Français de Nouvelle-Angleterre

Français de Nouvelle-Angleterre
Pays États-Unis
Région Nouvelle-Angleterre
Nombre de locuteurs 170 000 (2015)[1][note 1]
Typologie SVO flexionnelle syllabique
Classification par famille
Carte
Pourcentage de la population parlant le français à la maison, incluant d'autres dialectes (2015)[2] .mw-parser-output .legende-bloc-centre{display:table;margin:0 auto;text-align:left}.mw-parser-output .legende-bloc ul li{font-size:90%}.mw-parser-output .legende-bloc-vertical ul li{list-style:none;margin:1px 0 0 -1.5em}.mw-parser-output .legende-bloc-vertical ul li li{list-style:none;margin:1px 0 0 -1.0em}
Pourcentage de la population parlant le français à la maison, incluant d'autres dialectes (2015)[2]
  • 10–15%
  • 5–10%
  • 1–5%
  • 0.5-1%

Le français de Nouvelle-Angleterre (en anglais : New England French) est une variété du français canadien parlé dans la région de la Nouvelle-Angleterre aux États-Unis[3].

Le français de la Nouvelle-Angleterre est l’une des principales formes de langue française qui s’est développée dans ce qui est aujourd’hui les États-Unis, les autres étant le français louisianais et le français du Missouri en voie de disparition, le français du rat musqué et le français des Métis. Le dialecte est la forme prédominante du français parlé en Nouvelle-Angleterre (à l’exception du français standard), sauf dans la vallée de Saint John, dans le nord du comté d'Aroostook, au Maine, où le français acadien prédomine.

Après la Première Guerre mondiale, des lois ont été adoptées pour interdire l’enseignement bilingue immersif à l’extérieur des classes réservées aux langues étrangères et, dans les années 1960 et 1970, certaines écoles publiques ont pris des mesures disciplinaires contre les élèves qui parlaient français à l’école; cependant, ces dernières années, l’enseignement bilingue a suscité un intérêt renouvelé et est appuyé par les programmes d’enseignement bilingue en place depuis 1987[3]. Depuis 2010, une tendance continue à la réduction de l’éducation bilingue et en langues étrangères a eu un impact sur la prévalence de la langue chez les jeunes générations[4],[5]. Cependant, les programmes culturels des dernières années ont suscité un regain d’intérêt entre les générations plus âgées parlant le dialecte et les populations réfugiées nouvellement arrivées d’Afrique francophone dans des villes telles que Lewiston[6],[7].

Histoire

Histoire ancienne

1605 carte de la baie de Plymouth  et villages amérindiens, par le colon et géographe français Samuel de Champlain, créateur de la première carte côtière précise de les provinces maritimes and Nouvelle-Angleterre
De haut en bas: Producteurs de pommes de terre américano-français en Caribou, Maine (1940); une annonce bilingue pour Hampden Ale (1948); trois filles tenant une bannière pour la Chorale Saint-Jean-Baptiste de Lowell (1986)

Datant de la première période coloniale, une présence française est demeurée en Nouvelle-Angleterre avec sa proximité du Québec, même après l’envoi de nombreux Acadiens en Louisiane espagnole pendant Le Grand Dérangement. Bien que la guerre franco-indienne et la guerre française aient laissé une certaine distance entre les colons yankees et franquistes, le rôle de la France dans la Révolution américaine ainsi que les contributions de personnalités militaires françaises comme Jean-Baptiste-Donatien de Vimeur de Rochambeau dans le siège de Yorktown ont engendré une alliance contre les Loyalistes à cette époque.

Parmi les premiers personnages d’origine française à faire partie du récit américain figurent Peter Faneuil, le gouverneur James Bowdoin et Paul Revere, tous descendants d’Huguenots qui ont fui les persécutions vers le Nouveau Monde. Cependant, alors que Faneuil et Bowdoin parlaient le français couramment, ce dernier encouragea son fils James Bowdoin III à apprendre la langue anglaise, mais fut décrit comme résolument probritannique après la Révolution, pour son dédain devant la révocation de l’Édit de Nantes en France[8],[9]. En revanche, né dans une famille française, Revere (anglicisé de Rivoire) ne parlait que l’anglais de la province de la Baie, bien qu’il ait une famille qui parlait le français à Boston et à l’étranger et qui correspondrait avec eux en faisant traduire les réponses pour lui[10].

La langue française est restée présente à Boston à l’époque où elle était une colonie britannique, bien que peu abondante, en partie à cause de la crainte de l’influence du catholicisme; sur le plan académique, cela a empêché la langue d’être acceptée rapidement à Harvard, où son premier professeur a été renvoyé en 1735, après deux ans d’enseignement, à cause de rumeurs de conversion des étudiants du protestantisme[11]. Six décennies plus tard, l’un des premiers éditeurs de manuels de français des Amériques fut le premier professeur de français salarié de Harvard, Joseph Nancrède, qui compila des textes français contemporains et les publia en 1792 dans son L’Abeille françoise, en plus des traductions limitées en anglais. Quelques années auparavant, en 1789, Nancrède créait le premier journal français de Boston, un hebdomadaire éphémère publié pendant six mois cette année-là, qu’il décrivait dans son prospectus comme un moyen de favoriser le commerce entre les Américains et le monde francophone, et de « communiquer les idées adéquates de la Majesté du Congrès aux nations qui savent à peine qu’il en existe un »[11],[12].

En dehors de Boston, avant la Révolution industrielle et la Deuxième Révolution industrielle, l'influence des colons français en Nouvelle-Angleterre a diminué presque entièrement après la fin de la guerre franco-indienne et du Traité de Paris de 1763, qui a donné le contrôle de la région aux Anglais. Pendant ce temps, bon nombre des premiers colons du Vermont sont revenus au Québec ; cependant, la Vermont Archaeological Society a remarqué dans le passé qu'un petit nombre de Français sont demeurés établis dans des fermes trop éloignées pour répondre à l'avis du gouvernement colonial naissant[13]. De même, le Maine a été revendiqué par les Français à l'est de la rivière Kennebec, et pendant l'expulsion des Acadiens, la culture française a aussi largement quitté ce paysage[14].

Avant la Grande Migration des Québécois pendant la Deuxième Révolution Industrielle, l'un des premiers exemples du français en Nouvelle-Angleterre est né de la rébellion de Papineau au Bas-Canada. À la suite de la rébellion, Ludger Duvernay, l'un des 26 chefs patriotes arrêtés par les autorités canadiennes pour avoir imprimé des articles critiquant le gouvernement colonial britannique, est parti en exil aux États-Unis. Ancien éditeur de La Minerve à Montréal, il a publié un prospectus pour un journal de langue française en 1838, espérant que les Américains appuieraient une revue qui fait la promotion des droits civils et de l'indépendance au Bas-Canada. Il établit à Burlington, au Vermont, ce qui fut décrit comme le premier journal canadien-français américain, publiant le premier numéro du Patriote Canadien le 7 août 1839, pour les Canadiens de l'autre côté de la frontière et une communauté patriote aux États-Unis[15],[16].

La Grande Migration

Le Bulletin de la Société Historique Franco-américaine de 1943, l'une des nombreuses institutions créées à partir du mouvement La Survivance

À partir de la fin des années 1840, un plus grand nombre de Canadiens français commencèrent à s'établir aux États-Unis, d'abord pour des emplois agricoles saisonniers, puis par cheval et plus tard par train, pour servir de travailleurs d'usine dans les grandes villes industrielles construites par les Boston Associates  et d'autres dans les six États de la Nouvelle Angleterre. En 1899, il y aurait eu 120 paroisses de langue française en Nouvelle-Angleterre, et à ce moment-là, sur les 1,5 million d'habitants du Canada français, environ 600 000 avaient émigré aux États-Unis, principalement en Nouvelle-Angleterre[17],[18]. Dans une certaine mesure, ces nouveaux arrivants se sont intégrés et ont appris l'anglais, mais La Survivance a aussi survécu[19]. À la veille de l’adoption de la Loi d'exclusion des Chinois, en 1881, Carroll D. Wright  décrivait les nouveaux arrivants français comme les « Chinois des États de l’Est » pour leur refus de s’intégrer entièrement, l’utilisation de leur travail par les propriétaires des usines pour renverser les salaires syndicaux et la création des institutions séparées en langue française. Cette déclaration servira de point de controverse pendant des décennies, mais d’autres membres de la classe politique yankee accueilleront les nouveaux venus, le sénateur Henry Cabot Lodge remarquant dans un discours sur l’immigration prononcé en 1908 au Boston City Club qu’ils « représentent un des plus anciens établissements du continent. Ils ont été, au sens large, des Américains pendant des générations, et leur arrivée aux États-Unis n’est qu’un mouvement d’Américains qui traversent une ligne imaginaire. »[20],[21],[22] Des villes industrielles aussi grandes que Fall River, au Massachusetts, et aussi petites que Somersworth, au New Hampshire, avaient souvent des enseignes bilingues, et les coutumes américaines comme le baseball adoptées progressivement par les jeunes générations avaient leur propre jargon francisé, comme il est courant pour un manchon de se faire entendre par les spectateurs en poussant un « sacré last »[23].

L'un des premiers exemples de différenciation du « français de la Nouvelle-Angleterre » du « français canadien » et du « français acadien » est apparu en 1898 dans une étude publiée dans les Modern langue Notes  de l'Université Johns-Hopkins, où l'on notait des variantes de la phonologie, et les études se sont poursuivies de façon sporadique pour couvrir le vocabulaire jusque tard au XXe siècle[24],[25],[26]. En 1924, environ 1,5 million de personnes, sans égard à leur origine, parlaient français en Nouvelle-Angleterre[27],[note 2] ce qui, selon le recensement américain de 1920, représentait 7,4 millions d'habitants, ce qui place la proportion de francophones, environ 1 sur 5, à peu près égale ou supérieure à celle des Canadiens dont la langue maternelle était le français en 2016[27],[28].

Journaux historiques

Une carte montrant un total de 242 journaux franco-américains publiés en Nouvelle-Angleterre en le français, existant pendant une certaine période entre les années 1838 et 1938.

Entre la fin du XIXe siècle et le milieu du XXe siècle, le dialecte était soutenu par plus de 250 journaux français existant en Nouvelle-Angleterre, dont beaucoup étaient publiés hebdomadairement et n'étaient publiés que pendant quelques années, tandis que certains allaient durer de la fin des années 1800 et du début des années 1900 à la période entre-deux-guerres, avec 21 journaux et quatre mensuels en 1937 et une poignée dans les années 1960, comme Le Messager à Lewiston, Maine, L'Indépendant à Fall River, Massachusetts[29], et La Justice  à Holyoke, Massachusetts[30]. Cependant, la concurrence avec la presse quotidienne anglophone, le manque d'appui du public de la part des nonlocuteurs et la disponibilité de publications québécoises plus importantes comme La Presse à Montréal ont entraîné un déclin graduel du commerce des journaux français en Nouvelle-Angleterre. Dans un éditorial paru en 1936 dans le Woonsocket L'Union, la rédaction décrivait une apathie qui s'était installée dans la communauté française en réponse à une augmentation de la publicité pour le soutien financier[30].

« Notre presse réussit à peine à se maintenir...Un de nos hebdomadaires vient encore d'expirer; d'autres vivent presque exclusivement des annonces; plusieurs n'obtiennent que blâme et dénigrement en retour de la publicité gratuite qu'ils donnent aux œuvres franco-américaines...C'est surtous l'hostilité, l'apathie, l'indifférence des Franco-Américains qui empêchent nos journaux d'atteindre la perfection...Leurs défauts proviennent de leur impuissance relative bien plus que de leur incompétence. »

Bon nombre de ces publicités sont de plus en plus souvent diffusées en anglais, et le changement de média, comme la radio, ainsi qu'une frustration face à la situation financière sans défense qui a entraîné une augmentation du nombre de publicités n'a fait qu'aggraver le déclin[30].

De gauche à droite : Le Courrier de Boston, publié en 1789, a été le premier journal français de la ville, dont le discours inaugural de George Washington en français et en anglais dans son numéro du 14 mai 1789 ; un numéro de 1893 de Le Défenseur, un hebdomadaire français de Holyoke publié de 1884 à 1894 ; un numéro de 1943 de La Justice de Biddeford, publié de 1896 à environ 1950

Déclin

Une combinaison de forces culturelles et écolastiques entraînerait un déclin de l'usage du français en Nouvelle-Angleterre jusqu'à la fin du XXe siècle. Les attitudes varient chez les Yankees anglophones. Lors d'un discours prononcé à Boston en 1891, le premier ministre canadien-français Wilfrid Laurier a exhorté un auditoire canadien-français à Boston: « [I]l y a une chose qui est tout à fait indispensable, c'est d'étudier la langue anglaise, la langue du pays... Car, après tout, la grande chose s'est d'abord de gagner le pain de chaque jour; et si vous etes etablis sur le sol américain, la plupart d'entre vous, si vouts etes maintenant au-delà d'un million de ce cote-ci de la ligne 45ieme, vous n'y etes pas venus pour d'autre object que celui de gagner votre pain quotidien. Ainsi, tout en ne perdant pas le souvenir de votre origine, souvenez-vous que vous avez des devoirs a remplir comme citoyens de la République et que vous devez aimer votre patrie d'adoption. »[19]

Bien que Laurier et d'autres dirigeants franco-américains et canadiens aient exprimé un sentiment de solidarité civique avec les Américains, la discrimination écolastique a également désavantagé les francophones de la Nouvelle-Angleterre. Tout comme l'exclusion dont seraient victimes certains francophones de Louisiane[31], les attitudes à l'égard des francophones de la Nouvelle-Angleterre se traduiraient aussi par des résultats disparates. Les Canadiens, dès leur installation dans les six États de la Nouvelle-Angleterre, construisirent beaucoup d'écoles catholiques où le français était enseigné durant la moitié de la journée scolaire. Malgré l'anglicisation de la plupart d'entre eux, ils forment jusqu'à la Seconde Guerre mondiale de nombreux « petits Canadas » où se perpétue la culture québécoise. Les écoles primaires et secondaires continuèrent plus longtemps, mais malgré de grands efforts des Franco-Américains pour préserver leur langue, l'absence de soutien gouvernemental causa beaucoup d'ennuis à ces écoles qui se virent coupées de tout revenu des gouvernements. Dans une étude réalisée en 1983 par la Commission américaine des droits civiques, un comité du Vermont a constaté que même si la langue française était parlée par une grande partie de sa population, elle était souvent moins riche et moins instruite que ses pairs anglophones unilingues, avec peu de ressources consacrées à l'éducation bilingue. Le comité attribuerait cela en partie au programme d'américanisation du Bureau de l'éducation des États-Unis, lancé en 1919, qui exige que tous les élèves soient enseignés en anglais seulement, ce qui a incité les lois du Rhode Island, du Maine et du New Hampshire à interdire l'enseignement immersif, n'exigeant que l'anglais dans les classes non spécifiquement consacrées aux langues étrangères. Le Connecticut et le Vermont verraient tous deux des projets de loi visant à empêcher l'utilisation du français dans les écoles catholiques, mais ni l'un ni l'autre n'adopteraient leur assemblée législative[4]. À mesure que l'écolastie du Canada s'améliorait, un certain nombre de ceux dont les familles avaient déménagé aux États-Unis retournaient au Québec, en Ontario et au Nouveau-Brunswick dans la deuxième moitié du XXe siècle[32].

Efforts de préservation

Anthologie de la poésie Franco-Américaine de la Nouvelle-Angleterre, compilé par Paul P Chassé, il représente la collection la plus complète de poésie franco-américaine, avec la plupart des œuvres en le français de Nouvelle-Angleterre

Un déclin de la langue française se manifeste dès le milieu du XXe siècle, avec Joseph Ubalde-Paquin, président de la Société Historique Franco-Américaine, lors du 2e Congrès de la Langue française à Boston en 1937, qui note que « les Franco-Américains parlent toujours vaillamment la Langue française, mais l'esprit français disparit de leurs familles; leurs enfants pensent en anglais et par conséquent, s'expriment plus facilement dans la Langue anglaise »[33]. Paquin a poursuivi en exhortant les familles à franciser leur prière et leur chant, afin que les générations futures « puissent servir de prolongement à nous-mêmes et à nos ancêtres ». De tels groupes, organisés au niveau national et international en Nouvelle-Angleterre, représentaient plus que des rassemblements de Franco-Américains, mais aussi d'autres locuteurs de la langue française. Par exemple, une réception pour René Doynel de Saint-Quentin en 1938 a vu des représentants de la Louisiane et de la communauté syro-libanaise de Boston. De telles réunions continueraient d'exister au niveau régional et national en collaboration avec d'autres communautés francophones au cours des années 1980[34].

En 2012, l'État du Maine, le seul État autre que le Vermont dont le français est la deuxième langue la plus parlée, a créé un groupe de travail franco-américain pour évaluer la situation actuelle de la langue française chez les Franco-Américains du Maine. Parmi ses constatations, mentionnons celle de sa population franco-américaine, seulement 12,3% des enfants de plus de 5 ans, soit environ 40 000 personnes, parlent français. Toutefois, cela représentait une forte proportion de francophones de la Nouvelle-Angleterre, puisque 98,5 % des Franco-Américains étaient nés aux États-Unis. Néanmoins, le rapport conclut que la langue française ne fait plus partie intégrante de l'identité franco-américaine[35]. Dans le cadre de cet effort, le Maine a lancé en 2012 un programme immersif de français langue d'origine du Maine, conçu pour qu'au moins quatre cours sur cinq se déroulent en français et s'adressent à la fois au dialecte de la Nouvelle-Angleterre et à ceux des immigrants et réfugiés[36]. Cependant, ce programme a été supprimé en 2014, lorsque le département de français de l'Université du Sud du Maine , qui offrait les programmes d'études, a été entièrement fermé[37]. En 2019, le déclin n'avait pas connu de changement de tendance malgré la présence séculaire de la langue dans l'État. Même avec le renouvellement des initiatives en matière de bilinguisme, le manque de soutien pour les programmes en langues étrangères et la pénurie d'enseignants, ainsi que la stigmatisation des anciennes lois unilingues anglaises, ont été blâmés en partie pour le manque de connaissances en français chez la plus jeune génération du Maine[5].

La Commission des échanges culturels américains et canadiens-français du Massachusetts, bien que n'étant pas strictement un organisme linguistique comme le CODOFIL de la Louisiane, entretient et développe des liens culturels entre Canadiens français et Franco-Américains, ainsi qu'avec plusieurs organismes francophones[7],[38].

Bien qu'elle ne soit pas enseignée uniquement dans le dialecte de la Nouvelle-Angleterre, de nouveaux efforts ont été déployés ces dernières années pour préserver la langue, avec l'établissement d'une section du Maine de l'Université du Sud du Maine  à Portland en août 2019, à laquelle se sont ajoutés Hartford, Providence, grande région de Burlington , le Centre franco-américain à Manchester, et le Centre culturel français à Boston. Le dialecte de la Nouvelle-Angleterre, ainsi que certains des vocabulaires et des manières qui le caractérisent, tout comme le français acadien, canadien et cajun, ont cependant été moins soutenus par les institutions, en faveur du français standard[39],[40]. Un certain nombre de petits groupes locaux de préservation de la culture et de la langue existent encore, notamment le Comité Franco-Américain de Lowell et l'Association Francophone de Fall River au Massachusetts.

Bien qu'elle n'ait pas été abordée du point de vue de la préservation, la Commission régionale de la frontière nord a adopté ces dernières années une politique « favorable à la France » par l'entremise de l'État du New Hampshire et de ses chambres de commerce, et de Burlington, au Vermont, qui offre une formation aux employés du secteur des services afin de fournir un service canadien français à une importante population touristique canadienne française[41],[42].

Distribution

Nombre de francophones par État en 2015[43]
État Nombre de francophones En pourcentage de la population
Maine 41 664 3,94
New Hampshire 21 848 2,14
Vermont 8 855 1,78

Communautés francophones en Nouvelle-Angleterre en 2015

  • De plus de 1 000 habitants[44]
  • Moins de 1 000 habitants[45]

Vocabulaire

Entretien de Wikitongues en français de la Nouvelle-Angleterre avec Christian, un résident du New Hampshire discutant des critiques courantes du dialecte, ainsi que du mélange des autres parlées dans les États du nord de la Nouvelle-Angleterre, 2015

Bien que de nombreuses variantes du français soient parlées par les populations de la Nouvelle-Angleterre, y compris le Québec, l'Acadie et le français européen, une étude menée en 1961 par le département de la Santé et des Services sociaux des États-Unis a révélé un certain nombre de caractéristiques du dialecte de la Nouvelle-Angleterre qui étaient courantes au milieu du XXe siècle. Certains termes familiers trouvés en français de la Nouvelle-Angleterre sont semblables au français rural du Québec avec l'utilisation de mots comme « char », comparé au mot français standard pour voiture, « voiture », et représentent des mots considérés comme archaïques en français standard ou des mots utilisés dans d'autres dialectes mais aux usages similaires, mais distincts. Toutefois, lorsque les répondants ont reçu des messages-guides en français standard plus avancés, ils ont généralement fait preuve de compréhension et de changement de code. Voici quelques exemples de réponses fournies dans l'étude[26] :

Anglais Français standard Français canadien Français de la Nouvelle-Angleterre
bottleneck goulot goulot gougeau
corn maïs blé d'Inde blé d'Inde
car voiture voiture/auto/char char
dollar dollar dollar/piastre piastre
heavy lourd lourd/pesant pesant
mirror miroir miroir glace
potato pomme de terre patate pétate
strainer passoire passoire tamis
sweeper balayeuse balayeuse balai

Français de la vallée du fleuve Saint-Jean

La seule étude exhaustive du « français de la Vallée » a été effectuée par Geneviève Massignon en 1946 et publiée en 1962[46]. Elle conclut que contrairement aux communautés « purement acadiennes » des Provinces maritimes, le Madawaska possède une langue plus « canadianisée » due à la proximité du Québec. Elle y nota un mélange de vocabulaire et de phonétique acadien et français québécois mais une morphologie typiquement canadienne-française[46]. Les avis sur le caractère unique du français du Madawaska divergent. Les mots d'origine maritime, dont certains seraient communs aux régions francophones du Canada, y seraient fréquents, alors que des mots liés aux patates seraient uniques[46]. Selon Yves Cormier, de l'Université Sainte-Anne, la langue conserve certains éléments du vieux français utilisés nulle part ailleurs. Selon Ronald Labelle, du Centre d'études acadiennes Anselme-Chiasson, le seul caractère distinctif du français du Madawaska est son accent et que, bien qu'on y retrouve des mots acadiens, il ne diffère pas du français québécois[46].

Alternance codique en anglais

Compte tenu de l'omniprésence de l'anglais dans la région ainsi que de la proximité des groupes francophones et anglophones, l'alternance codique en anglais est souvent largement utilisée par les familles franco-américaines même lorsque le français n'est pas parlé par tous les membres du ménage. Beaucoup de ces mots sont utilisés comme termes d'affection entre les grands-parents se référant à leurs petits-enfants, ou par leurs parents, et souvent ramassés par les enfants eux-mêmes, dans les ménages de familles franco-américaines dont les plus jeunes générations parlent principalement l'anglais.

Les exemples incluent des substitutions aussi simples que d'appeler les grands-parents mémère ou pépère, tandis qu'une étude de 1969 a trouvé d'autres exemples plus opaques, dont un petit échantillon comprend[47]:

  • baboune (last), pour presser ses lèvres ensemble et vers l'extérieur dans une expression couleuse ou « duckface ». Par exemple en l'anglais : Don't make a baboune like that, your face will stay that way. Traduit par : « Ne fais pas un baboune comme ça, ton visage restera comme ça. »
  • pépéte (last), oiseau, comme dans Do you see the little pépétes? Traduit par : « Tu vois les petits pépétes ? »
  • quenoeil (last), œil, comme dans Make pretty quenoeils for mémère. Traduit comme : « Faire de jolies quenoeils pour mémère. »
  • séssi (verbe), s'asseoir, notamment dans le contexte d'une exclamation comme dans l'anglais Sessi! You séssi now! Traduit comme: « Séssi ! Vous séssi maintenant ! »
  • tante ou oncle

Médias

Bien qu'il n'offre pas de couverture hebdomadaire ou mensuelle, le magazine bilingue France-Amérique , basé à New York, écrit périodiquement des articles sur les événements et les institutions de la communauté francophone en Nouvelle-Angleterre[48],[49]. À l'exception des publications de groupes francophones comme le bulletin de Boston Accueil, il n'existe aujourd'hui aucun périodique français régulier en Nouvelle-Angleterre. Dans d'autres médias, la langue est rarement parlée, à l'exception des répétiteurs francophones canadiens AM de Radio-Canada du Québec et d'un forum en ligne maintenu par l'Organisation internationale de la francophonie, « Bienvenue à Boston »[50],[51].

Notes et références

Notes

  1. Y compris tous les dialectes du français parlé en Nouvelle-Angleterre, à l'exception du créole français
  2. On ne sait pas si cela représente la maîtrise de la langue maternelle ou la maîtrise de la langue seconde.

Références

  1. « langue Spoken at Home by Ability to Speak English for the Population 5 années and Over (B16001): Connecticut, 2011-2015 American Community Survey 5-année Estimates », U.S. Census Bureau American FactFinder (consulté le 11 avril 2018)
  2. « langue Spoken at Home by Ability to Speak English for the Population 5 années and Over (B16001): Connecticut, Maine, Massachusetts, New Hampshire, Rhode Island, Vermont, 2011-2015 American Community Survey 5-année Estimates », U.S. Census Bureau American FactFinder (consulté le 11 avril 2018)
  3. a et b Ulrich Ammon et International Sociological Association, Status and Function of langues and langue Varieties, Walter de Gruyter, , 306–308 p. (ISBN 978-0-89925-356-5, lire en ligne).
  4. a et b Pendleton, Jr., Smith, Berry, Ramirez, Ruckshaus, Saltzman et Hoff, Franco-Americans In Vermont; A Civil Rights Perspective, Vermont Advisory Committee to the United States Commission on Civil Rights, (OCLC 123220631, lire en ligne)
  5. a et b « French is dying in northern Maine. Here's why », News Center Maine, Portland, Maine,‎ (lire en ligne[archive du ])
  6. Fillak, « In Maine, French Culture Experiences a Revival » [archive du ], sur Frenchly, New York, French Morning Media Group, .
  7. a et b Dean R Louder, Le Québec et les francophones de la Nouvelle-Angleterre, Université Laval, 70-77 p. (lire en ligne).
  8. Manuel et Manuel, James Bowdoin and the Patriot Philosophers, American Philosophical Society, (lire en ligne), « Huguenot Memories », p. 60-61
  9. Connecting Worlds and People : Early Modern Diasporas, New York, Routledge, (lire en ligne), p. 52

    « Peter Faneuil who inherited his uncle's firm on condition that he remained unmarried, spoke English and French; in his private correspondence he used French as his main langue »

  10. Barbara Ford, Paul Revere : American Patriot, Berkeley Heights, N. J., Enslow Publishers, (lire en ligne), p. 70.
  11. a et b (en) Spiegel, « Teaching French at Harvard and L'Abeille Françoise » [archive du ], sur 4 Corners of the World; International Collections, Library of Congress,
  12. Stern, « Joseph Nancrede, Franco-American Bookseller-Publisher, 1761-1841 », The Papers of the Bibliographical Society of America, vol. LXX, no 1,‎ , p. 1-88 (lire en ligne)
  13. Albert, Martin, Giguere, Allain et Brasseaux, A Franco-American Overview, vol. I, Cambridge, Mass., National Assessment and Dissemination Center, Lesley College; US Department of Education, (lire en ligne), p. 208
  14. William D. Williamson, The History of the State of Maine; from its Discovery, A.D. 1602, to the Separation, A.D. 1820, Inclusive, vol. Volume II, Hallowell, , 27, 266, 293 p. (lire en ligne)
  15. South Dakota State Historical Society, « About Le Patriote canadien. (Montréal) 1839-1840 » [archive du ], Library of Congress
  16. Alexandre Belisle, Histoire de la presse Franco-Américaine et des Canadiens-Français aux États-Unis, Worcester, Mass., L'Opinion Publique, (lire en ligne)
  17. Sacha Richard, "American Perspectives on La fièvre aux États-Unis, 1860–1930: A Historiographical Analysis of Recent Writings on the Franco-Americans in New England." Canadian Review of American Studies (2002) 32#1 pp: 105-132.
  18. « Influence of French in New England », Times-Picayune, New Orleans, La.,‎ , p. 10
  19. a et b Souvenir du banquet Laurier, Boston, Mass, Hôtel Vendôme, Mardi, 17 Novembre, 1891, Lowell, Mass., Imprimerie du National, (lire en ligne)
  20. Carroll D. Wright, Uniform hours of labor from the Twelfth Annual Report of the Massachusetts Bureau of Statistics of Labor, for 1881, Boston, Wright & Potter Printing Co., (lire en ligne), p. 150
  21. William Moran, The Belles of New England, New York, Thomas Dunne Books, (lire en ligne), « Voyagers South », p. 123
  22. United States Congressional serial set, Issue 5265, (lire en ligne), « Speech by Henry Cabot Lodge on Immigration »
  23. « French in New England; Old Time Raiders' Stock Majority of Population in Many Towns », Oregonian, Portland, Or.,‎ , p. 3 :

    « Of course they have to pick up some English, but even the little boys who are grandsons of 'the original French' prefer the Gaelic tongue. When they are playing baseball a muff is more than likely to call out a 'sac' last' than one of the epithets familiar on the lips of Yankee critics. »

  24. « American-French Dialect Comparison », The Johns Hopkins University Press, vol. xiii, no 4,‎ (DOI 10.2307/2917284, lire en ligne)
  25. Locke, « Notes on the Vocabulary of the French-Canadian Dialect Spoken in Brunswick, Maine », The French Review, vol. XIX, no 6,‎ , p. 416-422 (lire en ligne)
  26. a et b Brault, « New England French Vocabulary », American Association of Teachers of French, vol. XXXV, no 2,‎ , p. 163–175
  27. a et b « French in New England », St. Albans Daily Messenger, St. Albans, VT,‎ , p. 8 :

    « New England has more than 1,500,000 French-speaking people. »

  28. (en) Canada, « Census Profile, 2016 Census - Canada [Country] and Canada [Country] », sur www12.statcan.gc.ca (consulté le 3 octobre 2017)
  29. National Endowment for the Humanities, « About L'Indépendente » [archive du ], sur Chronicling America, Library of Congress
  30. a b et c Edward Billings Ham, « Journalism and the French Survival in New England », The New England Quarterly, Inc., vol. 11, no 1,‎ , p. 89–107 (DOI 10.2307/360562, JSTOR 360562)
  31. Michelle Y. Fiedler, langue Loss in Cajun Louisiana: Integrative Evolutionary Approaches in Linguistic Anthropology, Washington State University; Master of Arts in Anthropology, (lire en ligne)
  32. « French Canadian Emigration to the United States 1840-1930 » [archive du ], Marianopolis College,
  33. « Discours du President [Region du Conseil d'Administration; Le dimanche 14 février 1937 au Touraine à Boston; Les Franco-Américains et le 2e Congrès de la Langue française; Tous les comités régionaux des États-Unis] », Société historique Franco-Américaine, Manchester, N. H.,‎ , p. 7 (lire en ligne) :

    « Original in French: Ce soir, après vingt-cinq ans, nous pouvons dire à notre tour: les Franco-Américains parlent toujours vaillamment la Langue française, mais l'esprit français disparit de leurs familles; leurs enfants pensent en anglais et par conséquent, s'expriment plus facilement dans la Langue anglaise.
    Le Deuxieme Congrès devra marquer le commencement d'une ère nouvelle. Esperons que les campagnes d'idées qui le precedent, l'agitation des esprits, les sentiments qu'auront fait germer dans nos cœurs les missionnaires de la pensé française qui nous visitent, nous inciteront comme chefs de famille, à prendre la ferme résolution de franciser l'atmosphere de nos prière et la chanson, afin que nos enfants ressentent le besoin de parler français et d'être le prolongement de nous-mêmes et de nos aïeux. »

  34. Dean R. Louder, Le Québec et les francophones de la Nouvelle-Angleterre, Sainte-Foy, Qc., Université Laval, 70-71 p. (OCLC 1097785488, lire en ligne)
  35. James Myall, Franco-Americans in Maine: Statistics from the American Community Survey, State of Maine Legislative Franco-American Task Force, (lire en ligne[archive du ])
  36. Doris A. Bonneau, « Maine French Heritage langue Program » [archive du ], University of Southern Maine,
  37. Noel K. Gallagher, « langue arts dying out at USM », Portland Press Herald, Portland, Me.,‎ (lire en ligne[archive du ])
  38. « Citizens' Guide to State Services, Housing/Community Development- Commissions » [archive du ], sur Secretary of the Commonwealth of Massachusetts, Commonowealth of Massachusetts
  39. James Myall, « Ending the Damaging Myth of "Bad French" in New England » [archive du ], sur Parlez-Vous American?, Bangor Daily News,
  40. Christian speaking New England French () Wikitongues.
  41. (en + fr) « About Bienvenue au NH » [archive du ], Plymouth State University
  42. « Burlington, le Vermont 'french friendly' », France-Amérique, New York,‎ (lire en ligne[archive du ])
  43. (en) « LANGUAGE SPOKEN AT HOME BY ABILITY TO SPEAK ENGLISH FOR THE POPULATION 5 YEARS AND OVER », sur factfinder.census.gov (consulté le 29 septembre 2017)
  44. (en) « LANGUAGE SPOKEN AT HOME BY ABILITY TO SPEAK ENGLISH FOR THE POPULATION 5 YEARS AND OVER », sur factfinder.census.gov (consulté le 29 septembre 2017)
  45. (en) « LANGUAGE SPOKEN AT HOME BY ABILITY TO SPEAK ENGLISH FOR THE POPULATION 5 YEARS AND OVER », sur factfinder.census.gov (consulté le 29 septembre 2017)
  46. a b c et d (en) Collectif, Acadian culture in Maine, Boston, Mass. : National Park Service, North Atlantic Regional Office, 1994. Chapitre « French langue », sur University of Maine at Fort Kent (consulté le 28 janvier 2009)
  47. (en) Maurice Cagnon, « New England Franco-American Terms Used in Spoken English », University of North Carolina at Chapel Hill, vol. XI, no 1,‎ , p. 219–225.
  48. Clément Thiery, « Le français, un investissement dans le Vermont et le New Hampshire », France-Amérique,‎ (lire en ligne[archive du ])
  49. Clément Thiery, « Le retour du français (et de l’Alliance Française) dans le Maine », France-Amérique,‎ (lire en ligne[archive du ])
  50. (en) « French Associations in New England » [archive du ], Consulate General of France in Boston; République Française
  51. « Bienvenue à Boston » [archive du ], Organisation internationale de la Francophonie

Voir aussi

Bibliographie

  • Alexandre Belisle, Histoire de la presse Franco-Américaine et des Canadiens-Français aux États-Unis, Worcester, Mass., L'Opinion Publique, (lire en ligne)
  • Sylvie DuBois et Carole Salmon, « À la recherche du français en Nouvelle-Angleterre: une enquête de terrain à travers six États », Journal of French Language Studies, vol. XXIV, no 3,‎ , p. 377-401 (DOI 10.1017/S095926951300029X)
  • Phyllis Jacobson, The Future Past : The Social Context of Franco-American Schooling in New England, UCLA Graduate School of Education; US Dept. of Education, coll. « Bilingual Education; Education Resources Information Center (ERIC) », (OCLC 424854889, lire en ligne)
  • Henry Edward Kelley, Phonological Variables in a New England French Speech Community, Cornell University, (OCLC 13275797)
  • Mary R Miller, Paul L Yelsma et Norman A Heap, Bilingualism in northern New England, Tuscaloosa (Ala.), University of Alabama Press, (OCLC 737567)
  • (en + fr) Norman A. Poulin, Oral and Nasal Vowel Diphthongization of a New England French Dialect, Manchester (N.H.), Association internationale pour la recherche et la diffusion des méthodes audio-visuelles et structuro-globales, (OCLC 1046242, lire en ligne)
  • (en) Edith Szlezák, Franco-Americans in Massachusetts : 'No French no mo' 'round here', Langewiesen, Germany, Narr Francke Attempto Verlag GmbH + Co, (OCLC 794490594, lire en ligne)

Articles connexes