Flop (cinéma)

Un flop[1] ou un bide[2],[3] cinématographique se dit d'un film dont le succès ne couvre pas suffisamment les dépenses engagées pour sa production, sa distribution et sa promotion. Ce terme est souvent cité pour une marge de déficit assez élevée, on l'emploie rarement si les pertes sont limitées. Parmi les causes concourant à l'échec financier d'un film, les plus fréquentes se rencontrent parmi les suivantes, seules ou combinées[4].

Causes

Accueil de la critique et du public

Un accueil défavorable de la presse, éventuellement conforté par un bouche-à-oreille négatif au sein du public, peut limiter la fréquentation, même si ce n'est pas systématique. Aux États-Unis, l'organisme CinemaScore sonde les sorties de salles pour mieux anticiper la tendance.

Un manque de cohérence

Quand il y a plusieurs suites de films (une trilogie), l'idée de départ du film doit se retrouver un minimum dans les autres.

Un scénario trop complexe

Les spectateurs peuvent avoir du mal à s'identifier aux personnages (aux acteurs) s'ils sont très nombreux par exemple et mal interpréter le film dans son ensemble (par exemple, en raison d'une surcharge de détails inutiles). Le public décroche alors rapidement.

Un décalage entre un résumé et le film

Le résumé d'un film peut présenter de manière très intéressante ce film qui sera finalement jugé en vrai décevant par le public.

Budget excessif

  • Des films comme Hugo Cabret ou John Carter, plutôt bien reçus par la presse, ne sont pas parvenus à la rentabilité voulue du fait d'un budget trop élevé pour une fréquentation pourtant honorable[réf. nécessaire]. Aujourd'hui, le budget d'un blockbuster hollywoodien dépasse couramment la centaine de millions de dollars (les dépenses marketing étant rarement incluses dans ce montant). Les recettes au box-office doivent être le double du budget pour rentabiliser le film[réf. nécessaire].
  • Le budget alloué a un film peut augmenter pendant le tournage pour des raisons logistiques ou artistiques. Ce qui empêche d'atteindre également la rentabilité le cas échéant. De ce fait les studio peuvent même anticiper le flop a venir sur le box office de leur projet, comme ce fut le cas sur le film Solo: A Star Wars Story en 2018 dont le surcoût budgétaire a empêché d'atteindre la rentabilité.

La bande d'annonce

Comme le résumé, la bande d'annonce reflète l'image du film et se doit d'être attrayante pour que le public soit au rendez-vous. Le choix des séquences est très important.

Compétition

Un facteur de contre-performance d'un film peut être la présence d'autres gros succès à l'affiche durant la même période. La revue Positif se plaint de cela et démontre que avec une dizaine de films sur une sortie hebdomadaire, sans oublier qu'ils ne restent à l'affiche que quelques semaines, il est impossible d'atteindre la rentabilité.

Mauvaise promotion

Un flop peut être dû à une promotion rendue mauvaise par une ou plusieurs personnes ayant travaillé sur la réalisation d'un film. Hollywood impose donc une loi du silence à toutes les équipes travaillant sur la réalisation. Cette loi interdit toute critique négative qui pourrait nuire à sa promotion et par conséquent à sa réception par le public. Par exemple, en 2015, le réalisateur Josh Trank brise cette loi du silence lors de la promotion du film Les Quatre Fantastiques qu'il a lui-même réalisé, donnant ainsi une image négative du film.[réf. nécessaire]

Adaptation d'œuvres originales

Les adaptations cinéma peuvent parfois êtres des flops sans précédent. L'une des raisons pouvant être l'existence de trop grandes différences entre l'œuvre originale et son adaptation sur le grand écran, ce qui peut nettement refroidir le public lors de la promotion. Les jeux vidéo, les romans, les dessins animés japonais et les comics sont en général les principaux types d'œuvres à être adaptés sur grand écran et ne sont pas toujours fidèles ou représentative de l'oeuvre d'origine.

Boycott de la presse

La presse spécialisée peut se montrer très dure avec certains projets cinématographique qu'elle juge mauvais, allant même jusqu'à s'acharner pour que le film soit mal reçu dans son ensemble par les consommateurs[réf. nécessaire]. Certains consommateurs n'hésitant pas eux aussi a boycotter le produit.

Raison externe

Bien que rare, une raison extérieure au film peut lui causer du tort. Par exemple un événement d'actualité d'importance (attentat majeur, guerre, tempête, etc.) peut détourner le public des salles de cinéma, exemple du Covid_19 en 2020.

Cas de succès ultérieur après un flop initial

  • Un film échouant en salles peut connaître une exploitation commerciale bénéficiaire, une fois diffusé sous forme de DVD.
  • Les produits dérivés peuvent combler le manque à gagner sur le box office d'un film qui a fait un flop.
  • Paradoxalement, un film qui fait un flop au box office peut devenir culte plusieurs années plus tard et devenir une référence selon le thème et l'univers qu'il traite.

Annexes

Articles connexes

Liens externes

  • Pour la France, il n'y a pas d'organisme définissant s'il y a échec ou pas, cela se fait au cas par cas.
  • Le site Ozap propose depuis 2011 une liste des flops au cinéma chaque année, si le film est sorti dans une centaine de salles au moins.

Notes et références

  1. Bastien Hauguel, « Box-office 2018 : les 6 plus gros flops du cinéma français », sur lepoint.fr,
  2. Étienne Dang, « Ces films qui ont fait un bide », sur konbini.com,
  3. Marion Barlet, « Birds of Prey : la réalisatrice réagit enfin au bide du film en salles », sur ecranlarge.com,
  4. (en) « Ten Memorable Box-Office Bombs », sur indiewire.com, (consulté le 30 mars 2017)