Guillaume Poix

Guillaume Poix
Naissance (31 ans)
Tassin-la-Demi-Lune, Rhône[1]
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture français
Genres

Œuvres principales

Les Fils conducteurs (2017)

Guillaume Poix, né le à Tassin-la-Demi-Lune, est un dramaturge, metteur en scène et écrivain français.

Biographie

Guillaume Poix grandit près de Lyon, entre à l'École normale supérieure de Lyon[1] puis fait des études théâtrales de 2011 à 2014 à l'École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre dans la section « écrivain dramaturge[2] ». Il écrit ses premières pièces Straight (2014) – traitant des « viols correctifs » des lesbiennes découverts lors de son séjour de six mois en Afrique du Sud[3] – et Et le ciel est par terre (2017) – présentée lors du Festival d'Avignon – qui sont récompensées par de nombreux prix spécialisés[4]. Il a également travaillé auprès de la cinéaste Claire Simon à l'écriture des films Les Bureaux de Dieu et Gare du Nord[1].

Sa pièce Waste (2015) – commande de l'Institut français de Cotonou et mise en scène au théâtre de Poche de Genève en 2016 par Johanny Bert – s'attache à la question des relations Nord-Sud à travers la gestion des déchets[5],[6], sujet et personnages qui seront au centre, en 2017, de son premier roman, Les Fils conducteurs, décrivant la situation de la décharge de matériel informatique et électronique d'Agbogbloshie à Accra au Ghana[4]. Ce roman est particulièrement remarqué lors de la rentrée littéraire 2017[7],[1],[8],[9].

Œuvre littéraire

  • 2014 : Straight (théâtre), éditions Théâtrales (ISBN 978-2-84260-713-5)
  • 2017 : Tout entière / Et le ciel est par terre (théâtre), éditions Théâtrales (ISBN 978-2-84260-753-1)
  • 2017 : Les Fils conducteurs (roman), éditions Verticales (ISBN 9782072734977)

Théâtre

  • 2013 : Présomption
  • 2016 : Waste mise en scène de Johanny Bert au théâtre de Poche de Genève.
  • 2016 : Tout entière, créé au théâtre du Préau–Centre dramatique régional de Normandie-Vire.
  • 2017 : Et le ciel est par terre, créé à la Comédie de Béthune
  • 2017 : Brûlent nos cœurs insoumis (chorégraphie), de Christian et François Ben Aïm avec Ibrahim Maalouf (musique), créée à La Garance

Notes et références

  1. a, b, c et d Muriel Steinmetz, « Guillaume Poix a imaginé une Afrique à décharge », L'Humanité, 23 août 2017.
  2. Guillaume Poix sur le site de l'ENSATT.
  3. Aurélien Martinez, « Guillaume Poix : "C'est plus simple pour les auteurs morts !" », Le Petit Bulletin, 12 mai 2015.
  4. a et b Léopoldine Leblanc, « Guillaume Poix, "Les fils conducteurs" chez Verticales », Livres Hebdo, 18 juillet 2017.
  5. Cécile Dalla Torre, « Puissance de feu », Le Courrier, 29 septembre 2016.
  6. Katia Berger, « Waste crée la langue du dépotoir universel », La Tribune de Genève, 28 septembre 2016.
  7. Sean James Rose, « L’"Ulysse" des immondices », Livres Hebdo, 19 mai 2017.
  8. Nelly Kaprièlian, « Trois premiers romans qui vont marquer la rentrée littéraire 2017 », Le Mag de l'été sur France Inter le 14 août 2017.
  9. Yann Perreau, « Les Fils conducteurs : bienvenue sur la planète-déchet de Guillaume Poix », Les Inrocks, 15 août 2017.

Liens externes