Grotte de Pair-non-Pair

Grotte de Pair-non-Pair
Entrée de Pair-non-Pair.jpg
Entrée de Pair-non-Pair
Localisation
Coordonnées
45° 02′ 20″ N, 0° 30′ 06″ O
Adresse
2, chemin de Pair non Pair 33710 Prignac et Marcamps
Prignac-et-Marcamps
Flag of France.svg France
Vallée
Localité voisine
Voie d'accès
D 669
Caractéristiques
Type
Longueur connue
totalité (environ 20m de longueur)
Occupation humaine
Statut patrimonial
Site web
Localisation sur la carte de Gironde
voir sur la carte de Gironde
Red pog.svg
Localisation sur la carte d’Aquitaine
voir sur la carte d’Aquitaine
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

La grotte de Pair-non-Pair est située sur la commune de Prignac-et-Marcamps en Gironde (France). Cette grotte découverte en 1881 renferme des représentations artistiques datées de plus de 30 000 ans avant notre ère ( culture Aurignacienne).

Elle est la seule grotte ornée de Gironde et fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [1]. Après Altamira en Espagne et la grotte Chabot en Ardèche, elle fut la troisième grotte ornée découverte[2].

Découverte de la grotte

La découverte de la grotte de Pair-non-Pair est totalement fortuite puisque rien en surface ne laissait penser à l'existence d'une cavité souterraine.

En effet, la partie dite du corridor s'est effondrée dès la fin du Moustérien, masquant ainsi l'entrée initiale de la grotte. Puis, au fur et à mesure de l'occupation humaine préhistorique la grotte s'est comblée jusqu'à 60 cm de la voûte. En 1881, une vache qui paissait dans un pré situé sur la terre de Laborde s'est coincée la patte dans une ornière. Ce hasard a permis la découverte de la grotte préhistorique de Pair-non-Pair.

Historique des recherches

La cavité est creusée dans le massif calcaire à astéries (Rupélien) qui borde la rive gauche du Moron, affluent de la Dordogne.

Dès le , François Daleau y entreprend des fouilles avec l'aide du domestique du propriétaire de la terre de Laborde. Lors des recherches, il découvre de nombreux outils et traces d'occupations humaines s'échelonnant du Moustérien au Gravettien. Il répertorie plus de 15 000 outils en silex, en os et en ivoire ainsi que 6 000 ossements animaux[3]. Les produits de ses fouilles sont conservés au musée d'Aquitaine et au Muséum d'histoire naturelle de Bordeaux.

En , la terre de Laborde fut rachetée par M. Baptiste Milpied qui exigea une location pour l'exploitation de la grotte. Daleau refusa et cessa ses fouilles pendant trois ans. Le , les deux hommes se mirent d'accord sur le montant de la location : elle fut établie à 80 francs par an.

Occupation préhistorique

Plan de Pair-non-Pair au Moustérien, le corridor est encore présent
Plan de Pair-non-Pair au Châtelperronien, après effondrement du corridor, l'entrée se fait par des galeries annexes

La première occupation de la grotte date du Moustérien, il y a plus 80 000 ans avant notre ère. C'est vers - 40 000 ans ( fin du Moustérien) que la voûte du corridor extérieur s'effondre. L'accès se fait par des entrées latérales qui débouchent à gauche de la salle des gravures. L'étude des niveaux archéologiques qui recouvraient le décor pariétal confirme que c'est à l'Aurignacien ( -37000 à - 32000 ans avant le présent) que les gravures initialement mises en couleur doivent être attribuées. La grotte est abandonnée à la fin du Gravettien (- 18000 ans avant le présent) car le remplissage accumulé ne laisse plus d'espace pour une occupation humaine.


Gravures

Aujourd'hui, la visite de la grotte permet d'apprécier de nombreuses gravures pariétales: bouquetins,mammouths, bisons, chevaux et cervidés dont une exceptionnelle représentation d'un megaloceros.


Visites

La grotte de Pair-non-Pair, Monument national, propriété de l'Etat, Ministère de la Culture, est ouverte au public toute l'année.

Afin d'assurer une conservation optimale des œuvres, le nombre de visiteurs est strictement limité et la réservation est obligatoire[4].

Le bâtiment d'accueil, réalisé par l'architecte bordelais Patrick Hernandez[3]., a été inauguré en 2008. Le choix des matériaux à la fois nobles et bruts (chêne brut, béton, verre, métal et cuivre pour la toiture) permet la parfaite intégration de cette architecture contemporaine dans son environnement. Ce lieu d'interprétation permet également, au travers de cloisons-vitrines, la découverte de vestiges authentiques (industries lithique et osseuse et faune) mis au jour sur le site de Pair-non-Pair et aux alentours, créant ainsi un espace d'accueil résolument moderne.

Notes et références

  1. Notice no PA00083683, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Site du centre des monuments nationaux Grotte de Pair-non-pair
  3. a et b Marc Martinez, ministère de la culture, responsable de la grotte de Pair-non-Pair, « Pair-non-Pair : une grotte ornée exceptionnelle », L'Estuarien, no 19,‎ , p. 15-16
  4. Grotte de Pair-non-Pair sur le site du Centre des monuments nationaux, consulté le 15 avril 2012.

Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie

  • "La grotte de Pair-non-Pair, commune de Marcamps (Gironde)" F.Daleau, congrès de l'AFAS, Alger 1881.
  • "Les gravures sur rocher de la caverne de Pair-non-Pair (Gironde)" F. Daleau, Société Archéologique de Bordeaux, 1896.
  • "Gravures paléolithiques de la grotte de Pair-non-Pair, commune de Marcamps (Gironde)" F. Daleau Congrès de l'AFAS, Montauban 1902.
  • "Le préhistoire en Gironde", J. Ferrier, imp. Monnoyer, 1938.
  • "400 siècles d'art pariétal", l'Abbé H. Breuil, 1952.
  • "La caverne de Pair-non-Pair, fouilles de François Daleau" A. Cheynier, Société archéologique de Bordeaux, 1963.
  • "La préhistoire moderne" D. de Sonneville-Bordes, éd. Fanlac, 1972.
  • "Mémoires, Aux origines de l'archéologie en Gironde: François Daleau(1845-1927)" A. Coffyn, Société Archéologique de Bordeaux, 1990.
  • "Pair-non-Pair in : L'Art pariétal archaïque en Aquitaine" B. et G. Delluc : XXVIIIe suppl. à Gallia-Préhistoire, C.N.R.S., Paris, p. 55-108, ill, 1991.
  • "Préhistoire", Gironde A. Roussot, Conseil Général de la Gironde, 1991.
  • "Préhistoire de l'art occidental", A. Leroi-Gourhan, éd. Citadelles & Mazenod,1995.
  • "Dix observations graphiques sur la grotte ornée de Pair-non-Pair (Prignac-et-Marcamps, Gironde)", B. et G. Delluc,Bull. de la Soc. Préhist.. française, 94, p. 41-50, 6 fig, 1997.
  • Pair-non-Pair, Société Archéologique de Bordeaux, 2006.

>Cet ouvrage, sous la direction du préhistorien Michel Lenoir et préfacé par le professeur Denis Vialou, réunit un ensemble de textes qui font le point sur la recherche actuelle. Il comprend les chapitres suivants :

    • "
    • « François Daleau et la saga de Pair-non-Pair » et « Les avatars d'une collection », par A. Roussot ;
    • « Une grotte ornée », par B. et G. Delluc ;
    • « Estampages, moulages et photographies », « Industries osseuses et inédits », « Datations des gravures », par M. Martinez et S. Loizeau ;
    • " Description générale" et « Les industries lithiques », par M. Lenoir ;
    • « La faune préhistorique », par N. Mémoire;
    • "Pair-non-Pair aujourd'hui", par M. Martinez;
    • " Notices biographiques" S. Loizeau et M. Martinez;
    • "Emergence et expansion de l'art aurignacien", Georges Sauvet, Carole Fritz, Gilles Tosello, dans Bulletin de la Société Préhistorique Ariège-Pyrénées, tome LXIII, 2008, p. 33 à 46*.
  • "L'art des cavernes" par J. Clottes, éditions Phaidon, 2008.
  • "De Neandertal à l'Homme moderne", sous la coordination de V. Mistrot, éditions confluences, 2010.
  • "Préhistoire en Périgord, Quercy Charentes et Poitou", T. Félix et J-L. Aubardier, Editions Ouest-France 2011.
  • "L'art des grottes ornées du Paléolithique Supérieur" par M. Groenen, Académie Royale de Belgique, 2016.

Liens externes

Emergence et expansion de l'art aurignacien, Georges Sauvet, Carole Fritz, Gilles Tosello, dans Bulletin de la Société Préhistorique Ariège-Pyrénées, tome LXIII, 2008, p. 33 à 46: http://www.creap.fr/pdfs/Sauvet-Fritz-Tosello-Aurignacien-PAS-2008.pdf