Droit de vote des femmes aux États-Unis

Défilé de militants en faveur du droit de vote pour les femmes à New York en 1917 ; les personnes montrent des panneaux portant les signatures de plus d'un million de femmes[1].
Le gouverneur de l'Illinois Edward F. Dunne signe un projet de loi sur le suffrage le 26 juin 1913 donnant le droit de vote aux femmes dans l'État de l'Illinois.

Aux États-Unis, les femmes conquièrent le droit de vote dans un mouvement qui s'étale sur plus d'un demi-siècle, d'abord dans plusieurs États des États-Unis et dans plusieurs villes, parfois sous conditions, puis à l'échelle nationale en 1920.

Description

Le militantisme pour le droit de vote des femmes prend de l'ampleur dans les années 1840, à la faveur d'un mouvement plus vaste pour les droits des femmes. En 1848, la Convention de Seneca Falls, premier congrès sur les droits des femmes, adopte une résolution de soutien au droit de vote pour les femmes malgré l'opposition de certains organisateurs, qui pensent que cette proposition est trop extrême. Toutefois, au moment de la première National Women's Rights Convention en 1850, la question du droit de vote prend de plus en plus d'importance dans les activités de ce mouvement.

Les premières associations en faveur du droit de vote des femmes sont fondées en 1869 : deux associations concurrentes voient le jour, l'une dirigée par Susan B. Anthony et Elizabeth Cady Stanton, l'autre par Lucy Stone et Frances Ellen Watkins Harper. Après des années de rivalité, les deux associations fusionnent en 1890 et deviennent la National American Woman Suffrage Association (NAWSA), dirigée par Anthony. La Women's Christian Temperance Union (WCTU, qui représentait la plus vaste association de femmes à l'époque, est fondée en 1873 et milite elle aussi pour le droit de vote des femmes, donnant un élan immense à ce mouvement[2],[3].

Dans l'espoir que la Cour suprême des États-Unis se prononcerait sur la constitutionnalité du vote des femmes, les militantes de la cause tentent à plusieurs reprises de voter au début des années 1870 avant de préparer des dossiers judiciaires, qui sont rejetés. Susan B. Anthony parvient à voter en 1872 mais elle est arrêtée pour son geste et déclarée coupable lors d'un procès largement médiatisé, qui donne une impulsion nouvelle au mouvement pro-vote. La Cour suprême ayant tranché en défaveur de ce mouvement en 1875 dans l'arrêt Minor v. Happersett , les militants pro-vote entament une campagne de plusieurs décennies pour soutenir un amendement à la constitution nationale afin que le vote des femmes soit reconnu. Néanmoins, les efforts du mouvement portent largement sur l'évolution des lois électorales dans les divers États des États-Unis.

En 1916, Alice Paul fonde le National Woman's Party (NWP), groupe militant qui se consacre au vote d'un amendement sur le droit de vote des femmes. Plus de 200 soutiens du NWP, les Silent Sentinels, sont arrêtés en 1917 à cause de leurs manifestations devant la Maison-Blanche ; certains membres se mettent en grève de la faim, puis emprisonnées et nourries de force. Sous la direction de Carrie Chapman Catt, le NAWSA, fort de 2 millions de membres, établit comme prioritaire l'évolution des lois électorales. Après une série de votes très disputés au Congrès des États-Unis et dans les législatures des États, le dix-neuvième amendement de la Constitution des États-Unis est intégré dans la constitution le [4]. Il proclame que « Le droit de vote aux citoyens des États-Unis ne saurait être refusé ou limité, ni par les États-Unis, ni par ses États, en raison du sexe ».

Notes et références

  1. « Suffragists Parade Down Fifth Avenue - 1917 », sur The New York Times,
  2. (en) Nancy E. Marion et Willard M. Oliver, Drugs in American Society: An Encyclopedia of History, Politics, Culture, and the Law, ABC-CLIO, , 963 p. (ISBN 9781610695961)
  3. (en) Dwight Burlingame, Philanthropy in America: A Comprehensive Historical Encyclopedia, ABC-CLIO, , 511 (ISBN 9781576078600, lire en ligne)
  4. « The 19th Amendment », National Archives, (consulté le )

Articles connexes