Faillite de FTX

La faillite de FTX commence en . Avant sa mise en liquidation, l'entreprise occupe la troisième place sur le marché des cryptomonnaies dans le monde. Les problèmes de FTX sont liés à une crise de liquidité sur son jeton privé (nommé « FTT » ou « FTX token »).

Le , CoinDesk affirme dans un article que Alameda Research , une filiale de FTX détenue par Sam Bankman-Fried, détient une part significative des jetons de FTX (des FTT)[1],[2]. Suivant les allégations de CoinDesk, Binance, concurrent direct de FTX, annonce qu'il va vendre ses jetons FTT, entrainant la chute de leur prix[3]. Cette décision déclenche également un retrait important des dépôts sur FTX, entrainant une crise de liquidités[4]. Le , Binance fait une offre de reprise de FTX, puis se rétracte[5]. Le 11 novembre FTX, Alameda Research et une centaine d'autres de leurs filiales font faillite. Sam Bankman-Fried démissionne et est remplacé par John J. Ray III [6],[7].

L'effondrement de FTX a un impact important sur le marché des cryptomonnaies. Ce scandale se voit comparé au scandale Enron ou au système Madoff ; les procureurs le décrivent comme « one of the biggest financial frauds in American history. » [8],[9] (« l'une des plus grandes fraudes financières de l'histoire américaine »). À la suite de cette faillite, la Securities Commission of the Bahamas gèle les actifs de l'une des filiales de FTX[10]. La fortune de Sam Bankman-Fried, estimée à seize milliards de dollars avant l'effondrement, se voit totalement engloutie[11]. Certains investisseurs institutionnels de FTX considèrent leurs investissements sur le marché comme perdus[12],[13]. 473 millions de dollars sont retirés de FTX dans une « transaction non autorisée »[14]. L'effondrement de FTX a un effet d'entrainement dans le monde des cryptomonnaies : le prix du bitcoin tombe alors à son plus bas niveau depuis plus de deux ans.

Des sources anonymes, citées par le Wall Street Journal le , rapportent que FTX aurait prêté à Alameda Research pour dix milliards de dollars pris sur les fonds de clients. Ce prêt reste interdit par les conditions générales de fonctionnement de FTX. La même source indique que Sam Bankman-Fried, Caroline Ellison, directrice d'Alameda Research, et d'autres dirigeants de FTX auraient été au courant de ce transfert[15],[16],[17],[18].

FTX, ainsi que son traitement des fonds des clients, sont sous le coup d'une enquête de la SEC[note 1], de la Commodity Futures Trading Commission, du ministère américain de la justice[19] ainsi que d'une enquête criminelle de la part de la Royal Bahamas Police Force et de la Securities Commission aux Bahamas[20]. Des sources anonymes citées par Reuters parlent de sommes comprises entre un et deux milliards de dollars qui manqueraient à l'appel[21].

Contexte

Sam Bankman-Fried cofonde Alameda Research, une société de trading en cryptomonnaies, en 2017[22]. En 2019, Sam Bankman-Fried a l'idée de commencer une place de marché de cryptomonnaies afin d'aider à rapporter des revenus à Alameda Research et crée FTX[23]. Bankman-Fried était le dirigeant des deux sociétés jusqu'à sa démission en tant que dirigeant d'Alameda Research en octobre 2021, date à laquelle il promeut Caroline Ellison et Sam Trabucco co-PDG. Il a été dit que Caroline Ellison avait eu une aventure amoureuse avec Bankman-Fried[24]. En août 2021, Bankman-Fried détient encore 90% d'Alameda Research[22].

La relation étroite et les conflits d'intérêts potentiels entre Alameda et FTX ont attiré l'attention du reste de l'industrie des cryptomonnaies[23]. Alameda était autrefois le plus grand trader sur FTX, apportant des liquidités à la place de marché. Entre le 1er juin 2022 et le 22 juillet 2022, les portefeuilles connus d'Alameda étaient les plus grands déposants de cryptomonnaies stables et les sources de liquidité pour tous les portefeuilles connus de FTX, représentant 10% des transferts en Theter et 30% des transferts de cryptomonnaies en USD sur la bourse d'échange[25]. Selon John J. Ray III, Alameda avait une "exemption secrète" de la règle de liquidation automatique en fin de mois de FTX[26].

Alameda Research a subi une série de pertes en mai et juin 2022. Des sources anonymes ont déclaré au Wall Street Journal que FTX a prêté à Alameda Research plus de la moitié des fonds de ses clients. Cette décision a été jugée par les sources comme un « manque de jugement » de la part de Sam Bankman-Fried[27],[28]. Cela était explicitement interdit par les conditions de fonctionnement de FTX[18]. Le 12 novembre 2022, le Wall Street Journal a rapporté que des sources anonymes avaient déclaré que la PDG d'Alameda, Caroline Ellison, avait déclaré qu'elle, Bankman-Fried, Gary Wang et Nishad Singh étaient au courant de cette décision[16]. La même chose a été rapportée dans le New York Times le 14 novembre 2022[23]. FTX a utilisé un logiciel pour dissimuler l'utilisation abusive des fonds de ses clients[26].

Dans les jours qui ont précédé la crise, CoinDesk a signalé qu'Alameda Research détenait une quantité importante de FTT et que ces avoirs en FTT constituaient une part considérable de leurs actifs[29]. CoinDesk a rapporté qu'il y avait 5,1 milliards de dollars de jetons FTT en circulation et que le bilan d'Alameda contenait 3,66 milliards de dollars de "FTT déverrouillés", 2,16 milliards de dollars de "garantie FTT" et 292 millions de dollars de "FTT verrouillés". Après des mois de disputes et de désaccords entre Changpeng Zhao, le PDG de Binance, et Bankman-Fried, les tensions entre les deux hommes s'étaient intensifiées quelques jours avant la crise[30]. La société de Zhao, Binance, avait obtenu 2,1 milliards de dollars en jetons Binance, dollars et FTT en 2021, à la suite d'un accord dans lequel FTX a racheté une participation détenue par Binance dans FTX, et début novembre 2022, elle disposait de 23 millions de jetons FTT, d'une valeur d'environ 529 millions de dollars à ce moment-là[31].

Chronologie

Cessions de la part de Binance et proposition d'acquisition de FTX

Le 7 novembre 2022, Zhao a annoncé que Binance avait l'intention de vendre ses participations en jetons FTT[31]. La vente des avoirs en FTT de Binance, aggravée par le faible volume de transactions de FTT et l'inimitié entre Zhao et Bankman-Fried, a entraîné la chute du prix du jeton FTT[32],[33],[34]. Binance avait reçu les FTT de FTX en 2021 lors d'une transaction dans laquelle FTX a racheté la participation de Binance dans FTX. Zhao a cité "des informations récentes qui lui ont été révélées" comme motivation pour vendre ses FTT[35]. Bloomberg et TechCrunch ont rapporté que toute vente par Binance aurait probablement un impact démesuré sur le prix du jeton FTT, étant donné le faible volume de transactions du jeton[32],[33]. L'annonce sur Twitter par Zhao de la vente en cours et des différends existant entre Zhao et Bankman-Fried, a entraîné une baisse du prix du FTT et d'autres crypto-monnaies[34], entraînant 6 milliards de dollars de retraits de clients de FTX[36]. FTX est devenu incapable de répondre à la demande de retraits supplémentaires, et le 8 novembre, Bankman-Fried et Zhao ont annoncé conjointement que Binance avait conclu un accord non contraignant pour acheter FTX afin de garantir que les clients puissent récupérer leurs actifs en temps opportun[37]. L'accord n'incluait pas la vente de FTX.USA (la filiale américaine de FTX)[38]. Zhao a annoncé sur Twitter que la société terminerait bientôt l'examen du dossier, ajoutant que tous les échanges cryptographiques devraient éviter d'utiliser des jetons comme garantie[39]. Il a également écrit qu'il s'attendait à ce que le jeton FTT soit « très volatile dans les prochains jours à mesure que les choses évoluent ». Le jour de cette annonce, le jeton FTT a perdu 80 % de sa valeur[40].

Abandon de l'acquisition de FTX

Le 9 novembre, Bloomberg a qualifié l'acquisition de FTX par Binance de "peu probable" en raison du mauvais état des finances de FTX[41]. Bloomberg a également signalé que la SEC et la CFTC enquêtaient sur la nature des liens entre FTX et les autres avoirs de Bankman-Fried et sur sa gestion des fonds des clients[42]. Plus tard dans la journée, le Wall Street Journal a annoncé que Binance n'irait pas de l'avant avec l'accord d'acquisition de FTX[43]. Binance a cité la mauvaise gestion des fonds des clients par FTX et les enquêtes en cours sur FTX comme raisons de ne pas poursuivre l'accord[44]. Bankman-Fried a déclaré dans un message Slack que FTX avait appris par la presse les préoccupations et la décision de Binance[45].

Effondrement et nouvelles tentatives de sauvetage

Le , le site Web de FTX affichait qu'il ne traitait plus les retraits[36]. Bankman-Fried déclare que bien que les actifs de l'entreprise soient supérieurs aux dépôts de ses clients, l'entreprise a besoin de fonds extérieurs pour répondre à la demande de retraits en raison d'un manque de liquidités[46],[47]. Bankman-Fried déclare le que FTX.USA, en tant que société distincte, n'est « pas actuellement touchée » par la crise[48].

D'après Axios, FTX aurait approché Kraken le pour un accord de sauvetage potentiel[49]. Bankman-Fried fait plusieurs déclarations ce 10 novembre, assumant la responsabilité de l'échec de FTX et indiquant que FTX tente de lever dix milliards de dollars de financement d'urgence pour rester solvable[50],[51],[52]. Bankman-Fried annonce également qu'Alameda Research cesserait ses activités commerciales[53]. Les équipes juridiques et de conformité internes de FTX ont, pour la plupart, démissionné le même jour[54],[55]. Des sources anonymes citées par le Wall Street Journal du 10 novembre déclarent qu'Alameda Research doit quelque dix milliards de dollars à FTX, car cette dernière avait prêté des fonds placés en bourse à des fins de négociation à Alameda, afin qu'Alameda puisse faire des investissements avec cet argent[15].

Bien que Bankman-Fried ait déclaré sur Twitter le 10 novembre que les clients de FTX.USA n'avaient aucune raison de s'inquiéter, le même jour les employés commencent à tenter de vendre des actifs appartenant à l'entreprise. Ces actifs comprennent la société de compensation d'actions Embed Financial Technologies et les droits de naming du FTX Arena[56]. Des désaccords apparaissent entre les dirigeants restants, Bankman-Fried et la directrice de l'exploitation de FTX, Constance Wang, résistant aux demandes de Ryne Miller, membre de l'équipe juridique de FTX USA, de mettre fin à la négociation sur les bourses. Bankman-Fried continuait à rechercher des financements alors même que Miller informait d'autres dirigeants qu'il pensait qu'il y avait « 0 % » de chances d'obtenir de nouveaux investissements[57]. Miller et d'autres dirigeants demandent alors à Bankman-Fried de leur concéder le contrôle de FTX USA, mais il refuse. Le 11 novembre, Bankman-Fried annonce qu'il a déposé le bilan de FTX USA, mais aussi FTX et Alameda[58]. Bankman-Fried continue à rechercher des capitaux pour FTX après la faillite et affirme sans preuve qu'un bailleur de fonds potentiel s'est manifesté peu après le dépôt de bilan.

Le , des sources anonymes citées par le Wall Street Journal déclarent que la PDG d'Alameda, Caroline Ellison, a révélé à d'autres employés d'Alameda tels Sam Bankman-Fried, Gary Wang et Nishad Singh savaient que les dépôts des clients avaient été transférés de FTX à Alameda[59]. Une source anonyme citée par le New York Times le affirme la même chose[60]. Des sources anonymes citées par le Wall Street Journal ont déclaré que les fonds ont été utilisés en partie pour rembourser les prêts qu'Alameda avait contractés pour faire des investissements. Le 10 novembre, la Commission des valeurs mobilières des Bahamas gèle les actifs de l'une des filiales de FTX, FTX Digital Markets Ltd « et des sociétés liées », puis nomme provisoirement un avocat comme liquidateur[61],[62]. L'Agence des services financiers du Japon ordonne à FTX Japon de suspendre certaines opérations[63]. La filiale australienne de la société se voit placée sous tutelle[64].

Le même jour, une équipe dirigeant le FTX Future Fund, un groupe caritatif financé par Bankman-Fried, informe de sa démission collective[65]. Le Future Fund avait engagé 160 millions de dollars en subventions et investissements caritatifs au de la même année[66].

Faillite

Le 11 novembre, FTX, FTX USA, Alameda Research et plus de 100 sociétés affiliées ont déposé leur bilan dans le Delaware[67],[65],[68]. Des sources anonymes citées par le New York Times ont déclaré que la place de marché devait jusqu'à 8 milliards de dollars. Le prêteur de crypto BlockFi, qui était affilié à FTX, a annoncé le 10 novembre qu'il suspendait ses opérations à la suite de l'effondrement de FTX[65]. Bankman-Fried a démissionné de son poste de PDG et a été remplacé par John J. Ray III, un spécialiste de la restructuration d'entreprise qui avait auparavant supervisé la liquidation d'Enron[67],[68],[69]. Le 12 novembre, Bankman-Fried a déclaré à Reuters qu'il était toujours aux Bahamas, bien que d'autres employés de haut rang de FTX aient commencé à partir pour Hong Kong, l'emplacement de l'ancien siège social de l'entreprise, ou d'autres endroits dans le monde[70]. Les autorités des Bahamas, y compris la Royal Bahamas Police Force, ont interrogé Bankman-Fried le 12 novembre[71]. Malgré la faillite de FTX, Bankman-Fried a continué à tenter de lever des fonds pour l'entreprise pendant le week-end des 12 et 13 novembre[72].

Transactions non autorisées

Tard le , quelque 473 millions de dollars de fonds sont retirés de FTX par le biais de ce que Ryne Miller, l'avocat de FTX USA, qualifie de « transactions non autorisées ». Ryne Miller a en outre annoncé que FTX et FTX USA avaient l'intention de déplacer les fonds restants libellés en cryptomonnaie vers un « stockage de cryptomonnaie à froid[Quoi ?] » hors ligne[73]. Les fonds prélevés sur FTX sont principalement des cryptomonnaies stables tels que Tether, et se voient rapidement échangés contre Ether, une méthode utilisée par les voleurs de crypto-monnaie pour contrecarrer les tentatives de récupération de fonds volés[74]. Une personne parlant au nom de FTX, dans un chat Telegram, qualifie les « transactions non autorisées » de « piratage » et encourage les utilisateurs à supprimer les applications mobiles FTX car elles seraient compromises[70]. Kraken a depuis annoncé son aide pour identifier l'auteur[75]. Le 14 novembre, le responsable de la sécurité de Kraken déclare sur Twitter que l'entreprise connaissait l'identité d'un utilisateur qui a payé des frais de transaction associés au transfert de l'argent volé, via son compte Kraken[76]. Dans une interview avec Kelsey Piper publiée le 16 novembre par Vox, Bankman-Fried blâme, pour le vol, un « ex-employé » ou un logiciel malveillant sur un appareil appartenant à un ex-employé[77].

Entre 1 et 2 milliards de dollars de fonds de clients n'auraient pas pu être comptabilisés au 12 novembre[78]. Le Financial Times a rapporté que le bilan de FTX peu avant la faillite affichait 9 milliards de dollars de passif contre 900 millions de dollars d'actifs liquides, 5 milliards de dollars d'actifs "moins liquides" et 3,2 milliards de dollars d'investissements en capital-investissement illiquides[79]. Le chroniqueur américain Matt Levine a décrit que parmi ses actifs les moins liquides sur lesquels "[FTX] s'appuyait pour pouvoir payer les soldes des clients" figuraient deux jetons qu'"il venait de créer", comptabilisés au bilan, faisant référence au FTX Token et à Serum, une crypto-monnaie distincte[80].

Craintes de contagion et impact sur les marchés des cryptomonnaies

Les cryptomonnaies ont connu des fluctuations et des baisses de valeur lorsque la nouvelle de l'effondrement de FTX est apparue pour la première fois début novembre : le Tether est tombé en dessous de son prix fixe de 1,00 $ à 0,97 $[81] et le Bitcoin a chuté à son prix le plus bas depuis deux ans[68]. Les cours des actions des sociétés de cryptomonnaie cotées en bourse ont baissé[82]. Le prix du Solana, qui était affilié à Bankman-Fried, a également baissé[83]. La crise chez FTX a provoqué une augmentation des retraits sur les autres places de marché[84]. Une baisse de la valeur de Cronos, le jeton d'échange de Crypto.com, a fait craindre un effondrement potentiel similaire à celui de FTX et a stimulé les retraits de la plateforme. Le PDG Kris Marszalek a assuré que l'entreprise était liquide et qu'elle n'utilisait pas Cronos d'une manière similaire à la façon dont FTX utilisait FTT[85]. Bloomberg a rapporté que l'effondrement de FTX a exacerbé le scepticisme institutionnel à l'égard des cryptomonnaies en tant que classe d'actifs[86].

BlockFi, un prêteur de cryptomonnaie, a déposé une demande de protection contre les faillites en vertu du chapitre 11, le 28 novembre ; l'entreprise avait auparavant commencé à empêcher les retraits de fonds de la part de ses clients[87]. La société a divulgué une "exposition importante" à FTX le 14 novembre[88]. Un autre prêteur de cryptomonnaie, Genesis, une filiale de Digital Currency Group, a interrompu les retraits le 16 novembre[89]. Cet arrêt a amené Gemini, une bourse détenue par les jumeaux Winklevoss, à cesser d'autoriser les rachats pour les clients utilisant un service fourni dans le cadre d'un partenariat avec Genesis[90]. Une autre filiale de Digital Currency Group, Grayscale, a vu la valeur de son offre phare, le Grayscale Bitcoin Trust coté en bourse, baisser de 20 % au cours des deux semaines précédant le 17 novembre[91]. Grayscale Bitcoin Trust se négociait à un prix réduit, 42 % en dessous de la valeur de son Bitcoin, au 14 novembre[92].

Des inquiétudes ont également été exprimées à propos de Silvergate Bank, car FTX était un déposant et aurait également pu être une source d'exposition au crédit. Silvergate a déclaré qu'il disposait de liquidités suffisantes et qu'il n'était pas exposé à des prêts sur FTX. Ces préoccupations ont été amplifiées en raison du rôle clé de Silvergate en tant que passerelle entre ses clients de cryptomonnaie et le monde financier au sens large[93],[94].

Processus de remboursement des créanciers

Le 12 janvier 2023, les liquidateurs de FTX sont parvenus à récupérer 5 milliards de dollars d'actifs. Il s'agit d'actifs liquides, aisément convertibles en liquidités. Les liquidateurs ont aussi mis la main sur des actifs plus illiquides, composés de monnaies numériques très volatiles. La filiale japonaise, FTX Japan, va être cédée ainsi que LedgerX, une plateforme d'échanges de produits financiers dérivés appuyés sur des cryptomonnaies. Les liquidateurs préparent aussi la cession de plus de 300 investissements non stratégiques pour un montant de 4,6 milliards de dollars[95].

Enquête

Poursuites et implication légale

À la suite de l'effondrement de FTX, la police royale des Bahamas ouvre une enquête criminelle sur l'entreprise[96],[18].

Des sources anonymes citées par Bloomberg déclarent que le bureau du procureur des États-Unis pour le district sud de New York a ouvert une enquête sur l'effondrement de FTX le [16]. Le comité de la Chambre des États-Unis sur les services financiers prévoit de tenir des audiences en décembre sur l'effondrement de FTX, et les dirigeants du comité déclarent qu'ils demanderaient le témoignage de Bankman-Fried[97].

Le , un recours collectif est déposé à Miami contre Bankman-Fried et plusieurs célébrités, dont le quart-arrière de football américain Tom Brady et le comédien Larry David, alléguant que l'entreprise se livrait à des pratiques trompeuses ; ils demandent des dommages-intérêts[98]. La procédure a également fait mention de Gisele Bündchen, Steph Curry, Shaquille O'Neal, Udonis Haslem, David Ortiz, Trevor Lawrence, Shohei Ohtani, Naomi Osaka et Kevin O'Leary[99].

Le New York Times écrit le que deux anciens hauts dirigeants ont plaidé coupables de fraude et coopèrent désormais avec des enquêteurs fédéraux dans une affaire pénale contre Sam Bankman-Fried. Dans les accords signés, Mme Ellison et M. Wang conviennent de « coopérer pleinement » et de « divulguer fidèlement et complètement toutes les informations concernant toutes les questions »[100].

Le 12 décembre 2022, Sam Bankman-Fried est arrêté par les autorités des Bahamas à la demande des autorités américaines et placé en détention[101].

Extradé vers les États-Unis le 21 décembre, Sam Bankman-Fried est libéré quelques jours plus tard contre une caution de 250 millions de dollars. Il se voit inculpé de huit chefs d'inculpation et encourt 115 ans de prison. Caroline Ellison, également extradée aux États-Unis, est remise en liberté contre une caution de 250 000 dollars. Elle décide de coopérer avec le ministère de la justice. Elle encourt 110 ans de prison[102],[103]. Le 3 janvier 2023, devant le tribunal de New-York Sam Bankman-Fried déclare plaider non coupable[104].

En parallèle du procès principal, un groupe de victimes s'est regroupé aux États-Unis pour déposer un recours collectif contre les youtubeurs, les influenceurs ainsi que l'agence Creators Agency (une agence d'influenceurs). Tous sont accusés d'avoir fait la promotion de FTX sans avoir précisé leur partenariat avec FTX. La plainte accuse également les youtubeurs de ne pas s'être suffisamment informé sur le sujet avant de s'engager dans la promotion des activités de trading de FTX. Parmi les youtubeurs visés, citons le plus connu Kevin Paffrath . Le groupe de victimes demande 1 milliard de dollars aux youtubeurs pour leurs manquements et les pertes qu'ils ont occasionnés[105].

En mai 2023, le fisc américain a dressé une liste de 45 réclamations à l'encontre de FTX, Alameda Research et d'autres entités du groupe, pour un montant total de 44 milliards de dollars[106].

En juillet 2023, afin de parvenir à rembourser ses créanciers, FTX s'est retournée contre Sam Bankman-Fried et les anciens dirigeants de FTX, les accusant d'avoir transféré des fonds dans leur intérêt et non dans celui de la société. Sont aussi pointées du doigt l'acquisition d'actions FTX émises sans contreparties par les fondateurs de FTX pour un montant total de 725 millions de dollars[107].

En août 2023 un nouvel acte d'accusation est déposé contre Sam Bankman-Fried : le détournement de 100 millions de dollars pour effectuer des dons de campagne pour les élections américaines de mi-mandat ayant eu lieu en 2022. L'argent était détourné des clients d'Alameda Research vers les comptes personnels des cadres de FTX qui effectuaient ensuite des dons en leur nom propre aux candidats dans l'objectif de « maximiser l'influence politique de FTX ». À Sam Bankman-Fried ensuite de tirer parti de cette influence pour obtenir une législation américaine qui soutienne le développement de FTX[108].

Les parents de Sam Bankman-Fried font l'objet en septembre 2023 de poursuites de la part de la plateforme FTX afin de « récupérer des millions de dollars de fonds transférés frauduleusement et détournés ». Son père a perçu un salaire annuel de 200 000 $ en tant que conseiller de la Fondation FTX. Sa mère a reçu des subsides pour ses activités caritatives et politiques dans Mind The Gap, une organisation qu'elle a fondé[109].

Enquêtes

Une enquête de Coindesk montre que la société FTX était particulièrement généreuse avec les membres du Congrès des États-Unis : 196 (sur un total de 435) membres du Congrès ont reçu un don de la part de FTX. Sam Bankman-Fried a par ailleurs été le 2e plus gros donateur pour la campagne de Joe Biden[110].

Dans le cadre de l'enquête américaine, on apprend que FTX a versé 40 millions de dollars de pots-de-vin à des officiels chinois afin de récupérer plus d'un milliard d'actifs gelés[111]. Après cette découverte de l'enquête, Sam Bankman-Fried se voit poursuivi de 12 chefs d'inculpation, ajoutant à un palmarès déjà important, la violation du Foreign Corrupt Practices Act, une loi fédérale américaine datant de 1977 qui lutte contre la corruption d'agents publics situés à l'étranger[112].

Le 27 avril 2023, les autorités judiciaires ont perquisitionné le domicile de Ryan Salame, un membre du cercle restreint autour de Sam Bankman-Fried. Les autorités judiciaires affirment qu'un cercle restreint de cadres autour de SBF, dont Ryan Salame, ont versé pour 90 millions de dollars de dons aux candidats politiques en prenant cet argent sur les fonds versés par les clients de FTX[113].

Procès

Lors du procès de Sam Bankman-Fried qui débute le 3 octobre 2023 deux versions s'affrontent. Celle du procureur Thane Rehn pour qui SBF a commis une fraude massive. Et celle de son avocat pour qui SBF a agi en toute bonne foi[114].

Déposition de Gary Wang

Gary Wang , cofondateur et responsable technique de FTX dépose le premier. Il plaide coupable de quatre chefs d'inculpation et est prêt à collaborer avec le procureur. Le portrait qu'il dresse de Sam Bankman-Fried est peu flatteur. Il l'accuse d'avoir fait modifier le logiciel d'exploitation pour qu'Alameda Research puisse emprunter des fonds auprès de FTX et de ses clients. Sans que ni les clients ni les investisseurs ne soient au courant. Le montant limite aurait été plusieurs fois augmenté au bénéfice d'Alameda Research jusqu'à atteindre 65 milliards de dollars à la veille de la faillite de FTX. Gary Wang mentionne aussi le fait que plusieurs des pertes de clients de FTX auraient été épongées par Alameda Researchà la demande de SBF[115].

Déposition de Caroline Ellison

Lors de son audition le 10 octobre 2023, Caroline Ellison a directement impliqué Sam Bankman-Fried. Elle plaide coupable de sept chefs d'accusation et collabore avec le procureur fédéral. Selon elle, son ancien patron et ex-petit ami « Sam était le patron et le propriétaire d'Alameda Research. Il m’a ordonné de commettre ces crimes (...) C'est lui qui a mis en place le système ». Toujours selon Caroline Ellison « Je soumettais les décisions majeures à Sam, raconte-t-elle. Il était la personne à qui je rapportais. Il était propriétaire d'Alameda. Il aurait pu me licencier, s'il l'avait voulu ». Caroline Ellison a par ailleurs assuré qu'Alameda Research a effectué des prêts à des dirigeants de FTX sans que SBF ne s'étonne. Alameda Research a également été utilisée pour effectuer des dons à des organisations politiques, notamment Joe Biden pour sa campagne présidentielle de 2020.

Alors que la ligne de défense de SBF est de tout reporter sur Caroline Ellison, coupable selon lui de ne pas avoir pris conscience des risques considérables pris par Alameda Research. Selon SBF, les activités quotidiennes et l'aspect financier d'Alameda Research n'étaient plus suivis par SBF même si celui-ci en restait l'actionnaire principal.

Le témoignage de Caroline Ellison corrobore celui de Gary Wang : c'est sur les ordres de SBF qu'une sorte de porte dérobée a été introduite, qui permet de prendre des fonds des clients de FTX pour les injecter dans Alameda Research. Selon son estimation, 14 milliards de dollars ont ainsi pris le chemin d'Alameda Research en provenance de FTX[116],[117],[118].

Déposition de Can Sun

Can Sun est l'ancien directeur juridique de FTX, resté 15 mois en poste. Il a démissionné début novembre 2023, lorsqu'il a découvert qu'Alameda Research piochait dans les fonds des clients de FTX. Il a signé un accord de non poursuite avec le ministère de la justice et témoigne librement. Lors de sa déposition, Can Sun témoigne sur l'absence de liquidation des positions d'Alameda Research chez FTX, système permettant de creuser un trou de plusieurs milliards de dollars. Selon lui, après avoir signalé le problème aux dirigeants, rien ne s'est réellement passé.

Can Sun découvre début novembre 2023 un trou de 7 milliards de dollars dans le bilan de la société que SBF lui demande de justifier de manière légale auprès des investisseurs du fonds Apollo Global Management, chose qui ne sera pas possible vu l'ampleur des sommes concernées[119].

Déposition de Sam Bankman-Fried

SBF n'est pas obligé de témoigner à son procès mais la défense a prévu qu'il puisse s'exprimer sur la faillite de FTX, notamment à cause de sa facilité d'élocution et sa capacité à charmer son auditoire. Par ailleurs SBF est le mieux placé pour pouvoir expliquer l'histoire de FTX. En revanche cette décision de le faire témoigner face au jury est risquée.

SBF rejette l'idée d'une manipulation organisée telle qu'elle ressort des premier témoignages et plaide la bonne foi. Il admet quelques petites erreurs et de grosses erreurs au titre desquelles l'absence de politique de gestion des risques. Il nie cependant avoir escroqué ses clients et avoir permis à Alameda Research de piocher dans les fonds des clients pour investir dans les bitcoins lors de réponse évasives et tortueuses en impliquant indirectement Caroline Ellison[120],[121],[122].

Lors des contre-interrogatoires, la représentante du procureur s'est attachée à démontrer le décalage existant entre d"une part le discours public de SBF à propos de FTX et d'autre part la gestion risquée de ses sociétés. Alors que SBF souligne avoir pris du recul avec Alameda Research et ne pas suivre la société au quotidien, les trois principaux témoins arguent que c'est SBF qui a mis au point les procédures permettant de ponctionner l'argent des fonds de FTX vers Alameda Research. Selon eux SBF est au courant des dérives et ne fait rien pour les empêcher[123].

Issue du procès

Le 2 novembre 2023 le jury a reconnu Sam Bankman-Fried coupable de sept chefs d'accusation après un procès de cinq semaines. Le procureur a conclu que « Sam Bankman-Fried a commis l'une des plus grosses fraudes financières de l'histoire des Etats-Unis ». Le verdict est attendu pour le 28 mars 2024[124].

Impacts

Effets sur les autres sociétés

Le , le service de courtage en cryptomonnaie Genesis suspend les retraits après la déclaration de faillite de FTX, affectant davantage encore l'industrie des cryptos. La plateforme d'échange de cryptomonnaies Gemini, détenue par Cameron et Tyler Winklevoss, annonce qu'elle suspendrait les retraits de son programme Earn, qui utilise Genesis comme partenaire prêteur[125]. Genesis a fini par se déclarer en faillite en janvier 2023[126].

Le jeton d'échange de Crypto.com, Cronos, perd environ un milliard de dollars en valeur en novembre. Le 14 de ce même mois, le PDG de Crypto.com assure aux utilisateurs que la plateforme d'échange fonctionne normalement[127]. Cependant les commentateurs et les clients craignent toujours que Crypto.com ne connaisse un effondrement similaire à FTX[85].

La banque américaine Silvergate Bank, qui s'est impliquée dans les cryptoactifs, a vu le nombre de ses clients baisser des deux tiers sur le dernier trimestre de 2022. Les retraits des clients se sont montés à 8 milliards de dollars. Le cours de l'action a chuté de 43%[128]. En mars 2023, la banque décide de mettre fin à ses activités bancaires en liquidant volontairement sa branche bancaire[129].

La liste des sociétés créancières vient d'être dévoilée le 25 janvier 2023, par les avocats qui gèrent la faillite de FTX. Le document final fait 116 pages. Sans surprise on retrouve tous les grands noms de la finance internationale comme JP Morgan, Deutsche Bank ou BNP Paribas. On retrouve aussi tous les grands noms de la tech américaine. Plus étonnant on trouve aussi le groupe français de média Webedia ou la société spécialiste du cuir chevelu Équilibre[130],[131].

Pertes des investisseurs de FTX et des clients

Les investisseurs institutionnels qui risquent de perdre de l'argent en raison de leurs participations dans FTX sont Tiger Global Management, le Régime de retraite des enseignantes et des enseignants de l'Ontario, Softbank Group, BlackRock, Lightspeed Venture Partners, Temasek et Sequoia Capital[132],[133],[13],[12]. Sequoia Capital a réduit sa participation dans FTX à zéro le 9 novembre, perdant quelque 214 millions de dollars[134]. Sequoia a publié un avis aux investisseurs, également publié sur Twitter, leur assurant que la participation de l'entreprise dans FTX représentait une petite partie de son portefeuille global[135], et a remplacé un profil de Bankman-Fried publié sur le site Web de l'entreprise par un lien vers le même avis[136],[137],[138]. Le Régime de retraite des enseignantes et des enseignants de l'Ontario a publié une déclaration semblable[139].

BlockFi, un prêteur de crypto-monnaie, aurait pris des mesures pour déposer son bilan à partir du 15 novembre, après avoir précédemment interrompu les retraits. La société a divulgué une "exposition importante" à FTX le 14 novembre[88]. Un autre prêteur de crypto-monnaie, Genesis, une filiale de Digital Currency Group, a interrompu les retraits le 16 novembre[140]. Cet arrêt a amené Gemini à cesser d'autoriser les rachats pour les clients utilisant un service fourni dans le cadre d'un partenariat avec Genesis[141]. BlockFi a confirmé la spéculation en déposant une demande de protection contre les faillites au titre du chapitre 11 aux États-Unis le 28 novembre[142].

Les entreprises d'investissement en cryptomonnaie dont les actifs sont toujours détenus sur FTX après sa faillite sont Galois Capital et Galaxy Digital[143]. Plusieurs personnalités publiques ont également investi dans FTX ou ont reçu une rémunération pour promouvoir l'entreprise. Il s'agit notamment de l'ancien couple Tom Brady et Gisele Bündchen, ainsi que de Shaquille O'Neal, Stephen Curry et Kevin O'Leary[144]. Selon des sources anonymes citées par The Information, certaines sociétés de capital-risque envisagent des poursuites contre Bankman-Fried[145].

Anthony Scaramucci, fondateur de SkyBridge Capital, a annoncé que l'entreprise tentait de racheter une participation de 30 % dans l'entreprise détenue par FTX[146].

Impacts sur l'industrie des cryptomonnaies

Selon une enquête menée par le Wall Street Journal, parmi les sociétés liées au monde des cryptomonnaies cotées aux États-Unis, elles sont nombreuses à publier des comptes avec des insuffisances notoires. D'après le Financial Times, 85% des sociétés qui souhaitent être enregistrées au Royaume-Uni ne passent pas les tests sur le blanchiment d'argent. Cet état de fait et la faillite de FTX doit mener à une plus grande régulation du secteur des cryptomonnaies[147].

Les autorités américaines se montrent beaucoup plus sévères à l'égard du monde des cryptomonnaies. La Commodity Futures Trading Commission - l'agence fédérale américaine en charge des produits dérivés financiers - a porté plainte contre Binance pour infraction à la réglementation. De manière plus générale comme le rapporte le Figaro, la pression des autorités de régulation américains s'est amplifiée à l'égard du secteur des cryptomonnaies[148].

Les voix qui demandent une plus grande régulation se font plus nombreuses en Europe, en Allemagne notamment, où la BaFin considère que la période de l'autorégulation doit se terminer pour faire place à une régulation par les autorités financières, régulation au niveau mondial[149].

En France, les sénateurs voulaient soumettre les prestataires de services sur actifs numériques (PSAN) à une réglementation beaucoup plus dure. Finalement une commission mixte députés-sénateurs est parvenue a un accord : les PSAN seront assujettis à un enregistrement renforcé auprès de l'Autorité des marchés financiers à partir du 1er juillet 2023[150]. Concrètement les plateformes de crypto actifs seront obligées de séparer les actifs qu'elles détiennent en propre des actifs des clients. Par ailleurs elles devront fournir des garanties quant à la solidité de leur système informatique[151].

Commentaires et réactions

Jim Chanos a prédit que l'effondrement de FTX entraînerait une surveillance et une réglementation accrues des cryptomonnaies. Chanos a en outre critiqué le secteur des cryptomonnaies comme « conçu pour extraire des frais aux investisseurs vraiment pas méfiants »[152]. Richard Handler, PDG de la société financière américaine Jefferies Group, a tweeté le 10 novembre qu'il avait tenté de rencontrer Bankman-Fried en juillet et de nouveau en septembre, car il avait l'impression qu'il était « dépassé par les événements ». Handler a déclaré que Bankman-Fried n'avait pas répondu aux courriels envoyés par le personnel de Jefferies au nom de Handler[153]. L'effondrement soudain de FTX a été comparé à la faillite de Lehman Brothers par des journalistes dans des publications telles que le New York Times et le Financial Times, certains considérant l'effondrement de FTX comme « le moment Lehman de la crypto »[154],[155]. Lawrence Summers a reconnu les comparaisons avec Lehman et a en outre comparé l'effondrement au scandale Enron, causé par une fraude perpétrée par les dirigeants d'Enron[156]. Rostin Behnam, président de la Commodity Futures Trading Commission, a appelé le Congrès à accorder à l'organisation plus de pouvoir pour réglementer les cryptomonnaies[157].

Impact sur l'altruisme efficace

L'effondrement de FTX entraîne un examen minutieux et une perte de financement pour le mouvement de l'altruisme efficace, que Bankman-Fried avait financé à l'aide des bénéfices de son entreprise[158]. Certains commentateurs déclarent que l'approbation par l'altruisme efficace du raisonnement conséquentialiste et long-termisme a motivé les dirigeants de FTX à adopter un comportement risqué et contraire à l'éthique[159]. Cependant, plusieurs dirigeants du mouvement de l'altruisme efficace, dont William MacAskill et Robert Wiblin, condamnent les actions de FTX[160].

Avant l'effondrement, Bankman-Fried et d'autres hauts dirigeants de FTX et d'Alameda, avaient une fortume estimée à 16,5 milliards de dollars, ce qui en faisait le deuxième groupe de bienfaiteurs du mouvement altruisme efficace après Open Philanthropy et Good Ventures[161]. Le 10 novembre, l'équipe qui gère le FTX Future Fund, un groupe caritatif financé par Bankman-Fried, annonce qu'elle a démissionné plus tôt dans la journée[65]. Le Future Fund avait engagé 160 millions de dollars en subventions et investissements caritatifs au 1er septembre de la même année[66].

Annexes

Articles connexes

Notes et références

Traduction

Notes

  1. Reuters a cité une source anonyme qui a déclaré que l'enquête de la SEC avait commencé des mois avant l'effondrement de FTX.

Références

  1. (en) an Allison, « Divisions in Sam Bankman-Fried’s Crypto Empire Blur on His Trading Titan Alameda’s Balance Sheet » Accès libre, CoinDesk, (consulté le )
  2. (en) Tanaya Macheel, « Bitcoin briefly touches a new low for the year, FTX token plunges more than 75% in broad crypto sell-off », CNBC (consulté le )
  3. (en) Philip Lagerkranser, Emily Nicolle, and Sidhartha Shukla, « Binance’s CZ and FTX’s Sam Bankman-Fried Trade Barbs Over Twitter », (consulté le )
  4. (en) Tom Wilson and Angus Berwick, « Crypto exchange FTX saw $6 bln in withdrawals in 72 hours » Accès libre, Reuters,
  5. (en) MacKenzie Sigalos, Kate Rooney, « Binance backs out of FTX rescue, leaving the crypto exchange on the brink of collapse » Accès libre, CNBC (consulté le )
  6. (en) « Enron’s Liquidator to Oversee FTX’s Massive Crypto Bankruptcy » Accès payant, Bloomberg Fax, (consulté le )
  7. (en) « FTX new CEO says crypto platform's collapse 'unprecedented' » Accès libre, Deutsche Welle, (consulté le )
  8. (en) Eric Revell, « FTX's Sam Bankman-Fried collapse compared to Enron, Madoff » Accès libre, Fox Business, (consulté le )
  9. (en) Benjamin Weiser, « Prosecutor in Bankman-Fried Case Made a Career of White-Collar Cases » Accès libre, New-York Times, (consulté le )
  10. (en) Chris Isidore, « FTX’s Bahamas unit files for bankruptcy in New York », CNN, (consulté le )
  11. (en) Venus Feng and Tom Maloney, « Bankman-Fried’s Assets Plummet From $16 Billion to Zero in Days » Accès libre, Bloomberg, (consulté le )
  12. a et b (en) Steve Gelsi, « FTX problems mean big headaches for its private equity investors » Accès libre, Market Watch, (consulté le )
  13. a et b (en) Hema Parmar and Gillian Tan, « FTX Fiasco Hits Investors From Tiger Global to Tom Brady » Accès libre, Bloomberg, (consulté le )
  14. (en) « FTX says investigating 'unauthorized transactions' » Accès libre, Reuters, (consulté le )
  15. a et b (en) Vicky Ge Huang, Alexander Osipovich and Patricia Kowsmann, « FTX Tapped Into Customer Accounts to Fund Risky Bets, Setting Up Its Downfall » Accès libre, Wall Street Journal, (consulté le )
  16. a b et c (en) Ava Benny-Morrison, « FTX Collapse Probed by Federal Prosecutors in Manhattan » Accès libre, Bloomberg, (consulté le )
  17. (en) David Yaffe-Bellany, « How Sam Bankman-Fried’s Crypto Empire Collapsed » Accès payant, New-York Times, (consulté le )
  18. a b et c (en) Katanga Johnson, « FTX Faces Criminal Misconduct Probe by Bahamas Authorities » Accès libre, Bloomberg, (consulté le )
  19. (en) « U.S. regulator probes FTX over handling of client funds - source » Accès libre, Reuters, (consulté le )
  20. (en) « FTX collapse being scrutinized by Bahamas authorities » Accès libre, Reuters, (consulté le )
  21. (en) Angus Berwick, « Exclusive: At least $1 billion of client funds missing at failed crypto firm FTX » Accès libre, Reuters, (consulté le )
  22. a et b (en) « Portrait of a 29-year-old billionaire: Can Sam Bankman-Fried make his risky crypto business work ? », Yahoo Finance, (consulté le )
  23. a b et c (en) Matthew Goldstein, Alexandra Stevenson, Maureen Farrell and David Yaffe-Bellany, « How FTX’s Sister Firm Brought the Crypto Exchange Down » Accès libre, New-York Times, (consulté le )
  24. (en) Alexander Osipovich, Caitlin Ostroff, Patricia Kowsmann, Angel Au-Yeung and Matt Grossman, « They Lived Together, Worked Together and Lost Billions Together: Inside Sam Bankman-Fried’s Doomed FTX Empire » Accès libre, Wall Street Journal, (consulté le )
  25. (en) Annie Massa, Anna Irrera, and Hannah Miller, « Crypto Quant Shop With Ties to FTX Powers Bankman-Fried's Empire » Accès libre, Bloomberg, (consulté le )
  26. a et b (en) Allison Morrow, « ‘Complete failure:’ Filing reveals staggering mismanagement inside FTX » Accès libre, CNN, (consulté le )
  27. (en) Angus Berwick and Tom Wilson, « Exclusive: Behind FTX's fall, battling billionaires and a failed bid to save crypto » Accès libre, Reuters, (consulté le )
  28. (en) Vicky Ge Huang, Alexander Osipovich and Patricia Kowsmann, « FTX Tapped Into Customer Accounts to Fund Risky Bets, Setting Up Its Downfall » Accès libre, Wall Street Journal, (consulté le )
  29. (en) Ian Allison, « Divisions in Sam Bankman-Fried’s Crypto Empire Blur on His Trading Titan Alameda’s Balance Sheet » Accès libre, CoinDesk, (consulté le )
  30. (en) Philip Lagerkranser and Emily Nicolle, « Binance’s Billionaire CEO Casts Himself as Crypto’s New Savior » Accès libre, Bloomberg, (consulté le )
  31. a et b (en) Olga Kharif, « Binance To Sell $529 Million of Bankman-Fried’s FTT Token » Accès libre, Bloomberg, (consulté le )
  32. a et b (en) Philip Lagerkranser, Emily Nicolle, and Sidhartha Shukla, « Binance’s CZ and FTX’s Sam Bankman-Fried Trade Barbs Over Twitter » Accès libre, Bloomberg, (consulté le )
  33. a et b (en) Jacquelyn Melinek, « Here’s the rundown on the Binance and FTX fiasco » Accès libre, Techcrunch, (consulté le )
  34. a et b (en) Philip Lagerkranser and Joanna Ossinger, « Crypto Billionaires’ Brawl Triggers Contagion Fears in Markets » Accès libre, Bloomberg, (consulté le )
  35. (en) Olga Kharif, « Binance To Sell $529 Million of Bankman-Fried’s FTT Token » Accès libre, Bloomberg, (consulté le )
  36. a et b (en) Yaffe-Bellany, David, « Binance Pulls Out of Deal to Acquire Rival Crypto Exchange FTX » Accès payant, New-York Times, (consulté le )
  37. (en) Vicky Ge Huang, Caitlin Ostroff and Caitlin McCabe, « Binance’s Deal for Rival FTX Marks Power Shift Amid Crypto Turmoil » Accès libre, Wall Street Journal, (consulté le )
  38. (en) Yueqi Yang and Olga Kharif, « Sam Bankman-Fried Bows to Rescue From Binance’s CZ as FTX Buckles » Accès libre, Bloomberg, (consulté le )
  39. (en) Manish Singh, « Crypto giant Binance agrees to buy rival FTX amid ‘liquidity crunch’ » Accès libre, Techcrunch,
  40. (en) MacKenzie Sigalos, « FTX's token plunges 80% on liquidity concerns, wiping out over $2 billion in value » Accès libre, CNBC, (consulté le )
  41. (en) Yueqi Yang, Hannah Miller, and Olga Kharif, « Binance Backs Out of FTX Rescue, Citing Finances, Investigations » Accès libre, Bloomberg, (consulté le )
  42. (en) Lydia Beyoud, Yueqi Yang, and Olga Kharif, « Sam Bankman-Fried's FTX Empire Faces US Probe Into Client Funds, Lending » Accès libre, Bloomberg, (consulté le )
  43. (en) Patricia Kowsmann, Caitlin Ostroff and Berber Jin, « Binance Walks Away From Deal to Rescue FTX » Accès libre, Wall Street Journal, (consulté le )
  44. (en) MacKenzie Sigalos, Kate Rooney, « Binance backs out of FTX rescue, leaving the crypto exchange on the brink of collapse » Accès libre, CNBC, (consulté le )
  45. (en) Patricia Kowsmann, Caitlin Ostroff and Berber Jin, « Binance Walks Away From Deal to Rescue FTX » Accès libre, Wall Street Jurnal, (consulté le )
  46. (en) « Binance ditches deal to rescue rival crypto exchange FTX » Accès payant, Financial Times, (consulté le )
  47. (en) « Sam Bankman-Fried apologises for FTX crisis » Accès payant, Financial Times, (consulté le )
  48. (en) « FTX: Cryptocurrency market rocked by near-collapse of exchange » Accès libre, BBC, (consulté le )
  49. (en) Lucinda Shen, « FTX approaches Kraken as potential rescue partner » Accès libre, Axios, (consulté le )
  50. (en) Annie Massa, « Bankman-Fried Vows to ‘Give Anything’ for Capital as FTX Flails » Accès libre, Bloomberg, (consulté le )
  51. (en) Alex Millson, « Sam Bankman-Fried Posts Weird Cryptic Tweets After Wealth Wipeout » Accès libre, Bloomberg, (consulté le )
  52. (en) « Revealed: FTX’s emergency fundraising term sheet » Accès payant, Financial Times, (consulté le )
  53. (en) Manish Singh, « Sam Bankman-Fried says FTX in talks to raise capital, Alameda Research to wind down trading » Accès libre, Techcrunch, (consulté le )
  54. (en) Sorkin, Andrew Ross; Mattu, Ravi; Warner, Bernhard; Kessler, Sarah; Gandel, Stephen; Merced, Michael J. de la; Hirsch, Lauren; Livni, Ephrat, « A Reckoning Awaits FTX » Accès payant, New-York Times, (consulté le )
  55. (en) Liz Hoffman, Bradley Saacks, and Louise Matsakis, « FTX ditched by Binance while also losing most of its legal and compliance staff » Accès libre, Semaphor, (consulté le )
  56. (en) Annie Massa, « Inside FTX.US, Employees Are Trying to Sell Assets With Sam Bankman-Fried Away » Accès libre, Bloomberg, (consulté le )
  57. (en) Yaffe-Bellany, David, « ‘No Cooperation’: How Sam Bankman-Fried Tried to Cling to FTX » Accès payant, New-York Times, (consulté le )
  58. (en) Alun John and Hannah Lang, « Crypto exchange FTX files for bankruptcy as wunderkind CEO exits » Accès payant, Reuters, (consulté le )
  59. (en) Dave Michaels, Elaine Yu and Caitlin Ostroff, « Alameda, FTX Executives Are Said to Have Known FTX Was Using Customer Funds » Accès libre, Wall Street Journal, (consulté le )
  60. (en) « How Sam Bankman-Fried’s Crypto Empire Collapsed » Accès payant, New-York Times, (consulté le )
  61. (en) « FTX Latest: Employees Explore Sale of US Derivatives Exchange » Accès libre, Bloomberg, (consulté le )
  62. (en) Angus Berwick and Anirban Sen, « FTX looks for $9.4 bln in rescue funds, Bahamas freezes some assets » Accès payant, Reuters, (consulté le )
  63. (en) « Administrative Actions against FTX Japan, Inc. » Accès libre, Financial Services Agency Japan, (consulté le )
  64. (en) « Global regulators circle Sam Bankman-Fried’s FTX exchange » Accès payant, Financial Times, (consulté le )
  65. a b c et d (en) David Yaffe-Bellany, « Embattled Crypto Exchange FTX Files for Bankruptcy » Accès payant, New-York Times, (consulté le )
  66. a et b (en) Mack DeGeurin, « Sam Bankman-Fried's 'Effective Altruism' Team Resigns Amid FTX Meltdown » Accès libre, Gizmodo, (consulté le )
  67. a et b (en) Jeremy Hill, « Bankman-Fried Resigns From FTX, Puts Empire in Bankruptcy » Accès libre, Bloomberg, (consulté le )
  68. a b et c (en) « Sam Bankman-Fried’s $32bn FTX crypto empire files for bankruptcy » Accès payant, Financial Times, (consulté le )
  69. (en) Jeremy Hill, « Enron’s Liquidator to Oversee FTX’s Massive Crypto Bankruptcy » Accès libre, Bloomberg, (consulté le )
  70. a et b (en) Bradley Saacks, « Some staff of beleaguered FTX crypto exchange leave Bahamas for Hong Kong » Accès libre, Semaphor, (consulté le )
  71. (en) Bethany Biron, « Bahamian police reportedly interviewed Sam Bankman-Fried this weekend, investigations into downfall intensify » Accès libre, Business Inside, (consulté le )
  72. (en) Caitlin Ostroff, Vicky Ge Huang and Berber Jin, « FTX Founder Sam Bankman-Fried Attempts to Raise Fresh Cash Despite Bankruptcy » Accès libre, Wall Street Journal, (consulté le )
  73. (en) Vicky Ge Huang and Elaine Yu, « Bankrupt Crypto Exchange FTX Probing Unauthorized Transactions » Accès payant, Wall Street Journal, (consulté le )
  74. (en) Suvashree Ghosh, « Bankrupt FTX Hit by Mysterious Outflow of About $662 Million » Accès libre, Bloomberg, (consulté le )
  75. (en) Emily Nicolle, « Kraken to Assist In Probing FTX Unauthorized Crypto Withdrawals » Accès libre, Bloomberg, (consulté le )
  76. (en) Greenberg, Andy, « The Hunt for the FTX Thieves Has Begun » Accès libre, Wired, (consulté le )
  77. (en) Kelsey Piper, « Sam Bankman-Fried tries to explain himself » Accès libre, Vox, (consulté le )
  78. (en) MacKenzie Sigalos, « Between $1 billion and $2 billion of FTX customer funds have disappeared, SBF had a secret 'back door' to transfer billions: Report » Accès libre, CNBC, (consulté le )
  79. (en) Gara, Antoine; Shubber, Kadhim; Oliver, Joshua, « FTX held less than $1bn in liquid assets against $9bn in liabilities » Accès payant, Financial Times, (consulté le )
  80. (en) Matt Levine, « FTX’s Balance Sheet Was Bad » Accès libre, Bloomberg, (consulté le )
  81. (en) Ashworth, Louis; Elder, Bryce, « Watching tether wither, together » Accès libre, Financial Times, (consulté le )
  82. (en) Vildana Hajric, « Crypto Markets Buckle as FTX Bankruptcy Spurs Search for Casualties » Accès libre, Bloomberg, (consulté le )
  83. (en) « FTX Latest: Binance CEO Zhao Plans Recovery Fund » Accès libre, Bloomberg, (consulté le )
  84. (en) Sidhartha Shukla and Tanzeel Akhtar, « FTX Fiasco Sparks Billions of Dollars of Outflows From Exchanges » Accès libre, Bloomberg, (consulté le )
  85. a et b (en) Ari Levy, MacKenzie Sigalos, « Crypto.com customers worry it could follow FTX, as CEO tries to reassure them everything's fine » Accès libre, CNBC, (consulté le )
  86. (en) Sujata Rao-Coverley and Lynn Thomasson, « Big Investors Are Giving Up on Crypto Markets Going Mainstream » Accès libre, Bloombert, (consulté le )
  87. (en) Lang, Hannah; Nishant, Niket; Saini, Manya, « Crypto lender BlockFi files for bankruptcy, cites FTX exposure » Accès libre, Reuters, (consulté le )
  88. a et b (en) Alexander Gladstone, Vicky Ge Huang and Soma Biswas, « BlockFi Prepares for Potential Bankruptcy as Crypto Contagion Spreads » Accès payant, Wall Street Journal, (consulté le )
  89. (en) Katherine Greifeld and Vildana Hajric, « Silbert’s Once-$10 Billion Crypto Empire Is Showing Cracks » Accès libre, Bloomberg, (consulté le )
  90. (en) Muyao Shen, « Winklevosses’ Gemini Delays Withdrawals on Lending Program » Accès libre, Bloomberg, (consulté le )
  91. (en) Ross Sorkin, Andrew; Mattu, Ravi; Warner, Bernhard; Kessler, Sarah; Gandel, Stephen; J. de la Merced, Michael; Hirsch, Lauren; Livni, Ephrat, « Investor Losses From FTX’s Implosion Are Growing » Accès payant, New-York Times, (consulté le )
  92. (en) Katherine Greifeld, « World’s Biggest Crypto Fund Hits Record 42% Discount to Value of Bitcoin It Holds » Accès libre, Bloomberg, (consulté le )
  93. (en) Max Reyes, « Silvergate Capital Shares Slide as FTX Fallout Attracts Short Sellers » Accès libre, Bloomberg, (consulté le )
  94. (en) Benoit, David, « Crypto Bank Silvergate Battles FTX Contagion Fears » Accès payant, Wall Street Journal, (consulté le )
  95. « FTX : les liquidateurs mettent la main sur 5 milliards de dollars d’actifs » Accès libre, La Tribune, (consulté le )
  96. (en) Matt Egan, « Bankrupt crypto exchange FTX is under criminal investigation in The Bahamas » Accès libre, CNN, (consulté le )
  97. (en) David Shepardson, « U.S. House committee to hold hearing on collapse of FTX » Accès payant, Reuters, (consulté le )
  98. (en) Jody Godoy, « FTX's Bankman-Fried, Tom Brady and other celebrity promoters sued by crypto investors » Accès payant, Reuters, (consulté le )
  99. (en) Luc Olinga, « FTX Collapse: Tom Brady and Steph Curry's Problems Get Worse » Accès libre, The Street, (consulté le )
  100. (en) Yaffe-Bellany, David; Goldstein, Matthew; Weiser, Benjamin, « Two Executives in Sam Bankman-Fried’s Crypto Empire Plead Guilty to Fraud » Accès payant, New-York Times, (consulté le )
  101. « Arrestation aux Bahamas de Sam Bankman-Fried, le "roi" déchu des cryptomonnaies » Accès libre, France 24, (consulté le )
  102. « Sam Bankman-Fried, ancien PDG de la plate-forme de cryptomonnaies FTX, a été extradé vers les Etats-Unis » Accès libre, Le Monde, (consulté le )
  103. « Défaillance de FTX : Sam Bankman-Fried a été remis en liberté en échange d'une caution astronomique de 250 millions de dollars » Accès libre, La Tribune, (consulté le )
  104. Joséphine Boone, « FTX : l'ancien patron Sam Bankman-Fried plaide non coupable » Accès payant, Les Échos, (consulté le )
  105. Aurore Gayte, « Des youtubeurs sont accusés d’avoir caché leur proximité avec FTX, la plateforme crypto qui s’est effondrée » Accès libre, Numerama, (consulté le )
  106. (en) Sean Stein Smith, « The IRS Is Changing Crypto Bankruptcy With $44 Billion Of Claims Against FTX: Considerations For Investors » Accès libre, Forbes, (consulté le )
  107. Martin Bot, « FTX se retourne contre son ancien dirigeant Samuel Bankman-Fried » Accès libre, Les Échos, (consulté le )
  108. William Skipworth, « Sam Bankman-Fried (FTX) accusé d’avoir détourné 100 millions de dollars de fonds pour réaliser des dons de campagne » Accès libre, Forbes, (consulté le )
  109. Rachel Cotte, « FTX : les parents de Sam Bankman-Fried poursuivis en justice par la plateforme » Accès libre, Les Échos, (consulté le )
  110. Thomas Pontiroli, « Cryptos : un tiers des membres du Congrès américain ont reçu des dons de FTX » Accès payant, Les Échos, (consulté le )
  111. « Crypto : l'ancien patron de FTX a versé des pots-de-vin à des officiels chinois, selon les autorités américaines » Accès libre, Le Figaro, (consulté le )
  112. Maxime Heuze, « FTX : Sam Bankman-Fried accusé d'avoir corrompu des officiels chinois » Accès libre, La Tribune, (consulté le )
  113. (en) Matthew Goldstein and David Yaffe-Bellany, « F.B.I. Searches Home of Top FTX Executive » Accès libre, New-York Times, (consulté le )
  114. « Cryptomonnaies : au procès de Sam Bankman-Fried, "mensonges" contre "bonne foi" » Accès libre, France 24, (consulté le )
  115. « Procès de Sam Bankman-Fried : son associé chez FTX l'accuse de manipulations financières » Accès libre, La Tribune, (consulté le )
  116. Jérôme Marin, « "Il m’a ordonné de commettre ces crimes" : Caroline Ellison enfonce Sam Bankman-Fried » Accès libre, L'Usine Digitale, (consulté le )
  117. Ingrid Vergara, « «Sam m'a ordonné de commettre ces crimes» : l’accablant récit de Caroline Ellison, témoin phare du procès FTX » Accès libre, Le Figaro, (consulté le )
  118. (en) David Yaffe-Bellany, Matthew Goldstein and J. Edward Moreno, « Caroline Ellison, Adviser to Sam Bankman-Fried, Says He ‘Directed’ Her to Commit Crimes » Accès libre, New York Times, (consulté le )
  119. Ben Canton, « Procès SBF : l’ex-directeur juridique de FTX passe aux aveux » Accès libre, Le journal du coin, (consulté le )
  120. « FTX : lors de son procès à New York, Sam Bankman-Fried admet des erreurs de gestion » Accès libre, Le Figaro, (consulté le )
  121. « FTX: Sam Bankman-Fried s'exprime à son procès, entre réponses évasives et tortueuses » Accès libre, BFM TV, (consulté le )
  122. (en) Matthew Goldstein, David Yaffe-Bellany and J. Edward Moreno, « . The Challenges Facing Sam Bankman-Fried’s Lawyers » Accès libre, The New York Times, (consulté le )
  123. Paul Marion, « Procès de Sam Bankman-Fried : l'ancien patron de FTX face à ses contradictions » Accès libre, La Tribune, (consulté le )
  124. « Cryptomonnaies : reconnu coupable, Sam Bankman-Fried risque jusqu'à 110 ans de prison » Accès libre, La Tribune, (consulté le )
  125. (en) Emma Roth, « Major crypto brokerage Genesis suspends withdrawals in wake of FTX collapse » Accès libre, The Verge, (consulté le )
  126. Nessim Aït-Kacimi, « La faillite de Genesis, illustration des dérives de la bulle des cryptos » Accès payant, Les Échos, (consulté le )
  127. (en) Sidhartha Shukla and Suvashree Ghosh, « Crypto.com’s Sinking Token Stirs Fresh Anxiety After FTX Wipeout » Accès libre, Bloomberg, (consulté le )
  128. « La banque Silvergate, dernière victime de l’“hiver crypto” » Accès libre, Courrier International, (consulté le )
  129. Thomas Pontiroli, « Silvergate, première banque victime des cryptos » Accès libre, Les Échos, (consulté le )
  130. Sophie Rolland, Édouard Lederer, Romain Gueugneau, « FTX : plusieurs grands noms de la finance liés de près ou de loin à la plateforme de cryptos en faillite » Accès payant, Les Échos, (consulté le )
  131. Pauline Armandet, « Société Générale, Crédit Agricole, BNP Paribas... Ces groupes français auxquels FTX doit de l'argent » Accès libre, BFM TV, (consulté le )
  132. (en) « FTX » Accès libre, Sequoia Capital, (consulté le )
  133. (en) Selena Li, Tom Westbrook and Elizabeth Howcroft, « Cryptocurrencies fall after FTX-Binance turmoil spooks investors » Accès libre, Reuters, (consulté le )
  134. (en) Larry Hatheway and Alex Friedman, « The Midterms’ Red Ripple Delivers Uncertainty to the Markets » Accès libre, Barrons, (consulté le )
  135. (en) Sarah McBride, « Sequoia Capital Writes Down Entire Value of Its FTX Stake » Accès libre, Bloomberg, (consulté le )
  136. (en) Brad Stone, « FTX Implodes, and a Top VC Backer Falls on Its Face » Accès libre, Bloomberg, (consulté le )
  137. (en) « The downfall of FTX's Sam Bankman-Fried sends shockwaves through the crypto world » Accès libre, NPR, (consulté le )
  138. (en) Britney Nguyen, « FTX investor Sequoia removed its glowing 13,000-word profile of Sam Bankman-Fried and replaced it with somber note after its investment cratered to $0 » Accès libre, Business Insider, (consulté le )
  139. (en) Divya Rajagopal, « Ontario Pension says any loss from FTX investment to have limited impact » Accès payant, Reuters, (consulté le )
  140. (en) Katherine Greifeld and Vildana Hajric, « Silbert’s Once-$10 Billion Crypto Empire Is Showing Cracks » Accès libre, Bloomberg, (consulté le )
  141. (en) Muyao Shen, « Winklevosses’ Gemini Delays Withdrawals on Lending Program » Accès libre, Bloomberg, (consulté le )
  142. (en) MacKenzie Sigalos, Rohan Goswami, « Crypto firm BlockFi files for bankruptcy as FTX fallout spreads » Accès libre, CNBC, (consulté le )
  143. (en) Muyao Shen, « Crypto Hedge Fund Galois Confirms $40 Million Exposure to FTX » Accès libre, Bloomberg, (consulté le )
  144. (en) Alyssa Lukpat, « Tom Brady. Stephen Curry. Shaq. See the Celebrities With Ties to FTX » Accès payant, Wall Street Journal, (consulté le )
  145. (en) Cory Weinberg and Kate Clark, « VCs Consider Suing Bankman-Fried » Accès payant, The Information, (consulté le )
  146. (en) Hema Parmar, « Scaramucci’s SkyBridge Is Trying to Buy Back FTX’s 30% Stake » Accès libre, Bloomberg, (consulté le )
  147. « Le scandale FTX va-t-il accélérer la régulation des cryptomonnaies? » Accès libre, RFI, (consulté le )
  148. Ingrid Vergara, « Cryptos : un régulateur américain porte plainte contre Binance » Accès libre, Le Figaro, (consulté le )
  149. Samir Rahmoune, « Crypto-monnaies : pourquoi l'Allemagne réclame une régulation mondiale » Accès libre, Clubic, (consulté le )
  150. Laurence Boisseau, « Scandale FTX : les acteurs des cryptos soumis à plus de règles en France » Accès libre, Les Échos, (consulté le )
  151. Laurence Boisseau, « Cryptos : la SEC durcit les règles de conservation des actifs » Accès payant, Les Échos, (consulté le )
  152. Joe Weisenthal and Tracy Alloway, « Short Seller Jim Chanos Warns the Crypto Crackdown Is Coming Now » Accès libre, Bloomberg, (consulté le )
  153. Harry Wilson, « Jefferies CEO Says He Offered FTX’s Bankman-Fried Rescue Advice in July » Accès libre, Bloomberg, (consulté le )
  154. Roose, Kevin, « Is This Crypto’s Lehman Moment ? » Accès payant, New-York Times, (consulté le )
  155. Chipolina, Scott, « FT Cryptofinance: Crypto’s Lehman moment » Accès libre, Financial Times, (consulté le )
  156. Chris Anstey, « FTX Meltdown Has ‘Whiffs’ of Enron-Like Scandal, Summers Says » Accès libre, Bloomberg, (consulté le )
  157. Katherine Doherty and Isis Almeida, « FTX’s Downfall Shows CFTC Needs More Crypto Sway, Chairman Says » Accès libre, Bloomberg, (consulté le )
  158. (en) Kulish, Nicholas, « FTX’s Collapse Casts a Pall on a Philanthropy Movement » Accès payant, New-York Times, (consulté le )
  159. (en) David Z. Morris, « How Sam Bankman-Fried’s ‘Effective’ Altruism Blew Up FTX » Accès libre, CoinDesk, (consulté le )
  160. Sigal Samuel, « Effective altruism gave rise to Sam Bankman-Fried. Now it’s facing a moral reckoning. » Accès libre, Vox, (consulté le )
  161. (en) Benjamin Todd, « Is effective altruism growing? An update on the stock of funding vs people » Accès libre, 80000 hours, (consulté le )