Gillet Vertigo

Gillet Vertigo
Gillet Vertigo

Marque Drapeau : Belgique Gillet
Années de production 1991 - 2016

Phase 1 : 1991 - 2002
Phase 2 : 2002 - 2007
Phase 3 : 2007 - 2011
Phase 4 : 2011 - 2016

Production 30[1] exemplaire(s)
Classe Supercar
Usine(s) d’assemblage Gembloux - Parc Crealys des Isnes
Moteur et transmission
Énergie Essence
Moteur(s) 8 cylindres 4,2 L
V8
Position du moteur centrale avant
Cylindrée 4 200 cm3
Puissance maximale 420 ch
Transmission Propulsion
Boîte de vitesses séquentielle 6 vitesses
Poids et performances
Poids à vide 900 à 950 kg
Vitesse maximale +300 km/h
Accélération 0 à 100 km/h en 3,266 s
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Fibre de carbone
Châssis Monocoque carbone
Chronologie des modèles

La Gillet Vertigo est une voiture du constructeur automobile belge Gillet.

La voiture de série

Dessinée par Charles Van den Bosch, le style de la voiture se veut non conventionnel et intemporel. Le premier prototype Gillet Vertigo date de 1991. À ce stade, le moteur prévu est un 4 cylindres en ligne turbocompressé d’origine Ford Cosworth. Celui-ci est présenté en janvier 1992[2], lors du 70e salon de l’automobile de Bruxelles.

Deux ans s’écoulent ensuite pour permettre le développement du châssis monocoque entièrement en carbone, et la mise au point du véhicule de série afin d’être aux normes en vigueur.

En décembre 1994, la Vertigo bat le record d’accélération pour une voiture de série en réalisant le 0 à 100 km/h en 3,266 secondes, record aujourd'hui détenu par la Bugatti Veyron avec 2,5 secondes.

Le moteur Ford Cosworth n’étant plus homologué à partir de 2000, et ce moteur n'étant plus produit, un autre moteur est choisi pour la Vertigo. Le choix se porte sur le V6 GTA d’Alfa Romeo, moteur qui a la réputation d’être le V6 le plus mélodieux et envoûtant du marché[3].

En 1995, la Vertigo s’exporte en se présentant au salon de Detroit.

Restylée en 2002, et portant alors la dénomination "Vertigo Streiff" en hommage à l'importateur français (ex-pilote de formule 1 – paraplégique à la suite d'un accident de course), elle reçoit le nouveau bloc GTA de chez Alfa. Sa cylindrée est alors portée à 3,2 litres et la puissance à 250 ch.

Lors de l'édition 2007 des 24 heures de Spa, une nouvelle version de la Vertigo est dévoilée[4]. Tony Gillet veut alors retourner aux sources car il estime que sa voiture s'est « embourgeoisée »[réf. nécessaire]. La nouvelle version de route est dévoilée au salon de Bruxelles 2008. Elle voit son V6, toujours de chez Alfa, réalésé pour atteindre 3,8 litres de cylindrée, ce qui fait grimper la puissance à 350 chevaux pour un poids revu à la baisse, soit 700 kg.

À noter que chaque client a le droit de se faire mouler un siège baquet pour plus d'ergonomie.

Une nouvelle voiture version de la supercar Vertigo est sortie en fin mars 2011 : la Vertigo.5 Spirit[5]. Cette version a été présentée au salon Top Marques de Monaco en avril 2011.

La voiture en compétition

En 1996 la première Vertigo de compétition est vendue à une team française (V de V Racing Team) Ensuite, depuis 1998, une team belge a participé au Belcar avec une Vertigo : MRS Team Leuven (Johan Van Vaerenbergh). En 2001 une team « usine » est créée, la « Belgian Racing Team » : participation au Belcar. Première course en FIA GT championnat du monde : octobre 2004 à Bahreïn.

Le grand principe de cette team était de rester 100 % belge ; « voiture belge avec pilotes belges ». Bas Leinders est flamand et Renaud Kuppens est wallon. Aussi, la team a donné régulièrement leur chance à de jeunes pilotes comme d’Ambrosio en 2004 et Sara Bovy en 2007 aux 24H de Spa.

La Vertigo a été championne du monde FIA GT en G2 en 2006, 2007 et 2008 (dernière année de course FIA pour la team)[6].

Notes et références

Liens externes