Enlèvements pendant l'attaque du Hamas contre Israël

Enlèvements pendant l'attaque du Hamas contre Israël

Affiches à Tel Aviv appelant au retour des otages israéliens de Gaza.

Cible Population civile et militaires
Date
Organisations Hamas

Les enlèvements pendant l'attaque du Hamas contre Israël du 7 octobre 2023 qui a déclenché la guerre Israël-Hamas de 2023.

Les combattants du Hamas, après avoir pénétré en Israël à partir de la bande de Gaza, commettent des enlèvements estimés initialement à 150[1] puis à environ 240, et enfin finalement à 252[2]. La plupart des captifs sont des civils israéliens de tous âges, avec un plus petit nombre de soldats de Tsahal et de policiers ainsi que plusieurs ressortissants binationaux et étrangers. Les otages sont destinés à servir de boucliers humains ou de future monnaie d'échange, selon France Culture[3],[4].

Contexte

Le , vers 6 h 30, l'attaque du Hamas contre Israël est lancée à partir de plusieurs sites situés à la frontière avec la bande de Gaza[5],[6]. L'attaque comprend des infiltrations terrestres et motorisées en territoire israélien, des attaques contre les bases des Tsahal et des échanges de tirs avec les forces de sécurité.

Peu avant sept heures du matin, des activistes du Hamas lancent des raids contre de nombreux villages, villes et kibboutzim d'Israël, situés à la périphérie de la bande de Gaza, après avoir percé la frontière entre les deux territoires. Des massacres, des fusillades et des exactions sont commis sur des civils israéliens (hommes, femmes, enfants, nourrissons comme vieillards), et le Hamas parvient à la prise de contrôle des villages, des kibboutz et des installations militaires visés.

L'activité des combattants est combinée et soutenue par des tirs massifs de milliers de roquettes Qassam sur Israël[7].

Les paramilitaires du Hamas perpètrent différents massacres à Nahal Oz, Holit, Nir Oz, Netiv HaAsara, Be'eri, Kfar Aza ou Ofakim ainsi qu'un massacre lors du festival de musique Supernova pour la paix à Re'im, au cours duquel au moins 260 personnes sont tuées, sur un total ce jour-là de 1 200 morts, dans ce qui est décrit[Par qui ?] comme « la plus grande attaque terroriste de l'histoire » d'Israël.

Enlèvements

Dans plusieurs de ces localités en Israël, les militants palestiniens armés enlèvent le 7 octobre des civils majoritairement, y compris des personnes âgées, des femmes, des enfants et des nourrissons dont les nationalités sont israélienne ou étrangères, ainsi que des militaires et des policiers israéliens[1]. Ces civils comprennent des familles, des festivaliers, des militants pour la paix, des soignants[8].

Les activistes les conduisent en captivité dans la bande de Gaza à bord de motos, voitures ou camionnettes.

Selon les déclarations du Hamas et du Jihad islamique palestinien, au cours du raid sur les implantations de la périphérie de Gaza, environ 130 à 163 citoyens[9] et soldats ont été enlevés, et dispersés dans différents tunnels à travers la bande de Gaza.

Plusieurs otages sont des ressortissants étrangers, notamment des États-Unis, de Grande-Bretagne, d'Allemagne et de Russie. Plusieurs dizaines de citoyens thaïlandais travaillant dans des serres israéliennes ont également été enlevés. L'Italie annonce que dix de ses citoyens ont été enlevés à Gaza, dont un bébé d'un an. La moitié des enfants otages sont kidnappés lors du massacre de Nir Oz[10].

L'un des cas d'enlèvement les plus célèbres est celui d'Avinathan Or[11] et de Noa Argamani[12], qui participaient au festival de musique près de Réïm et qui ont été filmés en train d'être conduits par les activistes à Gaza, après que des messages WhatsApp qu'ils avaient envoyés pour demander de l'aide depuis leur cachette à partir de 8h10 ont été révélés.

Chronologie

Le 9 octobre, la première annonce du Hamas et du Jihad islamique palestinien indique que ces otages pris en Israël serviront de monnaie échange ultérieure contre des prisonniers palestiniens d'Israël[13],[14] Le 9 octobre, le Hamas menace d'exécuter des otages israéliens en cas de bombardements sans préavis sur Gaza[15],[16] : « Chaque fois que notre peuple sera pris pour cible sans avertissement, cela entraînera l'exécution d'un des otages civils. ». Deux jours plus tard, le Hamas menace de les exécuter[15],[16]. Ensuite, le codirigeant du Hamas Moussa Abou Marzouk indique au magazine français Complément d'enquête que « les civils seront relâchés sans aucun doute » mais que « ces gens-là nous combattaient en tant qu'Israéliens… (devenus après leur capture) Français, Américains, Anglais, ou Allemands… et nous avons besoin de temps avant de vérifier tout cela »[17].

Parmi ces 240 otages prisonniers du Hamas, figurent des dizaines d'étrangers ou de bi-nationaux, devant plutôt servir de boucliers humains[18].

Plusieurs États étrangers mentionnent leurs ressortissants parmi eux, dont Shani Louk, de nationalité germano-israélienne, âgée de 22 ans, exhibée inconsciente et dénudée à l'arrière d'un pick-up et sur laquelle crache la foule[19] ou encore Eitan, Français âgé de 12 ans[20],[21],[22],[23]. Le 30 octobre, le président Isaac Herzog annonce que ladite Shani Louk a été décapitée après avoir été enlevée à Gaza[24]. Le 16 octobre, le Hamas publie une vidéo de propagande mettant en scène Mia Shem, une Franco-Israélienne de 21 ans kidnappée lors de l'attaque au festival Nova de musique, le 7 octobre, disant être soignée de ses blessures à Gaza[25].

Le , Moussa Abou Marzouk du Hamas affirme vouloir libérer les otages israélo-russes dès lors qu'il les aura localisés[26]. De plus, Yahya Sinwar, chef du Hamas dans la bande de Gaza, se dit, dans un communiqué diffusé par le Hamas, prêt à conclure « immédiatement » un échange des otages contre « tous les prisonniers » palestiniens incarcérés par Israël (environ 6 000).

Le , le Hamas estime que près de 50 otages ont été tués à Gaza dans les raids israéliens et ajoute le que sept otages dont trois détenteurs de passeports étrangers l'ont été dans un bombardement israélien sur le camp de réfugiés de Jabaliya[27].

Ce même jour, une vidéo de propagande des brigades Izz al-Din al-Qassam montre trois femmes kidnappées le 7 octobre (« otages sionistes » sic) s'adressant à Netanyahou et son gouvernement pour qu'ils procèdent à un cessez-le-feu et un échange de prisonniers[28].

Le 31 octobre, le porte-parole de la branche militaire du Hamas annonce que l'organisation va libérer des otages étrangers « dans les prochains jours » et Bassem Naim, responsable des relations extérieures du Hamas, se dit favorable à un « cessez-le-feu » permettant au Hamas de « récolter des informations sur ces personnes » car ajoute-t-il, il ignore combien d'otages sont encore en vie et combien ont été « tués par Netanyahu et son régime d'apartheid »[29].

Alors que le 4 novembre, des manifestants à Jérusalem accusent vivement Benjamin Netanyahu d'être responsable dans les attaques du 7 octobre et réclament sa démission, une autre manifestation des familles et soutiens des otages enlevés par le Hamas rassemble plusieurs milliers de personnes à Tel Aviv-Jaffa, exigeant du Premier ministre Benyamin Netanyahu davantage d'efforts pour leur libération[30].

Le 15 novembre, les troupes israéliennes du 603e bataillon de la 7e brigade blindée de l'armée israélienne trouvent près de l'hôpital Al-Shifa de Gaza où elles opèrent, le cadavre de Judith (Yehudit) Weiss, femme âgée de 65 ans, kidnappée au kibboutz de Be'eri le 7 octobre alors qu'elle souffrait d'un cancer du sein, et assassinée par le Hamas[31].

Sur les renseignements du Shin Bet, le corps de la soldate de 19 ans Noa Marciano, enlevée par le Hamas sur la base de Nahal Oz, est retrouvé le 16 novembre. Trois jours auparavant, la jeune femme apparaissait sur une vidéo de propagande du Hamas, s'adressant à la caméra, quatre jours après avoir été prise en otage, puis la vidéo montrait une photo de son cadavre la présentant comme « tuée par un bombardement » israélien.

Le 18 novembre, une manifestation de 25 000 manifestants israéliens conduite par les familles des 237 otages, partis à pieds de Tel-Aviv quatre jours auparavant, arrivent devant le bureau et la résidence de Benyamin Netanyahou à Jérusalem, en brandissant des ballons jaunes (couleur symbolique dans cette lutte) pour le forcer à faire de la libération des otages sa priorité, et dénoncer en parallèle l'inaction de l'ONU ou du Comité international de la Croix-Rouge[32].

Le 19 novembre, Tsahal diffuse des images de caméras de vidéosurveillance de l'hôpital al-Shifa datées du 7 octobre 2023, 10h53 (heure locale), montrant des terroristes palestiniens du Hamas amenant au centre hospitalier deux personnes (dont une est blessée et l'autre amenée de force) qui auraient été enlevées en Israël. Tsahal affirme que ce sont un citoyen népalais et un citoyen thailandais.

Le 15 décembre, des soldats des FDI opérant à Shuja'iyya à Gaza, abattent par erreur trois otages kidnappés en Israël le 7 octobre, alors qu'ils tentaient d'être secourus[33],[34]. Cet incident provoque des critiques à l'encontre de Tsahal et du gouvernement Netanyahu[35] ainsi qu'une condamnation de l'action militaire israélienne « excessive » à Gaza[36] ,[37].

Dix jours plus tard, Tsahal annonce avoir trouvé dans l'hôpital indonésien de Beit Lahia (nord de la bande de Gaza), la voiture avec sa plaque d'immatriculation israélienne appartenant à Samer al-Talalqa, l'otage bédouin tué par erreur, avec à l'intérieur, des traces de sang attribué à un autre otage[38].

Vidéos

Des séquences vidéo filmées le jour-même par les combattants ou des journalistes palestiniens présents montrent divers civils pris en otage, notamment une femme âgée ne semblant pas se rendre compte de la situation ou de Shani Louk, une jeune femme germano-israélienne prise également en otage lors du massacre du festival de musique de Réïm, qui a suscité l'intérêt du public par une vidéo diffusé sur les réseaux sociaux montrant des Palestiniens exhibant à Gaza son corps désarticulé et dénudé à l'arrière d'un pick-up et sur lequel on crache, avant qu'on apprenne quelque temps plus tard sa mort[39].

Selon des experts en sécurité interrogés par l'Agence France-Presse, la diffusion de la vidéo, ainsi que d'autres montrant des civils morts ou capturés, a le caractère d'une propagande délibérée visant à induire des sentiments « d'impuissance, de paralysie et d'humiliation » dans la population, et la propagation virale de ces documents doivent entraîner une amplification des récits souhaitables pour le Hamas[40]. Selon le commentateur Bobby Ghosh , la vidéo montrant Shani Louk n'a pas démoralisé la société israélienne mais son « traitement aux mains de [ses] ravisseurs a suscité un dégoût et une réprobation généralisés et, s'il y a lieu, a renforcé la détermination israélienne à exercer des représailles »[41].

D'autres vidéos diffusées le 7 octobre montrent au moins 64 des personnes enlevées[42] et l'analyse d'une vidéo par Le Washington Post conclut que certains des captifs ont été exécutés après leur capture[43].

Le 19 novembre, Tsahal diffuse des images de caméras de vidéosurveillance de l’hôpital Al-Shifa, dont elle s'est saisie, datées du , 10h53 (heure locale), montrant des terroristes armés du Hamas amenant au centre hospitalier deux personnes (dont une est blessée sur un chariot roulant et l'autre amenée de force) qui auraient été enlevées en Israël. Tsahal affirme qu'il s'agit d'un citoyen népalais et d'un citoyen thailandais[44].

Le 13 octobre, le Hamas publie une vidéo prétendant démontrer sa compassion envers les enfants enlevés, où l'on voit des militants armés du Hamas tapotant le dos d'enfants, berçant des enfants dans une poussette et donnant de l'eau à un enfant[45].

Le 16 octobre, le Hamas diffuse la seule preuve de vie d'une otage qui est franco-israélienne, Mia Schem : on la voit faible et allongée en train de recevoir des soins au bras et prononçant quelques paroles pour être libérée. Emmanuel Macron dénonce alors une « mise en scène odieuse »[46].

Le , le Hamas publie une vidéo de trois femmes otages présentées comme des « otages sionistes »[28]. L'une d'elles fustige Benjamin Netanyahu et les bombardements de Tsahal, et interroge pour savoir s'il veut que tous les otages soient tués ; elle appelle à un cessez-le-feu et à la conclusion d'un échange de tous les prisonniers palestiniens avec le mouvement islamiste pour obtenir la libération des otages[47],[48]. Cette vidéo est considérée par Israël comme « une propagande psychologique cruelle du Hamas » et n'est pas diffusée sur les chaînes du pays[28].

Le 18 décembre, les brigades Ezzedine al-Qassam du Hamas diffusent une vidéo qu'ils intitulent « Ne nous laissez pas vieillir ici » sur laquelle se présentent trois otages israéliens âgés de 79 à 84 ans, devenus barbus, et originaires du kibboutz de Nir Oz, à la population particulièrement touchée le 7 octobre. L'un d'eux demande de faire le nécessaire pour leur libération. Le porte-parole de l'armée dénonce «une vidéo de terreur criminelle qui montre la brutalité du Hamas envers des civils âgés et innocents qui ont besoin d'attention médicale »[49].

Le 24 avril 2024, le Hamas publie une video de l'otage israélien Hersh Goldberg-Polin, un citoyen américano-israélien enlevé lors du festival de musique Nova, qui s’adresse aux membres du gouvernement israélien, leur demandant de penser aux personnes captives à Gaza, qui sont « toujours (…) en enfer ». Selon le décompte de l’AFP, il resterait 129, dont 34 sont considérés comme morts selon des responsables israéliens[50].

Bilan

Otages par pays
Pays Disparus Otages
Libérés
Afrique du Sud 1
Drapeau de l'Allemagne Allemagne[51] 5
Drapeau de l'Argentine Argentine 20
Drapeau de l'Australie Australie[52]
Drapeau de l'Autriche Autriche[53] 1
Drapeau de l'Azerbaïdjan Azerbaïdjan[54]
Drapeau de la Biélorussie Biélorussie 1
Brésil[55]
Cambodge[52]
Drapeau du Canada Canada[56],[54] 3
Chili[52] 1
Chine[57] 2
Colombie[52]
Drapeau du Danemark Danemark[58] 1
Drapeau des États-Unis États-Unis[59],[54],[60] 13 2 2 ̟ 1
Estonie
Espagne[61] 1
Drapeau de l'Éthiopie Éthiopie[62]
Drapeau de la France France[54],[63],[64],[65] 3 3 ̟ 1
Drapeau du Honduras Honduras[66]
Drapeau de l'Irlande Irlande[52] 1
Drapeau de l'Italie Italie[67] 3
Drapeau d’Israël Israël
Drapeau du Kazakhstan Kazakhstan[68]
Lettonie[69]
Drapeau du Liban Liban[70]
Drapeau de la Lituanie Lituanie
Drapeau du Mexique Mexique[52] 2
Drapeau du Népal Népal[71],[72] 1 17
Drapeau du Paraguay Paraguay[73] 2
Drapeau du Pérou Pérou[52],[74] 5
Philippines[75],[76] 2 7 1
Drapeau du Portugal Portugal[77],[78] 5
Drapeau de la Roumanie Roumanie[79],[80] 2 1
Royaume-Uni[52] 10
Drapeau de la Russie Russie[52],[81] 9 2 1
Serbie[82] 1
Drapeau de la Syrie Syrie[83]
Sri Lanka[84],[85] 1 2
Drapeau de la Suisse Suisse
Drapeau de la Tanzanie Tanzanie[52],[86] 1
Drapeau de la Thaïlande Thaïlande[64] 14 22 6
Drapeau de la Turquie Turquie[87]
Ukraine[88],[89] 8 1

Dans un premier temps, le Hamas et le Jihad islamique palestinien annoncent avoir pris respectivement 100 et 30 otages pour les échanger ultérieurement contre des prisonniers palestiniens d'Israël (environ 6 000)[90].

Le , le Hamas menace de commencer à tuer les otages sans avertissement à chaque attaque israélienne sur des civils de la bande de Gaza[91].

Un auteur américano-israélien crée un fonds offrant une récompense d'un million de shekels pour la libération des otages à Gaza, en particulier visant à encourager les Palestiniens à aider au sauvetage des captifs[92].

Le , Abou Obaïda, porte-parole des brigades Izz al-Din al-Qassam du Hamas, dit qu'il y aurait 200 otages détenus par son organisation dans la bande de Gaza et une cinquantaine d'autres entre les mains d’autres factions palestiniennes, détenus dans d’autres endroits[93].

Le , l'armée israélienne annonce que « le Hamas et d'autres militants palestiniens détiennent 199 otages à Gaza »[94],[95]. Le , elle peut compter que le Hamas détiendrait 229 otages. Selon le Hamas, près de 50 otages auraient été tués dans les bombardements israéliens[96][source insuffisante].

Le , 240[97] ou 242 personnes s'avèrent otages des membres du mouvement islamiste palestinien, selon Israël[97]. Environ 70 % d'entre eux sont aux mains du Hamas, le reste est détenu par le Jihad islamique palestinien et des factions de Daech et Al-Qaïda[98].

Trente-deux otages sont des enfants ou adolescents âgés de neuf mois à 18 ans[10].

Le Collectif du 7 octobre, association française, oeuvre pour que les otages soient ramenés vivants et que leurs noms, visages et mémoires ne soient pas oubliés[99].

Croix-Rouge

Le 24 novembre, le Hamas refuse toujours d'autoriser les représentants du Comité international de la Croix-Rouge à rencontrer les otages du 7 octobre dans la bande de Gaza[100],[101].

Otages notables

Parmi les personnes kidnappées se trouvent ː

  • Yotam Haïm (28 ans), batteur du groupe de metalcore Persephore[102]. Le 15 décembre, il est tué par erreur avec deux autres otages par des soldats israéliens qui les ont pris pour des terroristes[33].
  • La militante pro-palestinienne pacifiste israélo-canadienne Vivian Silver (74 ans). Désignée en 2011 par Haaretz comme l'un des « 10 immigrants anglophones les plus influents » en Israël[103], elle est portée disparue donc potentiellement prise en otage, jusqu'au 14 novembre où sa mort est confirmée ː elle a été en fait assassinée le 7 octobre à son domicile au kibboutz Be'eri[104].
  • L'historien et enseignant du mémorial de Yad Vashem, Alex Dancyg[105] (75 ans), enlevé au kibboutz Nir Oz. Fils de survivants polonais de la Shoah, il est venu se réfugier en Israël avec sa famille en 1957[106].
  • Plusieurs membres de la famille de l’actrice Agnès Jaoui, du côté de son père, ont été enlevés et assassinés lors des attentats perpétrés le 7 octobre 2023[107].

Actions pour la libération des otages

Communication

Après l'attaque terroriste du Hamas sur le territoire israélien, les portraits des otages accompagnés d’un bandeau rouge intitulant le mot « kidnappé » et « kidnappée » mettant en évidence la date du 7 octobre, le nom, l’âge et la nationalité, le lieu de l’enlèvement (domicile ou festival de musique) avec un message commun sont affichés à l’initiative d’associations et d’élus politiques visant à sensibiliser les passants sur le sort des otages toutes nationalités confondues. En France, l’Union des étudiants juifs de France procède à des opérations de collages sauvages des portraits d'otages dans plusieurs villes de France. À Paris, les collages procèdent de nuit et accompagnés d'agents de sécurité pour prévenir tout incident[108],[109],[110]. Le « Collectif 7 octobre » revendiquent le collage de 30 000 affiches dans toutes les grandes villes de France et déclarent compter 800 bénévoles, de tout bords politiques, de confessions juives ou non, avec un financement reposant sur le dons de bénévoles[111].

Suite à cette campagne de sensibilisation, les réactions sont diverses. Peu de temps après leurs collages des actes de vandalismes sont régulièrement constatés[112],[108]. Une ancienne collaboratrice du ministère des Affaires étrangères a été filmée à Paris « arrachant le portrait d’otages israéliens » détenus par le Hamas à Gaza. La vidéo, largement diffusée mardi 7 novembre 2023 sur les réseaux sociaux, a provoqué à la demande de la ministre Catherine Colonna une enquête administrative sur les conditions de son recrutement au Quai d'Orsay[113],[114],[115]. Des bénévoles de la Croix rouges sont filmés en train de décoller des affiches d'otages Israéliens sur leurs locaux franciliens posés par le « Collectif 7 octobre »[116]. Au niveau des élus, Christian Estrosi, maire de Nice, soutient fermement cette campagne d’affichage[117] tandis que la mairie de Raincy de Seine-Saint-Denis a demandé à des agents municipaux de procéder au décollage des affiches en ne souhaitant pas se justifier publiquement[118] De même, à la demande du maire Hervé Gicquel sans étiquette de Charenton-le-Pont (Val-de-Marne) qui assure lutter contre l'affichage sauvage et déclare qu'il "n'est pas la peine de polémiquer"[119]. La députée LFI, Ersilia Soudais dénonce cette campagne d’affichage après avoir constaté un collage d’affiche d’un bébé otage, à la porte de son bureau à l’Assemblée nationale dénonçant une forme d’harcèlement[120]. Selon Patrick Klugman, avocat des familles d’otages français, relaye que celles-ci ont d'autres niveaux de préoccupation, même si cela participe à un contexte ambiant et souhaite se joindre à une qualification juridique pour les actes de vandalismes. Aux États-Unis et au Canada, ce phénomène de vandalisme se constate également par le biais des réseaux sociaux. Le maire local de la ville Hampstead au Canada souhaite imposer un règlement de 1 000 $ à quiconque arrache une affiche de soutien aux otages israéliens kidnappés par le Hamas[121].

Négociations

Alors qu'Israël et le Hamas annoncent, après trois jours de conflit, refuser de négocier, le Qatar, selon Reuters, mène des discussions avec le Hamas pour tenter de faire libérer les enfants et les femmes, otages dans la bande de Gaza, en échange de 36 femmes et enfants prisonniers palestiniens d'Israël[122],[123].

D'autres responsables politiques dont des Turcs prennent part aux négociations. Des envoyés spéciaux américains, se rendent en Israël pour identifier précisément leurs ressortissants détenus en otages et participer aux négociations[124].

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) tente d'œuvrer à la libération des otages pris en Israël par le Hamas[125],[126].

Le 26 octobre, une délégation de Bangkok rencontre des dirigeants du Hamas à Téhéran, qui lui assure que les Thaïlandais pris en otage par eux sont bien traités, en attendant « le bon moment » pour être libérés[N 1],[127],[128].

Le 26 octobre, deux représentants du Hamas, dont Moussa Abou Marzouk, membre de son bureau politique, sont officiellement reçus par le vice-ministre des affaires étrangères russe, Mikhaïl Bogdanov. Ils déclarent que le Hamas exclut toute libération des otages sans cessez-le-feu[129].

Le 9 novembre, le chef du Mossad, David Barnea, et le directeur de la CIA, William Joseph Burns, rencontrent à Doha, le Premier ministre, Mohammed ben Abderrahmane Al-Thani, pour discuter d'un accord avec le Hamas visant à libérer les otages et à interrompre les combats. Le 17 novembre, c'est le président des États-Unis, Joe Biden et l'émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad Al Thani, qui discutent par téléphone de la nécessité « urgente » que le Hamas libère « sans délai » les otages[130].

Le 20 novembre, le CICR annonce que sa présidente Mirjana Spoljaric Egger a fait le voyage du Qatar pour y rencontrer le chef du Hamas Ismaïl Haniyeh afin d' « avancer sur les questions humanitaires liées au conflit ». Le CICR précise que sa présidente a également rencontré « à de multiples reprises ces dernières semaines des familles d'otages détenus à Gaza, ainsi que de hauts responsables israéliens et palestiniens »[131].

Le 25 avril, 18 pays dont des ressortissants sont retenus comme otages (les États-Unis, le Royaume-Uni, l'Allemagne, l'Argentine, l'Autriche, le Brésil, la Bulgarie, le Canada, la Colombie, le Danemark, l'Espagne, la France, la Hongrie, la Pologne, le Portugal, la Roumanie, la Serbie et la Thaïlande) publient une déclaration demandant au Hamas la libération de tous les otages ce qui constituerait une étape dans la résolution de la crise. Le Hamas a déclaré ne pas céder à la pression internationale[132].

Libération d'otages

Durant le conflit

  • Le , le Hamas libère deux otages américaines : Judith Ranaan (59 ans) et sa fille Natalie Shoshana Ranaan (17 ans), « pour des raisons humanitaires »[133].
  • Le , le Hamas libère deux autres otages. Il s'agit de femmes israéliennes octogénaires, Nurit Cooper et Yocheved Lifshitz, enlevées au kibboutz Niz Oz[134]. Elles sont remises à la Croix-Rouge. Leur libération est permise par le biais d'une médiation égypto-qatarie. Leurs maris, également otages, restent en captivité[135],[136]. L'une d'elles, Yocheved Lifschitz, est depuis toujours avec son mari une militante pro-palestinienne qui a fait part de son engagement à ses geôliers[134]. Elle témoigne : « Ils m’ont kidnappée, j’ai été emmenée sur une moto […] J’étais allongée sur la moto, mon corps d’un côté et mes jambes de l’autre et les jeunes Palestiniens m’ont battue en chemin, ils ne m’ont pas cassé les côtes mais m’ont fait très mal et j’ai eu du mal à respirer. […] Un médecin venait tous les deux ou trois jours pour voir comment nous allions et pour s’assurer que nous avions des médicaments. […] Ils ont pris en compte tous nos besoins, je les salue pour ça, ils étaient très courtois. Ils s’assuraient que nous étions propres, que nous mangions. Nous mangions la même chose qu’eux. »[137].
  • Le 27 octobre, les brigades Ezzedine Al-Qassam, la branche militaire du Hamas, proposent la libération de tous les otages détenus en échange de la libération de tous les Palestiniens incarcérés en Israël (environ 6 000) — proposition qui est refusée[138].
  • Le , Moussa Abou Marzouk, un haut responsable du Hamas, en visite à Moscou, affirme que le mouvement palestinien tente de localiser huit otages ayant la double nationalité russe et israélienne afin de les libérer[139].
  • Ce même jour, la première soldate israélienne, la caporale Ori Megidish, est libérée par Tsahal guidé par le renseignement israélien, au cours de son intervention terrestre dans l'enclave palestinienne, après trois semaines de captivité[140],[141]. Cependant, le porte-parole du Hamas laisse entendre qu'elle aurait été détenue par un autre mouvement palestinien que le sien[142].

Durant la trêve

Les factions palestiniennes détiennent environ 240 otages dans la bande de Gaza et il y a environ 6 000 prisonniers palestiniens dans les geôles israéliennes. À la faveur d'une trêve de quatre jours entre Israël et le Hamas, négociée par le Qatar, l'Égypte et d'autres puissances internationales, il est entendu d'échanger un otage israélien du 7 octobre contre trois prisonniers palestiniens détenus en Israël, soit environ 50 otages contre 150 prisonniers, entre le 24 et le 27 novembre[143].

Ces échanges s'opèrent avec le déploiement d'un volet humanitaire permettant de faire parvenir chaque jour des centaines de camions d'aide humanitaire aux réfugiés palestiniens du Sud.

Le 24 novembre, un échange de 13 otages a lieu contre 39 prisonniers palestiniens (femmes et mineurs) rassemblés à la prison d'Ofer en Cisjordanie et remis à la Croix-rouge qui fait la liaison entre l'Égypte et Israël[143]. Parmi les 13 otages (femmes, enfants et personnes fragiles) israéliens libérés, 12 d'entre eux habitaient au kibboutz Nir Oz, particulièrement touché lors des agressions du , et plusieurs sont de la même famille[143].

Outre les otages israéliens libérés ce 24 novembre, 10 otages thaïlandais et un philippin qui n'étaient initialement pas prévus dans l'accord conclu entre Israël et le Hamas, sont relâchés au même moment[143] et sans contrepartie, à la suite de la visite à Téhéran, un mois auparavant, d'une délégation thaïlandaise musulmane à des représentants palestiniens du Hamas, pour leur rappeler que son pays « traite bien les communautés musulmanes et leur offre de bonnes conditions de vie »[128]. À l'arrivée des anciens prisonniers palestiniens en Cisjordanie, des scènes de liesse ont lieu, alors qu'à Jérusalem-Est, les manifestations de joie étaient interdites[144]. Toute la journée, des camions de carburant, de nourriture et des ambulances de la Croix-Rouge entrent dans la bande de Gaza, dans le cadre de l'aide humanitaire aux réfugiés palestiniens.

17 otages, dont 13 Israéliens (femmes et enfants) sont libérés tardivement dans la soirée du samedi 25 novembre, en échange de 39 prisonniers palestiniens (24 femmes et 15 adolescents). En outre, 4 Thaïlandais sont libérés indépendamment des accords internationaux. À Tel-Aviv, des dizaines de milliers de manifestants se sont rassemblés sur ladite place des Otages pour demander et attendre leur libération[144].

Le 26 novembre, troisième jour de la trêve, 14 Israéliens dont 9 enfants, un homme israélo-russe[N 2] de Karmiel (à la demande du président russe Vladimir Poutine[145] et grâce à son « soutien à la cause palestinienne»[146]), quatre femmes, dont une blessée à la jambe et une autre âgée gravement malade à cause de l'absence de médication sont libérés vers 17 h 30, en échange de 39 prisonniers palestiniens[147]. De plus, trois travailleurs thaïlandais sont libérés sans contrepartie, ce même jour[148].

Au dernier jour de la trêve, le 27 novembre, 11 otages israéliens dont 3 jeunes franco-israéliens et 6 Thaïlandais sont libérés par le Hamas[64].

La trêve est prolongée de deux jours, jusqu'au 30 novembre 7 h (heure locale), le temps d'établir de nouvelles listes de personnes à libérer[149].

Le 29 novembre, à quelques heures de l'expiration prévue de la trêve entre Israël, un nouveau groupe d'otages israéliens (dont deux israélo-russes) et étrangers est libéré avec en contre-partie un groupe de 30 prisonniers palestiniens constitué de 16 mineurs et 14 femmes[150].

En dehors du cadre des négociations entre le Hamas et Israël et de ces échanges, 23 otages thaïlandais ainsi que deux russes sont libérés[150].

Après 55 jours de captivité, deux nouvelles otages sont libérées à Gaza, 30 novembre en début d'après-midi[65] ː une Israélienne de 40 ans et la Franco-Israélienne Mia Schem encore blessée au bras. Lors de leur libération, les véhicules de la Croix-Rouge sont entourés d'une foule dense et agitée, que les hommes du Hamas tentent de contenir[151]. Dans la soirée, six autres otages sont également relâchés[152]. Ce nombre est plus faible que prévu car le Hamas indique que les deux otages israélo-russes libérées la veille devaient être considérées comme l’ayant été dans le cadre de l’accord[153]. En échange, 30 prisonniers palestiniens avec 23 mineurs et 7 femmes sont libérés[154].

La trêve permet ainsi la libération de 105 personnes enlevées dont 80 Israéliens, en échange de 240 prisonniers palestiniens détenus par Israël[155].

Tableau récapitulatif des libérations d'otages
Jour Total
24 novembre 2023 13 10 1 24
25 novembre 2023 13 4 17
26 novembre 2023 14 3 17
27 novembre 2023 11 11
28 novembre 2023 10 2 12
29 novembre 2023 12 4 16
30 novembre 2023 8 8
Totaux 81 23 1 105

D'après le gouvernement israélien, 138 otages restent toujours retenus à Gaza[155].

Après la trêve

Après une trêve d'une semaine, les combats reprennent entre Israël et le Hamas palestinien mais le secrétaire d’État américain Antony Blinken déclare que les États-Unis restent « focalisés » sur la libération des autres otages détenus à Gaza[156].

Plus de deux mois après les dernières libérations d'otages, dans la nuit du 11 au 12 février 2024, deux otages israélo-argentins sont libérés à Rafah lors d'une opération de l'armée israélienne[157].

Traitement durant la captivité

Selon un rapport envoyé au CICR dès le 15 octobre par le professeur Hagai Levine du Forum des otages et des familles de disparus, de nombreux otages nécessitent un traitement médical en raison de leurs problèmes de santé tels que la maladie de Parkinson, les maladies cardiovasculaires, l'insuffisance cardiaque, le diabète sucré ou le cancer, mais ne peuvent en bénéficier du fait de leur captivité. Cependant, au 24 novembre, le Hamas refuse toujours au CICR l'accès aux otages[158],[159],[160].

Le professeur Gilat Livni, qui a travaillé avec certains des enfants rapatriés à l'hôpital pour enfants de Schneider, déclare dans un premier temps qu'ils sont « généralement en bon état » mais met en garde contre le traumatisme psychologique auquel ils ont été confrontés. Un médecin conseillant les familles des otages détenus fait également écho à cette déclaration, mettant lui aussi en garde contre le traumatisme subi et le long processus nécessaire de restauration d'un sentiment de confiance et de contrôle après leur libération[161].

Le ministère israélien de la Santé constate que les otages libérés ont perdu en moyenne entre 8 à 15 kilogrammes en sept semaines de captivité, et qu'ils déclarent que leur régime alimentaire en captivité était minime[162]. Le professeur Ronit Lubetzky, directeur du département de pédiatrie du Centre médical Chaim Sheba, déclare que certains enfants ont perdu jusqu'à 10 kg de poids corporel[163]. Le professeur Dror Mendel, directeur de l'hôpital pour enfants Dana-Dwek de Tel Aviv, décrit en outre des blessures orthopédiques, des cicatrices et des brûlures sur les corps de certains otages libérés. Il déduit « des normes d'hygiène très faibles » durant leur captivité en faisant cas de poux, d'éruptions cutanées, d'irritations cutanées et d'inflammations[163].

Le Dr. Hagai Levine qui dirige l'équipe médicale et de résilience du Forum des otages et des familles disparues, ayant accueilli des otages libérés, parle également du manque de soins médicaux prodigués aux otages, d'abus physiques et psychologiques et de famine : « Au début, il y avait une hypothèse implicite selon laquelle les conditions de détention la captivité par le Hamas étaient raisonnables. Cette hypothèse n'existe plus... Des situations sont terribles.... »[164],[163].

Début décembre, le professeur Itay Pesach, directeur de l'Hôpital pour enfants Edmond et Lily Safra à Tel Hashomer, qui a soigné certains des 110 otages libérés de captivité, déclare que les patients décrivent « toute la gamme d'abus dont vous pourriez rêver ...». Il ajoute à l'agence international Associated Press qu'au moins 10 otages libérés, hommes et femmes, parmi eux ont été agressés ou abusés sexuellement[165].

Par la suite, les otages libérés par le Hamas racontent leur expérience personnelle durant leur captivité, soit directement, soit le plus souvent par l'intermédiaire de membres de leur famille.

Mort d'otages

Selon Tsahal, la moitié des otages ont été tués lors de leur enlèvement ou sont morts en captivité dans la bande de Gaza[166].

Les 14 octobre, le Hamas déclare que 9 otages ont été tués sur une période de 24 heures à cause des frappes aériennes israéliennes[167]. Le 26 octobre, il annonce que 50 otages sont morts sous les bombardements israéliens[168]. Le , les brigades Ezzedine al-Qassam du Hamas annoncent la mort de 7 otages dont 3 étrangers dans des bombardements israéliens[169]. Le 4 novembre, le Hamas rapporte que plus de 60 otages sont morts à la suite de frappes israéliennes sur Gaza[170].

Aux différentes annonces de morts d'otages par le Hamas, un responsable israélien avance qu'« indépendamment de ce que prétend le Hamas, tout préjudice causé aux otages relève de la responsabilité du Hamas et qu'il sera tenu pour responsable » de ce qui leur arrive[168].

Le 30 octobre, les médias citant le ministère israélien des Affaires étrangères annoncent la mort de la tatoueuse Shani Louk qui avait été exhibée à Gaza à l'arrière d'un véhicule du Hamas le 7 octobre, jour où elle a probablement été décapitée[171]. Le chancelier allemand Olaf Scholz déclare alors que ce meurtre n'a aucune justification et que le Hamas doit en être tenu responsable[39].

Le , Tsahal annonce la mort de la caporale Noa Marciano, âgée de 19 ans, reconnue « soldate tombée au combat et prise en otage par les terroristes » du Hamas, sur la base de Nahal Oz, alors qu'elle était vivante[172]. La veille, la jeune femme apparaissait sur une video[173] de propagande du Hamas, s’adressant à la caméra, puis la vidéo montrait une photographie de son cadavre, la présentant comme « tuée par un bombardement » israélien[174],[173]. Sur les renseignements de l’agence de sécurité Shin Bet, son corps est retrouvé le à Gaza[174].

Le , les troupes israéliennes du 603e bataillon de la 7e brigade blindée de l'armée israélienne trouvent près de l’hôpital Al-Shifa de Gaza où elles opèrent, le cadavre de Judith (Yehudit) Weiss, femme âgée de 65 ans, kidnappée au kibboutz de Be'eri le 7 octobre alors qu'elle souffrait d'un cancer du sein[175] puis assassinée par le Hamas à Gaza, selon l'armée israélienne qui a également trouvé des armes dans ce même lieu[176],[177].

Le 17 novembre, le Hamas publie une vidéo du cadavre d'Arié Zalmanovich (86 ans) du kibboutz Nir Oz, qui serait mort d'une crise cardiaque[178]. Cet otage âgé avait des problèmes de santé et besoin d'un traitement médical dont il ne disposait plus en captivité[179].

Parallèlement aux images de vidéosurveillance diffusées le 19 novembre, Israël annonce qu'un soldat de Tsahal qui avait été capturé le 7 octobre a été tué par le Hamas alors qu'il était détenu à l'hôpital d'Al-Shifa. Le Hamas a nié cela et indiqué que le soldat avait déjà été signalé comme ayant été tué par une frappe aérienne israélienne le 9 novembre[180].

Le , les brigades al-Qassam du Hamas annoncent également la mort de Kfir Bibas[181], le plus jeune otage âgé de neuf mois au moment de son enlèvement au kibboutz de Nir Oz, ainsi que celle de son frère Ariel[182] (4 ans) et de leur mère Shira (34 ans), lors d'une frappe de l'armée israélienne, alors qu'ils auraient été entre les mains d'un autre groupe palestinien. Cette affirmation fait l'objet d'une enquête de la part de Tsahal et d'autres agences ; les responsables israéliens déclarent que le récit des brigades armées du Hamas montre « la barbarie et la cruauté du Hamas »[183]. L'enlèvement de la famille Bibas avait été filmé, le 7 octobre, montrant une mère apeurée tenant ses deux enfants rouquins serrés dans ses bras, alors qu'une partie de leur famille a déjà été tuée[184],[185]. Leur toute jeunesse et leur chevelure flamboyante en ont fait pour la population israélienne le symbole de cette prise d’otages[186],[185].

Le 1er décembre, l'armée israélienne annonce la mort de cinq otages[N 3], en ayant prévenu leur famille, les jours précédents. Une enquête du service de renseignement avait établi leur mort et une opération militaire conjointe a permis de ramener le corps de l'un[N 4] d'entre eux en Israël pour y être enterré[156],[187].

Le 12 décembre, Tsahal annonce avoir récupéré, durant une opération militaire du 7 décembre, les corps de deux otages israéliens dans la bande de Gaza ː un militaire (36 ans) tué le 7 octobre et une festivalière (28 ans) enlevée lors du festival de musique Tribe of Nova[188]. Au cours de cette opération, deux réservistes sont tués pour récupérer les dépouilles des otages, et l'un d'eux est le fils du général Gadi Eisenkot, membre du cabinet de guerre israélien[189]. Le , l'armée israélienne tente de mener une opération militaire pour libérer plusieurs otages détenus à Gaza mais elle conduit à un échec qu'elle reconnaît ː le Hamas rapporte la mort d'un otage de 25 ans enlevé à son domicile au kibboutz Be'eri le 7 octobre et deux soldats israéliens sont grièvement blessés, informe Tsahal, lors de cette tentative de sauvetage. « Le Hamas a ensuite diffusé une vidéo dans laquelle on voit notamment la dépouille d'un homme, identifié dans la vidéo comme Sahar Baruch. Cette vidéo n'a pas pu être authentifiée de manière indépendante »[155]. Le lendemain, les proches du jeune homme annoncent officiellement son « assassinat » par ses geôliers de Gaza[155].

Le 14 décembre, Tsahal trouve le corps du Franco-Israélien Eliya Toledano[190] (28 ans), enlevé au festival Tribe of Nova de Reïm, mort aux mains du Hamas[191].

Le lendemain, (en)trois otages israéliens sont «  identifiés par erreur... comme une menace », au moment où ils tentent d'être secourus[34],[192], et tués par l’armée israélienne, alors qu'ils se trouvent à Shuja'iyya, zone de combat du nord de la bande de Gaza, où les soldats avaient reçu l'ordre de tirer sur tout homme en âge de combattre[37]. Il s'agit du musicien Yotam Haïm (28 ans), de l'ouvrier bédouin Samer al-Talalqa (25 ans)[N 5], tous deux enlevés au kibboutz Nir Am et de l'étudiant en informatique et basketteur Alon Lulu Shamriz (26 ans), kidnappé à Kfar Aza. Le Premier ministre Benjamin Netanyahou déplore une « insupportable tragédie »[33]. L'armée suppose que « les trois ont fui ou ont été abandonnés par les terroristes qui les tenaient en captivité ». Elle fait part de ses « profonds regret s » aux familles des victimes, promet « une enquête transparente »[37],[192],[193] sur cet incident et assure en tirer immédiatement des leçons[33].

Le 24 décembre, l'armée israélienne trouve dans un réseau de tunnels du nord de la bande de Gaza le corps de cinq otages israéliens, soit trois soldats et deux civils morts dans des circonstances à déterminer après autopsie[194].

Selon Abou Obaïda des brigades Ezzedine al-Qassam du Hamas, sept otages dont trois étrangers sont morts dans le bombardement du camp de Jabaliya, qui a permis l'élimination d'un haut responsable de l'attaque du 7 octobre[169]. Après les frappes israéliennes sur Gaza, plus de 60 otages seraient portés disparus et les corps de 23 otages israéliens inaccessibles seraient coincés sous les décombres, selon cette même source non-vérifiée s'exprimant le 4 novembre[195].

Le 24 mai 2024, L'armée israélienne récupère les corps de trois captifs tués et emmenés à Gaza par des militants palestiniens lors des attaques du 7 octobre[196].

Notes et références

Notes

  1. Carol Isoux, « Une première libération de 10 Thaïlandais interviendra près d'un mois plus tard. », Libération, ,
  2. Une de ses particularités est d'avoir pu s'échapper une première fois lors du bombardement du bâtiment dans lequel il était retenu par le Hamas à Gaza, d'avoir tenté de s'approcher de la frontière mais d'avoir été repris quatre jours plus tard par des civils gazaouis qui l'ont remis au Hamas. Lire en ligne sur le Figaro
  3. Il s'agit d'Ofir Zarfati, Eliyahu Margalit, Maya Goren, Ronen Engel et Arye Zalmanovitz.
  4. Il s'agit du corps de l'otage Ofir Zarfati.
  5. La voiture de marque Toyota Corolla avec une plaque d'immatriculation israélienne appartenant à la famille de Samer al-Talalqa est retrouvée par Tsahal dans l'hôpital indonésien de Beit Lahia (nord de la bande de Gaza), le 25 décembre 2023. A l'intérieur, se trouvent des traces de sang appartenant à un autre otage. Lire en ligne

Références

  1. a et b (en) Sophie Tanno, Paul P. Murphy, Allegra Goodwin, Benjamin Brown, Hadas Gold, Abeer Salman, Ibrahim Dahman, Kareem Khadder, Gianluca Mezzofiore et Alex Stambaugh, « Festivalgoers, children, soldiers: What we know about the people captured by Hamas », CNN,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. Par Le Parisien avec AFP Le 17 mai 2024 à 17h49 et Modifié Le 17 Mai 2024 À 19h12, « Guerre à Gaza : l’armée israélienne annonce avoir trouvé et rapatrié les corps de trois otages », (consulté le )
  3. « Les otages, des boucliers humains : épisode • 10 du podcast Israël-Palestine : les mots de la guerre », sur France Culture, (consulté le ).
  4. (en) « Hamas says it has enough Israeli captives to free all Palestinian prisoners », sur aljazeera.com (consulté le ).
  5. (en) « Images of the Mass Kidnapping of Israelis by Hamas », The Atlantic,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. (en) Emanuel Fabian, « Israel confirms civilians and soldiers abducted by Hamas into Gaza », The Times of Israel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  7. (en) « What’s happening in Israel and Gaza? What is Hamas? A really simple guide », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  8. (en) Lee Yaron, « The Story of 11 Families Who Were Victims of Hamas », sur Intelligencer, (consulté le )
  9. (en) Johanna Afriat, « Hamas plans to use Israeli civilian hostages as human shields », i24 news,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  10. a et b (en-GB) Simon Hattenstone, « The mothers whose children are held hostage by Hamas: ‘I heard him crying, begging them not to take him’ », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le ).
  11. « L’otage Avinatan Or prévoyait d’emménager avec sa petite amie », sur Times of Israel, .
  12. « Collectif 7 Octobre - Noa Argamani », sur www.collectif7octobre.org (consulté le )
  13. « En direct, guerre Israël-Hamas : 10 Français ont été tués en Israël et 18 sont portés disparus, dont des enfants « probablement enlevés » par le Hamas », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  14. « Attaque du Hamas contre Israël : ce que l'on sait de la situation des otages détenus par le groupe palestinien », sur francetvinfo, (consulté le ).
  15. a et b « Hamas et Jihad islamique : Détenir des otages est un crime de guerre », sur Human Rights Watch, (consulté le ).
  16. a et b « Le Hamas menace d'exécuter des otages civils en cas de frappes d'Israël sans préavis à Gaza », sur BFMTV, (consulté le ).
  17. Shaya Baldassari, « Guerre Israël-Hamas : «Les civils seront relâchés sans aucun doute», déclare le numéro deux du Hamas », sur Le Figaro, (consulté le ).
  18. « Les otages, des boucliers humains : épisode • 10 du podcast Israël-Palestine : les mots de la guerre », sur France Culture, (consulté le ).
  19. (en) Joe Barnes, « German festival-goer identified as young woman whose naked body was paraded by Hamas », The Telegraph,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  20. Rachida El Azzouzi, « Otages civils aux mains du Hamas : « Du jamais-vu dans l’histoire d’Israël » » Accès payant, sur Mediapart, (consulté le ).
  21. Florian Gouthière, « Attaque en Israël : plus de 130 otages seraient détenus par le Hamas et le Jihad islamique, dont des dizaines d’étrangers », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  22. « Israël : qui sont les otages capturés par le Hamas ? », sur Le Point, (consulté le ).
  23. « Attaque du Hamas contre Israël : que sait-on des victimes françaises, mortes ou portées disparues ? », sur Franceinfo, (consulté le ).
  24. (en) Giulia Carbonaro, « Shani Louk beheaded by Hamas, Israel says », sur Newsweek, (consulté le ).
  25. « Guerre Israël-Hamas : 31 Français sont morts, 9 sont retenus en otage depuis l’attaque du mouvement islamiste », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  26. Keystone-ATS, « Le Hamas veut libérer huit otages russo-israéliens, selon Moscou », (consulté le ).
  27. « Les victimes étrangères depuis l'attaque du Hamas en Israël », sur RMC, (consulté le ).
  28. a b et c « Guerre Israël-Gaza : le Hamas diffuse une vidéo de trois femmes présentées comme des otages et suppliant Netanyahu », sur RTBF, (consulté le ).
  29. Igor Sahiri, Domitie Bertaud, Ulysse Gosset et Grégory Philipps, avec Ariel Guez, « Près d'un mois après les attaques contre Israël, un dirigeant du Hamas répond à BFMTV », sur BFMTV, (consulté le ).
  30. « Israël: les manifestants exigent de Netanyahu davantage d'efforts pour la libération des otages », sur rfi.fr, (consulté le ).
  31. « Une otage retrouvée morte près de l’hôpital Al-Shifa à Gaza, il s’agissait de Judith Weiss : “Elle avait récemment découvert une tumeur” », sur fr.italy24.press, .
  32. Jérémy André et Valentine Arama, « Israël : une manifestation monstre pour faire monter la pression sur Netanyahou », sur Le Point, (consulté le ).
  33. a b c et d Laura Andrieu, « Guerre à Gaza : qui sont les trois otages qu’Israël a tués «par erreur» ? », sur Le Figaro, (consulté le )
  34. a et b (en-GB) Bachega, Hugo, « Israel Gaza: Hostages were carrying white cloth when shot, IDF says », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le )
  35. (en-US) Steven Erlanger, « Hostage Deaths Fuel Israelis’ Doubts About Netanyahu », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  36. (en) Goldenberg, Tia, « In Israel's killing of 3 hostages, some see the same excessive force directed at Palestinians », sur ABC News, (consulté le )
  37. a b et c (en) Kubovich, Yaniv, « Preliminary IDF Report: Hostages Killed by Soldiers Waved White Flag, One Yelled for Help in Hebrew », sur Haaretz,
  38. « Gaza: l'armée israélienne dit avoir trouvé la voiture d'un ex-otage du Hamas dans l'enceinte d'un hôpital », sur BFMTV (consulté le )
  39. a et b (de) « Botschaft: Deutsch-Israelin Shani Louk gestorben » [« Ambassade : la Germano-israélienne Shani Louk est décédé »], sur ZDFheute, (consulté le )
  40. (en) Célia Lebur, « Hamas Waging Propaganda War On Israel With Shocking Videos: Experts », Baron's,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  41. (en) Bobby Ghosh, « Hamas Has Already Lost the War of Images », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  42. (en) Hill, Evan; Lee, Joyce Sohyun; Cahlan, Sarah; Friesen, Gabòr, « Hamas took at least 64 captives into Gaza, visual evidence suggests », sur Washington Post, (consulté le )
  43. (en) Kelly, Meg; Cahlan, Sarah, « Video shows apparent death of Israeli hostages in Hamas custody », sur Washington Post, (ISSN 0190-8286)
  44. Emanuel Fabian, « La vidéosurveillance d’al-Shifa montre le Hamas amenant des otages à l’hôpital le 7 octobre », sur The Times of Israel, .
  45. (en-US) « Hamas posts footage of terrorists holding kidnapped Israeli children », sur The Jerusalem Post | JPost.com, (consulté le )
  46. « Guerre Israël-Hamas : qui sont les 8 Français toujours portés disparus ? », sur ladepeche.fr, (consulté le ).
  47. « Guerre Israël- Hamas : ce que l’on sait sur la vidéo des trois otages israéliennes diffusée par le Hamas », HuffPost,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  48. (en-US) « Hamas releases video of Israeli hostages in Gaza demanding Netanyahu agree to prisoner swap - CBS News », sur www.cbsnews.com, (consulté le )
  49. « Guerre Israël-Hamas : le Hamas diffuse une vidéo de trois otages israéliens en vie », sur Le Figaro, (consulté le )
  50. « Guerre Israël-Hamas : « action offensive » au Liban, le Hamas publie une vidéo d’otage... Le bilan du 201e jour », sur La Croix,
  51. (en) « Israel-Hamas war: Woman paraded naked by militants identified as German tattoo artist », sur Hindustan Times, (consulté le ).
  52. a b c d e f g h i et j « Attaque contre Israël : le point sur les étrangers d’au moins 24 pays tués, kidnappés, ou disparus », Sud Ouest,‎ (ISSN 1760-6454, lire en ligne, consulté le ).
  53. (de-AT) « Zwei weitere Österreicher nach Hamas-Angriff tot », sur DER STANDARD (consulté le ).
  54. a b c et d (en) « Foreigners killed, abducted or missing after Hamas attack », sur France 24, (consulté le ).
  55. (pt-BR) « Família de Bruna Valeanu confirma morte da jovem em Israel », sur G1, (consulté le ).
  56. « Guerre Israël-Hamas: plus de 1000 Canadiens évacués d'Israël », sur TVA Nouvelles, (consulté le ).
  57. « Guerre Israël-Hamas: trois Chinois sont décédés, selon Pékin », sur Figaro Live, (consulté le ).
  58. (da) « Dansk statsborger meldt savnet i Israel », sur DR, (consulté le ).
  59. (en-US) « Israel-Hamas war: More airstrikes on Gaza as aid remains stuck in Egypt; Israeli troops told to "be ready" to invade », sur cbsnews.com, (consulté le ).
  60. « Conflit Israël-Hamas : après deux semaines aux mains du Hamas, deux otages américaines libérées », sur Le Figaro, (consulté le ).
  61. (es) « Israel incluye al español Iván Illarramendi entre los cerca de 200 secuestrados por Hamas y Pedro Sánchez pide su liberación », sur ELMUNDO, (consulté le ).
  62. (en-US) Account, « Seven Ethiopians reportedly killed in Israel-Hamas War », sur Borkena Ethiopian News, (consulté le ).
  63. « Attaque du Hamas : 40 Français tués en Israël, huit disparus, selon un nouveau bilan donné par Élisabeth Borne », sur laprovence.com, (consulté le ).
  64. a b et c « Guerre à Gaza : trois enfants franco-israéliens et huit autres otages libérés par le Hamas », sur Libération,
  65. a et b « L'otage franco-israélienne Mia Schem a été libérée par le Hamas », sur France 24, (consulté le )
  66. (es) « Un hondureño y su esposa fueron asesinados en el brutal ataque de Hamás a Israel », sur HCH.TV, (consulté le ).
  67. (it) « Tajani, morto anche l'ultimo dei 3 italo-israeliani dispersi - Mondo - Ansa.it », sur Agenzia ANSA, (consulté le ).
  68. (en) Татьяна Кудренок, « Kazakh national dies in Gaza Strip – Kazakh MFA », Kazinform,‎
  69. (lv) « «Hamās» teroristu uzbrukumā Izraēlā bojā gājusi Latvijas valstspiederīgā », sur lsm.lv (consulté le ).
  70. (en) « Two civilians killed in Israel shelling of Lebanon: mayor », sur France 24, (consulté le ).
  71. (en) « At least 7 Nepali injured, 17 held captive by Hamas in Israel: Nepal's envoy », ANI,‎ (lire en ligne).
  72. AFP et Times of Israel Staff, « Des Népalais pleurent leurs jeunes tués en Israël et leurs rêves détruits », sur fr.timesofisrael.com, (consulté le ).
  73. (en-GB) « Hamas Israel attacks: The international victims of the assault on Israel », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  74. (en) « Foreigners killed, abducted or missing after Hamas attack », sur France 24, (consulté le ).
  75. (en) « DFA verifying kidnapped Filipino; 2 hurt, 7 missing in Israel-Hamas war », sur cnn (consulté le ).
  76. (en) « Fourth Filipino killed in Israel-Hamas war », ABS-CBN News,
  77. (pt) « Encontrada morta luso-israelita de 25 anos que estava desaparecida », sur SIC Notícias, (consulté le ).
  78. (pt) Maria Lopes, « Identificados nove mortos em Israel com passaporte português », sur PÚBLICO, (consulté le ).
  79. (ro) « MAE: Doi români au murit în războiul din Israel », sur digi24.ro, (consulté le ).
  80. (ro) « MAE: Un cetățean român a fost răpit de Hamas și luat ostatic în Gaza », sur digi24.ro, (consulté le ).
  81. (ru) « Число погибших в Израиле россиян увеличилось до 19 », sur Коммерсантъ,‎ (consulté le ).
  82. (sr) « "Znamo da je Srbin kidnapovan u Gazi, radimo šta možemo" | Svet », sur Direktno (consulté le ).
  83. (en) « Israeli air strikes kill two workers at Syria's Damascus airport, official says », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le )
  84. (en-US) Gayan Abeykoon, « One Lankan hurt, two missing following Hamas strike on Israel », sur DailyNews, (consulté le ).
  85. (en) « Two Sri Lankan women kidnapped at Israel–Jordan border, says Sri Lankan Ambassador », sur Sri Lanka News - Newsfirst, (consulté le ).
  86. (en) Ofer Aderet, « Tanzania Announces Death of One of Its Citizens Kidnapped by Hamas Into Gaza », Haaretz,‎ (lire en ligne, consulté le )
  87. (tr) « SON DAKİKA HABERİ... İsrail: Hamas'ın saldırılarında 3 Türk vatandaşı öldü », sur ntv.com.tr (consulté le ).
  88. (en) « Embassy: 2 Ukrainians killed in Israel attacks », sur The Kyiv Independent, (consulté le ).
  89. (en) « Ambassador: 23 Ukrainians killed in Israel since Hamas attack », sur The Kyiv Independent, (consulté le ).
  90. « En direct, guerre Israël-Hamas : 10 Français ont été tués en Israël et 18 sont portés disparus, dont des enfants « probablement enlevés » par le Hamas », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  91. (en) AFP, « Israel retakes Gaza border areas as war death toll mounts », sur France 24, (consulté le ).
  92. (en-US) « American-Israeli offers 1 million shekels for Gaza hostages release », sur The Jerusalem Post | JPost.com, (consulté le )
  93. Emanuel Fabian et Gianluca Pacchiani, « Le Hamas publie une vidéo de propagande montrant une otage », sur fr.timesofisrael.com, (consulté le ).
  94. (en) « Israeli PM Netanyahu calls for world unity against Hamas: ‘Our war is your war’ », France 24,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  95. (en) Lauren Sforza, « Israel: 199 people held hostage in Gaza », The Hill,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  96. « En direct, guerre Israël-Hamas : l’armée israélienne continue ses bombardements massifs sur la bande de Gaza ; elle accuse le Hamas d’y détenir « 229 otages » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )[source insuffisante].
  97. a et b Florent Rodo, « Le débat - Otages à Gaza : force ou diplomatie ? Le sort des 240 otages au coeur du conflit », sur France 24, (consulté le ).
  98. Raphaël Jerusalmy, « Des dizaines de milliers de soldats israéliens entreront à Gaza, une offensive sans précédent », sur i24, .
  99. « Collectif 7 Octobre - Accueil », sur www.collectif7octobre.org (consulté le )
  100. Ghert-Zand, Renee, « Red Cross 'cannot force its way in' to see hostages, but critics say it could do more », sur Times of Israel,
  101. (en-US) « Israel-Hamas war: Hamas denies Red Cross visits to Gaza hostages », sur The Jerusalem Post | JPost.com, (consulté le )
  102. « Gaza : qui sont les trois otages qu’Israël a annoncé avoir tué « par erreur » », sur leparisien.fr, (consulté le )
  103. (en) David Sheen and Raphael Ahren, « The Year's 10 Most Influential Anglo Immigrants », Haaretz,‎ (lire en ligne, consulté le )
  104. (en) Sam Lin-Sommer, « Vivian Silver, 74-year-old peace activist, grandmother, and friend, confirmed dead », sur The Forward, (consulté le )
  105. « Collectif 7 Octobre - Alex Dancyg », sur www.collectif7octobre.org (consulté le )
  106. AFP, « Mobilisation pour la libération d’un otage du Hamas, artisan du dialogue israélo-polonais », sur Times of Israel,
  107. « Guerre Israël-Hamas : le bouleversant témoignage d’Agnès Jaoui, frappée par les attaques du 7 octobre », sur Le Point, (consulté le )
  108. a et b 6medias2, « Paris : de nombreuses affiches collées pour les otages du Hamas arrachées », sur Valeurs actuelles, (consulté le ).
  109. « Conflit israélo-palestinien. « Kidnappés » : les portraits d’otages du Hamas s’affichent à Strasbourg », sur www.dna.fr (consulté le ).
  110. Béatrice Dugué, « À Paris, des affiches collées dans les rues pour ne pas oublier les otages du Hamas », sur France Inter, (consulté le ).
  111. Johan Bescond, « Quel est ce « Collectif du 7 octobre », qui affiche les visages des otages du Hamas en France ? », sur Ouest-France.fr, (consulté le ).
  112. Par Vincent Mongaillard et Charles de Saint Sauveur Le 28 octobre 2023 à 07h00, « « Une négation de la souffrance » : à Paris, des affiches collées pour les otages du Hamas, vite arrachées », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  113. « Israël : mais qui arrachent les affiches des otages israéliens en France ? », sur Le Point, (consulté le ).
  114. AFP, « Une ex-collaboratrice du Quai d’Orsay arrache des portraits d’otages israéliens, une enquête ouverte », sur La Voix du Nord, (consulté le ).
  115. Ouest-France, « Photos d’otages israéliens arrachées par une ex-collaboratrice du Quai d’Orsay : ce que l’on sait », sur Ouest-France.fr, (consulté le ).
  116. Antoine Margueritte, « Accusée de ne pas aider les otages Israéliens, la Croix rouge ciblée par des collages sur ses locaux », sur www.marianne.net, (consulté le ).
  117. « faut-il-afficher-les-portraits-d-otages-israeliens-en-france », RMC, .
  118. « France : Des policiers du Raincy vus arrachant des affiches pour les otages du Hamas », The times of Israël,‎ (lire en ligne).
  119. « Charenton-le-Pont: un conseiller municipal accuse le maire d'avoir ordonné le retrait d'affiches des otages israéliens », sur BFMTV (consulté le ).
  120. « Ersilia Soudais reçoit un tract sur un bébé otage et se plaint « d’harcèlement de cinglé » », Times of Israel,‎ .
  121. Philippe Teisceira-Lessard, « Hampstead: Des amendes salées pour les vandales anti-israéliens », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  122. AFP, « Attaques contre Israël : Netanyahou promet la "force", le Hamas écarte toute "négociation possible" », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  123. « Le Qatar mène des discussions avec le Hamas sur les otages israéliens détenus dans la bande de Gaza », La Tribune,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  124. (en) MJ Lee,Zachary Cohen,Evan Perez,Jennifer Hansler, « Behind the effort to rescue American hostages from one of the most dangerous places on earth », sur CNN, (consulté le ).
  125. « Le CICR en contact avec le Hamas pour la libération des otages pris en Israël », sur France 24, (consulté le ).
  126. « Guerre Hamas-Israël : ce que l’on sait sur la crise des otages », sur Libération, (consulté le ).
  127. « EN DIRECT - Guerre Israël-Hamas : nouvelles évacuations de binationaux de la bande de Gaza vers l'Égypte », sur TF1 INFO, (consulté le ).
  128. a et b Carol Isoux, « Dix otages thaïlandais et un philippin libérés après des négociations parallèles de Bangkok », sur Libération, (consulté le )
  129. Benoît Vitkine, « Depuis la Russie, le Hamas exclut toute libération des otages sans cessez-le-feu », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  130. « Une première livraison de carburant dans la bande de Gaza après le feu vert d'Israël », sur Orange, .
  131. « Guerre à Gaza : la Croix-Rouge annonce que sa présidente a rencontré le chef du Hamas au Qatar », sur Le Parisien, .
  132. (en) Steve Holland et Doina Chiacu, « US, 17 other countries urge Hamas to release hostages, end Gaza crisis », sur Reuters,
  133. « Le Hamas libère deux otages américaines », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  134. a et b Hélène Terzian, « Le Hamas libère une otage israélienne pro-palestinienne de 85 ans et provoque le trouble en Israël », sur RMC, (consulté le ).
  135. (en) « Hamas releases two women held hostage after Egyptian-Qatari diplomacy », Aljazeera,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  136. (en) « Israel confirms two more hostages released from Gaza », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  137. « Libérée par le Hamas, Yocheved raconte sa captivité à Gaza », sur parismatch.com, (consulté le ).
  138. « Guerre avec Israël : le Hamas prêt à un échange de prisonniers avec Israël « immédiatement » pour libérer des otages », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  139. « Le Hamas cherche huit otages russo-israéliens pour les libérer », L'Orient-Le Jour,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  140. « L’armée israélienne libère une soldate prise en otage par le Hamas, une première », sur Le HuffPost, (consulté le ).
  141. « L’armée israélienne a annoncé avoir libéré Ori Megidish, une soldate retenue en otage à Gaza », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  142. « Le Hamas promet de libérer bientôt des otages étrangers et s’en prend directement à Netanyahu », sur Le HuffPost, (consulté le ).
  143. a b c et d « DIRECT. Treize otages israéliens ont été libérés par le Hamas et pris en charge par la Croix-Rouge, selon le porte-parole de l'organisme, Frédéric Joli », sur Franceinfo, (consulté le ).
  144. a et b « Nouvelle libération d’otages, avant celle de prisonniers palestiniens », sur www.20minutes.fr, (consulté le )
  145. (he) יאיר קראוס, « רוני שנחטף מהמסיבה שוחרר מהשבי: "כל החברים מאושרים ובהלם" » [« Roni, kidnappé lors de la fête, a été libéré de captivité : "Tous les amis sont heureux et surpris" »], Ynet,‎ (lire en ligne, consulté le )
  146. « Israël : qui sont les 17 otages libérés dimanche par le Hamas ? », sur Le Figaro, (consulté le )
  147. (he) רוני גרין שאולוב et עינב חלבי, « אחרי הגעת 13 החטופים לישראל: שוחררו 39 אסירים פלסטינים | הרשימה המלאה » [« 14 personnes enlevées par des Israéliens sont retournées en Israël, l'état de l'un d'eux est grave »], Ynet,‎ (lire en ligne, consulté le )
  148. (en) « 14 Israelis, 9 of them children, freed by Hamas on 3rd day of hostages-for-truce deal », sur The Times of israel,
  149. « En direct, guerre Israël-Hamas : le Qatar affirme qu’un accord « a été conclu pour prolonger la trêve humanitaire de deux jours dans la bande de Gaza » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  150. a et b « Nouvel échange d'otages israéliens contre des prisonniers palestiniens », sur France 24, (consulté le )
  151. « Libération des otages du Hamas : Mia Schem a retrouvé sa famille », sur Franceinfo, (consulté le )
  152. « Guerre à Gaza : qui sont les huit otages libérés ce jeudi par le Hamas ? », sur leparisien.fr, (consulté le )
  153. (en) « Daily Briefing Nov 30: Day 55 – Smaller Hamas hostage release expected, and 3 bodies », Times of Israel.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  154. « En direct, guerre Israël-Hamas : six otages libérés par le Hamas ont été remis aux autorités israéliennes », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  155. a b c et d « Gaza: des proches d'un otage israélien confirment sa mort après l'échec d'un raid de l'armée », sur BFMTV, (consulté le )
  156. a et b « Gaza : l'armée israélienne confirme la mort de cinq otages à Gaza », sur L'Express, (consulté le )
  157. « Deux otages du Hamas libérés à Gaza : ce que l’on sait de l’opération israélienne à Rafah », sur Le Parisien,
  158. (en) Ghert-Zand, Renee, « Red Cross 'cannot force its way in' to see hostages, but critics say it could do more », sur Times of Israel,
  159. (en-US) « Israel-Hamas war: Hamas denies Red Cross visits to Gaza hostages », sur The Jerusalem Post | JPost.com, (consulté le )
  160. (en) Yoav Zitun, « Israeli officials say captives to meet them soon; Prisoners to be released held in West Bank Ofer jail », Ynetnews,‎ (lire en ligne, consulté le )
  161. (en-US) Aaron Boxerman, « The Israeli hostages freed on Friday begin to reunite with their families. », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  162. (en-US) Troy O. Fritzhand, « Hostages Released by Hamas Suffered Severe Weight Loss in Captivity, Preliminary Health Reports Show - Algemeiner.com », sur www.algemeiner.com, (consulté le )
  163. a b et c (he) « N12 - שטיפת המוח והמאמץ להבין אם יום או לילה: עדויות החוזרים... » [« Jeune fille laissée pieds nus, lavage de cerveau et effort pour comprendre si c'est le jour ou la nuit : témoignages de ceux qui reviennent de captivité »], sur N12,‎ (consulté le )
  164. (he) « "אם בקבינט המלחמה חושבים שלחטופים יש זמן, הם טועים. השעון שלהם מתקתק" » [« Si le Cabinet de Guerre pense que les personnes enlevées ont le temps, il se trompe. Son horloge tourne »], הארץ (Haaretz),‎ (lire en ligne, consulté le )
  165. (en) Sam Mednick, « New signs emerge of 'widespread' sexual crimes by Hamas, as Netanyahu alleges global indifference », sur AP News, (consulté le )
  166. (he) חדשות, « הערכה: 162 נחטפו לעזה, מחציתם לא בין החיים », Ynet,‎ (lire en ligne, consulté le )
  167. (en) « Hamas claims nine hostages killed ‘due to Israeli airstrikes’ in last 24 hours », sur The Independent, (consulté le )
  168. a et b (en) Shannon Vavra, « Hamas Claims 50 Hostages Killed by Israeli Strikes in Gaza », The Daily Beast,‎ (lire en ligne, consulté le )
  169. a et b Ouest-France, « Gaza: 7 otages dont 3 étrangers sont morts dans le bombardement de Jabaliya, selon le Hamas », sur Ouest-France.fr, (consulté le ).
  170. (en) « Hamas armed wing more than 60 hostages are missing due israeli airstrikes », sur Reuters,
  171. (de) Paul Ronzheimer, « Israels Präsident Herzog über ermordete Shani : „Diese Tiere haben ihr den Kopf abgehackt“ », sur bild.de (consulté le )
  172. Emanuel Fabian, Amy Spiro, « Tsahal annonce la mort de la caporale Noa Marciano, otage du Hamas », The Times Of Israel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  173. a et b (it) « La soldatessa Noa Marciano rapita da Hamas il 7 ottobre », (consulté le ).
  174. a et b Emanuel Fabian et Times of Israel Staff, « Tsahal récupère le corps de la caporale Noa Marciano à Gaza, quelques jours après avoir annoncé sa mort », .
  175. « Une otage retrouvée morte près de l’hôpital Al-Shifa à Gaza, il s’agissait de Judith Weiss : “Elle avait récemment découvert une tumeur” », sur fr.italy24.press, .
  176. « Yehudit et Shmulik Weiss, 65 ans : grands-parents et kibboutznikim dans l’âme », sur Times of Israel, 23 novembre 2023,
  177. (en) « Who Was Yehudit Weiss? Israel Says Body Of Hostage Found At Al-Shifa Hospital », sur TimesNow, (consulté le )
  178. (en) James Bickerton US News Reporter, « Who is Arye Zalmanovich? Hamas video confirms Israeli hostage's death », sur Newsweek, (consulté le )
  179. (en) « Hamas Publishes Video of 86-year-old Israeli Hostage, Raising Concerns About His Life », Haaretz,‎ (lire en ligne, consulté le )
  180. (en-GB) Beake, Nick, « Israel says CCTV footage shows hostages were taken to Gaza hospital », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  181. « Collectif 7 Octobre - Kfir Bibas », sur www.collectif7octobre.org (consulté le )
  182. « Collectif 7 Octobre - Ariel Bibas », sur www.collectif7octobre.org (consulté le )
  183. (en) « Fears grow for youngest Gaza hostage after Hamas claims 3 family members killed in Israeli bombing », sur NBC News, (consulté le )
  184. Nicolas Rouger, « Le Hamas annonce la mort d’un bébé otage israélien, Kfir Bibas », sur Libération, (consulté le )
  185. a et b « Guerre entre Israël et le Hamas : ce que l'on sait sur Kfir Bibas, le bébé de dix mois pris en otage le 7 octobre », sur Franceinfo, (consulté le )
  186. Caroline Philippe avec Guillaume Descours, « Otages israéliens: la famille Bibas, avec le petit Kfir, est devenue un symbole », sur RMC, (consulté le )
  187. « Guerre Israël-Hamas : ce que l'on sait des cinq otages dont la mort à Gaza a été confirmée », sur TF1 INFO, (consulté le )
  188. « Guerre Israël-Hamas : l’armée israélienne annonce avoir récupéré les corps de deux otages », sur leparisien.fr, (consulté le )
  189. « Guerre Hamas-Israël : l’armée israélienne dit avoir trouvé les corps de 2 otages », sur Le Point, (consulté le )
  190. « Collectif 7 Octobre - Elia Toledano », sur www.collectif7octobre.org (consulté le )
  191. « « Un vrai gentil » : les proches d’Eliya Toledano pleurent ce Franco-Israélien de 28 ans, mort aux mains du Hamas » Accès limité, sur leparisien.fr, (consulté le )
  192. a et b (en) « IDF probe reportedly reveals soldiers who shot dead hostages weren’t briefed on Hebrew sign spotted ahead of time », sur Times of Israel,
  193. (en) « Netanyahu says Israel is as 'committed as ever' to war after soldiers mistakenly killed 3 hostages », sur AP News, (consulté le )
  194. Reuters (trad. Jean Terzian), « MSN », sur www.msn.com (consulté le )
  195. « Guerre Israël-Hamas: Plus de 60 otages sont portés disparus, assure la branche armée du groupe islamiste palestinien », sur lindependant.fr (consulté le ).
  196. « Israeli army recovers bodies of three hostages in Gaza », sur reuters.com (consulté le ).

Articles connexes