Swan Atlantic et le MSC Clara sont visés et endommagés par des attaques houthies à l'aide d'hydravions.

De nombreux armateurs annoncent suspendre tout transit via la Mer Rouge, comme le pétrolier BP, l'armateur français CMA-CGM, le taïwanais Evergreen, le Danois Maersk, l'Allemand Hapag-Lloyd et l'Italo-suisse MSC[32],[33].

Opération Gardien de la prospérité

Le 19 décembre 2023, le ministre américain de la Défense, Lloyd Austin, annonce une opération appelé l'Opération Prosperity Guardian avec plusieurs pays pour faire arrêter les attaques des Houthis contre les bateaux dans la Mer Rouge et sécuriser le trafic maritime mondial. Les États-Unis, le Royaume-Uni, Bahreïn, le Canada, les Pays-Bas, la Norvège et les Seychelles participent à cette opération[33].

Le 23 décembre, un chimiquier, le MV Chem Pluto, est touché par un drone kamikaze au large de l'Inde. Un incendie est rapidement maitrisé sans faire de blessé. La marine indienne se porte à son secours. Selon le Pentagone, l'attaque de drone viendrait de l'Iran. Le même jour, en Mer Rouge, le pétrolier MV Saibaba est touché par un drone et le MV Blaamanen est visé. L'USS Laboon, un destroyer de l'US Navy de classe Arleigh Burke abat quatre drones houthis le visant[34].

Le 26 décembre, l'armée américaine annonce que leurs forces en Mer Rouge, à savoir l'USS Laboon ainsi que des avions F-18 super Hornet du porte avion USS Dwight D. Eisenhower, ont abattu « douze drones d'attaque, trois missiles balistiques antinavires et deux missiles de croisière » lancé par les Houthis[35].

Le 31 décembre, un porte conteneur du groupe danois MV Maersk Hangzhou est attaqué en mer Rouge. Des navires de la marine américaine se portent à son secours, abattant deux missiles balistiques houthis. Le navire est attaqué une seconde fois par quatre embarcations légères houthies, qui échangent des coups de feu avec l'équipe de sécurité du navire. Des hélicoptères du groupe aéronaval de l'USS Dwight D. Eisenhower viennent alors porter assistance au navire, mais sont pris pour cible à leur tour. Ils ripostent alors et coulent trois vedettes rapides houthies tuant dix miliciens[36].

Le 9 janvier 2024, les forces navales de la coalition déjouent ce qu'elle qualifie d'attaque Houthis complexe la plus importante depuis le début du conflit en Mer Rouge. Les rebelles Houthis on tiré 18 drones ainsi que 3 missiles qui ont été intercepté par le destroyer britannique HMS Diamond, les destroyers américaines USS Gravely, USS Laboon et USS Mason ainsi que par des F-18 embarqués sur le porte avion USS Dwight D. Eisenhower[37],[38].

Début janvier 2024, le Pakistan a déployé plusieurs navires, dont le PNS Shamsheer et le PNS Aslat, des frégates lance missiles de classe Zulfiquar, afin d'assurer la sécurité maritime, sans se joindre à l'opération Gardien de la Prospérité[39],[40]. Tout comme son voisin indien, qui a déployé une dizaine de vaisseaux dans le golf d'Aden afin de lutter contre la piraterie et les attaques Houthis[41].

Le , les Houthis tire un missile balistique antinavire en direction des routes maritimes du golfe d'Aden mais le projectile atterrit dans l'eau et ne cause aucun dommage humain ou matériel[42].

Le 11 janvier également, lors d'une opération au large de la Somalie, les commandos américains des Navy Seals saisissent sur un boutre à destination du Yémen des pièces d'armement avancés iraniens, pouvant servir à la confection de missiles. Mais lors de l'opération 2 militaires sont perdus en mer à cause de la forte houle. Après 10 jours de recherches intensives, les 2 disparus sont présumés décédés[43],[44].

Frappes américano-britanniques contre les Houthis : opération Poseidon Archer

Dans la nuit du 11 au 12 janvier, les forces américaines et britanniques, avec le soutien de l'Australie, du Canada, des Pays-Bas et de Bahreïn, mènent une campagne d'une centaine de frappes contre 16 positions Houthis au Yémen. Ces frappes sont réalisés par les forces aéronavales du porte-avion USS Dwight D. Eisenhower, (F-18, EA-18G Growler, E-2 Hawkeye), des tirs de missiles Tomahawk depuis des destroyers américains et par le sous-marin nucléaire lanceur de missiles de croisière USS Florida ainsi que par 4 chasseurs britanniques Eurofighter Typhoon ayant décollé de Chypre. Ces bombardements ont visé des sites militaires dans plusieurs villes contrôlées par les Houthis, dont des radars, des infrastructures de drones et de missiles ainsi que des dépôts de munitions et on fait 5 morts et 6 blessés parmi la milice yéménite[45],[46].

Le lendemain, le 13 janvier, l'USS Carney procède à de nouvelles frappes à l'aides de missiles Tomahawk, sur la capitale yéménite Sanaa[47].

Le 14 janvier, les Houthis tirent un missile de croisière antinavire vers le destroyer américain USS Laboon. Le projectile est abattu par un avion de chasse américain sans faire de blessé[48].

Dans la nuit du 17 au 18 janvier, les forces américaines procèdent pour la quatrième fois à des frappes sur le Yémen. Celles-ci visent 14 positions Houthis, notamment des sites de lancement de missiles[49]. Le lendemain, la marine américaine mène des frappes qu'elle qualifie de "défensives" contre 3 sites de lancements houthis prêts à faire feu[50].

Dans la nuit du 22 au 23 janvier, les forces américaines et britanniques mènent de nouveau des frappes aériennes et à l'aide de missiles Tomahawk contre 8 sites militaires houthis (sites de stockage, sites de lancements et radars)[51].

Dans la nuit du 26 au 27 janvier le pétrolier Marlin Luanda est touché par un missile houthis. Très vite un important incendie se déclare à bord en raison des hydrocarbures très inflammable transportés. La frégate française de premier rang L’Alsace, le destroyer américain USS Carney et la frégate indienne Visakhapatnam ont porté assistance au navire en dépêchant leurs équipes anti-incendie permettant de maitriser le brasier après 20h de lutte[52].

Le 27 janvier, destroyer britannique HMS Diamond a abattu un drone suicide Houthis le visant, et le 30 janvier, le destroyer américain USS Gravely a abattu un missile de croisière antinavire Houthis le visant également[53],[54].

Le 31 janvier, c'est l'USS Carney qui abat un missile balistique antinavire Houthis le visant. Moins d'une heure après, le destroyer cible et détruit 3 drones iraniens au-dessus de la Mer Rouge. Plus tard dans la soirée, les forces américaines bombardent 10 drones prêts au lancement et un poste de commandement Houthis au Yémen[55].

Le 1er février, les forces américaines abattent un drone houthis au-dessus de la Mer Rouge, ainsi qu'un drone de surface naval[56].

Le 2 février, l'USS Carney abat un drone Houthis, puis les forces américaines procèdent à des frappes contre 4 drones prêts à être lancés. Enfin dans la soirée, l'USS Laboon ainsi que des F-18 du porte avion USS Dwight D. Eisenhower détruisent 7 drones au-dessus de la Mer Rouge[57].

Le 3 février, les forces américaines mènent des frappes contre 6 missiles de croisières antinavires Houthis prêts au lancement. Dans la soirée les forces américaines et britanniques, avec le soutien de plusieurs autres états, lancent une nouvelle compagne de bombardements contre 13 sites Houthis. Tout comme le 11 janvier, elle se fait aux moyens de tirs de missiles Tomahawk depuis les navires en Mer Rouge, de bombardements depuis les F-18 du groupe aéronaval de l'USS Eisenhower, ainsi que depuis des Eurofighter Typhoon britanniques venus depuis Chypre. Ces frappes visent 36 cibles dont des installations de stockage souterrains, des systèmes de commandement et de contrôle, des systèmes de missiles, des sites de stockage et d’opérations de drones, ainsi que des radars et des hélicoptères[58],[59]. Selon des sources yéménites les frappes auraient tués 40 combattants houthis, principalement à Sanaa et Hodeidah[60].

Du 4 au 18 février, ce sont 37 missiles de croisière, 3 drones aériens, 11 drones de surfaces navals et 1 drone sous-marin houthis qui sont détruits au sol, prêts à être lancé, par des frappes quasi quotidiennes des forces américaines[61],[62],[63],[64],[65],[66],[67],[68],[69],[70]. Le 10 février les houthis affirment avoir perdu 17 combattants dans ces frappes[71].

Selon les rebelles Houthis, ces derniers auraient abattu le 19 février un drone américain MQ-9 près du port d’Hodeïda, les américains confirment la perte d'un drone dans la zone[72]. Un peu plus tard les forces américaines détruisent un lanceur sol-air Houthis, puis détruisent au sol un drone kamikaze prêt à être lancé. Dans la nuit du 19 au 20 février, des avions et des navires de guerres américains détruisent 10 autres drones kamikazes au dessus de la mer Rouge et du golf d'Aden. Tôt le 20 février l'USS Laboon est visé par un missile de croisière houthis et réussi à l'abattre[73].

Le 21, 22 et 23 février, les forces américaines détruisent au sol 16 missiles de croisières, 1 missile balistique ainsi que 5 drones aériens Houthis prêts à être lancés. Ils détruisent en vol également durant cette période, au moins 4 drones aériens, et l'USS Mason abat un missile balistique visant le pétrolier MV Torm Thor[74],[75],[76],[77],[78].

Dans la soirée du 24 février les forces américaines et britanniques, avec le soutien de plusieurs autres états, lancent une nouvelle compagne de bombardements contre 18 cibles Houthis dont des installations souterraines de stockage d’armes, des installations de stockage de missiles, des drones aériens kamikazes, des systèmes de défense aérienne, des radars et un hélicoptère[79],[80].

Entre le 24 février et le 8 mars, les forces américaines ont détruits au sol : 3 drones aériens, 6 drones de surface, 19 missiles de croisières, 1 missile sol-air, ainsi que 10 drones aériens en vol au dessus de la mer Rouge et du Golf d'Aden. L'USS Carney abat également un missile balistique antinavire et 3 drones aériens kamikazes le visant le 5 mars[81],[82],[83],[84],[85],[86],[87],[88],[89],[90].

Le 9 mars, lors d'une attaque massive de drones Houthis contre les navires des coalitions et contre le remorquage du MV True Confidence touché le 6 mars, les forces américaines abattent au moins 18 drones, la frégate britannique HMS Richmond en abat 2 et la frégate danoise HDMS Iver Huitfeldt en détruit 4[91],[92].

Du 11 au 18 mars, les forces américaines détruisent au sol : 1 drone sous-marin, 5 drones de surface, 10 drones aériens, 34 missiles de croisières, 1 missile sol-air, 3 conteneurs d'armes, ainsi que 3 drones aériens en vol[93],[94],[95],[96],[97],[98].

Le 2 avril, il est révélé que la frégate danoise HDMS Iver Huitfeldt a subi de nombreux dysfonctionnements lors de situations de combats. D'abord un dysfonctionnement entre le radar APAR et le système de combat C-FLEX a empêché le tirs de missile antiaérien RIM-162 ESSM pendant 30 minutes. Puis il a été remarqué que la moitié des obus tirés par les deux tourelles de 76 mm n’ont eu « aucun effet » sur les cibles hostiles car ceux-ci explosait prématurément parfois juste en sortie de canon. La frégate écourte donc son séjour, et des enquêtes ont été lancés[99].

Depuis la mi-mars les attaques se font de plus en plus parcimonieuses. En plus des quelques interceptions de missiles et drones Houthis, de sérieux incidents sont tout de même survenus : Le 22 mars les forces américaines bombardent 3 installations de stockage souterraines houthis au Yémen[100]. Le 23 mars l’USS Carney abat 6 drones aériens[101]. Le 3 avril l’USS Gravely abat 1 missile balistique et 2 drones aériens le visant[102]. Le 8 avril le cargo M/V Hope Island fut visé par 5 missiles balistiques Houthis dont aucun ne l’atteignit, et les forces américaines détruisirent une batterie antiaérienne Houthis ainsi qu’une station radars[103]. Le 10 avril les forces américaines abattent 11 drones aériens visant le trafic maritime en mer Rouge[104].

Le 27 avril les forces Houthis affirment avoir abattu un nouveau drone Reaper américain à l'aide de missiles sol-air[105].

Opération EUNAVFOR Aspides

Le 12 février, l’Union Européenne publie les contours de sa mission de sécurité maritime en Mer Rouge. Celle-ci s’appelle EUNAVFOR Aspides et est dotée d’un budget de 8 millions d’euros. Elle est dirigée par le contre-amiral grec Vasileios Gryparis, depuis un quartier général établi à Larissa en Grèce. La zone d’opération comprend le détroit de Bab el-Mandeb, le détroit d’Ormuz, les eaux internationales de la mer Rouge, du golfe d’Aden, de la mer d’Oman, du golfe d’Oman et du golfe Persique afin d’assurer une « présence navale » pour « garantir la liberté de navigation des navires, en étroite coopération avec des prestataires de sécurité maritime partageant les mêmes idées ». La mission Aspides se fera en étroite coordination avec l’opération navale européenne antipiraterie EUNAVFOR Atalanta dans l’océan Indien occidental et en mer Rouge. EUNAVFOR Aspides pourra également collaborer avec l’opération Gardien de la prospérité, les Forces maritimes combinées ainsi qu’avec les états riverains « disposés à contribuer à la sécurité maritime dans sa zone d’opération ».

Les moyens annoncées comprennent la frégate allemande Hessen, la frégate grecque HS Hydra, la frégate de défense aérienne italienne Caio Duilio, les frégates italiennes Federico Martinengo et Virginio Fasan, la frégate belge Louise-Marie, les frégates de premiers rangs françaises Languedoc et Alsace, ainsi que la frégate néerlandaise HNLMS Tromp de l'opération Gardien de la prospérité en « soutien associé »[106],[107].

Dans la nuit du 19 au 20 février, les frégates françaises FREMM Alsace et Languedoc abattent 2 drones Houthis au dessus de la mer Rouge et du golf d'Aden[108]. Tôt le 22 février, une des 2 FREMM engage et détruit 2 drones de combats aériens[109].

Le 28 février la frégate allemande Hessen abat 2 drones aériens au dessus de la mer Rouge avec un missile antiaérien de courte portée RIM-116 et son canon de 76 mm. Selon le journal allemand SPIEGEL, avant cela le Hessen aurait tenter d'abattre par erreur un drone MQ-9 Reaper américain avec 2 missiles antiaériens de moyenne portée (Standard Missile 2) qui ont subi des malfonctions et sont retombés en mer[110],[111],[112].

Le 2 mars, la frégate de classe Horizon italienne le Caio Duilio abat un drone aérien Houthis le visant avec sa tourelle d'artillerie de 76 mm tribord avant[113],[114].

Le 9 mars, les Houthis lancent une vaste attaque de drones aériens kamikazes contre les navires des coalitions et contre le remorquage du MV True Confidence touché le 6 mars. La FREMM Alsace et les forces aériennes françaises à Djibouti, des Mirage 2000-5F de l'escadron de chasse 3/11 Corse, abattent 4 drones kamikazes[115].

Le 20 mars un hélicoptère Panther, de la flottille 36F d’Hyères, embarqué sur l'Alsace engage et abat un drone Houthis[116],[117].

Le 21 mars, la frégate française Alsace abat 3 missiles balistiques houthis visant un porte-conteneurs sous son escorte. Le même jour la frégate allemande Hessen détruit un drone de surface naval visant également un navire commercial sous son escorte[118],[119].

Le 8 avril un premier bilan de la mission Aspides est réalisé et annoncé par Josep Borell, Haut représentant de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité. L’opération a permis d’escorter 68 navires et de repousser 11 attaques. Dans le détail, les navires français, allemands, italiens et grecs ont abattu : 9 drones aériens, 1 drone de surface naval et 4 missiles balistiques[120].

Le 12 avril, le déploiement de la frégate belge Louise-Marie est retardé suite à des problèmes techniques lors d'essais de son système de missiles antiaériens Sea Sparrow[121]. Le 21 avril la Bundeswehr met fin au déploiement de sa frégate Hessen[122].

13 avril : Opération Promesse honnête

Le 13 avril, les Houthis yéménites participent au côté des Iraniens à l'attaque contre Israël.

Les forces américaines au Moyen-Orient (CENTCOM) affirment avoir détruit 80 drones aériens et 6 missiles balistique, dont 1 missile balistique avec son lanceur et 7 drones détruits au sol au Yémen[123].

Synthèse des attaques en Mer Rouge et aux alentours

Navire Pavillons du bateau Date Type d'attaque Détails Ref
Galaxy Leader Bahamas 19/11/23 Détournement Attaqué par un commando Houthis à l'aide d'un hélicoptère Mi-17. Le navire est amené au port de Hodeidah. Les 25 membres d'équipage sont pris en otage. [124]
CMA CGM Symi Malte 24/11/23 Attaque de drones Touché par un drone suicide Shahed-136, possiblement iranien, dans l'océan indien. Aucun blessé. [125]
Central Park Drapeau du Libéria Liberia 26/11/23 Tentative d'arraisonnement Le chimiquier est victime d'une tentative d'arraisonnement par un groupe non identifié.
Drapeau du Libéria Liberia 27/11/23 Frappes de missiles balistiques Le chimiquier est visé par des missiles Houthis en même temps que l'USS Mason.
Unity Explorer Bahamas 03/12/23 Frappes de missiles antinavires Touché par un missile dans le détroit de Bab el-Mandeb, aucun blessé. [126]
Number 9 Panama 03/12/23 Attaque de drones Touché par un drone dans le détroit de Bab el-Mandeb, aucun blessé.
Strinda Drapeau de la Norvège Norvège 12/12/23 Attaque de drones et de missiles antinavires Visé par une attaque complexe de drones et de missiles antinavire. Il est endommagé, mais la frégate française Languedoc abat un drone et se met en position de défense. Il est ensuite escorté par l'USS Mason. [127]
Ardmore Encounter Îles Marshall 13/12/23 Tentative d'arraisonnement, attaques de missiles Le navire est assailli par des skiffs, de petits bateaux rapides, avant d'être visé par 2 missiles qui ratent leur cible. [128]
Maersk Gibraltar Drapeau de Hong Kong Hong Kong 14/12/23 Frappes de missiles antinavires Visé par un missile qui n'atteint pas sa cible. [129]
Al Jasrah Drapeau du Libéria Liberia 15/12/23 Attaque de drones Touché par un drone dans le détroit de Bab el-Mandeb, qui provoque un incendie, aucun blessé. [130]
MSC Palatium III et MSC Alanya Drapeau du Libéria Liberia 15/12/23 Attaques de missiles Visés par des missiles. [130]
Swan Atlantic Îles Caïmans 18/12/23 Attaque aérienne Touchés par des projectils non-identifiés, aucun blessé. Les Houthis revendiquent une attaque à l'aide d'hydravions. [131]
MSC Clara Panama
MV Chem Pluto Drapeau du Libéria Liberia 23/12/23 Attaque de drones Le chimiquier est touché par un drone kamikaze, déclenchant un incendie, sans faire de blessé. [34]
MV Saibaba Inde Touché par un drone, aucun blessé.
MV Blaamanen Drapeau de la Norvège Norvège Visé par un drone qui échoue.
MV Maersk Hangzhou Drapeau de Singapour Singapour 31/12/23 Attaque de missiles antinavires, tentative d'arraisonnement Attaqué par 2 missiles et 3 vedettes Houthis qui seront repoussés par la marine américaine. [132]
Gibraltar Eagle Îles Marshall 15/01/24 Attaque de missile Touché par un missile, sans faire de blessé. [133]
Zografia Malte 16/01/24 Attaque de missile Le vraquier est touché par un missile Houthis, sans faire de blessé. [134]
Genco Picardy Îles Marshall 17/01/24 Attaque de missile Le vraquier est touché par un missile, sans faire de blessé. [135]
Chem Ranger Îles Marshall 19/01/24 Attaque de missile Le vraquier est visé par des missiles qui n'atteignent pas leur cible. [50]
M/T Marlin Luanda Îles Marshall 26/01/24 Attaque de missile Le pétrolier est touché par un missile déclenchant un incendie, sans faire de blessé. L'équipage a quitté le navire, et l'incendie est maitrisé par les équipes américano-franco-indienne de des navires USS Carney, FS Alsace, et Visakhapatnam.
MV Star Nasia Îles Marshall 06/02/24 Attaque de missile Le vraquier grec est visé par 3 missiles balistiques antinavires. L'un le loupe, l'autre l'endommage légèrement sans faire de blessé et le dernier est abattu par l'USS Laboon. [136]
MV Morning Tide Drapeau de la Barbade Barbade Attaque de missile Le cargo britannique est également visé par 3 missiles balistiques antinavires qui le loupe.
MV Star Iris Îles Marshall 12/02/24 Attaque de missile Le cargo grec est touché et légèrement endommagé par un missile balistique, sans faire de blessé. [137]
MV Lycavitos Drapeau de la Barbade Barbade 15/02/24 Attaque de missile Touché et légèrement endommagé par un missile balistique, sans faire de blessé.
Rubymar Belize 18/02/24 Attaque de missile Le navire est touché par deux missiles antinavires alors qu'il transporte une cargaison d'engrais. Après avoir dérivé pendant des semaines, le navire sombre le 2 mars des suites de l'attaque, devenant ainsi le premier navire coulé par une attaque des Houthis depuis le début de la crise en octobre 2023. [72],[138],[139]
Sea Champion Drapeau de la Grèce Grèce Attaque de missile Le vraquier a subi une attaque de missile sans faire de blessé.
Navis Fortuna Îles Marshall Attaque de missile Le vraquier a subi une attaque de missile sans faire de blessé. [140]
MSC Sky II Drapeau du Libéria Liberia 04/03/24 Frappes de missiles balistiques Le porte-conteneurs est touché par un missile déclenchant un incendie, sans faire de blessé. Il est assisté par le destroyer indien Kolkata. [141],[142]
MV True Confidence Drapeau de la Barbade Barbade 06/03/24 Frappes de missiles balistiques Le vraquier américain est touché par un missile balistique antinavire et est gravement endommagé. L’équipage composé de 20 marins et 3 gardes de sécurité abandonne le navire, mais l’attaque a fait 3 morts et 6 blessés dont 4 graves. Des opérations de sauvetage sont menées par des navires des coalitions. Le destroyer indien Kolkata participe aux opérations de secours, évacue les marins à l'aide d'un hélicoptère Alouette III, et prends en charge des blessés. [143],[144],[145],[146]
MV Huang Pu 23/03/24 Frappes de missiles balistiques Le pétrolier chinois est visé par 5 missiles balistiques houthis, dont un le touche déclenchant un incendie, sans faire de blessé. Cela en contradiction avec les déclarations des officiels Houthis indiquant ne pas viser les navires chinois. [147]

Armement utilisé par les Houthis

Les armes des Houthis proviennent principalement de l'Iran[6]. Ils sont connus pour utiliser des missiles sol-sol, des roquettes d'artillerie et des drones[148]. Ils possèdent plusieurs missiles et drones capables d'atteindre Israël depuis le Yémen :

  • Le Toufan — un missile sol-sol d'une portée de 1 800 km[149].
  • Des missiles de croisière, de la famille iranienne Soumar, avec une portée d'environ 2 000 km[149].
  • Missile Quds-2 — censé avoir une portée de 1 350 km, mais conçu pour frapper Israël[150].
  • Samad-3 et Samad-4 — drones d'attaque d'une portée de plus de 1 800 km[150].
  • Drones Wa'id — similaires au Shahed 136 iranien, drones d'attaque d'une portée de 2 500 km[150].


Notes et références

  1. Helen Lackner, « Les houthistes du Yémen sous les feux de la rampe », sur Orient XXI,
  2. (en-US) IONA CRAIG, « Who Are Yemen’s Houthi Rebels Attacking Israeli Ships? », sur Declassified Media Ltd,
  3. Hélène SCHEFFER, « Demandée depuis février, la zone de guerre a été étendue à la mer Rouge et au golfe d’Aden », sur Le marin, (consulté le )
  4. le marin avec AFP, « Un bateau sri-lankais « détourné par des pirates somaliens » a été libéré », sur Le marin, (consulté le )
  5. le marin, « La force navale européenne alerte sur la menace de groupes de pirates au large de la Somalie », sur Le marin, (consulté le )
  6. a et b (en) Yara Bayoumy, Mohammed Ghobari, « Iranian support seen crucial for Yemen's Houthis », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  7. (en) « Iran warns proxy groups like the Houthis could expand operations against Israel », The Times Of Israel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  8. (en) Michelle Nichols, « North Korea has not stopped nuclear, missile program: confidential U.N. report », Reuters,‎ 3 aôut 2018 (lire en ligne)
  9. (en) « In first, Arrow downs Eilat-bound missile from ‘Red Sea area’; Houthis claim attack », The Times Of Israel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  10. a et b (en) Tara Copp, Lolita C. Baldor, « US military shoots down missiles and drones as it faces growing threats in volatile Middle East », The Associated Press,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. Leïla Sénéchal, « Comment l'USS Carney a intercepté, pendant 9 heures, des missiles et drones houthis lancés en direction d’Israël », sur Geo.fr, (consulté le )
  12. (en) Oren Liebermann, « Incident involving US warship intercepting missiles near Yemen lasted 9 hours », CNN,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  13. (en) « IntelBrief: Houthi Involvement in Mideast War Hinders Prospects for a Yemen Settlement », The Soufan Center,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  14. (en) Ahmed Mohamed Hassan, Dan Williams, « Drone blasts hit two Egyptian Red Sea towns, Israel points to Houthi », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. (en) Emanuel Fabian, « Missile that hit Egypt likely came from Yemen, IDF indicates; 2nd Sinai impact reported », The Times Of Israel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  16. (en) « Yemen’s Houthi rebels appear to threaten Israel: ‘Eilat’ », The Times Of Israel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. (en) Vivian Nereim, Saeed Al-Batati, « Yemen's Houthi militia claims to have launched an attack on Israel », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  18. (en) Dylan Malyasov, « Israel shoots down Houthi cruise missiles using F-35i Adir fighter jets », Defence Blog,‎ (, consulté le ).
  19. (en) Emanuel Fabian, « In first, Arrow downs Eilat-bound missile from ‘Red Sea area’; Houthis claim attack », The Times Of Israel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  20. (en-GB) « The fighter pilots hunting Houthi drones over the Red Sea », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le )
  21. a et b (en) « Houthis Claim Responsibility for Attack on Israel », Asharq Al-Awsat,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  22. (en) Eleanor Watson, « U.S. MQ-9 Drone shot down off the coast of Yemen », CBS News,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  23. (en) Eleanor Watson[auteur2=David Martin, « U.S. Navy warship shoots down drone fired from Yemen », CBS News,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  24. (en) « Yemen's Houthi rebels release video of Red Sea cargo ship hijack », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  25. (en) « Seized Galaxy Leader Ship in Yemen's Hodeidah Port Area -Owner », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  26. a et b (en) « Yemen’s Houthis hijack Israeli-linked ship in Red Sea, take 25 crew members hostage », Al Arabiya English,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  27. (en) « Seized Galaxy Leader ship in Yemen's Hodeidah port area -owner », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  28. « La frégate française « Languedoc » a abattu deux drones provenant du Yémen en mer Rouge », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  29. Philippe CHAPLEAU, « Au large du Yémen, une frégate française abat un drone qui menaçait un tanker visé par les Houthis », sur Ouest-France.fr, (consulté le )
  30. Time of Israël, « Un destroyer britannique a abattu un « drone d’attaque présumé » en mer Rouge »
  31. LIBERATION et AFP, « Mer Rouge : un destroyer américain abat 14 drones lancés depuis le Yémen », sur Libération (consulté le )
  32. « Attaques des houthis en mer Rouge : « On touche à la colonne vertébrale de la mondialisation », explique un spécialiste des enjeux maritimes », sur Franceinfo, (consulté le )
  33. a et b « Attaques des Houthis en mer Rouge : les États-Unis annoncent une coalition, la France y participe », sur France 24, (consulté le )
  34. a et b « Guerre Israël-Hamas : de nouvelles attaques de navires ont eu lieu en mer Rouge et au large de l'Inde », sur Franceinfo, (consulté le )
  35. « Mer Rouge : l'armée américaine a détruit 12 drones et 5 missiles tirés par les rebelles houthis du Yémen », sur Franceinfo, (consulté le )
  36. « En direct : l'armée américaine dit avoir coulé trois navires houthis après l'attaque d'un cargo », sur France 24, (consulté le )
  37. « Les armées britannique et américaine déjouent "la plus importante attaque" des Houthis en mer Rouge », sur France 24, (consulté le )
  38. (en) U.S. Central Command sur réseau social X (twitter), « Houthi Attack on International Shipping »
  39. « Pakistan deploys warships in Arabian Sea following ‘maritime incidents’ », sur www.aa.com.tr (consulté le )
  40. (en) « Pakistan deploys warships in Arabian Sea following recent Houthi attacks », sur Arab News (consulté le )
  41. « La marine indienne montre ses muscles dans le Golfe », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  42. (en) Diyar Güldoğan, « Houthis carry 27 attacks in Red Sea since Nov. 19: US », Agence Anadolu, (consulté le )
  43. le marin avec AFP, « Deux marins de l’US Navy portés disparus au large de la Somalie depuis le 11 janvier », sur Le marin, (consulté le )
  44. le marin, « Les deux marins de l’US Navy portés disparus au large de la Somalie déclarés morts », sur Le marin, (consulté le )
  45. « Les États-Unis et le Royaume-Uni ont mené "avec succès" des frappes contre les Houthis au Yémen », sur France 24, (consulté le )
  46. le marin avec AFP, « Les États-Unis et le Royaume-Uni bombardent les Houthis au Yémen après leurs attaques en mer Rouge », sur Le marin, (consulté le )
  47. « L'armée américaine frappe de nouveau les rebelles Houthis au Yémen », sur France 24, (consulté le )
  48. « L’US Navy a abattu en mer Rouge un missile tiré depuis le Yémen et visant un destroyer américain », Le marin,‎ (lire en ligne, consulté le )
  49. « Les États-Unis frappent les Houthis au Yémen pour la quatrième fois en une semaine », sur France 24, (consulté le )
  50. a et b le marin avec AFP, « Nouvelles frappes américaines contre les Houthis au Yémen », sur Le marin, (consulté le )
  51. « Washington et Londres mènent de nouvelles frappes contre les Houthis au Yémen », sur France 24, (consulté le )
  52. Compte officiel des forces françaises aux Emirats arabes unis, « Attaque du pétrolier Marlin Luanda dans le golfe d'Aden », sur twitter.com, (consulté le )
  53. « Mer Rouge : nouveaux tirs Houthis contre un navire de guerre américain », sur Le Figaro, (consulté le )
  54. le marin, « La marine britannique dit avoir déjoué une nouvelle attaque des Houthistes », sur Le marin, (consulté le )
  55. « L'armée américaine dit avoir détruit 10 drones des Houthis et trois d'Iran », sur France 24, (consulté le )
  56. (en) U.S. Central Command, « CENTCOM Update to Events in the Red Sea », sur Official Account of U.S. Central Command (CENTCOM) - twitter.com, (consulté le )
  57. (en) U.S. Central Command, « USCENTCOM Red Sea Operational Update », sur Official Account of U.S. Central Command (CENTCOM) - twitter.com, (consulté le )
  58. (en) U.S. Central Command, « U.S. Forces, Allies Conduct Joint Strikes in Yemen », sur Official Account of U.S. Central Command (CENTCOM) - twitter.com, (consulté le )
  59. (en) U.S. Central Command, « USCENTCOM Destroys Six Anti-Ship Cruise Missiles in Yemen », sur Official Account of U.S. Central Command (CENTCOM) - twitter.com, (consulté le )
  60. (ar) Skynews arabia, « خلال 48 ساعة.. مقتل 40 حوثيا في الضربات الأميركية البريطانية », sur skynewsarabia.com,‎ (consulté le )
  61. « Yémen : les États-Unis frappent cinq missiles en réponse aux attaques des Houthis en mer Rouge », sur France 24, (consulté le )
  62. (en) U.S. Central Command, « Feb. 7 Summary of USCENTCOM Self-Defense Strikes in Yemen », sur Official Account of U.S. Central Command (CENTCOM) - twitter.com, (consulté le )
  63. (en) U.S. Central Command, « Feb. 8 Summary of USCENTCOM Self-Defense Strikes in Yemen », sur Official Account of U.S. Central Command (CENTCOM) - twitter.com, (consulté le )
  64. (en) U.S. Central Command, « Feb. 9 Summary of USCENTCOM Self-Defense Strikes in Yemen », sur Official Account of U.S. Central Command (CENTCOM) - twitter.com, (consulté le )
  65. (en) U.S. Central Command, « Feb. 10 Summary of USCENTCOM Self-Defense Strikes in Yemen », sur Official Account of U.S. Central Command (CENTCOM) - twitter.com, (consulté le )
  66. (en) U.S. Central Command, « Feb. 16 Summary of Red Sea activities », sur Official Account of U.S. Central Command (CENTCOM) – twitter.com, (consulté le )
  67. (en) U.S. Central Command, « Feb. 15 Summary of Red Sea Activities », sur Official Account of U.S. Central Command (CENTCOM) – twitter.com, (consulté le )
  68. (en) U.S. Central Command, « Feb. 14 Summary of Red Sea activities », sur Official Account of U.S. Central Command (CENTCOM) – twitter.com, (consulté le )
  69. (en) U.S. Central Command, « Feb. 13 Summary of Red Sea activities », sur Official Account of U.S. Central Command (CENTCOM) – twitter.com, (consulté le )
  70. (en) U.S. Central Command, « Feb. 17 Summary of Red Sea activities », sur Official Account of U.S. Central Command (CENTCOM) - twitter.com, (consulté le )
  71. L'Orient-Le-Jour, « Dix-sept rebelles houthis tués dans des frappes américaines », sur L'Orient-Le-Jour, (consulté le )
  72. a et b Le marin, « Deux vraquiers attaqués par les houthistes en moins de 24 heures en mer Rouge », sur Le marin, (consulté le )
  73. (en) U.S. Central Command, « Feb. 19 and early morning Feb. 20 Red Sea Update », sur Official Account of U.S. Central Command (CENTCOM) - twitter.com, (consulté le )
  74. (en) U.S. Central Command, « Feb. 21 Red Sea Rollup », sur Official Account of U.S. Central Command (CENTCOM) - twitter.com, (consulté le )
  75. (en) U.S. Central Command, « Feb. 22 Red Sea Update », sur Official Account of U.S. Central Command (CENTCOM) - twitter.com, (consulté le )
  76. (en) U.S. Central Command, « Red Sea Update », sur Official Account of U.S. Central Command (CENTCOM) - twitter.com, (consulté le )
  77. (en) U.S. Central Command, « Feb. 23 Red Sea Update », sur Official Account of U.S. Central Command (CENTCOM) - twitter.com, (consulté le )
  78. (en) U.S. Central Command, « Feb. 24 Red Sea Update », sur Official Account of U.S. Central Command (CENTCOM) - twitter.com, (consulté le )
  79. (en) U.S. Central Command, « U.S. Forces, Allies Conduct Joint Strikes in Yemen », sur Official Account of U.S. Central Command (CENTCOM) - twitter.com, (consulté le )
  80. Denis BLIN, « Les houthistes redoublent leurs attaques en mer Rouge, plusieurs pays occidentaux frappent le Yémen », sur Le marin, (consulté le )
  81. (en) U.S. Central Command, « Red Sea Update », sur Official Account of U.S. Central Command (CENTCOM) - twitter.com, (consulté le )
  82. (en) U.S. Central Command, « Feb. 26 Red Sea Update », sur Official Account of U.S. Central Command (CENTCOM) - twitter.com, (consulté le )
  83. (en) U.S. Central Command, « Feb. 27 Red Sea Update », sur Official Account of U.S. Central Command (CENTCOM) - twitter.com, (consulté le )
  84. (en) U.S. Central Command, « Feb. 29 Red Sea Update », sur Official Account of U.S. Central Command (CENTCOM) - twitter.com, (consulté le )
  85. (en) U.S. Central Command, « March 01 Red Sea Update », sur Official Account of U.S. Central Command (CENTCOM) - twitter.com, (consulté le )
  86. (en) U.S. Central Command, « March 4 Red Sea Update », sur Official Account of U.S. Central Command (CENTCOM) - twitter.com, (consulté le )
  87. (en) U.S. Central Command, « Red Sea Update », sur Official Account of U.S. Central Command (CENTCOM) - twitter.com, (consulté le )
  88. (en) U.S. Central Command, « Mar. 6 Red Sea Update », sur Official Account of U.S. Central Command (CENTCOM) - twitter.com, (consulté le )
  89. (en) U.S. Central Command, « March 7 Red Sea Update », sur Official Account of U.S. Central Command (CENTCOM) - twitter.com, (consulté le )
  90. (en) U.S. Central Command, « March 8 Red Sea Update », sur Official Account of U.S. Central Command (CENTCOM) - twitter.com, (consulté le )
  91. (en) U.S. Central Command, « US and Coalition Defeat Houthi Attack in Red Sea Area », sur Official Account of U.S. Central Command (CENTCOM) - twitter.com, (consulté le )
  92. (en-GB) « First kills for Sea Ceptor. HMS Richmond downs 2 attack drones | Navy Lookout », sur www.navylookout.com, (consulté le )
  93. (en) U.S. Central Command, « March 11 Red Sea Update », sur Official Account of U.S. Central Command (CENTCOM) - twitter.com, (consulté le )
  94. (en) U.S. Central Command, « March 12 Red Sea Update », sur Official Account of U.S. Central Command (CENTCOM) - twitter.com, (consulté le )
  95. (en) U.S. Central Command, « March 13 Daily Red Sea Update », sur Official Account of U.S. Central Command (CENTCOM) - twitter.com, (consulté le )
  96. (en) U.S. Central Command, « March 14 Red Sea Update », sur Official Account of U.S. Central Command (CENTCOM) - twitter.com, (consulté le )
  97. (en) U.S. Central Command, « March 16 Red Sea Update », sur Official Account of U.S. Central Command (CENTCOM) - twitter.com, (consulté le )
  98. (en) U.S. Central Command, « March 18 Red Sea Update », sur Official Account of U.S. Central Command (CENTCOM) - twitter.com, (consulté le )
  99. Laurent Lagneau, « La frégate danoise Iver Huitfeldt a eu des problèmes de radar et de munitions lors d'une attaque houthie », sur Zone Militaire, (consulté le )
  100. (en) U.S. Central Command, « March 22 Red Sea Update », sur Official Account of U.S. Central Command (CENTCOM) – twitter.com, (consulté le )
  101. (en) U.S. Central Command, « MARCH 23 RED SEA UPDATE », sur Official Account of U.S. Central Command (CENTCOM) – twitter.com, (consulté le )
  102. (en) U.S. Central Command, « April 3 Red Sea Update », sur Official Account of U.S. Central Command (CENTCOM) – twitter.com, (consulté le )
  103. (en) U.S. Central Command, « April 8 Red Sea Update », sur Official Account of U.S. Central Command (CENTCOM) – twitter.com, (consulté le )
  104. « En direct : sous pression, Israël et le Hamas font durer les négociations », sur France 24, (consulté le )
  105. Jon Gambrell, The Associated Press, « Les Houthis affirment avoir abattu un drone militaire américain MQ-9 Reaper », sur L’actualité, (consulté le )
  106. Laurent Lagneau, « Mer Rouge : Le commandement de l'opération navale européenne Aspides sera assuré par la Grèce », sur Zone Militaire, (consulté le )
  107. (nl) Ministerie van Defensie, « Marine gaat bijdragen aan veiligheid en vrije doorvaart in de Rode Zee - Nieuwsbericht - Defensie.nl », sur www.defensie.nl, (consulté le )
  108. Armée française - Opérations militaires (Etat-major des armées, Cellule communication), « Interceptions de drones aériens en provenance du Yémen », sur Compte officiel de l'État-major des armées (EMA) - twitter.com, (consulté le )
  109. Commandement Maritime de la zone Océan Indien (ALINDIEN) - Cellule communication, « Interception de drones aériens en provenance du Yémen », sur Compte officiel des forces françaises aux Emirats arabes unis - twitter.com, (consulté le )
  110. (de) n-tv NACHRICHTEN, « Fregatte "Hessen" wehrt ersten Huthi-Angriff im Roten Meer ab », sur n-tv.de (consulté le )
  111. (de) Matthias Gebauer, « (S+) Marinemission im Roten Meer: Fregatte »Hessen« feuert irrtümlich auf Reaper-Drohne der USA », Der Spiegel,‎ (ISSN 2195-1349, lire en ligne, consulté le )
  112. Laurent Lagneau, « Mer Rouge : La frégate allemande Hessen a failli abattre un drone américain », sur Zone Militaire, (consulté le )
  113. (it) Ministero della Difesa, « Difesa: nave Duilio abbatte drone nel Mar Rosso », sur www.difesa.it, (consulté le )
  114. « Mer Rouge : une frégate italienne abat un drone au canon | Mer et Marine », sur www.meretmarine.com, (consulté le )
  115. Armée française - Opérations militaires, « Destruction de 4 drones hostiles en provenance du Yémen par des moyens maritimes, sous commandement 🇪🇺 », sur Compte officiel de l'État-major des armées (EMA) - twitter.com,‎ (consulté le )
  116. (en) EUNAVFOR ASPIDES, « On March 20, while conducting close protection under @EUNAVFORASPIDES in Red Sea, the embarked helicopter of a French destroyer shot down a Houthi UAV threatening the commercial navigation. », sur EUNAVFOR ASPIDES is an EU military operation in the Red Sea, the Indian Ocean and the Gulf - twitter.com, (consulté le )
  117. Jean-Marc TANGUY, « Un hélicoptère de la marine abat un drone houthiste », sur Le marin, (consulté le )
  118. Commandement maritime de la zone océan indien - cellule communication, « Interception de missiles balistiques houthis en mer Rouge », sur Compte officiel des forces françaises aux Emirats arabes unis et déployées en océan Indien - twitter.com, (consulté le )
  119. (en) EUNAVFOR ASPIDES, « On March 21 », sur EUNAVFOR ASPIDES - twitter.com, (consulté le )
  120. « Mer Rouge : premier bilan de la mission Aspides | Mer et Marine », sur www.meretmarine.com, (consulté le )
  121. « L’envoi en mer Rouge de la frégate belge Louise Marie retardé suite à des problèmes techniques | Mer et Marine », sur www.meretmarine.com, (consulté le )
  122. Alain LEPIGEON et Jean-Marc TANGUY, « Deux mois après ses débuts en mer Rouge, la mission Aspides privée de plusieurs de ses frégates », sur Le marin, (consulté le )
  123. (en) U.S. Central Command, « Defense of Israel Activities Update », sur Official Account of U.S. Central Command (CENTCOM) - twitter.com, (consulté le )
  124. « Washington, l’OTAN et l’UE aux Houthis : libérez les 25 otages du Galaxy Leader », sur radioj.fr (consulté le )
  125. « Un navire marchand attaqué en mer Rouge, un autre dans l’océan Indien », sur lemarin.ouest-france.fr (consulté le )
  126. « Des rebelles yéménites revendiquent l’attaque de deux navires israéliens en mer Rouge », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le )
  127. Laurent Lagneau, « Mer Rouge : La frégate Languedoc a détruit un drone ayant menacé le pétrolier norvégien Strinda », sur Zone Militaire, (consulté le )
  128. « Un bâtiment de l’US Navy abat un drone qui aurait été lancé du Yémen par les Houthis », sur lemarin.ouest-france.fr (consulté le )
  129. « Nouvelles attaques houthies contre des navires marchands au large du Yémen », sur lemarin.ouest-france.fr (consulté le )
  130. a et b « Un porte-conteneurs d’Hapag-Lloyd endommagé par une attaque en mer Rouge », sur lemarin.ouest-france.fr (consulté le )
  131. « Nouvelle attaque en mer Rouge : un navire norvégien touché par « un objet non identifié » », sur lemarin.ouest-france.fr (consulté le )
  132. « L'armée américaine dit avoir coulé trois navires houthis après l'attaque d'un cargo », sur France 24, (consulté le )
  133. « Un vraquier américain victime d’un tir de missile des rebelles Houthis dans le golfe d’Aden », Le marin,‎ (lire en ligne, consulté le )
  134. « Un vraquier grec touché par un missile au large du Yémen », Le marin,‎ (lire en ligne, consulté le )
  135. Morgane BERTHOMMIER avec AFP, « Frappes en mer rouge : les échanges de tirs se multiplient entre les Houthis et la marine américaine », sur Le marin, (consulté le )
  136. (en) U.S. Central Command, « Iranian-Backed Houthi Terrorists conduct Multiple Anti-Ship Ballistic Missile Attacks in the Southern Red Sea and Gulf of Aden: », sur Official Account of U.S. Central Command (CENTCOM) - twitter.com, (consulté le )
  137. (en) U.S. Central Command, « Houthi Attack in Bab al-Mandeb », sur Official Account of U.S. Central Command (CENTCOM) – twitter.com, (consulté le )
  138. (en-GB) « Red Sea: New images show British ship Rubymar has not sunk », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le )
  139. Le marin, « Après l’attaque du « Rubymar » en mer Rouge, Washington craint des conséquences écologiques », sur Le marin, (consulté le )
  140. le marin, « Endommagé par une attaque en mer Rouge, le « Rubymar » aurait coulé selon les houthistes », sur Le marin, (consulté le )
  141. avec AFP, « Un porte-conteneurs ciblé lors d’une nouvelle attaque dans le golfe d’Aden », sur Le marin, (consulté le )
  142. « Frappé par un missile, le MSC Sky II fait route sur Djibouti où les dégâts seront évalués | Mer et Marine », sur www.meretmarine.com, (consulté le )
  143. « En direct : un missile tiré du Yémen touche un navire dans le Golfe d'Aden », sur France 24, (consulté le )
  144. le marin, « Un vraquier américain touché après une attaque au large du Yémen », sur Le marin, (consulté le )
  145. le marin, « Attaque d’un vraquier américain, première frappe meurtrière pour les Houthistes en mer Rouge », sur Le marin, (consulté le )
  146. (en) SpokespersonNavy, « #IndianNavy's swift response to Maritime Incident in #GulfofAden. », sur Spokesperson of the Indian Navy at Naval Headquarters & DPR, Min of Defence, New Delhi - twitter.com, (consulté le )
  147. avec AFP, « Malgré la sécurité garantie à Pékin en mer Rouge, un missile houthiste touche un vraquier chinois », sur Le marin, (consulté le )
  148. (en) « Yemen’s Houthi rebels claim to launch major drone attack on Israel », The Times Of Israel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  149. a et b (en) « Interview: Inside the Houthi arsenal that can reach Israel », Amwaj,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  150. a b et c (en) Ibrahim Jalal, « The Houthis’ Red Sea missile and drone attack: Drivers and implications », Middle East Institute,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Voir aussi

Article connexe