Glenn Theodore Seaborg

Glenn Seaborg
Glenn Seaborg - 1964.jpg
Glenn Theodore Seaborg en 1964.
Biographie
Naissance
Décès
(à 86 ans)
Lafayette
Nom dans la langue maternelle
Glenn Theodore Seaborg et Glenn Teodor Sjöberg
Nationalité
Domicile
Formation
Activités
Conjoint
Helen L. Seaborg (en) (depuis )
Enfant
David Seaborg (en)
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Religion
Apostasie de foi catholique ()
Membre de
Directeur de thèse
George Ernest Gibson (en)
Distinctions
Prix Nobel de chimie ()
Liste détaillée
signature de Glenn Theodore Seaborg
signature

Glenn Theodore Seaborg ( à Ishpeming, Michigan - à Lafayette, Californie) est un physicien atomiste américain. Il est colauréat avec Edwin McMillan du prix Nobel de chimie de 1951[1].

Biographie

Il passa sa jeunesse près de Los Angeles. Il suivit les travaux de Frederick Soddy sur les isotopes et lut les livres d'Otto Hahn sur la radiochimie appliquée.

Il devint un expert à l'université de Californie à Berkeley dans la relation avec le grand physicien Robert Oppenheimer. Ce dernier était si rapide et érudit qu’il avait l’habitude de répondre avant même que la question soit terminée. Ces réponses étaient plus fouillées que de besoin ce qui les rendait peu utiles. Seaborg apprit donc à formuler ses questions à Oppenheimer de manière très succincte et précise.

Il devint un instructeur en chimie en 1939, fut promu professeur en 1945 puis servit comme chancelier de 1958 à 1961.

Il découvrit le plutonium, l'américium, le curium, le berkélium, et le californium (éléments 94 à 98). Il partagea avec Edwin McMillan le prix Nobel de chimie en 1951 « pour leurs découvertes en chimie des éléments transuraniens[1] ».

La même année où il produisit du plutonium, 1941, il découvrit que l’isotope 235U subit une fission sous les conditions appropriées. Il fut donc responsable de deux approches différentes dans le développement des armes nucléaires. À ce moment, il fut transféré au projet Manhattan où il était dans le groupe d’Enrico Fermi qui obtint la première réaction nucléaire en chaîne en 1942. Son rôle fut d’extraire, de la masse de l’uranium, l'infime partie de plutonium.

Il épousa en 1942 Helen Griggs  (1917-2006), la secrétaire d’Ernest Orlando Lawrence avec laquelle il eut six enfants.

Il fut élu à la National Academy of Sciences en 1948. Il fut directeur de la commission des États-Unis pour l’énergie nucléaire de 1961 à 1971. En 1959, il est récompensé du Prix Enrico Fermi. Il fut lauréat de la Médaille Franklin en 1963. Il accueillit le roi de Suède en 1976.

L’élément seaborgium lui a été dédié alors qu’il était vivant ce qui créa une controverse. Pour le reste de sa vie, il était le seul homme pouvant écrire son adresse avec des éléments chimiques : Seaborgium, Lawrencium, Berkélium, Californium, Américium (Glenn Seaborg, Laboratoire national Lawrence-Berkeley, Berkeley, Californie, États-Unis).

Distinctions et récompenses

Notes et références

  1. a et b (en) « for their discoveries in the chemistry of the transuranium elements » in Personnel de rédaction, « The Nobel Prize in Chemistry 1951 », Fondation Nobel, 2010. Consulté le 17 août 2010

Liens externes

  • (en) Biographie sur le site de la fondation Nobel (le bandeau sur la page comprend plusieurs liens relatifs à la remise du prix, dont un document rédigé par la personne lauréate — le Nobel Lecture — qui détaille ses apports)
  • Notices d'autorité :
    • Fichier d’autorité international virtuel
    • International Standard Name Identifier
    • CiNii
    • Bibliothèque nationale de France (données)
    • Système universitaire de documentation
    • Bibliothèque du Congrès
    • Gemeinsame Normdatei
    • Bibliothèque nationale de la Diète
    • Bibliothèque nationale d’Espagne
    • Bibliothèque royale des Pays-Bas
    • Bibliothèque nationale d’Israël
    • Bibliothèque universitaire de Pologne
    • WorldCat
  • Ressources relatives à la recherche :
    • Atomic Heritage Foundation
    • INSPIRE-HEP
    • (en) Mathematics Genealogy Project
    • (en) Scopus
  • Notices dans des dictionnaires ou encyclopédies généralistes : American National Biography • Encyclopædia Britannica • Encyclopædia Universalis • Gran Enciclopèdia Catalana • Swedish Nationalencyklopedin