Hidan

Hidan
飛段
Personnage de fiction apparaissant dans
Naruto

Âge 22 ans (enterré vivant)
Anniversaire 2 avril
Groupe sanguin B
Signe astrologique Bélier
Yeux Mauves
Cheveux Argentés
Taille 177.1 cm
Masse 56.8 kg
Parenté Inconnue
Rang Nukenin (Ninja déserteur)
Village d’origine Yu
Anneau Trois (, san?) (sur l’index gauche)

Seiyu Masaki Terasoma
doubleur(s) Jean-Marc Delhausse
Première apparition Manga : Chapitre 312

Anime : Épisode 71 de la seconde partie

Hidan (飛段, Hidan?) est un personnage du manga Naruto.

Hidan intervient pour la première fois à la fin du chapitre 312 de Naruto. C’est un nouveau membre de l’organisation Akatsuki (il n’y est entré que récemment, avant Tobi) et fait équipe avec Kakuzu. Il possède l’anneau portant l’inscription « trois » (san) sur son index gauche. Il vient de Yu, un ancien village ninja ayant perdu sa force militaire lors de la 3e grande guerre ninja.

Création et conception

Profil

Bague de Hidan dans l'Akatsuki.

Histoire

Au cours de ses périples, Hidan a affronté Yugito Nii, l’hôte de Nibi, les moines du Temple du Pays du Feu (notamment Chiriku, un des douze ninjas gardiens de Konoha) et l’équipe d’Asuma ; durant son combat contre ce dernier, Hidan est touché à plusieurs points vitaux et même décapité, mais étant immortel, il parvient à tuer Asuma grâce à sa technique particulière. Lors de la contre-offensive de Konoha, il affronte l’équipe de Kakashi et est battu par Shikamaru, grâce à un piège tendu par celui-ci dans la forêt sacrée du clan des Nara ; son corps est mis en pièce avec des parchemins explosifs allumés par Shikamaru grâce à une cigarette en hommage à son maître Asuma (il utilise son briquet dans l'anime), puis les morceaux sont ensevelis par des rochers dans un trou. Il n'est pas véritablement mort, sa tête étant intacte, et pouvait toujours parler et menacer Shikamaru de se venger du fond de sa « tombe »[1].

Personnalité

Symbole Jashin

Hidan appartient à la religion de Jashin (ジャシン?), un dieu qui prône la destruction totale de toute forme de vie. Tout ce qui est inférieur à la destruction est considéré comme un péché, c’est pour cette raison que Hidan déteste considérablement devoir capturer des adversaires vivants. Fervent croyant, il prie avant chaque combat à mener avec une chaîne de perle où est accroché le symbole de cette religion (constitué d'un triangle équilatéral et de son cercle circonscrit), et lorsque la bataille est terminée, il suit un rituel au cours duquel il doit rester allongé dans son symbole tracé sur le sol, une lance plantée dans le corps et prier pendant près d’une demi-heure. Hidan déteste être interrompu dans un combat ainsi que suivre les ordres qui lui sont imposés par Pain, qu’il ne respecte absolument pas, allant jusqu’à l’insulter devant les membres de l’organisation. Il est d’un tempérament assez impulsif et violent, n’hésitant pas à foncer tête baissée vers le danger quels que soient les risques, qu’il néglige du fait de son immortalité.

Hidan ne s’entend pas avec Kakuzu, dont il déteste le côté matérialiste (il n’accorde aucune importance à l’argent), mais est contraint de faire équipe avec lui : Kakuzu a déjà tué plusieurs anciens associés lors d'accès de fureur, or cela est impossible avec Hidan, en raison de son immortalité.

Capacités

Pour se battre, Hidan se sert d’une faux de trois lames qu’il utilise comme un projectile qu’il peut commander à l’aide d’une corde de 15 mètres reliée à un système de bobines accroché à sa taille, et qui fait de lui, selon ses dires, le membre le plus lent d'Akatsuki. Cette faux n’est pas utilisée pour tuer l’ennemi, mais pour lui infliger des blessures et récupérer son sang, indispensable pour effectuer son rituel très particulier qui aura pour effet de le « relier » à lui, et qui se déroule en plusieurs étapes.

D’abord, Hidan prélève sur sa faux le sang de son adversaire, qu’il avale (une goutte suffit). À partir de ce moment, une sorte de « connexion » invisible le relie à ce dernier, et la peau de Hidan devient noire et striée de marques blanches à l’endroit où se situent les os, lui donnant un côté macabre. Ensuite, avec son propre sang, Hidan trace un pentacle sur le sol, formé d'un triangle équilatéral et de son cercle circonscrit (le symbole de sa religion), et se place à l'intérieur ; dès lors, toutes les blessures qu’il reçoit sont également infligées à son adversaire.

Une fois la cérémonie commencée, Hidan torture son adversaire en s'infligeant des blessures plus ou moins graves à l’aide d’une lance, avant de l'achever en se poignardant dans le cœur. Étant immortel mais non insensible à la douleur, il ressent celle-ci avec la même intensité que son adversaire, et semble même l'apprécier[2]. Cette technique n’est efficace que s’il reste sur son emblème au sol ; s'il le quitte, le lien existe toujours et sa transformation physique reste, mais les blessures ne sont plus partagées.

Hidan forme un duo très puissant avec Kakuzu ; ils combinent leurs capacités efficacement, Kakuzu pouvant attaquer l’adversaire à distance sans se préoccuper de la sécurité de Hidan, pendant que celui-ci le harcèle au corps à corps pour récupérer son sang.

Apparition dans les autres médias

Le personnage de Hidan est souvent développé dans des flash-backs, concernant Akatsuki.

Réception

Techniques

Faux à trois lames
  • Arcanes maudites - Pouvoir sur la mort par le sang (呪術・死司憑血, Jujutsu - Shijihyōketsu?)
    Technique de malédiction qui consiste à lier physiquement deux personnes entre elles grâce au sang de l'autre personne concocté par la principale. Toutes les blessures que l'invocateur reçoit sont aussi subies par la personne avec qui il est lié.

Jeux vidéo

  • Chasse aux esprits (呪術・御霊狩り, Mitamakari?)
    Hidan réalise un combo d’une dizaine de coups avec sa faux, juste une attaque offensive.

Bibliographie

Notes et références

  1. Chapitres 338-339
  2. La technique qu'exécute Hidan ressemble sur certains points à un rituel vaudou, notamment avec la marque tracée sur le sol, l'apparence physique après la métamorphose qui rappelle beaucoup le Baron Samedi, figure connue du culte vaudou, ou bien le fait d'infliger des douleurs à distance, comme avec les poupées vaudou.