Liz Truss

(Redirigé depuis Elizabeth Truss)

Liz Truss

Portrait officiel de Liz Truss en 2022.
Fonctions
Députée britannique
En fonction depuis le
(12 ans, 6 mois et 18 jours)
Élection 6 mai 2010
Réélection 7 mai 2015
8 juin 2017
12 décembre 2019
Circonscription South West Norfolk
Législature 55e, 56e, 57e et 58e
Groupe politique Conservateur
Prédécesseur Christopher Fraser
Première ministre du Royaume-Uni

(1 mois et 19 jours)
Monarque Élisabeth II
Charles III
Vice-Première ministre Thérèse Coffey
Gouvernement Truss
Législature 58e
Coalition Tories
Prédécesseur Boris Johnson
Successeur Rishi Sunak
Chef du Parti conservateur

(1 mois et 19 jours)
Élection 5 septembre 2022
Prédécesseur Boris Johnson
Successeur Rishi Sunak
Secrétaire d'État aux Affaires étrangères, du Commonwealth et du Développement

(11 mois et 22 jours)
Premier ministre Boris Johnson
Gouvernement Johnson II
Prédécesseur Dominic Raab
Successeur James Cleverly
Ministre des Femmes et des Égalités

(2 ans, 11 mois et 27 jours)
Premier ministre Boris Johnson
Gouvernement Johnson I et II
Prédécesseur Amber Rudd
Successeur Nadhim Zahawi
Secrétaire d'État au Commerce international
Présidente de la Commission du Commerce

(2 ans, 1 mois et 22 jours)
Premier ministre Boris Johnson
Gouvernement Johnson I et II
Prédécesseur Liam Fox
Successeur Anne-Marie Trevelyan
Secrétaire en chef du Trésor

(2 ans, 1 mois et 13 jours)
Premier ministre Theresa May
Gouvernement May II
Prédécesseur David Gauke
Successeur Rishi Sunak
Lord chancelier
Secrétaire d'État à la Justice

(10 mois et 28 jours)
Premier ministre Theresa May
Gouvernement May I
Prédécesseur Michael Gove
Successeur David Lidington
Secrétaire d'État à l'Environnement, à l'Alimentation et aux Affaires rurales

(1 an, 11 mois et 29 jours)
Premier ministre David Cameron
Gouvernement Cameron I et II
Prédécesseur Owen Paterson
Successeur Andrea Leadsom
Biographie
Nom de naissance Mary Elizabeth Truss
Date de naissance (47 ans)
Lieu de naissance Oxford (Angleterre, Royaume-Uni)
Nationalité Britannique
Parti politique Libéraux-démocrates
(jusqu'en 1996)
Parti conservateur
(depuis 1996)
Diplômée de Merton College d'Oxford
Profession Directrice commerciale
Religion Anglicanisme

Liz Truss
Crédit image :
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Premiers ministres du Royaume-Uni

Mary Elizabeth Truss, dite Liz Truss, née le à Oxford, est une femme d'État britannique. Membre du Parti conservateur, elle est Première ministre du Royaume-Uni du au 25 octobre 2022.

Elle occupe des fonctions au cabinet à partir de 2014, lorsqu'elle devient secrétaire d'État à l'Environnement, à l'Alimentation et aux Affaires rurales sous David Cameron. Passée lord chancelier et secrétaire d'État à la Justice en 2016 sous Theresa May, puis secrétaire d'État au Commerce international et présidente de la Commission du Commerce en 2019 sous Boris Johnson, elle est nommée secrétaire d'État aux Affaires étrangères, du Commonwealth et du Développement en 2021.

Elle succède comme Première ministre à Boris Johnson, démissionnaire, au lendemain de son élection comme chef du Parti conservateur face à Rishi Sunak, avec un programme résolument libéral-conservateur. Deux jours après sa nomination, la reine Élisabeth II meurt au terme de 70 ans de règne. Liz Truss est ainsi le quinzième et dernier chef de gouvernement de celle-ci, et le premier du roi Charles III.

Une fois la période de deuil passée, l'annonce de son « mini-budget » comportant 45 milliards de livres de baisses d'impôts et une coupe drastique des contributions à la sécurité sociale provoque une réaction négative des marchés financiers. Dans le cadre d’une importante crise politique, elle démissionne après seulement 49 jours en fonction, son mandat étant le plus court d'un chef de gouvernement britannique. Rishi Sunak lui succède.

Situation personnelle

Naissance et famille

Mary Elizabeth Truss naît le à Oxford[1]. Elle est la fille de John Kenneth Truss et de Priscilla Mary Grasby[2]. Son père est professeur émérite de mathématiques à l'université de Leeds[3] et sa mère est infirmière, enseignante et membre de la Campagne pour le désarmement nucléaire[4]. Liz Truss décrit sa famille comme étant « très à gauche »[5] et indique avoir grandi dans un environnement pro-travailliste[6].

Elle se marie en 2000 avec Hugh O'Leary, expert-comptable, avec qui elle a deux filles[7],[8].

Études et formation

Liz Truss est élève d'une école primaire de Paisley, en Écosse, puis de la Roundhay School de Leeds[9]. Elle poursuit des études de philosophie, politique et économie au Merton College d'Oxford, où elle obtient un master of arts en 1996[2].

Pendant ses études à Oxford, elle dirige le groupe des étudiants libéraux-démocrates, avec lesquels elle manifeste pour l'abolition de la monarchie[10]. Elle déclare en que ce parcours chez les centristes était une erreur de jeunesse. S'exprimant devant des membres de son parti, elle confie : « Nous faisons tous des erreurs, nous avons tous eu des mésaventures d'adolescents, et c'était mon cas. Pour certaines personnes cela concerne le sexe, la drogue et le rock 'n' roll, moi j'étais chez les libéraux-démocrates. Je suis désolée[11]. »

Elle mène ensuite une carrière de directrice commerciale dans le privé[12].

Parcours politique

Débuts

Adhérente au Parti conservateur depuis le milieu des années 1990, elle est élue au conseil municipal de Greenwich. Elle essuie plusieurs échecs dans des circonscriptions législatives travaillistes. Elle est repérée par David Cameron, qui souhaite mettre en avant des femmes au sein du parti[9].

Elle est élue députée à la Chambre des communes pour la circonscription de South West Norfolk lors des élections générales de 2010[13].

Responsabilités ministérielles

Secrétaire d’État à l’Environnement, à la Justice et au Trésor

Nommée secrétaire d'État à l'Environnement dans les gouvernements Cameron I et II, fonction où elle baisse le budget de l'Agence nationale de l’environnement[9], elle occupe ensuite les postes de lord-chancelier et de secrétaire d'État à la Justice[14] de 2016 à 2017 et secrétaire en chef du Trésor de 2017 à 2019 dans les gouvernements May I et II.

Opposante au Brexit jusqu'en 2016, elle change d'avis une fois celui-ci approuvé et adopte un discours eurosceptique virulent[15]. Elle faisait, en 2016, campagne pour le « non »[6] et signe, le , en tant que secrétaire d'État à l'Environnement une tribune dans The Sun qui qualifie le Brexit de « triple tragédie : plus de règles, plus de protocoles, plus de lenteur pour vendre vers l'Union européenne »[16]. Elle détaille en expliquant que selon elle, les entreprises britanniques « se noieraient dans les formulaires, ce qui affecterait les bénéfices et qu'au fur et à mesure que les emplois seraient supprimés et que les prix augmenteraient »[16]. A posteriori, elle déclare que son opposition au Brexit était une erreur[9].

Ministre des Égalités et secrétaire d’État au Commerce

Le , elle intègre le gouvernement Johnson en qualité de présidente du Bureau du Commerce et secrétaire d'État au Commerce international, et elle est nommée ministre des Femmes et des Égalités en , après la démission d'Amber Rudd.

Chargée du commerce international, elle signe de nombreux accords de libre-échange, bien qu'ils reprennent souvent le contenu de ceux qui existaient avant le Brexit[9]. Elle autorise aussi pour 289 millions de livres sterling la vente de matériel à usage militaire à la Russie en quelques mois, ce qui lui sera reproché après le début de la guerre contre l'Ukraine en 2022[17]. Elle a aussi autorisé la vente d'armement à l'Arabie saoudite, malgré la guerre au Yémen[17].

Secrétaire d’État aux Affaires étrangères et du Commonwealth

En , elle devient secrétaire d'État aux Affaires étrangères et du Commonwealth, seulement la deuxième femme à occuper ce poste (après Margaret Beckett).

Lors de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques à Glasgow, elle a affirmé que la France avait agi de manière inacceptable pendant le litige de pêche à Jersey[18].

Elle a soutenu la révision unilatérale du protocole sur l'Irlande du Nord, au risque de représailles de la part de Bruxelles[19].

En octobre 2021, elle appelle la Russie à intervenir dans la crise frontalière entre la Biélorussie et l'Union européenne[20]. En , elle et son homologue israélien Yaïr Lapid rendent public un projet qui vise à empêcher l'Iran de développer des armes nucléaires[21]. En , elle rencontre Sergueï Lavrov à Stockholm, exhortant la Russie à rechercher la paix avec l'Ukraine[22]. Elle est ridiculisée par son homologue russe, Sergueï Lavrov : ce dernier la piège en la poussant à affirmer qu’elle ne reconnaîtrait pas la souveraineté de Moscou sur deux villes russes proches de la frontière avec l’Ukraine, Rostov et Voronej[12]. Après l'invasion de l'Ukraine par la Russie en 2022, elle soutient Kiev sans réserves[9].

En , l'ancien Premier ministre australien Paul Keating, membre du conseil international de la Banque de développement de Chine, accuse Liz Truss de faire des commentaires « déments » sur le risque potentiel d'agressions militaires chinoises dans le Pacifique ; il déclare que « la Grande-Bretagne souffre de la folie des grandeurs et de la frustration de perdre en puissance [sur la scène internationale] »[23].

À la mi-, Liz Truss est exhortée par les députés britanniques à imposer des sanctions à Mohammed Al-Shaibani, un fonctionnaire de haut rang des Émirats arabes unis, pour son rôle dans la persécution de deux hommes d'affaires britanniques, Ryan Cornelius et son partenaire d'affaires Charles Ridley, condamnés à la suite d'un « processus judiciaire fondamentalement vicié ». Ryan Cornelius avait achevé sa peine de 10 ans mais en 2018 aurait reçu 20 ans supplémentaires en vertu d'une loi maintenant les débiteurs en prison jusqu'à ce qu'ils puissent s'acquitter de leur dette[24].

Élection à la direction du Parti conservateur

Candidate à la fonction de chef du Parti conservateur lors de l'élection prévue en pour succéder à Boris Johnson, elle parvient à la deuxième position lors du cinquième tour du vote des députés avec 113 voix, 24 voix derrière Rishi Sunak[25]. Elle obtient huit voix de plus que Penny Mordaunt, donnée favorite des militants conservateurs[26],[27]. Truss se qualifie avec Sunak pour le vote des adhérents du parti. Son opposant est considéré plus centriste[28].

Liz Truss est une « championne du libre-échange », et se lance dans la campagne en voulant incarner l’essence du conservatisme britannique[29]. Ses convictions sont ancrées à droite, voire libertariennes. C'est un « faucon » en politique étrangère, n'hésitant pas à afficher des positions très tranchées contre la Russie et la Chine[19] ; elle veut inclure la Chine dans la liste des « menaces officielles » pour la sécurité nationale britannique[30] et se dit prête à déclencher une guerre nucléaire si cela était nécessaire[31]. Elle considère que le Royaume-Uni doit cimenter son alliance avec les États-Unis et l'Australie plutôt qu'avec des pays européens[19]. Ainsi, elle refuse de dire si le président français doit être considéré comme un ami ou un ennemi[32].

Face à Rishi Sunak, elle insiste sur son agenda « audacieux », avec des baisses d’impôts massives « dès le premier jour »[33] ; une proposition controversée car bénéficiant surtout aux plus riches[34]. Elle s’oppose aux aides directes dans le domaine social[35]. Hostile aux syndicats de travailleurs, elle propose de limiter le droit de grève[35]. Liz Truss a aussi proposé, avant de renoncer, de réduire le salaire des fonctionnaires à l'exception de ceux officiant dans les régions de Londres et du sud-est de l'Angleterre où se concentrent les ménages les plus aisés, qui sont généralement les plus enclins à voter conservateur[36]. Dans le domaine de l’environnement, Liz Truss veut mettre fin aux taxes sur l'énergie qui permettent de financer des projets d’énergies renouvelables et l’isolation des logements[36]. Elle annonce vouloir autoriser la fracturation hydraulique et augmenter le forage pétrolier en mer du Nord[37]. Elle a les faveurs des militants conservateurs selon un sondage YouGov : 62 % préféraient Liz Truss, contre 38 % pour Sunak[33].

Première ministre du Royaume-Uni

Le , elle est élue à la tête du Parti conservateur, étant appelée à devenir Première ministre. Elle est officiellement nommée le lendemain par la reine Élisabeth II[38], devenant ainsi la troisième femme à diriger le gouvernement britannique, après Margaret Thatcher et Theresa May[39]. La passation de pouvoir a lieu au château de Balmoral en Écosse, où la reine réside habituellement à cette période de l'année, une première depuis la nomination de Robert Arthur Talbot Gascoyne-Cecil par Victoria en 1885[40].

Elle nomme son gouvernement le jour-même. Elle confie les postes-clés de chancelier de l'Échiquier à Kwasi Kwarteng, de secrétaire d'État aux Affaires étrangères à James Cleverly, et de secrétaire d'État à l'Intérieur à Suella Braverman, tous trois étant issus de l'immigration. La nouvelle Première ministre forme ainsi un cabinet encore plus divers que le précédent. Elle nomme vice-Première ministre Thérèse Coffey, sa directrice de campagne pour l'élection interne au Parti conservateur, et récompense Kwarteng et Cleverly, soutiens de la première heure, avec des responsabilités de premier plan. Les promotions de Braverman, ainsi que de Jacob Rees-Mogg comme secrétaire d'État à l'Énergie ou Chris Heaton-Harris, secrétaire d'État pour l'Irlande du Nord, marquent un virage à droite encore plus marqué que le deuxième gouvernement Johnson. De celui-ci, elle ne reconduit pas Rishi Sunak ainsi que des personnalités de poids, tels Dominic Raab ou Michael Gove. À l'inverse, James Cleverly et Suella Braverman, occupant des fonctions de premier ordre, n'ont qu'une faible expérience gouvernementale, ayant intégré l'exécutif depuis moins de quatre ans[41].

Décès de la reine Élisabeth II et avènement du roi Charles III

Deux jours après la nomination de Liz Truss, le à 15 h 10 BST[42], la reine Élisabeth II meurt. Dans le cadre de l'opération London Bridge, Liz Truss est la première personne (en dehors des membres de la famille royale) à être informée de la mort de la reine, à 16 h 30 BST[43]. La nouvelle Première ministre lui rend hommage lors d'un discours devant le 10 Downing Street[44]. Le lendemain, elle rencontre le nouveau roi Charles III à son retour à Londres, au palais de Buckingham[45]. Le , Liz Truss ainsi que 321 membres du Parlement prêtent serment d'allégeance à Charles III lors d'une session spéciale à la Chambre des communes, bien que cela ne soit pas une obligation, les députés ayant prêté allégeance à la reine « et à ses héritiers et successeurs » au début de la législature[46].

Politique étrangère

Politique environnementale

Liz Truss annonce peu après son arrivée au pouvoir une série de mesures telles que la reprise des essais de fracturation hydraulique, la suppression programmée de certaines lois héritées de l'Union européenne sur la qualité de l'eau et l’encadrement de l'usage des pesticides, ainsi que la relance de l'exploration gazière et pétrolière en mer du Nord[47]. À partir du 1er octobre, plusieurs dizaines d'associations de protection de la nature se mobilisent dans le pays pour contester ces projets, perçus comme des attaques sur l'environnement. Le gouvernement promet aussi la création de « zones d'investissement prioritaires » dans lesquelles les exigences environnementales seraient sérieusement relâchées, afin d'attirer les investissements privés. Elle est également critiquée pour avoir nommé un climatosceptique, Jacob Rees-Mogg, à la tête du ministère de l’Énergie[48].

Liz Truss est par ailleurs proche de l'Institute of Economic Affairs et du groupe 55 Tufton Street, deux influents groupes de réflexion exerçant un lobbying contre les politiques environnementales, et de l’organisation Countryside Alliance, amatrice de la chasse au renard et du tir à la grouse[49].

Crise économique

Le , Liz Truss dévoile sa politique budgétaire au Royaume-Uni. Elle prévoit notamment la suppression de la tranche supérieure d'impôt sur le revenu (pour les Britanniques qui gagnent plus de 170 000 euros par an), ce qui représente 50 milliards d'euros d'impôts en moins. À cela s'ajoute un allégement des taxes sur les transactions immobilières, ainsi qu'une série de réformes assouplissant la réglementation. Parmi elles figure la suppression du plafond sur les bonus des banquiers. Au total, cette politique prévoit 45 milliards de livres de baisses d'impôts non financées, presque exclusivement au bénéfice des ménages les plus aisés[50].

Ces annonces suscitent de nombreuses réactions négatives, y compris au Fonds monétaire international. Ce dernier estime que « les inégalités augmenteront probablement »[51]. Larry Summers, ancien secrétaire au Trésor des États-Unis, a critiqué « la pire politique macroéconomique jamais vue de longue date dans un grand pays. [...] Ce n'est tout simplement pas le moment pour ce genre de politique de l'offre naïve, imprégnée de pensée magique ». Une partie des cercles ultralibéraux a en revanche approuvé cette politique, comme le think tank Institute of Economic Affairs, qui a salué « un ensemble de réformes radicales qui va accroître la prospérité du Royaume-Uni »[50].

Tout cela entraîne la baisse importante des marchés financiers au Royaume-Uni. Plusieurs banques anglaises annoncent également l'augmentation des taux d'intérêts[51]. La livre britannique chute à son plus bas niveau depuis , à moins de 1,1 dollar, et les taux d'obligations d’État grimpent à un niveau record de 3,7 %[50].

Démission

Après plusieurs semaines de crise, déclenchée par la présentation des mesures fiscales en , et face à une fronde de plus en plus intense au sein du groupe parlementaire, Liz Truss annonce le sa démission de la direction du Parti conservateur, seulement six semaines après avoir pris ses fonctions de Première ministre[52], indiquant que « vu la situation, je ne peux pas remplir le mandat sur lequel j'ai été élue par le Parti conservateur » puis annonçant l’organisation d'une primaire pour la remplacer[53],[54]. Cette démission prend effet après l'élection de son successeur au sein du parti, Rishi Sunak, le 25 octobre[55]. Avec 49 jours au poste de Premier ministre, elle établit le record du plus court mandat au 10 Downing Street, détenu depuis près de deux siècles par un autre conservateur, George Canning, mort en fonction[56]. Son gouvernement battait des records d'impopularité, avec un taux d'approbation de seulement 10 % à la mi-octobre[57].

Après le 10 Downing Street

Après son départ du 10 Downing Street, Liz Truss, devrait percevoir une indemnité de 115 000 livres, soit environ 130 000 euros, ce qui crée la polémique au Royaume-Uni, Truss n’ayant passé que 44 jours au pouvoir[58]. Sur les ondes de la BBC, Keir Starmer, dirigeant du Parti travailliste, déclare ainsi : « Après 44 jours, elle n'a pas gagné le droit à cet avantage, elle doit le refuser »[59].

Résultats électoraux

Direction du Parti conservateur

Date Voix % Issue
2022 50 (1er tour)
64 (2e tour)
71 (3e tour)
86 (4e tour)
113 (5e tour)
81 326 (adhérents)
14,0 (1er tour)
18,0 (2e tour)
19,8 (3e tour)
24,1 (4e tour)
31,8 (5e tour)
57,4 (adhérents)
Élue

Chambre des communes

Élection Circonscription Parti Voix % Résultats
Générales de 2001 Hemsworth Conservateur 7 400 21,0 Échec
Générales de 2005 Calder Valley Conservateur 17 059 35,7 Échec
Générales de 2010 South West Norfolk Conservateur 23 753 48,3 Élue
Générales de 2015 South West Norfolk Conservateur 25 515 50,9 Élue
Générales de 2017 South West Norfolk Conservateur 32 894 62,8 Élue
Générales de 2019 South West Norfolk Conservateur 35 507 69,0 Élue

Références

  1. Aude Mazoue, « Liz Truss, l’héritière du thatchérisme pour succéder à Boris Johnson », sur france24.com, (consulté le ).
  2. a et b Andy McSmith, « Liz Truss: Conqueror of the Turnip Taliban », The Independent,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  3. « John K. Truss Emeritus Professor » [archive du ], sur University of Leeds (consulté le )
  4. « Profile: Elizabeth Truss », The Sunday Times,‎ (lire en ligne [archive du ] Accès payant, consulté le )
  5. (en) « 'A friend of my dad's emailed him: 'I see your daughter's now a "T***"' », sur the Guardian, (consulté le )
  6. a et b « Royaume-Uni : Liz Truss choisie pour succéder à Boris Johnson, voici cinq choses à savoir sur la nouvelle Première ministre », sur Franceinfo, (consulté le )
  7. AFP, « Un mari discret et deux ados: Liz Truss s'installe en famille à Downing Street », sur Le Point,
  8. (en) Caroline Westbrook, « Inside Liz Truss’ family life with her husband Hugh O’Leary and their two children », sur Metro,
  9. a b c d e et f Cécile Ducourtieux, « Liz Truss, une libérale convaincue, future première ministre du Royaume-Uni », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  10. Allan Lemarchand, « Qui est Liz Truss, la troisième femme Première ministre d'Élisabeth II ? », sur Point de Vue, (consulté le ).
  11. (en) William Booth, Karla Adam et Emily Rauhala, « 'Who is Liz Truss, a shapeshifter set to be U.K.’s next prime minister?' », The Washington Post,‎ (lire en ligne Accès libre).
  12. a et b « Succession de Boris Johnson : Rishi Sunak et Liz Truss en finale pour Downing Street », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le ).
  13. www.parliament.uk
  14. www.gov.uk
  15. « La démission de David Frost, ministre du Brexit, un nouveau coup dur pour Boris Johnson », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  16. a et b (en-GB) « Liz Truss: Brexit-backing bosses are living in cloud cuckoo land if they think leaving EU will help business », sur The Sun, (consulté le )
  17. a et b (en-US) MATT KENNARD, « Liz Truss approved £289m of UK exports with potential military use to Russia before Ukraine invasion », sur Declassified Media Ltd,
  18. (en) « Liz Truss: France has made unacceptable threats », sur BBC (consulté le )
  19. a b et c « Liz Truss : une girouette de fer », sur Les Echos,
  20. (en) « Belarus crisis: UK must be ‘on our guard’ amid tensions between Russia and Eastern Europe, warns Defence chief », sur inews.co.uk (consulté le )
  21. (en) « UK and Israel target Iran with trade, defense and cyber pact », sur Politico (consulté le )
  22. (en) « UK and US urge Russia to draw back from conflict in Ukraine », sur Independent (consulté le )
  23. (en) « Former Australian PM Paul Keating criticises Liz Truss over ‘demented’ China comments », sur The Guardian (consulté le )
  24. (en) « Liz Truss urged to impose sanctions on Dubai official over jailed British businessmen », sur The Telegraph (consulté le )
  25. https://www.france24.com/fr/europe/20220710-royaume-uni-liz-truss-se-lance-dans-la-course-pour-succ%C3%A9der-%C3%A0-boris-johnson
  26. https://www.lesechos.fr/monde/europe/rishi-sunak-et-liz-truss-saffronteront-dans-un-duel-final-pour-downing-street-1777726
  27. https://www.lesechos.fr/monde/europe/royaume-uni-5-choses-a-savoir-sur-penny-mordaunt-nouvelle-coqueluche-de-la-droite-britannique-1776903
  28. https://www.france24.com/fr/europe/20220720-rishi-sunak-et-liz-truss-finalistes-dans-la-course-à-downing-street
  29. « Succession de Boris Johnson : qui est Liz Truss, la cheffe de la diplomatie qui a annoncé sa candidature ? », sudouest,‎ (ISSN 1760-6454, lire en ligne, consulté le )
  30. (en) Sean Meleady, « 'Hawkish stance!' Liz Truss set to declare China an official threat… », sur Express.co.uk,
  31. (en) « Liz Truss says she’s ‘ready’ to hit nuclear button if necessary », sur The Independent,
  32. « Vu du Royaume-Uni. Liz Truss “déteste vraiment les Français” », sur Courrier international,
  33. a et b « Succession de Boris Johnson : Liz Truss conforte son statut de favorite », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  34. « Succession de Boris Johnson: Liz Truss, favorite des conservateurs les plus convaincus », sur RFI,
  35. a et b « Royaume-Uni : Liz Truss succède à Boris Johnson à la tête du Parti conservateur », sur TV5MONDE,
  36. a et b « Royaume-Uni: quel est le programme économique de Liz Truss, la nouvelle Première ministre britannique? », sur BFM BUSINESS
  37. (en) « Truss ‘to lift fracking ban within days of becoming leader to boost energy supplies’ », sur The Independent,
  38. « DIRECT. Royaume-Uni : Liz Truss est officiellement devenue Première ministre après sa rencontre avec la reine Elizabeth II », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  39. (en-US) « Liz Truss named as UK's third woman prime minister », sur news.yahoo.com (consulté le )
  40. « Balmoral, «plus bel endroit du monde» et refuge des Windsor », sur LEFIGARO, (consulté le )
  41. Cécile Ducourtieux, « Liz Truss, la première ministre britannique, nomme un gouvernement de fidèles », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  42. (en-GB) « Queen's cause of death given as 'old age' on death certificate », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  43. (en) « Queen Elizabeth II dies: King Charles III expresses ‘greatest sadness’ upon passing of his mother in first statement as monarch – latest updates », sur The Guardian, (consulté le ).
  44. « Liz Truss salue Elizabeth II comme «l'esprit même de la Grande-Bretagne» », sur Figaro Live, (consulté le )
  45. (en) Rowena Mason, « Liz Truss to meet King Charles for first time since Queen’s death », sur The Guardian, (consulté le )
  46. (en) « Senior MPs take oath of allegiance to King Charles », sur BBC News, (consulté le ).
  47. « Au Royaume-Uni, les militants écologistes se mobilisent contre les projets de Liz Truss », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  48. « Royaume-Uni. Avec l’élection de Liz Truss, le retour des antiécologistes se dessine », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  49. Reporterre, « La nouvelle dirigeante britannique, Liz Truss, est l'amie du pétrole », sur Reporterre, le quotidien de l'écologie
  50. a b et c « Royaume-Uni : le programme économique de Liz Truss affole les marchés », sur Les Echos,
  51. a et b « "Je n'ai jamais vu une telle incompétence" : au Royaume-Uni, la politique budgétaire de Liz Truss inquiète et provoque la colère », sur Franceinfo, (consulté le )
  52. « Royaume-Uni : Liz Truss démissionne après seulement six semaines au pouvoir », L'Obs,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  53. « Démission de Liz Truss : Boris Johnson, Rishi Sunak, Penny Mordaunt… qui sont les possibles candidats pour la remplacer ? », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  54. « Liz Truss démissionne et annonce l’organisation d’une primaire », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  55. « Royaume-Uni: Rishi Sunak désigné Premier ministre par les Conservateurs britanniques », sur BFMTV (consulté le )
  56. Glenn Gillet, « Avec 44 jours en poste, Liz Truss est la Première ministre britannique la plus éphémère de l'histoire », BFM TV,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  57. (en) Reuters, « Eight out of 10 Britons disapprove of Liz Truss-led government - poll », Reuters,‎ (lire en ligne)
  58. « Départ de Liz Truss : 130 000 euros par an pour 44 jours au pouvoir, la polémique enfle au Royaume-Uni », sur ladepeche.fr (consulté le ).
  59. « Royaume-Uni. Les 130 000 euros par an « à vie » de Liz Truss créent la polémique », sur www.ledauphine.com (consulté le ).

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes