Effets biologiques et environnementaux des champs électromagnétiques

L'effet des rayonnements non-ionisant sur la santé et sur l'environnement est un sujet de santé publique dans la plupart des pays.

Les effets des rayonnements ionisants sur la santé concernent, eux, le domaine de la radiobiologie. Les effets sur l'environnement non vivant concernent le domaine de la compatibilité électromagnétique.

Les antennes contenues dans les téléphones portables, notamment les ordiphones, émettent des rayonnements radiofréquences (RF) (« ondes radio » non ionisantes comme les micro-ondes) ; les parties de la tête ou du corps les plus proches de l'antenne peuvent absorber cette énergie et la convertir en chaleur.

Depuis les années 1990, des scientifiques cherchent un lien supposé entre le rayonnement (désormais omniprésent) associé aux antennes de téléphonie mobile ou aux tours de téléphonie cellulaire et une dégradation de la santé humaine[1].

Les réseaux de téléphonie mobile utilisent diverses bandes de rayonnement RF, dont certaines chevauchent la gamme des micro-ondes. D'autres systèmes numériques sans fil, tels que les réseaux de communication de données (téléphones, ordinateurs, tablettes, assistants personnels, répéteurs de signaux, commandes d'ouvertures etc.) produisent un rayonnement similaire.

En réponse à l'inquiétude d'une partie du public, l'Organisation mondiale de la santé créa le Projet international Champs électriques et magnétiques - CEM / EMF (« Electric and Magnetic Fields », en anglais) en 1996 pour évaluer les preuves scientifiques des effets possibles sur la santé des CEM dans la gamme de fréquences de 0 à 300 GHz. Son rapport déclare que, bien que des recherches approfondies aient été menées sur les effets possibles de l'exposition à de nombreuses fréquences variées, tous les examens effectués jusqu'à présent ont indiqué que, tant que les expositions sont inférieures aux limites recommandées dans les directives CEM de l'ICNIRP (1998), qui couvrent toute la gamme de fréquences de 0 à 300 GHz, de telles expositions ne produisent aucun effet nocif connu sur la santé[2].

En 2011, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), une agence de l'Organisation mondiale de la santé, a classé le rayonnement sans fil dans le groupe 2B – éventuellement cancérigène. Cela signifie qu'il « pourrait y avoir un certain risque » de cancérogénicité, donc des recherches supplémentaires sur l'utilisation intensive à long terme des appareils sans fil doivent être menées. En 2018, alors que plusieurs études universitaires indépendantes démontraient plusieurs types de modifications de l'activité biologique liées aux ondes électromagnétiques, l'OMS déclare : « un grand nombre d'études ont été réalisées au cours des deux dernières décennies pour évaluer si les téléphones portables présentent un risque potentiel pour la santé. À ce jour, aucun effet néfaste sur la santé n'a été établi comme étant causé par l'utilisation du téléphone mobile. »[3]

Les directives internationales sur les niveaux d'exposition aux champs électromagnétiques de fréquence micro-ondes telles que l'ICNIRP limitent les niveaux de puissance des appareils sans fil et il est rare que les appareils sans fil dépassent ces directives.

Les directives ne prennent en compte que les effets thermiques. Par exemple, dans le monde anglo-saxon, la position officielle de l'Agence britannique de protection de la santé (HPA) est qu' « il n'y a aucune preuve cohérente à ce jour que le Wi-Fi et les WLAN affectent négativement la santé de la population générale », mais aussi que « c'est une approche de précaution sensée ... pour suivre la situation en permanence... »[4].

Dans une déclaration de 2018, la FDA écrit que « les limites de sécurité actuelles sont fixées pour inclure une marge de sécurité de 50 fois par rapport aux effets observés de l'exposition à l'énergie radiofréquence ».

Exposition

Téléphones portables

Un téléphone mobile se connecte au réseau téléphonique via des ondes radio échangées avec une antenne locale et un émetteur-récepteur automatisé appelé station de base cellulaire (site, cellulaire ou tour cellulaire). La zone de service desservie par chaque fournisseur est divisée en petites zones géographiques appelées cellules, et tous les téléphones d'une cellule communiquent avec son antenne. Le téléphone et la tour ont des émetteurs radio qui communiquent entre eux. Étant donné que dans un réseau cellulaire, les mêmes canaux radio sont réutilisés toutes les 'X' cellules, les réseaux cellulaires utilisent des émetteurs de faible puissance pour éviter que les ondes radio d'une cellule ne se répandent et n'interfèrent avec une cellule voisine utilisant les mêmes fréquences.

Les téléphones portables sont limités à une sortie de puissance rayonnée isotrope effective (PRIE, parfois connu sous son acronyme anglais « EIRP ») de 3 watts et le réseau ajuste en permanence l'émetteur du téléphone à la puissance la plus faible compatible avec une bonne qualité de signal, la réduisant à un milliwatt à proximité de la tour cellulaire.

Les émetteurs du canal de la tour ont généralement une puissance de sortie « PRIE » d'environ 50 watts. Même lorsqu'il n'est pas utilisé, à moins qu'il ne soit éteint, un téléphone mobile émet périodiquement des signaux radio sur son canal de contrôle, pour garder le contact avec sa tour de téléphonie cellulaire et pour des fonctions telles que le transfert du téléphone à une autre tour si l'utilisateur passe dans une autre cellule. Lorsque l'utilisateur passe un appel, le téléphone transmet un signal sur un deuxième canal qui transmet la voix de l'utilisateur.

Les réseaux 2G, 3G et 4G existants utilisent des fréquences UHF ou micro-ondes basses – 600 MHz à 3,5 GHz. De nombreux appareils sans fil domestiques tels que les réseaux Wi-Fi, les portes automatiques de garage, les babyphones et certains interphones, utilisent cette même plage de fréquences.

Les ondes radio diminuent rapidement d'intensité par l'inverse du carré de la distance, à partir d'une antenne émettrice. Ainsi, l'émetteur du téléphone, qui se tient près du visage de l'utilisateur lorsqu'il parle, est une source d'exposition humaine bien plus importante que l'émetteur de la tour, qui se trouve généralement à quelques centaines de mètres de l'utilisateur. Un utilisateur peut réduire son exposition en utilisant un casque, en coupant son téléphone (mode avion ou éteint) ou en l'utilisant plus éloigné de son corps.

Les réseaux cellulaires 5G de nouvelle génération, qui ont commencé à se déployer en 2019, utilisent des fréquences plus élevées dans ou à proximité de la bande des ondes millimétriques: de 24 à 52 GHz[5],[6].

Ces ondes millimétriques sont facilement absorbées par les gaz atmosphériques, de sorte que les réseaux 5G utiliseront des cellules plus petites que les réseaux cellulaires précédents, de la taille d'un pâté de maisons (quelques dizaines de mètres). Au lieu d'une tour cellulaire, chaque cellule utilisera un réseau de plusieurs petites antennes montées sur des bâtiments et des poteaux électriques existants. Les premières études suggèrent que les ondes millimétriques pénètrent moins profondément dans les tissus biologiques que les micro-ondes et sont principalement absorbées dans les premiers centimètres de la surface du corps.

Téléphones sans fil

L'Agence britannique de protection de la santé (HPA) alerte par ailleurs qu'en raison de la capacité de puissance adaptative du téléphone mobile, le rayonnement d'un téléphone sans fil DECT pourrait bien dépasser le rayonnement d'un téléphone mobile. La HPA explique que si le rayonnement du téléphone sans fil DECT a une puissance de sortie moyenne de 10 mW, il se présente en fait sous la forme de 100 rafales par seconde de 250 mW, une puissance comparable à certains téléphones portables[7].

Réseaux sans fil

La plupart des équipements LAN sans fil sont conçus pour fonctionner selon des normes prédéfinies. Les points d'accès sans fil sont souvent situés à proximité d'habitations, de bureaux ou autres lieux fréquentés, mais la chute de puissance à distance est rapide – suivant la loi du carré inverse[8].

Cependant, les ordinateurs portables sans fil sont généralement utilisés à proximité immédiate du corps. Le Wi-Fi fut lié par ailleurs à l'hypersensibilité électromagnétique ; sur ce sujet des recherches (établies en 2005 et 2008) sur l'hypersensibilité électromagnétique n'ont trouvé aucune preuve systématique à l'appui des personnes hyper-électrosensibles[9],[10].

Les utilisateurs d'appareils de mise en réseau sans fil sont généralement exposés pendant des périodes beaucoup plus longues que pour les téléphones mobiles et la puissance des appareils sans fil n'est pas significativement inférieure. Alors qu'un téléphone UMTS (Universal Mobile Telecommunications System) peut aller de 21 dBm (125 mW) pour la classe de puissance 4 à 33 dBm (2 W) pour la classe de puissance 1, un routeur sans fil peut aller de 15 dBm (30 mW) jusqu'à 27 dBm (500 mW) sur des appareils « haut de gamme ».

Cependant, là encore, la distance au corps est primordiale dans la mesure des nuisances : les routeurs sans fil sont généralement situés beaucoup plus loin de la tête des utilisateurs qu'un téléphone que l'utilisateur manipule, ce qui entraîne une surexposition électromagnétique moins importante. L'Agence de protection de la santé britannique (HPA) indique que si une personne passe un an dans un endroit doté d'un point d'accès Wi-Fi, elle recevra la même dose d'ondes radio que si elle avait passé un appel de 20 minutes sur un téléphone portable[11].

La position de la HPA est que « les expositions aux radiofréquences (RF) du Wi-Fi sont susceptibles d'être inférieures à celles des téléphones portables. » Cette agence n'indique également « aucune raison pour que les écoles et autres n'utilisent pas l'équipement WiFi. »[4]

En octobre 2007, la HPA a lancé une nouvelle étude « systématique » sur les effets des réseaux WiFi pour le compte du gouvernement britannique. Michael Clark de la HPA affirme que les recherches publiées sur les téléphones portables et les mâts ne constituent pas une mise en accusation directe de la technologie WiFi[12],[13].

Effets étudiés

Barrière hémato-encéphalique

Une revue de 2010 déclare que « les preuves expérimentales n'appuient pas la thèse d'un effet des champs de radiofréquence » non-thermiques sur la perméabilité de la barrière hémato-encéphalique, mais note que la recherche sur les effets à basse fréquence et les effets chez l'homme est rare[14]. Une étude de 2012 sur les rayonnements à basse fréquence sur les humains n'a trouvé « aucune preuve d'effets aigus du rayonnement à court terme des téléphones portables sur le flux sanguin cérébral »[1],[15].

Cancer

Il n'existe aucun moyen connu par lequel le rayonnement radiofréquence (contrairement au rayonnement ionisant) affecte l'ADN pour provoquer un type de cancer. En 2011, le CIRC, un groupe de travail de l'OMS, classe l'utilisation du téléphone portable comme « probablement cancérogène pour l'homme »[16]. Le CIRC résume alors sa conclusion par : « Les preuves épidémiologiques humaines étaient mitigées. Plusieurs études de taille modeste de cas-témoins précoces furent considérées comme « non informatives ». Une vaste étude quantitative n'a montré aucune augmentation pertinente du risque de tumeurs, mais elle manquait d'informations sur le niveau d'utilisation du téléphone portable et il existait plusieurs sources potentielles d'erreur de classification de l'exposition. L'essentiel des preuves provenait des rapports de l'étude INTERPHONE, une très grande étude cas-témoin internationale multicentrique et une grande étude cas-témoin distincte en Suède sur les gliomes et les méningiomes du cerveau et les neurinomes de l'acoustique. Bien qu'affectées par un biais de sélection et un biais d'information à des degrés divers, ces études ont montré une association entre le gliome et le neurinome de l'acoustique et l'utilisation du téléphone portable ; spécifiquement chez les personnes faisant l'utilisation cumulative la plus élevée de téléphones portables, chez les personnes qui avaient utilisé des téléphones portables du même côté de la tête que celui sur lequel leur tumeur s'était développée, et chez les personnes dont la tumeur se trouvait dans le lobe temporal du cerveau (la zone de le cerveau qui est le plus exposé aux rayonnements RF lorsqu'un téléphone sans fil est utilisé à l'oreille) »[17]. Malgré ces conclusions, le CDC (États-Unis) déclare qu'aucune preuve scientifique ne permet de déterminer avec certitude si l'utilisation du téléphone portable cause le cancer[1],[18].

Dans une déclaration de 2018, la Food and Drug Administration des États-Unis a déclaré que « les limites de sécurité actuelles sont fixées pour inclure une marge de sécurité de 50 fois par rapport aux effets observés de l'exposition à l'énergie radiofréquence »[19].

Le 1er novembre 2018, le National Toxicology Program (États-Unis) publie la version finale de son étude sur des rats et des souris, menée sur une dizaine d'années. Ce rapport conclut après l'examen avec une déclaration mise à jour selon laquelle « il existe des preuves claires que les rats mâles exposés à des niveaux élevés de rayonnement radiofréquence (RFR) comme ceux utilisés dans les téléphones portables 2G et 3G ont développé des tumeurs cardiaques cancéreuses. (...) Il y avait également des preuves de tumeurs dans le cerveau et la glande surrénale des rats mâles exposés. Pour les rats femelles et les souris mâles et femelles, les preuves étaient équivoques quant à savoir si les cancers observés étaient associés à l'exposition aux RFR. »[20] Une analyse des résultats préliminaires de l'étude a fait valoir qu'en raison de problèmes tels que l'apparition incohérente de « signaux de danger » au sein et entre les espèces et les risques accrus de faux positifs en raison de la multiplicité des tests, les résultats positifs observés sont plus probablement « dus au hasard ». Les résultats complets de l'étude ont été publiés pour examen par les pairs en février 2018[21].

Une étude de 2021 trouve des preuves « limitées » mais « suffisantes » sur les fréquences radio de l'ordre de 450 MHz à 6 000 MHz comme étant liées aux gliomes et aux neurinomes auditifs chez l'homme, concluant cependant également que « les preuves ne sont pas encore suffisamment solides pour établir une relation directe ». Aucune conclusion n'a pu être tirée pour des fréquences plus élevées en raison de l'absence d'études adéquates[22].

Fertilité et reproduction

Une baisse de la qualité du sperme masculin a été observée sur plusieurs décennies et dans plusieurs études[23],[24],[25]. Les études sur l'impact du rayonnement mobile sur la fertilité masculine sont contradictoires et les effets du rayonnement électromagnétique de radiofréquence (RF-EMR) émis par ces appareils sur les systèmes reproducteurs font actuellement l'objet d'un débat animé – notamment influencé par des acteurs industriels du secteur de la téléphonie[26],[27],[28],[29]. Une revue de 2012 a conclu que «ensemble, les résultats de ces études ont montré que RF-EMR diminue le nombre et la motilité des spermatozoïdes et augmente le stress oxydatif »[30],[31]. Une étude de 2017 portant sur 153 hommes ayant fréquenté une clinique de fertilité universitaire à Boston, dans le Massachusetts, révèle que l'utilisation « autodéclarée » du téléphone portable n'était pas liée à la qualité du sperme et que le fait de porter un téléphone portable dans la poche du pantalon n'était pas lié à la qualité du sperme[32].

Un examen de 2021 a conclu que les fréquences radio 5G étaient de l'ordre de 450 MHz à 6 000 MHz affectent la fertilité masculine, peuvent affecter la fertilité féminine et peuvent avoir des effets néfastes sur le développement des embryons, des fœtus et des nouveau-nés. Aucune conclusion n'a pu être tirée pour des fréquences plus élevées en raison de l'absence d'études satisfaisantes[22].

Hypersensibilité électromagnétique

Certains utilisateurs de téléphones mobiles et d'appareils similaires ont signalé avoir ressenti divers symptômes pendant et après l'utilisation. Les études n'ont pas encore établi de lien entre ces symptômes et l'exposition électromagnétique[33].

Métabolisme du glucose

Selon l'Institut national du cancer aux États-Unis, deux petites études explorant si et comment le rayonnement des téléphones portables affecte le métabolisme du glucose dans le cerveau ont donné des résultats incohérents[1].

Effets sur les enfants

Un rapport de l'Agence de protection contre les radiations et de sûreté nucléaire (ARPANSA) du gouvernement australien en juin 2017 notait que : « Le programme de recherche de l'OMS de 2010 a identifié un manque de preuves suffisantes concernant les enfants et c'est toujours le cas. ... Étant donné qu'aucune étude prospective à long terme ne s'est penchée sur cette question à ce jour, ce besoin de recherche reste hautement prioritaire. En ce qui concerne le cancer en particulier, une seule étude cas-témoins complète portant sur quatre pays européens a examiné l'utilisation du téléphone portable chez les enfants ou les adolescents et le risque de tumeur cérébrale ; elle n'a révélé aucune association entre les deux (Aydin et al. 2011). ... Compte tenu de ce manque d'informations concernant l'utilisation des téléphones portables par les enfants et le cancer... d'autres études épidémiologiques sont nécessaires. »

Stations

Crédit image :
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Tour d'antenne mobile cellulaire et UHF avec plusieurs antennes

Les experts consultés par la France ont considéré qu'il est obligatoire que l'axe principal de l'antenne ne soit pas directement devant un lieu de vie à une distance inférieure à 100 mètres[34]. Cette recommandation a été modifiée en 2003[35], afin de préciser que les antennes situées dans un rayon de 100 mètres des écoles primaires ou des garderies devraient être mieux intégrées dans le paysage urbain ; cette recommandation n'a pas été incluse dans un rapport d'expertise de 2005[36].

En 2009, l' ANSES, affirme qu'il n'y a pas d'effet à court terme démontré des champs électromagnétiques sur la santé, mais qu'il existe des questions ouvertes sur les effets à long terme et qu'il est facile de réduire l'exposition grâce à des améliorations technologiques[37].

Une étude de 2020 dans Environmental Research a révélé que « bien que la causalité directe des effets négatifs sur la santé humaine des RFR des stations de base de téléphonie cellulaire n'ait pas été finalisée, il existe déjà suffisamment de preuves médicales et scientifiques pour justifier des problèmes de responsabilité à long terme pour les entreprises déployant des tours de téléphonie cellulaire » et a ainsi recommandé des retraits volontaires des écoles et des hôpitaux[38].

Normes sécuritaires et licences

Pour protéger la population vivant autour des antennes ainsi que les utilisateurs de téléphones mobiles, les gouvernements et les organismes de réglementation adoptent des normes de sécurité, qui se traduisent par des limites sur les niveaux d'exposition en dessous d'une certaine valeur. Il existe de nombreuses normes nationales et internationales proposées, mais celle de la Commission internationale de protection contre les rayonnements non ionisants (ICNIRP) est la plus respectée et a été adoptée à ce jour par plus de 80 pays.

Pour les radios, l'ICNIRP propose deux niveaux de sécurité : un pour l'exposition professionnelle, un autre pour la population générale. Des efforts politiques sont toujours d'actualité, afin d'harmoniser les différentes normes existantes[39].

Des procédures d'octroi de licences de base radio ont été établies dans la majorité des espaces urbains réglementés au niveau municipal/comté, provincial/étatique ou national. Les fournisseurs de services de téléphonie mobile sont, dans de nombreuses régions, tenus d'obtenir des licences de construction, de fournir une certification des niveaux d'émission d'antenne et d'assurer la conformité aux normes ICNIRP et/ou aux législations environnementales.

De nombreux organismes gouvernementaux exigent également que les entreprises de télécommunications concurrentes partagent des tours télécoms afin de réduire l'impact environnemental et cosmétique. Cette question est un facteur influent de rejet de l'installation de nouvelles antennes et pylônes dans les collectivités.

Les normes de sécurité aux États-Unis sont établies par la Federal Communications Commission (FCC). La FCC a basé ses normes principalement sur les normes établies par le National Council on Radiation Protection and Measurements (NCRP), une organisation scientifique à charte qui dépend du Congrès située dans la zone WDC ainsi que l'Institute of Electrical and Electronics Engineers (IEEE), en particulier le sous-comité 4 du Comité international sur la sécurité électromagnétique.

La Fédération helvétique a fixé des limites de sécurité inférieures aux limites de l'ICNIRP pour certaines zones sensibles (salles de classe, par exemple)[40].

En mars 2020, pour la première fois depuis 1998, l'ICNIRP a mis à jour ses directives pour l'exposition aux fréquences supérieures à 6 GHz, y compris les fréquences utilisées pour la 5G. Cette Commission ajouta une restriction sur les niveaux acceptables d'exposition pour l'ensemble du corps, ainsi qu'une restriction sur les niveaux acceptables pour de brèves expositions à de petites régions du corps et a réduit la quantité maximale d'exposition autorisée sur une petite région du corps[41].

Poursuites

Aux États-Unis, des poursuites pour blessures corporelles ont été intentées par des particuliers contre des fabricants (dont Motorola[42], NEC, Siemens et Nokia) sur la base d'allégations de causalité de cancer du cerveau et de décès.

Dans les tribunaux fédéraux américains, le témoignage d'un expert scientifique doit d'abord être évalué par un juge, lors d'une audience Daubert, pour être pertinent et valide avant d'être recevable en tant que preuve. Dans une affaire de 2002 contre Motorola, les plaignants ont allégué que l'utilisation de téléphones portables sans fil pouvait causer un cancer du cerveau et que l'utilisation de téléphones Motorola avait causé le cancer d'un des plaignants. Le juge a statué qu'aucune preuve scientifique suffisamment fiable et pertinente à l'appui d'un lien de causalité général ou spécifique n'avait été présentée par les demandeurs; il a aussi accepté une requête d'exclusion du témoignage des experts des plaignants et a rejeté une requête en exclusion du témoignage de la défense[43].

Deux affaires distinctes en Italie, en 2009 et 2017[44], ont abouti à l'octroi de pensions à des plaignants qui avaient prétendu que leurs tumeurs cérébrales bénignes résultaient d'une utilisation prolongée du téléphone portable dans le cadre de tâches professionnelles, par exemple 5 à 6 heures par jour, ce qu'ils ont jugé différent de l'utilisation non professionnelle.

Au Royaume-Uni, une action en justice contre la 5G a demandé une révision judiciaire du projet du gouvernement de déployer cette technologie. En cas de succès, le groupe devait être représenté par Michael Mansfield, un éminent avocat britannique. Cette demande a été rejetée au motif que le gouvernement avait démontré que la 5G était aussi sûre que la 4G et que les demandeurs avaient intenté leur action trop tard[45].

Précautions

Principe de précaution

En 2000, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande que le principe de précaution puisse s'appliquer volontairement dans le cas des télécommunications[46]. Il suit les recommandations de la Communauté Européenne pour les risques environnementaux.

Selon l'OMS, le principe de précaution est «une politique de gestion des risques appliquée dans des circonstances à haut degré d'incertitude scientifique, reflétant la nécessité d'agir face à un risque potentiellement grave sans attendre les résultats de la recherche scientifique».

D'autres approches recommandées sont le « principe d'évitement prudent » et une pratique aussi faible que raisonnablement possible.

Bien que toutes ces mesures soient problématiques dans leur application, en raison de l'utilisation généralisée et de l'importance économique des systèmes de télécommunication sans fil dans les civilisations modernes, il existe une application croissante de ces mesures parmi le grand public, bien qu'il soit également prouvé que de telles approches peuvent accroître les inquiétudes[47]. Ils impliquent des recommandations telles que la minimisation de l'utilisation, la limitation de l'utilisation par les populations à risque (par exemple, les enfants), l'adoption de téléphones et de « microcellulaires » avec des niveaux de rayonnement aussi faibles que raisonnablement réalisables, l'utilisation plus large des kits mains libres et des écouteurs Bluetooth l'adoption de normes maximales d'exposition, l'intensité du champ RF et la distance des antennes des stations de base par rapport aux habitations humaines, etc.[réf. nécessaire]

Dans l'ensemble, l'information du grand public reste un défi car diverses conséquences sanitaires sont évoquées dans la littérature et par les médias, exposant les populations de manière chronique à des informations potentiellement fallacieuses ou erronées[48].

Mesures de précaution et avis sanitaires

En mai 2011, le Centre international de recherche sur le cancer de l'OMS annonce qu'il classe les champs électromagnétiques des téléphones portables et d'autres sources comme «probablement cancérigènes pour l'homme» et conseille publiquement d'adopter des mesures de sécurité pour en réduire l'exposition, comme l'utilisation de kits mains libres ou de textos.

Certaines autorités nationales de conseil en matière de rayonnement, y compris celles d'Autriche[49], de France, d' Allemagne[50] et de Suède[51] recommandent des mesures de minimisation de l'exposition de leurs citoyens.

Exemples de recommandations :

  • Utiliser un kit mains libres pour diminuer le rayonnement vers la tête.
  • Garder le téléphone portable éloigné du corps.
  • N'utilisez pas le téléphone dans une voiture sans antenne externe.

L'utilisation du «kit mains libres» n'a pas été recommandée par la British Consumers 'Association dans une déclaration de novembre 2000, car elle estimait que l'exposition était accrue. Cependant, des mesures pour le ministère britannique du Commerce et de l'Industrie[52] et d'autres mesures pour l'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail[53] ont montré des réductions substantielles d'exposition dues à l'utilisation d'un kit mains libres.

En 2005, le professeur Lawrie Challis et d'autres que le fait de clipper une perle de ferrite sur un kit mains libres empêcherait les ondes radio de remonter vers la tête via le fil.

Plusieurs nations ont conseillé une utilisation modérée des téléphones portables pour les enfants[54].

Une publication de Gandhi et al. en 2006 indique que les enfants reçoivent des niveaux plus élevés de taux d'absorption spécifique (SAR). Lorsque les enfants de 5 et 10 ans sont comparés aux adultes, ils reçoivent des niveaux de DAS plus élevés d'environ 153 % – c'est-à-dire deux fois et demi les niveaux des adultes.

De plus, avec la permittivité du cerveau diminuant à mesure que l'on vieillit et le volume relatif plus élevé du cerveau en croissance exposé chez les enfants, le rayonnement pénètre bien au-delà dans la mésencéphale[55].

5G

La FDA aurait déclaré qu'elle « … continue de croire que les limites de sécurité actuelles pour l'exposition à l'énergie des radiofréquences des téléphones portables restent acceptables pour protéger la santé publique. »[56]

Pendant la pandémie de COVID-19, des informations erronées ont circulé affirmant que les réseaux 5G contribuent à la propagation de COVID-19.

Produits contrefaits

Des produits ont été vendus censés protéger les gens des rayonnements électromagnétiques des téléphones portables ; aux États-Unis, la Federal Trade Commission a publié un avertissement selon lequel «les escrocs suivent les gros titres pour promouvoir des produits qui jouent sur les informations – et s'en prennent aux personnes concernées.»[57]

Selon la FTC, «il n'y a aucune preuve scientifique que les soi-disant boucliers réduisent de manière significative l'exposition aux émissions électromagnétiques. Les produits qui bloquent uniquement l'écouteur – ou une autre petite partie du téléphone – sont totalement inefficaces car tout le téléphone émet des ondes électromagnétiques.» De tels boucliers «peuvent interférer avec le signal du téléphone, l'amener à consommer encore plus d'énergie pour communiquer avec la station de base et éventuellement émettre plus de rayonnement.»[57]

Références

  1. a b c et d What has research shown about the possible cancer-causing effects of radiofrequency energy?, United States National Cancer Institute
  2. « WHO EMF Research » [archive du ], World Health Organization (consulté le )
  3. « Electromagnetic fields and public health: mobile phones », WHO, (consulté le )
  4. a et b « WiFi Summary », Health Protection Agency (consulté le )
  5. Nordrum et Clark, « Everything you need to know about 5G », IEEE Spectrum magazine, Institute of Electrical and Electronic Engineers, (consulté le )
  6. Hoffman, « What is 5G, and how fast will it be? », How-To Geek website, (consulté le )
  7. « Archived copy » [archive du ] (consulté le )
  8. Foster, « Radiofrequency exposure from wireless LANs utilizing Wi-Fi technology », Health Physics, vol. 92, no 3,‎ , p. 280–289 (PMID 17293700, DOI 10.1097/01.HP.0000248117.74843.34, lire en ligne)
  9. Rubin, Munshi et Wessely, « Electromagnetic Hypersensitivity: A Systematic Review of Provocation Studies », Psychosomatic Medicine, vol. 67, no 2,‎ , p. 224–232 (PMID 15784787, DOI 10.1097/01.psy.0000155664.13300.64)
  10. Röösli, « Radiofrequency electromagnetic field exposure and non-specific symptoms of ill health: A systematic review », Environmental Research, vol. 107, no 2,‎ , p. 277–287 (PMID 18359015, DOI 10.1016/j.envres.2008.02.003, Bibcode 2008ER....107..277R)
  11. « Wi-fi health fears are 'unproven' », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  12. 11 December 2006, The Times, consulté le 26 mai 2015
  13. « Bioinitiative Report » (consulté le )
  14. « Electromagnetic fields and the blood-brain barrier », Brain Research Reviews, vol. 65, no 1,‎ , p. 80–97 (PMID 20550949, DOI 10.1016/j.brainresrev.2010.06.001)
  15. « No effects of short-term GSM mobile phone radiation on cerebral blood flow measured using positron emission tomography », Bioelectromagnetics, vol. 33, no 3,‎ , p. 247–56 (PMID 21932437, DOI 10.1002/bem.20702)
  16. « Fact Sheet No. 193: Electromagnetic Fields and Public Health – Mobile Phones », World Health Organization, (consulté le )
  17. Non-ionizing Radiation, Part 2: Radiofrequency Electromagnetic Fields IARC Monographs on the Evaluation of Carcinogenic Risks to Humans Volume 102, International Agency for Research on Cancer, (lire en ligne)
  18. Repacholi, Lerchl, Röösli et Sienkiewicz, « Systematic review of wireless phone use and brain cancer and other head tumors », Bioelectromagnetics, vol. 33, no 3,‎ , p. 187–206 (PMID 22021071, DOI 10.1002/bem.20716)
  19. « Press Announcements - Statement from Jeffrey Shuren, M.D., J.D., Director of the FDA's Center for Devices and Radiological Health on the recent National Toxicology Program Draft Report on Radiofrequency Energy Exposure », Federal Drug Administration (consulté le )
  20. « High Exposure to Radio Frequency Radiation Associated With Cancer in Male Rats », NIEHS;.NIH.gov, National Toxicology Program, National Institute of Environmental Health Sciences, (consulté le )
  21. Labos et Foster, « Cell Phone Radiation and Cancer: New NTP Results Inconsistent; Random Chance Likely at Play », Skeptical Inquirer, vol. 42, no 4,‎ , p. 12–14 (lire en ligne)
  22. a et b Belpoggi, « Health impact of 5g », European Parliamentary Research Service, (consulté le ), vi
  23. 29 July 2017, The Guardian
  24. Scutti, « Sperm counts of Western men plummeting, analysis finds », CNN,
  25. Sengupta, Pallav, Dutta, Sulagna et Krajewska-Kulak, Elzbieta, « The Disappearing Sperms: Analysis of Reports Published Between 1980 and 2015 », American Journal of Men's Health, vol. 11, no 4,‎ , p. 1279–1304 (PMID 27099345, PMCID 5675356, DOI 10.1177/1557988316643383)
  26. Behari, Kumar et Kesari, « Mobile phone usage and male infertility in Wistar rats », Indian Journal of Experimental Biology, vol. 48, no 10,‎ , p. 987–92 (PMID 21299041, lire en ligne)
  27. De Iuliis Geoffry N, « Mobile Phone Radiation Induces Reactive Oxygen Species Production and DNA Damage in Human Spermatozoa In Vitro », PLOS ONE, vol. 4, no 7,‎ , e6446 (PMID 19649291, PMCID 2714176, DOI 10.1371/journal.pone.0006446, Bibcode 2009PLoSO...4.6446D)
  28. Kesari, Hamada, Singh et Agarwal, « Cell phones and male infertility: a review of recent innovations in technology and consequences », International Brazilian Journal of Urology, vol. 37, no 4,‎ , p. 432–454 (PMID 21888695, DOI 10.1590/S1677-55382011000400002)
  29. Aitken, Iuliis, King et Nixon, « The effects of radiofrequency electromagnetic radiation on sperm function », Reproduction, vol. 152, no 6,‎ , R263–R276 (PMID 27601711, DOI 10.1530/REP-16-0126)
  30. La Vignera S., Condorelli R. A., Vicari E., D'Agata R., Calogero A. E., « Effects of the Exposure to Mobile Phones on Male Reproduction: A Review of the Literature », Journal of Andrology, vol. 33, no 3,‎ , p. 350–356 (PMID 21799142, DOI 10.2164/jandrol.111.014373)
  31. du Plessis, Ong, Virk et Agarwal, « Effect of Oxidative Stress on Male Reproduction », The World Journal of Men's Health, vol. 32, no 1,‎ , p. 1–17 (PMID 24872947, PMCID 4026229, DOI 10.5534/wjmh.2014.32.1.1)
  32. Lewis Ryan C., Mínguez-Alarcón Lidia, Meeker John D., Williams Paige L., Mezei Gabor, Ford Jennifer B., Hauser Russ, « Self-reported mobile phone use and semen parameters among men from a fertility clinic », Reproductive Toxicology, vol. 67,‎ , p. 42–47 (PMID 27838386, PMCID 5303122, DOI 10.1016/j.reprotox.2016.11.008)
  33. Röösli, « Radiofrequency electromagnetic field exposure and non-specific symptoms of ill health: A systematic review », Environmental Research, vol. 107, no 2,‎ , p. 277–287 (PMID 18359015, DOI 10.1016/j.envres.2008.02.003, Bibcode 2008ER....107..277R)
  34. http://www.afsset.fr/index.php?pageid=712&parentid=424 page 37
  35. Téléphonie mobile et santé, Rapport à l'Agence Française de Sécurité Sanitaire Environnementale, 21 March 2003 at http://www.afsset.fr/index.php?pageid=712&parentid=424
  36. Téléphonie mobile et santé, Rapport du groupe d’experts, l'Agence Française de Sécurité Sanitaire Environnementale, April 2005 at http://www.afsset.fr/index.php?pageid=712&parentid=424
  37. "Radiofréquences : actualisation de l'expertise (2009)", l'Agence Française de Sécurité Sanitaire Environnementale, April 2005 at http://www.afsset.fr/index.php?pageid=712&parentid=424
  38. (en) Pearce, « Limiting liability with positioning to minimize negative health effects of cellular phone towers », Environmental Research, vol. 181,‎ , p. 108845 (PMID 31791710, DOI 10.1016/j.envres.2019.108845, Bibcode 2020ER....181j8845P, lire en ligne)
  39. « International Commission for Non-Ionizing Radiation Protection home page » (consulté le )
  40. (de) « Anforderungen nach NISV: Mobilfunkanlagen », Bundesamt für Umwelt [Swiss Federal Environment Ministry], (consulté le )
  41. « New Guidelines Released by the International Commission on Non‐Ionizing Radiation Protection (ICNIRP) », icnirp.org,
  42. « Wright v. Motorola, Inc. et al., No95-L-04929 » [archive du ] (consulté le )
  43. ,
  44. The Guardian, 21 April 2017, consulté le 4 mai 2017
  45. (en-GB) « Anti-5G campaigners vow to fight on after legal setback », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  46. « Electromagnetic Fields and Public Health: Cautionary Policies » [archive du ], World Health Organization, (consulté le )
  47. Wiedemann, Thalmann, Grutsch et Schütz, « The Impacts of Precautionary Measures and the Disclosure of Scientific Uncertainty on EMF Risk Perception and Trust », Journal of Risk Research, vol. 9, no 4,‎ , p. 361–372 (DOI 10.1080/13669870600802111)
  48. Poumadère M. et Perrin A., « Risk Assessment of Radiofrequencies and Public Information », Journal of Risk Analysis and Crisis Response, vol. 3, no 1,‎ , p. 3–12 (DOI 10.2991/jrarc.2013.3.1.1)
  49. (de) « Information: Wie gefährlich sind Handystrahlen wirklich? » [archive du ], Marktgemeinde Pressbaum (consulté le )
  50. « Precaution regarding electromagnetic fields » [archive du ], Federal Office for Radiation Protection, (consulté le )
  51. (sv) « Exponering », Swedish Radiation Protection Authority, (consulté le )
  52. Manning, MI and Gabriel, CHB, SAR tests on mobile phones used with and without personal hands-free kits, SARtest Report 0083 for the DTI, July 2000 (PDF) at http://straff-x.com/SAR-Hands-Free-Kits-July-2000.pdf
  53. Téléphonie mobile & santé, Report for l'Agence française de sécurité sanitaire environnementale (Afsse), June 2005 at http://www.afsse.fr/index.php?pageid=671&parentid=619#
  54. For example, Finland « Radiation and Nuclear Safety Authority: Children's mobile phone use should be limited » [archive du ], Finnish Radiation and Nuclear Safety Authority (STUK), (consulté le ) and France « Téléphone mobile, DAS et santé », Votre enfant et le téléphone mobile [Your child and mobile telephony], Association Française des Opérateurs Mobiles (AFOM)[French Mobile Phone Operators' Association] et l’Union Nationale des Associations Familiales (UNAF) [National Federation of Family Associations], (consulté le )
  55. Gandhi, Morgan, de Salles et Han, « Exposure Limits: The underestimation of absorbed cell phone radiation, especially in children », Electromagnetic Biology and Medicine, vol. 31, no 1,‎ , p. 34–51 (ISSN 1536-8378, PMID 21999884, DOI 10.3109/15368378.2011.622827)
  56. « What is 5G » (consulté le )
  57. a et b (en) https://www.consumer.ftc.gov/articles/0109-cell-phone-radiation-scams

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes