Grand-Charmont

Grand-Charmont
Grand-Charmont
L'hôtel de ville.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs
Arrondissement Montbéliard
Intercommunalité Pays de Montbéliard Agglomération
Maire
Mandat
Jean-Paul Munnier
2020-2026
Code postal 25200
Code commune 25284
Démographie
Gentilé Charmontais
Population
municipale
5 754 hab. (2018 en augmentation de 5 % par rapport à 2013)
Densité 1 262 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 31′ 41″ nord, 6° 49′ 28″ est
Altitude Min. 324 m
Max. 425 m
Superficie 4,56 km2
Unité urbaine Montbéliard
(banlieue)
Aire d'attraction Montbéliard
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Bethoncourt
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Grand-Charmont
Géolocalisation sur la carte : Doubs
Voir sur la carte topographique du Doubs
City locator 14.svg
Grand-Charmont
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Grand-Charmont
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Grand-Charmont
Liens
Site web www.grand-charmont.com

Grand-Charmont est une commune française située dans le département du Doubs en région Bourgogne-Franche-Comté.

Ses habitants sont appelés les Charmontais.

Géographie

Grand-Charmont, ville de l'est de la France faisant partie de la nébuleuse de villes s'agglomérant à Montbéliard. Elle forme une partie de la périphérie nord de Montbéliard.

Communes limitrophes

Urbanisme

Typologie

Grand-Charmont est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Montbéliard, une agglomération inter-départementale regroupant 25 communes[4] et 112 634 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Montbéliard, dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 137 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[7],[8].

Quartiers

  • Jonchets
  • Les Fougères[9]
  • Giboulon
  • Village (Godard, Graverot, Coquelicot)

Toponymie

Calmonte en 1182, 1189, 1196 ; Charmont en 1319 ; Grand-Charmont en 1549 ; Grand Carmont en 1616 ; Grand-Charmont depuis le XVIIe siècle[10].

Histoire de la ville[11]

Grand-Charmont appartenait au comté de Montbéliard, qui fut rattaché à la France en 1793.

Il est difficile de « raconter » Grand-Charmont sans parler de l’histoire de Montbéliard et du « Pays ». Rattaché à son chef-lieu géographiquement et économiquement, Grand-Charmont a toujours subi son influence.

           C’est vers l’an 1100 que le comté de Montbéliard est constitué. Après avoir affranchi « les bourgeois »* en 1283, Renaud de Bourgogne, comte de Montbéliard, érige la ville en commune. Gouvernée par une commission nommée par tous les bourgeois, le Magistrat, la ville est, bien avant l’heure, une république (*Bourgeois : au Moyen Age, habitant d’un bourg, d’une ville qui jouit de certains privilèges et participe aux fonctions communales). Cette nouvelle situation favorise la naissance du commerce et permet un accroissement de la population. C’est à partir de cette époque que le comté va affirmer son particularisme.

           En 1397, la comtesse Henriette de Montbéliard se fiance avec le comte de Würtenberg, Eberhard IV le jeune, et c’est en 1407 que le comté de Montbéliard est rattaché au duché de Würtenberg, pour une durée de quatre siècles. Le comté de Montbéliard n’était pas soumis aux lois françaises, mais nos pères sont français de langue et de race, et le duché de Würtemberg ne sera jamais pour eux une patrie. Leur « patrie » c’est le « Pays ».

           Autre événement important : la Réforme, prêchée en 1535 par Pierre Toussain, ancien chanoine, qui permet à celui-ci d’organiser le culte et de régler l’enseignement de la jeunesse. Les pasteurs, dès cette période, en plus de leur fonction (prédication, catéchisme,etc…)exercent l’enseignement des enfants. Chaque presbytère se double d’une école. L’instruction publique devient obligatoire dans le « Pays » (1559), alors qu’en France elle est peu importante à cette époque.

           La suzeraineté des seigneurs s’exerce sur les habitants des communes du « Pays », dont Grand-Charmont. Pour le village, le culte, les services religieux, les inhumations, l’enseignement se font à Montbéliard.

           La Réforme introduit aussi à Montbéliard un esprit d’affranchissement et de progrès qui exercera sur l’histoire du « Pays » une influence heureuse et féconde.

           En 1573, les persécutions sanglantes dirigées en France contre les protestants amènent à Montbéliard un grand nombre de réfugiés. La présence de ces réfugiés français, dont plusieurs de très grandes familles, contribue à la vie intellectuelle de la cité.

           Une autre étape du développement du « Pays » c’est le règne de Frédéric Ier (1582-1608). Instruit, voyageur, intelligent, le comte Frédéric ramène de ses voyages beaucoup d’idées nouvelles. Entouré d’hommes d’esprit inventif, il fait faire de gros progrès à l’agriculture et amorce le départ d’une industrie qui deviendra très importante. Il crée des vacheries, notamment celle de la Grange-la-Dame, plante des vignes sur la Chaux et fait défricher de vastes surfaces qui mettent en valeur le « Pays ». C’est à cette période que les frères Bauhin, naturalistes compétents, introduisent la culture de la pomme de terre (deux siècles avant Parmentier) et créent sur le domaine du Charmontet, un jardin botanique.

           Ailleurs, profitant de la richesse en énergie du Pays (forêts, cours d’eau dans chaque vallée, présence de gisements), il fait démarrer une industrie diversifiée : forges et hauts fourneaux, imprimerie, papeterie, etc…

           Au début du XVIIIè siècle, viennent s’installer des anabaptistes expulsés de Suisse. Accueillis par le duc Léopold Eberhard (1699-1723), ils exploitent les fermes de celui-ci. Ils sont bientôt célèbres par leurs compétences en matière de culture et d’élevage. Ils améliorent la race bovine, qui deviendra plus productive. Les habitants de la campagne, influencés par leurs méthodes et leurs procédés de culture, développent le rendement de leurs terres.

           Côté industrie, c’est en 1764 que s’établit à Montbéliard une manufacture de « filage et tissure de coton ». Puis c’est Frédéric Japy (1749-1812) qui s’organise à Beaucourt puis à Montbéliard un atelier de fabrication d’ébauches de montres. Aves la métallurgie, citée plus haut, c’est l’extension de tout un tissu industriel qui ne va cesser de se développer.

           En France, la Révolution (1789) instaure une république, mais ce n’est que le 10 octobre 1793 que le pays de Montbéliard est occupé par les Français et, en 1796, que le Würtemberg renonce à ses droits sur la principauté. En 1779, la région de Montbéliard est incorporée au département du Mont-Terrible, chef-lieu Porrentruy, puis, en 1800, à celui du Haut-Rhin, chef-lieu Colmar, et Porrentruy devient une sous-préfecture. Elle est enfin rattachée au département du Doubs, arrondissement de Saint-Hippolyte, en 1814, au traité de Paris, lorsque Porrentruy est rendu à la Suisse. C’est en 1816 que Montbéliard remplace Saint-Hippolyte en tant que sous-préfecture.

           Après l’occupation du Pays par les troupes prussiennes en 1871, pendant et après la guerre 1914-1918, les industries occupent de plus en plus de main-d’œuvre. Il faut construire logements, usines et ce sont de petites colonies d’immigrés polonais, italiens, espagnols et tchèques qui se constituent. Ensuite l’implantation des usines Peugeot à Audincourt et à Sochaux, attire les familles des départements voisins (Vosges, Haute-Saône, Jura), confrontées dans ces régions à la pénurie d’emplois.

           Mais le plus important apport de population s’effectue après la Guerre de 1939-1945 et surtout dans les années 50. Ces travailleurs venus d’autres pays d’Europe, du continent africain, etc…suivis de leurs familles, vont modifier profondément la démographie du Pays. La construction de grands ensembles d’habitations dans les agglomérations qui encerclent Montbéliard va rompre profondément l’harmonie du paysage de notre région.

           Cette population nouvelle occupera les zones urbanisées en urgence au détriment de l’agriculture et d’une vie rurale qui disparaît de plus en plus.


*Bourgeois : au Moyen Age, habitant d’un bourg, d’une ville qui jouit de certains privilèges et participe aux fonctions communales

Politique et administration

Tendances politiques et résultats

Liste des maires

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1947 Raymond Banzet    
1947 1959 Paul Laurent    
1959 1965 René Ferreux    
1965 1981 Marcel Dubois    
1981 1983 Jean Richard    
1983 1988 René Maitre PS  
1988 août 2001 Daniel Jeanney PS  
septembre 2001[13] Juillet 2017 Denis Sommer[14] PS puis LREM Professeur
Vice-président du Conseil régional, député depuis 2017
10 juillet 2017[15] En cours
(au 31 mai 2020)
Jean-Paul Munnier[16]
Réélu pour le mandat 2020-2026
PS puis DVG  

Population et société

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[18].

En 2018, la commune comptait 5 754 habitants[Note 3], en augmentation de 5 % par rapport à 2013 (Doubs : +1,53 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
182206253287321323326293300
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
298325363403482631553591674
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
6755475344324334628238901 647
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
5 4827 2017 9227 1395 6055 1044 8814 8505 319
2017 2018 - - - - - - -
5 6995 754-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement

Grand-Charmont comprend le collège Gustave-Courbet (démoli de 2010 à 2011) et le lycée professionnel La Pierre-Martin (conservé, il appartient depuis 2007 à l'AFPA quand celle-ci a racheté le terrain lycée-habitations du lycée. Les habitations, des appartements dans un petit immeuble rattaché au lycée, a vu ses occupants, les employés du lycée, expulsés par l'AFPA, ces habitations ont ensuite été démolies).

La ville compte également trois écoles, l'école élémentaire du Fort-Lachaux, située sur les hauteurs de la ville, l'école et la maternelle Frédéric-Bataille, située près du centre-ville, et l'école D. Jeanney et la maternelle Curie, située dans le quartier des Fougères à proximité de l'ancien collège et lycée (environ 500 mètres).

Culture locale et patrimoine

Lieux et monuments

  • Surplombant la commune, le Fort Lachaux domine le canton de Sochaux. Construit à partir de 1874 avec celui de Mont Bart, il faisait partie de la ceinture sud de Belfort et surveilait les trouées formées par les rivières du Doubs et de la Lizaine. Aujourd'hui, il abrite un club de tir, un escape game, une association de voiture télécommandée, une ferme d'animation -Fort Lachaux Jan Ross- et est un espace vert apprécié des Charmontais. Un émetteur TNT y a été installé courant 2006.
  • Le Temple luthérien.
  • La mosquée En-Nour de Grand-Charmont, 5 rue d'Artois, construite en 2002[22].
  • L'église saint François d'Assise forme de ''selle de cheval'' ou le devant d'un paquebot. Label ''Patrimoine du XXeme siècle"
  • La chapelle Notre Dame au Giboulon

Personnalités liées à la commune

Héraldique

Blason de Grand-Charmont Blason
Écu français coupé aux chef et abime réunis d’or semé de feuilles de chêne du même or, à la biche de sable galopant à dextre (nos bois)aux cantons de pointe, dextre et senestre de sinople (nos prés) et à la pointe de gueules à deux bars d'argent adossés (Pays de Montbéliard) supporté aux côtés d'une guirlande de feuilles de chênes d'or, enlacée d'une banderole d'argent, portant de sable: Grand Charmont
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Extrait du livre Les Fougères se racontent de Philippe Balliot et l'Association Regards, deuxième édition 2019.

Voir aussi

Liens externes

Notes et références

Notes

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  2. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 26 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  4. « Unité urbaine 2020 de Montbéliard », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 26 mars 2021).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 26 mars 2021).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 26 mars 2021).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 26 mars 2021).
  9. Association Regards, Les Fougères se racontent 1960-2010, Grand Charmont, Association Regards, , 213 p..
  10. Jean Courtieu, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 3, Besançon, Cêtre, .
  11. Association Regards, Grand Charmont, Grand Charmont, Association Regards, , 187 p., p.10-12.
  12. http://www.francegenweb.org/mairesgenweb/resultcommune.php?id=24900.
  13. élu maire à la suite du décès de Daniel Jeanney.
  14. Site officiel de la préfecture du Doubs - liste des maires (doc pdf).
  15. élu maire à la suite de la démission du néo-député Denis Sommer.
  16. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 10 septembre 2020).
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  21. Portes Ouvertes à la Mosquée du Grand-Charmont.

Les Fougères se racontent de Philippe Balliot et l'Association Regards, deuxième édition 2019.