Grande Mosquée de Salé

(Redirigé depuis Grande mosquée de Salé)

Grande Mosquée de Salé
Image illustrative de l’article Grande Mosquée de Salé
Présentation
Nom local (ar) المسجد الأعظم (Masjid Al Aadam)
Culte Musulman
Type Mosquée
Rattachement Temim Ibn Ziri, Abu Yusuf Yaqub al-Mansur
Début de la construction 1028
Fin des travaux 1196
Style dominant Almohade
Géographie
Pays Drapeau du Maroc Maroc
Région Rabat-Salé-Kénitra
Ville Salé
Coordonnées 34° 02′ 25″ nord, 6° 49′ 39″ ouest
Géolocalisation sur la carte : Maroc
(Voir situation sur carte : Maroc)
Grande Mosquée de Salé

La Grande Mosquée de Salé ou Grande Mosquée almohade, est une mosquée de la ville de Salé, au Maroc.

D'une superficie de 5 070 m2, elle est la troisième plus grande mosquée du royaume après les mosquées Hassan II de Casablanca et Al Quaraouiyine de Fès.

Histoire

La Grande mosquée, construite par Temim Ibn Ziri entre 1028 et 1029[1] et restaurée puis agrandie par Yacoub El Mansour en 1196, est la troisième en importance au Maroc après celles de Fès. La mosquée est classée la troisième par ordre de grandeur du royaume, après la mosquée Hassan II à Casablanca et mosquée Al Quaraouiyine à Fès. Elle est aussi la deuxième plus vieille du royaume après la mosquée Al Quaraouiyine[2]. Elle fut cependant plusieurs fois détruite et reconstruite, le minaret quant à lui a été rebâti à la manière almohade initiale.

D'après l'historien Abd Al-Mun'im Al-Hasidi, 700 esclaves francs auraient participé à sa reconstruction au temps du sultan Yacoub El Mansour. Ce dernier bâtit une médersa dans les alentours et approvisionna la place en eau qu'il ramena depuis la source In Barka à la Mamora[1].

La Mosquée fut témoin du massacre des habitants survenu lors de la prise de Salé en 1260. Elle a résisté à plusieurs bombardements dont celui du où Salé sera bombardé par l'envoyé de Napoléon III, le contre-amiral Dubourdieu.

Pendant le protectorat français au Maroc, dès les années 1930 jusqu'aux années 1950, elle fut un haut lieu de rassemblement des nationalistes de Salé, tels Saïd Hajji, Ahmed Maâninou, Boubker el-Kadiri, Abou Bakr Zniber ou encore Mohammed El Hassouni. Elle fut l'endroit propice pour réveiller la fibre patriotique de la population. Le protectorat Français fermera la mosquée pour un moment pour empêcher la prise de conscience[3].

Architecture

La Grande Mosquée de Salé dispose de neuf portes dont :

  • la principale perfore le mur de la qibla[4] ;
  • une monumentale, décorée d'arcs divisés en lobes et fabriqués en pierre de Salé[5].

Trapézoïdale, elle reprend le « plan classique des temples almohades »[4].

Galerie

Notes et références

  1. a et b (ar) وزارة الأوقاف و الشؤون الإسلامية
  2. Salé : Cité Millénaire p.de 55 à 56 Grande Mosquée de Salé
  3. Abderraouf Hajji, « Les manifestations et l'escalade de la répression », dans Saïd Hajji : Naissance de la presse nationale marocaine, s.n. (ISBN 0973223618, lire en ligne)
  4. a et b « La Grande Mosquée de Salé », sur www.wasilla.ma (consulté le 29 juin 2012)
  5. « Les mosquées de Salé », sur www.selwane.com (consulté le 29 juin 2012)

Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Ismaïl Alaoui et Driss Mrini (dir.), Salé : Cité millénaire, Rabat, Éclat, coll. « Trésors d'une ville », , 199 p. (ISBN 9981-9995-0-4) Document utilisé pour la rédaction de l’article
« Informations » sur l'ouvrage publié en 1997.