Germaine Poinso-Chapuis

Germaine Poinso-Chapuis
Illustration.
Germaine Poinso-Chapuis en 1947.
Fonctions
Conseillère municipale de Marseille

(12 ans, 10 mois et 2 jours)
Élection 13 mai 1945
Réélection 26 octobre 1947
3 mai 1953
Maire Jean Cristofol
Michel Carlini
Gaston Defferre
Députée française

(10 ans, 1 mois et 10 jours)
Élection 21 octobre 1945
Réélection 2 juin 1946
10 novembre 1946
17 juin 1951
Circonscription 1re Bouches-du-Rhône
Législature Ire et IIe (GPRF)
Ire et IIe (IVe République)
Groupe politique MRP
Vice-présidente de l'Assemblée nationale

(1 an, 11 mois et 24 jours)
Élection
Réélection
Président Édouard Herriot
Législature Ire (IVe République)
Ministre de la Santé publique et de la Population

(8 mois et 2 jours)
Président Vincent Auriol
Président du Conseil Robert Schuman
Gouvernement Schuman I
Prédécesseur Robert Prigent
Successeur Pierre Schneiter
Biographie
Nom de naissance Germaine Marie Joséphine Chapuis
Date de naissance
Lieu de naissance Marseille (France)
Date de décès (à 79 ans)
Lieu de décès Marseille (France)
Nationalité Française
Parti politique MRP
Profession Avocate

Germaine Poinso-Chapuis née Germaine Marie Joséphine Chapuis, est une avocate et femme politique française, née le à Marseille et morte le dans la même ville.

Résistante, elle exerce les fonctions de députée après la Seconde Guerre Mondiale avant d'être nommée de ministre de la Santé de à , faisant d'elle la première femme ministre de plein exercice dans l'histoire de la République française, et la seule jusqu'à Simone Veil en . Elle concentrera son activité politique principalement dans le domaine juridico-social.

Biographie

Enfance et études

Germaine Marie Joséphine Chapuis naît à Marseille le dans une famille de négociants catholiques ardéchois[1].

Elle obtient une licence de droit[2] puis un doctorat de droit romain, et se forme comme avocate, devenant la première femme lauréate de la conférence du stage marseillaise[3]. Elle devient avocate au barreau de Marseille en 1921[1]. Elle est co-fondatrice, en 1929, du club Soroptimist de Marseille, « dont le but est la valorisation professionnelle et intellectuelle, morale et sociale de la femme »[4]. Elle épouse l'avocat Henri Poinso en 1937 ; le couple a deux enfants[3]. Elle adhère, par féminisme[5], au Parti démocrate populaire[3] et devient membre de son comité directeur[6]. Elle est aussi secrétaire d'une association défendant les enfants poursuivis en justice.

Engagement dans la Résistance

Elle participe à la Résistance au sein du Mouvement de libération nationale (MLN)[6]. Elle est une proche de Gaston Defferre. Elle s’occupe de son cabinet d’avocat alors qu’il prend le maquis et gère une caisse de résistance du Parti socialiste. Elle est membre du comité départemental de Libération. Grâce à ce dernier, elle devient vice-présidente et déléguée de quatre commissions de la délégation municipale provisoire[5].

Cet engagement lui vaut la considération des Marseillais. Elle est ainsi conseillère municipale à Marseille, sans interruption, de 1945 à 1959. Elle dirige, de 1946 à 1979, l'Association régionale de sauvegarde de l'enfance et l'adolescence inadaptée marseillaise[7].

Députée et ministre

Germaine Poinso-Chapuis est élue députée MRP de la première circonscription des Bouches-du-Rhône en 1945 (elle se présente le ) jusqu’à fin 1955, lors des première et seconde Assemblée nationale constituante, et à l'Assemblée nationale lors des Ire et IIe législature. Elle est alors membre de la Commission des Affaires économiques.

Elle compte parmi les premières femmes députées de l'histoire française.

Ministre de la Santé publique et de la Population

Elle est ministre de la Santé publique et de la Population dans le premier gouvernement de Robert Schuman du au [2]. C’est la première fois en France qu’une femme est ministre de plein exercice[8] et l'une des rares fois où une femme est membre d'un gouvernement de la IVe République, à l'instar d'Andrée Viénot et de Jacqueline Thome-Patenôtre. Il faudra attendre Simone Veil en 1974 pour retrouver une femme ministre de plein exercice[9].

Elle a alors comme difficultés politiques les questions de la reconstruction du pays dans le domaine social, des épidémies et du ravitaillement : son expérience dans ce dernier domaine alors qu'elle était à Marseille entre en compte dans sa nomination au ministère. Elle ambitionne alors la création d'un grand ministère de la Santé mais se heurte aux caisses vides de l'État, au trop grand nombre de délégations rattachées à d'autres ministères et le manque de soutien politique.

En qualité de ministre, elle dépose dix projets de lois[8] et fait voter celles sur la santé publique et la protection de l'enfance[9]. Elle s'attaque aux ravages de l'alcoolisme, à la défense des constructions d'hôpitaux, des handicapés, de l'adolescence et de l'enfance. Le décret Poinso-Chapuis du subventionne des associations pour l'éducation des familles n'ayant pas les moyens d'assurer financièrement cette obligation et en particulier les associations tenant des écoles confessionnelles pour mineurs du Nord et du Pas-de-Calais dont les mines mais aussi les écoles ont été nationalisées à la Libération. Les socialistes membres du gouvernement critiquent ce décret, au nom de la laïcité, ce qui vaut à Germaine Poinso-Chapuis d'être remplacée par Pierre Schneiter le .

Poursuite de la députation

Elle reprend son activité parlementaire et s'illustre tant par le nombre de textes qu'elle dépose (28) que par ses deux élections au poste de vice-présidente de l'Assemblée nationale (les et le ). Elle est réélue deux fois et est membre des Commission des Affaires économiques et à la Commission de la famille, de la population et de la santé publique (elle est, de 1953 à 1955, secrétaire de la première). Les soixante-quatorze propositions de lois et les rapports parlementaires qu'elle fait durant son mandat concernent alors surtout les domaines de la santé, du social, et des droits qui vont avec. Elle vote la confiance au second gouvernement Faure mais est l'une des seuls députés de son groupe à s'abstenir lors du vote suivant.

Germaine Poinso-Chapuis n'est pas réélue aux élections législatives de 1956. Elle fait les frais de la baisse de popularité du MRP et de la montée de la SFIO et des poujadistes. Elle continue alors d'œuvrer dans le domaine juridico-social et garde jusqu'en 1959 son poste de conseillère municipale de Marseille. Elle est membre de l'Organisation des femmes des professions libérales et commerciales, de l'Organisation des femmes juristes et du Haut Comité d'information sur l'alcoolisme. En 1973, elle devient présidente du Centre technique national de l'enfance inadaptée[6].

Elle meurt le à Marseille[10].

Postérité

L’Association « Les Femmes et la ville » organise un colloque « Germaine Poinso-Chapuis, témoin de son temps » (20-22 novembre 1997), dont les actes sont édités en 1998[11],[12].

Plusieurs lieux sont nommés en son honneur :

Décorations

Références

  1. a et b [audio] Alexandra Mori, « Françaises, Français, Portraits - Germaine Poinso-Chapuis », sur France Bleu, (consulté le 27 mars 2021).
  2. a b et c « Germaine Poinso-Chapuis, première femme ministre », laprovence.com, 6 août 2013.
  3. a b et c « Biographie de la IVe République - Poinso-Chapuis (Germaine, Marie, Joséphine) », sur Assemblée nationale / Sycomore (consulté le 27 mars 2021).
  4. Véronique Antomarchi, « Germaine Poinso-Chapuis : une politique familiale entre catholicisme social et féminisme », Recherches et prévisions, no 53,‎ , p. 50 (lire en ligne, consulté le 27 mars 2021).
  5. a et b Femmes info no 82, printemps 1998.
  6. a b et c MagazineLe Monde 2 des 18-19 avril 2004, page 86.
  7. Jacqueline Roca, « La structuration du champ de l'enfance et de l'adolescence inadaptées et handicapées depuis 1943: l'exemple de Marseille », Le Mouvement social, no 209,‎ , p. 25-51 (lire en ligne, consulté le 27 mars 2021).
  8. a et b Kevin Labiausse, Les grands articles de presse de 1900 à nos jours, Paris, éditions Bréal, , 240 p. (ISBN 978-2-7495-3194-6), « Pourquoi nous sommes partisans du suffrage féminin »
  9. a b et c « Les femmes et le pouvoir », senat.fr, consulté le 26 mars 2021.
  10. État civil sur le fichier des personnes décédées en France depuis 1970
  11. Yvonne Knibiehler (dir.), Germaine Poinso-Chapuis. Femme d'État, Aix-en-Provence, Edisud, 1998.
  12. [compte rendu] Sylvie Chaperon, « Association Les Femmes et la Ville (sous la direction d'Yvonne Knibiehler), Germaine Poinso-Chapuis. Femme d'État, Aix-en-Provence, Edisud, 1998, 160 p. », Clio, no 11,‎ (lire en ligne, consulté le 26 mars 2021).
  13. « Projet de délibération — 2017 DU 96 Dénomination rue Germaine Poinso-Chapuis (18e). », sur Mairie de Paris, (consulté le 27 mars 2021).

Voir aussi

Bibliographie

  • Véronique Antomarchi, « Germaine Poinso-Chapuis : une politique familiale entre catholicisme social et féminisme », Recherches et prévisions, no 53,‎ , p. 45-57 (lire en ligne, consulté le 27 mars 2021).
  • Yvonne Knibiehler (dir.), Germaine Poinso-Chapuis. Femme d'État, Aix-en-Provence, Edisud, 1998, 160 p., préface René Rémond, (ISBN 2-7449-0036-2).
  • Sylvie Reboul, Femmes d'exception en Provence-Alpes-Côte d'Azur, Villeveyrac, Le Papillon rouge, , 288 p. (ISBN 978-2-917875-23-0).

Articles connexes

Liens externes