Mozilla Firefox

(Redirigé depuis Firefox)
Mozilla Firefox
Description de l'image Firefox logo, 2019.svg.
Description de cette image, également commentée ci-après
Firefox 89.0 sur Windows 10
Informations
Créateur Mozilla Foundation, David Hyatt, Joe Hewitt (en) et Blake Ross
Développé par Mozilla Corporation et Mozilla Foundation
Première version 0.1 ()[1]
Dernière version 90.0 ()[2]
78.12.0 ESR ()[3]
Dépôt hg.mozilla.org/mozilla-central
État du projet Développement actif
Écrit en C, C++, JavaScript, CSS, Rust et XML-based User interface Language
Système d'exploitation Linux, Microsoft Windows, macOS et Android
Formats écrits Native FLAC ()
Langues Multilingue (95 langues)[moz 1]
Type Navigateur web
Politique de distribution Gratuit
Licence MPL 2.0
Site web mozilla.org/fr/firefox

Mozilla Firefox [mɒˈzɪlə ˈfaɪɚfɑks][Note 1] est un navigateur web libre et gratuit disponible pour PC (Windows, macOS, Linux, BSDetc.) et mobiles (Android, iOS), développé et distribué par la Mozilla Foundation depuis 2003, avec l'aide de milliers de bénévoles. L'entreprise Mozilla Corporation est créée en 2005 pour se charger du développement.

Firefox a connu un succès croissant, dépassant 1,2 milliard de téléchargements en , devenant le principal concurrent d'Internet Explorer. En , Firefox devient le navigateur le plus utilisé en Europe devant Internet Explorer et Google Chrome.

Depuis 2010 et en partie depuis l'essor de la navigation sur smartphones, Firefox a vu sa part du marché des navigateurs web décroître d'environ 35 % à 4 % (tandis qu'elle croisait de 8 % à 10 % sur PC) en , au profit notamment de Google Chrome et de Safari.

Mozilla, qui finance le développement de Firefox, se rémunère par les dons et les partenariats ; depuis les années 2000, l'essentiel des revenus de la fondation provient de Google[Note 2], bien que l'organisation cherche à les diversifier.

En 2019, l'agence allemande de sécurité informatique (BSI) recommande Firefox, considérant qu'il est le navigateur le plus sécurisé.

Philosophie

Manifeste Mozilla

Protection des données et de la vie privée

Fonctionnalités

Firefox est un navigateur web complet[4], pouvant être personnalisé avec notamment, des milliers d’extensions et de thèmes graphiques. Il propose également des services comme Firefox Sync, Pocket ou Mozilla VPN.

Fonctionnalités natives

Quelques fonctionnalités de Firefox :

  • la navigation par onglets ;
  • un bloqueur de fenêtres intruses (appelées aussi pop-ups) ;
  • des marque-pages (appelés « favoris » ou « signets » dans les navigateurs concurrents ; les applisignets ou favelets sont aussi pris en charge) ;
  • un gestionnaire de téléchargement ;
  • un correcteur orthographique intégré ;
  • un filtre anti-hameçonnage (filoutage ou phishing) ;
  • un mode de navigation privée par fenêtre, où Firefox ne conserve aucune donnée sur les sites et pages visités ;
  • la navigation avec géolocalisation intégrée[moz 2] ;
  • un lecteur de PDF intégré ;
  • un mode lecture ;
  • un presse-papier, Pocket, racheté par Mozilla Foundation en [5]
  • un outil de capture d'écran depuis le [moz 3], qui propose pour principale innovation la sélection automatique des éléments de la page ;
  • un outil de synchronisation Firefox Sync qui permet de synchroniser les marque-pages, l'historique de navigation, les préférences, les mots de passe et les derniers onglets ouverts à travers différentes machines ;
  • outils de développement web (analyse de code source, script, etc.) ;
  • DNS over HTTPS.

Extensions

Extensions de Firefox.

Firefox dispose de nombreuses extensions destinées aux internautes, aux webmestres et aux développeurs, qui ne sont pas à confondre avec les plugins. Elles permettent d’ajouter des fonctions plus ou moins variées à celles étant les plus basiques. Certaines des fonctions les plus utilisées ou jugées comme étant les plus utiles parmi ces outils deviennent des fonctions implémentées nativement dans Firefox. Par exemple, une extension se nommant SessionSaver et permettant de retrouver l’état de la navigation en cas de fermeture intempestive a été incluse dans Firefox 2. Les extensions permettent d’ajouter de nouvelles fonctionnalités au navigateur, comme la météo, un blocage des publicités des sites Web[6], des outils de développement Web, etc. Elles permettent également de changer son apparence (grâce aux thèmes). Les extensions développées ne sont compatibles qu'avec une branche précise du navigateur (la compatibilité est souvent réduite aux nouvelles versions mineures). Les développeurs de ces extensions doivent donc adapter leur logiciel avec chaque nouvelle version. Ce processus prend du temps pendant lequel certaines extensions ne sont pas disponibles pour la nouvelle version.

Parmi les milliers de modules complémentaires à la demande[7], par exemple :

  • un bloqueur de publicité ;
  • un module de capture d'écran éditable, annotable et partageable ;
  • un panel d'émojis ;
  • le téléchargement de vidéos utilisables hors connexion.

Paramètres et personnalisation

Préférences de Firefox.

Firefox dispose d’un panneau d’options permettant de configurer une grande partie du navigateur. Toutes les barres d’outils sont également paramétrables.

Il est possible de changer l'apparence du navigateur via des thèmes, proposés par les utilisateurs.

Il est également possible de changer la disposition des icônes : Firefox permet de choisir quelles icônes sont affichées dans l'interface depuis la version 29[8]. Via le menu Personnaliser, l'utilisateur peut arranger les icônes et l’interface.

Le fait de taper about:config dans la barre d’adresse[moz 4] permet d’accéder à des paramètres avancés et configurer de nombreux éléments depuis la fenêtre d’options[9]. Ces paramètres sont réservés à des utilisateurs avancés car ils peuvent altérer le fonctionnement du logiciel de manière importante.

Services

Pocket

Pocket est une fonctionnalité permettant de sauvegarder des pages web.

VPN

Mozilla propose un service de VPN, aux États-Unis, au Royaume-Uni, au Canada, en Nouvelle-Zélande, à Singapour, en Malaisie et, depuis fin avril 2021, en Allemagne et en France[10]. Le service repose sur un partenariat avec la société suédoise Mullvad  spécialisée dans les VPN. Le service repose sur WireGuard.

Anciens services

  • Firefox Send[11], est un service qui permet d'envoyer des fichiers via un lien personnalisé[moz 5]. Il est lancé le 12 mars 2019 et mis hors-ligne le 7 juillet 2020 suite à des utilisations abusives de diffusions de logiciels malveillants ; il est définitivement arrêté en septembre 2020[12].
  • Un outil de visioconférence Firefox Hello jusqu'en 2016[13].

Respect des standards du Web

La Mozilla Foundation, par l’intermédiaire de son moteur de rendu Gecko, promeut et suit dans ses logiciels les normes et standards ouverts, en priorité ceux du W3C[moz 6]. Ainsi, Mozilla Firefox supporte les standards du Web les plus basiques comme HTML, CSS, XHTML, XML, JavaScript, mais aussi DOM, MathML, XSL ou encore XPath. Le rendu de SVG 1.1 est notamment activé depuis Firefox 1.5[moz 7]. En 2007, le test Acid2 est passé depuis la 3e version[14], tandis que le test Acid3 n'est passé que partiellement, avec un résultat de 97/100 pour la dernière version 6, stagnant, depuis la version 4. Firefox obtient un score de 100/100 en .

Sécurité, confidentialité et protection des données

En 2020, pour Next INpact, Firefox s'impose comme le chef de file de la vie privée[4].

Sandbox

En , la version 49 de Firefox ajoute des capacités multi-processus progressivement accessibles pour tous les utilisateurs en 2017. L’usage du multi-processus permet de renforcer la sécurité en ajoutant une sandbox[15],[16].

Pisteurs web

Depuis et la sortie de la version 67, Firefox bloque par défaut les traqueurs dont Google Analytics[moz 8].

Firefox dispose d’un mode de protection contre les pisteurs (standard ou stricte). Il bloque :

  • traqueurs de réseaux sociaux ;
  • cross-site cookies ;
  • contenu utilisé pour le pistage dans toutes les fenêtres ;
  • mineurs de cryptomonnaies ;
  • détecteurs d’empreinte numérique.

DRM et extensions EME

Firefox prend en charge les extensions EME (DRM) depuis la sortie de Firefox 38 le . La communauté du logiciel libre est mécontente du choix de Mozilla, qui le justifie par un refus de perte de marché[17]. Une version sans les extensions EME est aussi proposée, la fonctionnalité est aussi désactivable dans les options de Firefox avec une case à cocher.

Plates-formes

Firefox fonctionne sur de nombreux systèmes d’exploitation[moz 9], sur PC, notamment Windows, macOS, GNU/Linux, BSD, et sur mobiles : Android et IOS.

PC

Firefox est disponible sur PC pour macOS, GNU/Linux, BSD, Solaris et Windows (Windows 98, Windows 2000, Windows XP, Windows Vista, Windows 7, Windows 8, Windows 10). Mozilla Foundation annonce l'arrêt des nouvelles fonctionnalités et mises à jour ordinaires des OS de Microsoft Windows XP et Vista en [18].

Android

Firefox est disponible sur les mobiles et les tablettes Android depuis 2012. Firefox pour Android peut utiliser certaines extensions (notamment le bloqueur de pub UBlock Origin). Firefox Focus et Firefox Lite sont disponibles sur Android en alternative.

iOS

Firefox est disponible sur iOS (iPhone et iPad)[moz 10] depuis 2015[Quand ?], et ne permet pas l’utilisation d’extensions. Firefox Focus est disponible en alternative.

En , la version pour iOS apporte plusieurs améliorations[19].

Autres

Versions

Firefox est un logiciel en développement continu ; il existe différents canaux (ou versions) qui sont développés en parallèles[21].

Standard, Beta, Developper, Nightly

Une version donnée de Firefox passera par ce processus : NightlyDeveloper EditionBeta → Version finale stable. C'est sur Nightly que sont implémentées les nouvelles fonctionnalités, Developper Edition et Beta sont des versions intermédiaires permettant de figer les fonctionnalités pour stabiliser le code et corriger les bugs avant de devenir la version stable[21],[moz 12].

Firefox ESR : pour entreprise

La version « ESR » (« Extended Support Release ») de Firefox, offre un support long terme, et une plus grande stabilité dans le temps sans mises à jour de fonctionnalité (seulement des mises à jour de sécurité et correctifs de stabilité). Elle est dédiée aux organisations publiques et privées, entreprises, universités, des écoles, qui ont des besoins du support long terme[4],[moz 13]. La fondation assure la sécurité de la version pendant un an, avant qu'une nouvelle version venant de la branche stable serve d'appui pour le cycle suivant. Un chevauchement de 43 semaines est prévu entre deux versions ESR. La version ESR existe depuis 2012. Les navigateurs web IceCat et Tor Browser sont basés sur la version ESR[4].

Organisation et financement

Licences et gouvernance

Firefox est un navigateur web libre et gratuit, développé et distribué par la Mozilla Foundation avec l'aide de milliers de bénévoles[22] (voir Mozilla (communauté)).

Il est géré depuis 2003 par la fondation Mozilla[moz 14]. Celle-ci créé en 2005 la société employant l'ensemble des salariés de la fondation, la Mozilla Corporation, et dépose la marque Mozilla en 2006.

Firefox est disponible sous licence libre MPL[moz 15],[moz 16].

Dons

Partenariats et dépendance à Google

La relation entre Mozilla et Google est remarqué par les médias[23],[24], en particulier en ce qui concerne les ententes financières avec Google. En 2005, la Mozilla Foundation et la Mozilla Corporation ont un revenu combiné de 52,9 millions de USD, dont environ 95 % provenant de redevances de moteurs de recherche[moz 17]. En 2006, la Mozilla Foundation et la Mozilla Corporation ont un revenu combiné de 66,9 millions de USD, dont environ 90 % provenant de redevances de moteurs de recherche. Le , la veille de la sortie de Google Chrome, Google et la Mozilla Foundation renouvèlent leur accord commercial jusqu’en 2011[25]. Le , la Fondation Mozilla annonce le renouvellement de l'accord financier pour trois ans[26].

En 2014, Mozilla annonce privilégier dorénavant Yahoo! comme moteur de recherche par défaut pour les utilisateurs américains, mettant ainsi fin à son partenariat avec Google qui durait depuis dix ans[27],[28],[29]. Le partenariat avec Yahoo! est signé pour une durée de cinq ans[30]. Cependant, en Europe, les internautes utilisant Firefox ont à ce moment encore Google comme moteur de recherche par défaut[31],[32].

Le , la Mozilla Foundation annonce un partenariat avec Qwant grâce à une nouvelle version du navigateur optimisée pour le moteur de recherche français[33].

Le , Mozilla rompt le contrat publicitaire avec Yahoo!. L’accord, signé fin 2014, faisait de Yahoo! le moteur de recherche par défaut pour les internautes américains utilisateurs de Firefox. Le contrat devait initialement durer jusqu'en 2019[34].

En avec la version 57.0, à la suite du rachat de Yahoo par Verizon, Mozilla remet Google en moteur de recherche par défaut et a sans doute fait jouer une clause inscrite à l’alinéa 9.1 du contrat qui établit que la fondation peut, au cas où Yahoo viendrait à changer de mains, interrompre le partenariat, sans perdre les rentes financières associées : 375 millions de dollars par an, jusqu’au terme du contrat, en 2019[34].

En 2020, le marché est renouvelé avec Google, il prévoit un montant estimé par ZDNet entre 400 et 450 millions de dollars par an[35].

Part de marché

Estimation des parts de marché
mondiales de Firefox[36] ( - mettre à jour)
Version Firefox Tous

navigateurs

Firefox 4 0,64 % 0,02 %
Firefox 33 1,28 % 0,04 %
Firefox 43 1,60 % 0,05 %
Firefox 52 ESR 2,24 % 0,07 %
Firefox 56 0,32 % 0,01 %
Firefox 63 0,64 % 0,02 %
Firefox 68 ESR 0,96 % 0,03 %
Firefox 78 ESR 5,11 % 0,16 %
Firefox 79 à 87 7,03 % 0,22 %
Firefox 88 79,23 % 2,48 %
Firefox 89 0,96 % 0,03 %
Toutes versions 100 % 3,13 %

Firefox connaît un succès croissant depuis sa création, dépassant 1,2 milliard[37] de téléchargements en (un milliard d’extensions ont été téléchargées le [moz 18]). Même si ce chiffre ne reflète pas le nombre réel d'utilisateurs du logiciel, Firefox est rapidement devenu le principal concurrent d'Internet Explorer. En , Firefox devient le navigateur le plus utilisé en Europe[38] devant Internet Explorer et Google Chrome. Depuis 2010 et en partie depuis l'essor de la navigation sur smartphones, Firefox a vu sa part du marché des navigateurs web décroître d'environ 35 % à environ 4 % en et 8 % sur PC uniquement, au profit notamment de Google Chrome et Safari.

Évolution des parts de marché depuis 2008
Les parts de marché des navigateurs Web dans le monde, toutes plateformes confondues
(avril 2021 - mettre à jour)
Source Chrome
(Google)
Safari
(Apple)
Firefox
(Mozilla)
Edge + IE
(Microsoft)
Opera
(Opera Software)
Samsung Internet
(Samsung)
Autres
StatCounter[39] 64,5 % 18,7 % 3,6 % 4,1 % 2,2 % 3,3 % 3,6 %
NetMarketshare[40] 65,4 % 13,4 % 3,6 % 6,4 % 1,7 % 3,1 % 6,4 %
W3Counter[41] 65,3 % 16,7 % 4,1 % 5,7 % 1,6 % 1,8 % 4,8 %
Moyenne 65,1 % 16,3 % 3,8 % 5,4 % 1,8 % 2,7 % 4,9 %
Les parts de marché des navigateurs mobiles dans le monde (avril 2021 - mettre à jour)
Source Chrome
(Google)
Safari
(Apple)
Samsung Internet
(Samsung)
UC Browser
(UCWeb)
Opera
(Opera Software)
Firefox
(Mozilla)
Autres
StatCounter[42] 63,2 % 24,4 % 6,0 % 2,3 % 2,0 % 0,5 % 1,7 %
Net Marketshare[43] 63,7 % 18,3 % 5,5 % 0,8 % 2,4 % 1,6 % 7,6 %
Moyenne 63,4 % 21,4 % 5,8 % 1,5 % 2,2 % 1,1 % 4,6 %

Histoire

Firefox 1.0 (2004).
Firefox 2 (2006).
Firefox 3.5 (2009).
Firefox 13 sur Windows 7 (2012).
Firefox 50.
Firefox 68.

Débuts

Firefox est à l'origine un programme dérivé du logiciel Mozilla (actuellement connu sous le nom de SeaMonkey), mais reprenant uniquement les fonctions de navigation de celui-ci. Ce logiciel multiplateforme est compatible avec diverses versions de Windows, macOS, GNU/Linux, Android et, fin 2015, iOS. Il est aussi porté sur d'autres systèmes d'exploitation, ce qui est rendu possible par la mise à disposition de son code source sous licence libre MPL.

Le projet Firefox commence dès le printemps 2002, sous l’apparence d’une branche expérimentale de la plate-forme Mozilla conduite par David Hyatt et Blake Ross. Ils considèrent alors que le succès du projet Mozilla était compromis, tant par les besoins commerciaux du commanditaire Netscape que par l’expansion incessante des fonctionnalités induite par ses propres développeurs. La suite Mozilla intègre en effet des fonctionnalités comme la gestion du courrier électronique, de l’IRC et des forums Usenet, ainsi qu’un éditeur HTML. Le projet mozilla/browser, rapidement surnommé « Phoenix », est donc créé afin de combattre ce gonflement perçu comme néfaste et fournir un navigateur plus simple à utiliser. Les développeurs principaux sont alors Blake Ross, Dave Hyatt, Pierre Chanial et Joe Hewitt[moz 19].

Dès le début du projet, un mécanisme d'extensions est implémenté. Ce choix permettra à l'utilisateur de personnaliser son navigateur comme il le souhaite. L’utilisation de XUL rend possible l’extension des capacités du navigateur à travers l’utilisation de thèmes graphiques (habillages ou skins) et d’extensions. Cependant, le processus de développement et d’installation de ces ajouts a également soulevé des problèmes potentiels de sécurité. C’est ainsi qu’avec la sortie de Firefox 0.9, la Mozilla Foundation ouvre le site Web « Mozilla Update » contenant des thèmes et extensions « approuvés », les extensions provenant d’autres sites devant être dorénavant explicitement autorisées par l’utilisateur suivant un fonctionnement similaire au bloqueur de fenêtres surgissantes intégré. Firefox est finalement en passe de remplacer la suite Mozilla pour l'utilisateur final. Aussi, plusieurs fonctionnalités de la suite Mozilla (comme le client IRC) sont maintenant disponibles en tant qu'extensions.

Pour le lancement de la version 1.0 (le ), la Mozilla Foundation lance une vaste campagne de publicité par le biais du site Spread Firefox[moz 20] et publie le 16 décembre de la même année une double page de publicité dans le New York Times grâce aux dons de milliers de personnes[moz 21]. Cette version de Firefox constitue la base de développement du navigateur Netscape 8.0.

Changements de noms

Le , une fois le logiciel suffisamment développé pour être utilisable, la première compilation, en phase de test, est publiée sous le nom de « Phoenix ». Le nom « Phoenix » a perduré jusqu’au , où il a dû être changé, car la marque était déjà détenue dans ce domaine par le constructeur de BIOS Phoenix Technologies[44]. Le nouveau nom, « Firebird » (« oiseau de feu »), ne rencontra pas un grand enthousiasme ; de plus ce nom était déjà utilisé par un autre logiciel libre, le gestionnaire de bases de données Firebird. Fin , la Mozilla Foundation a donc publié un communiqué indiquant qu’il fallait se référer au navigateur en utilisant le nom Mozilla Firebird pour éviter la confusion[44]. Cependant, la pression constante de la communauté força un nouveau changement, et le , Mozilla Firebird fut finalement renommé Mozilla Firefox[45],[46].

Le nom de Firefox est choisi pour ses similarités avec Firebird, et il était unique dans l’industrie informatique. Pour s’assurer qu’un nouveau changement de nom ne serait pas nécessaire, la Mozilla Foundation avait d’ailleurs, en , lancé une procédure d’enregistrement du nom Firefox comme une marque déposée aux États-Unis[47].

Identité visuelle

Petit panda (Ailurus fulgens).

Une des améliorations les plus visibles est la nouvelle identité visuelle de Firefox et de Thunderbird. Firebird et Phoenix étaient auparavant considérés comme ayant un aspect graphique acceptable, mais pas toujours au même niveau que beaucoup d’applications professionnelles. En , le graphiste professionnel Steven Garrity a publié sur son site Web un article décrivant tout ce qu’il considérait comme bancal dans l’image de Mozilla[48]. Celui-ci a reçu énormément d’attention et la plupart des critiques suscitées par l’article consistaient à dire « où est le patch ? », une façon de dire dans la communauté du logiciel libre « si vous n’aimez pas un aspect du logiciel, arrangez-le vous-même ». Peu après, la Mozilla Foundation a invité Garrity à prendre la tête de sa nouvelle équipe d’identité visuelle[49]. La sortie de Firefox 0.8 en a suscité un nouvel effort sur la marque, présentant notamment de nouveaux logos dessinés par Jon Hicks, qui avait travaillé précédemment sur Camino. La version finale du logo vient d’un concept de Daniel Burka et d’un croquis de Stephen Desroches. L’animal montré dans le logo est un renard stylisé. Aussi firefox est en général un nom commun pour désigner le panda roux (Ailurus fulgens), mais selon Hicks cet animal ne renvoyait pas suffisamment l’image souhaitée[49] et n'était pas assez connu. Ils ont donc opté pour un renard.

En 2009, pour la sortie de la version 3.5, le logo est entièrement redessiné et retravaillé par Anthony Piraino de The Iconfactory. Au fil du temps, le logo gagne en notoriété : il est fréquemment utilisé dans un but promotionnel à diverses occasions. Ainsi, en , un agroglyphe ayant la forme de ce logo est créé dans un champ dans l'État de l'Oregon en 45° 07′ 26″ N, 123° 06′ 49″ O « pour attirer l'attention des vaisseaux spatiaux de passage et des extra-terrestres » (« to gain traction with observers in passing spacecraft and hyper-intelligent space-faring races »)[moz 22]. En , une comparaison entre une photographie de l'étoile V838 Monocerotis, prise par le Télescope spatial Hubble en , et le logo de Firefox a circulé sur la toile[50]. La Fondation Mozilla adopte en , deux bébés pandas roux pendant quelques mois, afin d'officialiser l'animal qui a donné son nom à Firefox[moz 23].

Logos

Au cours du temps, les logos des versions de développement et de la version stable du navigateur ont évolué. Voici les logos actuels :

Bien que le code source du logiciel en lui-même soit libre[moz 24], la marque « Firefox » et le logo, intégrés à ce même logiciel, ne le sont pas, car ce sont des marques déposées[moz 25] et, de ce fait l'utilisation de la marque et du logo est soumise à certaines restrictions[moz 26]. Ainsi, les distributions Linux qui se veulent entièrement libres, et exemptes de tout copyright, distribuent un dérivé libre et open source de Firefox sans la marque et le logo Firefox, en accord avec la licence MPL. Les trois logos de gauche sont des versions libres du logo dont le dérivé distribué entre 2006 et le par Debian se nommait Iceweasel[51].

Firefox pour Windows Mobile

Logo de la version mobile Fennec.

Firefox Mobile est la version pour Windows Mobile (pour téléphones Nokia) de Firefox, dont la version 1.0 est publiée le [moz 27]. La première version alpha est publiée le [52]. Son développement est arrêté en 2012, du fait de la difficulté à développer avec Silverlight, Microsoft obligeant les développeurs à utiliser sa technologie propriétaire. Mozilla développe par la suite une version spécifique à Android et une autre à IOS (voir section Plateformes).

Firefox OS

Firefox OS est un système d'exploitation mobile libre et destiné aux objets connectés proposé et développé par la Mozilla Corporation. Il proposait une version du navigateur Firefox. Son développement est abandonné depuis septembre 2016.

Projet Quantum

Lancement de Firefox Quantum le un événement dans l'histoire de Mozilla

Le , Mozilla publie la version 57 du logiciel, nom de code Quantum, une mouture profondément remaniée de Firefox comptant notamment une modernisation du moteur de rendu Gecko (qui est amenée à se poursuivre avec les versions suivantes). Basé sur le projet Servo, Quantum inclut des parties écrites avec le langage Rust, langage développé par la fondation Mozilla, selon la philosophie développée dans le projet Electrolysis qui vise à gagner en vitesse d'exécution en exploitant mieux les possibilités des processeurs à plusieurs cœurs ainsi que l’utilisation de l’accélération apportée par le processeur graphique de l’ordinateur[53].

Critiques

Jusqu'à la version 2 (sortie à la fin de 2006), Firefox est critiqué pour sa consommation excessive de mémoire vive. Le problème était surtout une augmentation de la consommation de mémoire ainsi qu’un ralentissement du navigateur au fur et à mesure de la navigation. Ces problèmes auraient été davantage liés à une fragmentation excessive de la mémoire qu’à des fuites de mémoire[54]. Ce problème est résolu en grande partie depuis la version 3/3.5 (sortie au milieu de l'année 2009, la version 3.5 réalloue 100 % de la mémoire à la fermeture d'un onglet ou d'une fenêtre).

La longue durée de chargement du navigateur par rapport à ses principaux concurrents est mise en avant. Étant fréquemment utilisé avec Windows, une comparaison est faite à Internet Explorer alors que celui-ci est chargé automatiquement avec le système d’exploitation. Cependant ça ne peut pas être le cas avec Firefox (comme avec Opera, avec Safari, etc.) puisque ces logiciels ne font pas partie du cœur de Windows. Tout dépend du système d’exploitation. Ces désagréments sont assez spécifiques selon les configurations ; leurs causes sont donc mal cernées. Dans la version 3 (sortie en 2008) du logiciel, l'intégration de la barre d'adresses « intelligente » est mal accueillie par certains utilisateurs qui préféraient l'ancienne barre d'adresses, surtout pour des questions d'historique de navigation[55],[56]. Cependant cette fonctionnalité est complètement configurable et désactivable à l'aide du menu about:config ou d'extensions. Il est également à noter que les fonctionnalités de cette barre d'adresse « intelligente » se retrouvent dans tous les navigateurs récents.

Depuis 2011, Firefox possède un cycle de développement rapide[moz 28][source insuffisante], ainsi certains utilisateurs peuvent être confrontés à des problèmes de compatibilité avec certaines extensions du navigateur. Les extensions sont créées par des programmeurs indépendants, et ceux-ci n'ont pas forcément le temps et les moyens de maintenir leur(s) application(s) avec ce rythme de cycle de développement.

En , Mozilla et Pocket annoncent un partenariat afin d'intégrer directement dans le navigateur le service propriétaire éponyme, provoquant la grogne[57],[58],[moz 29] et l'incompréhension de beaucoup d'utilisateurs ; d'autant que des alternatives libres telles que Wallabag existaient. La fondation achète Pocket en [5].

En 2017, dans sa version 57, Firefox est le navigateur le plus rapide selon différents tests[59],[60].

Autres

Le mode lecture dont le texte lu à voix haute est optimisé, cette version permet l'accès aux pages déjà lues en étant hors connexion. Cependant le multi-processus entraîne l'arrêt du plugin Firebug utilisé par les développeurs web pour vérifier le code HTML, modifier les CSS et accéder au débogueur de JavaScript[61].

En , Mozilla s'associe avec Ubisoft en vue de fluidifier le développement du navigateur. Firefox va ainsi utiliser Clever-Commit, une technologie d'Ubisoft qui permet de repérer les bugs sur le navigateur[62].

Mozilla licencie 250 employés en 2020, et revoit la priorité de ses projets, en quête de rentabilité[63],[64].

Le , Mozilla annonce que « la version 84 de Firefox sera la toute dernière version à prendre en charge Flash »[moz 30].

Recommandations

En , l'agence allemande de sécurité informatique (BSI) recommande Firefox considérant qu'il est le navigateur le plus sécurisé[65].

Le logiciel fait partie de la liste des logiciels libres préconisés par l’État français dans le cadre de la modernisation globale de ses systèmes d’informations (S.I.).

Notes et références

Notes

  1. Prononciation en anglais américain retranscrite selon la norme API.
  2. Google représente environ 90 % des revenus de Mozilla. Google rémunère Mozilla, notamment pour que le moteur de recherche de Google soit celui par défaut dans Firefox. En 2020, le montant de cette rémunération est estimé entre 400 et 450 millions de dollars par an.

Références

Sources secondaires

  1. « http://www.mozilla.org/en-US/firefox/releases/0.1.html »
  2. « Firefox 90.0, See All New Features, Updates and Fixes » (consulté le 13 juillet 2021)
  3. « Firefox ESR 78.12.0, See All New Features, Updates and Fixes » (consulté le 13 juillet 2021)
  4. a b c et d Vincent Hermann, « Navigateurs et vie privée : Firefox comme chef de file », sur www.nextinpact.com, (consulté le 20 avril 2021)
  5. a et b Camille Gévaudan, « Mozilla se met 3 milliards d'articles dans la poche », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 5 mars 2017)
  6. Lucie Ronfaut, « Firefox 42 bloque le ciblage publicitaire sur le Web », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne, consulté le 8 novembre 2016)
  7. « Installer les modules complémentaires de Google chrome et Mozilla Firefox », sur htpratique.com, (consulté le 20 septembre 2016)
  8. « Firefox 29 surprend par un nouveau design totalement personnalisable », sur 01net,
  9. (en) « About:config entries », sur kb.mozillazine.org (consulté le 2 mars 2012).
  10. Louis Adam, « Mozilla VPN compte sur son nom pour convaincre les internautes », sur ZDNet France, (consulté le 30 avril 2021)
  11. « Mozilla lance un service chiffré de transfert de fichiers », Le Figaro, (consulté le 15 mars 2019)
  12. Pierre Crochart, « Mozilla débranche définitivement Firefox Send, nid à malwares », sur Clubic, (consulté le 21 septembre 2020)
  13. Chloé Claessens et Geoffroy Ondet, « Téléchargement : les dix meilleurs logiciels et applications de la semaine », sur 01net.com, (consulté le 24 septembre 2016)
  14. « Firefox 3 : une première liste des fonctions attendues », sur www.nextinpact.com, (consulté le 19 avril 2021)
  15. Toolinux, « Mozilla se renforce », sur www.toolinux.com (consulté le 3 janvier 2017)
  16. Raphaël Grably, « Firefox 49 est là, voici ses principales améliorations », sur 01net.com (consulté le 23 septembre 2016)
  17. « Firefox : support des DRM mais pas de 64 bits pour Windows », sur generation-nt.com (consulté le 17 mai 2015)
  18. David Feugey, « Fin de support en 2017 pour Firefox sous Windows XP », Silicon,‎ (lire en ligne, consulté le 26 décembre 2016).
  19. Rémi Crouet, « Mozilla met à jour Firefox pour iOS : de nouvelles fonctions intelligentes », sur iphonote.com, (consulté le 28 juillet 2016)
  20. (en) Mozilla Firefox pour RISC OS[source insuffisante].
  21. a et b David Legrand, « Comment utiliser différentes versions d'un navigateur sur une même machine », sur www.nextinpact.com, (consulté le 20 avril 2021).
  22. (en) « Firefox Has Too Many Developers », sur Trollaxor, (consulté le 2 mars 2012).
  23. (en) Sean Michael Kerner, « Mozilla's Millions? », sur internetnews.com, (consulté le 3 avril 2013)
  24. (en) Antone Gonsalves, « Mozilla Confirms Firefox Taking In Millions Of Google Dollars », sur InformationWeek, (consulté le 3 avril 2013)
  25. « Google prolonge jusqu'en 2011 son accord commercial avec Mozilla », sur ZDNet.fr, (consulté le 12 août 2014)
  26. Alexandre Laurent, « Mozilla renouvelle son accord avec Google pour trois ans », sur Clubic, (consulté le 3 avril 2013)
  27. « Firefox laisse tomber Google pour Yahoo!, mais pas en Europe », sur Le Point, (consulté le 3 juillet 2020).
  28. « Firefox remplace Google par Yahoo! comme moteur de recherche par défaut », lefigaro.fr,‎ (lire en ligne)
  29. « Yahoo! débarque dans Firefox, qui repense son interface de recherche », sur ZDNet France, (consulté le 19 avril 2021)
  30. Julien Laussan, « Yahoo pousse les internautes à utiliser Firefox », sur Numerama.com (Consulté le 20 février 2017)
  31. « Internet : Mozilla se convertit à Yahoo ! » sur Boursier.com (Consulté le 19 février 2017)
  32. « Google ne sera plus le moteur par défaut de Firefox en Turquie », sur numerama.com, (consulté le 26 mars 2015)
  33. Zeliha Chaffin, « Le moteur de recherche français Qwant s’allie avec Mozilla », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 7 juillet 2016)
  34. a et b « Mozilla poursuit l'aventure Firefox sans Yahoo : facture salée pour Verizon ? », ITespresso.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 15 novembre 2017)
  35. (en) Kim Lyons, « Mozilla and Google renew Firefox search agreement », sur The Verge, (consulté le 19 avril 2021)
  36. « Parts de marché selon StatCounter (Monde) », sur gs.statcounter.com (consulté en mai 2021)
  37. Bruno C, « 10 millions de Firefox 3.6 et 1,2 milliard de FF téléchargés », sur Génération-NT, (consulté le 24 janvier 2010).
  38. « Europe: Firefox détrône Internet Explorer », sur Le Figaro avec Reuters, (consulté le 20 avril 2021)
  39. « Parts de marché selon StatCounter (Monde) », sur gs.statcounter.com, .
  40. « Parts de marché selon Net Marketshare (Monde) », sur marketshare.hitslink.com, .
  41. « Parts de marché selon W3Counter (Monde) », sur www.w3counter.com, .
  42. Parts de marché selon StatCounter
  43. Parts de marché selon Net Marketshare
  44. a et b Léopold Maçon, « Au fait, pourquoi Mozilla Firefox s'appelle Mozilla Firefox ? - Tech », sur Numerama, (consulté le 7 juillet 2019)
  45. (en) « Mozilla holds 'fire' in naming fight », CNET News.com, (consulté le 17 juin 2007).
  46. (en) « Firebird becomes Firefox », sur Geek.com, (consulté le 12 août 2014)
  47. (en) « Trademark Status & Document Retrieval (TSDR) (procédure lancée auprès de l’office fédéral des marques et brevets) », sur tarr.uspto.gov (consulté le 2 mars 2012).
  48. (en) « Branding Mozilla: Towards Mozilla 2.0 », sur Article de Steven Garrity (consulté le 2 mars 2012).
  49. a et b (en) « Branding firefox », sur hicksdesign.co.uk, (consulté le 3 avril 2013).
  50. (en-US) « Firefox logo spotted in deep space by the Hubble Telescope », sur newlaunches.com, (consulté le 20 avril 2021)
  51. (en) Nathan Willis, « The end of the Iceweasel Age », sur lwn.net, (consulté le 6 septembre 2016)
  52. (en) Mark Finkle’s Weblog, « Fennec - M9 (User Experience Alpha) », sur starkravingfinkle.org/blog, (consulté le 3 avril 2013).
  53. « Firefox : le renouveau en 2017 avec Quantum ? », sur ZDNet, (consulté le 31 octobre 2016)
  54. (en) Stuart Parmenter, « Memory fragmentation », sur blog.pavlov.net,
  55. (en) Jay Hathaway, « Don't think the Firefox 3 "awesome bar" is awesome? Here's how to disable it. », sur downloadsquad.switched.com, (consulté le 3 avril 2013)
  56. (en) Josh Lowensohn, « Firefox 3 'awesome bar' not awesome for all », sur CNET, (consulté le 3 avril 2013)
  57. Vincent Hermann, « Mozilla critiquée pour son intégration prochaine de Pocket dans Firefox », sur www.nextinpact.com, (consulté le 19 avril 2021)
  58. (en) « Firefox, you're supposed to be in my pocket, not the other way around. », sur dustri.org (consulté le 14 août 2015) [source insuffisante]
  59. « Mozilla Firefox Quantum est-il le navigateur web le plus rapide ? », PhonAndroid,‎ (lire en ligne, consulté le 23 novembre 2017)
  60. Adrian Kingsley-Hughes, « Firefox Quantum est rapide, mais à quel point ? », ZDNet France,‎ (lire en ligne, consulté le 23 novembre 2017)
  61. Toolinux.com, « Clap de fin pour Firebug », sur www.toolinux.com, (consulté le 9 décembre 2016)
  62. « Mozilla s'associe à Ubisoft pour accélérer le développement de Firefox - Next INpact », sur www.nextinpact.com, (consulté le 17 février 2019)
  63. Vincent Hermann, « Mozilla licencie 250 personnes, la quête de la rentabilité au premier plan », sur www.nextinpact.com, (consulté le 20 avril 2021)
  64. Sébastien Gavois, « Restructuration de Mozilla : quel avenir pour les différents projets ? », sur www.nextinpact.com, (consulté le 20 avril 2021)
  65. « Firefox fait un sans faute lors d'un audit réalisé par l'agence allemande de sécurité informatique, qui le recommande comme étant le navigateur le plus sécurisé », sur Developpez.com (consulté le 24 octobre 2019)

mozilla.org

  1. (en) « Download Firefox in your language (Versions traduites) », sur mozilla.org (consulté le 6 janvier 2018).
  2. (en) « Navigation avec géolocalisation intégrée », sur mozilla.org (consulté le 3 avril 2013).
  3. « Firefox Screenshots », sur screenshots.firefox.com (consulté le 2 novembre 2017).
  4. « Éditeur de configuration pour Firefox », sur support.mozilla.org
  5. « Envoyer des fichiers à n'importe qui en toute sécurité avec Firefox Send », sur mozilla.org
  6. « Standards du Web sur le Mozilla Developer Network », sur developer.mozilla.org (consulté le 15 septembre 2014).
  7. « Frequently Asked Questions - Archive of obsolete content | MDN », sur developer.mozilla.org
  8. « Firefox annonce l’installation, par défaut, d’une fonctionnalité contre le pistage et les mises à jour de Facebook Container, Firefox Monitor et Lockwise », sur blog.mozilla.org, (consulté le 1er septembre 2019)
  9. Supported build targets — Firefox Source Docs documentation. sur firefox-source-docs.mozilla.org
  10. « Bezilla: Mozilla for BeOS », sur www-archive.mozilla.org (consulté le 20 avril 2021)
  11. (en) « Projet Warpzilla », sur mozilla.org (consulté le 2 mars 2012).
  12. (en) « Mozilla Hacks – the Web developer blog », sur hacks.mozilla.org, (consulté le 3 avril 2013).
  13. (en) « Firefox Extended Support Release for Your Organization, Business, Enterprise », sur mozilla.org (consulté le 18 mars 2018).
  14. « L'histoire du projet Mozilla », sur mozilla.org (consulté le 5 octobre 2017)
  15. (en) « Mozilla Code Licensing », sur mozilla.org (consulté le 2 mars 2012).
  16. (en) « Mozilla terms and license », sur mozilla.org (consulté le 12 mars 2015)
  17. (en) « Mozilla Foundation and subsidiary - Independent Auditors' Report and Consolidated Financial » [PDF], sur mozilla.org, 31 décembre 2005/2006 (consulté le 2 mars 2012)
  18. (en) « 1 Billion Add-on Downloads », sur blog.mozilla.org, (consulté le 2 mars 2012).
  19. (en) « Phoenix 0.1 (Pescadero) Release Notes and FAQ », sur website-archive.mozilla.org, Mozilla, .
  20. (en) « Spread Firefox », sur affiliates.mozilla.org (consulté le 2 mars 2012).
  21. « Mozilla Foundation Places Two-Page Advocacy Ad in the New York Times », sur www-archive.mozilla.org, (consulté le 26 janvier 2012).
  22. (en) « There is no firefox crop circle », sur bugzilla.mozilla.org (consulté le 12 mars 2012).
  23. (en) « Meet the Newest (and Cutest) Mozillians », sur blog.mozilla.com, .
  24. (en) « Mozilla Licensing Policies », sur mozilla.org
  25. (en) « Mozilla Trademark Guidelines », sur mozilla.org
  26. (en) « Firefox branding », sur mozilla.org (consulté le 3 avril 2013).
  27. (en-US) « Firefox for Nokia N900 Release Notes », sur website-archive.mozilla.org
  28. « The Firefox release process - MozillaWiki », sur wiki.mozilla.org
  29. (en) « Bugtracker de Mozilla », sur bugzilla.mozilla.org (consulté le 14 août 2015) [source insuffisante]
  30. « Fin de la prise en charge d’Adobe Flash | Assistance de Firefox », sur support.mozilla.org (consulté le 21 décembre 2020)

Annexes

Bibliographie

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Pascal Chevrel, Mozilla Firefox et Thunderbird, Paris, CampusPress, coll. « Kit Campus », , 238 p. (ISBN 978-2-7440-1937-1) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Marthe Grey, Firefox et Thunderbird 1.5, Paris, Eyrolles, coll. « Mémento », , 13 p. (ISBN 978-2-212-11780-6, lire en ligne)
  • Émmanuel Cornet, Passer à Firefox et oublier Internet Explorer, Paris, H & K, coll. « Technique et pratique », (réimpr. 2006), 2e éd., 125 p. (ISBN 978-2-914010-91-7, OCLC 300824693)
  • Alexandre Boni et Nicolas Stemart, Firefox & Thunderbird, Paris, Micro Application, coll. « Super poche », , 442 p. (ISBN 978-2-7429-6253-2)
  • Thierry Trubacz (préf. Tristan Nitot), Firefox : Un navigateur Web sûr et rapide, Paris, Eyrolles, coll. « Accès libre », , 194 p. (ISBN 978-2-212-11604-5)
  • Nigel Macfarlane (trad. de l'anglais), Firefox à 200 %, Paris, O’Reilly, coll. « À 200 % », , 399 p. (ISBN 978-2-84177-377-0, lire en ligne)

Articles connexes

Principaux

Projets dérivés

  • Flock (2005-2011)
  • GNU IceCat, initialement connu sous le nom de GNU IceWeasel, version GNU (exclusivement basée sur les logiciels libres) de Mozilla Firefox publiée par la Free Software Foundation depuis 2008.
  • Iceweasel, version renommée par Debian, utilisée de 2006 à 2016. Le nom et le logo non libres de Firefox, étaient remplacés.
  • SeaMonkey, version développée par la communauté.
  • Pale Moon, fork réintroduisant la prise en charge des anciennes extensions.
  • Waterfox, fork créée en 2011.
  • Tor Browser, est basé sur Mozilla Firefox ESR, et permet de naviguer anonymement sur le réseau d'anonymisation Tor.

Liens externes

Autorité

Autres

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 5 août 2008 ().
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 5 août 2008 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.