Gaël Brustier

Gaël Brustier
Biographie
Naissance
Nationalité
Domicile
Formation
Activités
Autres informations
Partis politiques
Membre de
Observatoire des radicalités politiques ()
Directeur de thèse
Site web
www.rue71.fr

Gaël Brustier, né le au Creusot, est un conseiller politique et politologue français. Il est chercheur associé au Centre d'études de la vie politique à l'Université libre de Bruxelles. Il a publié plusieurs essais, notamment sur la droitisation de la vie politique, et a collaboré à plusieurs médias.

Séguiniste puis chevènementiste, il a milité au sein de plusieurs partis politiques, RPR, MDC, MRC, puis Parti socialiste entre 2006 et 2013. Il a été conseiller politique d'Arnaud Montebourg, Julien Dray et Jean-Luc Mélenchon.

Biographie

Formation

Il est diplômé de l'institut d'études politiques de Strasbourg (promotion 2000)[1].

En 2009, il devient docteur en science politique de l'université de Strasbourg, ses travaux — dirigés par Yves Déloye — portant sur le processus d'élaboration de la constitution européenne[2].

Parcours militant et professionnel

D'abord séguiniste[3] et militant au Rassemblement pour la République (RPR[4]) à l'âge de 17 ans, puis chevènementiste[5],[6], il adhère au Mouvement des citoyens (MDC) en 1999, puis rejoint le Mouvement républicain et citoyen (MRC) — dont il est secrétaire national[1]. Il devient un proche de Georges Sarre, et il est son collaborateur à l'époque où ce dernier est maire du 11e arrondissement de Paris et président du MRC[3].

En 2006, il quitte le MRC et rejoint le Parti socialiste (PS)[3],[7]. Il travaille pour Philippe Baumel, alors premier vice-président de la communauté urbaine Creusot-Montceau et maire du Breuil[réf. souhaitée], puis pour Arnaud Montebourg au conseil départemental de Saône-et-Loire en tant que directeur de cabinet adjoint[8]. En 2011, il dirige la campagne d'Arnaud Montebourg à la primaire socialiste[4]. Considéré pendant un temps comme un proche d'Arnaud Montebourg, il prend ensuite ses distances[9],[10],[11],[12].

En 2012, Le Journal de Saône-et-Loire affirme que Brustier est un « ex-proche de Montebourg », et qu'il défend aux côtés de Julien Dray l'idée d'un parti socialiste « plus indépendant vis-à-vis de la contrainte européenne », rejetant notamment le traité budgétaire européen[13]. Entre 2012 et 2015[réf. souhaitée], il est chargé de mission[14] au cabinet de Julien Dray[15], vice-président du conseil régional d'Île-de-France délégué à la Culture. En 2013, Gaël Brustier siège au conseil national du PS où il représente l’aile gauche du parti. Il y défend notamment l’idée de « rompre avec les politiques d’austérité mortifères » et, se plaçant dans une perspective européenne, affirme que « les intérêts de l’Allemagne qui milite pour l’austérité sont divergents avec ceux des autres pays d’Europe »[16]. L'engagement de Brustier au sein du PS prend fin en 2013[15],[17],[18]. En mai 2014, Le Journal de Saône-et-Loire présente Gaël Brustier comme étant l'« ex-secrétaire de la section PS du Charolais »[12].

En avril 2016, il se rend régulièrement sur la place de la République, là où a débuté le mouvement Nuit debout, et il tire de ses observations son ouvrage #NuitDebout, où il analyse les caractéristiques ce mouvement social[19],[20],[21].

En 2017, il participe à la campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon, avant de s'éloigner de celui-ci[22].

En 2018, il est engagé par la webtélé Le Média, sur laquelle il intervient en tant que politologue pendant quelques semaines avant de démissionner, évoquant un management « discutable »[23],[24],[25].

Il est chercheur en sciences politiques associé au CEVIPOL (Centre d'Etudes de la Vie Politique) à l'Université libre de Bruxelles[26],[27],[28],[29],[30], spécialiste des droites et des dimensions culturelles de la politique[31]. Il est souvent présenté par les médias comme « chercheur en sciences politiques »[10],[24],[32],[19],[33],[34],[35]. L'Express le qualifie de « sociologue »[36] et Atlantico le présente comme « chercheur en sciences humaines (sociologie, science politique, histoire) »[37].

Publications et engagement intellectuel

Fondations et association

Il est membre de plusieurs fondations :

Il est membre d'Attac[41].

La question de l'hégémonie culturelle

Selon Le Monde, Brustier est l'auteur de « plusieurs essais sur les phénomènes de droitisation de la politique », dont À demain Gramsci en 2015[15].

Dans cet ouvrage, il avance que les défaites politiques de la gauche s’expliquent par son refus de la bataille des idées, son abandon du combat sur le terrain culturel, qui permettrait pourtant d'instaurer un « sens commun », c'est à dire ce qui est ressenti par la majorité des gens comme allant de soi, sans nécessiter d'examen critique. Le mutisme idéologique de la gauche serait la cause de l'émergence d'un « front culturel commun » de la droite conservatrice et populiste, proposant des solutions « autoritaires, inégalitaires et identitaires », et il affirme que « la gauche française est en passe de succomber politiquement et de sortir de l’Histoire »[42],[43],[44],[45]. Dans la continuité de ce travail sur la question de l'hégémonie culturelle, il préface l'édition française de Construire un peuple, livre de Chantal Mouffe, théoricienne du « populisme de gauche » et Íñigo Errejón, fondateur et stratège de Podemos[46].

Dans La Guerre culturelle aura bien lieu, il affirme que la gauche n'a pas su résister à la « droitisation » des idées. Ce qu'il nomme « l'idéologie de la crise », ou « Occidentalisme », est une idéologie produite selon lui « par le système économique, qui pense la société sur le déclin, menacée par un Orient fantasmé et caricaturé ». Les modèles étudiés par Gaël Brustier seraient valables aussi bien pour les États-Unis que pour la France. Il estime qu'en France, la question de l’Islam est devenue « une obsession, le leitmotiv du débat public comme si c’était l’urgence, aujourd’hui, sur l’agenda politique et social ». D'après lui, une partie de la gauche française est déçue en 2013 par la politique du gouvernement, et il estime que cela est dû au fait que « la gauche en France réfléchit avec les mêmes présupposés que la droite »[16],[47],[48].

Voyage au bout de la droite, essai écrit avec Jean-Philippe Huelin, aborde le thème de la « droitisation » dans plusieurs pays, dont les États-Unis, le Royaume uni, l'Italie et la France, affirmant que sur les décombres des « droites d'hier » apparaît un « phénomène nouveau lié à la peur de déclassement de l'Occident ». Les auteurs estiment que la droite s'est emparée de l'« l'imaginaire collectif », et que son renouveau s'appuie sur le « néolibéralisme », le « déclinisme », le « néoconservatisme », l'« occidentalisme » et l'« indentitarisme ». Par ailleurs, en France, il existerait une porosité entre la droite et l'extrême droite, les deux ayant le même « coeur de cible » : « les classes populaires des zones périurbaines », tandis que villes et banlieues voteraient à gauche[49],[50],[51].

Dans son ouvrage #NuitDebout, il affirme que Nuit debout est « un mouvement de réarmement du camp progressiste par rapport au pôle sécuritaire-identitaire de la vie politique »[21].

D'après le journaliste Alexandre Devecchio, Gaël Brustier, intellectuel engagé d'abord à droite puis ensuite à gauche, est resté « un observateur impartial de ceux qui sont désormais ses adversaires idéologiques » et il est « l'un des meilleurs observateurs de la droite française ». Dans Voyage au bout de la droite et Le Mai 68 conservateur, Gaël Brustier a su, selon Devecchio, « décrypter la droitisation de la société française et l'émergence d'un nouveau conservatisme »[18].

Interventions dans les médias

Il intervient dans différents médias, à l'instar de Slate[52], LCP et La Vie[53], mais aussi sur RTL dans On refait le monde[54],[55],[56] ou sur France 24, dans l'émission de Roselyne Febvre, Politique[57],[58]. Il collabore à la rubrique « livres » du Monde diplomatique[33].

En , en réponse au manifeste contre le nouvel antisémitisme, il signe la tribune « La lutte contre l'antisémitisme doit être l'affaire de tous » qui paraît dans Le Parisien[59].

Ouvrages

  • Les socialistes, les altermondialistes et les autres : entre Amérique latine et Europe, la gauche face à sa refondation, Paris, Bruno Leprince, , 189 p. (ISBN 978-2-916333-33-5)
  • Avec Jean-Philippe Huelin, Recherche le peuple désespérément, Paris, François Bourin éditeur, , 116 p. (ISBN 978-2-84941-142-1)
  • Avec Jean-Philippe Huelin, Voyage au bout de la droite : des paniques morales à la contestation droitière, Paris, Mille et une nuits, , 278 p. (ISBN 978-2-7555-0597-9)
  • La guerre culturelle aura bien lieu : l'occidentalisme ou l'idéologie de la crise, Paris, Mille et une nuits, , 234 p. (ISBN 978-2-7555-0699-0)
  • Le mai 68 conservateur : que restera-t-il de la Manif pour tous ?, Paris, Le Cerf, , 230 p. (ISBN 978-2-204-10283-4)
  • À demain Gramsci, Paris, Le Cerf, , 68 p. (ISBN 978-2-204-10491-3)
  • #Nuit debout : que penser ?, Paris, Le Cerf, , 112 p. (ISBN 978-2-204-11430-1, présentation en ligne)
  • Le Désordre idéologique, Paris, Éditions du Cerf, coll. « Actualité », , 352 p. (ISBN 978-2-204-10625-2)

Références

  1. a et b « La Manif pour tous, après coup », sur Atlantico.fr (consulté le 23 août 2020).
  2. Le processus d’élaboration du traité établissant une Constitution pour l’Europe du Sommet de Cologne du 3 juin 1999 au Sommet de Bruxelles du 13 décembre 2003 (thèse soutenue le 19 juin 2009 sous la direction d'Yves Déloye), université de Strasbourg (lire en ligne)
  3. a b et c Thomas Wieder, « De Montebourg au FN, la diaspora chevènementiste », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 23 août 2020).
  4. a b et c http://www.lesinfluences.fr/Une-ecole-des-cadres-pour-Arnaud.html
  5. « Le chevènementiste, passé par Montebourg, ira chez Hollande », sur nouvelobs.com, L'Obs, (consulté le 23 août 2020).
  6. https://www.marianne.net/Que-reste-t-il-du-chevenementisme-en-2011_a205565.html
  7. Alexandre Devecchio, Gaël Brustier : «Le Front national est la grande déchetterie des espérances déçues, (lire en ligne)
  8. Gaël Brustier, « Le malentendu Montebourg: pourquoi il n'est pas un «frondeur» », sur slate.fr, (consulté le 20 septembre 2016).
  9. « Dans l'entourage d'Arnaud Montebourg, le changement permanent », sur LExpress.fr, (consulté le 12 décembre 2020)
  10. a et b Régis Soubrouillard, « Gaël Brustier : "Montebourg est une mauvaise caricature de Chevènement" », sur www.marianne.net, (consulté le 12 décembre 2020)
  11. « Saône-et-Loire - Politique. Que peut dire Montebourg à Frangy? », sur www.bienpublic.com, (consulté le 12 décembre 2020)
  12. a et b « Interview. - Plus que la percée du Front national en Saône-et-Loire, Gaël Brustier retient l’échec du PS.. “Comment gouverner avec 5,5 % ?” », sur www.lejsl.com, (consulté le 12 décembre 2020)
  13. « Parti socialiste. Gaël Brustier défend un PS « au service de son idéal » », sur www.lejsl.com, (consulté le 12 décembre 2020)
  14. COMPTE RENDU DU 5e COMITE DE SUIVI DES ETATS GENERAUX DE LA NUIT, (lire en ligne)
  15. a b et c « La droite a-t-elle remporté la bataille des valeurs ? », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 12 décembre 2020)
  16. a et b Florence Poli, La gauche est coincée dans une idéologie de droite, Journal de Saône et Loire, (lire en ligne)
  17. « Le PS traverse la plus grave crise de son histoire », sur Ouest France,
  18. a et b Alexandre Devecchio, « Gaël Brustier : «Ce n'est plus l'immigration qui sépare LR et le FN, mais l'économie» », sur Le Figaro, (consulté le 15 décembre 2020)
  19. a et b « Gaël Brustier : "Nuit debout n'est pas une simple dénonciation de la loi Travail" », sur Europe 1, (consulté le 12 décembre 2020)
  20. Jonathan Bouchet-Petersen, « Gaël Brustier : «"Nuit debout" ne se résume pas à une somme de forces organisées» », sur Libération.fr, (consulté le 13 décembre 2020)
  21. a et b « Gaël Brustier : "Nuit Debout est un mouvement de réarmement du camp progressiste par rapport au pôle sécuritaire-identitaire de la vie politique" », sur Atlantico.fr, (consulté le 13 décembre 2020)
  22. Pauline Graulle, « France insoumise: derrière la crise, l’impasse d’un mouvement «gazeux» », sur Mediapart.fr, (consulté le 2 décembre 2018).
  23. « Un nouveau départ du "Média" tourne au grand déballage », sur Le Huffington Post, (consulté le 10 mars 2020)
  24. a et b « Gaël Brustier quitte à son tour « Le Média » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 10 mars 2020)
  25. « Le politologue Gaël Brustier annonce son départ de la webtélé Le Média », sur LExpress.fr, (consulté le 10 mars 2020)
  26. « Nuit Debout : "Le mouvement est en voie d’extension" », L'Obs,
  27. « Gaël Brustier », sur Le Huffington Post (consulté le 11 mars 2020)
  28. « Après les régionales, "sortir des griffes de la droitisation" », sur LExpress.fr, (consulté le 12 décembre 2020)
  29. Stéphane Rozès, « "Le texte sur la réforme constitutionnelle est assez alambiqué pour recueillir l’adhésion de tous" », sur France 24, (consulté le 12 décembre 2020)
  30. « Le Parti socialiste est-il en danger ? », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 12 décembre 2020)
  31. « Gaël Brustier: ses articles à lire sur Slate.fr », sur Slate.fr (consulté le 11 mars 2020)
  32. Sylvain Mouillard, « Gaël Brustier : «La Manif pour tous prend à témoin les candidats lors des élections» », sur Libération.fr, (consulté le 12 décembre 2020)
  33. a et b « Gaël Brustier : biographie, actualités et émissions France Culture », sur France Culture (consulté le 12 décembre 2020)
  34. « "Aucun débat n'a jamais fait bouger profondément les lignes entre les candidats" », sur RTL.fr, (consulté le 12 décembre 2020)
  35. « "Nuit debout est le premier mouvement social post-marxiste" », sur Les Inrockuptibles, (consulté le 12 décembre 2020)
  36. « Présidentielle: comment le PS va parler aux électeurs FN », sur LExpress.fr, (consulté le 12 décembre 2020)
  37. « Gaël Brustier | Atlantico.fr », sur www.atlantico.fr (consulté le 11 mars 2020)
  38. Gaël Brustier, fondation Jean-Jaurès (lire en ligne)
  39. « Conseil scientifique de la Fondation de Recherche Res Publica », fondation Res Publica, (consulté le 3 janvier 2016).
  40. (Kovats 2015)
  41. « Sur ses terres de Saône-et-Loire, la gloire de "Naud-Naud" », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 12 décembre 2020)
  42. La revanche de Gramsci, lavie.fr, 14 octobre 2015
  43. Gildas Le Dem, « Gramsci aujourd'hui », sur regards.fr, (consulté le 12 décembre 2020)
  44. « À demain Gramsci », sur Valeurs actuelles, (consulté le 12 décembre 2020)
  45. Clotilde Alfsen, « "La droite a gagné la bataille culturelle de ce début de siècle" », sur Le Point, (consulté le 12 décembre 2020)
  46. Chantal Mouffe, Íñigo Errejón (trad. François Delprat, préf. Gaël Brustier), Construire un peuple : Pour une radicalisation de la démocratie, Éditions du Cerf, coll. « Mémoires des luttes », , 248 p.
  47. « Quel remède à la droitisation de la politique ? », sur Les Inrockuptibles, (consulté le 11 décembre 2020)
  48. « "La guerre culturelle aura bien lieu... : l'occidentalisme ou L'idéologie de la crise" de Gaël Brustier chez Mille et une nuits (Paris, France) », sur www.20minutes.fr, (consulté le 11 décembre 2020)
  49. « "Voyage au bout de la droite", de Gaël Brustier et Jean-Philippe Huelin : la droite dans la tête », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 12 décembre 2020)
  50. « Livre France - «Voyage au bout de la droite» de Gaël Brustier, Jean-Philippe Huelin », sur RFI, (consulté le 12 décembre 2020)
  51. « Voyage au bout de la droite : des paniques morales à la contestation droitière », sur France Culture (consulté le 12 décembre 2020)
  52. « Articles de Gaël Brustier », Slate (consulté le 3 janvier 2016).
  53. « Les gilets jaunes voient rouge », sur www.franceinter.fr (consulté le 14 décembre 2020)
  54. « Aurélie Filippetti, Gaspard Gantzer et Maud Fontenoy rejoignent les polémistes de "On refait le monde" sur RTL », sur Le Zapping du PAF, (consulté le 12 décembre 2020)
  55. « Rapport Borloo : un plan banlieue pour rien ? », sur RTL.fr, (consulté le 12 décembre 2020)
  56. « Service universel : une bonne idée ou pas ? », sur RTL.fr, (consulté le 12 décembre 2020)
  57. « Politique - Réforme des retraites : un conflit qui se durcit », sur France 24, (consulté le 12 décembre 2020)
  58. « Politique - "Il y a une vaste gamme de droites radicales en Europe" », sur France 24, (consulté le 12 décembre 2020)
  59. « La lutte contre l’antisémitisme doit être le combat de tous », sur sos-racisme.org, .

Liens externes