Hélène Geoffroy

Hélène Geoffroy
Illustration.
Crédit image :
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Fonctions
Maire de Vaulx-en-Velin
En fonction depuis le
(5 ans, 4 mois et 26 jours)
Élection
Réélection
Prédécesseur Pierre Dussurgey

(1 an, 11 mois et 19 jours)
Élection
Prédécesseur Bernard Genin
Successeur Pierre Dussurgey
Vice-présidente de la Métropole de Lyon
déléguée à l'égalité des territoires
En fonction depuis le
(2 ans, 4 mois et 28 jours)
Élection 28 juin 2020
Président Bruno Bernard
Secrétaire d'État chargée de
la Politique de la Ville

(1 an, 3 mois et 6 jours)
Président François Hollande
Gouvernement Manuel Valls II
Cazeneuve
Prédécesseur Myriam El Khomri (indirectement)
Successeur Julien Denormandie (indirectement)
Députée française

(3 jours)
Prédécesseur Renaud Gauquelin
Successeur Anissa Khedher

(3 ans, 8 mois et 20 jours)
Élection 17 juin 2012
Circonscription 7e du Rhône
Prédécesseur Jean-Jack Queyranne
Successeur Renaud Gauquelin
Conseillère générale du Rhône

(8 ans, 2 mois et 19 jours)
Élection 28 mars 2004
Circonscription Canton de Vaulx-en-Velin
Prédécesseur Maurice Charrier
Successeur Stéphane Gomez
Biographie
Date de naissance (52 ans)
Lieu de naissance Creil, (Oise, France)
Nationalité Française
Parti politique Parti socialiste

Hélène Geoffroy, née le à Creil, est une militante socialiste, femme politique et physicienne française.

Ancienne ministre, elle est maire de Vaulx-en-Velin et vice-présidente de la métropole de Lyon.

Biographie

Jeunesse et formation

Née à Creil, dans l'Oise de parents fonctionnaires, Hélène Geoffroy passe son enfance en Guadeloupe.

En 1987, elle obtient son baccalauréat au lycée Baimbridge à Pointe-à-Pitre. Elle obtient une maîtrise en mécanique à l'université Paris VI, puis un doctorat en mécanique à l'École polytechnique[1] en 1996. Sa thèse s’intitule : « Étude de l'interaction roche/outil de forage : influence de l'usure sur les paramètres de coupe »[2].

Chercheuse

Après sa thèse, elle fait son post doctorat au Laboratoire de mécanique des solides de l’École polytechnique.

La même année, elle effectue un court séjour au « Department of Civil Engineering-University of Minnesota » à l’invitation du professeur Detournay, dans le but de généraliser les hypothèses émises pendant sa thèse sur la modélisation du frottement méplat d’usure-roche.

En 1997, elle devient chargée de recherche au laboratoire de GéoMatériaux de l'École nationale des travaux publics de l'État à Vaulx-en-Velin. En contrat avec EDF, elle étudie le comportement du sable en moyennes et petites déformations. Elle effectue deux voyages à l’université de Tokyo 1998 et en 2000 auprès du professeur Tatsuoka.

Carrière politique

Élue locale

Élue conseillère municipale socialiste de Vaulx-en-Velin en 2001, elle est nommée adjointe au maire, déléguée à l'emploi, l'insertion, la formation professionnelle et la condition féminine.

Elle crée un collectif des droits des femmes, qui organise depuis 2003 à Vaulx-en-Velin les journées des droits des femmes autour du .

En 2004, après désignation par les militants socialistes, elle est élue conseillère générale du Rhône dans le canton de Vaulx-en-Velin au second tour face au Front national avec 71 % des voix au second tour. À 34 ans, elle devient la benjamine du conseil général. Sur les 27 élections de renouvellement, elle est l’une des trois femmes à être élue dans l’instance.

En 2008, elle est tête de liste aux municipales à Vaulx-en-Velin sur une liste PS-PRG-MRC-DVG. En obtenant 23,94 % des voix, elle est battue au premier tour par le maire sortant Maurice Charrier, qui est réélu avec 50,56 % des voix[3]. Conseillère municipale, elle siège dans l’opposition.

En 2011, elle conserve son canton en binôme avec Stéphane Gomez face au candidat du Front national[4].

Le , elle est élue 10e vice-présidente de la communauté urbaine de Lyon chargée de l’énergie, sous la présidence de Gérard Collomb[5].

Conseillère métropolitaine et vice-présidente de la métropole de Lyon

En , elle est de nouveau élue vice-présidente de la métropole de Lyon en charge de l’action foncière, sous la présidence de David Kimelfeld[6].

En 2020, soutenue par David Kimelfeld et Bruno Bernard, elle remporte l’élection métropolitaines dans la circonscription Rhône Amont contre une liste d’union « LR-LRE » ; elle devient 6e vice-présidente de la métropole de Lyon en charge de l’égalité des territoires[7], avec pour principales missions : l'organisation, la cohésion et l’égalité territoriale ainsi que des synergies métropolitaines. Parallèlement, elle est membre de la commission des finances, des institutions, des ressources et de l’organisation territoriale.

Maire

En , elle s’associe au second tour à une liste citoyenne (APVV : Agir Pour Vaulx-en-Velin), déclarée sans étiquette ; la liste PS qu'elle conduit remporte le second tour des élections municipales de Vaulx-en-Velin avec 41,66 % des voix[8]. Le , elle devient la première socialiste à occuper le poste de maire de Vaulx-en-Velin.

En , elle entre au gouvernement et devient secrétaire d’État à la Ville dans le gouvernement Valls II[9] ; elle cède sa place de maire à son premier adjoint, Pierre Dussurgey. Elle est de nouveau élue à la tête de la commune le [10].

En 2020, elle lance sa campagne pour un deuxième mandat à la tête de Vaulx-en-Velin avec une liste d’union « Ensemble avec Hélène Geoffroy, pour réussir Vaulx-en-Velin ». En tête au premier tour avec 40,3 % des voix[11], elle remporte la mairie au second tour avec 44,3 % des votes[12]. Elle est investie par le PS et soutenue par le PRG.

Députée

Elle devient la première femme députée de la 7e circonscription du Rhône, élue lors des législatives de 2012 avec 60 % des voix[13] au second tour face au candidat UMP Yann Compan.

Durant son mandat, elle devient membre de la commission des Affaires sociales et de la commission des Lois[14].

En , elle écrit un avis sur le projet de loi « Pour une république numérique »[14].

Elle est co-rapporteure de la loi santé de Marisol Touraine : « Loi de modernisation de notre système de santé ». Elle porte notamment dans la loi le premier droit à l’oubli pour les anciens malades de pathologies[15] graves et notamment de cancer[16]. Elle porte également dans cette loi, pour la première fois, la possibilité d’action de groupe en santé (« class action ») et l’ouverture de l’accès aux données de santé (« open data » en santé).

Elle participe à la Mission d'information sur les immigrés âgés en tant que membre puis en tant que secrétaire de 2012 à 2013[17].

En 2014, elle devient membre de la Commission d'enquête chargée d'étudier les difficultés du monde associatif dans la période de crise actuelle[14].

Elle vote contre le projet de loi constitutionnelle de protection de la Nation qui contient l’article sur la déchéance de nationalité le , espérant ainsi que le rejet de la loi arrêtera le processus parlementaire[18].

Secrétaire d'État

Le jour suivant, le , elle est nommée secrétaire d’État auprès du ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, chargée de la Ville[16].

Considérant les conseils citoyens comme des révolutions démocratiques[19], elle participe à leur démocratisation. Elle effectue un tour de France pour rencontrer les acteurs afin d’améliorer le dispositif[20].

Parti socialiste

Sympathisante depuis 1995, elle adhère au Parti socialiste le .

Fonctions locales

De à , elle occupe la fonction de secrétaire fédérale déléguée à la solidarité urbaine. En 2008, elle devient secrétaire de la section de Vaulx-en-Velin ainsi que présidente du conseil fédéral du Parti socialiste du Rhône.

Fonctions nationales

D’ à , elle est membre du bureau national de la FNESER.

En , elle devient membre du conseil national du Parti socialiste avec la majorité TO E[pas clair] « L'espoir à gauche, fier(e)s d'être socialistes », qui a pour premier signataire Gérard Collomb.

De 2012 à 2014, elle occupe le poste de secrétaire nationale du Parti socialiste, déléguée à la lutte contre l'exclusion, sous le mandat Harlem Désir.

En , après avoir souhaité une candidature de François Hollande pour un second mandat. Elle annonce qu’elle soutient Manuel Valls dans la primaire de la gauche pour l’élection présidentielle[21].

À la suite de la victoire de Benoît Hamon, elle organise le la visite du candidat socialiste à Vaulx-en-Velin[22].

Debout les socialistes : 79e congrès du Parti socialiste

Le , elle propose sa candidature pour le poste de première secrétaire[23] et obtient à l’issue du vote des militants 26,52 % des suffrages contre 73,49 % pour Olivier Faure[24].

Candidature d’Anne Hidalgo à la présidentielle

Hélène Geoffroy demande à la direction nationale d’organiser un débat entre les candidats ainsi qu’un vote pour déterminer qui entre Stéphane Le Foll et Anne Hidalgo devrait représenter les socialistes à la présidentielle de 2022. Elle soutient dès sa nomination, Anne Hidalgo pendant sa campagne.

Alors que les relations entre la candidate et Olivier Faure se dégradent[25], elle est nommée dans le comité de campagne et devient porte-parole. Le , elle organise la visite d’Anne Hidalgo à Vaulx-en-Velin[26].

Élections législatives de 2022

Après l’échec de la présidentielle de 2022 pour le Parti socialiste, elle considère que l’accord de la NUPES porté par le premier secrétaire du PS est une « reddition » pour le Parti socialiste[26]. Elle s’y oppose et demande une consultation des militants lors du conseil national du [27].

En étroite collaboration avec Carole Delga, Stéphane le Foll, Bernard Cazeneuve, François Hollande et Jean-Christophe Cambadélis, elle soutient les candidats de gauche hors accords afin de proposer une alternative avec le soutien du Parti radical de gauche[28].

80e congrès du Parti socialiste

Le 4 novembre 2022, Hélène Geoffroy dépose « Refonder - Rassembler - Gouverner », une contribution générale pour le 80e congrès du Parti socialiste[29]

Domaine associatif

Elle est nommée co-vice-présidente du Conseil national des villes le par le Premier ministre de l’époque Édouard Philippe[30].

Vie privée

Mariée à Joël Mathurin depuis 1994[31], elle est mère de deux filles[32].

Notes et références

  1. « Mme Hélène GEOFFROY - Chargée de recherche en mécanique à l'Ecole nationale des travaux publics de ... - Biographie mise à jour le 11 juin 2015 - LesBiographies.com », sur www.lesbiographies.com (consulté le )
  2. HELENE GEOFFROY, Etude de l'interaction roche/outil de forage : influence de l'usure sur les parametres de coupe, Palaiseau, Ecole polytechnique, (lire en ligne)
  3. Résultats élections municipales 2008 et 2014 sur linternaute.com
  4. Département du Rhône, « Élections cantonales 2011 - Département du Rhône », sur www.rhone.fr (consulté le )
  5. Lyon Mag, « Lyon Mag », sur Lyon Mag, (consulté le )
  6. « Exécutif de la métropole : les délégations des vice-président-es », sur MET', (consulté le )
  7. « Hélène Geoffroy : Vice-présidente de la Métropole de Lyon - Socialistes, la gauche sociale et écologique et apparentés - La Métropole de Lyon », sur www.grandlyon.com (consulté le )
  8. « La députée PS Hélène Geoffroy prend le bastion communiste de Vaulx-en-Velin », Libération, .
  9. « Gouvernement Valls 3 : qui entre, qui sort », sur France Inter, (consulté le )
  10. « Hélène Geoffroy redevient maire de Vaulx-en-Velin », vaulx-en-velin.net-
  11. « Résultats du 1er tour des municipales 2020 : Hélène Geoffroy (PS) en tête à Vaulx-en-Velin », sur BFMTV (consulté le )
  12. « VAULX-EN-VELIN. Hélène Geoffroy réélue maire pour un second mandat », sur www.leprogres.fr (consulté le )
  13. « ARCHIVE Hélène Geoffroy devient la première députée vaudaise / Journal N°54 / Archives / Parutions / Journal / Vaulx-en-Velin », sur www.vaulx-en-velin-journal.com (consulté le )
  14. a b et c « Mme Hélène Geoffroy - Mandat clos - Rhône (7e circonscription) - Assemblée nationale », sur www2.assemblee-nationale.fr (consulté le )
  15. Par Le 27 novembre 2015 à 07h00, « Cancer : le droit à l'oubli, jusqu'où ? », sur leparisien.fr, (consulté le )
  16. « L'association Rose salue "l'inscription du droit à l'oubli dans la loi santé" (Communiqué) », sur La Veille Acteurs de Santé, (consulté le )
  17. « Immigrés âgés: une mission d'information », sur LEFIGARO, (consulté le )
  18. « Analyse du scrutin n° 1237 - Première séance du 10/02/2016 - Assemblée nationale », sur www2.assemblee-nationale.fr (consulté le )
  19. Le JDD, « La lettre ouverte de la secrétaire d’État à la Ville aux habitants des quartiers populaires », sur lejdd.fr (consulté le )
  20. Marie-Axelle RICHARD, « La secrétaire d'État dans la vie de quartier », (consulté le )
  21. « Primaire: Hélène Geoffroy soutient Valls », sur LEFIGARO, (consulté le )
  22. Moran Kerinec, « Benoît Hamon en visite à Lyon pour se refaire une santé », sur Lyon Capitale, (consulté le )
  23. « Qui est Hélène Geoffroy, l’unique rivale d’Olivier Faure à la tête du PS », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  24. « Olivier Faure officiellement réélu à la tête du PS au 79e Congrès du Parti », sur LEFIGARO, (consulté le )
  25. Par Julien Duffé Le 11 janvier 2022 à 18h52, « Présidentielle : Anne Hidalgo muscle son équipe de campagne avant de présenter son programme », sur leparisien.fr, (consulté le )
  26. a et b « Législatives 2022. L'accord LFI/PS doit être soumis à l'approbation interne des socialistes. Hélène Geoffroy, maire PS de Vaulx-en-Velin, avait réclamé une "consultation" », sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes (consulté le )
  27. « Le conseil national du Parti socialiste approuve son alliance avec LFI », sur La Tribune, 2022-05-06cest06:54:00+0200 (consulté le )
  28. « Législatives 2022 : au PS, les opposants à la Nupes préparent la riposte », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  29. « TRIBUNE. Congrès du PS : plus de 1 000 élus et militants socialistes apportent leur soutien à Hélène Geoffroy », sur lejdd.fr (consulté le )
  30. Arrêté du 20 février 2019 portant nomination au Conseil national des villes
  31. https://www.leprogres.fr/loire/2016/02/12/la-compagne-de-l-ancien-sous-prefet-de-roanne-nommee-secretaire-d-etat-a-la-ville.
  32. Rachid Laïreche, « Va, ville et deviens ! »sur Libération,

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes