Exemplaire de Bordeaux

Exemplaire de Bordeaux
Image illustrative de l’article Exemplaire de Bordeaux
Frontispice

Bibliothèque Bibliothèque municipale de Bordeaux
Lieu d'origine Imprimé à Paris. Annoté par Montaigne à Saint-Michel-de-Montaigne
Support Papier
Volume [4]-496 [i.e. 504]-[1] p. ; in-4
Format 26,5 x 20 x 7 cm
Datation 1588-1592
Langue français

L'exemplaire de Bordeaux (EB) est un exemplaire imprimé de l'édition de 1588 des Essais, aujourd'hui conservé à la Bibliothèque municipale de Bordeaux[1]. Il comporte d'abondantes corrections et annotations manuscrites de Montaigne, rédigées entre l'été 1588 et le 13 septembre 1592 (date de sa mort). Ce document unique éclaire la manière dont Montaigne travaillait[2] : les multiples remaniements, ajouts et corrections autographes permettent de comprendre la genèse de la dernière version du texte. Les manuscrits d'auteurs du XVIe siècle étant très rares, ce document revêt un caractère exceptionnel[3].

L'édition de 1588

C'est en 1580 que Montaigne fait éditer pour la première fois les deux premiers livres de ses Essais, chez l'imprimeur bordelais Simon Millanges[4]. Le succès obtenu par ce texte (1 réédition à Bordeaux dès 1582[5], 1 possible réédition à Rouen avant 1584[6] et 1 réédition à Paris en 1587[7]), suscite l'intérêt de l'éditeur parisien Abel L'Angelier, qui publie en 1588 une nouvelle version des Essais considérablement remaniée et augmentée[8]. Pour cette nouvelle édition, L'Angelier obtient un privilège de 9 ans lui assurant l'exclusivité de l'impression et de la vente. Les livres I et II de l'édition de 1580 sont augmentés d'un livre III, dont les chapitres sont beaucoup plus amples. Loin des petits volumes in-8 et in-12 des premières éditions, les Essais de 1588 se présentent comme un imposant in-4 de plus de 1000 pages aux grandes marges, orné d'un majestueux frontispice gravé sur cuivre dans le style de l'école de Fontainebleau[9].

On ne dispose d'aucune donnée objective concernant le tirage : le nombre important d'exemplaires connus (46 conservés dans des bibliothèques publiques, 120 passés en vente privées)[10] ne permet pas de déduire de manière fiable le nombre réel d'exemplaires imprimés. Il est toutefois probable que la situation insurrectionnelle de 1588 a gêné la diffusion de cette édition[11].

Quelques exemplaires de cette nouvelle édition sont remis à Montaigne. Il en offre plusieurs à ses proches : par exemple, il en adresse un avec une dédicace autographe à Antoine Loisel et un autre à l’épouse du docteur Le Paulmier (qui l’avait soigné au printemps 1588)[12]. Il réserve également d'autres exemplaires à son usage personnel : l'un d'entre eux, l'exemplaire dit "Lambiotte" aujourd'hui conservé à la Bibliothèque municipale de Bordeaux[13], présente quelques corrections de sa main ; enfin, un autre exemplaire, celui qu'on appelle "exemplaire de Bordeaux" (EB), reçoit plus de 1300 interventions et corrections manuscrites.

L'exemplaire de Bordeaux (EB)

À l’origine, Montaigne envisageait probablement de communiquer ce document au préparateur de l'impression[14], comme l'attestent les consignes d'édition rassemblées au verso de la page de titre ou encore les demandes de corrections typographiques et orthographiques à l'usage des protes inscrites dans les marges du corps d'ouvrage (par exemple : "ceste" corrigée en "cette" au fol. 6, "&" développé en "et" au fol. 9, etc.). Ces modifications, analogues à des corrections sur épreuves, ne se poursuivent pas au-delà du feuillet 16v[15].

Cependant, au fur et à mesure que les notes s’accumulent, l’exemplaire se transforme en une véritable copie de travail, toujours remaniée et en constante évolution. Montaigne compare d’ailleurs son œuvre à un enfant qui grandit : il emprunte à Virgile le demi-vers latin « viresque acquirit eundo » (= qui acquiert des forces en avançant), qu'il inscrit à la plume sur la page de titre pour servir d'exergue[16].

Les notes manuscrites apportées par Montaigne sont très nombreuses : on compte près de 1300 interventions autographes, dispersées dans les marges, les en-têtes et les pieds-de-page du volume. Ces notes sont parfois très courtes : quelques mots, quelques rapides incises ou brefs repentirs. Montaigne allège sa phrase, traque les répétitions inutiles, supprime les formules inesthétiques[17]. Il travaille son style : l'exemplaire de Bordeaux compte quelque 6000 changements de ponctuation[18].

À l’inverse, ses additions manuscrites peuvent parfois envahir la quasi-totalité des espaces laissés blancs sur l’exemplaire. Montaigne se sert des marges pour multiplier les citations latines, dont la forme change radicalement : avant 1588, ses citations sont presque exclusivement des vers ; désormais, les emprunts sont insérés directement dans le texte français[19]. Il ajoute aussi des passages entiers en marge de la plupart des chapitres, par additions successives méticuleusement relues et corrigées : l'exemplaire de Bordeaux révèle que Montaigne était tout sauf l'écrivain nonchalant qu'il prétendait être[20].

Exemplaire de Bordeaux, feuillet 71v, sur lequel Montaigne inscrit sa célèbre formule : "Parce que c'était lui, parce que c'était moi"

Au gré des versions successives, sa pensée se précise, s'affine et s'enhardit. Son biographe Donald Frame signale cinq domaines où les remaniements sont particulièrement audacieux[21] : les confidences sur soi (Montaigne évoque plus crument ses défauts et sa vieillesse : « moi qui ose tant dire de moi : ne parlois de mon argent qu’en  mensonge », fol. 22 ; « mon monde est failli, ma forme est vuidee », fol. 447) ; la truculence obscène et comique, recherchée pour ses effets didactiques (« au plus eslevé throne du monde, si ne somes assis que sur nostre cul », fol. 496 ; « c'est ce qu'on appelle chier dans le panier, pour après le mettre sur sa teste », fol. 373) ; les considérations sur son livre et son projet, qu'il définit plus lucidement (« Je n'ay pas plus faict mon livre que mon livre m'a faict », fol. 285v ; « je me suis presenté moy-mesmes à moy, pour argument & pour subject. C’est le seul livre au monde de son espece », fol. 158) ; la dénonciation de l'hypocrisie et de l'opportunisme religieux de certains de ses contemporains (« Voïes l’horrible impudance de quoi nous pelotons les raisons divines et combien irreligieusement nous les avons & rejettees & reprinses selon que la fortune nous a changé de place en ces orages publiques », fol. 178v) ; enfin, le caractère résolument indépendant de sa morale, orientée vers la recherche d'un plaisir vertueux, intègre et naturel (« la vertu... aime la vie, la beauté et la gloire et la santé », fol. 60).

Le plus célèbre ajout est celui qui concerne son ami La Boétie. Montaigne complète ainsi la phrase imprimée : « si on me presse de dire pourquoy je l’aymois, je sens que cela ne se peut exprimer qu’en respondant : parce que c’estoit luy, parce que c’estoit moy » (fol. 71v).

Toutes les notes du corps d’ouvrage sont de la main de Montaigne, à l’exception de trois d’entre elles, qui ont été inscrites par Marie de Gournay, son éditrice posthume (fol. 42v, 47 et 290v-291)[22].

En 1592, Montaigne meurt avant d’avoir pu faire imprimer la nouvelle mouture de ses Essais. C’est Marie de Gournay qui se charge de mener à bien ce travail : une nouvelle édition paraît en 1595, toujours chez Abel L'Angelier. Dans sa préface, Marie de Gournay fait allusion à l’exemplaire de Bordeaux qui demeure à la tour de Montaigne (« je pourrois appeler à tesmoing une autre copie qui reste en sa maison »)[23], mais le texte qu'elle publie comporte de très nombreuses différences avec l'EB, ce qui laisse penser qu'elle s'est appuyée sur un autre exemplaire annoté aujourd'hui perdu, qu'on appelle "l'exemplar"[24].

Après 1595, toutes les rééditions des XVIIe et XVIIIe siècles reproduisent le texte établi par Marie de Gournay (non sans intégrer des variantes, parfois nombreuses)[25] ; l'EB tombe lentement dans l'oubli.

Les vicissitudes de l'exemplaire

Quelques années après la mort de Montaigne, l’EB est remis au monastère des Feuillants de Bordeaux.

Comment expliquer ce transfert ? À la fin de sa vie, Montaigne semblait admirer la foi austère de cet ordre religieux. Il note, en effet, en marge du chapitre I.37 de l’EB : « Je ne laisse d’advouer sincerement la continance des Feuillens et Capuchins et de bien treuver l’air de leur train. Je m’insinue par imagination fort bien en leur place » (fol. 96). Quelques mois après sa mort, c'est au sein de l'église des Feuillants que le corps de Montaigne est déplacé, comme le rappelle une indication du livre de raison de Montaigne (ouvrage également conservé à la bibliothèque de Bordeaux) : à la date du 13 septembre 1592, jour de la mort de l’écrivain, il est indiqué que Françoise de La Chassaigne sa veuve « fit porter son corps à Bourdeaus et le fit enterrer en l’église des Feuillans où elle luy fit faire un tombeau eslevé »[26]. Par la suite, peut-être en 1614 et toujours selon les vœux de Françoise de La Chassaigne, une partie de la bibliothèque de Montaigne a été déposée au couvent : parmi ces livres se trouvait l’exemplaire de Bordeaux[14].

À partir de son arrivée dans la bibliothèque du couvent des Feuillants, l’exemplaire subit des modifications : la page de titre est enrichie de l’ex-libris manuscrit de la communauté ; par ailleurs, le volume reçoit une première reliure. C'est à cette occasion que le livre est malheureusement massicoté, ce qui provoque la perte irrémédiable de plusieurs annotations situées dans les marges[27].

Du début du XVIIe siècle à 1772, le document n’est plus mentionné. En 1772, l’abbé Chaudon fait référence à l'exemplaire de Bordeaux dans son Nouveau dictionnaire historique[28]. Mais c’est habituellement à François de Neufchâteau, agronome, poète et futur homme d’État, que l’on attribue la redécouverte de l'EB : Neufchâteau apprend son existence à l'occasion d'un séjour en Guyenne et entame en 1777 une correspondance à son sujet avec l'abbé Desbiey, bibliothécaire et académicien à Bordeaux[29]. Percevant tout l’intérêt de cet exemplaire original qui diffère fortement de l'édition de Marie de Gournay, il envisage de faire restituer un texte des Essais conforme aux dernières annotations de Montaigne ; toutefois sa carrière politique l'empêche de se consacrer pleinement à cette tâche. En 1800, il fait venir le manuscrit à Paris et confie son édition à Jacques-André Naigeon, lequel publie en 1802 la toute première édition des Essais s’appuyant sur l'exemplaire de Bordeaux[30]. Dès lors, l'ouvrage aurait pu rester à Paris ; mais Jean-Baptiste Monbalon, bibliothécaire de la Ville de Bordeaux de 1796 à 1830, obtient son retour au chef-lieu de la Gironde en 1807. Il est depuis conservé au sein des collections de la Bibliothèque municipale dont il constitue l’un des trésors les plus prestigieux[31].

L'importance de l'exemplaire de Bordeaux pour l'établissement du texte

Après 1802 et l’édition Naigeon, plusieurs éditeurs continuent de se référer à la version de 1595, voire à celle de 1588 (la dernière publiée du vivant de l'auteur).

Toutefois, l'exemplaire de Bordeaux sert de base à de nombreuses rééditions du texte intégral des Essais au XXe siècle. La première est l'édition dite "municipale", coordonnée par Fortunat Strowski et François Gébelin, parue de 1906 à 1933[32]. Elle est suivie par l'édition de Pierre Villey publiée chez Alcan en 1922[33], reprise et augmentée aux Presses universitaires de France avec la préface de V.-L. Saulnier en 1965[34] (rééd. 1968, 1978), qui se présente comme "conforme au texte de l'exemplaire de Bordeaux" même si le texte tranche souvent en faveur de l'édition de 1595 dans les cas de lectures difficiles[35]. De 1924 à 1941, l'édition des Œuvres complètes de Montaigne dirigée par le Dr Armaingaud[36] prend également l'exemplaire de Bordeaux comme texte de référence des Essais. En 1933, la première édition des œuvres de Montaigne dans la bibliothèque de la Pléiade, établie par Albert Thibaudet[37] (rééd. 1939, 1940, 1946, 1950), se fonde également sur l'EB. Enfin, l'édition dirigée par André Tournon pour l'Imprimerie nationale en 1997-1998 (rééd. 2003)[38] incorpore à nouveau les retouches autographes faites par Montaigne sur son exemplaire de travail.

Néanmoins, la légitimité de l’édition de 1595 a été réaffirmée depuis, notamment parce que les différences constatées entre les deux états du texte laissent supposer qu’il y a eu un autre manuscrit du vivant de Montaigne, sur lequel il aurait copié ses demandes de correction en vue d’une mise au net pour l’imprimeur[39]. C’est ce manuscrit, aujourd'hui disparu, que Marie de Gournay aurait utilisé pour l'édition de 1595. Dans ce cas, l'EB ne serait qu’un état intermédiaire, incontournable pour comprendre la genèse du texte mais non publiable tel quel : en 2007, pour la réédition des Essais dans la bibliothèque de la Pléiade, les éditeurs ont préféré établir le texte de Montaigne à partir de l'édition de 1595[40].

L'exemplaire de Bordeaux, unique témoin autographe subsistant de la genèse de l’œuvre de Montaigne, conserve cependant une valeur patrimoniale qui tient non seulement à l'importance quantitative des interventions manuscrites sur le texte imprimé, mais aussi à leur rôle structural, le travail de reprise étant un exercice d'autocorrection et d'amplification : « En répartissant tout au long du livre ce qu'il veut y ajouter, au lieu de composer de nouveaux chapitres, Montaigne, désormais, confronte sa pensée avec elle-même. Les nouveaux propos interrogent les anciens, les sollicitent, les infléchissent ou les confirment, presque toujours en accentuant leurs audaces »[41].

Bibliographie

  • J. Balsamo et M. Simonin, Abel L’Angelier et Françoise de Louvain (1574-1620), Genève, (ISBN 2-600-00632-X), p. 239-243.
  • J. Balsamo, « EB vs 95: un débat bien français pour une question mal posée », Bulletin de la Société Internationale des Amis de Montaigne, no 2,‎ , p. 269-286 (ISSN 2119-9434).
  • J. Balsamo, « Mises au net, copie d’auteur, copie d’imprimeur : note sur les formes de l’autographie dans la genèse éditoriale », Seizième siècle, no 10,‎ , p. 15-30 (ISSN 1775-3856).
  • R. Bernoulli, Michel de Montaigne, Essais, reproduction en fac-similé de l'exemplaire de Bordeaux 1588 annoté par Michel de Montaigne, Genève, Slatkine, (ISBN 2-05-100835-3)
  • C. Blum et A. Tournon, Editer les Essais de Montaigne, Paris, (ISBN 2-85203-692-4).
  • P. Bonnefon, « Une supercherie de Mlle de Gournay », Revue d’histoire littéraire de la France, vol. 3,‎ , p. 70-89 (disponible sur Gallica).
  • P. Bonnet, « L’Exemplaire de Bordeaux et le texte définitif des Essais », dans Mémorial du 1er congrès international des études montaignistes, Bordeaux, , p. 94-100.
  • P. Botineau, « L'Exemplaire de Bordeaux », dans Montaigne 1533-1592, Bordeaux, L'Escampette, (ISBN 2-909428-01-X), p. 43-76
  • P. Courteault, « L’Exemplaire de Bordeaux au XVIIIe siècle », Bulletin de la Société des Amis de Montaigne, t. 9,‎ , p. 54-56 (ISSN 1160-7319).
  • M.-L. Demonet et A. Legros, « Montaigne à sa plume. Quatre variantes d’une correction de date dans l’avis au lecteur des Essais de 1588 », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, no 1,‎ , p. 113-120 (ISSN 0006-1999).
  • Ph. Desan, « Les Essais sur vingt ans : remarques sur le travail de Montaigne », dans La librairie de Montaigne, Cambridge French Colloquia, (ISBN 9780955490514), p. 201-213.
  • Ph. Desan, « Exemplaire de Bordeaux », dans Dictionnaire de Michel de Montaigne, Paris, Champion, , 1260 p. (ISBN 978-2-7453-1630-1)
  • (en) Ph. Desan et A. Coulombel, Montaigne in the print : The presentation of a Renaissance text, Chicago, The University of Chicago, .
  • Ph. Desan, Montaigne dans tous ses états, Fasano, Schena, (ISBN 88-8229-261-4).
  • Ph. Desan (dir.), Reproduction en quadrichromie de l’Exemplaire de Bordeaux, précédée d’une Histoire d’EB, Chicago-Fasano, (réimpr. 2011) (ISBN 88-8229-284-3)
  • L. Desgraves, « L’Exemplaire de Bordeaux des Essais de Montaigne », Revue française d’histoire du livre, t. 28,‎ , p. 373-392 (ISSN 0037-9212).
  • D. Frame, « Les additions finales (1588-1592) », dans Montaigne une vie, une œuvre 1533-1592, Paris, Classiques Garnier, (ISBN 978-2-406-08308-5), p. 311-324.
  • P. Iemma, Les Repentirs de l’Exemplaire de Bordeaux (Montaigne Essais, Livre I), Paris, H. Champion, (ISBN 2-7453-1147-6).
  • A. Legros, « Montaigne et Gournay en marge des Essais : trois petites notes pour quatre mains », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, t. 65, no 3,‎ , p. 613-630 (ISSN 0006-1999)
  • A. Legros, « Nous deux, mais c’était lui ou moi (Montaigne et/ou La Boétie) », Genesis, no 29,‎ , p. 159-164 (ISSN 1167-5101, e-ISSN 2268-1590, lire en ligne).
  • A. Legros, Montaigne, Essais I. 56, « Des Prières » : Édition annotée des sept premiers états du texte avec étude de genèse et commentaires, Genève, Droz, (ISBN 2-600-00871-3).
  • C. Magnien, « Litures et trasseures au chapitre "De la physionomie" : réflexions sur la rature dans l’Exemplaire de Bordeaux », Montaigne Studies, vol. 26,‎ , p. 87-103 (ISSN 1049-2917).
  • D. Maskell, « Montaigne correcteur de l’Exemplaire de Bordeaux », Bulletin de la Société des Amis de Montaigne, nos 25-26,‎ , p. 57-71 (ISSN 0037-9182).
  • D. Maskell, « Quel est le dernier état authentique des Essais de Montaigne ? », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, t. 40, nos 25-26,‎ , p. 85-103 (ISSN 0006-1999).
  • Y. Okubo, « Quelques transcriptions erronées de l'exemplaire de Bordeaux dans les éditions modernes des Essais », Bulletin de l'Association d'Étude sur l'humanisme, la Réforme et la Renaissance, t. 26, 1988, p. 23-24 (lire en ligne).
  • A. Salles, « Le duel entre l'édition de 1595 et le manuscrit de Bordeaux », Bulletin des Amis de Montaigne,‎ , p. 24-26 (ISSN 1160-7319)
  • R. Sayce, « L’édition des Essais de 1595 », Bibliothèque d’humanisme et Renaissance, t. 36,‎ , p. 115-141 (ISSN 0006-1999).
  • (en) R. Sayce et D. Maskell, A Descriptive Bibliography of Montaigne’s Essais, London, (ISBN 0-19-721794-X), p. 9-17.
  • M. Simonin, « Aux origines de l’édition de 1595 », Journal of Medieval and Renaissance studies, vol. 25,‎ , p. 313-343 (ISSN 0047-2573).
  • M. Simonin, « L’Exemplaire et l’édition posthume », Bulletin de la Société des Amis de Montaigne, vol. 17-18,‎ , p. 120-129 (ISSN 0037-9182).
  • M. Simonin, « Montaigne, son éditeur et le correcteur devant l’Exemplaire de Bordeaux des Essais », Travaux de littérature, t. 11,‎ , p. 75-93 (ISSN 0995-6794).
  • M. Simonin, L’encre et la lumière, Genève, (ISBN 2-600-00697-4), p. 509-522 et 551-647.
  • A. Tournon, « L’Exemplaire et la copie », Bulletin de la Société des Amis de Montaigne, vol. 13-14,‎ , p. 71-77 (ISSN 0037-9182).
  • (en) J. Zeitlin, « The relation of the text of 1595 to that of the Bordeaux Copy », dans The Essays of Michel de Montaigne, New York, , p. 421-434.

Notes et références

  1. Montaigne, Michel de (1533-1592), Essais de Michel seigneur de Montaigne. Cinquiesme edition, augmentée d'un troisiesme livre et de six cens additions aux deux premiers, Paris, L'Angelier, (lire en ligne)
  2. Hoffmann, George, La carrière de Montaigne, H. Champion, (ISBN 9782745318275 et 2745318276, OCLC 494967899, lire en ligne), p. 125
  3. Desgraves, Louis (1921-1999), « L’Exemplaire de Bordeaux des Essais de Montaigne », Revue française d’histoire du livre, vol. 28,‎ , p. 373-392 (ISSN 0037-9212)
  4. Montaigne, Michel de (1533-1592), Essais de Michel de Montaigne, Bordeaux, Millanges, (lire en ligne)
  5. Montaigne, Michel de (1533-1592), Essais de Messire Michel, seigneur de Montaigne, chevalier de l'ordre du roy, & gentil-homme ordinaire de sa chambre, maire & gouverneur de Bourdeaus, Bordeaux, Millanges, (lire en ligne)
  6. D'après : La Croix du Maine, François Grudé (1552-1592 ; sieur de), Premier volume de la bibliotheque du sieur de La Croix du Maine, Paris, L'Angelier, (lire en ligne)
  7. Essais de messire Michel, seigneur de Montaigne, chevalier de l'ordre du roy, & gentil-homme ordinaire de sa chambre, maire & gouverneur de Bourdeaus. Reveus & augmentez, Paris, Richer, (lire en ligne)
  8. Montaigne, Michel de (1533-1592), Essais de Michel seigneur de Montaigne. Cinquiesme edition, augmentée d’un troisiesme livre : et de six cens additions aux deux premiers, Paris, L'Angelier, , [4]-496 [i.e. 504]-[1] p. (lire en ligne)
  9. Desan, Philippe., Dictionnaire de Michel de Montaigne, Champion, (ISBN 9782745316301 et 2745316303, OCLC 186972773, lire en ligne), p. 350
  10. Montaigne, Michel de, 1533-1592., Magnien, M. (Michel), Magnien-Simonin, Catherine. et Legros, Alain., Les essais, Gallimard, (ISBN 9782070115051 et 2070115054, OCLC 137292726, lire en ligne), p. XXXVII
  11. Desan, Philippe., Dictionnaire de Michel de Montaigne, Champion, (ISBN 9782745316301 et 2745316303, OCLC 186972773, lire en ligne), p. 352
  12. Marie-Luce Demonet et Alain Legros, « Essais de 1588 et Exemplaire de Bordeaux | MONLOE : MONtaigne à L'Œuvre » (consulté le 31 mars 2019)
  13. « Essais de Michel seigneur de Montaigne Montaigne, Michel de (1533-1592) », sur bibliotheque.bordeaux.fr (consulté le 31 mars 2019)
  14. a et b Desan, Philippe (1953-....), Reproduction en quadrichromie de l'exemplaire avec notes manuscrites marginales des Essais de Montaigne (exemplaire de Bordeaux), Schena editore, (ISBN 8882292843 et 9788882292843, OCLC 50593044, lire en ligne), p. XXII-XXIII
  15. Les essais, Gallimard, (ISBN 9782070115051 et 2070115054, OCLC 137292726, lire en ligne), « Le destin éditorial des Essais », p. XLV
  16. Legros, Alain, « Viresque acquirit eundo : la devise des Essais et ses antécédents », Bulletin de la Société internationale des amis de Montaigne, vol. 1, nos 60-61,‎ , p. 33-40 (ISSN 2119-9434)
  17. Iemma, Paola., Les repentirs de l'exemplaire de Bordeaux : Montaigne, Essais, livre I, Champion, (ISBN 2745311476 et 9782745311474, OCLC 56064413, lire en ligne), p. 35
  18. Tournon, André (1933-2019), « L'énergie du "langage coupé" et la censure éditoriale des Essais », Montaigne et la rhétorique, Paris, Champion,‎ , p. 117-133
  19. Hoffmann, George, La carrière de Montaigne, H. Champion, (ISBN 9782745318275 et 2745318276, OCLC 494967899, lire en ligne), p. 118
  20. Iemma, Paola., Les repentirs de l'exemplaire de Bordeaux : Montaigne, Essais, livre I, Champion, (ISBN 2745311476 et 9782745311474, OCLC 56064413, lire en ligne)
  21. Frame, Donald Murdoch (1911-1991), Arnould, Jean-Claude (1957-....), Dauvois, Nathalie (1955-....) et Eichel-Lojkine, Patricia, Montaigne : une vie, une œuvre (ISBN 9782406083085 et 240608308X, OCLC 1077173012, lire en ligne), p. 311-321
  22. Marie-Luce Demonet, « Essais de 1588 et Exemplaire de Bordeaux | MONLOE : MONtaigne à L'Œuvre » (consulté le 1er avril 2019)
  23. Montaigne, Michel de (1533-1592) et Gournay, Marie Le Jars de (1565-1645) (éd.), Les Essais de Michel seigneur de Montaigne. Edition nouvelle, trouvee apres le deceds de l'autheur, reveuë et augmentee par luy d'un tiers plus qu'aux precedentes impressions, Paris, L'Angelier, (lire en ligne), fol. i ii
  24. Desan, Philippe., Montaigne dans tous ses états, Schena, (ISBN 8882292614 et 9788882292614, OCLC 48976278, lire en ligne), p. 69-120
  25. Blum, Claude et Tournon, André, Editer les Essais de Montaigne : actes du colloque tenu à l'Université Paris IV-Sorbonne les 27 et 28 janvier 1995, H. Champion, (ISBN 2852036924 et 9782852036925, OCLC 37334646, lire en ligne)
  26. « Ephemeris historica Beuther, Michael (1522-1587) », sur bibliotheque.bordeaux.fr (consulté le 31 mars 2019)
  27. Desan, Philippe (1953-....), Reproduction en quadrichromie de l'exemplaire avec notes manuscrites marginales des Essais de Montaigne (exemplaire de Bordeaux), Schena editore, (ISBN 8882292843 et 9788882292843, OCLC 50593044, lire en ligne), p. XXIII
  28. Chaudon, Louis-Mayeul (1737-1817), Nouveau dictionnaire historique, ou histoire abrégée de tous les hommes qui se sont fait un nom par le génie, les talens, les vertus, les erreurs même, &c. depuis le commencement du monde jusqu'à nos jours : avec des tables chronologiques pour réduire en corps d'histoire les articles répandus dans ce dictionnaire, Paris, Le Jay, , t. V, p. 222
  29. Desan, Philippe (1953-....), Reproduction en quadrichromie de l'exemplaire avec notes manuscrites marginales des Essais de Montaigne (exemplaire de Bordeaux), Schena editore, (ISBN 8882292843 et 9788882292843, OCLC 50593044, lire en ligne), p. XXIV-XV
  30. Michel de (1533-1592) Montaigne, Essais de Michel, seigneur de Montaigne. T. 1, (lire en ligne)
  31. Patrimoine des bibliothèques de France : un guide des régions, Payot, (ISBN 2228889644, 9782228889643 et 2228889652, OCLC 34094764, lire en ligne)
  32. Les Essais de Michel de Montaigne : publiés d'après l'exemplaire de Bordeaux, avec les variantes manuscrites et les leçons des plus anciennes impressions, des notes, des notices et un lexique, Bordeaux, Pech, 1906-1933 (notice BnF no FRBNF30967308)
  33. Montaigne, Michel de (1533-1592) et Villey, Pierre (1879-1933) (Éditeur scientifique), Les Essais de Michel de Montaigne : édition conforme au texte de l'exemplaire de Bordeaux, avec les additions de l'édition posthume, l'explication des termes vieillis et la traduction des citations, une étude sur Montaigne, une chronologie de sa vie et de son œuvre, le catalogue de ses livres et la liste des inscriptions qu'il avait fait peindre dans sa librairie, des notices, des notes, un appendice sur l'influence des Essais, et un index, Paris, Alcan, (SUDOC 066744733)
  34. Villey, Pierre (dir.) (préf. V.-L. Saulnier), Les essais de Michel de Montaigne : édition conforme au texte de l'exemplaire de Bordeaux avec les additions de l'édition posthume, l'explication des termes vieillis et la traduction des citations, une étude sur Montaigne, une chronologie de sa vie et de son œuvre, le catalogue de ses livres et la liste des inscriptions qu'il avait fait peindre dans sa librairie, des notices, des notes, un appendice sur l'influence des Essais, et un index, Paris, P.U.F., (SUDOC 055095984)
  35. Blum, Claude et Tournon, André, Editer les Essais de Montaigne : actes du colloque tenu à l'Université Paris IV-Sorbonne les 27 et 28 janvier 1995, H. Champion, (ISBN 2852036924 et 9782852036925, OCLC 37334646, lire en ligne), p. 9
  36. Montaigne, Michel de (1533-1592) et Armaingaud, Arthur (1842-1935) (Éditeur scientifique), Œuvres complètes de Michel de Montaigne. 3, Les essais : texte du manuscrit de Bordeaux ; étude, commentaires et notes par le Dr A. Armaingaud, Paris, Conard, 1925-1927 (SUDOC 01092003X)
  37. Montaigne, Michel de (1533-1592) et Thibaudet, Albert (1874-1936) (Éditeur scientifique), Essais ; texte établi et annoté par Albert Thibaudet, Paris, Gallimard, , 1089 p. (SUDOC 103410341)
  38. Montaigne, Michel de, 1533-1592., Essais de Michel de Montaigne, Impr. nationale éditions, (ISBN 2743302224, 9782743302221 et 2743302232, OCLC 39046757, lire en ligne)
  39. Maskell, David, « Quel est le dernier état authentique des Essais de Montaigne ? », Bibliothèque d'humanisme et Renaissance,‎ , p. 103 (ISSN 0006-1999)
  40. Montaigne, Michel de, 1533-1592., Magnien, M. (Michel), Magnien-Simonin, Catherine. et Legros, Alain., Les essais, Gallimard, (ISBN 9782070115051 et 2070115054, OCLC 137292726, lire en ligne), p. L-LV
  41. Tournon, André., Montaigne en toutes lettres, Bordas, (ISBN 2040181717 et 9782040181710, OCLC 462546821, lire en ligne), p. 158-161


Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • « Exemplaire de Bordeaux », sur Bibliothèque municipale de Bordeaux
  • « Les Essais de Montaigne », sur The Montaigne project
  • « Édition numérique de l’exemplaire de Bordeaux des Essais de Montaigne (1588) », sur Les Bibliothèques virtuelles humanistes
  • « Essais de 1588 et Exemplaire de Bordeaux », sur MONLOE : MONtaigne à L'Œuvre