Estendes de Verdun

Les trois Estendes de Verdun, appelées également Lignages de Verdun ou bourgeoisie souveraine de Verdun, constituaient, comme dans beaucoup d'autres cités européennes, un groupe de familles patriciennes dont les membres exerçaient le monopole héréditaire des fonctions dirigeantes de la cité[1].

Constitution

Ces lignages étaient au nombre de trois, et pour en faire partie il fallait en descendre par voie masculine ou féminine.

Il s'agissait des lignages:

  • de la Porte
  • d'Azannes
  • des Estouff

Loin d'être un système de gouvernance isolé, de nombreuses cités européennes étaient ainsi également dirigées par des lignages patriciens héréditaires tels que les Lignages de Bruxelles, les Paraiges de Metz, les Lignages d'Alten Limpurg de Francfort, les Tribus de Galway, les Lignages de Soria, etc.

Conditions d'admission

Familles ayant fait partie des Lignages de Verdun

Familles de la Porte, de Cholet, Arnould, Didier, de Saintignon, Wautiers.

Survivance actuelle

De nos jours aucune association ne semble regrouper les membres des trois Lignages de Verdun.

Notes

  1. Référence principale, avec abondante bibliographie: Alain van Dievoet, "Lignages de Bruxelles et d'ailleurs", dans: Les lignages de Bruxelles. De brusselse geslachten, n° 166, Bruxelles, juillet 2010, pp. 363-371.

Bibliographie

  • 1850: Jean Cayon, Ancienne chevalerie de Lorraine, 1850.
  • 1982: Alain Girardot, Histoire de Verdun, 1982.
  • 2010: Alain van Dievoet, "Lignages de Bruxelles et d'ailleurs", dans: Les lignages de Bruxelles. De brusselse geslachten, n° 166, Bruxelles, , pp. 363-371.

Voir aussi

Articles connexes