Domino (film, 2005)

Domino
Titre original Domino
Réalisation Tony Scott
Scénario Richard Kelly
Acteurs principaux
Sociétés de production New Line Cinema
Scott Free Productions
Davis-Films
Domino 17521
Metropolitan Filmexport
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau de la France France
Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre action
Durée 127 minutes
Sortie 2005


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Domino est un film britanniquo-franco-américain réalisé par Tony Scott, sorti en 2005.

Le film s'inspire de la vie de Domino Harvey, fille de l'acteur britannique Laurence Harvey et du mannequin Paulene Stone. Ancienne mannequin, elle est ensuite devenue chasseuse de primes.

Synopsis

Interrogée par la psychologue Taryn Mills, Domino Harvey se confie sur son parcours atypique : jeune mannequin célèbre issue d'une famille en vue, elle a décidé de tout quitter pour devenir chasseuse de primes. Fuyant les défilés et les mondanités, elle va parvenir à s'imposer dans l'équipe d'Ed Moseby, une référence dans le métier. Alors que leur première opération manque de tourner au drame, Domino utilise son charme pour faire rentrer dans l'ordre. Elle va rapidement trouver ses marques et une forme d'équilibre dans ce monde de risques et de poursuites : Ed la rassure et son collègue Choco ne la laisse pas indifférente. Ce trio détonant va attirer l'attention d'un producteur de téléréalité. Domino, Ed et Choco vont alors être suivis par des caméras et deux présentateurs sur une affaire hors normes. Le trio se retrouve ainsi mêlé à une incroyable machination impliquant la mafia.

Fiche technique

Musique additionnelle : Toby Chu, Heitor Pereira et Martin Tillman

Distribution

Production

Genèse du projet

La tête d'affiche du film, Keira Knightley, au Toronto International Film Festival 2005.

En 1994, un collaborateur de Tony Scott qui lui fait parvenir un article de The Mail on Sunday écrit par Sacha Gervasi et intitulé My gun for hire: Why a movie star's rebel daughter turned into a bounty hunter[7]. Il retrace en partie la vie de Domino Harvey, jeune mannequin des années 1980 dans la célèbre agence Ford. Au début des années 1990, elle a décidé de tout plaquer, dont sa vie à Beverly Hills, afin de devenir chasseuse de primes. Domino Harvey est par ailleurs la fille de l'acteur Laurence Harvey et du mannequin Paulene Stone. Tony Scott part alors à la rencontre de Domino Harvey, qui vit alors à Los Angeles avec sa mère Paulene Stone. Il invite Domino dans son bureau et lui propose de faire un film sur sa vie. Domino accepte et signe un accord avec Tony Scott, estimé 360 000 $ selon le Los Angeles Times[8].

En 1997, Steve Barancik est chargé d'écrire la première ébauche du scénario[9],[10],[11]. Cette version est rejetée par Tony Scott. Un second script est rédigé par Roger Avary[12], également refusée par le réalisateur. Ce dernier explique que ces deux versions n'étaient que des scénarios de films biographiques trop conventionnels, loin de l'idée qu'il a du film. C'est finalement Richard Kelly qui est engagé après que Tony Scott a lu le script de Southland Tales au début des années 2000[13]. Richard Kelly se base sur les transcriptions des entretiens de Tony Scott avec Domino Harvey, mais ne lit pas les deux précédents scénarios refusés[14].

Le film n'est pas à 100 % biographique et les noms des personnages ont été changés :

« Le film est une fiction, une palpitante aventure portée par la force de la personnalité de son héroïne. Domino a toujours choisi son chemin, en méprisant les facilités. Plus qu'à son histoire, c'est à son esprit de liberté que nous nous sommes attachés. »

— Samuel Hadida, producteur

Distribution des rôles

Édgar Ramírez en 2005.

Lorsque le projet est développé dans les années 1990, Sharon Stone est envisagée dans le rôle principal. Le nom de Jennifer Lopez sera ensuite évoqué. Quelques années plus tard, le scénariste Richard Kelly suggère Keira Knightley à Tony Scott pour le rôle-titre.

« J'ai tout de suite su que Keira Knightley serait parfaite pour ce rôle. Elles ont en commun certains points essentiels : elles sont britanniques, et refusent de se laisser enfermer dans les conventions. Elles tracent leur route à l'instinct, sans compromis, et s'imposent là où on ne les attend pas. Et en plus, elles sont belles! »

— Tony Scott

Mickey Rourke refuse tout d'abord de jouer dans le film, qui doit se tourner en même temps que Revolver de Guy Ritchie. Il trouve par ailleurs le script pas assez intéressant. Finalement, Tony Scott accepte de procéder à quelques changements et l'acteur accepte le rôle d'Ed Moseby.

L'acteur vénézuélien Édgar Ramírez a été découvert au dernier moment par la directrice de casting, alors qu'il venait présenter à Los Angeles le film Punto y Raya qui concourait à l'Oscar du meilleur film en langue étrangère.

Tournage

Le tournage a principalement eu lieu en Californie (Los Angeles, Beverly Hills, désert des Mojaves, Santa Clarita, Santa Monica) et dans le Nevada (Las Vegas, Bonnie Springs)[17].

Sur le tournage, de véritables chasseurs de primes sont engagés comme consultants comme Ed Martinez (qui inspire le personnage de Mickey Rourke, Ed Moseby) et l'ancien patron de Domino Harvey, Celes King III (renommé Claremont Williams III dans le film).

Bande originale

Domino
Music For The Motion Picture

Bande originale de divers artistes
Sortie 2005
Genre musique de film, pop rock, rap
Format CD
Label Wagram Music
Liste des titres
No TitreInterprètes[18] Durée
1. I Am A Bounty Hunter... (dialogue)Keira Knightley
2. Am I Really That Bad? (Danny Saber remix)Domino & The Dagger Baileys
3. AzuleeShantel
4. I Wanna Have A Little Fun... (dialogue)Keira Knightley, Mickey Rourke
5. ParisBT
6. Autumn EveningBai Kwong
7. 3 The Hard WayBahamadia
8. Well Take Off Your Clothes... (dialogue)Keira Knightley, Eddie Hernandez, Leonidos Iraheta
9. Choke Me, Spank Me (Pull My Hair)Xzibit
10. I'm SorryBrenda Lee
11. My Pussy (dialogue)Keira Knightley, Lucy Liu
12. Jesus Gonna Be ThereTom Waits
13. This Girl Gonna Be A Star! (dialogue)Mena Suvari, Christopher Walken
14. Bounty SquadHarry Gregson-Williams
15. Matthäus-Passion (interprété par l'Orchestre symphonique de Chicago)Johann Sebastian Bach
16. Let's Go Home Right Now! (dialogue)Delroy Lindo, Mo'Nique, Joe Nunez, Shondrella Avery
17. Nasty GirlNitty
18. I'm Never Gonna Know How It Ends (dialogue)Mickey Rourke, Édgar Ramírez
19. Mama Told Me (Not To Come)Stereophonics & Tom Jones
20. We All Fall Down (dialogue)Keira Knightley
21. RealMacy Gray
Autres titres présents dans le film
  • Another Soul, interprété par Harry Gregson-Williams
  • The Weakest Link, interprété par Paul Ferrar
  • The Gambler, interprété par Xzibit et Anthony Hamilton
  • Impressionism, composé par Robert Viger
  • Tango Bradere, interprété par Brad Hatfield
  • Tango Flambe, composé par Novi Novog
  • Two To Tango, interprété par Brad Hatfield
  • Troubleshot, interprété par Mike Chapman
  • Got Answers, interprété par Seeds of Love
  • The Bario, interprété par Heitor Pereira
  • Get Out, interprété par Seeds of Love
  • Thème de Man On Fire, composé par Harry Gregson-Williams
  • Why Did I Let You Go Away, interprété par Bobby Kranc
  • Debestar, interprété par The Green Car Motel
  • Shimmy Riddle, interprété par Matt Backer
  • Ska Rats, interprété par Kent Buchanaon
  • Hey You, interprété par Nick Welsh
  • Muthaf* cker, interprété par Xzibit
  • Mr. Lucky, interprété par Rudy Guess
  • Latinova, composé par Andrew Basil
  • Animal Control, interprété par Seeds of Love
  • Let's Get It On, composé par Bill Baylis
  • Speaking In Tongues, interprété par Eagles of Death Metal
  • San Berdoo Sunburn, interprété par Eagles of Death Metal
  • Next Trend, interprété par BeatCop
  • Hot Lips, interprété par The Funky SOL
  • Nothing Is Wrong, interprété par FC Kahuna
  • Where Do You Keep Your Love, interprété par Buppy et Marius Moga
  • Me So Horny, interprété par 2 Live Crew
  • Hail To The Chief, composé par Graham de Wilde
  • Boom Shot Dis, interprété par Kully B / Gussy G
  • Juice, interprété par GMS 
  • La Marcela, interprété par Jack Darby et Joe Motter on Trumpet
  • Cold, Cold Ground, interprété par Tom Waits
  • Experienced, composé par Chris Goulstone
  • Hell-Bent, interprété par Deakin Scott
  • Supa Powa, interprété par Da Diggler
  • Alma Muda, interprété par Heitor Pereira
  • Hands of Time, interprété par Groove Armada

Accueil

Critique

Le film reçoit des critiques globalement négatives aux États-Unis. Sur l'agrégateur américain Rotten Tomatoes, il ne récolte que 18% d'opinions favorables pour 157 critiques et une note moyenne de 3,8810[19]. Sur Metacritic, il obtient une note moyenne de 36100 pour 36 critiques[20]. Owen Gleiberman d'Entertainment Weekly donne une note de D au film, jugeant notamment que l'intrigue est trop dense et mélangée[21]. Kenneth Turan du Los Angeles Times trouve également l'histoire trop « incompréhensible »[22]. Certains journalistes sont cependant plus positifs sur Domino, comme Jeff Otto du site IGN qui met en avant l'originalité du film et les performances des acteurs[23]. Le célèbre critique Roger Ebert du Chicago Sun-Times écrit également une critique positive sur film[24].

Tony Scott explique que Domino est l'un des films préférés de sa propre filmographie[25] tout en étant assez critique : « Je n'ai pas laissé assez respiré le film. Le script est très bon - Richard Kelly a écrit un super script – et j'ai été submergé par la folie du monde que je touchais. Je pense que j'ai foiré sur celui-là. »[26]

En France, le film obtient une note moyenne de 3,15 sur le site AlloCiné, qui recense 23 titres de presse.

Box-office

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
10 169 202 $[28] [29] 4[29]
Drapeau de la France France 183 773 entrées[1]
Alt=Image de la Terre Mondial 22 944 502 $[28] - -

Distinctions

Source : Internet Movie Database

Clins d’œil

  • À la fin du générique on peut voir un caméo de la « vraie » Domino Harvey fumant une cigarette devant un immeuble en feu. Le film lui est dédié car elle est morte d'une overdose quelques mois après la fin du tournage.
  • Les comédiens Ian Ziering et Brian Austin Green, célèbres pour avoir joué dans la série Beverly Hills 90210, jouent avec beaucoup d’auto-dérision leur propre rôle et se retrouvent malgré eux coincés dans une situation délicate.

Annexes

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

  1. a et b « Domino », sur JP box-office.com (consulté le 23 novembre 2015)
  2. Dates de sortie - Internet Movie Database
  3. a et b « Domino », sur Centre national du cinéma et de l'image animée (consulté le 28 avril 2021)
  4. Le personnage est basé sur le chasseur de primes Zeke Unger.
  5. Le personnage s'inspire du chasseur de primes Gerard Quiocho.
  6. Son vrai nom est Paulene Stone.
  7. (en) Summers, Chris When hunting people is a career, BBC News Online, October 12, 2005, Retrieved May 21, 2007.
  8. (en) Lee, Chris, The Fall of a Thrill Hunter, Los Angeles Times, July 22, 2005, Retrieved May 24, 2007.
  9. Commentaire audio présent sur le DVD de Domino, avec Tony Scott et Richard Kelly
  10. (en) « Script Reviews: Top Ten Uuproduced Scripts » (version du 24 mars 2013 sur l'Internet Archive), sur screenwritersutopia.com
  11. Barancik, Steve, "Domino", www.faqs.org, retrieved April 9, 2011.
  12. Knowles, Harry, "Harry looks at Richard Kelly's script for DOMINO a film by Tony Scott!", www.aintitcool.com, 13/2/03, retrieved April 9, 2011.
  13. (en) Domino Production Notes keiraweb.com Retrieved May 18, 2007.
  14. Murray, Rebecca, Richard Kelly Discusses "Domino", "Working with Tony Scott, and "Southland Tales", About.com, August 30, 2005, Retrieved May 24, 2007.
  15. Lieux de tournage - Internet Movie Database
  16. (en) Domino - Music For The Motion Picture sur Discogs
  17. (en) « Domino (2005) », sur Rotten Tomatoes, Fandango Media (consulté le 30 octobre 2019)
  18. (en) « Domino Reviews », sur Metacritic, CBS Interactive (consulté le 30 octobre 2019)
  19. (en) Gleiberman, Owen, « Domino Review », sur Entertainment Weekly, (consulté le 25 octobre 2012)
  20. (en) Turan, Kenneth, « It can't bail itself out », sur Los Angeles Times, (consulté le 25 octobre 2012)
  21. (en) Otto, Jeff, « Domino », sur IGN, (consulté le 25 octobre 2012)
  22. (en) Ebert, Roger, « Domino review », sur Chicago Sun-Times, (consulté le 14 octobre 2014)
  23. (en) Smith, Adam, « Tony Scott On Tony Scott », empireonline.com (consulté le 26 octobre 2012)
  24. (en) Katey Rich, « Interview: Tony Scott », sur CinemaBlend.com, (consulté le 21 octobre 2015)
  25. a et b (en) « Domino », sur Box Office Mojo (consulté le 23 novembre 2015)
  26. a et b (en) « Domino - weekly », sur Box Office Mojo (consulté le 23 novembre 2015)