Harriet Wistrich

Harriet Wistrich
Harriet Wistrich, April 2016.jpg
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Harriet K. Wistrich
Nationalité
Activité

Harriet Wistrich, née en 1960, est une avocate et féministe radicale anglaise spécialisée dans les affaires de droits de l'homme, en particulier les affaires impliquant des femmes qui ont été agressées sexuellement ou qui ont tué leurs partenaires violents[1],[2]. Elle travaille pour Birnberg Pierce & Partners  à Londres[3]. Elle a été l'avocate de l'année pour les droits de l'homme de Liberty  en 2014[1].

Harriet Wistrich est cofondatrice de Justice for Women , le groupe féministe de réforme du droit[1],[4] et directrice fondatrice du Center for Women's Justice[5]. Elle a écrit pour The Guardian et est éditrice, avec sa partenaire Julie Bindel, de The Map of My Life: The Story of Emma Humphreys  (2003).

Biographie

Famille

Harriet Wistrich est née à Hampstead d'Enid et d'Ernest Wistrich, tous deux juifs séculiers. Enid est devenue Reader in Politics and Public Administration à Middlesex University (1979–1995), puis professeur invité en sciences politiques[6]. Elle avait été conseillère syndicale et présidente du Greater London Council Film Viewing Board dans les années 1970. Ses publications incluent 'I don't mind the sex, it's the violence': Film Censorship Explored (1979)[7],[8] The Politics of Transport (1983) et, avec David M. Smith, Devolution and Localism in England (2014).

Ernest était originaire de la Ville libre de Dantzig. Il a fréquenté un pensionnat à Brighton avant de s'installer définitivement au Royaume-Uni peu de temps avant que l'Allemagne n'envahisse la Pologne en 1939. Comme sa femme, il est devenu conseiller local du travail et a été candidat au Parlement. Il a été directeur du Mouvement européen international à partir de 1966 et a reçu l'Ordre de l'Empire britannique. Il est l'auteur de The United States of Europe (1992)[9].

Éducation

Les Wistrich se sont mariés en 1950 et ont eu trois enfants. Matthew, né en 1957, était handicapé et est décédé à l'âge de 14 ans. Harriet a suivi en 1960 et Daniel en 1964[7],[9]. Élevés comme laïcs, non Cacherout et non sionistes[10], les enfants ont rejoint The Woodcraft Folk  et vivaient dans ce que Julie Bindel appelait un « foyer libéral de la classe moyenne supérieure ». Malgré son éducation, Daniel a déménagé en Israël à l'âge de 23 ans et est devenu juif hassidique[7].

Harriet Wistrich est allée à l'Université d'Oxford, où elle est devenue féministe, est sortie lesbienne et a obtenu un diplôme en philosophie, politique et économie. Après Oxford, elle et un ami ont fait de l'auto-stop à travers le pays à la recherche d'une ville où ils pourraient s'installer. Ils ont choisi Liverpool, où Harriet Wistrich s'est impliqué dans la réalisation de films avant de décider d'étudier le droit[1]. Elle a suivi un Common professional examination (law)  de deux ans en droit et a terminé son Legal Practice Course  en 1995 à l'Université de Westminster à Londres. En 1997, elle est devenue avocate après une formation au cabinet Winstanley-Burgess[a],[11].

Carrière

Justice for Women

En 1991, Harriet Wistrich a cofondé le groupe féministe de réforme du droit Justice for Women (JFW) - avec Julie Bindel et Hilary McCollum - pour faire campagne contre les lois discriminatoires à l'égard des femmes dans les affaires de violence masculine envers leurs partenaires[4],[12] a été créée dans le cadre de la campagne Free Sara Thornton pour obtenir la libération de Sara Thornton , condamnée en 1989 pour le meurtre de son mari violent[12],[2],[13]. E. Jane Dickson a écrit dans The Independent en 1995 que le groupe était dirigé par Wistrich, Bindel et leur chien, Peggy, hors de leur domicile dans le nord de Londres[2].

L'un des premiers cas de JFW a été celui de Emma Humphreys , qui avait été reconnue coupable de meurtre après avoir tué son petit ami proxénète et violent en 1985, alors qu'elle avait 17 ans. En , elle a écrit à JFW de la prison pour lui demander de l'aide, et avec le soutien de Wistrich et Bindel, elle a réussi à faire appel de la condamnation, alléguant la provocation à long terme . Des reportages du montrent les trois femmes quittant Old Bailey après que les juges ont ordonné la libération d'Emma Humphreys. Harriet Wistrich a déclaré lors d'une conférence de presse que l'affaire avait été « une erreur judiciaire comparable à celle des Quatre de Guildford et de Judith Ward »[14],[1].

Trois ans plus tard, Wistrich et Bindel ont trouvé Emma Humphreys morte dans son lit à son domicile, d'une surdose accidentelle de médicaments sur ordonnance[1] Sur la base du journal de Emma Humphreys, qui a été trouvé après sa mort, ils ont co-édité un livre, The Map of My Life: The Story of Emma Humphreys (2003)[15]. JFW décerne tous les ans le Emma Humphreys Memorial Prize à ceux qui sensibilisent à la violence contre les femmes et les enfants[1],[16].

Affaires

Harriet Wistrich a rejoint Birnberg Peirce & Partners en 2002[11]. Elle a représenté plusieurs femmes dans des appels couronnés de succès contre des condamnations pour meurtre, notamment Stacey Hyde, Christine Devaney, Diane Butler et Kirsty Scamp [5] et d'autres plaideurs dans des affaires très médiatisées. Ces dernières incluent Jane Andrews , qui a été libérée sous licence en 2015[17],[18], deux détenues au Yarl's Wood Immigration Removal Centre  qui ont allégué une agression sexuelle de la part du personnel[19], huit femmes affectées par UK undercover policing relationships scandal , et deux femmes qui ont été agressées par John Worboys , un violeur en série ; elles ont poursuivi avec succès la police pour n'avoir pas enquêté sur leurs plaintes[20]. Wistrich représentait également la famille de Jean Charles de Menezes, qui a été abattu par la police à Londres en [21].

En 2016, elle est devenue directrice fondatrice du Center for Women's Justice, un organisme de bienfaisance qui cherche à « tenir l'État responsable des échecs dans la prévention de la violence contre les femmes et les filles »[5]. Nick Cohen  a l'a appelée « la meilleure avocate féministe que je connaisse »[22].

Publications

  • (2015) « Gayle Newland behaved no worse than rogue undercover police officers », The Guardian, 17 September 2015.
  • (2015) « New rape guidelines are welcome – if they’re actually followed », The Guardian, 29 January 2015.
  • (2009) « Jean Charles de Menezes », Socialist Lawyer.,51, January 2009, p. 12–14
  • (2008) avec Frank Arnold et Emma Ginn, « Outsourcing Abuse: The use and misuse of state-sanctioned force during the detention and the removal of asylumseekers », Birnberg Peirce & Partners, Medical Justice and the National Coalition of Anti-Deportation Campaigns
  • (2003) avec Julie Bindel (eds.) The Map of My Life: The Story of Emma Humphreys, Astraia Press (ISBN 978-0954634100)
  • (1988) avec Lynn Alderson, « Clause 29: Radical Feminist Perspectives », Trouble & Strife, 13, p. 3–8.
  • (1988) « The Use and Misuse of Identity Politics », in D. Harway (ed.), A Word in Edgeways: Jewish Feminists Respond, Jewish Feminist Publications, p. 22–29.

Bibliographie

  • Undercover Policing: Interim Report, Thirteenth Report of Session 2012-13, Report, Together with Formal Minutes, Oral and Written Evidence, Great Britain: Parliament: House of Commons: Home Affairs Committee, The Stationery Office, 2013 lire sur Google Livres
  • Gurpal Virdi, Behind The Blue Line: My fight against racism and discrimination in the Police, Biteback Publishing, 2018 lire sur Google Livres

Notes

  1. Winstanley-Burgess est un cabinet d'avocats spécialisé dans l'aide juridique, créé par Sonia Burgess , fermé en 2003

Références

  1. a b c d e f et g Gupta, Rahila (12 January 2015). "Women defenders of human rights: the good, the great and the gutsy". OpenDemocracy
  2. a b et c E. Jane Dickson, « Sisters to the death », The Independent,‎ (lire en ligne)
  3. Laville, Sandra (2 July 2014). "Women duped by Met undercover officers win high court ruling", The Guardian.
  4. a et b "Justice for Women", justiceforwomen.org.uk.
  5. a b et c "Harriet Wistrich", Centre for Women's Justice.
  6. Identité régionale et diversité en Europe: expérience au Pays de Galles, en Silésie et en Flandre, London, The Federal Trust for Education & Research, , « Notes on Contributors », vii
  7. a b et c  Bindel, Julie (9 août 2008). "Première personne", The Guardian
  8. "Une semaine avec John Gulliver - Enid et Ernest Wistrich célèbrent 50 ans de mariage", West End Extra , 9 septembre 2010
  9. a et b Wistrich, Harriet (12 juin 2015). "Nécrologie d'Ernest Wistrich". The Guardian
  10. Natalie Thomlinson, Race, Ethnicity and the Women's Movement in England, 1968–1993, London, Palgrave Macmillan, , p. 114
  11. a et b Rice, Anita. "Lawyer in the News", The Law Society Gazette, 9 November 2007.
  12. a et b  "Reference", Summer 2006. J
  13. Peter Barberis, John McHugh et Mike Tyldesley, Encyclopedia of British and Irish Political Organizations: Parties, Groups and Movements of the 20th Century, Londres et New York, Pinter, , p. 459
  14. "Emma Humphreys – An Inspiring Legacy", directed by Pratibha Parmar, courtesy of YouTube, 12 November 2009; 00:00:14 for the Old Bailey; 00:01:34 for the date Humphreys wrote to JFW; and 00:02:04 for Wistrich comparing the case to the Guildford Four and Judith Ward.
  15. Julie Bindel, « This one's for Emma », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  16. "Emma Humphreys Memorial Prize", emmahumphreys.org.
  17. Rachel Cooke, « Snap decisions », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  18. "Killer ex-royal dresser Jane Andrews to be released", The Daily Telegraph, 21 May 2015.
  19. Alan White, « Yarl's Wood: An object lesson in how evil happens », New Statesman,‎ (lire en ligne)
  20. Dil & Ors v Commissioner of Police of the Metropolis [2014] EWHC 2184 (QB) (2 July 2014) ; Laville, Sandra (28 February 2014). "John Worboys victims win Met police compensation claim", The Guardian.
  21. Harriet Wistrich, « Verdict on a whitewash », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  22. Nick Cohen, (14 septembre 2013), « L'affaire Yarl's Wood est un symptôme, pas la maladie », The Guardian

Liens externes