Hurricane (chanson d'Eden Golan)

Drapeau d’Israël Eden Golan
Chanson de Eden Golan
Sortie
Langue anglais
Auteur
  • Avi Ohayon 
  • Keren Peles 
  • Stav Beger 
Compositeur
  • Avi Ohayon 
  • Keren Peles 
  • Stav Beger 
Label Session 42

Chansons représentant Israël au Concours Eurovision de la chanson

Hurricane

Single de Eden Golan
Sortie
Durée 2:58
Format Avi OhayonKeren PelesStav Beger
Auteur-compositeur
  • Avi Ohayon 
  • Keren Peles 
  • Stav Beger 
Label Session 42

Clip vidéo

[vidéo] Hurricane sur YouTube

Hurricane est une chanson de la chanteuse israélienne Eden Golan. Elle est sélectionnée pour représenter Israël au Concours Eurovision de la chanson 2024.

Contexte et composition

« Hurricane » est écrit par Avi Ohayon , Keren Peles et Stav Beger . Selon Eran Swissa d'Israel Hayom[réf. souhaitée], la chanson raconte l'histoire d'une « jeune femme sortant d'une crise personnelle ». Dans une interview accordée au The Times of Israel[réf. souhaitée], Golan a déclaré que même si elle savait que participer au concours Eurovision de la chanson ne serait « pas simple », elle souhaitait néanmoins représenter Israël « en raison de la signification [de la chanson]… nous pouvons apporter tout ce que nous ressentons et tout ce que le pays traverse pendant ces trois minutes pour parler au monde à travers la chanson ».

Promotion

Parallèlement à la sortie de la chanson, un clip vidéo d'accompagnement est sorti le même jour. Brown du The Jerusalem Post[réf. souhaitée] a déclaré qu'elle pensait que le clip, qui mettait en vedette des danseurs dans un champ, « faisait clairement référence » au Massacre du festival de musique de Réïm. Dans une autre analyse tirée d'un reportage de Ynet[réf. souhaitée] par Shira Danino, les vêtements ont été interprétés par Danino comme affichant des messages cachés relatifs à l'attaque du . Les vêtements de Golan, qui étaient troués, ressemblaient à un coup de feu ; une cravate portée dans un autre costume représenterait un ruban jaune, symbole d'appel à la libération des captifs détenus par le Hamas. De plus, les danseurs, qui portaient des vêtements blancs au début de la vidéo, puis des vêtements noirs à la fin, symbolisaient respectivement « les célébrations blanches sur les pelouses des kibboutz » et le deuil.

Références

Liens externes