Ilya Prigogine

Ilya Prigogine
Naissance
Moscou (Russie)
Décès (à 86 ans)
Bruxelles (Belgique)
Nationalité Russe (1917-1949)
Belge (1949-2003)
Domaines Physique, Chimie
Diplôme Université libre de Bruxelles
Renommé pour Ses travaux sur la thermodynamique et les structures dissipatives
Distinctions Médaille Rumford (1976)
Prix Nobel de chimie (1977)

Ilya Prigogine (en russe : Илья Романович Пригожин, Ilia Romanovitch Prigogine), né le à Moscou et mort le à Bruxelles, est un physicien et un chimiste belge d'origine russe. Il a reçu le prix Nobel de chimie en 1977[1], après avoir reçu la Médaille Rumford en 1976.

Il est connu surtout pour sa présentation sur les structures dissipatives et l'auto-organisation des systèmes, qui ont changé les approches par rapport aux théories classiques basées sur l'entropie. Ce en quoi il révèle une théorie parallèle à la théorie du chaos. Dans La Nouvelle Alliance. La Métamorphose de la science, Prigogine développe la thèse suivante : la science classique considérait les phénomènes comme déterminés et réversibles, ce qui est en contradiction avec l'expérience courante. L'irréversibilité des phénomènes temporels caractéristique de la thermodynamique (non linéaire) réconcilie la physique avec le sens commun, tout en faisant date dans l'histoire de la thermodynamique.

Biographie

Ilya Prigogine étudie la chimie à l'Université libre de Bruxelles en Belgique.

Il explique ainsi son parcours[2] : jeune émigré de Moscou d'origine juive, exilé en Allemagne puis en Belgique à Bruxelles pour fuir le nazisme[3], il veut comprendre comment on arrive à devoir fuir son propre pays. Il aborde la politique mais est contraint d'étudier le droit. Voulant comprendre le comportement d'un accusé, il étudie la psychologie. Pour comprendre clairement la psychologie et la science du comportement, il bute sur le fonctionnement du cerveau humain. Ainsi, il étudie la biologie, la chimie et enfin la biochimie. En poussant plus loin pour comprendre les interactions chimiques, il étudia la physique des particules. De la physique, il passe à l'astrophysique et à la cosmologie. Il aborde alors les questions fondamentales : la matière, le vide, le temps et son sens unique (la flèche du temps). Pour comprendre la flèche du temps, il doit étudier les structures dissipatives et créer le modèle du Brusselator[4].

En 1977, il est lauréat du prix Nobel de chimie « pour ses contributions à la thermodynamique hors équilibre, particulièrement la théorie des structures dissipatives[1] ».

Il cofonda le centre qui porte son nom à l'Université du Texas à Austin.

Il laissa également son nom à la Haute École Libre de Bruxelles Ilya Prigogine (HELB IP), associée à l'Université libre de Bruxelles (ULB). Il était membre de l'Académie roumaine.

Citations

  • « Il faut qu’il y ait des nouveautés, et un univers non déterministe permet la nouveauté. Et dans ces nouveautés, dans la théorie simplifiée que les scientifiques en ont, apparaissent des bifurcations : ce sont des points singuliers où une branche se subdivise en plusieurs branches ou même en un nombre infinis de branches. Et le choix de la branche qui sera suivie dépend des fluctuations. ( …) Entre les points de bifurcation, le déterminisme n’est qu’une approximation (…) tandis qu’aux points de bifurcation, vous n’avez plus d’approximation déterministe .» - Ilya Prigogine, in La complexité, vertiges et promesses, p 45, Ed Le Pommier.
  • « Je ne vois pas pourquoi, dit-il, une augmentation de la population serait en soi un phénomène négatif. Je la considère au contraire positive. L'interaction entre les hommes a toujours été source d'idées et de développement. » - entretien d'Ilya Prigogine avec Michel Salomon, publié dans Prospective et Santé
  • « La chimie : l'inscription de l'irréversibilité dans la matière » - I. Prigogine
  • « La plus simple des cellules vivantes emploie pour son métabolisme plusieurs milliers de réactions chimiques conjointes, par conséquent exige un délicat mécanisme de coordination et de régulation [...]; d'évidence, cette organisation ne résulte pas d'une tendance au désordre moléculaire. » - Ilya Prigogine, From Being to Becoming: Time and Complexity in the Physical Sciences, 1980, San Francisco, W. H. Freeman & Co.
  • « Les chemins de la nature ne peuvent être prévus avec certitude, la part d'accident est irréductible : la nature bifurquante est celle où de petites différences, des fluctuations insignifiantes, peuvent, si elles se produisent dans des circonstances opportunes, envahir tout le système, engendrer un régime de fonctionnement nouveau. » - Ilya Prigogine, From Being to Becoming: Time and Complexity in the Physical Sciences, 1980, San Francisco, W. H. Freeman & Co.

Distinctions et récompenses

  • Prix Francqui en 1955[5] ;
  • Docteur honoris causa de l'Université Jagellon de Cracovie en 1981[5], des universités de Newcastle upon Tyne, Poitiers, Chicago, Bordeaux, Liège, Uppsala, Aix-Marseille, Georgetown, Rio de Janeiro, Pékin, Buenos-Aires, du Stevens Institute of technology de Hoboken (New Jersey), de l'université Heriot Watt d'Écosse et de l'université François Rabelais de Tours[6] ;
  • Lauréat du prix Nobel de chimie en 1977[1] ;
  • Prix Solvay 1965[6] ;
  • Prix de la Gravity Foundation 1988[6] ;
  • Président de l'Académie royale des Sciences, des Lettres et Beaux-Arts de Belgique[6] ;
  • Grand-croix de l'ordre de Léopold II[6] ;
  • Commandeur de l'ordre de Léopold[6] ;
  • Commandeur de la Légion d'honneur[6] ;
  • Commandeur de l'ordre National du mérite (France)[6] ;
  • Commandeur de l'ordre des Arts et Lettres (France )[6] ;
  • Concession de noblesse héréditaire avec le titre personnel de vicomte le 30 avril 1990[6]. Les armes créées à cette occasion se blasonnent : d'azur à une porte étroite d'argent à cinq marches taillées dans le soubassement[6].

Publications

  • Traité de thermodynamique, conformément aux méthodes de Gibbs et De Donder - avec Raymond Defay, Éd. Desoer, 1950
  • Introduction à la thermodynamique des processus irréversibles, Dunod, 1968, (ISBN 2-87647-169-8)
  • Structure, stabilité et fluctuations - avec P. Glansdorff, Masson, 1971, (ISBN 2-2252-9690-1)
  • Physique, temps et devenir - Masson, 1980, (ISBN 2-2256-6792-6)
  • La Nouvelle Alliance - avec Isabelle Stengers, Gallimard, 1986, (ISBN 2-0703-2324-2)
  • Entre le temps et l'éternité - avec Isabelle Stengers, Fayard, 1988, (ISBN 2-2130-2172-4)
  • A la rencontre du complexe - avec Grégoire Nicolis, Presses universitaires de France, 1992, (ISBN 2-1304-3606-4)
  • Les Lois du chaos (Le leggi del caos) - Flammarion, 1993, transcription de deux conférences données à l'université de Milan en 1992, (ISBN 2-0821-0220-3)
  • Thermodynamique, des moteurs thermiques aux structures dissipatives - avec Dilip Kondepudi, Odile Jacob, 1996, (ISBN 2-7381-0646-3)
  • Temps cosmique et histoire humaine, Vrin, Paris, 1996, avec Jan Marejko, Isabelle Stengers, etc..
  • La Fin des certitudes, Odile Jacob, 1996, (ISBN 2-7381-0330-8)
  • L'Homme devant l'incertain - Odile Jacob, 2001, (ISBN 2-7381-0831-8)
  • Le Monde s'est-il créé tout seul ?, avec Henri Atlan, Joël De Rosnay, Albert Jacquard, Jean-Marie Pelt et Trinh Xuan Thuan, Albin Michel, 2008, (ISBN 2-2261-7855-4)

Notes et références

  1. a, b et c (en) « for his contributions to non-equilibrium thermodynamics, particularly the theory of dissipative structures » in Personnel de rédaction, « The Nobel Prize in Chemistry 1977 », Fondation Nobel, 2010. Consulté le 24 août 2010.
  2. lors d'une émission télévisée à la RTBF Noms de dieux en 1999, présentée par le journaliste Edmond Blattschen.
  3. http://www.jewishvirtuallibrary.org/jsource/biography/Prigogine.html.
  4. (en) Thomas LoFaro et Kevin Cooper, « Brusselator Model of Oscillating Chemical Reactions », Department of Mathematics, Washington State University,‎ 1996-2014 (consulté le 12 mars 2015)
  5. a et b (pl) Uniwersytet Jagielloński w Krakowie - Wyróżnienia - Godność doktora honoris causa.
  6. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Comte Humbert de Marnix de Sainte Aldegonde, État présent de la noblesse Belge, Annuaire de 2011, seconde partie, Pot - Rob, Collection "ETAT PRESENT" a. s. b. l., 2011.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • (en) Autobiographie sur le site de la Fondation Nobel (la page propose plusieurs liens relatifs à la remise du prix, dont un document rédigé par le lauréat — le Nobel Lecture — qui détaille ses apports)