Didier Ollé-Nicolle

Didier Ollé-Nicolle

Didier Ollé-Nicolle
Image illustrative de l’article Didier Ollé-Nicolle
Ollé-Nicolle en mai 2019.
Biographie
Nationalité Français
Naissance (61 ans)
Belley (France)
Poste Défenseur, puis entraîneur
Parcours junior
Années Club
1968-1977 Auray
1977-1979 Angers SCO
Parcours senior1
AnnéesClub 0M.0(B.)
1979-1984 Angers SCO015 0(0)
1984-1991 SO Chambéry
1991-1995 US Raon-L'Étape
Équipes entraînées
AnnéesÉquipe Stats
1991-2000 US Raon-L'Étape93v 78n 81d
2000-2003 Valenciennes FC41v 36n 37d
2003-2005 Nîmes Olympique37v 31n 21d
2005-2006 LB Châteauroux10v 12n 13d
2006-2009 Clermont Foot 6363v 36n 34d
2009-2010 OGC Nice7v 5n 17d
2010-2011 Neuchâtel Xamax9v 8n 14d
2011 Apollon Limassol4v 1n 4d
2011-2012 USM Alger5v 1n 5d
2012-2013 FC Rouen23v 9n 13d
2014 Bénin 3v 0n 3d
2015-2016 SR Colmar18v 11n 18d
2016-2020 US Orléans49v 43n 59d
2020-2021 Le Mans FC13v 13n 11d
2021-2022 Paris SG F29v 3n 5d
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
Dernière mise à jour : 25 mai 2022

Didier Ollé-Nicolle est un footballeur français, devenu entraîneur, né le à Belley (Ain).

Biographie

Carrière de footballeur

Après avoir débuté à Auray (Morbihan), où il est international scolaire, il a évolué comme défenseur à Angers (D2 puis D3) et Chambéry (D4). Il termine sa carrière comme entraîneur-joueur à Raon-l'Étape (Vosges).

Il a conduit Raon-l'Étape de la Promotion d'Honneur au National de 1991 à 2000 (avec notamment une belle 8e place en 1998-99), avant de diriger de 2000 à 2003 Valenciennes. Après la relégation en CFA en 2001, il fait remonter le club en National l'année suivante. Pendant son passage dans le club du Hainaut, il se fait surnommer par l'acronyme « DON ».

Il rejoint ensuite le Nîmes Olympique en National, et atteint les demi-finales de la Coupe de France 2005 après avoir éliminé quatre formations de Ligue 1 (AS Saint-Étienne, AC Ajaccio, OGC Nice et FC Sochaux, battu en demi-finale par l'AJ Auxerre 2-1). Il n'arrive cependant pas à jouer l'accession en Ligue 2.

Cette épopée lui ouvre les portes de La Berrichonne de Châteauroux, son premier club professionnel. Après un bon début de saison, il est remercié quelques mois plus tard, en mars 2006 après une très mauvaise série de son équipe liée à des problèmes internes. À partir de juillet 2006, il entraîne le Clermont Foot qu'il fait remonter en Ligue 2, avec un titre de champion de France de National 2007 (records de points, victoires, buts marqués, invincibilité (27 matchs)). En raison de ce titre et de l'excellent parcours effectué en Ligue 2 à la trêve hivernale (troisième place), Didier Ollé-Nicolle est récompensé par le magazine France Football, devenant le lauréat du meilleur entraîneur de Ligue 2 2007. En mai 2008, il est nommé aux Trophées UNFP, pour le titre de meilleur entraîneur de Ligue 2 de la saison 2007/2008.

Il est recruté par l'OGC Nice, club de Ligue 1, pour remplacer Frédéric Antonetti à partir de la saison 2009-2010[1]. Le 9 mars 2010 alors que l'équipe est 17e du championnat, il est démis de ses fonctions[2] et remplacé par Éric Roy.

Le , il est recruté par le club suisse de Neuchâtel Xamax afin de succéder à Jean-Michel Aeby démis de ses fonctions une semaine auparavant[3]. Il quitte le club à la fin de la saison, juste après la revente du club par Silvio Bernasconi à un homme d'affaires russe[Note 1].

Le , il s'engage officiellement pour 3 ans au FC Rouen, club de National, et aura pour objectif une montée en Ligue 2. À la fin de la saison 2012-2013, il réussit à emmener sportivement le club en Ligue 2. Ce dernier se voit refuser l'accession après une sanction de la DNCG (trois points en moins) : le FCR finira finalement à la cinquième place du championnat de National. Quelques semaines plus tard, le club rouennais se voit dans l'obligation de déposer le bilan après une rétrogradation administrative en division d'honneur, le . Didier Ollé-Nicolle quitte le club, mais proposera des séances d'entraînement pour accompagner les joueurs et les aider à trouver un club.

Le , il s'engage avec la sélection du Bénin[4]. Il prend ses fonctions en mai de la même année[5]. Le , Didier Ollé-Nicolle est démis de ses fonctions de sélectionneur de l'équipe du Bénin[6]. Il paie les mauvais résultats des Écureuils et notamment la lourde défaite face au Maroc le jeudi à Agadir (6-1).

Le , il succède à Damien Ott à la tête de Colmar, alors onzième de National. Il s'engage jusqu'à la fin de la saison avec une année en option[7].

Le , il succède à Olivier Frapolli à la tête de l'US Orléans, dernier de Ligue 2, pour tenter d'éviter la relégation. Le , il sauve le club de la descente en National par une victoire 1-0 contre le Paris FC au stade de la Source. Le , il est démis de ses fonctions d'entraîneur en raison de la mauvaise situation au classement (20e, à 6 points de la place de barragiste et 8 du premier non-relégable)[8].

Le , il succède à Réginald Ray à la tête du Mans FC. L'objectif fixé par le club est la remontée en Ligue 2 à l'issue de la saison 2020-2021[9]. Malgré cinq succès enregistrés lors des sept dernières rencontres de championnat, l'équipe échoue à la 4e place, à 3 points du barragiste, le FC Villefranche Beaujolais. Le club annonce le 17 mai la fin de leur collaboration[10].

Le 6 juillet 2021, Didier Ollé-Nicolle est nommé entraîneur du PSG féminin[11]. En mai 2022, la journaliste Tiffany Henne révèle que le PSG cherche à se débarrasser de son entraîneur : il aurait insulté plusieurs joueuses, aurait harcelé une joueuse et lui aurait touché les fesses[12]. La joueuse était alors mineure. France Bleu Paris indique qu'à l'issue d'une enquête interne, le PSG a décidé de mettre son entraîneur en disponibilité[13]. Une information judiciaire pour « agression sexuelle par personne ayant autorité » est ouverte par le parquet.

Carrière de joueur

Carrière d'entraîneur

Palmarès d'entraîneur

Notes et références

Notes

  1. La saison suivante la revente du club, le Neuchâtel Xamax FC sera privé de licence, déposera le bilan et rétrogradé en division inférieure et ses dirigeants placés en détention pour gestion déloyale.

Références

Liens externes