Hôtel de la Marine

Hôtel de la Marine
Image dans Infobox.
Hôtel de la Marine, vue de la façade sur la place de la Concorde.
Présentation
Destination initiale
Destination actuelle
Lieu d'exposition, monument historique, bureaux
Architecte
Construction
1757-1774
Propriétaire
Patrimonialité
Site web
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
Coordonnées
48° 52′ 00″ N, 2° 19′ 23″ E

L'hôtel de la Marine (initialement hôtel du Garde-Meuble) se situe dans le 8e arrondissement de Paris, au 2 place de la Concorde.

Il constitue l'édifice Est d'un ensemble de deux bâtiments jumeaux encadrant la rue Royale.

Son pendant, l'hôtel des Monnaies, abrite aujourd'hui l'hôtel de Crillon et l'Automobile Club de France.

Histoire

1748 : Gabriel édifie un décor à la Gloire du Roi

La Félicité publique, fronton oriental de l'hôtel de la Marine[1].
La Magnificence, fronton occidental (à droite)[2].


En 1748, Louis XV gouverne seul depuis cinq ans à la suite de la mort du Cardinal Fleury. Il cherche à affirmer et consolider son pouvoir personnel face à l'ombre tutélaire du règne légendaire de Louis XIV et aux splendeurs et décadences de la Régence.

Particulièrement prospère grâce au commerce maritime extérieur, les revenus de la France grimpent de 80 à 308 millions de livres entre 1716 et 1748. Le Roi lance alors une série de grands travaux industriels, religieux ou de prestige dans tout le Royaume.

A Paris, les échevins de Paris se proposent d'offrir au Souverain un monument dédié à sa gloire personnelle sous la forme d'une statue équestre en Imperator romain comme il était souvent d'usage (à l'image de la Place des Victoires consacrée à Louis XIV).

Cette statue est commandée à Edmé Bouchardon mais le projet s'élargit à la construction d’une esplanade monumentale dédiée à la gloire du Roi sur le modèle des Places des Conquêtes (Place Vendôme), de la Place Royale (actuelle Place des Vosges), de la Place Dauphine ou de la Place des Victoires.

Plusieurs emplacements sont envisagés et après maintes hésitations, le Roi choisit finalement l'espace marécageux situé au pied de la colline du Roule entre le bois malfamé des Champs-Elysées et l'extremité ouest du Parc de son Château des Tuileries.

Un concours d’architecture est alors lancé pour l’aménagement de cette place au terme duquel dix-neuf propositions sont déposées. Aucune ne satisfait le roi et il en est de même du second concours organisé.

En 1753, Ange-Jacques Gabriel, Premier architecte du Roi, propose une synthèse des différents projets pour créer les plans définitifs de la future Place Louis XV :

  • La statue du roi sera au centre représenté à la romaine, c’est à dire chevauchant sans selle et sans étriers.
  • La place cernée de jardins en fossés secs sera bordée de balustrades.
  • A l’ouest, la place s’ouvre sur trois avenues :
  • A l'est l'entrée vers les Jardins Royaux et le Palais des Tuileries est légèrement réaménagée
  • Au sud : l'ouverture vers la Seine reste libre de toute construction
  • Au nord : deux palais jumeaux aux façades classiques monumentales encadrent de part et d’autre la rue Royale

En 1757, seules les façades des hôtels sont édifiées telles un décor fermant la Place Louis XV au Nord sans qu'aucun bâtiment ne soit construit derrière eux.

1765 : un écrin pour les collections du Roi

En 1765, les façades qui ne sont encore que des décors vont finalement trouver une affectation et ce sont deux palais jumeaux qui vont commencer à s'élever de part d'autres de la rue Royale.

La construction du batiment derrière les façades d'Ange-Jacques Gabriel va durer de 1757 à 1774 sous la direction de l'architecte et contrôleur général des Bâtiments du roi, Louis-François Trouard. Cependant, il reste encore à trouver une affectation aux bâtiments. Ce sera chose faite en 1767.

Le Palais occidental doit accueillir l'Hotel des Monnaies mais, trop éloigné du centre des affaires, il est finalement subdivisé en quatre lots avec charge aux acquéreurs d'y construire des maisons particulières à leur frais.

Le Palais oriental est quant à lui destiné au Garde-Meuble royal (Administration en charge du mobilier du Roi). Censé n’occuper qu’une partie du bâtiment, le Garde-Meuble investit l'ensemble des murs en 1767.

Ancêtre du Mobilier national, cette institution était chargée du choix, de l’achat et de la conservation du mobilier et des collections du Roi : armes et armures, cadeaux diplomatiques, étoffes, tentures et tapisseries, vases de pierres dures, porcelaines, chinoiseries, bronzes, biscuits... mais aussi batteries de cuisine et linges de maison.

Enfin le Garde-Meuble conserve les diamants de la Couronne de France et les bijoux personnels du Roi et de la Famille Royale.

Fontanieu constitue la vitrine des Arts Décoratifs du XVIIIe siècle

La chambre de Pierre-Élisabeth de Fontanieu, après la rénovation de 2016-2021.

Le Contrôleur Général du Garde-Meuble et Intendant du Roi, Pierre-Elisabeth de Fontanieu, fait aménager l’Hôtel afin de satisfaire aux différents besoins de son administration : entrepôt, ateliers, appartements de fonction, galeries d'exposition.

Il va y regrouper avec un goût sûr et averti la quintessence de ce qu'il y a de plus luxueux, raffiné et innovant en termes d'Arts Décoratifs et d'aménagements intérieurs au XVIIIe siècle orientant ainsi le goût français et européen et le poussant à un niveau d'excellence inégalé.

Marchands, artistes, artisans, mécènes défilent au Garde-Meuble et sont reçus dans des pièces d'exposition parfois plus richement décorées que les maisons royales.

L'hôtel abrite également plusieurs appartements, dont le logement de l'intendant du Garde-Meuble. On y trouve également la chapelle dite du cardinal de Richelieu, une buanderie, une bibliothèque, des ateliers et des écuries.

1777 : le premier Musée d'Arts Décoratifs ouvre ses portes au public

En 1777, Fontanieu inaugure également le principe de l'exposition et du musée en ouvrant des galeries dédiées au public tous les premiers mardis de chaque mois entre 9 heures et 13 heures « de la Quasimodo à la Saint-Martin » (du premier dimanche après Pâques jusqu'au 11 novembre) .

Ce premier musée public bâti sur le principe des cabinets de curiosités comprend trois salles d'exposition :

  • La Salle d'Armes qui présente une collection d'armures et armes des Rois de France (aujourd'hui aux Invalides et au Louvre);
  • La Galerie des Grands Meubles qui conserve dans de grandes armoires des étoffes et une collection de tapisseries unique au monde (aujourd'hui au Louvre, au Mobilier National et dans les Palais Nationaux)
  • La Salle des Bijoux qui réunit des vases de pierres de couleurs et de cristal de roche, l'orfèvrerie, des présents diplomatiques ainsi que les joyaux de la Couronne dont des diamants montés en parure enfermés dans des vitrines[3].

Pierre-Élisabeth de Fontanieu demande à se retirer en 1784 pour raisons de santé et meurt la même année.

1784 : Thierry de Ville d'Avray instaure le Principe de la Régie

Le grand cabinet de travail de Thierry de Ville-d'Avray, après la rénovation de 2016-2021.

Marc-Antoine Thierry de Ville-d'Avray, premier valet de chambre du Roi remplace le Marquis de Fontanieu en 1784.

Dès le début de son administration, il rédige un règlement pour les commandes, les prêts de meubles et la gestion de l'établissement. Au lieu de commander les meubles à des artisans indépendants, il choisit de s'adresser à une régie placée sous la surveillance du sculpteur Jean Hauré.

On y trouve des ébénistes tels que Guillaume Benneman, des menuisiers dont Jean-Claude Sené et Jean-Baptiste Boulard, des sculpteurs comme Nicolas Vallois et François Chatard, des bronziers parmi lesquels Pierre-Philippe Thomire, Etienne-Jean Forestier et André Ravrio ou encore des tapissiers tels que Claude-François Capin.

Ce système permet de faire des économies mais favorise un certain clientélisme et favoritisme qui génèrent des jalousies. Fraichement annobli et avec un caractère très arriviste, l'Intendant du Garde-Meuble de la Couronne fait rapidement fortune, son arrivisme attise la jalousie autour de lui et sa gestion du Garde-Meuble est parfois remise en question.

La Révolution : un balcon sur l'Histoire et un changement de destination

13 juillet 1789 : les canons du Siam contre la Bastille

Au matin du 13 juillet 1789 des émeutiers parisiens s'introduisent dans le bâtiment à la recherche d’armes.

Le Contrôleur Général Thierry de Ville d'Avray est absent et c'est son adjoint qui fait face aux Révolutionnaires.

Habilement, il les oriente vers la Salle d'Armes pour détourner les convoitises des bijoux et objets plus précieux.

Les insurgés ressortent avec pics et épées de parade ainsi que des canons d'apparat offert à Louis XIV par le Roi de Siam en 1684. Montés sur des affûts damasquinés en argent et de taille symbolique ils se révèleront particulièrement inefficaces.

11-16 septembre 1792 : le casse du siècle

Les faits

Le 17 juin 1791, l’Assemblée Constituante décide de faire procéder à l’inventaire complet du Garde-Meuble. En effet, la fuite de la famille royale fait craindre qu'elle n'ait emporté son trésor avec elle ou qu'elle ait missionné des proches pour le récupérer afin de payer les armées contre-révolutionnaires. Le rapport d’inventaire ne révèle aucune disparition des joyaux de la Couronne mais un manque d’or.

Thierry de Ville d'Avray est soupçonné et il lui est enjoint de se tenir « aux ordres des commissaires ». Désormais surveillé, il aménage un meuble pour y cacher neuf coffrets comprenant les trois quarts des joyaux.

Après la prise des Tuileries lors des massacres de septembre 1792, le Ministre de l'Intérieur Roland fait arrêter Thierry de Ville d'Avray et fait nommer à sa place Jean-Bernard Restout au titre de Directeur du Garde-Meuble.

Alexandre Lemoine-Crécy, beau-frère de Thierry de Ville d'Avray qui avait la charge de Garde Général de la Couronne, remet les coffrets des bijoux à Roland et Restout. Le procès-verbal de récolement mentionne qu'ils n'ont pas été ouverts et ont été déposés dans la salle des bijoux, mise immédiatement comme l'ensemble du Garde-Meuble sous scellés en présence de Roland et Restout.

Le trésor, amassé depuis le XVIe siècle par les rois de France, est alors composé de plus de 10 000 pierres, dont des pièces uniques telles que le "Grand Saphir" de Louis XIV, le diamant le "Sancy", le "Régent", des perles, des rubis, des émeraudes, des topazes et autres saphirs. La valeur de l'ensemble est alors estimée à 23 millions de livres.

A la faveur de la nuit du 11 au 12 septembre 1792, une quarantaine de voleurs menés par un certain Paul Miette escaladent la façade du Garde-Meuble à l'aide de cordes en prenant appui sur les réverbères de la désormais Place de la Révolution.

Ils atteignent le balcon du premier étage et protégés de la vue d'éventuels passants ils brisent un carreau puis percent un trou (toujours visible aujourd'hui) dans le volet intérieur du salon où sont entreposés les précieux bijoux.

Pendant quatre jours et nuits ils ripaillent, organisent une bruyante fête arrosée, font monter des prostitués, sans qu'aucun garde n'entende rien. Le 16, à la faveur d'une relève, une patrouille découvre que les scellés ont été brisés.

Préjudice

Mis à part le constat d'un désordre général, rien ne semble avoir été volé hormis les bijoux de la Couronne dont la vitrine qui n'a même pas été fracturée n'abrite que les coffrets vides. Quelques diamants seront retrouvés au sol mais le préjudice atteint près de 30 millions de francs.

La plupart des pillards sont appréhendés dans la soirée et le lendemain. Mis au secret, huit d'entre eux sont reconnus coupables de « conspiration tendant à spolier la République » et immédiatement condamnés à mort par guillotine.

Ville d'Avray est quant à lui retrouvé assassiné à la prison de l'abbaye où il avait été enfermé.

A qui profite le crime ?

Les enquêteurs ont relevé de nombreuses incohérences sur les lieux :

  • Les serrures des armoires contenant les diamants n'ont pas été forcées
  • Quarante voleurs ont pu entrer, sortir, ripailler et déménager 10 000 bijoux et pierres précieuses 4 jours et nuits durant sans attirer l'attention
  • La garde était opportunément réduite de façon irrégulière à la suite de maladies plus tard révélées comme non avérées ou de permissions imposées
  • Les bijoux immédiatement retrouvés étaient les moins précieux, nécessitant une connaissance et une expertise préalable que n'avaient pas les voleurs arrêtés.

Alors, à qui profite le crime ? plusieurs hypothèses sont possibles :

  • Est-ce Thierry de Ville d'Avray qui dès la fuite du Roi à Varennes sous le prétexte d'opérations de retaille ou de réparation avait réussi à évacuer les pierres les plus importantes vers des diamantaires flamands pour financer une éventuelle armée contre-révolutionnaire ? Il aurait alors remis les coffrets vides à Lemoine-Crécy qui lui-même aurait remis des coffres tout aussi vides à Roland et Restout ? Le procès-verbal mentionne que les coffrets n'ont pas été ouverts et des échanges avec les banquiers hollandais Vandenyver accréditent partiellement cette hypothèse.
  • Lemoine-Crécy aurait-il vidé les coffrets avant de les remettre à Roland et Restout ? A son profit ou en vue de financer une contre-révolution ? Le procès-verbal mentionne que les coffrets n'ont pas été ouverts.
  • Sont-ce Roland et/ou Restout qui auraient vidé les coffrets à leur profit ou à celui des armées révolutionnaires avant de les mettre sous scellé ? Le procès-verbal mentionne que les coffrets n'ont pas été ouverts lors de la remise et Restout ayant pouvoir de poser les scellés auraient pu les briser, voler puis les reposer.
  • Est-ce tout simplement l'insécurité et le chaos global qui régnaient à Paris en septembre 1792 qui explique la négligence de surveillance ?
  • Une dernière hypothèse milite pour le fait que face à une défaite certaine à la bataille de Valmy le 20 septembre 1792 pour les Armées Révolutionnaires pauvres, affamées, mal équipées, inexpérimentées et en infériorité numérique face aux Prussiens et Autrichiens qui marchaient sur Paris, Danton aurait récupéré les bijoux et les auraient offert au Duc de Brunswick à la tête des troupes ennemies. Il apparait en effet que les Généraux des anciennes armées royales Lafayette, Rochambeau et Luckner sont remplacés au dernier moment par des généraux acquis à la Convention (Kellerman et Dumouriez), que la bataille s'est interrompue au bout de quelques heures après des charges prussiennes molles et une retraite inexpliquée et qualifiée de "miraculeuse" de Brunswick qui n'a pas attendu l'arrivée de ses renforts autrichiens pourtant à proximité.
Épilogue

La plupart des bijoux sont retrouvés deux ans plus tard et rejoignent les collections du Muséum d'Histoire Naturelle dès 1795. En dépôt au Louvre on peut aujourd'hui les admirer dans la galerie d'Apollon.

Le "Bleu de France" réapparaît en Angleterre en 1812, mais entièrement retaillé ce qui lui a fait perdre son éclat initial à tout jamais. Il est désormais connu sous le nom de "Diamant Hope" et exposé à la Smithsonian Institution à Washington DC.

21 janvier 1793 : exécution de Louis XVI et signature de l'acte de décès de Louis XVI

Gaspard Monge, Ministre de la Marine depuis 1792 assiste à l'exécution du Roi depuis son bureau et contresigne l'acte de décès du Roi.

24 octobre 1793 : signature de l'acte de décès de Marie-Antoinette

La Reine Marie-Antoinette est exécutée sur la Place de la Révolution le 16 octobre 1793.

Son procès-verbal d’exécution et son acte de décès sont établis et signés le 24 octobre 1793 dans le Salon des Bijoux du Garde-Meuble.

L'original de l'acte a disparu lors de la destruction des archives de Paris en 1871, mais il avait été recopié par des archivistes :

« Du trois du second mois de l'an Second de la République française (24 octobre 1793).

Acte de décès de Marie-Antoinette Lorraine d'Autriche du vingt-cinq du mois dernier (16 octobre 1793) âgée de trente-huit ans, veuve de Louis Capet, vu l'extrait du jugement du tribunal criminel révolutionnaire et du procès-verbal d'exécution en date du 25 du mois dernier.

Signé Woeff, commis greffier. L'officier public Deltroit. »

1798 : la fin du Garde-Meuble et l'arrivée de la Marine

Le 6 octobre 1789 Louis XVI quitte Versailles pour Paris et toutes les administrations du Royaume doivent alors suivre le même chemin et trouver où s'installer à Paris.

Le Comte César Henri de La Luzerne et Jean-Baptiste Berthier, respectivement Secrétaire d’État à la Marine et Cartographe Gouverneur Général des Hôtels-Ministères de la Marine, de la Guerre et des Colonies occupent alors des espaces au deuxième étage et à l’ouest du premier étage.

Symbole de l’Ancien Régime, le Garde-Meuble est dans un premier temps purement et simplement supprimé en 1793. Une partie des meubles et objets d’art est alors vendue aux enchères ou brûlée, notamment pour en récupérer les métaux précieux jusqu'en 1798.

En 1800, il est recréé sous le nom de Garde-Meuble des Consuls puis deviendra ensuite Mobilier Impérial et enfin Mobilier national en 1870. Le Mobilier national est toujours en charge des meubles des différents Palais Nationaux tels que l’Elysée. Il s'installe Quai d'Orsay puis Rue Berbier-du-Mets (XIIIe Arrondissement de Paris) et ne retrouvera jamais ses murs originels.

La Marine investit l'ensemble du bâtiment en 1799 et du bureau du Chef d’État-Major à la galerie des grandes préfectures de Marine, elle va remodeler le lieu en fonction de ses besoins : division des espaces pour augmenter la taille des bureaux, aménagements liés aux évolutions technologiques des XIXe et XXe siècles (électricité, téléphone, ascenseurs…) tout en préservant et enrichissant les décors originels.

Cœur de la Diplomatie économique, marchande et militaire, les murs du salon diplomatique de l'Hôtel de la Marine ont désormais des oreilles au sens propre. En effet, réutilisant un passage de service du XVIIIe derrière le mur de la cheminée une cachette exiguë se dissimule pour écouter et prendre en note les débats qui se déroulaient dans le salon diplomatique.

27 février 1802 : Decrès convoque le bal de l'Europe

Le Salon des Amiraux, après la rénovation de 2016-2021.

Premier bal donné depuis la Terreur, le Bal de l'Europe marque le renouveau de la vie mondaine parisienne.

Organisé par le Ministre de la Marine Denis Decrès à la demande du Premier Consul Bonaparte il regroupe les ambassadeurs des puissances étrangères pour leur signifier le retour de la France dans le concert des Nations.

Des nobles nrançais de l'Ancien Régime tout juste rentrés d'exil, sont également conviés mais annoncés sans leur titre de noblesse, à la différence des invités étrangers. C'est une manière de leur signifier le changement de régime

Gaspard Monge, ministre de la Marine en 1792-1793 qui avait assisté, depuis la fenêtre de son bureau, à l'Hôtel de la Marine, à l'exécution de Louis XVI et avait signé l'acte de décès du roi, est présent afin de renforcer encore le message de Bonaparte.

Juin 1825 : le bal du sacre

A l'occasion du sacre de Charles X le 29 mai 1825 de très nombreux bals sont donnés à Paris dans les semaines qui suivent. Le tout Paris est invité dans des réceptions grandioses, plus imposantes et plus luxueuses les unes que les autres.

Le Ministre de la Marine qui joue un rôle diplomatique et économique clé ne déroge pas et organise un bal à la thématique maritime.

La soirée resta dans les annales, les témoins de l'époque furent impressionnés par le faste de cette soirée qui brillait de mille feux, l'éclairage étant par ailleurs assuré par des luminaires de verre bleu où se découpaient des ancres marines.

25 octobre 1836 : l'obélisque de Louxor est érigé

Loggia de l'Hôtel de la Marine.

Louis-Philippe Ier assiste depuis la loggia à l’érection de l’obélisque de Louxor sur la place, le 25 octobre 1836, par l'ingénieur Apollinaire Lebas à l'aide de machines élévatrices et de gigantesques cabestans.

Louis-Philippe Ier, dont c'était la première grande sortie publique depuis l'attentat d'Alibaud du 25 juin 1836, n'avait pas voulu prendre le risque du ridicule en cas d'échec de l'opération. Il s'était donc installé discrètement, avec la famille royale, aux fenêtres des salons et au moment précis où l'obélisque se dresse sur son socle, le roi et sa famille paraissent au balcon dans une mise en scène parfaitement réglée pour recueillir l'ovation de la foule qui se pressait pour assister à l'opération.

27 avril 1848 : Schoelcher abolit l'esclavage

Dans le même Salon diplomatique Victor Schœlcher, sous-secrétaire d'État à la Marine dans le gouvernement provisoire signe le le décret d'abolition de l'esclavage[4] sur le bureau repositionné et toujours visible aujourd'hui.

En avril 2018, le président Emmanuel Macron annonce la création de la Fondation pour la mémoire de l'esclavage, présidée par Jean-Marc Ayrault, et indique qu’elle aura son siège à l’Hôtel de la Marine[5].

12 février 1866 : le Cortège des Nations

En pleine fête impériale, le Marquis de Chasseloup-Laubat, Ministre de la Marine de Napoléon III donne un bal costumé fameux le 12 février 1866.

3 000 invités sont conviés dans les 18 pièces d'appartements du premier étage fraichement rénovées, lorsqu'à onze heure du soir l'Empereur Napoléon III et l'impératrice Eugénie font leur entrée, masqués également. Un souper raffiné de vingt couverts fut servi dans une salle à manger privée.

La soirée fut marquée par « le cortège des nations » : des femmes costumées, entourées d'un cortège, défilèrent dans les salons pour symboliser la France et les différentes parties du monde : l'Europe, l'Asie, l'Afrique et l'Amérique. La France est habillée d'une longue robe blanche et d'une écharpe tricolore. Elle tient un rameau d'olivier dans sa main, symbole de la paix.

Cette mise en scène, voulue par le ministre lui-même, entendait montrer la force de la Marine française et de la politique coloniale de l'Empire.

18 octobre 1893 : le bal pour l'escadre russe

À la suite de la chute de l'Empire en 1870, la IIIe République se cherche des alliés. Après la signature d'un accord militaire franco-russe en 1892, le ministre de la Marine donne un grand dîner, suivi d'un bal en l'honneur de la Marine Russe

Les invités sont tellement nombreux que la loggia donnant sur la place de la Concorde est transformée en salle de bal, ce qui donne l'occasion aux invités de saluer la foule nombreuse massée sur la place.

Ce bal est la dernière réception d'envergure donnée dans les salons de l'Hôtel de la Marine avant la Première Guerre mondiale.

1923 Classement au Monuments Historiques

L'édifice est classé au titre des monuments historiques en 1923[6] (il était inscrit à l'inventaire supplémentaire depuis 1862).

Deuxième Guerre Mondiale

Le Salon des Amiraux, avant la rénovation de 2016-2021.

Pendant l'Occupation nazi, l’état-major de la Kriegsmarine (Marine Allemande) investit les lieux précipitamment abandonnés en 1940 [7]. Lors de la Libération de Paris en août 1944 les derniers combats se concentrent autour de la Place de la Concorde et au fil de la remontée de la 2e DB rue de Rivoli, qui abritait de nombreux états-majors allemands, de nombreux soldats nazis se retranchent dans l'Hôtel de la Marine.

L'Hôtel présente l'avantage d'offrir, notamment depuis le salon d'angle de l'appartement de l'Intendant au premier étage, une position stratégique pour observer l'arrivée des combattants français. Dissimulés derrière les volets intérieurs du bâtiment, les Allemands pouvaient observer discrètement leurs ennemis par un œilleton percé en plein milieu du volet, un poste de tir aurait même été installé, mais la vulnérabilité de la façade et la progression à couvert des soldats alliés sous les arcades de la Rue de Rivoli le rendent inutile.

Les derniers commandos se réfugient sur les toits avant de se rendre non sans avoir tiré quelques salves lors de la descente des Champs-Elysées par le Général de Gaulle.

1947-2015 : le départ progressif de la Marine

L'antichambre carrelée, avant la rénovation de 2016-2021.

En 1947, le gouvernement de Paul Ramadier est le dernier à intégrer un Ministère de la Marine sous ce nom et dans son intégrité (Amirauté militaire, Commerce, Marine Marchande, Transport, Pêche...). L'ensemble des services civils sont progressivement rattachés à d'autres administrations et quittent l'Hôtel de la Concorde.

Une première restauration des salons Napoléon III et de la colonnade est engagée par la Marine en 2009.

En 2015, le haut commandement de la marine[8] déménage vers le centre de Commandement des Armées Hexagone dans le 15e arrondissement, destiné à regrouper tous les services civils et militaires de défense nationale.

1989 : bicentenaire de la Révolution

Les 13 et 14 juillet 1989, les invités du président de la République François Mitterrand peuvent suivre le défilé commémoratif du bicentenaire de la Révolution française conçu par Jean-Paul Goude depuis la loggia[9].

2011 : la commission Giscard d'Estaing pour définir un avenir inédit

L'État, propriétaire du bâtiment, envisage un temps de l'affecter à l'accueil de réceptions publiques et privées[10] via un appel à candidature pour le confier par bail à un opérateur privé[11]mais les oppositions s'élèvent contre une privatisation du patrimoine et l’énième création d'un hôtel de luxe destiné aux séminaires d'entreprises.

Le Président de la République, Nicolas Sarkozy impose un moratoire et nomme le l'un de ses prédécesseurs, Valéry Giscard d'Estaing, à la tête d'une commission chargée de se pencher sur l'avenir du bâtiment[12].

La commission rend son rapport en et propose que le bâtiment reste propriété de l'État pour en faire « une galerie du trésor français », et un espace d'expositions temporaires ou de ventes dans les parties historiques. Elle propose également la création d'un restaurant et d'une boutique/librairie. Pour les étages supérieurs et les anciens bureaux, elle propose de les offrir à la location après réhabilitation. Des bureaux de la Cour des Comptes pourraient aussi être accueillis dans l'hôtel.

Le président Sarkozy suit l’avis de la commission et engage un appel à projet auprès du Musée du Louvre et du Centre des Monuments Nationaux (CMN). Les deux projets doivent viser à ouvrir au public les espaces les plus prestigieux du bâtiment après remise en état.

Le projet du Louvre prévoit d’y présenter les collections de plusieurs institutions, dont le Mobilier national, la manufacture de Sèvres ou le musée des Arts décoratifs[13]. Tandis que le Centre des monuments nationaux[14] envisage un projet plus innovant dans l'approche prévoyant une remise en contexte d'un appartement de réception au XVIIIe siècle.

L'hôtel continue à accueillir diverses cérémonies dans les salons Second Empire (remise des prix du plumier d'or, un concours de français organisé par l'association de défense de la langue française (DLF)).

En 2012, l'allocution présidentielle du 14 Juillet a lieu pour la première fois à l'hôtel de la Marine, et non au palais de l'Élysée comme à l’accoutumée.

2016-2020 : le projet novateur du Centre des Monuments Nationaux

En 2016, le Louvre se retire du projet et le CMN engage une profonde restauration du bâtiment, de 2017 à 2021[15] à l'issue de laquelle 6000 m2 doivent être ouverts au public (dont les salons d'apparat et les appartements datant du XVIIIe siècle) et 6000 m2 loués à des entreprises (parmi les locataires figure la Fédération internationale de football association (FIFA), qui occupe le 3e étage du bâtiment[16]).

Un passage est ouvert au rez-de-chaussée entre la rue Royale et la place de la Concorde, donnant accès à des boutiques, à une librairie et à trois restaurants[17].

L'ouverture des salles au public permet d'accéder à la colonnade, aux salons d'apparat et aux espaces associés à l'histoire de la marine. L'hôtel de la Marine abrite également la collection Al Thani du Qatar durant vingt ans[18].

Le monument est inauguré par le Président de la République Emmanuel Macron le 10 juin 2021[19] et rouvre au public le après 4 ans de travaux et une année de pandémie.

Description

Le bâtiment a une superficie totale de 12 000 m2, dont 4 000 m2 de surface bâtie, et ne compte pas moins de 553 pièces dont le fameux « salon des Amiraux »[20].

La façade a été conçue par Ange-Jacques Gabriel, premier architecte du Roi, auteur des plans de la place Louis-XV (devenue la place de la Concorde).

Ses deux frontons sont ornés de reliefs représentant des allégories de la Magnificence et de la Félicité publiques, œuvres de Guillaume II Coustou et de Michel-Ange Slodtz.

En 1976, le tympan de Michel-Ange Slodtz est déposé et remplacé par une copie du sculpteur André Lavaysse ; à la suite d'une mauvaise coordination des services de l'État, l'œuvre de Slodtz, qui était en mauvais état, fut brisée et envoyée à la décharge publique[21].

L'hôtel lui-même a été bâti sur des plans de Gabriel sous la direction de Jacques-Germain Soufflot. Les décors intérieurs, d'une grande magnificence, sont l'œuvre de l'architecte Jacques Gondouin, inspiré par Piranèse, et constituent une étape importante dans l'évolution du goût au XVIIIe siècle.

« Bien que remaniés sous le Second Empire, les grands salons d'apparat et surtout la Galerie dorée conservent encore certains éléments du décor d'origine »[22].

L’hôtel comprend quatre cours intérieures : la cour des Ateliers, la basse-cour, la cour d’Honneur et la cour de l’Intendant, cette dernière recouverte par une spectaculaire verrière de 300 m2, conçue par l’architecte britannique Hugh Dutton[23].

La loggia jouxtant le salon des Amiraux, surnommée le « balcon de l’État »[24], offre une vue imprenable sur la place de la Concorde. C’est depuis cette loggia que le roi Louis-Philippe Ier assiste à l’érection de l’obélisque de Louxor sur la place, en 1836, ou, plus récemment, que les invités du président de la République François Mitterrand peuvent suivre le défilé commémoratif conçu par Jean-Paul Goude en juillet 1989[25].

Réplique américaine de l'hôtel de la Marine.

L’hôtel de la Marine dans la culture

Une réplique aux États-Unis

Une réplique de ce bâtiment est située à Philadelphie, aux États-Unis, en lieu de l'ancienne « Family Court of Philadelphia ».

Notes et références

  1. Allégorie de la Félicité publique représentée par une femme assise et couronnée de fleurs. Entourée d'enfants jouant de la musique, elle pose la main droite sur un grand médaillon, où devait être placé un portrait du roi, autour duquel des enfants disposent des guirlandes.
  2. « La Magnificence, richement vêtue, porte sur la tête un diadème. De la main gauche, elle tient un plan déplié où devait être dessinée la place Louis XV. Elle maintient de la droite, une statue de Minerve. Des enfants jouent avec le maillet et le avec le maillet et le ciseau, la palette et le pinceau, au milieu de bustes, de chapiteaux et d'assises de colonnes symbolisant les Arts libéraux, la Richesse et le Luxe ». Cf Solange Granet, Images de Paris. La Place de la Concorde, Gallimard, , p. 43.
  3. Stéphane Castelluccio, « Hôtel de la Marine : la France à l'encan ? », La Tribune de l'art, 9 mars 2009.
  4. Cédric Pietralunga, « A Paris, l’hôtel de la Marine retrouve son lustre du XVIIIe », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  5. « Emmanuel Macron annonce la création de la Fondation pour la mémoire de l’esclavage », francetvinfo.fr, 27 avril 2018.
  6. Notice no PA00088817, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  7. « Rappel historique : L'Hôtel de la Marine, un balcon de l'histoire de France », Bouygues.
  8. « Hôtel de la marine (75) », cheminsdememoire.gouv.fr.
  9. Hôtel de la Marine, Beaux Arts & Cie, 2021 (ISBN 979-10-204-0646-0).
  10. « L'Hôtel de la marine transformé en lieu de réception de la République ? », Mer et Marine, 8 janvier 2008.
  11. Claire Bommelaer, « Un appel à projet pour l'hôtel de la Marine », Le Figaro, 26 novembre 2010.
  12. AFP, « Hôtel de la Marine : VGE nommé », Europe 1, 5 février 2011.
  13. Claire Bommelaer, « L'hôtel de la Marine annexé par le Louvre », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  14. L'hôtel de la Marine sera confié aux Monuments nationaux, Le Monde.fr, 10 janvier 2014.
  15. « Grande restauration au menu de l’hôtel de la Marine », Le Monde, 3 avril 2017.
  16. Benoît Hopquin, « Les Al-Thani et la FIFA en colocation à l’hôtel de la Marine à Paris », sur Le Monde, (consulté le ).
  17. Claire Bommelaer, « L'hôtel de la Marine, en avant toute ! », Le Figaro, encart « Culture », mardi 30 septembre 2014, page 31.
  18. Paris : la collection al-Thani du Qatar prend pied à l'hôtel de la Marine
  19. « Emmanuel Macron inaugure l’hôtel de la Marine, nouveau lieu de l’attractivité à Paris », sur francetvinfo.fr, 10 juin 2021.
  20. Qu'est-ce que l'Hôtel de la Marine ?.
  21. Louis Réau, Histoire du vandalisme.
  22. Jean-Marie Pérouse de Montclos (dir.), Le Guide du patrimoine. Paris, Paris, CNMHS, conseil régional d'Île-de-France et Hachette, 1994, p. 177.
  23. Jean-Jacques Larrochelle« Architecture : l’hôtel de la Marine s’ouvre à la lumière », Le Monde, 15 mars 2019.
  24. Cédric Pietralunga« À Paris, l’hôtel de la Marine retrouve son lustre du XVIIIe », Le Monde, 13 mars 2021.
  25. Hôtel de la Marine, Beaux Arts & Cie, 2021 (ISBN 979-10-204-0646-0).

Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie

  • Martial de Pradel de Lamase, Guide historique de l'hôtel de la marine, Editions du Dauphin, (ASIN B003WTPNWQ)
  • Stéphane Castelluccio, Le Garde-Meuble de la Couronne et ses intendants du XVIe au XVIIIe siècle, Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS), 2004
  • [PDF] La valorisation économique des propriétés des personnes publiques, colloque du , Conseil d'État et École nationale d'administration, p. 118–119
  • Alexandre Gady, Bernard Rogel et François Poche (Photographies), L'Hôtel de la Marine, Éditions Nicolas Chaudun, , 224 p. (ISBN 978-2-3503-9114-4)
  • Rémi Monaque, Une histoire de la marine de guerre française, Perrin, , 528 p. (ISBN 978-2-2620-3715-4)
  • René Jouan, Histoire de la marine française : Tome 1, Des origines jusqu'à la Révolution, Editions L'Ancre de Marine, , 373 p. (ISBN 978-2-8414-1405-5)
  • René Jouan, Histoire de la Marine française : Tome 2, De la Révolution à la fin de la guerre mondiale (14-18), Editions L'Ancre de Marine, , 287 p. (ISBN 978-2-8414-1419-2)
  • Hôtel de la Marine, Beaux Arts & Cie, 2021 (ISBN 979-10-204-0646-0)

Liens externes