Friedrich Gustav Jaeger

Friedrich Gustav Jaeger (né le à Kirchberg an der Jagst et mort le à Berlin) est un officier allemand, membre du complot du 20 juillet 1944.

Biographie

Au début de la Première Guerre mondiale, Jaeger est Fahnenjunker dans l'armée du Wurtemberg. Il participe à la première bataille d'Ypres, se bat en France et à Isonzo. Il est blessé six fois et reçoit des récompenses.

Le , il épouse Marie-Elisabeth Schlee ; l'année suivante naîtra son fils Krafft Werner . Après la guerre, il étudie l'agronomie à Tettnang. Il s'inscrit au DAP qui deviendra le NSDAP. Bien qu'il soit un membre dirigeant du Freikorps Oberland , il refuse d'être du putsch de Kapp et démissionne du parti.

Jaeger devient un opposant au nazisme. En 1934, il revient dans la Reichswehr pour ne pas être sous les ordres de Hans von Tschammer und Osten. En 1938, il fait partie de l'armée allemande qui envahit la région des Sudètes et, au début de la Seconde Guerre mondiale, la Pologne. Il prend contact avec des soldats opposants comme Hans Oster, Friedrich Olbricht et Ludwig Beck. En 1940, il fait partie de l'armée qui envahit la France puis en 1941 la Russie.

Après la mort de son épouse le , Jaeger prend contact au réseau de résistance de son fils. Au cours de l'année, il est promu au grade de colonel et participe à la bataille de Stalingrad. Il est alors blessé puis soigné contre le typhus à Lublin.

En 1943, Jaeger accepte à contrecœur les complots d'assassinat contre Adolf Hitler. Par conviction chrétienne, il veut un procès de Hitler devant un tribunal. Son fils est arrêté après une dénonciation et inculpé de tentative de trahison et d'incitation à la désobéissance militaire puis acquitté trois mois après, faute de preuves.

Le , Jaeger est commandant des troupes blindés dans les régions militaires II (Szczecin) et XXI (Kalisz). Après l'attentat, il reçoit l'ordre de Claus von Stauffenberg d'arrêter un Oberführer SS. Après l'annonce de l'échec de l'attentat, les soldats de Jaeger désobéissent. Jaeger est arrêté par la Gestapo dans le cadre de l'attentat. Son fils est également arrêté en Italie et aussi amené à Berlin. Le , le Volksgerichtshof condamne Friedrich Gustav Jaeger à la peine de mort pour haute trahison et pendu le jour même à la prison de Plötzensee.

Récompenses

Voir aussi

Source de la traduction

(de) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en allemand intitulé « Friedrich Gustav Jaeger » (voir la liste des auteurs).