Force aérienne de la république démocratique du Congo

Force aérienne de la République Démocratique du Congo
Création
Pays Drapeau de la république démocratique du Congo République démocratique du Congo
Allégeance Forces armées de la République démocratique du Congo
Type Armée de l'air
Effectif 2 550
Ancienne dénomination Force aérienne zaïroise
Couleurs Congo Air force roundel.svg
Commandant Maurice-René Diasuka Dia Kiyana Olave key

La Force aérienne de la république démocratique du Congo est la composante aérienne des Forces armées de la République démocratique du Congo.

Histoire

Un de Havilland Canada DHC-5 Buffalo avec les marques de la Force Aérienne Zairoise en 1975

Peu de temps après l'indépendance du Congo, la province du Katanga fait sécession et a créer sa propre armée. Les Katangais ont saisi la plupart des avions exploités par l'Aviation de la Force Publique et les ont utilisés pour lancer leur propre force aérienne . L'armée de l'air congolaise a été créée à la mi-1961 en grande partie pour s'opposer à la force katangaise. Après la défaite du Katanga en 1963, ses actifs restants ont été intégrés à l'armée de l'air congolaise.

Une société écran de la Central Intelligence Agency (CIA), Anstalt WIGMO, a fourni un soutien de maintenance à de grandes parties des FAC pendant la période 1964-1968. La CIA a également fourni des avions pendant la même période et des pilotes à partir de la fin de 1962.

En , l'Institut d'études stratégiques a décrit la Force Aérienne Zairoise (FAZa) comme ayant 650 membres avec 21 avions de combat. La force aérienne était composé de dix T-6 Texan et huit T-28 Trojan comme avions d'entraînement, deux DC-4 et dix DC-3, et six hélicoptères Alouette. L'ISS a déclaré que 17 avions d'entraînement avancées[pas clair] MB-326GB étaient en commande, dont cinq avaient été reçus.

En , l'Institut international d'études stratégiques a décrit la FAZa comme comptant 800 personnes et 33 avions. Le Military Balance pour 1974-1975 a répertorié une escadre de combat composé de 17 MB-326GB, 6 AT-6G et 10 T-28 comme avion d'attaque, une escadre de transport avec 9 C-47, 4 C-54 et 3 C-130, un escadre d'entraînement avec 8 T-6 et 12 SF-260MC, et un escadron d'hélicoptères avec 20 Aérospatiale Alouette II / III et 7 Aérospatiale SA 330 Pumas . Il a noté que 17 Mirage V et 3 C-130H étaient en commande.

Le groupe d'information sur le combat aérien déclare qu'au milieu des années 1980, les FAZ ont souffert des mêmes problèmes que le reste des forces armées zaïroises, notamment le manque de financement et la corruption généralisée. Dans les années 1980, l'armée de l'air était théoriquement organisée en 1er groupement aérien, à Kinshasa (aéroport de Ndolo), Avec la 19e escadre de soutien logistique (C-130 et Dakota), la 12e escadre de liaison (hélicoptères, MU-2J, et Cessna 310R) et la 13e escadre d'entraînement. Le 2e groupement aérien Tactique à Kamina comprenait la 21e escadre de chasse-attaque avec des Mirage 5 et des MB-326K, et la 22e escadre de transport tactique, avec le 221e escadron opérant les deux des trois Buffalos livrés à l'origine.

L'extrême corruption de la force signifiait que les avions zaïrois étaient plus souvent utilisés pour les «affaires» privées de leurs aviateurs et de leurs supérieurs que pour des opérations contre les rebelles. De huit Dassault Mirage 5 M initialement livrés, seulement sept étaient restés en 1988, avec cinq perdus dans différents accidents. Au milieu des années 1990, les trois derniers ont été vendus. Michela Wrong 's Sur les traces de M. Kurtz: Vivre au bord du désastre au Congo rapporte que les Mirages restants ont été vendus en France alors qu'ils étaient là pour la maintenance, afin de financer la retraite d'un commandant de l'armée de l'air zaïroise.

Les FAZ ont joué un petit rôle dans la première guerre du Congo, la plupart des avions étant inutilisables. Certains avions ont été importés et utilisés par des mercenaires serbes, mais ont eu peu d'effet opérationnel. Les FAC auraient embauché d'anciens pilotes militaires géorgiens pour former des pilotes des FARDC aux opérations de contre-insurrection, qui pourraient également avoir participé à des opérations de combat.

Structure actuelle

En 2007, tous les avions militaires de la République démocratique du Congo étaient exploités par l'armée de l'air. Jane's World Air Forces déclare que l'armée de l'air a une force estimée à 1 800 personnes et est organisée en deux groupes aériens . Ces groupes commandent cinq escadres et neuf escadrons, dont tous ne sont pas opérationnels. Le 1er groupe aérien est situé à Kinshasa et comprend une escadre de liaison, une escadre d'entraînement et une escadre logistique et dispose d'un effectif de cinq escadrons. Le 2e Groupe aérien tactique est situé à Kamina et se compose de l'escadre de chasse et d'attaque et de l'escadre de transport tactique et compte quatre escadrons. Des entreprises militaires privées étrangères auraient été engagées pour fournir la capacité de reconnaissance aérienne de la RDC à l'aide de petits avions à hélices équipés d'équipements sophistiqués. Jane's déclare que les avions de combat de la Force de défense aérienne et aérienne du peuple d'Angola seraient mis à disposition pour défendre Kinshasa en cas d'attaque.

Comme les autres branches des FARDC, l'armée de l'air congolaise n'est pas en mesure d'assumer ses responsabilités. Peu d'aéronefs de l'armée de l'air sont actuellement pilotables ou capables d'être remis en service et il n'est pas clair si l'Armée de l'air est capable de maintenir des aéronefs, même peu sophistiqués. De plus, Jane's déclare que l’école de pilotage de l'armée de l'air est «dans un désarroi quasi total», bien que la Belgique ait proposé de redémarrer le programme de formation des pilotes de l'Armée de l'Air.

Formation

La force aérienne dispose de deux écoles de formation tous situés à Kamina qui sont :

  • L'école de vol
  • L'école de technique de l'air

Chefs d'état-major

  • Général de division Faustin Munene en 1997
  • Général de brigade Jean Bitanihirwa Kamara en 2005
  • Général de division Djédjé Ndamba en 2006
  • Général major John Numbi en 2007
  • Général de division Rigobert Massamba Musungu de 2007 à 2014
  • Général de brigade Enoch Numbi Ngoie de 2014 au 19 juillet 2020
  • Général major Maurice-René DIASUKA dia KIYANA depuis le 19 juillet 2020

Avions

Selon Flight International 2004 et IISS Military Balance 2007, les anciens avions comprenaient le MiG-23 Flogger, le Lockheed C-130 Hercules, le de Havilland Canada DHC-5 Buffalo, le North American T-28 Trojan et l' Eurocopter AS332 Super Puma. Jane's World Air Forces 2007 déclare que la force aérienne exploite entre 9 et 22 hélicoptères d'attaque Mil Mi-24 / 35s et un seul Mi-26. L'état des aéronefs de la RDC qui ne sont pas actuellement en service est généralement si mauvais qu'ils ne peuvent pas être réparés et remis en état de vol. Le seul Mil Mi-26 'Halo' de la RDC a été montré comme photo dans le numéro de juillet 2007 de l' Air Forces Monthly (AFM) sans rouille évidente et semblant être en bon état, qui a été prise le 12 avril 2007 à Lubumbashi. Il a été livré en 2005. L'AFM indique qu'un deuxième Mi-26 préparé pour la RDC est stocké chez Skytech à l' aéroport de Liège, en Belgique depuis au moins juin 2002. À partir de 2015, le tableau ci-dessous montre les avions actuellement en état de voler.

Le reportage de la page Facebook du magazine Scramble datant de décembre 2018 montre un Hawker Siddeley Andover, Douglas DC-8 et Boeing 737 utilisé par la force aérienne de république démocratique du Congo à Kinshasa.

Inventaire actuel

Mil Mi-8 de la force aérienne de république démocratique du Congo, Février 2011
Un hélicoptère d'attaque congolais Mil Mi-24, en vol en 2012


Les appareils en service en 2016 sont les suivants[1] :

Aéronefs Origine Type En service Versions
Avion de chasse
Soukhoï Su-25 Drapeau de l'URSS Union soviétique Avion d'attaque au sol 4
Avion de transport
Lockheed C-130 Hercules Drapeau des États-Unis États-Unis Avion de transport 1 C-130H
Antonov An-26 Drapeau de l'URSS Union soviétique Avion de transport 2
Boeing 727 Drapeau des États-Unis États-Unis Avion de transport présidentiel 1[2]
Boeing 707 Drapeau des États-Unis États-Unis Avion de transport présidentiel 1[2] Boeing 707-138B
Hélicoptère
Mil Mi-8 Drapeau de l'URSS Union soviétique Hélicoptère de transport 2 Mi-8 Hip
Mil Mi-24 Drapeau de l'URSS Union soviétique Hélicoptère de combat et de transport
4

5
Mi-24

Mi-24V
Eurocopter AS332 Super Puma Drapeau de l’Union européenne Union européenne Hélicoptère polyvalent 1 AS332L

Rôles

  • Surveiller et défendre l’espace aérien national ;
  • Détecter et évaluer la menace aérienne et garantir la souveraineté de l’espace aérien national
  • Appuyer les opérations terrestres et navales
  • Participer aux opérations de recherche et de sauvetage ainsi qu’à celles d’assistance aux sinistrés en cas de catastrophes
  • Assurer le transport du personnel et du matériel au profit des Forces Armées
  • Mettre en condition les unités de la Force

Notes et références

  1. International Institute for Strategic Studies; Hackett, James (ed.). The Military Balance 2016. London: Routledge. (ISBN 1857435575).
  2. a et b « [Exclusif] RDC : Où se trouve l’avion présidentiel « le Boeing 707-138B (MSN 64 », DESK ECO.,‎ (lire en ligne)

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes